La langue française

Lassitude

Sommaire

  • Définitions du mot lassitude
  • Étymologie de « lassitude »
  • Phonétique de « lassitude »
  • Citations contenant le mot « lassitude »
  • Traductions du mot « lassitude »
  • Synonymes de « lassitude »
  • Antonymes de « lassitude »

Définitions du mot lassitude

Trésor de la Langue Française informatisé

LASSITUDE, subst. fém.

A. − État d'une personne qui éprouve une fatigue physique plus ou moins grande, agréable ou pénible.
1. [En parlant d'une grande fatigue générale ressentie à la suite d'efforts violents et parfois prolongés, à cause de surmenage, de maladie, ou de difficultés trop importantes à surmonter pour le sujet] Abattement, épuisement. Si je ne t'écris pas, mon vieux bon, n'en accuse que mon extrême lassitude. Il y a des jours où je n'ai plus la force physique de remuer une plume (Flaub., Corresp.,1861, p. 447).Dans tout mon corps, c'est une lassitude, un brisement immense (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p. 336):
1. Bien avant la catastrophe d'Evanston, j'avais constaté en moi d'évidents symptômes de déchéance physique : lassitude générale, insomnie, diminution de la faculté d'attention, de la mémoire, inappétence, irritabilité. Bourget, Actes suivent,1926, p. 32.
SYNT. Lassitude accablante, extrême, infinie, insurmontable; affreuse, immense, profonde lassitude; être brisé, pris, rendu, vaincu de lassitude; ressentir une grande lassitude; mourir, tomber de lassitude.
À la lassitude (loc. adv.). À la fatigue, à force de harceler. Il ne me restait plus d'elle [de ma script-girl de cinéma] (...) que quelques mots qu'elle m'avait pour ainsi dire, appris de force, à la lassitude (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 120).
Céder, succomber à la lassitude. Tomber dans le sommeil. Quand elle cédait à la lassitude, elle tombait comme une masse sur mon épaule; et là elle dormait un peu (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 148).
Éprouver des lassitudes; avoir des lassitudes dans les jambes. Forcée de monter et de descendre sans cesse les étages, j'ai des lassitudes dans les jambes, que, le soir, je tombe comme une masse de plomb (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 141).
P. anal. Une baraque de planches, à la toiture ruineuse, reposait là avec un grand air de lassitude et d'effondrement (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 178).
2. Plus rare. Fatigue agréable, bien-être incitant au repos, au sommeil. Lassitude amoureuse; bonne, douce lassitude. Une délicieuse lassitude nous ayant envahis, nous nous endormîmes, aux bras l'un de l'autre (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Verrou, 1882, p. 818).À l'éloignement de Jean Péloueyre, elle avait dû d'abord un peu de cette lassitude heureuse des convalescentes (Mauriac, Baiser Lépreux,1922, p. 188):
2. ... ma grand-mère (...) s'installait près de la fenêtre, dans sa bergère à oreillettes, chaussait ses besicles, soupirait de bonheur et de lassitude, baissait les paupières avec un fin sourire voluptueux que j'ai retrouvé depuis sur les lèvres de la Joconde... Sartre, Mots,1964, p. 31.
B. − État de fatigue mentale, morale, affective ou psychique. Lassitude de l'âme, de l'esprit; lassitude de vivre.
1. [La lassitude est liée à l'ennui, au dégoût] Le coup de foudre vient d'une secrète lassitude de ce que le catéchisme appelle la vertu, et de l'ennui que donne l'uniformité de la perfection (Stendhal, Amour,1822, p. 55).J'éprouvais dans la pensée un vide affreux, un dégoût, une lassitude de toutes choses et de toutes personnes autour de moi (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 268):
3. Les grandes douleurs morales, comme les fatigues du corps, vous laissent si écrasé de lassitude que l'esprit est incapable de former un désir et les membres de s'agiter pour une action. Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 138.
2. [La lassitude est liée au découragement] Cette situation de lassitude et de décrépitude, et de désarmement et de dénégation (Péguy, Argent,1913, p. 1278).Il contraignit sa raison à admettre ce qu'elle n'avait jamais accepté. C'est ce qu'on pourrait appeler la lassitude, la capitulation ou le désespoir de l'intelligence (Maeterl., Ombre des ailes,1936, p. 124).Puisque la France a fait entendre sa volonté de triompher, il n'y aura jamais pour nous ni doute, ni lassitude, ni renoncement (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 678):
4. ... Schopenhauer fut un pessimiste féroce (...). Les mots de satiété, de lassitude, d'accablement, d'abdication se retrouvaient chaque matin sous sa plume quand il cherchait à rendre son état intérieur. Bourget, Nouv. Essais psychol.,1885, p. 301.
Par lassitude. Accepter quelque chose, dire oui à quelque chose par lassitude. Il conclut, par lassitude, une paix ignominieuse (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 47).
Prononc. : [lasityd]. Étymol. et Hist. 1. xves. [ms.] « état de grande fatigue physique » (Evrart de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo30b ds Gdf. Compl.); 2. 1652 « fatigue morale, dégoût » (La Rochefoucauld, Mémoires, éd. J. Gourdault, I, 352). Empr. au lat.lassitudo « fatigue » qui a remplacé les plus anc. lassece, lassement (xiies. ds T.-L.) comme nom d'état de las, lasser. Fréq. abs. littér. : 1 253. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 887, b) 1 984; xxes. : a) 2 374, b) 2 080. Bbg. Cazelles (B.). Un Héros fatigué. Rom. Philol. 1977, t. 30, pp. 616-622.

