La langue française

Concupiscence

Sommaire

  • Définitions du mot concupiscence
  • Étymologie de « concupiscence »
  • Phonétique de « concupiscence »
  • Évolution historique de l’usage du mot « concupiscence »
  • Citations contenant le mot « concupiscence »
  • Traductions du mot « concupiscence »
  • Synonymes de « concupiscence »
  • Antonymes de « concupiscence »

Définitions du mot concupiscence

Trésor de la Langue Française informatisé

CONCUPISCENCE, subst. fém.

A.− THÉOLOGIE
1. Rare. Aspiration de l'homme qui le porte à désirer les biens naturels ou surnaturels.
En partic. Mouvement d'amour envers Dieu et les hommes. Priez, priez, jusqu'à ce que vous vous sentiez poursuivi par la concupiscence de cette jouissance (Saint-Martin, L'Homme de désir,1790, p. 234).
2. Péj. Attirance naturelle de l'homme pour les biens terrestres, impliquant un dérèglement des sens et de la raison, conséquence du péché originel. Concupiscence de la chair, de l'esprit, des yeux :
1. ... encore que rien ne soit plus libre que l'amour, son premier mouvement ne lui appartient pas. Ce mouvement, quand il est mauvais, se nomme concupiscence, et l'on en distingue trois sortes : la concupiscence des sens, qui est la volupté; la concupiscence de l'esprit, qui est l'ambition; et la dernière, qui tient de l'une et de l'autre, parce qu'elle a pour objet les moyens de les satisfaire, la cupidité. Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 111.
B.− Cour. [Le plus souvent en constr. de compl. prép.]
1. Désir très vif des plaisirs sensuels. Regarder avec des yeux de concupiscence (Ac. 1835-1932) :
2. Il n'aimait ni ne haïssait sa femme : il la désirait. Son imagination dépravée lui faisait voir en elle d'inouïes voluptés; il était resté inassouvi et n'espérait aucun assouvissement. Étrange couple où l'un, pétri du plus odieux des vices du corps, se murait dans une concupiscence vaine; tandis que l'autre, sans vertu, se défendait la vie sensorielle, par seul orgueil. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 49.
[P. anal. littér., à propos d'un animal] Les cerfs bramaient, ivres d'une telle concupiscence (Zola, La Faute de l'Abbé Mouret,1875, p. 1408).
2. Passion, convoitise à l'égard d'un bien matériel. Concupiscence charnelle; exciter la concupiscence. Vous barbotez dans des scrupules de religieuse qui s'accuse d'avoir mangé son œuf avec concupiscence (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 326).
Rem. On rencontre ds la docum. concupiscer, verbe intrans. Éprouver de la concupiscence. Ils se pâment les blondins (...). Ils concupiscent avec délices et se grisent de visions sadiques (M. Lefèvre, Les Gestes de la chanson, 1896, p. 142).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃kypisɑ ̃:s]. Les dict. mod. de Passy 1914 à Larg. Lang. fr. transcrivent [s] simple à la finale. Barbeau-Rodhe 1930 cependant admet [s] ou [ss]. Les dict. plus anc. Land. 1834, Nod. 1844, Fél. 1851, Littré et DG transcrivent [ss] double. Pourtant on rencontre déjà [s] ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787 et Gattel 1841. Admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1268 (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, II, 4, p. 177). Empr. au lat. chrét. concupiscentia de même sens, dér. du lat. class. concupiscere « convoiter ». Fréq. abs. littér. : 177.

Wiktionnaire

Nom commun

concupiscence \kɔ̃.ky.pi.sɑ̃s\ féminin

  1. Envie, inclination violente aux plaisirs qui sont interdits par les moralistes, surtout aux plaisirs sexuels.
    • Elle est en ce moment dans le bois d’oliviers, et les gardes (vos gardes, Taxis) font calmer par elle leurs concupiscences pendant les intervalles de recherches. — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le mot de concupiscence charnelle, pareil à un lourd crapaud élastique, n’a de plein sens que si on l’applique aux familles poussées à même le sol. Les lourds repliements d’appétits sensuels, les énormes convoitises tapies des années durant, ne sont possibles qu’à la campagne, où les maisons sont encore des êtres qui s’observent, se haïssent, gémissent au même souffle d’air et se frôlent et se bousculent dans le travail de leurs bras occupés à remuer la terre. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 229.)
    • […] des messieurs, […], auscultaient des paumes les charmes de ces demoiselles servantes, impassibles mais souriantes. Il y avait aussi des femmes qui les expertisaient d'un doigt agile, les yeux endiamantés de concupiscence. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 81)
    • Et chacun de me plaisanter ; ma jeunesse à son lever, mon parfum de fille fraîche, ma chair toute neuve en son premier éclat éveillaient chez les hommes de sournoises concupiscences, aiguisaient leur regard. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
    • Il préférait la musique classique et les chemisettes à carreaux mais, pour attirer les concupiscences, il devait avoir la tenue wesh-wesh, l'allure racaille, la casquette Nike, visière retournée en prime. — (Antoine Gouguel, Chifoumi !, Éditions du Frigo, 2011, p.77)

Nom commun

concupiscence

  1. (Soutenu) Concupiscence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONCUPISCENCE. n. f.
Inclination violente aux plaisirs qui sont défendus, surtout aux plaisirs des sens. La concupiscence de la chair. Regarder avec des yeux de concupiscence.

