Aviser : définition de aviser


Aviser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVISER, verbe trans.

I.− [L'accent est mis sur l'activité de l'esprit réfléchissant sur une action précise à venir]
A.− Trans. dir., vieilli. [L'idée dominante est celle d'une prise de connaissance accompagnée de conseils, etc.] Aviser qqn.Donner des avis, conseiller, persuader.
1. [Dans des expr. proverbiales] Un fou avise bien un sage. Un verre de vin avise bien un homme.
Rem. Attesté ds les dict. gén. du xixes. de Ac. 1798 à Nouv. Lar. ill.
2. Aviser qqn de faire qqc. :
1. Elle lui dit les attentions du comte Franz, ses présents de galanterie, comment elle l'avait traité pour mieux l'enflammer, et que, découragé un moment, il venait de se repiquer, et hasardait de nouveau des bouquets. Arcangeli daignait parfois secouer la tête et approuver; puis, le récit terminé, il avisa Émilia de le laisser conduire l'intrigue. Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 58.
B.− Trans. indir. [Le compl. d'obj. indir. désigne un inanimé concr. ou abstr.] Aviser à qqc.Réfléchir aux meilleurs moyens d'atteindre un but, de pourvoir à quelque chose, et prendre une décision en conséquence. Synon. songer à, parer à, veiller à.
1. Aviser à + subst.; aviser à ce qui peut (résoudre un problème, etc); aviser au plus pressé :
2. Tous les jockeys de la basoche sont en campagne, et font leur chemin à travers une nuée d'employés, de commis, qui se rendent lentement à leurs bureaux, avisant au moyen d'en sortir le plus tôt possible. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 135.
2. Aviser à + inf. :
3. En lui donnant par testament l'héritage de tout ceci, nous n'avons fait que lui rendre ce qui lui appartient; mais nous serions ingrats envers cet enfant si nous n'avisions à lui procurer un rang plus convenable dans le monde que celui de marchand de fèves. Nodier, Trésor des fèves et Fleur des pois,1833, p. 34.
Rem. Dans la lang. fam. on trouve parfois, pour l'expr. de la défense, aviser de ne pas + inf. :
4. Pars donc, mon petit Trésor, puisque tu as fini ton brouet, et avise de ne pas t'attarder en courant après les papillons... Nodier, Trésor des fèves et Fleur des pois,1833p. 37.
3. Aviser à ce que :
5. charlotte, continuant de lire. − Mais comme vous tenez à cette maison, que vous avez habitée avec votre frère, à partir d'aujourd'hui, cette maison est la vôtre; et j'avise à ce que le nouveau curé soit logé dans un autre presbytère. A. Dumas Père, La Jeunesse des Mousquetaires,1849, prol. 1.
4. Absol. Il faut aviser, il est temps d'aviser. Il est temps de prendre une décision.
II.− [L'accent est mis sur une information reçue ou donnée et intéressant le(s) destinataire(s)]
A.− Emploi trans.
1. Vieilli et littér. [L'obj. peut désigner une pers., un inanimé concr.] Prendre conscience de la présence d'une personne, d'une chose, en portant par hasard les yeux sur elle. Synon. apercevoir, découvrir, distinguer, remarquer :
6. Elle me salua d'une révérence quasi monacale, puis entr'ouvrant son grand châle, en sortit une gerbe de tubéreuses qu'elle me présenta. Après quoi elle s'en fut, sur une deuxième révérence. Le tout, sans avoir ouvert la bouche. Je demeurais, les fleurs en main, un peu ahuri, quand j'avisai une lettre, très cachetée, qu'on avait insinuée parmi les tiges. Farrère, L'Homme qui assassina,1907, p. 213.
Spéc., VÉN. Aviser le gibier. L'apercevoir.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar, 19e, Littré, Nouv. Lar. ill.
Au fig. [L'obj. désigne une chose, une action] Aviser qqc., aviser que. Découvrir :
7. Comme un soir Stephen, avec quelques-uns de ses compagnons, rentrait fort avant dans la nuit, ils avisèrent qu'ils n'avaient pas soupé et se mirent en quête d'une hôtellerie... Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 175.