Wiktionnaire

Nom commun

lassitude \la.si.tyd\ féminin

  1. Sensation de fatigue causée par une mauvaise disposition de santé.
    • J'avais les membres roidis et ressentais une si pénible lassitude, que je restai longtemps sans pouvoir trouver le sommeil. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 94)
    • (Figuré) Il a renoncé à cette correspondance par pure lassitude d’avoir toujours les mêmes choses à dire.
  2. État de celui qui est las, de celle qui est lasse, au propre et au figuré.
    • La douceur alanguie du printemps ne faisait que rendre plus lourde la lassitude de Zaheira. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • (Figuré) Une restauration n'est possible qu'aux brefs instants de lassitude quand les idées, les hommes et les faits s'accordent une trêve, quand l'essoufflement rompt l'assaut des générations montantes. — (François Mitterrand, Le coup d'État permanent, 1965)
    • Je l’écoutais à peine. J'avais cédé de guerre lasse. Elle avait l’ardeur de ses 16 ans et moi la lassitude de mes sept décennies. — (Yvette Grémillon, « Ce sac à main », dans Boffo Ténouga et autres nouvelles, éditions Publishroom, 2016)

Nom commun

lassitude (singulier)

  1. Lassitude.
    • At length lassitude succeeded to the tumult I had before endured — (Mary W. Shelley, Frankenstein, page 45, édition de 1869)
      Enfin, la lassitude succéda la tumulte que j’avais jusqu’ici endurée
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LASSITUDE. n. f.
État de celui qui est las, au propre et au figuré. Il désigne spécialement une Sensation de fatigue causée par une mauvaise disposition de santé. Tomber de lassitude. Être excédé de lassitude. N'en pouvoir plus de lassitude. Il a renoncé à cette correspondance par pure lassitude d'avoir toujours les mêmes choses à dire. Je ne sais d'où me vient cette lassitude. Sentir de grandes lassitudes dans les membres, dans tout le corps. J'ai des lassitudes dans les jambes.

Littré (1872-1877)

LASSITUDE (lâ-si-tu-d') s. f.
  • 1Sentiment de brisement et d'impossibilité d'agir que l'on éprouve après un travail excessif de corps ou d'esprit. Ce dégoût ne saurait venir que de la trop bonne chère que vous faites, ni cette lassitude que de travail, Guez de Balzac, liv. VII, lett. 16. L'amour [de Dieu] ne dort jamais, non plus que le soleil, Il sait l'art de veiller dans les bras du sommeil, Il sait dans la fatigue être sans lassitude, Corneille, Imit. III, 5. Des milliers d'Américains servaient aux Espagnols de bêtes de somme, et on les tuait quand leur lassitude les empêchait de marcher, Voltaire, Mœurs, 148. Au jour naissant, le sommeil est entré Dans ses beaux yeux fermés de lassitude, Malfilâtre, Narcisse, ch. II.
  • 2Sensation semblable causée par une mauvaise disposition de santé. Sentir de grandes lassitudes dans les membres, dans tout le corps. Je sens parfois des lassitudes par tous les membres, Molière, Mal. imag. III, 14.
  • 3Ennui, dégoût. La lassitude prit Charles-Quint, et il abdiqua. Néron fut clément par dissimulation dans sa jeunesse, et Auguste par lassitude dans sa vieillesse, Diderot, Claude et Nér. II, 52.