Littré (1872-1877)

CONCUPISCENCE (kon-ku-pi-ssan-s') s. f.
  • Terme de dogmatique. Le fond d'inclination naturelle qui nous fait désirer la jouissance des biens sensibles et surtout des plaisirs charnels. Une concupiscence naissante, Fléchier, I, 325. Ils vous ont porté à chercher votre bien dans les concupiscences qui sont le partage des animaux, Pascal, Car. 16. Que si, lâchant la bride à sa concupiscence, Il emporte la jouissance Où l'a fait aspirer ce désir déréglé…, Corneille, Imit. I, 6. Les passions de son cœur lui cachent presque toujours la vérité et ne la lui laissent paraître que lorsqu'elle est teinte de ces fausses couleurs qui flattent la concupiscence, Malebranche, Recherche, VI, 1.

SYNONYME

CONCUPISCENCE, CUPIDITÉ, AVIDITÉ, CONVOITISE. La concupiscence est un état habituel de l'âme qui la porte vers la jouissance de toutes les sortes de biens sensibles. La convoitise est un vif désir de quelque chose que nous désirons posséder. L'avidité est un désir insatiable. La cupidité est, d'une façon restreinte, le désir d'avoir de l'argent, des richesses.

HISTORIQUE

XIVe s. Concupiscence apetice [devient plus petite] par li resister, Oresme, Eth. XI, 17. Et un autre fait adultere par sa concupiscence, et y despent du sien et en suefre damage, Oresme, ib. 143.

XVIe s. Il ne fut jamais moderé en ses concupiscences, ny par pauvreté lorsqu'il estoit jeune, ny par l'aage après qu'il fut devenu vieil, Amyot, Sylla et Lysand. 5. La vertu qui regle la concupiscence, et qui limite ce qui est moderé et opportun ès voluptez, se nomme temperance, Amyot, De la vertu morale, 2. Le mariage estoit un nom d'honneur et dignité, non de folastre et lascive concupiscence, Montaigne, I, 227.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONCUPISCENCE, s. f. parmi les Théologiens, signifie l’appétit, ou le desir immodéré, ou la convoitise des choses sensuelles, inhérent à l’homme depuis sa chûte.

Le P. Malebranche définit la concupiscence, un effort naturel que les traces, les impressions du cerveau font sur l’ame pour l’attacher aux choses sensibles. L’empire & la force de la concupiscence sont, selon lui, ce que nous appellons le péché originel.

Il attribue l’origine de la concupiscence à ces impressions faites sur le cerveau de nos premiers parens, au tems de leur chûte, qui se sont transmises & qui se transmettent continuellement à leurs descendans : car de même, dit-il, que les animaux produisent leurs semblables, & avec les mêmes traces dans le cerveau (ce qui produit les mêmes sympathies & antipathies, & la même conduite dans les mêmes occasions) ; de même nos premiers parens ayant après leur chûte reçu des traces si profondes dans le cerveau, par l’impression des objets sensibles, on peut supposer avec raison qu’ils les communiquerent à leurs enfans. Mais on doit se borner à croire ce mystere, sans l’expliquer.

Les Scholastiques se servent du terme d’appétit concupiscible, pour signifier l’envie que nous avons de posséder un bien, en opposition à celui d’appétit irascible qui nous porte à fuir un mal.

S. Augustin, dans ses écrits contre Julien évêque d’Eclane, liv. IV. chap. xjv. distingue quatre choses dans la concupiscence ; la nécessité, l’utilité, la vivacité, & le desordre du sentiment ; & il ne trouve de mauvais que cette derniere qualité. La concupiscence considérée sous ce dernier rapport, est ce penchant que nous avons tous au mal, & qui reste dans les baptisés & dans les justes comme une suite & une peine du péché originel, & pour servir d’exercice à leur vertu. Voyez Péché originel. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « concupiscence »

Du latin concupiscentia (« convoitise, concupiscence »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emprunté au latin scholastique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. concupiscentia ; espagn. concupiscencia ; ital. concupiscenza ; du latin concupiscentia, de cum, et cupere, désirer (voy. CUPIDE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « concupiscence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
concupiscence kɔ̃kypisɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « concupiscence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « concupiscence »

