Charger : définition de charger


Charger : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHARGER, verbe trans.

I.− Mettre quelque chose ou quelqu'un sur.
A.− [La visée dominante est celle de transport] Mettre (ce que l'on doit transporter) sur.
1. [Le compl. d'obj. désigne l'être (homme ou animal) ou la chose (véhicule, navire, etc.) qui effectue le transport] Une équipe de débardeurs qui chargeaient une péniche (G. Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 24).Les cochers chargent leurs camions (Dabit, L'Hôtel du Nord,1929, p. 59).Aucun port de la côte ne possédait des hommes aussi parfaitement organisés pour décharger et charger les navires (Hamp, Vin de Champagne,1909, p. 193):
1. Pendant qu'on faisait les malles et qu'on chargeait la voiture, nous partîmes avec les mulets et les guides. Lamartine, Raphaël,1849, p. 212.
SYNT. Charger un âne, un chameau, un mulet; charger un porteur; charger une charrette, une voiture, un cargo.
MAR. Charger un navire à fret*.
Loc. proverbiale. Charger le baudet :
2. ... les intendants du roi sont tout et font tout; ils mettent les impositions comme ils veulent, ils chargent le baudet tant et plus; ... Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 65.
Emploi pronom. Gondran passe sa bêche dans la courroie du carnier et se charge (Giono, Colline,1929, p. 47).
[Avec un compl. second. désignant ce que l'on doit transporter] Charger une charrette de ciment. Fabio (...) acheta des vaisseaux et les chargea de sel (...) qu'il vendit dans les villes de l'Adriatique (A. France, Le Puits de Ste Claire,1895, p. 264).
Spéc., POSTES ET TÉLÉCOMM. Charger une lettre de valeurs ou, p. ell., charger une lettre. Y enfermer des valeurs et la faire enregistrer à la poste.
2. [Le compl. d'obj. désigne la chose ou la pers. que l'on doit transporter] Charger sur/dans.Un gros garçon niais et rose, en bras de chemise, chargeait des malles sur un omnibus d'hôtel (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 9).Des Allemands (...) chargeaient dans des wagons les caisses de tissus de l'usine Villard (Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 316).
SYNT. Charger des marchandises sur un âne, un navire; charger du bois, du foin sur une charrette; charger un gros sac sur ses épaules.
[Le suj. désigne un navire] Recevoir, embarquer (des marchandises). Un petit bâtiment à deux mâts, qui vraisemblablement chargeait du riz pour la Chine (Voyage de La Pérouse,t. 2, 1797, p. 335).Les cargos qui viennent à Caen charger le minerai normand ont leurs dimensions limitées par les conditions d'accès du canal de Caen à la mer (H. Le Masson, La Mar.,1951, p. 71).
Emploi pronom. Ils se chargeaient de ballots qu'ils avaient peine à porter (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 1082).
Charger (un client, un passager sur un véhicule). Prendre en charge*. « Voilà bien l'homme que j'ai chargé rue des Martyrs, et déposé gare de Lyon » (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Le Rendez-vous, 1889, p. 1112).Le chauffeur, (...) chargeait la clientèle de rencontre (Cocteau, Les Enfants terribles,1929, p. 175).
B.− [L'accent est mis sur le poids]
1. [Le compl. d'obj. désigne une chose ou une pers.]
a) Peser sur; mettre sous la charge d'un poids (parfois excessif). Monsieur le Maire voyagera seul et sans bagage afin de ne point charger le cheval (Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 266).On pouvait charger le plancher, rien n'y fléchissait (Pesquidoux, Le Livre de raison,1928, p. 141).
P. métaph. :
3. ... une immense fatigue la chargeait [Léontine], qu'elle tirait derrière elle, comme une bête son fardeau. F. Carco, L'Homme traqué,1922, p. 88.
Charger l'estomac. Cette nourriture charge l'estomac (Ac. 1798-1932) :
4. On aura (...) l'attention de donner ces purgatifs en plusieurs prises, pour ne pas trop charger l'estomac à la fois. Geoffroy, Manuel de méd. pratique,1800, p. 160.
Spéc., littér. Charger de chaînes, de fers. Enchaîner; p. ext., emprisonner :
5. ... des brigands (...) virent les deux amants (...). Alors ils s'approchèrent d'eux, les chargèrent de liens et, les ayant attachés à la queue d'un âne, ils poursuivirent leur chemin. A. France, Balthasar,1889, p. 15.
6. S. Pierre Pascal, évêque de Jaën, après avoir employé tous ses revenus au rachat des captifs, et au soulagement des pauvres, passa chez les Turcs, où il fut chargé de fers. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 506.
Au fig. Charger la conscience :
7. Écoute, Paul, voilà ce que je voulais dire à un prêtre; car c'est la seule chose qui charge ma conscience; écoutez il y a des moments de doute, où j'ai regardé ce duel comme un assassinat... A. Dumas Père, Paul Jones,1838, IV, 3, p. 183.
b) [Avec une idée d'abondance suffisante ou parfois excessive]
Recouvrir abondamment; remplir. Blazius lui [à Dame Léonarde] chargeait son assiette et lui remplissait son gobelet jusqu'au bord (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 282).
[Avec un compl. second. introd. par de] Les arbres étaient chargés de fruits (Voyage de La Pérouse,t. 3, 1797, p. 189).L'hiver fut froid. Les carreaux, chaque matin, étaient chargés de givre (Flaubert, Madame Bovary, t. 1, 1857, p. 73).Des tables étaient chargées de boissons et de choses excellentes (R. Rolland, Jean-Christophe, L'Aube, 1904, p. 79).Les branches étaient chargées chacune d'une longue chenille de neige cristalline (Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 80):
8. Il va chercher dans un coin la petite table ronde, l'apporte sur le devant et la charge joyeusement de tout ce que contient le garde-manger, ... Hugo, Ruy Blas,1838, IV, 2, p. 417.
