La langue française

Célibat

Définitions du mot « célibat »

Trésor de la Langue Française informatisé

CÉLIBAT, subst. masc.

A.− État de vie d'une personne qui n'est pas encore mariée, ou qui ne se marie pas. Vivre, rester dans le célibat; garder le célibat; vœu de célibat. Anton. mariage.Dans le milieu de Zaza, il fallait se marier ou entrer en religion. « Le célibat, disait-on, n'est pas une vocation » (S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 153):
1. À Sparte, la législation de Lycurgue privait de tous les droits de citoyen l'homme qui ne se mariait pas. On sait par plusieurs anecdotes que lorsque le célibat cessa d'être défendu par les lois, il le fut encore par les mœurs. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 55.
2. Je sais des parents criminels, dont la fille était faite pour le mariage, et qui l'ont installée dans le célibat, pour la garder auprès d'eux. Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 955.
RELIG. CATH. (dr. canonique occ.). Célibat des prêtres, célibat ecclésiastique (des clercs). Le septième canon du concile de Latran, tenu en 1139, n'a fait que confirmer le célibat ecclésiastique qui existoit bien avant cette époque (Chateaubriand, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. XIX).
[Règle canonique commune à l'Occident et à l'Orient] Célibat consacré, monastique; être voué au célibat.
DR. DU TRAVAIL. Clause du célibat. (Dans certaines professions), résiliation du contrat en cas de mariage du salarié.
B.− P. ext. Vie sans conjoint, vie de continence conjugale. Le célibat d'un veuf, d'une veuve. Synon. veuvage :
3. Tout le monde entreprit de lui faire quitter MmeRenaud et de le ramener enfin à un célibat moins conjugal; ... Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, p. 215.
4. La séparation n'était-elle pas consommée déjà? Cela l'aurait empli de remords et de honte, s'il l'avait possédée encore, lorsqu'elle n'était plus à lui. Mais quelle rentrée affreuse, dans cette chambre humide, abandonnée, où la couche froide de son célibat l'attendait! Zola, Le Docteur Pascal,1893, p. 266.
P. métaph. [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Isolement affectif. J'empêche l'effrayant célibat de l'abîme (Hugo, La Légende des siècles,t. 5, 1877, p. 1180).
Prononc. et Orth. : [seliba]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1549 (Est.); av. 1580 le coelibat des prebtres (Montaigne, II, p. 335 ds Littré); 2. 1845 continence sexuelle supra ex. 3. Empr. au lat. caelibatus « id. », attesté dep. Sénèque ds TLL s.v., 73, 16; dér. de caelebs « célibataire » (Plaute, ibid., 65, 78). Fréq. abs. littér. : 218. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 453, b) 428; xxes. : a) 261, b) 153. Bbg. Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du xviiies. Fr. mod. 1969, t. 37, no2, p. 124.

Wiktionnaire

Nom commun

célibat \se.li.ba\ masculin

  1. État d’une personne qui n’est pas mariée.
    • Dès l’Ite Missa est, la sacristine s'agita. Longue, plate et noire comme un staphyllin, desséchée par cinquante ans de célibat concentré, elle semble porter sur ses épaules étroites tout le deuil de la terre, expier tous les péchés du monde. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Quelques jours plus tard, en réponse à une longue apologie du célibat et de la chasteté due à la plume de notre « Sphinx ariégeois » de plus en plus dégoûté de la vie, je répliquais :
      Toute femme est faite pour rivancher comme dit l'argot des barrières, et ensuite pour reproduire.
      — (Françoise d'Eaubonne, Mémoires irréductibles: de l'entre-deux-guerres à l'an 2000, éditions Dagorno, 2001, p. 233)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CÉLIBAT. n. m.
État d'une personne qui n'est point mariée. Vivre dans le célibat. Passer sa vie dans le célibat. Garder le célibat. Demeurer dans le célibat. Le célibat des prêtres.

Littré (1872-1877)

CÉLIBAT (sé-li-ba ; le t ne se lie pas) s. m.
  • État d'une personne non mariée. Vivre, demeurer dans le célibat. Garder le célibat. Ils quittaient leurs femmes pour embrasser le célibat, Bossuet, Var. 2. Mais l'endroit où notre historien [le protestant Burnet] a épuisé toutes ses adresses et usé, pour ainsi dire, toutes ses plus belles couleurs, est celui du célibat des ecclésiastiques, Bossuet, ib. 7. Du célibat fidèle appui, Je vois avec colère L'amour essuyer aujourd'hui Les larmes de son frère, Béranger, Célib.

HISTORIQUE

XVIe s. On y trouva [en Amérique] une bien expresse image de nos penitenciers, l'usage des mitres, le coelibat des presbtres, Montaigne, II, p. 335.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CÉLIBAT, s. m. (Hist. anc. & mod. & Morale.) est l’état d’une personne qui vit sans s’engager dans le mariage. Cet état peut être considéré en lui-même sous trois aspects différens : 1°. eu égard à l’espece humaine ; 2°. à la société ; 3°. à la société chrétienne. Mais avant que de considérer le célibat en lui-même, nous allons exposer en peu de mots sa fortune, & ses révolutions parmi les hommes. M. Morin, de l’académie des Belles-lettres, en réduit l’histoire aux propositions suivantes. Le célibat est aussi ancien que le monde ; il est aussi étendu que le monde : il durera autant & infiniment plus que le monde.

Histoire abrégée du célibat. Le célibat est aussi ancien que le monde, s’il est vrai, ainsi que le prétendent quelques auteurs de l’ancienne & de la nouvelle loi, que nos premiers parens ne perdirent leur innocence qu’en cessant de garder le célibat ; & qu’ils n’auroient jamais été chassés du paradis, s’ils n’eussent mangé le fruit défendu ; action qui dans le style modeste & figuré de l’Ecriture, ne désigne autre chose, selon eux, que l’infraction du célibat. Ils tirent les preuves de cette interprétation grammaticale, du sentiment de nudité qui suivit immédiatement le péché d’Eve & d’Adam ; de l’idée d’irrégularité attachée presque par toute la terre à l’acte charnel ; de la honte qui l’accompagne ; du remors qu’il cause ; du péché originel qui se communique par cette voie : enfin de l’état où nous retournerons au sortir de cette vie, où il ne sera question ni de maris ni de femmes, & qui sera un célibat éternel.

Il ne m’appartient pas, dit M. Morin, de donner à cette opinion les qualifications qui lui conviennent ; elle est singuliere : elle paroît opposée à la lettre de l’Ecriture ; c’en est assez pour la rejetter. L’Ecriture nous apprend qu’Adam & Eve vécurent dans le paradis, comme frere & sœur ; comme les anges vivent dans le ciel ; comme nous y vivrons un jour : cela suffit ; & voilà le premier & le parfait célibat. Savoir combien il dura, c’est une question purement curieuse. Les uns disent quelques heures ; d’autres quelques jours : il y en a qui, fondés sur des raisons mystiques, sur je ne sai quelles traditions de l’église Greque, sur l’époque de la naissance de Caïn, poussent cet intervalle jusqu’à trente ans.

A ce premier célibat, les docteurs Juifs en font succéder un autre qui dura bien davantage ; car ils prétendent qu’Adam & Eve, confus de leur crime, en firent pénitence pendant cent ans, sans avoir aucun commerce ensemble ; conjecture qu’ils établissent sur la naissance de Seth, leur troisieme fils, que Moyse ne leur donne qu’à l’âge de cent trente ans. Mais à parler juste, il n’y a qu’Abel à qui l’on puisse attribuer l’honneur d’avoir gardé le célibat pendant toute la vie. Savoir si son exemple fut imité dans les générations suivantes ; si les fils de Dieu qui se laisserent corrompre par les filles des hommes, n’étoient point une espece de religieux, qui tomberent dans le desordre, c’est ce que l’on ne sauroit dire ; la chose n’est pas impossible. S’il est vrai qu’il y eût alors des femmes qui affectoient la stérilité, comme il paroît par un fragment du prétendu livre d’Enoch, il pouvoit bien y avoir eu aussi des hommes qui en fissent profession : mais les apparences n’y sont pas favorables. Il étoit question alors de peupler le monde ; la loi de Dieu & celle de la nature imposoient à toutes sortes de personnes une espece de nécessité de travailler à l’augmentation du genre humain ; & il est à présumer que ceux qui vivoient dans ce tems-là, se faisoient une affaire principale d’obéir à ce précepte. Tout ce que l’histoire nous apprend, dit M. Morin, des Patriarches de ces tems-là, c’est qu’ils prenoient & donnoient des femmes ; c’est qu’ils mirent au monde des fils & des filles, & puis moururent, comme s’ils n’avoient eu rien de plus important à faire.

Ce fut à peu près la même chose dans les premiers siecles qui suivirent le déluge. Il y avoit beaucoup à défricher, & peu d’ouvriers ; c’étoit à qui engendreroit le plus. Alors l’honneur, la noblesse, la puissance des hommes consistoient dans le nombre des enfans ; on étoit sûr par-là de s’attirer une grande considération, de se faire respecter de ses voisins, & d’avoir une place dans l’histoire. Celle des Juifs n’a pas oublié le nom de Jaïr, qui avoit trente fils dans le service ; ni celle des Grecs, les noms de Danaüs & d’Egyptus, dont l’un avoit cinquante fils, & l’autre cinquante filles. La stérilité passoit alors pour une espece d’infamie dans les deux sexes, & pour une marque non équivoque de la malédiction de Dieu ; au contraire, on regardoit comme un témoignage authentique de sa bénédiction, d’avoir autour de sa table un grand nombre d’enfans. Le célibat étoit une espece de péché contre nature : aujourd’hui, ce n’est plus la même chose.