  • Le culte de Dieu mortifie la concupiscence. De Proverbe oriental
  • Le mariage est un remède à la concupiscence. De Guy-René Plour / Défricheur de Hammada
  • La concupiscence et la force sont les sources de toutes nos actions. La concupiscence fait les volontaires, la force les involontaires. De Blaise Pascal / Pensées sur la religion
  • Soif et concupiscence vont de pair ; partage et jalousie font mauvais ménage. De Jacques Lamarche / Les Montagnes noires
  • Quelle religion nous enseignera donc à guérir l'orgueil, et la concupiscence ? De Blaise Pascal / Pensées sur la religion
  • La concupiscence nous est devenue naturelle et a fait notre seconde nature. Ainsi il y a deux natures en nous : l'une bonne, l'autre mauvaise. Où est Dieu ? Où vous n'êtes pas. De Blaise Pascal / Pensées
  • Il faut rigoureusement prohiber aux jeunes gens et aux jeunes filles les bains de mer. Ceux-ci ne peuvent être que prétexte à concupiscence et à débauche. L’eau de mer, c’est la salive du diable. De Anonyme / Catholiques des villes et des champs
  • Pourquoi cette joie chez Adam ? Comme son âme est naturellement habitée par Dieu, son regard sur la nudité de l’autre n’est pas habité par la concupiscence. Tout au contraire, cette nudité révèle que l’un et l’autre sont faits pour le don. Cette nudité mutuelle permet au couple de se donner et de s’accueillir pleinement. Adam et Ève peuvent finalement devenir un vrai don-de-soi et ainsi réaliser leur vocation d’être dans le monde l’image de Dieu qui se donne. Dans les origines, la relation amoureuse entre Adam et Ève a dû être vécue dans une paix immense. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Couple : contempler la nudité des corps sans honte ni concupiscence
  • Le voguing se caractérise initialement par une succession de poses imitant celles des mannequins en pages du magazine Vogue. Parodiant ainsi cette élite privilégiée excluant les femmes transsexuelles noires et latino-américaines. La ballroom a été crée par ces femmes mises de côté au sein des concours de beauté, d’où elles ressortent sans cesse perdantes face aux femmes blanches. Le voguing est une performance très féminine, car le but est, pour ces femmes transsexuelles, de montrer qui elles sont : de vraies femmes, magnifiques et sûres d’elles. Ainsi, c’est avec concupiscence que les danseuses exécutent ces mouvements souvent rapides, extrêmement précis, linéaires, angulaires et rotatifs que l’on connaît. Artistikrezo, Le voguing, de marginalisé à adulé - Artistikrezo
  • Julie Mattiussi rappelle d’abord que le devoir conjugal est issu du droit canonique, donc du catholicisme. A l’origine, cette obligation est censée servir de cadre à la procréation, et de garantie contre la concupiscence (bien tenté). Lors de l’invention du mariage moderne, après la Révolution française, le code civil ne mentionne pourtant ni consommation du mariage, ni devoir conjugal. Ils existent… mais la pudeur interdit alors de les inscrire noir sur blanc dans le texte. Le Monde.fr, Faut-il abolir le devoir conjugal ?
  • Viridiana de Luis Buñuel fit scandale mais obtint la palme d’or à Cannes en 1961. Le film raconte les déboires de Viridiana dont la vocation monastique est empêchée par la concupiscence incestueuse de son oncle. Détournée d’un avenir de moniale, Viridiana décide en effet de dédier sa vie aux nécessiteux, lesquels en profiteront pour tenter de renverser l’ordre social, profitant de l’absence des privilégiés pour s’adonner à une orgie dionysiaque, durant laquelle Don Luis donnera sa propre, et scandaleuse, interprétation de La Cène. Les gens qu'elle a aidés se saoulent, pillent la maison et essaient de violer leur bienfaitrice. Sauvée par son cousin, elle cède à ses charmes et accepte à la fin de s'installer avec lui et la servante dans un ménage à trois. Luis Buñuel détourne ostensiblement, avec alacrité même, l’œuvre de Léonard de Vinci dans la composition de sa Cène des gueux. , La Cène de Léonard de Vinci (1494-1498)
  • Aux ténèbres du monde marchand, maladie galopante et vicieuse, il faut dresser la lumière, celle du service public et de la gratuité, qui sauvera l’humanité des démons de la concupiscence et de l’avarice. Contrepoints, La grande illusion de la gratuité | Contrepoints
  • Eh bien, peut-être parce que, comme l'affirmait Jenny Fields, la castrante maman de S.T. Garp dans Le Monde selon Garp, de John Irving: « Le monde est malade de concupiscence. » La Presse, La clôture de la concupiscence
  • 1.  D’abord réprimer la concupiscence de la chair 2.  Puis faciliter l’élévation de nos âmes vers les réalités divines 3.  Enfin satisfaire pour nos péchés. FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Lettre pour le Carême sur la Pénitence - FSSPX.Actualités / FSSPX.News

Traductions du mot « concupiscence »

Langue Traduction
Anglais concupiscence
Espagnol concupiscencia
Italien concupiscenza
Allemand konkupiszenz
Chinois 精明
Arabe الشهوة
Portugais concupiscência
Russe похотливость
Japonais 良心
Basque concupiscence
Corse cuncupiscenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « concupiscence »

Source : synonymes de concupiscence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « concupiscence »

Partager