HISTORIQUE

XVIe s. La lassitude du corps amortissoit l'aise et le contentement de l'esprit, Amyot, Arat. 27. Avec une lassitude des bras et des jambes, Paré, XVI, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LASSITUDE, s. f. (Mor.) c’est l’état de l’homme quand il n’a plus la volonté & la force d’agir. Tout travail fatigue ; il ne lasse que quand il cesse de plaire ; après la fatigue l’homme répare ses forces par le repos, & quelquefois il sort de la lassitude en changeant de travail.

Lassitude, lassitudo, κόπος, (Med.) est un sentiment désagréable qu’on éprouve pour l’ordinaire, après avoir fait des exercices immodérés en force ou en longueur : le sentiment est joint à une ineptitude au mouvement ; on en distingue deux especes : l’une plus proprement fatigue, defatigatio, est la suite & l’effet d’un mouvement excessif ; l’autre est spontanée, c’est-à-dire, n’est précédée d’aucun exercice, du moins violent. La premiere espece qui a une cause évidente considérée en soi, n’est pas maladie ; à peine est elle incommodité, à moins qu’elle ne soit extreme ; aussi pour la dissiper ne faut-il que du repos ; c’est le remede le plus simple & le plus assuré ; c’est le fameux ἄκοπον d’Hippocrate ; lorsqu’on « s’est fatigué, dit-il, aphor. 48. lib. II. par quelque mouvement que ce soit, le repos est un prompt délassement ; on doit en outre avoir attention de ne pas manger avant que la lassitude soit un peu dégagée & soluta par le repos, sans quoi l’on court le risque prochain d’une indigestion. Voyez Indigestion ». Quelques auteurs attribuent aux bains, demi-bains, incessus, préparés avec la décoction d’armoise, une vertu singulierement délassante ; ils assurent en avoir observé des effets admirables. D’autres fondés, disent-ils, sur leur expérience, ou plûtôt sur leur inexpérience, contestent à l’armoise cette propriété, & la traitent de chimérique ; il n’est pas, comme on voit, jusqu’aux faits, qui ne soient à-présent matiere de dispute.

Les lassitudes spontanées qu’on ne peut attribuer à aucun mouvement considérable précédent, sont au moins incommodité, le plus souvent symptome ou présage de maladie. Ces lassitudes annoncent toujours un dérangement dans la machine, une révolution prochaine, une foiblesse dans les nerfs, &c. Presque toutes les maladies aiguës sont précédées & accompagnées de lassitude ; c’est le principal symptome qui constitue l’état neutre qu’on remarque avant que ces maladies se déclarent. On l’observe aussi quelquefois dans leurs cours, & sur-tout dans les fievres malignes, dont il augmente le danger, κοπιώδεες πυρετοὶ κακὸν θοὺς, dit Hippocrate : prorrhet. n°. 41. lib. I.

Il y a différens degrés ou especes de lassitude, désignés par le sentiment plus ou moins désagréable qu’on éprouve quand on veut se mouvoir. Lorsque le mouvement ou les efforts destinés à cela, impriment un sentiment d’érosion, on appelle cette lassitude ulcéreuse. Il semble aux malades que tout leur corps est couvert d’ulceres ; si ce sentiment se réduit à une tension, on lui donne l’épithete de tensive ; & si le malade ne sent qu’un poids incommode, on dit que la lassitude est gravative.