Moyse ne laissa guere aux hommes la liberté de se marier ou non. Lycurgue nota d’infamie les célibataires. Il y avoit même une solemnité particuliere à Lacédémone, où les femmes les produisoient tous nuds aux piés des autels, & leur faisoient faire à la nature une amende honorable, qu’elles accompagnoient d’une correction très-severe. Ces républicains pousserent encore les précautions plus loin, en publiant des reglemens contre ceux qui se marioient trop tard, ὀψιγαμία, & contre les maris qui n’en usoient pas bien avec leurs femmes, κακογαμία.

Dans la suite des tems, les hommes étant moins rares, on mitigea ces loix pénales. Platon tolere dans sa république le célibat jusqu’à trente-cinq ans : mais passé cet âge, il interdit seulement les célibataires des emplois, & leur marque le dernier rang dans les cérémonies publiques. Les lois Romaines qui succederent aux greques, furent aussi moins rigoureuses contre le célibat : cependant les censeurs étoient chargés d’empêcher ce genre de vie solitaire, préjudiciable à l’état, cælibes esse prohibento. Pour le rendre odieux, ils ne recevoient les célibataires ni à tester, ni à rendre témoignage ; & voici la premiere question que l’on faisoit à ceux qui se présentoient pour prêter serment : ex animi tui sententiâ, tu equum habes, tu uxorem habes ? à votre ame & conscience, avez-vous un cheval, avez-vous une femme ? mais les Romains ne se contentoient pas de les affliger dans ce monde, leurs Théologiens les menaçoient aussi de peines extraordinaires dans les enfers. Extrema omnium calamitas & impietas accidit illi qui absque filiis à vita discedit, & dæmonibus maximas dat pœnas post obitum. C’est la plus grande des impiétés, & le dernier des malheurs, de sortir du monde sans y laisser des enfans ; les démons font souffrir à ces gens-là de cruelles peines après leur mort.

Malgré toutes ces précautions temporelles & spirituelles, le célibat ne laissoit pas de faire son chemin ; les lois mêmes en sont une preuve. On ne s’avise pas d’en faire contre des desordres qui ne subsistent qu’en idée ; savoir par où & comment celui-ci commença, l’histoire n’en dit rien : il est à présumer que de simples raisons morales, & des goûts particuliers, l’emporterent sur tant de lois pénales, bursales, infamantes, & sur les inquiétudes de la conscience. Il fallut sans doute dans les commencemens des motifs plus pressans, de bonnes raisons physiques ; telles étoient celles de ces tempéramens heureux & sages, que la nature dispense de réduire en pratique la grande regle de la multiplication : il y en a eu dans tous les tems. Nos auteurs leur donnent des titres flétrissans : les Orientaux au contraire les appellent eunuques du soleil, eunuques du ciel, faits par la main de Dieu, qualités honorables, qui doivent non-seulement les consoler du malheur de leur état, mais encore les autoriser devant Dieu & devant les hommes à s’en glorifier, comme d’une grace spéciale, qui les décharge d’une bonne partie des sollicitudes de la vie, & les transporte tout d’un coup au milieu du chemin de la vertu.

Mais sans examiner sérieusement si c’est un avantage ou un desavantage, il est fort apparent que ces béats ont été les premiers à prendre le parti du célibat : ce genre de vie leur doit sans doute son origine, & peut-être sa dénomination ; car les Grecs appelloient les invalides dont il s’agit κολοϐοὶ, qui n’est pas éloigné de cælibes. En effet le célibat étoit le seul parti que les κολοϐοὶ eussent à prendre pour obéir aux ordres de la nature, pour leur repos, pour leur honneur, & dans les regles de la bonne foi : s’ils ne s’y déterminoient pas d’eux mêmes, les lois leur en imposoient la nécessité : celle de Moyse y étoit expresse. Les lois des autres nations ne leur étoient guere plus favorables : si elles leur permettoient d’avoir des femmes, il étoit aussi permis aux femmes de les abandonner.

Les hommes de cet état équivoque & rare dans les commencemens, également méprisés des deux sexes, se trouverent exposés à plusieurs mortifications, qui les réduisirent à une vie obscure & retirée : mais la nécessité leur suggéra bientôt différens moyens d’en sortir, & de se rendre recommandables : dégagés des mouvemens inquiets de l’amour étranger & de l’amour-propre, ils s’assujettirent aux volontés des autres avec un dévouement singulier ; & ils furent trouvés si commodes, que tout le monde en voulut avoir : ceux qui n’en avoient point, en firent par une opération hardie & des plus inhumaines : les peres, les maîtres, les souverains, s’arrogerent le droit de réduire leurs enfans, leurs esclaves, leurs sujets, dans cet état ambigu ; & le monde entier qui ne connoissoit dans le commencement que deux sexes, fut étonné de se trouver insensiblement partagé en trois portions à peu près égales.

A ces célibats peu volontaires il en succéda de libres, qui augmenterent considérablement le nombre des premiers. Les gens de lettres & les philosophes par goût, les athletes, les gladiateurs, les musiciens, par raison d’état, une infinité d’autres par libertinage, quelques-uns par vertu, prirent un parti que Diogene trouvoit si doux, qu’il s’étonnoit que sa ressource ne devînt pas plus à la mode. Quelques professions y étoient obligées, telles que celle de teindre en écarlate, baphiarii. L’ambition & la politique grossirent encore le corps des célibataires : ces hommes bisarres furent ménagés par les grands mêmes, avides d’avoir place dans leur testament ; & par la raison contraire, les peres de famille dont on n’espéroit rien, furent oubliés, négligés, méprisés.

Nous avons vû jusqu’à présent le célibat interdit, ensuite toléré, puis approuvé, enfin préconisé : il ne tarda pas à devenir une condition essentielle dans la plûpart de ceux qui s’attacherent au service des autels. Melchisedech fut un homme sans famille & sans généalogie. Ceux qui se destinerent au service du temple & au culte de la loi, furent dispensés du mariage. Les filles eurent la même liberté. On assûre que Moyse congédia sa femme quand il eut reçû la loi des mains de Dieu. Il ordonna aux sacrificateurs dont le tour d’officier à l’autel approcheroit, de se séquestrer de leurs femmes pendant quelques jours. Après lui les prophetes Elie, Elisée, Daniel & ses trois compagnons, vécurent dans la continence. Les Nazaréens, & la plus saine partie des Esseniens, nous sont représentés par Josephe comme une nation merveilleuse, qui avoit trouvé le secret que Metellus Numidicus ambitionnoit, de se perpétuer sans mariage, sans accouchement, & sans aucun commerce avec les femmes.

Chez les Egyptiens les prêtres d’Isis, & la plûpart de ceux qui s’attachoient au service de leurs divinités, faisoient profession de chasteté ; & pour plus de sûreté ils y étoient préparés dès leur enfance par des chirurgiens. Les Gymnosophistes, les Brachmanes, les Hiérophantes des Athéniens, une bonne partie des disciples de Pythagore, ceux de Diogene, les vrais Cyniques, & en général tous ceux & toutes celles qui se dévoüoient au service des déesses, en usoient de la même maniere. Il y avoit dans la Thrace une société considérable de religieux célibataires, appellés κτίσται ou créateurs, de la faculté de se produire sans le secours des femmes. L’obligation du célibat étoit imposée chez les Perses aux filles destinées au service du soleil. Les Athéniens ont eu une maison de vierges. Tout le monde connoît les vestales Romaines. Chez nos anciens Gaulois, neuf vierges qui passoient pour avoir reçû du ciel des lumieres & des graces extraordinaires, gardoient un oracle fameux dans une petite île nommée Sené, sur les côtes de l’Armorique. Il y a des auteurs qui prétendent même que l’île entiere n’étoit habitée que par des filles, dont quelques-unes faisoient de tems en tems des voyages sur les côtes voisines, d’où elles rapportoient de petits embryons pour conserver l’espece. Toutes n’y alloient pas : il est à présumer, dit M. Morin, que le sort en décidoit, & que celles qui avoient le malheur de tirer un billet noir, étoient forcées de descendre dans la barque fatale qui les exposoit sur le continent. Ces filles consacrées étoient en grande vénération : leur maison avoit des priviléges singuliers, entre lesquels on peut compter celui de ne pouvoir être châtiées pour un crime, sans avoir avant toute chose perdu la qualité de fille.

Le célibat a eu ses martyrs chez les payens, & leurs histoires & leurs fables sont pleines de filles qui ont généreusement préféré la mort à la perte de l’honneur. L’aventure d’Hippolite est connue, ainsi que sa résurrection par Diane, patrone des célibataires. Tous ces faits, & une infinité d’autres, étoient soûtenus par les principes de la croyance. Les Grecs regardoient la chasteté comme une grace surnaturelle ; les sacrifices n’étoient point censés complets, sans l’intervention d’une vierge : ils pouvoient bien être commencés, libare : mais ils ne pouvoient être consommés sans elles, litare. Ils avoient sur la virginité des propos magnifiques, des idées sublimes, des spéculations d’une grande beauté : mais en approfondissant la conduite secrete de tous ces célibataires, & de tous ces virtuoses du paganisme, on n’y découvre, dit M. Morin, que desordres, que forfanterie, & qu’hypocrisie. A commencer par leurs déesses, Vesta la plus ancienne étoit représentée avec un enfant ; où l’avoit-elle pris ? Minerve avoit par-devers elle Erichtonius, une aventure avec Vulcain, & des temples en qualité de mere. Diane avoit son chevalier Virbius, & son Endimion : le plaisir qu’elle prenoit à contempler celui-ci endormi, en dit beaucoup, & trop pour une vierge. Myrtilus accuse les muse de complaisances fortes pour un certain Mégalion, & leur donne à toutes des enfans qu’il nomme nom par nom. C’est peut-être pour cette raison que l’abbé Cartaud les appelle, les filles de l’opéra de Jupiter. Les dieux vierges ne valoient guere mieux que les déesses, témoins Apollon & Mercure.