8. Hors le singulier et doux embarras dans lequel nos premiers regards et nos premiers mots se trouvent empêchés, qu'avez-vous avisé en moi qui trahît du trouble ou de l'orage? M. de Guérin, Correspondance,1837, p. 287.
9. Ils revinrent aux leçons et les boules à facettes, les rayures, le bureau typographique, tout avait échoué, quand ils avisèrent un stratagème. Comme Victor était enclin à la gourmandise, on lui présentait le nom d'un plat... Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 154.
Emploi conatif, rare. Chercher à découvrir :
10. Et, pendant un quart d'heure, toutes les deux [Emma et Félicité], elles avisèrent les différentes personnes d'Yonville disposées peut-être à la secourir [Emma]. Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 158.
2. Emploi factitif, usuel, lang. admin. [L'obj. désigne toujours une pers.] Faire connaître à quelqu'un, lui donner avis de quelque chose. Aviser qqn de qqc.; aviser qqn que, de ce que; aviser qqn par la voie hiérarchique. Synon. avertir, informer, prévenir :
11. − J'y compte, répondit Léon avec un dédain qui, au milieu de mon désespoir, me fit plaisir; car il devait humilier Félix : j'y compte, mon bon ami, comme vous dites; mais en attendant, je vous avise, mon très-bon ami, que vous êtes un sot. Toute la résolution du capitaine céda à cette injure. Soulié, Les Mémoires du diable,t. 1, 1837, p. 314.
12. Je suis toujours au 23e. On ne m'avise de rien. Je suis dans l'attente et l'angoisse. Après cet espoir que m'ont donné mes parents, j'ai peur de rester là! Alain-Fournier, Correspondance[avec Rivière], 1907, p. 305.
13. Il doit notifier au ministre les dates de départ et de retour; il doit aussi l'aviser de ce qu'un congé accordé n'a pas été utilisé. J. Baradat, L'Organ. d'une préfecture,1907, p. 57.
Rem. 1. La gramm. normative enseigne qu'on doit employer aviser que de préférence à aviser de ce que (cf. Hanse 1949, Thomas 1956, Colin 1971). 2. Dans le style épistolaire admin. un supérieur avise un inférieur de qqc., mais un subordonné porte qqc. à la connaissance de son supérieur.
B.− Emploi pronom. (cf. supra A 1). S'aviser de, s'aviser que.
1. [L'obj. désigne un inanimé] Prendre conscience par les sens ou par l'esprit, d'une chose, d'un fait réel auquel on n'avait pas prêté attention auparavant. Synon. s'apercevoir de, constater, remarquer.
a) S'aviser de + subst.; s'aviser de ce qui; s'aviser d'une ressemblance :
14. Je réveillai ma mère par mes cris. Ma sœur, qui dormait près de moi, s'avisa de ce qui me tourmentait et porta le polichinelle dans la cuisine, en disant que c'était une vilaine poupée pour un enfant de mon âge. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 163.
15. Je m'étais voulue sans bornes : j'étais informe comme l'infini. Le paradoxe, c'est que je m'avisai de cette déficience au moment même où je découvris mon individualité... S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 114.
b) S'aviser que, de ce que + ind. :
16. Ensuite, il s'avisa que, du côté de la route, à gauche, une autre porte ouvrait sur la cour, de plain-pied. Zola, La Terre,1887, p. 108.
Rem. La constr. s'aviser de ce que est critiquée par la gramm. normative (cf. Colin 1971 et II A 2 rem.).
2. Au fig. [L'obj. désigne une production de l'esprit conçue en vue de l'action] Concevoir, imaginer. S'aviser de moyens, d'expédients :
17. Elle traita Conrad comme un ennemi; elle le déchira à plaisir, et lui fit tout le mal dont elle put s'aviser, et, comme elle le tenait terrassé dans ses serres, elle eut satisfaction entière de son procédé! Gobineau, Les Pléiades,1874, p. 322.