Au fig. :
9. Fabrice était bien bon de donner le simple nom de notes aux griffonnages infinis dont il avait chargé les marges (...) des œuvres de saint Jérôme. Stendhal, La Chartreuse de Parme,1839, p. 376.
Se charger de.Se garnir de. Les terrasses peu à peu se chargeaient de monde (Flaubert, Salammbô, t. 1, 1863, p. 119).
Au fig. :
10. Henri descendit l'allée centrale à la recherche d'une place, et sur son passage les visages se chargeaient de mépris haineux. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 461.
Se charger de.Donner en abondance. Charger qqn de compliments, d'éloges, de bienfaits; charger qqn d'injures.
Charger qqn de coups. L'accabler de coups.
COMM. Charger un compte. En grossir le montant. Cette maison a la réputation de charger ses comptes (Ac.1835-1932).
2. P. anal.
a) Au fig., ART et LETTRES.. Exagérer le caractère, les traits de quelqu'un ou de quelque chose. Les caractères sont trop chargés dans ce roman (Ac.1835-1932).L'outrance du vocabulaire, l'hyperbole et l'emphase chargèrent le style sans mesure (G. Lefebvre, La Révolution fr.,1963, p. 594).
ARTS FIGURATIFS. Représenter d'une manière outrée et bouffonne les traits d'une personne pour la rendre ridicule. Charger un portrait (Ac. 1835-1932) :
11. Quant à moi, il [Dantan] m'a chargé sur ma grosseur. J'ai l'air de Louis XVIII. Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 1, 1850, p. 244.
THÉÂTRE. Interpréter (un rôle) avec exagération; jouer d'une manière outrée. Dailly, grisé par son succès, chargeait son rôle d'une façon odieuse, ajoutait des mots au texte (E. et J. de Goncourt, Journal,1892, p. 208).
Absol. Au théâtre à Venise tous les acteurs chargent horriblement; peut-être cela est-il nécessaire pour un parterre italien (Taine, Voyage en Italie,t. 2, 1866, p. 295).
b) DR. Déposer contre, accuser. Les témoins, les dépositaires le chargent beaucoup (Ac.1835-1932).Pourquoi ces hommes ont-ils entrepris de charger l'innocent et d'innocenter le faussaire? (Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 137):
12. ... le juge entra en conflit avec eux, avec Berthe surtout très âpre contre l'assassinée, son ancienne amie, qu'elle chargeait abominablement, ... Zola, La Bête humaine,1890, p. 274.
Emploi pronom. Il y eut de scandaleux débats, où les deux frères se chargeaient l'un l'autre d'une manière infâme (G. Sand, Mauprat,1837, p. 371).
Se charger.S'accuser :
13. − Il vous roule (...) Vous n'êtes pas de force, grommelait le général. [Le juge :] − Mais au contraire, mon cher duc (...) il semble faire exprès de se charger, de s'accabler. C'est inexplicable. A. Daudet, La Petite paroisse,1895, p. 297.
Se charger de :
14. La vedette principale répond à voix insaisissable, se charge de cinq, de six crimes, et referme ses longues paupières, bien ornées de cils. Colette, Belles saisons,Mes cahiers, 1941, p. 205.
3. Au fig. [Le poids est une obligation]
a) [L'obligation est un dû matériel; avec un compl. second. désignant l'obj. de l'obligation] Imposer une condition ou une obligation onéreuse. Charger un peuple, un pays d'impôts (Ac. 1835-1932).
b) [L'obligation est une responsabilité; avec un compl. second. désignant l'obj. de la responsabilité]
Charger qqn de (+ inf. ou subst.).Lui confier la responsabilité, la mission ou le soin de. Charger un avocat d'une cause (Ac. 1835-1932); charger le préfet de faire régner l'ordre. Le roi mon maître me chargea d'ambassades et missions délicates qui me tinrent longtemps à l'étranger (Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 441):
15. ... un petit huissier minable, qu'on chargeait des corvées dont son confrère de Cloyes ne voulait pas, ... Zola, La Terre,1887, p. 331.
16. Le premier ministre, (...) et le secrétaire d'état au budget sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal Officiel de la République française. L'Amén. du terr.,1964, p. 30.
Être chargé de qqn.En avoir la responsabilité, en prendre soin. Bref, il était chargé d'une femme et de quatre enfants, et toute sa fortune était dans sa tête (A. France, Le Génie latin,1909, p. 170).
Se charger de (+ inf. ou subst.).Prendre sur soi la responsabilité ou le soin de quelque chose ou de faire quelque chose. Voulez-vous vous charger de transmettre cette réponse (Hugo, Correspondance,1867, p. 32).Ulrich Kunsi se chargeait des nettoyages, des lavages (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, L'Auberge, 1886, p. 1077).Beaucoup de banques se chargent de gérer les fortunes de leur clientèle (F. Baudhuin, Crédit et banque,1945, p. 176):
17. ... il a dit à Monsieur de Chandour que s'il arrivait malheur à son gendre, il se chargeait de le venger. Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 148.
Souvent iron. ou p. plaisant. Se charger de qqn ou de qqc.En faire son affaire. Et l'oie parut, fumante, dorée (...). « Permettez-vous, dit le curé, que je me charge de cet animal? » (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Les Rois, 1887, p. 299).Expr. proverbiale. Mon Dieu, délivrez-moi de mes amis; je me charge de mes ennemis.
Se charger de qqn.S'occuper de son entretien, assurer sa subsistance :
18. « Pour moi, je n'ai pas de bonheur à sacrifier (personne ne m'a jamais aimée) aussi serais-je bien heureuse de rencontrer un homme qui veuille se charger de moi et de ma famille, ... » Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Une Lettre, 1885, p. 581.
4. [Avec en outre une idée d'élan hostile; le compl. d'obj. désigne une pers.]
a) Domaine milit. ou policier.Se précipiter de tout son poids sur, s'abattre avec impétuosité, avec violence et brutalité sur. Le colonel français, à la tête d'une poignée de ses hussards venait de charger le régiment de uhlans (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 378).