Les prêtres, sans en excepter ceux de Cybele, ne passoient pas dans le monde pour des gens d’une conduite bien réguliere : on n’enterroit pas vives toutes les vestales qui péchoient. Pour l’honneur de leurs philosophes, M. Morin s’en taît, & finit ainsi l’histoire du célibat, tel qu’il étoit au berceau, dans l’enfance, entre les bras de la nature ; état bien différent du haut degré de perfection où nous le voyons aujourd’hui : changement qui n’est pas étonnant ; celui-ci est l’ouvrage de la grace & du Saint-Esprit ; celui-là n’étoit que l’avorton imparfait d’une nature déréglée, dépravée, débauchée, triste rebut du mariage & de la virginité. Voyez les Mémoires de l’Académie des Inscriptions, tome IV. page 308. Hist. critiq. du célibat. Tout ce qui précede n’est absolument que l’analyse de ce mémoire : nous en avons retranché quelques endroits longs ; mais à peine nous sommes-nous accordé la liberté de changer une seule expression dans ce que nous en avons employé : il en sera de même dans la suite de cet article : nous ne prenons rien sur nous ; nous nous contentons seulement de rapporter fidelement, non-seulement les opinions ; mais les discours même des auteurs, & de ne puiser ici que dans des sources approuvées de tous les honnêtes gens. Après avoir montré ce que l’histoire nous apprend du célibat, nous allons maintenant envisager cet état avec les yeux de la Philosophie, & exposer ce que différens écrivains ont pensé sur ce sujet.

Du célibat considéré en lui-même. 1°. Eû égard à l’espece humaine. Si un historien ou quelque voyageur nous faisoit la description d’un être pensant, parfaitement isolé, sans supérieur, sans égal, sans inférieur, à l’abri de tout ce qui pourroit émouvoir les passions, seul en un mot de son espece ; nous dirions sans hésiter que cet être singulier doit être plongé dans la mélancholie : car quelle consolation pourroit-il rencontrer dans un monde qui ne seroit pour lui qu’une vaste solitude ? Si l’on ajoûtoit que malgré les apparences il joüit de la vie, sent le bonheur d’exister, & trouve en lui-même quelque félicité ; alors nous pourrions convenir que ce n’est pas tout-à-fait un monstre, & que relativement à lui-même sa constitution n’est pas entierement absurde : mais nous n’irions jamais jusqu’à dire qu’il est bon. Cependant si l’on insistoit, & qu’on objectât qu’il est parfait dans son genre, & conséquemment que nous lui refusons à tort l’épithete de bon ; car qu’importe qu’il ait quelque chose ou qu’il n’ait rien à démêler avec d’autres ? il faudroit bien franchir le mot, & reconnoître que cet être est bon, s’il est possible toutefois qu’il soit parfait en lui-même, sans avoir aucun rapport, aucune liaison avec l’univers dans lequel il est placé.

Mais si l’on venoit à découvrir à la longue quelque système dans la nature dont l’espece d’automate en question pût être considéré comme faisant partie ; si l’on entrevoyoit dans sa structure des liens qui l’attachassent à des êtres semblables à lui ; si sa conformation indiquoit une chaîne de créatures utiles, qui ne pût s’accroître & s’éterniser que par l’emploi des facultés qu’il auroit reçûes de la nature ; il perdroit incontinent le titre de bon dont nous l’avons décoré : car comment ce titre conviendroit il à un individu, qui par son inaction & sa solitude tendroit aussi directement à la ruine de son espece ? La conservation de l’espece n’est-elle pas un des devoirs essentiels de l’individu ? & tout individu qui raisonne & qui est bien conformé, ne se rend-t-il pas coupable en manquant à ce devoir, à moins qu’il n’en ait été dispensé par quelqu’autorité supérieure à celle de la nature ? Voyez l’Essai sur le mérite & sur la vertu.

J’ajoûte, à moins qu’il n’en ait été dispensé par quelqu’autorité supérieure à celle de la nature, afin qu’il soit bien clair qu’il ne s’agit nullement ici du célibat consacré par la religion ; mais de celui que l’imprudence, la misanthropie, la légereté, le libertinage, forment tous les jours ; de celui où les deux sexes se corrompant par les sentimens naturels mêmes, ou étouffant en eux ces sentimens sans aucune nécessité, fuient une union qui doit les rendre meilleurs, pour vivre, soit dans un éloignement stérile, soit dans des unions qui les rendent toûjours pires. Nous n’ignorons pas que celui qui a donné à l’homme tous ses membres, peut le dispenser de l’usage de quelques-uns, ou même lui défendre cet usage, & témoigner que ce sacrifice lui est agréable. Nous ne nions point qu’il n’y ait une certaine pureté corporelle, dont la nature abandonnée à elle-même ne se seroit jamais avisée, mais que Dieu a jugée nécessaire pour approcher plus dignement des lieux saints qu’il habite, & vaquer d’une maniere plus spirituelle au ministere de ses autels. Si nous ne trouvons point en nous le germe de cette pureté, c’est qu’elle est, pour ainsi dire, une vertu révélée & de foi.

Du célibat considéré 2°. eu égard à la société. Le célibat que la religion n’a point sanctifié, ne peut pas être contraire à la propagation de l’espece humaine, ainsi que nous venons de le démontrer, sans être nuisible à la société. Il nuit à la société en l’appauvrissant & en la corrompant. En l’appauvrissant, s’il est vrai, comme on n’en peut guere douter, que la plus grande richesse d’un état consiste dans le nombre des sujets ; qu’il faut compter la multitude des mains entre les objets de premiere nécessité dans le commerce ; & que de nouveaux citoyens ne pouvant devenir tous soldats, par la balance de paix de l’Europe, & ne pouvant par la bonne police, croupir dans l’oisiveté, travailleroient les terres, peupleroient les manufactures, ou deviendroient navigateurs. En la corrompant, parce que c’est une regle tirée de la nature, ainsi que l’illustre auteur de l’esprit des lois l’a bien remarqué, que plus on diminue le nombre des mariages qui pourroient se faire, plus on nuit à ceux qui sont faits ; & que moins il y a de gens mariés, moins il y a de fidélité dans les mariages, comme lorsqu’il y a plus de voleurs, il y a plus de vols. Les anciens connoissoient si bien ces avantages, & mettoient un si haut prix à la faculté naturelle de se marier & d’avoir des enfans, que leurs lois avoient pourvû à ce qu’elle ne fût point ôtée. Ils regardoient cette privation comme un moyen certain de diminuer les ressources d’un peuple, & d’y accroître la débauche. Aussi quand on recevoit un legs à condition de garder le célibat, lorsqu’un patron faisoit jurer son affranchi qu’il ne se marieroit point, & qu’il n’auroit point d’enfant, la loi Pappienne annulloit chez les Romains & la condition & le serment. Ils avoient conçû que là où le célibat auroit la prééminence, il ne pouvoit guere y avoir d’honneur pour l’état du mariage ; & conséquemment parmi leurs lois, on n’en rencontre aucune qui contienne une abrogation expresse des priviléges & des honneurs qu’ils avoient accordés aux mariages & au nombre des enfans.

Du célibat considéré 3°. eû égard à la société chrétienne. Le culte des dieux demandant une attention continuelle & une pureté de corps & d’ame singuliere, la plûpart des peuples ont été portés à faire du clergé un corps séparé ; ainsi chez les Egyptiens, les Juifs & les Perses, il y eut des familles consacrées au service de la divinité & des temples. Mais on ne pensa pas seulement à éloigner les ecclésiastiques des affaires & du commerce des mondains ; il y eut des religions où l’on prit encore le parti de leur ôter l’embarras d’une famille. On prétend que tel a été particulierement l’esprit du Christianisme, même dans son origine. Nous allons donner une exposition abregée de sa discipline, afin que le lecteur en puisse juger par lui-même.

Il faut avoüer que la loi du célibat pour les évêques, les prêtres, & les diacres, est aussi ancienne que l’Eglise. Cependant il n’y a point de loi divine écrite qui défende d’ordonner prêtres des personnes mariées, ni aux prêtres de se marier. Jesus-Christ n’en a fait aucun précepte ; ce que S. Paul dit dans ses épîtres à Timothée & à Tite sur la continence des évêques & des diacres, tend seulement à défendre à l’évêque d’avoir plusieurs femmes en même tems ou successivement ; oportet episcopum esse unius uxoris virum. La pratique même des premiers siecles de l’Eglise y est formelle : on ne faisoit nulle difficulté d’ordonner prêtres & évêques des hommes mariés ; il étoit seulement défendu de se marier après la promotion aux ordres, ou de passer à d’autres nôces, après la mort d’une premiere femme. Il y avoit une exception particuliere pour les veuves. On ne peut nier que l’esprit & le vœu de l’Eglise n’ayent été que ses principaux ministres vécussent dans une grande continence, & qu’elle a toûjours travaillé à en établir la loi ; cependant l’usage d’ordonner prêtres des personnes mariées a subsisté & subsiste encore dans l’Eglise Greque, & n’a jamais été positivement improuvé par l’Eglise Latine.