3. Péj. Se mettre dans l'esprit une idée inattendue ou étrange et la mettre à exécution. S'aviser de faire un caprice. Synon. s'aventurer à, se hasarder à, se permettre de :
18. ... cette idée fixe, touchant le côté voluptueux des choses, ne me quitta pas; mais, en devenant plus profonde, elle se matérialisa pour moi sous une forme bizarre, chimérique, tout à fait malicieuse, qui ne saurait s'exprimer en détail dans sa singularité. Qu'il me suffise de vous dire que je m'avisai un jour de me soupçonner atteint d'une espèce de laideur qui devait rapidement s'accroître et me défigurer. Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 19.
19. − Pas un mot de plus sur la comtesse de Sérisy, jeunes gens! s'écria le comte. Je suis l'ami de son frère (...) et qui s'aviserait de mettre en doute l'honneur de la comtesse aurait à me répondre de ses paroles. Balzac, Un Début dans la vie,1842, p. 386.
Emploi fam. (pour marquer une défense). Ne t'avise pas de. Ne va pas te mettre en tête l'idée de, te hasarder à :
20. − Tu vas peut-être me dire ce que tu es venu foutre chez eux, comme ça, derrière mon dos, sans m'avertir. − C'est bien simple, tu vas comprendre. − Je ne veux pas de ça du tout. Ne t'avise pas de recommencer. − Écoute. Ce matin, j'ai reçu une lettre... une lettre de qui tu sais... Aymé, La Jument verte,1933, p. 192.
Fam. et iron. [Le compl. d'obj. désigne un fait inattendu mais indépendant de la volonté hum.] S'aviser de mourir, de tomber malade. Synon. fam. avoir la bonne ou la mauvaise idée de :
21. Voyez, cher ami, si ce n'est pas une fatalité! Ma femme, qui se porte bien toute l'année, s'avise d'être incommodée aujourd'hui, et incommodée de la seule incommodité peut-être qui puisse altérer un profil. Elle a horriblement mal aux dents et, en outre, les lèvres enflées et cuisantes. Hugo, Correspondance,1828, p. 453.
PRONONC. : [avize], j'avise [ʒavi:z]. Demi-longueur chez Passy 1914 pour le [i] de [avize]. Fér. Crit. t. 1 1787 indique la différence de durée du [i] en notant : ,,la 2eest brève devant la syll. masculine : nous avisons, j'avisai, avisant, etc. Elle est longue devant l'e muet : j'avîse, j'avîserai, etc.``
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Trans. 1. a) ca 1040 « reconnaître » (Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, 48c ds T.-L. : Sovent le virent..., Par nule guise onques ne l'aviserent) − fin xives. (J. Lefebvre, Resp. de la mort, Richel. 994, fo22ads Gdf.) b) ca 1160 « regarder, examiner » (Énéas, 123 ds Gdf. Compl. : Chascune d'eles esguarda Et longuement les avisa); c) 3equart xiiies. au fig. (avec ind. ou subj.) « faire attention à, veiller à » (Robert de Blois, Beaudous, éd. J. Ulrich, 38 ds T.-L. : Qui c'onkes vuet autrui blamer, Bien ce doit en soi aviser Que il si nès et si purs soit, C'om ne puist lui blasmer par droit) − 1466 (Reg. des Consaux, A. Tournai ds Gdf. Compl. : Adviser a qui on baillera la garde des clefs de noquetz nouvellement mises aux portes de la ville); 2. 2emoitié xiiies. aviser de « donner avis de, informer, avertir » (Gaufrey, éd. F. Guessard et P. Chabaille, 301 ds T.-L. : Des journeez qu'il font ne sui pas avisé). II.− Pronom. av. 1577 s'aviser de « se permettre de, se décider à » (Montluc, Commentaires, liv. VI ds Dict. hist. Ac. fr. : A la fin il s'advisa la nuict d'envoyer tous les petits batteaux, qu'il avoit mené, avecques luy chargez de soldats). I dér. de viser*; préf. a-1*. II dér. de avis*, dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 475. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 226, b) 1 873; xxes. : a) 1 653, b) 2 373.
BBG. − Baudr. Chasses 1834. − Canada 1930. − Jal 1848. − Le Roux 1752. − Pierreh. Suppl. 1926.