Ces distinctions doivent avoir sans doute quelque utilité. Quelques écrivains s’imaginent que les lassitudes ulcéreuses indiquent une grande acrimonie ; les gravatives, un simple épaississement des humeurs ; celles qui sont tensives, un état moyen, fides sit penès auctores. L’avantage qu’on peut retirer de l’attention aux lassitudes spontanées, considérées généralement, n’est pas aussi hypothétique ; nous n’avons qu’à consulter le prince de la médecine, le divin Hippocrate ; il nous apprendra 1°. que ces lassitudes présagent les maladies. 2°. Que ceux qui les éprouvent dans le cours de la maladie, sont en danger. 3°. Que si après des sueurs critiques, avec lassitude & frisson, la chaleur revient, c’est un mauvais signe, soit qu’il y ait en même tems hémorrhagie du nez ou non. 4°. Que les lassitudes jointes à des anxiétés, frissons, douleurs dans les reins, sont une marque que le ventre est libre. 5°. Que dans cet état de lassitude il est bon que le malade ait des selles rougeâtres, sur-tout dans le tems critique. 6°. Que les lassitudes qui persistent pendant & après la fievre, donnent lieu d’attendre des abscès aux joues & aux articulations, 7°. Les lassitudes spontanées dans les vieillards, avec engourdissement & vertige, sont les avant-coureurs de l’apoplexie.

Ces lassitudes sont aussi un symptome bien familier dans les maladies chroniques ; elles sont sur-tout propres au scorbut, dont elles caractérisent presque seules le premier degré : il y a lassitude dans toutes les maladies où il y a langueur ; ces deux états paroissent cependant différer en ce que la langueur affaisse & anéantit l’esprit & le corps, & précede le mouvement ; au lieu que la lassitude en est une suite, & ne semble affecter que la machine, ou pour mieux dire, les mouvemens animaux.

Les lassitudes spontanées n’exigent en elles-mêmes aucun remede, soit qu’elles annoncent ou accompagnent les maladies. Dans le premier cas elles avertissent de prévenir, s’il est possible, la maladie dont elles menacent. Il est alors prudent de se mettre à un régime un peu rigoureux, de faire diete ; l’émétique pourroit peut-être faire échouer la maladie : dans le second cas elles doivent engager un medecin à se tenir sur ses gardes, à ne pas trop donner à la nature, à s’abstenir des remedes qui pourroient l’affoiblir, & à recourir sur-tout à ceux qui peuvent tirer le corps de l’engourdissement où il commence à être plongé. Ces lassitudes dans les maladies chroniques, indiquent aussi des remedes actifs, invigorans, toniques, &c. propres à corriger & changer l’état vicieux du sang & des solides qui ont donné naissance au symptome, & qui l’entretiennent. (m)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lassitude »

Lat. lassitudinem, de lassus, las. Dans l'ancien français, on disait lasté, lassetê.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin lassitudo.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emprunt français lassitude, du latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lassitude »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lassitude lasityd

Citations contenant le mot « lassitude »