Quelques-uns croyent que le troisieme canon du premier concile de Nicée, impose aux clercs majeurs, c’est-à-dire, aux évêques, aux prêtres, & aux diacres, l’obligation du célibat. Mais le P. Alexandre prouve dans une dissertation particuliere, que le concile n’a point prétendu interdire aux clercs le commerce avec les femmes qu’ils avoient épousées avant leur ordination ; qu’il ne s’agit dans le canon objecté que des femmes nommées subintroductæ & agapetæ, & non des femmes légitimes ; & que ce n’est pas seulement aux clercs majeurs, mais aussi aux clercs inférieurs que le concile interdit la cohabitation avec les agapetes : d’où ce savant Théologien conclut que c’est le concubinage qu’il leur défend, & non l’usage du mariage légitimement contracté avant l’ordination. Il tire même avantage de l’histoire de Paphenuce si connue, & que d’autres auteurs ne paroissent avoir rejettée comme une fable, que parce qu’elle n’est aucunement favorable au célibat du clergé.

Le concile de Nicée n’a donc, selon toute apparence, parlé que des mariages contractés depuis l’ordination, & du concubinage : mais le neuvieme canon du concile d’Ancyre permet expressément à ceux qu’on ordonneroit diacres, & qui ne seroient pas mariés, de contracter mariage dans la suite ; pourvû qu’ils eussent protesté dans le tems de l’ordination, contre l’obligation du célibat. Il est vrai que cette indulgence ne fut étendue ni aux évêques ni aux prêtres, & que le concile de Neocæsarée tenu peu de tems après celui d’Ancyre, prononce formellement : presbyterum, si uxorem acceperit, ab ordine deponendum, quoique le mariage ne fût pas nul, selon la remarque du P. Thomassin. Le concile in Trullo tenu l’an 692, confirma dans son xiii. canon l’usage de l’Eglise Greque, & l’Eglise Latine n’exigea point au concile de Florence qu’elle y renonçât. Cependant il ne faut pas celer que plusieurs des prêtres Grecs sont moines, & gardent le célibat ; & que l’on oblige ordinairement les patriarches & les évêques de faire profession de la vie monastique, avant que d’être ordonnés. Il est encore à propos de dire qu’en Occident le célibat fut prescrit aux clercs par les decrets des papes Sirice & Innocent ; que celui du premier est de l’an 385 ; que S. Léon étendit cette loi aux soûdiacres ; que S. Gregoire l’avoit imposée aux diacres de Sicile ; & qu’elle fut confirmée par les conciles d’Elvire sur la fin du iiie siecle, canon xxxiii. de Tolede, en l’an 400 ; de Carthage, en 419, canon iii. & iv. d’Orange, en 441, canon xxii. & xxiii. d’Arles, en 452 ; de Touis, en 461 ; d’Agde, en 506 ; d’Orléans, en 538 ; par les capitulaires de nos rois, & divers conciles tenus en Occident ; mais principalement par le concile de Trente ; quoique sur les représentations de l’Empereur, du duc de Baviere, des Allemands, & même du roi de France, on n’ait pas laissé d’y proposer le mariage des prêtres, & de le solliciter auprès du pape, après la tenue du concile. Leur célibat avoit eu long-tems auparavant des adversaires : Vigilance & Jovien s’étoient élevés contre sous S. Jérôme : Wiclef, les Hussites, les Bohémiens, Luther, Calvin, & les Anglicans, en ont secoüé le joug ; & dans le tems de nos guerres de religion, le cardinal de Chatillon, Spifame, évêque de Nevers, & quelques ecclésiastiques du second ordre, oserent se marier publiquement ; mais ces exemples n’eurent point de suite.

Lorsque l’obligation du célibat fut générale dans l’Eglise catholique, ceux d’entre les ecclésiastiques qui la violerent, furent d’abord interdits pour la vie des fonctions de leur ordre, & mis au rang des laïques. Justinien, leg. 45. cod. de episcop. & cler. voulut ensuite que leurs enfans fussent illégitimes, & incapables de succéder & de recevoir des legs : enfin il fut ordonné que ces mariages seroient cassés, & les parties mises en pénitence ; d’où l’on voit comment l’infraction est devenue plus grave, à mesure que la loi s’est invétérée. Dans le commencement s’il arrivoit qu’un prêtre se mariât, il étoit déposé, & le mariage subsistoit ; à la longue, les ordres furent considérés comme un empéchement dirimant au mariage : aujourd’hui un clerc simple tonsuré qui se marie, ne joüit plus des priviléges des ecclésiastiques, pour la jurisdiction & l’exemption des charges publiques. Il est censé avoir renoncé par le mariage à la cléricature & à ses droits. Fleury, Inst. au Droit ecclés. tom. I. Anc. & nouv. discipline de l’Eglise du P. Thomassin.

Il s’ensuit de cet historique, dit feu M. l’abbé de S. Pierre, pour parler non en controversiste, mais en simple politique chrétien, & en simple citoyen d’une société chrétienne, que le célibat des prêtres n’est qu’un point de discipline ; qu’il n’est point essentiel à la religion chrétienne ; qu’il n’a jamais été regardé comme un des fondemens du schisme que nous avons avec les Grecs & les Protestans ; qu’il a été libre dans l’Eglise Latine : que l’Eglise ayant le pouvoir de changer tous les points de discipline d’institution humaine ; si les états de l’Eglise catholique recevoient de grands avantages de rentrer dans cette ancienne liberté, sans en recevoir aucun dommage effectif, il seroit à souhaiter que cela fût ; & que la question de ces avantages est moins théologique que politique, & regarde plus les souverains que l’Eglise, qui n’aura plus qu’à prononcer.

Mais y a-t-il des avantages à restituer les ecclésiastiques dans l’ancienne liberté du mariage ? C’est un fait dont le Czar fut tellement frappé, lorsqu’il parcourut la France incognito, qu’il ne concevoit pas que dans un état où il rencontroit de si bonnes lois & de si sages établissemens, on y eût laissé subsister depuis tant de siecles une pratique, qui d’un côté n’importoit en rien à la religion, & qui de l’autre préjudicioit si fort à la société chrétienne. Nous ne déciderons point si l’étonnement du Czar étoit bien fondé ; mais il n’est pas inutile d’analyser le mémoire de M. l’abbé de S. Pierre, & c’est ce que nous allons faire.

Avantages du mariage des prêtres. 1°. Si quarante mille curés avoient en France quatre-vingt mille enfans, ces enfans étant sans contredit mieux élevés, l’état y gagneroit des sujets & d’honnêtes gens, & l’église des fideles. 2°. Les ecclésiastiques étant par leur état meilleurs maris que les autres hommes, il y auroit quarante mille femmes plus heureuses & plus vertueuses. 3°. Il n’y a guere d’hommes pour qui le célibat ne soit difficile à observer ; d’où il peut arriver que l’église souffre un grand scandale par un prêtre qui manque à la continence, tandis qu’il ne revient aucune utilité aux autres Chrétiens de celui qui vit continent. 4°. Un prêtre ne mériteroit guere moins devant Dieu en supportant les défauts de sa femme & de ses enfans, qu’en résistant aux tentations de la chair. 5°. Les embarras du mariage sont utiles à celui qui les supporte ; & les difficultés du célibat ne le sont à personne. 6°. Le curé pere de famille vertueux, seroit utile à plus de monde que celui qui pratique le célibat. 7°. Quelques ecclésiastiques pour qui l’observation du célibat est très-pénible, ne croiroient pas avoir satisfait à tout, quand ils n’ont rien à se reprocher de ce côté. 8°. Cent mille prêtres mariés formeroient cent mille familles ; ce qui donneroit plus de dix mille habitans de plus par an ; quand on n’en compteroit que cinq mille, ce calcul produiroit encore un million de François en deux cens ans. D’où il s’ensuit que sans le célibat des prêtres, on auroit aujourd’hui quatre millions de Catholiques de plus, à prendre seulement depuis François I. ce qui formeroit une somme considérable d’argent ; s’il est vrai, ainsi qu’un Anglois l’a supputé, qu’un homme vaut à l’état plus de neuf livres sterling. 9°. Les maisons nobles trouveroient dans les familles des évêques, des rejettons qui prolongeroient leur durée, &c. Voyez les ouvrages politiq. de M. l’abbé de S. Pierre, tome II. p. 146.

Moyens de rendre aux ecclésiastiques la liberté du mariage. Il faudroit 1°. former une compagnie qui méditât sur les obstacles & qui travaillât à les lever. 2°. Négotier avec les princes de la communion Romaine, & former avec eux une confédération. 3°. Négotier avec la cour de Rome ; car M. l’abbé de S. Pierre prétend qu’il vaut mieux user de l’intervention du pape, que de l’autorité d’un concile national ; quoique, selon lui, le concile national abrégeât sans doute les procédures, & que selon bien des Théologiens, ce tribunal fût suffisant pour une affaire de cette nature. Voici maintenant les objections que M. l’abbé de S. Pierre se propose lui-même contre son projet, avec les réponses qu’il y fait.

Premiere objection. Les évêques d’Italie pourroient donc être mariés, comme S. Ambroise ; & les cardinaux & le pape, comme S. Pierre.

Réponse. Assûrément : M. l’abbé de S. Pierre ne voit ni mal à suivre ces exemples, ni inconvénient à ce que le pape & les cardinaux ayent d’honnêtes femmes, des enfans vertueux, & une famille bien reglée.

Seconde objection. Le peuple a une vénération d’habitude pour ceux qui gardent le célibat, & qu’il est à propos qu’il conserve.

Réponse. Ceux d’entre les pasteurs Hollandois & Anglois qui sont vertueux, n’en sont pas moins respectés du peuple, pour être mariés.

Troisieme objection. Les prêtres ont dans le célibat plus de tems à donner aux fonctions de leur état, qu’ils n’en auroient sous le mariage.

Réponse. Les ministres Protestans trouvent fort bien le tems d’avoir des enfans, de les élever, de gouverner leur famille, & de veiller sur leur paroisse. Ce seroit offenser nos ecclésiastiques, que de n’en pas présumer autant d’eux.