Aviser : définition du Wiktionnaire

Verbe

aviser \a.vi.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’aviser)

  1. Avertir par un avis, conseiller.
    • Il l’avisa du péril.
    • Un verre de vin avise bien un homme : Le vin inspire quelquefois de bonnes idées.
  2. (Commerce) Adresser une lettre d’avis.
    • Aviser quelqu’un.
  3. Voir ou apercevoir en face de soi ; rencontrer.
    • Nous errons tristement dans les rues quand nous avisons une compagnie de la Wehrmacht en train de popoter à la roulante sur la place du village. — (Louis Boyé, Un jour, le grand bateau viendra : Chronique de la résistance, L’Harmattan, Paris, 1996, p. 359)
    • Marc raconte que Jésus, ayant faim, avise sur son chemin un figuier feuillu mais sans figues. — (Emmanuel Carrère, Le Royaume, 2014, p. 576)

aviser intransitif

  1. Faire réflexion sur quelque chose, y faire attention.
    • Avisez à ce que vous avez à faire.
    • Avisez-y bien.
    • Il est temps d’aviser.
    • Ta gouvernante, la pauvre créature, est aujourd’hui clouée dans son lit par un rhumatisme rigoureux. Jeanne doit venir avec son chaperon et, au lieu d’aviser à les recevoir, tu songes à mille sottises. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 190-191.)

aviser (Pronominal)

  1. Faire réflexion à une chose à laquelle on n’avait pas pensé.
    • Je ne m’en suis pas avisé.
    • Il s’en est avisé, ils s’en sont avisés trop tard.
    • On ne s’avise jamais de tout.
  2. S’imaginer quelque chose, trouver quelque chose, s’appliquer à trouver, à inventer quelque chose pour quelque fin.
    • Il leur fit tous les honneurs dont il se put aviser.
    • Il n’y a sottise, il n’y a malice dont il ne s’avise.
    • Il s’avisa d’un bon expédient.
  3. Oser, être assez téméraire, assez hardi pour.
    • − Tu vas peut-être me dire ce que tu es venu foutre chez eux, comme ça, derrière mon dos, sans m’avertir. − C’est bien simple, tu vas comprendre. − Je ne veux pas de ça du tout. Ne t’avise pas de recommencer. — (Marcel Aymé, La Jument verte, 1933, p. 192)
    • Si vous vous avisez de parler mal de moi, vous vous en repentirez.
    • Je le connais trop pour m’aviser de l’interroger. Je n’ai qu’à laisser venir. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XI, Série noire, Gallimard, 1956, p. 93)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aviser : définition du Littré (1872-1877)

AVISER (a-vi-zé) v. a.
  • 1 Familièrement, apercevoir. Je l'avisai dans la foule. Si pour mon infortune il ne m'eût avisé, Molière, Fâch. 1. Furieuse elle approche, et le loup qui l'avise…, Régnier, Sat. III. Le roi, après avoir parlé à quelques-uns, avise enfin ce chapeau gris, Saint-Simon, 60, 8. Quand notre hôte charmé m'avisant sur ce point…, Boileau, Sat. III.

    Terme de chasse. Aviser le gibier, l'apercevoir.

  • 2Donner avis. Va le faire aviser que je suis ici, Molière, la Princ. III, 3. De ta femme il fallut moi-même t'aviser, Molière, Amph. II, 3. Le prince de Conti et M. de Luxembourg avisèrent Clermont de s'attacher à la Choin, et de paraître vouloir l'épouser, Saint-Simon, 24, 18.
  • 3 Terme de commerce. Aviser quelqu'un, lui adresser une lettre d'avis.

    Commander quelque chose par lettre à son correspondant…

  • 4 V. n. Faire réflexion, prendre garde à, pourvoir à. Aviser à un moyen. Avisez à ce que vous devez faire. Nous aviserons. On avisa à ce qu'il fût bien logé. Madame, avisez-y, vous perdez votre gloire De me l'avoir promis et vous rire de moi, Malherbe, V, 29. Or avisons aux lieux qu'il vous faut habiter, La Fontaine, Fab. III, 8. C'est à moi de choisir, c'est à vous d'aviser à quel choix vos conseils me doivent disposer, Corneille, Pomp. I, 1. Une seconde fois avisez, s'il vous plaît, à traiter Laodice en reine comme elle est, Corneille, Nicomède, II, 3. Je vais consulter un avocat et aviser des biais que j'ai à prendre, Molière, Scapin, II 1.