Emploi pronom. Ainsi paroissent les deux armées (...) prêtes à se charger avec furie (Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 268).
Emploi intrans. Charger sur.La veille, la police avait dû charger sur des manifestants, dans les chantiers du métro (Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 263).
b) P. ext. Il observa le petit taureau qui joyeusement chargeait le picador (Montherlant, Les Bestiaires,1926, p. 421).
Emploi intrans. Le Doré [un taureau] piétinait la terre. Il n'avait plus l'intention de charger ouvertement. Il méditait dans sa colère (Giono, Batailles dans la montagne,1937, p. 194).
SP. [Dans certains sp. d'équipe (football, basket, etc.)] . Effectuer une charge (cf. charge I B 2 b) :
19. Qu'on me passe [un ballon] ou me dribble, que je sois terrestre, aérien ou morceau d'athlète emporté, j'imprime leur direction à tous les regards, à tous les muscles, à l'avant qui me suit, au demi qui me brusque, au trois-quarts qui me ravit; charge, croche, et ne m'abandonne que lorsqu'il bascule... A. Arnoux, Suite variée,1925, p. 47.
c) Au fig. Attaquer, critiquer avec violence. Britannicus, la pièce des connaisseurs, son demi-échec, les préfaces qui chargent furieusement le vieux Corneille (Mauriac, La Vie de Jean Racine,1928, p. 74).
Emploi abs. :
20. Le communiste chargea : − (...) je travaille. Si tous les bourgeois en faisaient autant, au lieu de rester improductifs, donc parasites, nous n'en serions pas où nous en sommes. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 224.
II.− [L'accent est mis sur la quantité plus ou moins déterminée en vue du fonctionnement de qqc.] Mettre quelque chose dans un dispositif; le garnir, le munir de ce qui est nécessaire.
SYNT. Charger un poêle, un four; charger un trou de mine; charger un condensateur, une batterie d'accumulateurs; charger un fusil, un canon; charger un appareil de photo, une caméra, un stylo; charger sa pipe.
Spéc., vx. Charger en douze temps. Effectuer la charge en douze temps :
21. ... il [Fabrice] ne sait pas charger son fusil ni en douze temps ni à volonté. C'est moi qui ai chargé le coup qui a descendu le Prussien. Stendhal, La Chartreuse de Parme,1839, p. 76.
Spéc., TECHNOL. Incorporer une substance, généralement lourde et de bas prix, à certaines matières (soie, papier, caoutchouc, etc.) pour leur donner plus de poids ou de consistance. On charge la soie pour lui donner du poids (surtout pour la soie décreusée), de la raideur (C. Blanquet, Technol. des métiers de l'habill.,1948, p. 22).
Rem. Certains dict. du xixes. enregistrent le subst. masc. chargeage, mines. ,,Excavation servant à recevoir les produits des tailles et à les expédier à la surface`` (Littré).
Prononc. et Orth. : [ʃaʀ ʒe]. Ds Ac. 1694-1932. Fait partie des verbes dont le g prend un e devant a ou o : nous chargeons, je chargeais. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1100 carger « mettre sur une personne, un animal, un véhicule quelque chose de pesant » (Roland, éd. J. Bédier, 32); 1606 part. passé adj. (Nicot); b) 1671 hérald. chargé « en parlant des pièces sur lesquelles il y en a d'autres » (Pomey); c) 1831 lettre chargée (Lamartine, Correspondance, p. 111); 1835 paquet chargé (Ac.); 2. 1160-74 chargier « placer, mettre quelque chose (sur une bête de somme) pour être porté » (Wace, Rou, 4980 ds Keller, p. 220a); 3. a) 1167 « (de la terre) porter, être chargé de (fruit...) » (G. D'Arras, Ille et Galeron, éd. W. Foerster, 1489 ds T.-L.); b) 1929 fam. « (d'un cocher) prendre (un client) en charge » (Lar. 20e); 4. a) ca 1180 [ms. xiiies.] part. prés. adj. c(h)argant « lourd, pesant (au physique) » (Partonopeus de Blois, éd. J. Gildea, 3245, var. des mss A et G); 1611 charger « peser sur, constituer une charge (domaine physique) » (Cotgr.); b) 1283 part. prés. adj. chargeant fig. « pénible, importun » (Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, chap. 1, § 31), qualifié de ,,vieilli`` ds Littré ; c) 1690 id. « lourd à l'estomac, indigeste » (Fur.). B. 1. 1564 arm. « charger (une arme à feu) » (J. Thierry, Dict. fr.-lat., Paris : charger une arquebuse); 2. 1752 « charger (une chaudière, un fourneau) » (Trév.); 3. 1814 électr. « charger (une batterie) » (Nysten). C. 1. a) 1573 « surcharger, couvrir abondamment quelqu'un ou quelque chose de quelque chose, mettre sous le poids d'une chose lourde à porter » (Garnier, Hippolyte, 834, t. II, p. 33); b) 1611 temps chargé (Cotgr.); 2. a) 1676 part. passé portrait chargé (Félibien Dict., p. 520); b) 1704 « exagérer » (Trév.); 3. 1299 chergier « imposer une contribution » (Morlet, p. 121); 4. « fournir des preuves contre quelqu'un, l'accuser » [fin xiies.? Girbert ds Gdf. Compl., sans réf.] D. 1. Ca 1150 charger qqc. à qqn « confier quelque chose à quelqu'un » (Wace, Saint-Nicolas, éd. E. Ronsjö, vers 589) − xvies. ds Hug.; 2. a) 1538 charger qqn de qqc. (R. Estienne, Dictionarium Latino-gallicum, Paris d'apr. FEW t. 2, p. 416); b) 1790 subst. chargé d'affaires (Marat, Les Pamphlets, Appel à la Nation, p. 137); c) 1866 subst. chargé de cours (Lar. 19e). E. Ca 1195 « attaquer » (Ambroise, Guerre sainte, 6258 ds T.-L.). Du b. lat. carricare « charger » attesté au vies. sous la forme syncopée carcare, Loi Salique ds Mittellat. W. s.v., 309, 36; dér. de carrus (char*). Fréq. abs. littér. : 4 122. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 046, b) 6 255; xxes. : a) 4 834, b) 5 266. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 112, 150, 224. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 263. − Rog. 1965, p. 94, 136.