Quatrieme objection. De jeunes curés de trente ans auront cinq à six enfans ; quelquefois peu d’acquit pour leur état, peu de fortune, & par conséquent beaucoup d’embarras.

Réponse. Celui qui se présente aux ordres, est reconnu pour homme sage & habile ; il est obligé d’avoir un patrimoine ; il aura son bénéfice ; la dot de sa femme peut être honnête. Il est d’expérience que ceux d’entre les curés qui retirent des parens pauvres, n’en sont pas pour cela plus à charge à l’Eglise ou à leur paroisse. D’ailleurs quelle nécessité qu’une partie des ecclésiastiques vive dans l’opulence, tandis que l’autre languit dans la misere ? Ne seroit-il pas possible d’imaginer une meilleure distribution des revenus ecclésiastiques ?

Cinquieme objection. Le concile de Trente regarde le célibat comme un état plus parfait que le mariage.

Réponse. Il y a des équivoques à éviter dans les mots d’état, de parfait, d’obligation : pourquoi vouloir qu’un prêtre soit plus parfait que S. Pierre ? l’objection prouve trop, & par conséquent ne prouve rien. Ma these, dit M. l’abbé de S. Pierre, est purement politique, & consiste en trois propositions : 1°. Le célibat est de pure discipline ecclésiastique que l’Eglise peut changer ; 2°. il seroit avantageux aux états Catholiques Romains que cette discipline fût changée ; 3°. en attendant un concile national ou général, il est convenable que la cour de Rome reçoive pour l’expédition de la dispense du célibat, une somme marquée payable par ceux qui la demanderont.

Tel est le système de M. l’abbé de S. Pierre que nous exposons, parce que le plan de notre ouvrage l’exige, & dont nous abandonnons le jugement à ceux à qui il appartient de juger de ces objets importans. Mais nous ne pouvons nous dispenser de remarquer en passant que ce philosophe citoyen ne s’est proposé que dans une édition de Hollande faite sur une mauvaise copie, une objection qui se présente très-naturellement, & qui n’est pas une des moins importantes : c’est l’inconvénient des bénéfices rendus héréditaires ; inconvénient qui ne se fait déjà que trop sentir, & qui deviendroit bien plus général. Quoi donc faudra-t-il anéantir toute résignation & coadjutorerie, & renvoyer aux supérieurs la collation de tous les bénéfices ? Cela ne seroit peut-être pas plus mal, & un évêque qui connoît son diocese & les bons sujets, est bien autant en état de nommer à une place vacante, qu’un ecclésiastique moribond, obsédé par une foule de parens ou d’amis intéressés : combien de simonies & de procès scandaleux prévenus !

Il nous resteroit pour compléter cet article, à parler du célibat monastique : mais nous nous contenterons d’observer avec le célebre M. Melon, 1°. qu’il y auroit un avantage infini pour la société & pour les particuliers, que le prince usât strictement du pouvoir qu’il a de faire observer la loi qui défendroit l’état monastique avant l’âge de vingt-cinq ans ; ou, pour me servir de l’idée & de l’expression de M. Melon, qui ne permettroit pas d’aliéner sa liberté avant l’âge où l’on peut aliéner son bien. Voyez le reste aux articles Mariage, Moine, Virginité, Vœux, &c. 2°. Nous ajoûterons avec un auteur moderne, qu’on ne peut ni trop lire, ni trop loüer, que le célibat pourroit devenir nuisible à proportion que le corps des célibataires seroit trop étendu, & que par conséquent celui des laïques ne le seroit pas assez. 3°. Que les lois humaines faites pour parler à l’esprit, doivent donner des préceptes & point de conseils ; & que la religion faite pour parler au cœur, doit donner beaucoup de conseils, & peu de préceptes : que quand, par exemple, elle donne des regles, non pour le bien, mais pour le meilleur ; non pour ce qui est bon, mais pour ce qui est parfait ; il est convenable que ce soient des conseils, & non pas des lois ; car la perfection ne regarde pas l’universalité des hommes ni des choses : que de plus, si ce sont des lois, il en faudra une infinité d’autres pour faire observer les premieres : que l’expérience a confirmé ces principes ; que quand le célibat qui n’étoit qu’un conseil dans le Christianisme, y devint une loi expresse pour un certain ordre de citoyens, il en fallut chaque jour de nouvelles pour réduire les hommes à l’observation de celles-ci ; & conséquemment, que le législateur se fatigua & fatigua la société, pour faire exécuter aux hommes par précepte, ce que ceux qui aiment la perfection auroient exécuté d’eux-mêmes comme conseil. 4°. Que par la nature de l’entendement humain, nous aimons en fait de religion tout ce qui suppose un effort, comme en matiere de morale nous aimons spéculativement tout ce qui porte le caractere de sévérité ; & qu’ainsi le célibat a dû être, comme il est arrivé, plus agréable aux peuples à qui il sembloit convenir le moins, & pour qui il pouvoit avoir de plus fâcheuses suites ; être retenu dans les contrées méridionales de l’Europe, où par la nature du climat, il étoit plus difficile à observer ; être proscrit dans les pays du Nord, où les passions sont moins vives ; être admis où il y a peu d’habitans, & être rejetté dans les endroits où il y en a beaucoup.

Ces observations sont si belles & si vraies, qu’elles ne peuvent se répéter en trop d’endroits. Je les ai tirées de l’excellent ouvrage de M. le président de M… ; ce qui précéde est ou de M. Fleury, ou du pere Alexandre, ou du pere Thomassin ; ajoûtez à cela ce que les Mémoires de l’académie des Inscriptions & les ouvrages politiques de M. l’abbé de S. Pierre & de M. Melon m’ont fourni, & à peine me restera-t-il de cet article que quelques phrases, encore sont-elles tirées d’un ouvrage dont on peut voir l’éloge dans le Journal de Trevoux, an. 1746. Fév. Malgré ces autorités, je ne serois pas étonné qu’il trouvât des critiques & des contradicteurs : mais il pourroit arriver aussi que, de même qu’au concile de Trente, ce furent, à ce qu’on dit, les jeunes ecclésiastiques qui rejetterent le plus opiniâtrément la proposition du mariage des prêtres, ce soient ceux d’entre les célibataires qui ont le plus besoin de femmes, & qui ont le moins lû les auteurs que je viens de citer, qui en blâmeront le plus hautement les principes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « célibat »

Cælibatus ou cœelibatus (les deux orthographes se trouvent), de cælebs ; mot d'étymologie difficile, pour lequel on a indiqué coe signifiant un et répondant à eka du sanscrit (voy. c-ocles, borgne, qui n'a qu'un œil), et libere ou lubere ; ce qui signifierait : aimant à être un, seul.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin caelibatus (même sens), dérivé de l'adjectif caelebs (« célibataire », en parlant des hommes, des animaux, des plantes ou des choses).

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « célibat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
célibat seliba

Évolution historique de l’usage du mot « célibat »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « célibat »