    Imaginer. Qui vous a fait aviser de ce tour ? La Fontaine, Conf. Sans aller de surcroît aviser sottement De se faire un chagrin qui n'a nul fondement, Molière, Coc. imag. 13. Certains impertinents de laquais qui viennent provoquer les gens et les faire aviser de boire lorsqu'on n'y songe pas, Molière, l'Av. II, 2.

  • 5S'aviser, v. réfl. S'imaginer de, remarquer, trouver. S'aviser d'un expédient, d'un stratagème. Si je ne m'étais avisé plus tôt d'écrire. Personne ne s'avise, de lui-même, du mérite d'autrui, La Bruyère, 2. Il ne s'avisait guère de ce qui pouvait faire plaisir aux autres, Fénelon, Tél. XVI. Je me suis avisé trop tard que c'est demain St Remy, Bossuet, Lett. abb. 92. Avez-vous remarqué ce commencement oh ! oh ! voilà qui est extraordinaire, oh ! oh ! comme un homme qui s'avise tout d'un coup, Molière, Les préc. rid. 10. Mais je m'avise [je fais réflexion], Molière, Sgan. 5. J'ai ajouté non-seulement tous les ornements dont j'ai pu m'aviser, mais encore…, Fontenelle, I, Oracl. Préface. Il y avait un homme qui depuis six jours était à l'agonie, on ne savait plus que lui ordonner, et tous les remèdes ne faisaient rien ; on s'avisa à la fin de lui donner de l'émétique, Molière, le Fest. III, 1. Tu ne t'étais jamais avisé de lui faire le moindre petit présent, Hamilton, Gramm. 4. Le monarque des dieux s'avisa, pour bien faire…, La Fontaine, Fab. II, 8. Laisse-les venir ; je te les sacrifierai de la plus cruelle manière dont jamais femme se soit avisée, La Fontaine, Psyché, liv. I, p. 64.
  • 6Avoir l'audace, la témérité de. Si vous vous avisez de mal parler de moi, vous vous en repentirez. Je voudrais que quelqu'un s'avisât de vous donner des coups de bâton, vous verriez de quelle manière…, Molière, le Fest. IV, 4. Jouez ces pièces à Nankin ; mais ne vous avisez pas de les représenter aujourd'hui à Paris ou à Florence, Voltaire, Lett. à l'Acad. franç. Vous vous êtes avisés de l'attaquer sans qu'on s'en aperçoive, Pascal, Prov. 17. Hors vous et moi, monsieur, je ne crois pas que personne s'avise de courir maintenant les rues, Molière, Sicilien, sc. 3. Voir sa vie, son repos et ses biens dépendre du premier téméraire qui s'avisera de…, Molière, le Festin, III, 5. Bon ! voilà ce qu'il nous faut, qu'un compliment de créancier ! De quoi s'avise-t-il de nous venir demander de l'argent, et que ne lui disais-tu que monsieur n'y est pas ? Molière, ib. IV, 2.

PROVERBES

Un fou avise bien un sage, c'est-à-dire, un bon conseil peut venir d'où on ne l'attend pas.

Un verre de vin avise bien un homme, c'est-à-dire l'excitation que donne un coup de vin ne nuit pas.

On ne s'avise jamais de tout.

REMARQUE

Dans aviser, le sens d'apercevoir est le plus ancien, mais il est devenu familier. Les puristes du XVIIe siècle le condamnaient ; toutefois il a survécu, et heureusement, car c'est un des jolis mots de notre langue.

HISTORIQUE

XIIe s. Sire reis, fait li il, forment ai desiré Que une feiz vus eüsse veü e avisé, Et que jo buche à buche eüsse à vus parlé, Th. le mart. 77. Sur sun cute [coude] à un moine li sainz huem s'aspuia, En sun seant s'assist ; les baruns avisa, Mais mult pitusement les quatre reguarda, ib. 139.