  • Je méprise cette sorte de sagesse à laquelle on ne parvient que par refroidissement ou lassitude. De André Gide
  • C’est ça qui me fait peur dans le bonheur : l’usure, la lassitude, l’effilochage. De Jean d'Ormesson / L’amour est un plaisir
  • Il y a des coeurs qui n'arrivent que par la lassitude jusqu'à la tendresse. De Louis Massignon
  • Ne vous mariez jamais : l'homme le fait par lassitude, la femme par curiosité et chacun est déçu. De Oscar Wilde
  • Dans la vie, il faut essayer d'aménager les cycles qui vont de la lassitude à l'enthousiasme. De François Mitterrand / Actuel - Décembre 1987
  • L'attitude pornographique est fondée sur le postulat que les amants ignorent la lassitude et que la psychologie n'existe pas. De John Atkins / Le Sexe dans la littérature
  • La lassitude ? Ça fait partie de l'amour, cette fatigue, un moment donné, comme l'ombre d'une faille qui nous assombrit. De Claire de Lamirande / La Baguette magique
  • Etre fataliste, ce n'est pas tellement croire en Dieu. C'est bien plutôt une sorte de lassitude, une forme du dilettantisme et un manque presque total de volonté. De Sacha Guitry
  • On se lasse d'être quarante ans dans sa propre compagnie ; on finit par se subir comme un ennui et se traîner comme un boulet. Henri Frédéric Amiel, Journal intime, 20 septembre 1866
  • Il est des cœurs qui n'arrivent que par la lassitude jusqu'à la tendresse. Louis Massignon, Opera minora, Centre de documentation scolaire
  • C'est la pire lassitude, quand on ne veut plus vouloir. Paul-Jean Toulet, Les Trois Impostures, Émile-Paul
  • Le remède le plus honteux à l'affliction chez un homme raisonnable, c'est de guérir par lassitude. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, Lettres à Lucilius, LXIII
  • N'écris que par lassitude de regarder. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Novembre. Le onze douzième d'une lassitude. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • On constate ces états de faits dans les espaces publics plus particulièrement, dans les commerces où les transports en commun. Le défaut de masque étant devenu même la tendance quoique les mauvaises langues expliquent le fait, par des températures torrides des grandes chaleurs qui rendent l’accessoire plus difficile à porter. Pour autant, cela ne doit pas nous conduire à la lassitude et au relâchement. Cette situation fait craindre le pire et les chiffres ces derniers jours sont là, pour le rappeler bien amèrement (563 cas de contaminations et deux décès ce mercredi 24 juin 2020). Ne pas suivre les mesures imposées est criminel, qu’on se le dise ! Hespress Français, Coronavirus : Laxisme, lassitude, relâchement et incivilité, cocktail explosif d’un rebond dans le Royaume | Hespress Français
  • Côté ressenti global, les avis sont plutôt partagés. Néanmoins, trois sentiments se dégagent: La lassitude, exprimée par 43% des sondés (un peu plus par les femmes et les jeunes), la confiance, avancée par 40% et l’enthousiasme (39%). Pour 37% d’entre eux, le bonheur est ailleurs, pour être heureux, il faut vivre à l’étranger. Les 18-24 ans sont les plus nombreux à le penser. Toutefois, la majorité des ainés croit que ses enfants ont plus de chances qu’eux de réussir dans la société marocaine future.Plus de la moitié (57%) pense que la situation au Maroc s’est détériorée ou au mieux a stagné sur les trois dernières années. Cela dit, concernant l’avenir, plus des trois quarts restent optimistes. L'Economiste, Marocains: De la lassitude, et une crise de confiance | L'Economiste
  • Les syndicats CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC et CGT évaluent « le manque à gagner à 2 700 € par salarié en moyenne ». Ils qualifient le geste de leur direction de « hold-up ». « à cela, on peut ajouter les conditions de travail qui se dégradent, le fait qu’il y a de moins en moins de vendeurs dans les rayons », complète Francis Glineur, délégué syndical FO du magasin Castorama d’École-Valentin, où le mouvement de grève est « peu suivi ». « Cela s’explique aussi par une certaine lassitude de la part des salariés. Beaucoup pensent plus aujourd’hui à quitter l’entreprise qu’à s’y projeter ». L’enseigne d’École-Valentin emploie environ 90 personnes, avec « un turn-over important ». , Social | « Baisse des primes » chez Castorama : la grève peu suivie à École-Valentin
  • Il y a un sentiment étrange qui se développe avec l’expérience, d’autres diront avec l’âge. La plupart des innovations tonitruantes qui agitent l’économie ne semblent pas être aussi nouvelles qu’elles en ont l’air. Au premier abord, on combat ce sentiment. C’est peut-être le résultat d’une certaine lassitude. Mais en y regardant de plus près, ce n’est pas aussi absurde. Le Temps, Déjà vu? - Le Temps
  • Alors ç’en est assez, des manifestations stériles, des meurtres, des arrestations arbitraires, des mépris et des inégalités. En tant que acteurs politiques, nous sommes tous responsables dans une certaine mesure. Je suis indigné par la précarité et la lassitude qu’endurent les guinéens. kalenews, Guinée/Tribune : Comprenons la lassitude du peuple et privilégions le dialogue inclusif – kalenews

Traductions du mot « lassitude »

Langue Traduction
Anglais weariness
Espagnol cansancio
Italien stanchezza
Allemand müdigkeit
Chinois 疲劳
Arabe ضجر
Portugais cansaço
Russe усталость
Japonais 疲労
Basque neke
Corse usura
Source : Google Translate API

Synonymes de « lassitude »

Source : synonymes de lassitude sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lassitude »

Partager