Charger : définition du Wiktionnaire

Verbe

charger \ʃaʁʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se charger)

  1. Garnir d’une charge.
    • Charger un cheval, un mulet.
    • L’architecte a trop chargé ce mur.
    • Ce bateau est chargé de vin, de sel.
    • Vous vous chargez d’un fardeau beaucoup trop pesant.
      • (Avec interversion des compléments) Charger un fagot sur ses épaules.
      • Pendant que dans la grande cour de l'hôtel de la Poste on attelait les chevaux de la lourde diligence et qu'on chargeait les colis, les adieux vingt fois répétés étaient de part et d'autre comme une série d'arrachements. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 16)
      • Charger des marchandises sur un bateau, sur un navire ou dans un navire.
  2. (Architecture) Joindre le poids des matériaux nécessaires pour contenir l’effort.
    • Charger une voûte.
  3. (Figuré) Accabler, en parlant des coups, des injures, des opprobres, des malédictions.
    • Charger un homme de coups.
    • Charger quelqu’un.
    • Elle charge à nouveau Bloomberg : « Nous sommes consternés que Bloomberg ne nous fournisse que des informations partielles, aucune documentation et une demi-journée pour répondre à ces nouvelles allégations », ce à quoi notre confrère affirme avoir laissé 24h à Supremicro. — (Next INpact, Supermicro : Bloomberg affirme que des serveurs d'un opérateur américain ont été altérés, 10 octobre 2018 → lire en ligne)
  4. (Figuré) Prendre quelque chose sur sa conscience.
    • Charger sa conscience de quelque chose.
  5. (Figuré) Accuser.
    • Charger quelqu’un d’un crime, d’une faute, etc.
    • Ils ont voulu le charger de ce crime.
    • Pourquoi me charger de vos sottises ?
    • Se charger d’un crime, d’une faute, en prendre la responsabilité.
  6. (Figuré) Mettre une chose dans sa mémoire, s’appliquer sérieusement à la retenir.
    • Charger sa mémoire de quelque chose.
    • Il ne faut pas trop charger la mémoire des enfants.
  7. (Langage commercial) (Péjoratif) Exagérer le montant des frais dans un compte, etc.
    • Charger un compte, un article.
    • Cette maison a la réputation de charger ses comptes.
    • Il y a beaucoup d’abus sur cette place, tous les frais sont chargés.
  8. (Québec) (Anglicisme) Facturer.
    • Ma carte de crédit n’a pas encore été chargée pour cet achat.
  9. Peser sur.
    • Cette poutre charge trop la muraille.
    • Cela chargera trop cet homme.
    • Cette malle chargerait trop la voiture.
    • Cette nourriture charge l’estomac.
    • Avoir l’estomac chargé.
  10. (Par hyperbole) Mettre avec profusion certaines choses sur une autre.
    • Charger une table de mets.
    • Se charger la tête d’ornements sans goût.
    • (Figuré) (En parlant des ouvrages de l’esprit) Charger d’incidents une pièce de théâtre.
    • Charger un discours de figures, un ouvrage de citations, de notes, etc.
  11. (Figuré) Imposer une charge, une condition onéreuse.
    • Charger le peuple, un pays, les charger d’impôts, mettre de trop fortes impositions sur le peuple, sur un pays.
    • Charger une terre d’une redevance, une succession d’un legs, établir, imposer une redevance sur une terre, grever une succession d’un legs.
  12. (Droit criminel) Déposer contre quelqu’un, dire des choses qui tendent à le faire condamner.
    • Les témoins, les dépositions le chargent beaucoup.
    • Il est bien chargé par les aveux de son complice.
  13. Mettre dans une arme à feu ce qu’il faut de poudre, de plomb, etc., pour tirer un coup.
    • Nous donnons donc un coup d'œil à nos armes à feu et nous assurons qu'elles sont chargées et en état de servir le cas échéant. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 45)
    • Charger une mine, mettre dans une mine ce qu’il faut de poudre pour produire l’effet qu’on attend.
    • (Physique) (Par analogie) Charger une bouteille de Leyde, une batterie électrique, etc., y accumuler une quantité d’électricité assez considérable pour que les effets en deviennent sensibles.
  14. Garnir, pourvoir de quelque chose.
    • Charger une batterie.
    • Charger un fourneau, un poêle.
  15. (En particulier) (Poste)Charger une lettre, un paquet, y insérer des billets de banque, des valeurs et en faire une déclaration au bureau de poste envoyeur.
  16. (Peinture) Représenter avec exagération les traits, la figure d’une personne, pour la rendre ridicule, sans qu’elle cesse d’être reconnaissable.
    • Charger un portrait.
  17. (Courant) Exagérer avec malignité les défauts de quelqu’un.
    • Le portrait que tel auteur fait de cet homme est trop chargé.
  18. (Plus généralement) Faire toute exagération en matière d’art ou de littérature.
    • Cet acteur charge son rôle, charge trop.
    • Les caractères sont trop chargés dans ce roman.
    • Charger un récit, une histoire, une description, y ajouter, l’amplifier beaucoup.
    • (Absolument) Ce que vous dites là n’est pas possible, vous chargez.
  19. (Militaire) Marcher vers l’ennemi et l’attaquer avec impétuosité.
    • La police charge les sans-travail de Tokyo. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • A la mi-décembre, les Byzantins marchent vers la seconde armée vandale. Les doryphores et les hypapistes de la garde à cheval chargent et dispersent les hommes de Tzazo, qui tombe dans la mêlée. — (Patrick Louth, La civilisation des Germains et des Vikings, Genève : éd. Famot, 1976, page 72)
    • (Absolument)Dans leurs rangs éclata une furieuse colère : elles ne se sauvèrent pas, mais se jetèrent sur les cailloux et se mirent à bombarder les crânes de la cavalerie qui avait chargé. — (Un militant syndicaliste franco-polonais: La vie errante de Tomasz Olszański (1886-1959), traduit par Mylène Mihout, p.289, Presses universitaires de Lille, 1993)
    • (Par extension) Le sanglier a chargé.
  20. Donner commission, donner ordre pour l’exécution de quelque chose, pour la conduite de quelque affaire.
    • On l’a chargé de porter la parole.
    • Charger un avocat d’une cause.
    • De quelles fonctions est-il chargé?
    • Charger quelqu’un de ses pouvoirs, de sa procuration.
    • Colbert charge aux deux académiciens Chapelain et Costar de lui dresser une liste. — (Robert Brasillach, Pierre Corneille, Troisième partie, ch. IV, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1938, p. 395)
  21. (Pronominal) Prendre le soin, la conduite de quelque chose.
    • Vous vous chargez là d’un emploi bien difficile.
    • Je ne veux pas me charger de cette affaire.
    • Il a refusé de se charger des papiers, de se charger de la garde de ce trésor.
    • Vous vous êtes chargé de lui parler.
    • Il s’est chargé de la distribution des fonds.
    • Je me charge de tout.
  22. (Pronominal) Prendre le soin, la conduite de quelqu’un.
    • Je me charge de cet enfant.
  23. (Pronominal) (Intransitif) Se couvrir, en parlant du ciel et des nuages.
    • Le temps se charge.
    • (Absolument) Le temps est chargé, il est couvert.

Nom commun

charger \ˈtʃɑr.dʒər\

  1. Chargeur de batterie.
  2. (Histoire) Coursier (en particulier au Moyen Âge).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Charger : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHARGER. v. tr.
Garnir d'une charge. Charger un cheval, un mulet. L'architecte a trop chargé ce mur. Ce bateau est chargé de vin, de sel. Charger un navire. Vous vous chargez d'un fardeau beaucoup trop pesant. On dit aussi, avec interversion des compléments, Charger un fagot sur ses épaules. Charger des pierres sur une voiture. Charger des marchandises sur un bateau, sur un navire ou dans un navire. Charger une voûte, Y joindre le poids des matériaux nécessaires pour en contenir l'effort. Le temps se charge, Il se couvre de nuages et se dispose à la pluie. On dit aussi Le temps est chargé, Il est couvert. Fig., Charger un homme de coups, Le battre avec excès. Charger quelqu'un d'injures, d'opprobres, de malédictions, Lui dire beaucoup d'injures, l'accabler d'opprobres, de malédictions. Fig., Charger sa conscience de quelque chose, Prendre quelque chose sur sa conscience et s'en rendre responsable devant Dieu. Fig., Charger quelqu'un d'un crime, d'une faute, etc., L'en accuser. Ils ont voulu le charger de ce crime. Pourquoi me charger de vos sottises? Se charger d'un crime, d'une faute, En prendre la responsabilité. Fig., Charger sa mémoire de quelque chose, Mettre une chose dans sa mémoire, s'appliquer sérieusement à la retenir. Il ne faut pas trop charger la mémoire des enfants, Il ne faut pas les obliger à retenir trop de choses. Charger un compte, un article, signifie aussi, dans le langage commercial, Exagérer le montant des frais dans un compte, etc. Cette maison a la réputation de charger ses comptes. Il y a beaucoup d'abus sur cette place, tous les frais sont chargés. Il signifie aussi Peser sur. Cette poutre charge trop la muraille. Cela chargera trop cet homme. Cette malle chargerait trop la voiture. Cette nourriture charge l'estomac, Elle pèse trop sur l'estomac, parce qu'elle est difficile à digérer. Avoir l'estomac chargé. Il signifie par exagération Mettre avec profusion certaines choses sur une autre. Charger une table de mets. Se charger la tête d'ornements sans goût. Il se dit figurément, dans le même sens, surtout en parlant des Ouvrages de l'esprit. Charger d'incidents une pièce de théâtre. Charger un discours de figures, un ouvrage de citations, de notes, etc. Il signifie en outre figurément Imposer quelque charge, quelque condition onéreuse. Charger le peuple, un pays, les charger d'impôts, Mettre de trop fortes impositions sur le peuple, sur un pays. Charger une terre d'une redevance, une succession d'un legs, Établir, imposer une redevance sur une terre, grever une succession d'un legs. Voyez GREVER.

CHARGER DE signifie aussi Donner commission, donner ordre pour l'exécution de quelque chose, pour la conduite de quelque affaire. On l'a chargé de porter la parole. Charger un avocat d'une cause. De quelles fonctions est-il chargé? On dit de même Charger quelqu'un de ses pouvoirs, de sa procuration.

SE CHARGER DE signifie Prendre le soin, la conduite de quelque chose. Vous vous chargez là d'un emploi bien difficile. Je ne veux pas me charger de cette affaire. Il a refusé de se charger des papiers, de se charger de la garde de ce trésor. Vous vous êtes chargé de lui parler. Il s'est chargé de la distribution des fonds. Je me charge de tout. Se charger de quelqu'un, Se charger de le nourrir, de l'élever, etc. Je me charge de cet enfant.

CHARGER, en termes de Droit criminel, signifie Déposer contre quelqu'un, dire des choses qui tendent à le faire condamner. Les témoins, les dépositions le chargent beaucoup. Il est bien chargé par les aveux de son complice. Il signifie aussi Mettre dans une arme à feu ce qu'il faut de poudre, de plomb, etc., pour tirer un coup. Charger un revolver, un fusil. Les soldats chargèrent leurs armes ou absolument chargèrent. Charger une mine, Mettre dans une mine ce qu'il faut de poudre pour produire l'effet qu'on attend. En termes de Physique, Charger une bouteille de Leyde, une batterie électrique, etc., Y accumuler une quantité d'électricité assez considérable pour que les effets en deviennent sensibles. On dit aussi Charger d'électricité. Charger un fourneau, un poêle, Garnir un fourneau de charbon, de minerai, de bois, etc. En termes de Postes, Charger une lettre, un paquet, Y insérer des billets de banque, des valeurs et en faire une déclaration au bureau de poste envoyeur. Lettre chargée. En termes de Peinture, il signifie Représenter avec exagération les traits, la figure d'une personne, pour la rendre ridicule, sans qu'elle cesse d'être reconnaissable. Charger un portrait. Il signifie aussi, dans le langage ordinaire, Exagérer avec malignité les défauts de quelqu'un. Le portrait que tel auteur fait de cet homme est trop chargé. Il se dit encore généralement de Toute exagération en matière d'art ou de littérature. Cet acteur charge son rôle, charge trop. Les caractères sont trop chargés dans ce roman. Charger un récit, une histoire, une description, Y ajouter, l'amplifier beaucoup. Ce poète charge ses descriptions. Cette description est trop chargée. On dit quelquefois absolument Charger, dans le même sens. Ce que vous dites là n'est pas possible, vous chargez. Il signifie, en termes de Guerre, Marcher vers l'ennemi et l'attaquer avec impétuosité. Nous chargeâmes si vigoureusement l'aile droite que nous la fîmes plier. Intransitivement, On commanda à la cavalerie de charger. On dit aussi d'un sanglier, Il a chargé.

Charger : définition du Littré (1872-1877)

CHARGER (char-jé. Le g prend un e devant a ou o : nous chargeons, je chargeais) v. a.
  • 1Mettre une charge sur. Charger un âne de fruits, des vaisseaux d'armes. On le chargea d'un lourd paquet. Nous chargeons d'un casque nos têtes blanchies. Eh quoi ! charger ainsi cette pauvre bourrique ! La Fontaine, Fab. III, 1. … D'acteurs mal ornés chargeant un tombereau, Boileau, Art p. I.

    Par analogie. Tu serais trop vain Si ce honteux trophée avait chargé ma main, Corneille, Cid, I, 7.

    Terme de marine. Embarquer et arrimer à bord des objets. Charger en cueillette, charger pour plusieurs personnes. Charger à sec, charger pendant la basse marée. Charger en grenier, charger sans emballer.

    Terme de jardinage. Charger une couche, mettre, sur le fumier qui la compose, la terre ou le terreau nécessaire à la culture qu'on veut y établir.

    Terme de trictrac. Charger le bidet, mettre un grand nombre de dames sur une flèche. Vieux.

    Terme de métier. Appliquer des feuilles d'argent sur une pièce de métal ou de bois. Souder du fer à une pièce qui est trop mince. Appliquer certains ingrédients sur les peaux et les cuirs. Mettre dans la cuve ce qui est nécessaire pour faire une teinture. Enfiler une volaille avec une broche.

  • 2Peser d'un trop grand poids sur. Les bagages chargent cette voiture. Cette poutre charge la muraille.

    Par extension. Mille bonbons, mille exquises douceurs Chargeaient toujours les poches de nos sœurs, Gresset, Vert-vert, I.

    Par analogie. La galette charge l'estomac. Se charger l'estomac.

    Fig. Il ne faut pas trop charger la mémoire des enfants, il ne faut pas les obliger à retenir trop de choses. Charger sa mémoire de bagatelles. Les douze vers qui expriment cette moralité en termes généraux ont tellement plu, que beaucoup de gens d'esprit n'ont pas dédaigné d'en charger leur mémoire, Corneille, 1er Discours du poëme dramatique, p. 6.

  • 3Emplir, couvrir, accabler. On chargeait une table de mets. Et chargez de perles vos têtes Comme quand vous allez aux fêtes Où les dieux vous font appeler, Malherbe, III, 2. Telle qu'une bergère aux plus beaux jours de fête De superbes rubis ne charge point sa tête, Boileau, Art p. II.

    Charger de chaînes, enchaîner.

    Fig. Mon courroux n'a déjà que trop de violence, Sans le charger encor d'une nouvelle offense, Molière, Sgan. 6. Corneille a aimé à charger la scène d'événements dont il est presque toujours sorti avec succès, La Bruyère, I.

  • 4Charger quelqu'un de coups, d'injures, de malédictions, l'en accabler. Détournons les yeux des soufflets sacriléges dont on le charge, Massillon, Car. Passion. Il fut craint, mais l'histoire a dans tout l'avenir De haine et de mépris chargé son souvenir, Chénier M. J. Charles IX, III, 1. Il pourrait bien, mettant affront dessus affront, Charger de bois mon dos comme il a fait mon front, Molière, Sgan. 17.

    Absolument, battre. Vous n'avez pas chargé son dos avec outrance ? Molière, l'Étour. III, 4. Je veux… Que tous deux à l'envi vous me chargiez ce traître, Molière, Éc. des f. IV, 9. … Si quelque affamé venait pour en manger, Tu serais en colère et voudrais le charger, Molière, Éc. des f. II, 3.

  • 5Mettre sur, en parlant d'un fardeau. Charger sur ses épaules un fardeau. Énée avait chargé son père sur son dos. Il avait fait charger du blé sur la Saône. Je vois de grands garçons charger un tonneau de vin, Rousseau, Ém. III.
  • 6Charger un registre d'un article, ou charger un article sur un registre.

    Charger une lettre, un paquet, faire constater sur les registres de la poste l'envoi d'une lettre, d'un paquet.

    Charger un mot, écrire un mot sur un autre sans effacer celui-ci.

  • 7Rendre trouble. Un accès de fièvre qui charge l'urine.

    En parlant de la langue, y produire un enduit morbide. Un embarras gastrique charge la langue.

  • 8Imputer à quelqu'un, et, spécialement, déposer contre lui, l'accuser. Charger quelqu'un de ses propres torts. Les témoins n'ont pas chargé l'accusé. Ils ne cessaient de le charger tantôt d'avarice et tantôt de trahison, Vaugelas, Q. C. liv. X, dans RICHELET. On ne peut les charger d'aucun assassinat, Corneille, Poly. I, 3. Tous deux l'ont accusée, et, s'ils s'en sont dédits Pour la faire innocente et charger votre fils…, Corneille, Nicom. IV, 2. Le récit de ses fautes est pénible ; on veut les couvrir et en charger un autre ; c'est ce qui donne le pas au directeur sur le confesseur, La Bruyère, XI. Chargez-le comme il faut, monsieur, et rendez les choses bien criminelles, Molière, l'Avare, V, 5. Des personnes qui le chargeaient des mêmes choses que vous, Molière, Impromptu, 3. Alors qu'aura servi ce zèle impétueux, Qu'à charger vos amis d'un crime infructueux ? Racine, Baj. II, 3.
  • 9Imposer une charge, une condition onéreuse. Charger les provinces d'un tribut. Il vit heureux [Baléazar], et tout son peuple est heureux avec lui ; il craint de charger trop ses peuples, Fénelon, Tél. VIII.

    Charger une terre d'une redevance. Charger une succession d'un legs.

    Fig. Le grand nombre d'observances dont Moïse a chargé les Hébreux. À quoi bon charger votre vie Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ? La Fontaine, Fab. XI, 8.

  • 10Donner commission, donner ordre. Il fut chargé du commandement de l'armée. On l'avait chargé de ce soin. Voici ce dont je vous charge. Ils le chargèrent de dire à Alexandre que…, Vaugelas, Q. C. liv. III, dans RICHELET. Rome qui m'a depuis chargé de son empire, Corneille, Othon, III, 3. Zerbinette m'a chargé promptement de venir vous dire que…, Molière, Fourber. de Scap. II, 6. Et qui vous a chargé du soin de ma famille ? Racine, Iph. IV, 6. De péculat, il n'y en avait pas davantage, puisqu'il ne fut jamais chargé ni de l'argent du roi ni de celui de la Compagnie, Voltaire, Louis XV, 34.

    Charger quelqu'un de ses pouvoirs, de sa procuration.

  • 11Mettre dans une arme à feu la poudre et les projectiles. Charger un fusil, un canon.

    Absolument. Charger à balles, à mitraille.

    Chargez, terme de commandement.

  • 12 Par extension. Charger une bouteille de Leyde, une jarre, une batterie électrique, y accumuler l'électricité.

    Charger une bobine, y enrouler la quantité de soie ou de fil qu'elle peut recevoir.

    Charger une quenouille, y mettre de la filasse de lin ou de chanvre.

    Charger une pipe, la remplir de tabac.

    Charger une plume d'encre, un pinceau de couleur.

  • 13Attaquer avec impétuosité. L'infanterie chargea l'ennemi qui pliait. Ils avaient ordre de ne se point découvrir que l'ennemi ne fût passé, pour le charger en queue, Perrot D'Ablancourt, Luc. t. II, dans RICHELET. Joint les ennemis, les combat et les charge, Fléchier, Tur. Les partisans du tribun mirent l'épée à la main et chargèrent la multitude, Vertot, Révol, rom. liv. X, p. 36. Ces paysans chargèrent les bourgeois à coups de pierres et de bâtons, Vertot, ib. X, 10.

    Absolument. Charger à la baïonnette. Charger à la tête de la cavalerie. D'abord il a si bien chargé sur les recors, Molière, l'Étour. V, 1.

  • 14Exagérer, amplifier. Charger le prix d'une marchandise. Charger un article, en grossir le prix. Charger un compte, l'exagérer.

    Outrer. De la manière dont il charge les choses, il semble qu'il ait voulu se faire peur à lui-même, Bossuet, Relat. Pour diminuer l'horreur de l'athéisme, on charge trop l'idolâtrie, Montesquieu, Esp. 24, 2.

    Charger un récit, une histoire, y ajouter, l'amplifier. Un comique outre sur la scène ses personnages ; un poëte charge ses descriptions, La Bruyère, III.

    Absolument. L'homme est né menteur… voyez le peuple, il controuve, il augmente, il charge par grossièreté et par sottise, La Bruyère, XVI.

    Rendre ridicule une figure par certains traits qui en grossissent, diminuent ou altèrent quelque partie.

    Par extension, passer la mesure, en parlant du jeu d'un acteur et aussi du style. Cet acteur charge son personnage. Ce comédien a l'habitude de charger tous ses rôles. Ce romancier a chargé le portrait de son héros. Et absolument : Les comédiens de province chargent plus que ceux de Paris.

  • 15 V. n. Ajouter. Sur mon inquiétude ils viennent tous charger, Molière, Amph. III, 1. Vieilli en ce sens.
  • 16 Terme de jardinage. On dit que les arbres chargent beaucoup, quand ils ont beaucoup de fruits noués.
  • 17Se charger, v. réfl. Prendre une charge. Se charger d'un fardeau. Ses vaisseaux en tous lieux se chargent de soldats, Racine, Mithr. IV, 1.

    Absolument. Aide-moi à me charger. Il ne peut se charger tout seul.

    Fig. N'allons point nous charger d'une haine immortelle, Racine, Bérén. III, 2.

    Se charger d'une dette, la prendre à son compte. Il se charge d'une dette et en charge son bien, Patru, Plaidoyer 3.

  • 18Se couvrir. Cette femme ambitieuse et vaine croit valoir beaucoup, quand elle s'est chargée d'or, de pierreries et de mille autres vains ornements, Bossuet, la Vallière.
  • 19Se charger d'un crime, d'une faute, s'en reconnaître l'auteur, en assumer la responsabilité. Et je vous viens, seigneur, offrir une victime, Non pour sauver sa vie en me chargeant du crime, Corneille, Cinna, V, 2. Je me charge devant Dieu de tout le péché, Bossuet, Lett. abb. 89.
  • 20Prendre le soin, la conduite de. Se charger d'une cause, d'une ambassade. Si tu te chargeais de corriger ce livre. Se charger de grands travaux. Que le ciel se chargerait du reste. De l'intérêt du ciel pourquoi vous chargez-vous ? Pour punir le coupable, a-t-il besoin de nous ? Molière, Tart. IV, 1. Et je me chargerais du soin de le défendre, Racine, Phèdr. IV, 5. Je me charge de tout, fût-ce encor de ta haine, Voltaire, Catil. III, 3.
  • 21Se charger de quelqu'un, le prendre à sa charge pour le nourrir, l'entretenir, ou le prendre avec soi pour la vie commune, pour un voyage, etc. D'un gendre sans appui voudra-t-il se charger ? Racine, Mithr. III, 1. Quoi ! votre amour se veut charger d'une furie ? Racine, Andr. III, 1. Moi, j'irais me charger d'une spirituelle Qui ne parlerait rien que cercle et que ruelle, Molière, Éc. des f. I, 1.
  • 22Le temps se charge, il se couvre de nuages. Le ciel se chargeait peu à peu.
  • 23Devenir trouble. À la fin d'un accès de fièvre l'urine se charge.

    La langue se charge, elle se couvre d'un enduit.

  • 24 En termes de manége, se charger d'épaules, de ganache, de chair, se dit d'un cheval quand il engraisse trop.
  • 25Recevoir une charge de poudre. Ce fusil se charge par la culasse.
  • 26S'attaquer l'un l'autre. Les deux troupes se chargèrent avec vigueur.

HISTORIQUE

XIe s. D'or et d'argent quatre cenz muls chargez, Ch. de Rol. III.

XIIe s. Ne de tous ceus que vous cargié m'avez, Roncisv. p. 101. Vous me carjastes vos fils et vos amis, ib. p. 180. M'ame pourroit chargier plus pesant faix [avoir chagrin plus grand], Couci, XXII.

XIIIe s. Onques en nul termine ne furent aussi chargié de guerre come il furent à celui point, Villehardouin, CLXIX. Et quant les nés [nefs] furent chargies d'armes et de viande et de chevaliers et de serjans, Villehardouin, XLIV. Et sachiés que il fu moult cargiés et fu feru d'un glaive parmi le cors, Villehardouin, LXXII. Et li rois la fist atourner richement comme fille de roi, et li carga assés or et argent, Chron. de Rains, p. 13. Sovent me semont [Bel Accueil] d'aprochier Vers le bouton et d'atouchier Au rosier qui l'avoit chargié, la Rose, 2885. Nus [nul] arbre qui soit qui fruit charge, ib. 1334. Et lor doit carquier qu'il dient la cause à son home por quoi il est semons, Beaumanoir, 46. Il a esté deffendu, por ce qu'il carquoient si lor mesons et lor heritages de tix [telles] choses… qu'on lessoit après les mesons, porce que eles estoient trop carquies, Beaumanoir, XXIV, 20. Je ne puis pas mon heritage carquier de douaires, fors que selonc ce que coustume done, Beaumanoir, XXXIV, 23. Je, qui n'avoie pas mil livrées de terre, me charjai, quant j'alé outremer, de moy dixieme de chevaliers, Joinville, 211. Il estoit ainsi, que, quant le soudanc vouloit charger [donner un ordre], il envoioit querre le mestre de Haulequa [de la garde], Joinville, 235. Il respondirent touz que avoient chargié [confié] à Mons Guion Malvoisin le conseil que il vouloient donner au roy, Joinville, 255. Et nous chargerent les Sarrazins tous de pyles [javelots] que il traoient au travers du flum, Joinville, 223.

XIVe s. Querir et vouloir estre honoré des humbles et moiens ou petis, c'est une chose charchant et qui n'est pas à loer, Oresme, Eth. 123.

XVe s. Ce voyage chargeoit [contrariait] trop fort le duc de Bourgogne, et disoit que c'estoit une chose et une guerre sans raison, Froissart, III, IV, 29. Ils firent leurs messages sagement et à point, ainsi que chargé leur estoit, Froissart, I, I, 45. Il prit tous ces joyaux et presens, et les chargea à son cousin messire Mansart, et lui dit de les reporter en France, Froissart, I, I, 300. Et laissa le roi pour capitaine Aimery de Pavie ; et lui chargea en garde toute la ville et le chastel, Froissart, I, I, 323. Les vins et marchandises que ils menoient, ils dirent que ils avoient cargé pour mener en Flandre, Froissart, II, III, 34. Et chargeoit le conte de Charolois ces gens de ceste maison d'avoir…, Commines, I, 2. Et chargerent sur nos archiers et ceulx qui les conduysoient, Commines, II, 2. Et lui chargea [recommanda] la dame blanche Qu'il y retournast hardiment, Villon, Repue du Pelletier. Ceux qui avoient esté presents où nostre ivrogne s'estoit chargé [soûlé], Louis XI, Nouv. VI.

XVIe s. Il les chargea [attaqua] touts endormis, Montaigne, I, 27. Charger une narration de circonstances, Montaigne, I, 84. Se chargeant seul de leur faulte commune, Montaigne, I, 97. Les maladies qui se chargent [gagnent] de l'un à l'aultre, Montaigne, I, 101. Charger un pistolet, Montaigne, I, 109. Les premiers fourmis chargent ce ver sur leur dos, Montaigne, II, 179. Le degousté charge [attribue] la fadeur au vin ; l'altéré, la friandise, Montaigne, II, 373. Ses envieux le chargeoient et accusoient en son absence, Amyot, Thém. 45. Après qu'ils se furent bien chargez de pillage et de toute sorte de butin…, Amyot, Cam. 42. Pauvre homme que tu es, comment vas-tu ainsi deschargeant la fortune de ce dont tu la pouvois charger et accuser à ta descharge ? Amyot, P. Aem. 44. [Pyrrhus] d'arrivée chargea sur son arriere garde si vivement, qu'il meit toute l'armée en grand dessarroy, Amyot, Pyrrh. 57. Il attela vistement des bœufs à un chariot, sur lequel il chargea des febves, Amyot, Marius, 64. Depuis cela il chargea une si grande audace et une si grande presumption, qu'on ne le peut plus tenir, Amyot, Nicias, 14. Et d'iceux medicamens en seront chargés les tentes et plumaceaux, Paré, VII, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHARGER.
14Ajoutez : Il fallait, pour avoir de la réputation, outrer les caractères, charger inconsidérément les muscles, donner à ses figures des contorsions et des attitudes aussi fausses que bizarres, P. J. Mariette, dans J. DUMESNIL, Hist. des amateurs franç. t. I, p. 267.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Charger : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHARGER, v. act. (Gramm.) c’est donner un poids à soûtenir ; & comme les termes poids, charge, &c. se prennent au simple & au figuré, il en est de même du verbe charger. Il a donc une infinité d’acceptions différentes dans les Sciences, les Arts, & les Métiers. En voici des exemples dans les articles suivans.

Charger, (Jurispr.) en matiere criminelle signifie accuser quelqu’un, ou déposer contre celui qui est déjà accusé. On dit, par exemple, en parlant de l’accusé, qu’il y a plusieurs témoins qui le chargent, c’est-à-dire qui déposent contre lui dans les informations : c’est de-là que les informations sont aussi appellées charges. Voyez Charges et Informations. (A)

Charger, (Marine.) se dit d’un vaisseau ; c’est le remplir d’autant de marchandises qu’il en peut porter. Si ces marchandises sont recueillies de différens marchands, on dit charger à cueillette sur l’Océan, & au quintal sur la Méditerranée ; & sur l’une & l’autre mer, au tonneau. Si les marchandises sont jettées en tas à fond de cale, on dit charger en grenier.

Charger à la côte, (Marine.) vaisseau chargé à la côte, vent qui charge à la côte, se dit d’un vaisseau que le vent ou le gros tems pousse vers la côte, de laquelle il ne peut pas s’éloigner, quoiqu’il fasse ses efforts pour s’élever, c’est-à-dire gagner la pleine mer. (Z)

Charger a encore d’autres acceptions dans le Commerce. Se charger de marchandises, c’est en prendre beaucoup dans les magasins ; charger ses livres, c’est y porter la recette & la dépense ; charger d’une affaire, d’un achat, d’une commission, &c. s’entendent assez.

Charger un canon ou une autre arme à feu, c’est y mettre la poudre, le boulet, ou la cartouche, &c. pour la tirer. Voyez Charge. (Q)

Charger, en termes d’Argenteur, c’est poser l’argent sur la piece, & l’y appuyer au linge avant de le brunit.

Charger, en termes de Blondier, c’est l’action de devider la soie apprêtée de dessus les bobines sur les fuseaux. Voyez Fuseau.

Charger la touraille, chez les Brasseurs, c’est porter le grain germé sur la touraille pour sécher. Voyez Brasserie.

Charger les broches, chez les Chandeliers, c’est arranger sur les baguettes à chandelle la quantité de meches nécessaires. Voyez l’article Chandelier.

* Charger, chez les Mégissiers, les Corroyeurs, &c. c’est appliquer quelque ingrédient aux cuirs, peaux, dans le cours de leur préparation ; & comme l’ouvrage est ordinairement d’autant meilleur qu’il a pris ou qu’on lui a donné une plus forte dose de l’ingrédient, on dit charger. Ainsi les Corroyeurs chargent de suif ou graisse. Voyez à Doreur, à Teinture, &c. les autres acceptions de ce terme, qu’on n’employe guere quand l’ingrédient dont on charge veut être ménagé pour la meilleure façon de l’ouvrage.

* Charger, a deux acceptions chez les Doreurs, soit en bois, soit sur métaux : c’est ou appliquer de l’or aux endroits d’une piece qui en exigent, & où il n’y en a point encore, ou fortifier celui qu’on y a déjà appliqué, mais qui y est trop foible. Voyez Dorer.

* Charger, v. act. c’est, dans les grosses forges, jetter à la fois dans le fourneau une certaine quantité de mine, de charbon, & de fondans. V. Forges.

Charger, (Jardinage.) se dit d’un arbre, lorsqu’il rapporte beaucoup de fruit ; ce qui vient sans doute de ce que cette production, quand elle est très-abondante, pese sur ses branches au point de les rompre. On dit encore qu’un arbre charge tous les ans, quand il donne du fruit toutes les années. (K)

* Charger la glace ; c’est, chez les Miroitiers, placer des poids sur la surface d’une glace nouvellement mise au teint, pour en faire écouler le vif-argent superflu, & occasionner par-tout un contact de parties, soit de la petite couche de vif-argent contre la glace, soit de la feuille mince d’étain contre cette couche, en conséquence duquel tout y demeure appliqué. Voyez l’article Glace.

* Charger, (Salpetr.) se dit, dans les atteliers de salpetre, de l’action de mettre dans les cuviers le salpetre, la cendre, & l’eau, comme il convient, pour la préparation du salpetre.

Charger, terme de Serrurier & de Taillandier. c’est, lorsque le fer est trop menu, appliquer dessus des mises d’autre fer, pour le rendre plus fort.

* Charger le moulin, (Soierie.) c’est disposer la soie sur les fuseaux de cette machine, pour y recevoir les différens apprêts qu’elle est propre à lui donner. Voyez Soie.

* Charger, en Teinture, se dit d’une cuve & d’une couleur ; d’une cuve, c’est y mettre de l’eau & les autres ingrédiens nécessaires à l’art ; d’une couleur, la trouver chargée, c’est l’accuser d’être trop brune, trop foncée, & de manquer d’éclat. Voyez Teinture.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « charger »

Étymologie de charger - Littré

Berry, sarger ; picard, carguer, carker ; provenç. et espagn. cargar ; portug. carregar ; ital. caricare ; du bas-lat. carricare, de carrus, chariot (voy. CHAR) : mot à mot mettre sur un chariot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de charger - Wiktionnaire

 Dérivé de charge avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de charger - Wiktionnaire

(1080)[1] En ancien français chargier, du bas latin *carricare (« mettre dans un chariot »)[1][2] attesté au VIe siècle, dans la Loi Salique sous la forme carcare), dérivé de carrus (« char, chariot »)[3] et qui donne[2] l’italien caricare, le catalan et portugais carregar, l’espagnol cargar ; voir son doublet carguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « charger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charger ʃarʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « charger »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe charger

Évolution historique de l’usage du mot « charger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charger »

  • Deux photos postées sur Twitter laissent penser que l'AirPower est effectivement en cours de développement, et qu'il est en mesure de recharger la montre connectée Apple Watch. Clubic.com, Apple : il semblerait qu'un AirPower capable de charger l'Apple Watch soit en route
  • Les batteries des smartphones sont presque quotidiennement sollicitées. Existe-t-il des bonnes pratiques de charge pour tenter de les préserver un peu ? Les décharger complètement n’a en tout cas pas cet effet. L'Orient-Le Jour, Les conditions optimales pour charger et décharger une batterie de mobile - L'Orient-Le Jour
  • Evidemment, il reste la possibilité de charger sur une prise domestique 10 ampères, ou une prise renforcée 16 A. Le plus rapide étant évidemment d’aller sur une borne accélérée 22 kW ou mieux, les bornes rapides avec des puissances supérieures à 50 kW. Côté autonomie, pas de changement, cela reste à 470 km selon le cycle WLTP. Leblogauto.com, La Jaguar I-Pace peut enfin charger à 11 kW à domicile - Leblogauto.com
  • Ainsi, plusieurs plaques de recharge de 50-75 kW conçues par la société américaine Momentum Dynamics ont été installées dans le sol au niveau des points d’embarquement et de débarquement des taxis. Les véhicules équipés pourront alors se recharger simplement, sans câble, tout en attendant leur prochaine course. La charge s’enclenche automatiquement. En moyenne, un taxi attend 6 à 8 minutes, le temps de faire un petit bonus d’énergie. Et si l’attente se prolonge, le plein se fera jusqu’à 50 kW. , Jaguar i-Pace : flotte de taxis à charger sans fil - Moniteur Automobile
  • Les téléviseurs intelligents, les décodeurs et les appareils de diffusion en continu avec Android TV ont déjà accès à des millions d’applications via le Google Play Store, mais il y a toujours des situations où vous voudrez peut-être télécharger vos propres applications (APK). Vous souhaitez peut-être que les dernières mises à jour de l’application soient plus rapides que le Play Store ne les déploie, ou vous voulez essayer une application qui n’est pas officiellement disponible pour votre appareil spécifique. Breakingnews.fr, Comment charger n'importe quelle application sur Android TV
  • Quand le coeur est le guide, même le plus vieux des guerriers fait plier le géant, mais il lui faut charger sa pirogue d'une cargaison de patience. De Dominique Sylvain / Manta Corridor
  • Ce qui m'a dégoûté de la profession d'avocat, c'est la profusion de choses inutiles dont on voulut charger ma cervelle. Au fait ! est ma devise. De Voltaire / Lettre au marquis d'Argenson
  • Convier quelqu’un c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous votre toît. De Anthelme Brillat-Savarin / Physiologie du goût
  • Les femmes se forgent à elles-mêmes les chaînes dont l’homme ne souhaite pas les charger. De Simone de Beauvoir
  • La vie deviendrait vite odieuse s'il fallait se charger de la détresse des autres. De Françoise Loranger / Mathieu

Images d'illustration du mot « charger »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « charger »

Langue Traduction
Portugais carregar
Allemand laden
Italien caricare
Espagnol cargar
Anglais load
Source : Google Translate API

Synonymes de « charger »

Source : synonymes de charger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « charger »


Mots similaires