XIIIe s. Pour regarder quel fame [ils] lui pourront aviser, Berte, III. Fille, ce dist la vieille, savez où je m'avise ? ib. LXXVI. Mout lui plut li païs, quant ele l'ot avisé, ib. LXXXI. Dame, ce dist la vieille, bien estes avisée, ib. XVI. Quant uns renduz [moine] s'est apuiez, Qui delez le puis s'est couchiez, Si prent dedenz à regarder, Et Ysengrin à aviser [apercevoir], Ren. 6942. Quant longement l'ot avisé, Sor la teste giete le cop, ib. 16227. Entre ces boutons en eslui [j'en élus] Ung si très bel qu'envers celui Nus des autres riens ne prisié, Puis que ge l'oi bien avisié, la Rose, 1666. Li baillis doit si justement ouvrer en son office que nule des parties qui ont devant lui à pledier, ne soient avisées par li, Beaumanoir, 34. Je me suis avisé que, se je demeure, je n'i voy point de peril que mon royaume se perde, Joinville, 257. Le ferrais [tapissier] s'avisa que le soudanc venoit touz jours jouer aus eschez après relevée, sus les nates qui estoient au piez de son lit, Joinville, 213.

XIVe s. Or escoutez pour Dieu de quoi il s'avisa, Guesclin. 19435. À ces fais-ci se doit toute gent aviser ; Car si tost que fortune veult sa roe tourner, Cellui qui est dessus fait dessous avaler, ib. 15153. Il vente d'un froit vent qui à hausser s'est pris ; N'est homme qui durast, ne cheval ne roncins ; Avisezvous, Bertran, chevalier et amis, Attendons à demain que jours soit esclarcis, ib. 18235. Or s'en va Bauduins li preus et li senés ; Se li contes l'atent, il est mal avisés, Baud. de Seb. VI, 724. Or oiés dont la bele, seignour, s'est avisée, ib. II, 318.

XVe s. Et avoient avisé une ville assez près de là, Froissart, I, I. 86. Là s'avisa la dame [résolut] qu'elle se partiroit tout coyement et vuideroit le royaume d'Angleterre, Froissart, I, I, 6. Et ainsi le vint-il dire de nuit à la roine d'Angleterre, et l'avisa du peril où elle estoit, Froissart, I, I, 12. Et avoient entente de prendre terre à un port qu'ils avoient avisé ; mais ils ne purent, Froissart, I, I, 18. Et un point que j'avise, C'est qu'entre touz court voix et renommée De pis avoir pour le peuple et l'Eglise, Deschamps, Souffrance du peuple. Et fut advisé que leurs gens ne viendroient plus avant, Commines, I, 8. Le roy [Louis XI] en venant à Peronne, il ne s'estoit point advisé qu'il avoit envoyé deux ambassadeurs, Commines, II, 7. Et les vins les meilleurs dont se peult adviser, Commines, IV, 9. Incontinent que le roy sceut l'allée dudit connestable, il advisa d'y donner remede, Commines, IV. 12. Prince, tant vit fol qu'il s'advise, Villon, Ballade.

XVIe s. Alexandre advisa que la fureur du cheval ne venoyt que de frayeur qu'il prenoyt à son umbre, Rabelais, Garg. I, 14. Ponocrates advisoyt quelque jour bien serain et ils faisoyent la plus grande chiere dont ilz se povoyent adviser, Rabelais, ib. I, 24. Gargantua fut advisé par Eudemon que, dedans le chasteau, estoyt quelque reste des ennemyz, Rabelais, ib. I, 34. Adviser pour le mieulx, Montaigne, I, 18. Les Lacedemoniens s'adviserent de s'escarter pour…, Montaigne, I, 49. J'advisay d'en tirer quelque usage, Montaigne, I, 95. J'en suis utilement advisé [averti] par ce recit, Montaigne, I, 102. En est il devenu meilleur ou plus advisé ? Montaigne, I, 42. Pourveu que tout d'un train ils advisassent d'establir quelque homme de bien en la place du condamné, Montaigne, IV, 83. Les lourdauts n'advisoient pas qu'ils ne faisoient que recouvrer une partie du leur, La Boétie, 53. Et aussi pourtant qu'elle soit chaste, si est-il besoing qu'elle s'advise d'estre gracieuse et courtoise, La Boétie, 295. Roger elle croit qu'elle advise, Et tout à coup son œil moite s'esgaye ; Si d'un cheval ou d'un laquet s'advise, C'est un message : ainsi elle se paye, La Boétie, 486. Par tous les moyens dont ilz se pouvoient adviser, Amyot, Lyc. 38. Ce fut la femme du roy, qui l'advisa de ceste maniere de supplier, Amyot, Thém. 46. Advisez ce que vous avez à faire pour vostre salut et seureté, Amyot, Fab. 7. Lors il advisa ceulx qui estoient en embusche, de la venue de Marcellus, Amyot, Marcel. 49.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Aviser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVISER, avertir, terme qui étoit autrefois en usage parmi les négocians, pour signifier donner avis de quelque chose à un correspondant. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aviser »