  • Être célibataire et vivre des histoires qui font du bien… c’est aussi une des clés pour s’éclater (en attendant le bon). Mode d’emploi. Biba Magazine, Célibataire, et j’en profite ! - Biba Magazine
  • Une situation qui est loin de tous les satisfaire: être célibataire au Japon signifie souvent ne pas avoir de partenaire, le mariage arrivant assez vite quand la relation est installée.  LExpress.fr, Sortir du célibat au Japon: la quadrature du cercle - L'Express
  • Le célibat ? On s'ennuie. Le mariage ? On a des ennuis. De Sacha Guitry
  • Le célibat s’assied seul, est confiné et meurt dans sa singularité. De Jeremy Taylor
  • Le mariage occasionne de multiples douleurs, mais le célibat n'offre aucun plaisir. De Samuel Johnson / Rasselas
  • Les confessions ont pour première conséquence de confirmer les prêtres dans leur célibat. De Georges Elgozy / L'Esprit des mots ou l'antidictionnaire
  • Synonyme de solitude, sinon de chasteté, le célibat n'a-t-il jamais satisfait personne... De Hélène Ouvrard / La Fleur de peau
  • Le mariage peut être un lac orageux, mais le célibat est presque toujours un abreuvoir boueux. De Thomas Love Peacock / Mélincourt
  • Le mariage et le célibat ont tous deux des inconvénients ; il faut préférer celui dont les inconvénients ne sont pas sans remède. De Chamfort / Pensées morales
  • La question du mariage et du célibat n'est que la question de savoir s'il vaut mieux être endommagé d'une façon que de l'autre. De Samuel Butler / Carnets
  • Il existe une zone de flou artistique entre le célibat dépressif et le mariage ennuyeux : baptisons-la bonheur. De Frédéric Beigbeder / Nouvelles sous ecstasy
  • Alors que le phénomène du célibat non choisi s’amplifie dans les sociétés modernes, l’Église est poussée, sous l’impulsion des laïcs, à dépoussiérer son discours sur la vocation pour donner plus de légitimité à un état souvent fécond. , Célibat : un état de vie à part entière  - Célibat - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  • « Nous sommes des fils et des frères avant de devenir des époux et des pères. Nous sommes des filles et des sœurs avant de devenir des épouses et des mères. [...] D’une certaine manière, le célibat est la condition première de la vie d’une personne. Il est aussi la condition dernière : “Au Ciel on ne prend plus ni femme ni mari, dit le Seigneur, mais on est semblable aux anges” (Mt 22, 30). , Célibataires : « Choisis la vie » - Célibat - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  • C’est prouvé : nous vivons aujourd’hui une période de récession sexuelle. Nous faisons moins, voire plus du tout, l'amour. Comment expliquer ces nouvelles générations d’éternels célibataires qui ne font plus du sexe qu’avec eux-mêmes ? Santé Magazine, Syndrome du célibat : pourquoi ne fait-on plus l’amour ? | Santé Magazine
  • MAGAZINE – Le théologien Olivier Bonnewijn publie un livre sur le célibat. Il avance l’idée audacieuse que ce dernier pourrait constituer un état de vie, au même titre que le mariage, la prêtrise ou la vie consacrée. , Père Olivier Bonnewijn : « Les jugements sur les célibataires sont indécents » - Célibat - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  • Auteur, conférencière sur l’amour et la féminité, la trentenaire vient d’écrire un essai sur le célibat, chemin d’attente et d’espérance. , Claire de Saint Lager : « Le célibat est une école de liberté » - Célibat - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  • « Je serais nommé diacre pour un an dans une paroisse dont le nom sera annoncé ce 14 juin, puisque je quitte Laragne, Mgr Xavier Malle me nommant ailleurs. En faisant promesse de célibat, je serais père d’une toute autre façon, l’année prochaine, en devenant prêtre. Je me donne à tous mais pas à une seule personne. Je vais poser un choix, ce n’est pas un renoncement. La foi, c’est un amour qui dépasse toutes nos limites. La vocation, c’est la rencontre de deux libertés, celle de l’Église et celle du candidat au sacerdoce. » , Religion - Croyance | Thibaud Varis, futur diacre : "En faisant promesse de célibat, je serais père d’une toute autre façon"
  • A 48 ans, Alexandra Lamy est célibataire et le vit (très) bien. L'actrice se confie sur sa vie sentimentale et sa liberté retrouvée dans une interview accordée au magazine Psychologies. , Alexandra Lamy : ses confidences sans langue de bois sur le célibat
  • Il n'est pas évident de vivre en solo dans l'Église. D'un point de vue théologique, le célibat est assez peu approfondi. Le théologien Olivier Bonnewijn propose de le considérer comme un état de vie. La Vie.fr, Olivier Bonnewijn : “Sommes-nous frères pour les célibataires ?”
  • Le célibat est perçu de différentes manières, si certains s’en accommodent, d’autres désirent se mettre en couple. Contrairement à Sharon Stone, Alexandra Lamy n’est pas vraiment pressée de retrouver l’amour. Au cours d’une interview avec Psychologies, elle a expliqué se sentir très heureuse en étant célibataire. amomama.fr, Sharon Stone : "Je ne perds pas espoir", dit-elle à propos de sa vie sentimentale
  • « Ce phénomène est dans la logique du mouvement #MeToo, explique Florence Lautrédou, coach et psychanalyste, auteure de “L'Amour, le vrai” (éd. Odile Jacob). Il y a là l'affirmation d'une puissance féminine et le désir de briser un tabou : celui qui postule que les femmes seraient incomplètes si elles ne sont pas inscrites dans une vie de couple. » Les « célibattantes » actuelles refusent le diktat de la société qui leur enjoint de trouver à tout prix un conjoint, une « moitié », un prince charmant, qui donnerait enfin sens à leur vie. Souvent, elles ont connu la vie de couple, cherché l'amour, notamment sur les applis de rencontres. Et trimballé une vision négative du célibat. Jusqu'au jour où une révélation a eu lieu et qu'elles ont assumé leur situation. , Elles ont choisi le célibat - Elle
  • En mars dernier, les téléspectateurs ont assisté à deux soirées consacrées à la nouvelle saison de "L'amour et dans le pré". Une édition 2020 qui compte 13 nouveaux agriculteurs - onze hommes et deux femmes - désireux de mettre un terme à leur célibat. Alors que la crise du coronavirus a bousculé le tournage de l'émission, Karine Le Marchand en a annoncé la reprise, avec une session speed-dating clôturée. Non Stop People, L'amour est dans le pré 2020 : reprise du tournage, clap de fin pour les speed-datings | Non Stop People
  • Certes, Dieu accompagne avec sollicitude les gens sur les routes choisies, mais sans jamais attenter à leur liberté. Or, être libre, c’est avoir justement cette faculté de choisir le sens donné à sa vie. Mais, pourquoi alors certains sont toujours célibataires malgré leurs efforts ? Ils rêvent tellement de fonder une famille. Ils multiplient les rencontres, prient et font de nombreux pèlerinages pour que Dieu mette sur leur chemin cette âme sœur tant désirée. Pourquoi leurs efforts semblent être vains ? Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Célibat qui dure : « Dieu me veut-Il célibataire ? »
  • La vie de couple est encore aujourd’hui bien souvent considérée comme la norme. Une forme de réussite sociale, relayant le célibat au statut d’échec de sa vie personnelle. Cosmopolitan.fr, Célibataire par choix : peut-on vivre sans amour ? - Cosmopolitan.fr
  • En clair, Baïdy Amar enterre « today » sa vie de célibat avec une belle plante nommée Coumba. Elle est la fille d’une pièce maitresse de l’APR établie à Mantes-La-Jolie. Qui plus, nous avons appris que la désormais Mme Amar est la belle soeur du ministre des Afffaires Etrangères du Sénégal, Amadou Bâ. Affaire à suivre Xalima.com, Baïdy, fils de Ameth Amar s'est marié avec la belle sœur du ministre Amadou Bâ - Xalima.com
  • Le Pape François a réaffirmé que le célibat était "un don pour l'Église". LExpress.fr, Le pape réaffirme son attachement au célibat des prêtres, sauf cas exceptionnels - L'Express
  • Le crise sanitaire et le confinement ne sont pas exactement ce que l'on pourrait appeler des conditions idéales pour faire de nouvelles rencontres amoureuses. Le célibat est alors appelé à se prolonger. Mais alors, comment vit-on le confinement lorsque l'on est célibataire ? Ceux qui cherchent l'amour continuent-ils de le faire ? L'absence d'interactions sociales est-elle plus difficile à gérer lorsque l'on a pas de partenaire ? "On est fait pour s'entendre" donne l'antenne aux célibataires ! RTL.fr, Célibat : comment vit-on le confinement en solo ?
  • Pourtant, les Français célibataires ne se découragent pas. Selon une enquête de l’application de rencontres Happn, 54% des utilisateurs sont prêts à envisager un premier rendez-vous en ligne. FaceTime, Skype… Avec un peu d’inventivité, les moyens de substitution ne manquent pas ! Parce que confinement ne rime pas forcément avec célibat pour l’éternité, Doctissimo a interrogé Pascal Anger, psychothérapeute familial et conjugal, pour réinventer le dating.  Doctissimo, Confinement et célibat : comment réinventer le dating ? - Doctissimo
  • Face au confinement, les couples qui font toit commun se retrouvent en quarantaine pour une durée indéterminée. Mais les mesures gouvernementales impactent également les célibataires en quête d’amour et celles et ceux qui n’en sont qu’aux prémices d’une relation amoureuse. Enquête. , Célibat, rencontres, relations naissantes : comment le Covid-19 réorganise nos vies sentimentales - Elle
  • "Un prêtre qui n'assume pas bien son célibat peut lui-même se sentir fragilisé dans sa manière de vivre son corps, sa sexualité, ses relations avec les autres, surtout s'il y a en plus la solitude, la difficulté dans le ministère. C'est beau d'être prêtre, ça fait 55 ans que je le vis. Mais c'est aussi difficile. Il peut y avoir une sorte de vertige, qui peut conduire à des sorties de route graves", relève Claude Ducarroz. rts.ch, "L'obligation du célibat est l'une des causes de la crise au sein de l'Eglise" - rts.ch - Fribourg
  • À l’issue du Synode sur l’Amazonie, se profile la possible ordination des viri probati, ces « hommes mariés d’âge mûr, exemplaires sur le plan humain et chrétien » selon la définition canonique. Et pourtant, le pape François l’affirme : « Le célibat est un don pour l’Église ». La Croix, Le célibat des prêtres, 2 000 ans d’histoire
  • Ils sont six auteurs, dont trois ont quitté le ministère pastoral pour se marier, les trois autres restant attachés à leur célibat. Dans ce compte rendu, nous passerons sous silence ce qui constitue probablement, à leurs yeux, l’essentiel de leur message, que nous respectons sans le partager: leur rapport au Christ et à la Grâce divine. Nous nous concentrerons sur leur vision des structures de l’Eglise catholique romaine et de son évolution, souhaitable à leurs yeux. Une Eglise à laquelle, malgré leurs critiques, ils restent profondément attachés. Gauchebdo, Le célibat des prêtres en question - Gauchebdo
  • Selon Frédéric Beigbeder, « Le célibataire fait plus pitié qu'envie, sauf aux hommes mariés qui l'imaginent libre alors qu'il n'est que désespéré. » Son de cloche un peu différent du côté de François Cavanna, qui explique que « sept français sur dix sont malheureux en ménage. Les trois autres sont célibataires. »La pression sociale se plaît à valoriser le couple et stigmatise encore et toujours les célibataires… Peut-on malgré tout être seul.e et heureux sur le long terme ? Le célibat est-il forcément mal vécu ? RTL.fr, Le célibat est-il forcément mal vécu ?
  • "Le célibat peut être un espace de liberté, un moment de se rencontrer soi et se dégager de toutes les peurs qui nous accablent", selon la psychanalyste Sophie Cadalen, auteure de "Tout pour plaire et toujours célibataire". LExpress.fr, Célibataires, fières de l'être... et heureuses ! - L'Express Styles
  • Mais comment grandir et viser l’âme alors que l’accumulation d’échecs et de désillusions amoureuses est écrasante, voire injuste, à rebours du bonheur simple dans lequel l’on voit les autres s’épanouir ? S’il n’y a pas de réponse à cette épreuve du célibat, il y a une piste dans ce verset de l’Évangile : Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Amitié et célibat, la juste mesure
  • Du livre du cardinal Robert Sarah, page 102 : "Le célibat est un trésor précieux, un joyau splendide que l'Eglise conserve depuis des siècles. A travers l'histoire il fut difficile de le comprendre avec exactitude et de le conserver intact. La renonciation au célibat serait une défaite de toute l'humanité. Beaucoup de nos contemporains estiment qu'il est impossible de vivre la continence parfaite. Nombreux sont ceux qui pensent que le célibat place le prêtre dans une condition physique et psychologique antinaturelle, dommageable à l'équilibre et à la maturité de la personne humaine. Le célibat sacerdotal serait donc une violence faite à la nature. Mais dans la foi de l’Église, il est plutôt une manifestation très sûre du grand mystère de l'amour divin. En effet le prêtre est Ipse Christus. Il est le Christ lui-même. Il porte sacramentellement en lui le Christ, l'incarnation de l'amour de Dieu pour l'homme. Ce Christ, Dieu fait homme, a été envoyé dans le monde et constitué médiateur entre le ciel et la terre, entre Dieu le père et le genre humain. En pleine harmonie avec cette mission, le Christ est resté durant toute sa vie terrestre dans l'état de virginité qui signifie son don et son dévouement total au service de Dieu et des hommes. La chasteté parfaite du prêtre veut signifier non seulement cette imitation, cette configuration au Christ, mais aussi la présence intense du Christ en chaque prêtre. Le célibat (...) est une anticipation de la vie éternelle avec Dieu." Le Figaro.fr, Approuvez-vous la position de Benoît XVI pour le maintien du célibat des prêtres ?
  • Il en a bien besoin. Il en a marre du célibat. Il va s'éloigner de Jimmy Moon, ce coach trop exubérant qui lui a menti. Aidé par le hasard, Léo va faire des rencontres par ses propres moyens. Plusieurs opportunités vont se présenter, il aura l'embarras du choix. Il n'est pas totalement impossible qu'il tombe amoureux... Telestar.fr, Plus belle la vie : les confidences exclusives de Pierre Martot et Léa François  - Télé Star
  • La peur de l'inconnu l'emporte sur le risque de la liberté. Face aux immenses défis se posant aux hommes et aux femmes dans tous les domaines, la parole de l'Église comme appel à l'espérance s'en trouve une nouvelle fois bâillonnée. Mais, le pape François est "malin" ; il l'a dit lui-même. Dans son exhortation apostolique, son silence sur l'ordination d'hommes mariés en dit long! En n'utilisant pas le mot "célibat", il laisse la porte ouverte sans s'exposer à un schisme. lejdd.fr, TRIBUNE. "Célibat des prêtres : le rendez-vous manqué de l'Eglise"
  • Alors que nous avons trop souvent tendance à placer les célibataires ou les solitaires dans une position plus vulnérable à l'épreuve du confinement que ne peuvent l'être les personnes en couple, nous verrons qu'ils disposent au contraire d'atouts supplémentaires pour en sortir davantage renforcés et épanouis ! France Inter, Pourquoi les célibataires ont tout à gagner pendant le confinement ?
  • Depuis, le célibat est resté obligatoire pour les prêtres catholiques. S’il permet à l’ordonné de se consacrer pleinement au Christ, certains le jugent en réalité trop strict et archaïque. Le Drenche, Le célibat des prêtres a-t-il encore du sens ? - Le Drenche
  • Tandis que l'âge des unions recule, les divorces augmentent. Une véritable "révolution sociale et culturelle", d'après elle. Et qui ne concerne pas uniquement les classes supérieures, "même si elles sont pionnières", affirme Ira Trivedi, célibataire. Marie Claire, Le boom du célibat chez les femmes en Inde - Marie Claire
  • Lilou Macé a été célibataire pendant plus d’un an et demi. Une période de sa vie salvatrice et constructive. Elle a d’ailleurs écrit un livre sur le sujet, Je suis célibataire et ça me plaît, paru aux Éditions Trédaniel. "Bien sûr, il y a eu des hauts et des bas comme dans toutes phases de la vie. Mais le célibat doit être célébré. C’est fantastique de vivre seule !" Le célibat a permis à Lilou de faire ses propres choix, d’être plus aventurière. Sa confiance en elle s’est accrue. "J’ai fait la paix avec mon histoire et mon passé. J’ai lâché, j’en suis ressortie plus apaisée. J’ai également retrouvé ma part de féminité." , “Le célibat ? Il faut le célébrer” - DH Les Sports+
  • Le mariage pour tous, ce n'est pas pour les banques en Europe. C'est plutôt le célibat pour presque toutes, comme le montre un graphique d'UBS, dans son étude « Banking Bootcamp 4 ». Le rebond des fusions et acquisitions après la crise les a oubliées. Les causes n'ont pas toutes disparu (réglementation, contentieux, prêts douteux, etc) et les effets secondaires sont connus. Les gains en économies et diversification se compliquent, d'où la circonspection des investisseurs boursiers quand l'économie ralentit. Selon les experts suisses, le coût du capital des banques atteint 11,8 % dans la zone euro, bien plus que le retour des fonds propres. Autant dire que l'ouverture, même timide, du ministre allemand Olaf Scholz sur la garantie des dépôts sera suivie de près par les stratégistes de portefeuilles. Les Echos, Banques/Europe : Le coût du célibat | Les Echos
  • Dans un livre inattendu, en librairies mercredi 15 janvier, le pape émérite sort de sa réserve pour défendre le célibat des prêtres. Un long texte, écrit avec le cardinal Robert Sarah, qui s’oppose aux évolutions évoquées lors du synode sur l’Amazonie. La Croix, Benoît XVI défend le célibat des prêtres
  • Aujourd’hui, il exerce sa mission pastorale aux côtés de son épouse, dans la paroisse de Norderstedt, dans le nord du pays. Mais il ne faut pas attendre de cet homme de 62 ans qu’il critique la décision du Saint-Père de maintenir le principe du célibat des prêtres. Dans une interview récente à la Suddeutsche Zeitung, le prêtre refusait l’idée que l’ordination de prêtres mariés puisse pallier la crise des vocations. Une telle décision, expliquait-il, devrait être guidée par des «raisons positives» et non par des «situations d’urgence», comme en Amazonie. Le Figaro.fr, L’épiscopat allemand, pionnier sur la question du célibat des prêtres
  • Une telle clause de célibat – ou plutôt de « viduité », s’agissant d’un remariage – aurait-elle été admise dans un testament autrichien, alors qu’elle entrave la liberté matrimoniale ? « Elle serait contraire à l’article 12 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme », estime Me Charlotte Butruille-Cardew, avocate associée au sein du cabinet CBBC, spécialiste en droit international de la famille. Cet article énonce que « l’homme et la femme ont le droit de se marier et de fonder une famille, selon les lois nationales ». Le Monde.fr, Un testament peut-il imposer le célibat ?
  • Franck vit mal son célibat et se demande ce qui cloche. Il contacte ses ex pour comprendre… Jusqu’à ce qu’on lui conseille de chercher une femme équilibrée pour soigner ses problèmes. Il passe par une appli et tombe sur… Delphine Bommel ! Stars Actu, EXCLU Plus belle la vie : Nathan papa, Delphine de retour, Vitreuil va mal (infos PBLV ) - Stars Actu
  • A la Une de la presse allemande, une lettre dans laquelle le pape François laisse transparaître son opposition au célibat des prêtres. Au menu aussi, les primaires démocrates aux Etats-Unis et la crise au sein de la CDU. DW.COM, Le pape François ferme la porte au célibat des prêtres | Allemagne | DW | 13.02.2020
  • Encore la même question sur le célibat des ecclésiastiques sur lequel l'unanimité sera difficile à obtenir.De plus,le Saint-Père et le Pape émérite ont des partitions différentes qui n'invitent pas pour le moment à envisager un pas en avant.Francisco nous avait cependant laissé des espoirs mais les années de papauté se sont accumulées où il a rencontré des résistances bien supérieures à ce qu'il imaginait.L'expérience qu'il veut poursuivre en Amazonie pour la catéchisation de ce territoire entr'ouvre un espoir ou tout du moins participer à un changement de point de vue..Je reste personnellement persuadé que le célibat n'est pas une obligation.Pour moi;ce serait un rapprochement plus intime du prêtre auprès de ses paroissiens permettant de briser une sorte de mur qui nous sépare par la différence de mode de vie.Passer toute sa vie dans un presbytère,c'est un peu vivre sous une cloche de verre! Le Figaro.fr, Célibat des prêtres: la prompte réponse du Vatican
  • Exit Bridget Jones, figure ultime de la trentenaire célibataire malheureuse. Un tournant que l'application de rencontres Tinder avait déjà pris. Intitulée « Single Not Sorry », la dernière campagne de la marque dépoussiérait l’image du célibat et célébrait la liberté. Les 4 visuels représentaient majoritairement des femmes. Logique, ce sont elles qui subissent le plus cette pression d’être en couple et de fonder une famille. L'ADN, Pour s'épanouir sans être en couple, les célibataires heureux s'affirment
  • Le cardinal Robert Sarah publie "Des profondeurs de nos cœurs", un ouvrage défendant le célibat des prêtres, en collaboration avec le pape émérite Benoît XVI. © Andrew Medichini/AP/SIPA JeuneAfrique.com, Célibat des prêtres : le Guinéen Robert Sarah publie un livre controversé coécrit avec Benoît XVI – Jeune Afrique
  • Des attaques semblent insinuer un mensonge de ma part. Ces diffamations sont d’une gravité exceptionnelle. Je donne dès ce soir les premières preuves de ma proche collaboration avec Benoît XVI pour écrire ce texte en faveur du célibat. Je m’exprimerai demain si nécessaire. +RS pic.twitter.com/L8Q6NmkXKE , Benoît XVI, coauteur d’un livre sur le célibat des prêtres  ?
  • (Cité du Vatican) Le secrétaire particulier du pape émérite Benoît XVI, au cœur d’une polémique autour d’un livre sur le célibat, a été écarté selon un journal allemand. Au Vatican, on préfère parler « d’allègement de ses fonctions ». La Presse, Après un livre polémique sur le célibat des prêtres, le secrétaire de Benoît XVI écarté
  • Malgré une progression croissante du célibat, le couple continue de s’imposer comme norme sociale puissante, d’après une étude de l’Ined diffusée mardi 30 juillet. La Croix, Les célibataires se sentent toujours stigmatisés par la société
  • Le célibat permet d’établir une routine qui lui sied. «Je mange ce que je veux, quand je veux. Pas besoin de négocier pour ce qu’il y aura pour souper. C’est anodin, mais la conciliation avec une autre famille, qu’il faut intégrer à l’horaire, ce n’est pas toujours évident. Moi, des fêtes de Noël, j’en ai deux, et pas neuf, comme certains de mes amis», souligne-t-elle. Reste qu’elle ne croit pas qu’il y ait des avantages à être célibataire ou non. Dans les deux cas, il s’agit d’un mode de vie différent. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Le célibat, «ce n'est pas une maladie» - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable
  • Véronique est célibataire depuis 10 ans. Il y a deux jours, elle a retrouvé par hasard un homme qu'elle avait déjà côtoyé il y a 15 ans. RTL.fr, Saint-Valentin 2020 : amour, séparation, célibat...
  • Plutôt que de se qualifier de « célibataire », Emma Watson a enflammé les réseaux sociaux cette semaine lorsqu’elle a déclaré préférer le terme self-partnership (en couple avec soi-même). Devrions-nous élargir la catégorie sémantique de l’état civil ? Discussion. La Presse, Exit le célibat, place au self-partnership
  • Dans une interview accordée au Sunday Times, Orlando Bloom s'est confié sur les quelques mois qui ont précédé le début de son histoire d'amour avec Katy Perry. Et le comédien avait deux mots d'ordre : célibat et abstinence. Closermag.fr, Orlando Bloom : ses confidences étonnantes sur sa période de célibat avant de rencontrer Katy Perry - Closer
  • «La plupart des gars avec qui je parle trouvent ça admirable (…) Je suis perçue comme une personne sérieuse, indépendante et qui sait ce qu’elle veut», dit-elle. Avant la vingtaine, Mme Marquant a vécu quelques relations qui lui ont permis d’identifier ce qu’elle voulait vivre ou non. Depuis ces ruptures, elle est une célibataire accomplie. «Ça fait au moins six ou sept ans», s’exclame celle qui ne veut pas vivre l’amour à tout prix. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Elle trouve le bonheur dans le célibat… par choix! - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable
  • Le célibat des prêtres ? « Le pape Jean-Paul II avait fermé la porte », rappelle l’évêque. Mais l’est-elle définitivement ? Cette question a été relancée alors qu’ont éclaté des affaires « de pédocriminalité », souligne Christian Nourrichard. Pour autant, il ne semble pas avoir envie d’ouvrir le débat à son tour. « J’ai vu des médecins qui me disent que ce genre de crime se passe dans beaucoup de familles, avec des gens mariés. » L’ecclésiastique dit avoir découvert, « il y a près d’un an, le drame de l’inceste ». www.paris-normandie.fr, À Évreux, l’évêque parle du célibat des prêtres et du dialogue interreligieux à l’occasion de ses vœux
  • L’évêché de Klagenfurt-Gurk s’étend à toute la province méridionale de Carinthie. Il a un nouvel évêque depuis le 3 décembre dernier en la personne de Mgr Josef Marketz, qui a reçu la consécration épiscopale le 2 février. Il n’a guère tardé à exprimer sa position sur la question du célibat sacerdotal. Interrogé dès le lendemain sur une chaîne de télévision locale, puis à la radio, il a exprimé sa pensée sur ce point.  FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Les clercs opposés au célibat ont le vent en poupe - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • Karine Le Marchand et le célibat : cette nouvelle que tout le monde attendait ! Public.fr, Karine Le Marchand et le célibat : cette nouvelle que tout le monde attendait !
  • Sortir de sa caverne, quitter son petit confort : une solution pour rendre le célibat fécond. , Célibataires : ce n’est pas si grave ! - Célibat - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  •  La même année à Faugères, en Ardèche, on voit une autre liste d’union : "Union du célibat". Composée uniquement de célibataires des deux sexes. Ils ne prennent toutefois pas l’engagement de le rester jusqu’à la fin de leur mandat. , Elections municipales | Les petites histoires des Municipales (II)
  • Mais le document dit aussi : "Tout en affirmant que le célibat est un don pour l’Église", et ça, le Pape l'a plusieurs fois répété. On est donc encore loin de la fin du célibat des prêtres.  RTL.fr, Vatican : vers la fin du célibat des prêtres en Amazonie ?
  • Jean-Claude Gaudin, 80 ans, se confie avec émotion sur son célibat : « Je n'ai pas de famille » Gala.fr, Jean-Claude Gaudin, 80 ans, se confie avec émotion sur son célibat : « Je n'ai pas de famille » - Gala
  • Jamais l’humanité n’a compté autant de célibataires. D’après une étude du centre de recherche Pew aux États-Unis, 25 % de la population mondiale vit seule et ne se mariera jamais. Un nombre qui promet d’augmenter à mesure que les divorces se multiplient-. Pour beaucoup de concernés, ce style de vie relève d’un choix personnel qui les rend plus indépendants et plus heureux. Et comble de la tendance : être célibataire réduirait l’empreinte écologique! Journal Métro, Le célibat a la cote
  • Elle propose aujourd’hui plusieurs formules : ateliers à la carte (sur la séduction et le cycle féminin), accompagnement individuel (possible aussi pour les hommes) et un voyage. Le but de cette escapade de quatre jours en groupe pour les femmes célibataires de 25 à 40 ans est de réfléchir à la question du célibat et de prendre du temps pour elles. « Le sujet du célibat fait peur et il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas l’affronter », explique-t-elle. Sésame ne prétend pas apporter une réponse mais plutôt des outils pour mieux se connaître et avancer fort d’une meilleure conscience de qui l’on est. « Certaines sont obnubilées par le sujet du couple et pensent que c’est une finalité. Or, c’est important d’être bien avec soi-même pour être bien à deux », explique la jeune entrepreneuse. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Et si vous apprivoisiez votre féminité pour vivre sereinement votre célibat ?
  • Pour les prêtres catholiques, la règle du célibat n’est pas un dogme mais une discipline. Celle-ci n’était pas en vigueur dans les premiers siècles du christianisme. Elle s’est imposée au Moyen Age, et n’existe pas dans les autres confessions chrétiennes. Chez les orthodoxes, les popes ont le droit d’être mariés à condition qu’ils le soient déjà avant d’être ordonnés. Ceux-là ne peuvent toutefois pas prendre de responsabilités. Au XVIe siècle, Luther, le père de la Réforme protestante, ne retient pas dans sa théologie l’obligation de célibat pour les pasteurs. Aujourd’hui, dans les Eglises protestantes historiques (calvinistes et luthériennes), des pasteurs peuvent être divorcés et continuer à exercer leur ministère. En revanche, chez les évangéliques (plus stricts en termes de morale), c’est assez mal vu… Quant aux Eglises orientales (Liban, Egypte, Irak…), conséquence des relations compliquées qu’elles ont entretenues avec Rome, elles ont également conservé des prêtres mariés. Libération.fr, Le célibat des prêtres, une exception catholique - Libération
  • Benjamin Samat est actuellement à la recherche de sa moitié suite à sa séparation avec Alix qui a fait couler beaucoup d’encres. A ce jour, il est donc toujours célibataire mais est plus que déterminé à se remettre en couple. Pour rappel, selon certains bruits de couloir qui ont fait le tour des réseaux sociaux, le jeune homme aurait eu une liaison avec Océane El Himer au terme du tournage des Apprentis Aventuriers 5. Cependant, il est actuellement en quête de son âme sœur et cela semble être officiel. D’ailleurs, Benji vient de le faire savoir par l’intermédiaire d’un célèbre réseau social. Pour en savoir un peu plus à ce propos, nous vous proposons de découvrir ci-dessous son message avec une photo qu’il a posté. NextPLZ, Benjamin Samat (LMAC) prêt à mettre un terme à son célibat ? Sa photo installe le doute - NextPLZ
  • Et, ajoute-t-il avec pertinence, « une autre question est directement liée à ce problème. Très vite (…) la célébration régulière, et même quotidienne, de l’Eucharistie est devenue essentielle pour l’Eglise. (…) Cela eut une conséquence importante qui, précisément, hante aujourd’hui l’Eglise ». Il s’agit de la question du célibat ecclésiastique.  FSSPX.Actualités / FSSPX.News, La défense bancale du célibat sacerdotal par Benoît XVI - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • Il semblerait que, le célibat chez les femmes est le centre des préoccupations du candidat à la Présidentielle du 12 décembre prochain, Abdelkader Bengrina. Algerie Eco, Présidentielle/Bengrina : Le célibat des femmes au cœur de son projet

Traductions du mot « célibat »

Langue Traduction
Anglais celibacy
Espagnol celibato
Italien celibato
Allemand zölibat
Portugais celibato
Source : Google Translate API

Synonymes de « célibat »

Source : synonymes de célibat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « célibat »

Célibat

Retour au sommaire ➦

Partager