Étymologie de aviser - Littré

À et viser ; picard, awisier et adviser, regarder ; provenç. avisar, avizar ; espagn. avisar ; ital. avvisare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de aviser - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Composé[1] de a- et viser → voir avis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aviser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aviser avize play_arrow

Conjugaison du verbe « aviser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe aviser

Évolution historique de l’usage du mot « aviser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aviser »

  • En y regardant de plus près, les policiers ont vu que le téléphone en possession de l’une des jeunes femmes était celui qui avait envoyé le SMS de détresse aux parents de l’adolescente. Dans l’appartement investi, loué sur Airbnb, se trouvait aussi un homme en charge de la « sécurité » des prostituées. Son rôle était aussi d’aviser les proxénètes en cas de problème avec un client notamment. Actu17 - L′info Police Sécurité Terrorisme., Noisy-le-Grand : Une ado de 15 ans échappe à ses proxénètes grâce à un piège tendu par son père
  • Visant à assurer un approvisionnement adéquat en eau potable pour les citoyens et en eau tout court pour le Service de protection incendie, l’interdiction en vigueur fera l’objet d’une «surveillance régulière», prend soin d’aviser l’administration municipale. , L’interdiction prolongée à 3 semaines | Courrier Laval
  • La police recommande aussi d’aviser ses voisins qui seront attentifs aux mouvements inhabituels, de ne pas cacher de clé à l’extérieur et de sécuriser les fenêtres et entrées de son logement. Autre astuce: ne pas laisser de messages liés à une absence sur son répondeur et sur les réseaux sociaux. , La police genevoise met en garde contre les cambriolages estivaux
  • Contre toute attente, et sans aviser, le département de Khalid Ait Taleb a tout bonnement raté le rendez-vous de 18H, devenu fixe pour tous les Marocains, pour prendre connaissance du bilan quotidien de l’évolution de la situation épidémiologique dans le Royaume pour les 24 heures écoulées. Comme ils le font depuis trois mois déjà, les journalistes, et plus généralement les citoyens, étaient devant leur écran dans l’attente d’une communication, sèche et brève certes, mais apportant tout au moins des données chiffrées pouvant aider à comprendre ce qui se passe. Mais ce jeudi leur attente a été vaine. Hespress Français, Le ministère de la santé persiste dans sa politique de mépris de l’opinion publique | Hespress Français
  • Procédure Pour visiter un proche, les personnes doivent se présenter à l’entrée de l’installation habituellement utilisée pour se rendre à l’urgence. Pour être admis, il faut déjà connaître le numéro de la chambre où l’usager est hospitalisé. Il est demandé aux visiteurs de quitter l’installation par la même porte que lors de leur arrivée afin d’aviser la personne responsable à l’entrée de son départ et, ainsi, de permettre d’autres visites. Les visiteurs ne seront pas autorisés à entrer dans l’installation s’il y a une éclosion dans le milieu, ont reçu un diagnostic, ont été en contact étroit, sont en attente d’un résultat de dépistage ou présentent des symptômes liés à la COVID-19. Les personnes qui souhaitent procéder à un test de dépistage peuvent en faire la demande. Le Manic, Visites permises dans les hôpitaux, selon certaines conditions - Le Manic
  • Il faut bien aviser à ne pas se noyer en voulant secourir ceux qui se noient. De Baltasar Gracian y Morales / L'homme de cour

Traductions du mot « aviser »

Langue Traduction
Corse cunsiglià
Basque aholkatzeko
Japonais 助言する
Russe советовать
Portugais aconselhar
Arabe نصيحة
Chinois 劝告
Allemand beraten
Italien consigliare
Espagnol asesorar
Anglais advise
Source : Google Translate API

Synonymes de « aviser »

Source : synonymes de aviser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires