Brusque : définition de brusque


Brusque : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRUSQUE, adj.

I.− [En parlant d'une pers. ou d'un animal]
A.− [En parlant du comportement physique] Qui se manifeste dans un mouvement imprévu avec violence et rapidité. Geste brusque (Zola, Vérité,1902, p. 77):
1. Mais plus rien ne troublait la forêt et Guerriot repartit de nouveau à sa récolte, longeant le sentier accoutumé, où ses bonds brusques et impétueux semblaient casser des vitrages de verdure et favoriser l'espionnage du soleil qui se glissait aussitôt dans les failles ménagées par son complice. Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 146.
B.− Péj. [En parlant du comportement en société] Rude, manquant de séduction, de raffinement. Manières brusques, ton brusque (Ac. 1835-1932) :
2. Je suis un peu brusque, me disoit-il [M. d'Albe] ce matin, et la bonté de mon cœur ne rassure pas toujours sur la rudesse de mes manières. MmeCottin, Claire d'Albe,1799, p. 95.
3. Ce soldat-philosophe et fleuriste met, je l'ai bien vu, de la coquetterie à être négligé dans ses vêtements et brusque dans ses discours. Delécluze, Journal,1825, p. 272.
P. ext. Dur, volontairement grossier. Faire une réponse brusque (Ac. 1798-1932, Rob.). [Le professeur] le renvoya avec une phrase brusque et cinglante (Lacretelle, Silbermann,1922, p. 55).
C.− [En parlant d'une pers. jugée sur son caractère et son esprit] Qui est sans détour et d'une grande franchise :
4. C'était un ennemi peu commode que Racine, et ce doucereux était passé maître dans l'épigramme. Comparé à Boileau brusque et franc, mais sans fiel, ... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 467.
II.− [En parlant d'un inanimé, l'accent étant mis sur la soudaineté et la brièveté d'un élément de la nature (pente, détour, phénomène météorologique)] Brutal, inattendu. Une chaleur orageuse suivait ces brusques ondées (Camus, La Peste,1947, p. 1239):
5. Enfin, la route fit un brusque détour, et le régiment se trouva aux premières barrières des fortifications, qui, du côté de Paris, paraissent extrêmement basses et comme enterrées. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 57.
[Inanimé abstr.] Brutal, imprévisible :
6. Tout à coup, mon phénomène de chauffeur donna un brusque coup de volant. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 292.
III.− LITT., PEINT.
A.− Péj. Qui manque d'harmonie :
7. La bassesse excessive et paradoxale de la donnée, la vision très nette et un peu fiévreuse des détails infimes de la vie extérieure, un atroce sentiment de la platitude et de l'ennui de l'existence, un style brusque, inégal et violent, voilà ce qui frappe déjà dans Sac au dos et ce que vous retrouverez dans les autres romans de M. Huysmans. Lemaitre, Les Contemporains,1885, p. 313.
B.− En bonne part. Original, expressif, sans afféterie. Il [Tallemant] a le crayon rouge, heurté, brusque et expressif de nos vieux dessinateurs qui logeaient près des Halles. Il a le croquis parlant (Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 13, 1851-62, p. 186).
PRONONC. : [bʀysk].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1373 « aigre, âpre (du vin) » (Trad. de Pietro de Crescenzi. Quart livre des prouffitz champestres, 82 dans Quem.) − 1771, Trév.; 2. 1549 « vif, hardi (d'une pers.) » (Du Fail, Propos Rustiques, ch. 6, p. 44 dans Hug.); 1661 « id. (d'une répartie) » (Molière, Éc. des maris, I, 6 dans Littré). Empr. à l'ital. brusco « âpre » (EWFS2; REW3, no7460; Sain. Lang. Rab., t. 1, p. 151; DEI; Wind, p. 185; Vidos Tecn., p. 60; Cor., hyp. probable; FEW t. 1, p. 575b, 2ehyp.) attesté au sens 1 dans le syntagme vino [austero e] brusco dep. ca 1340 (Volgarizzamento di Palladio dans Batt.), au sens fig. 2 dep. le 1erquart du xives. (Dante, ibid.); cf. aussi infra brusquer3.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 932. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 485, b) 4 437; xxes. : a) 6 728, b) 4 777.
BBG. − Bruant 1901. − Bugge (S.). Étymol. rom. Romania. 1875, t. 4, p. 352. − Greive (A.). Zu Wortfamilie von lat. FŪSTIS/ FŪSTIGARE im Romanischen. In : [Mél. Meier (H.)]. München, 1971, pp. 167-168. − Hope 1971, p. 168. − Kohlm. 1901, p. 34. − Sar. 1920, p. 55. − Wind 1928, p. 185, 206, 207.

Brusque : définition du Wiktionnaire

Adjectif

brusque \bʁysk\ masculin et féminin identiques

  1. Qui agit par saccades violentes.
    • Il est fort brusque dans ses reparties.
    • Manières brusques. Ton brusque. Faire une réponse brusque.
  2. Qui est subit et inopiné.
    • Du dehors, à la clarté brutale de l'électricité, je pus apercevoir […] plusieurs individus se défaire, avec un geste brusque, de couteaux ou de revolvers. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • En lui-même, il souhaitait que Feempje déguerpît, car les colères brusques du Hollandais le faisait trembler pour ses vitres. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 39)
    • Néologisme anglo-saxon, l’urgenturie désigne une envie impérieuse et brusque d’uriner difficilement contrôlable et aboutissant le plus souvent à une perte d’urine. — (« L'incontinence urinaire par urgenturie : un besoin impérieux d’uriner », 30/09/14, Cours étudiants en soins infirmiers, sur le site infirmiers.com (www.infirmiers.com))

Forme de verbe

brusque \bʁysk\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de brusquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de brusquer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de brusquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de brusquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de brusquer.

Adjectif

brusque (Royaume-Uni)/(États-Unis) ou brusk (États-Unis) \bɹuːsk\ (UK), \bɹʌsk\ (US)

  1. Brusque, abrupt.
    • If I want to be brusque, I will say Open the window! But if my intention is to sound nice, I may cast my command as a question: Could you open the window?. — (Alexandra Aikhenvald, Imperatives and Commands, 2010, Oxford University Press, page 8)
    • He was brusque, authoritative, given to contradiction, rough though never dirty in his personal belongings, and inclined to indulge in a sort of quiet raillery. — (Anthony Trollope, Dr Thorne, 1858, chapitre 3)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brusque : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRUSQUE. adj. des deux genres
. Qui agit par saccades violentes. Il est fort brusque dans ses reparties. Manières brusques. Ton brusque. Faire une réponse brusque. Il signifie aussi Qui est subit et inopiné. Un changement brusque. Une démarche brusque. Une attaque brusque. Le dénouement de cette pièce est trop brusque.

Brusque : définition du Littré (1872-1877)

BRUSQUE (bru-sk') adj.
  • 1Qui a une rudesse mêlée de promptitude. Homme brusque. Ton brusque. Style brusque. Dans vos brusques chagrins je ne puis rien comprendre, Molière, Misanthrope, I, 1. Il a le repart brusque et l'accueil loup-garou, Molière, Éc. des maris, I, 6. On voit des gens brusques, inquiets, qui, bien qu'oisifs et sans aucune affaire qui les appelle ailleurs, vous expédient, pour ainsi dire, en peu de paroles et ne songent qu'à se dégager de vous, La Bruyère, 5.
  • 2Soudain, que rien ne prépare. Brusque départ. Prenant de brusques résolutions. Une brusque repartie. Une brusque attaque d'apoplexie. Quels sentiments contraires Par un brusque passage ont fait dans votre cœur à la sécurité succéder la terreur ? Lemercier, Bruneh. II, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. Et, pincetant sur les chanterelles de son luth obeissant une mesure plus brusque, poursuivit en ces termes, Yver, p. 526. Celuy qui a esté attainct au vif et deschiré d'une remonstrance, si on le laisse ainsi tout brusque, enflé et esmeu de cholere, il est puis après difficile à remettre, Amyot, Comment disc. le flatteur de l'ami, 63. On cache dessoubs les couleurs brusques et mornes, et met-on au dessus les guayes et claires, Amyot, De la tranq. d'âme, 31. Petit vin, brusc, rude et aspre, Paré, XXV, 27. J'ay d'une ardante et brusque fantaisie, Dès la mammelle, aimé la poësie, Ronsard, 680. Il est très brave et vaillant et brusq ; jamais il ne refusa combat, Brantôme, J. A. Doria. Cingar tenoit un voulge [sorte d'arme] en main, et sur le cul avoit une large dague, faisant bien le brusc avec un grand pennache qui voltigeoit sur son bonnet, et ne regardant que de travers, Merlin Coccaïe, t. I, p. 175, dans LACURNE SAINTE-PALAYE. Ainsi que le diamant brusque [non poli], Pasquier, Rech. III, p. 259, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brusque »

Étymologie de brusque - Littré

Espagn. et portug. brusco, de mauvaise humeur, emporté ; ital. brusco, aigre, âpre. Le mot est italien et d'origine incertaine. Diez y voit l'ancien haut-allemand bruttisc, contracté en brutt'sc, sombre, colère. D'autres le rapportent au celtique : gaél. brisg ; kymri, brysg ; bas-bret. bresg, vif, prompt. Enfin on peut croire qu'il est d'origine latine et que, tenant à bruscolo, brin de paille, brusca, brosse, bruscia, épine, broussailles, il se rapporte à brusco (voy. BRUSC) ; le sens du radical serait piquant, d'où brusco, aigre, âpre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de brusque - Wiktionnaire

Du français brusque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de brusque - Wiktionnaire

De l’italien brusco (« âpre, aigre »), il a pris progressivement le sens de « vif, hardi » → voir brusc et brusquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brusque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brusque brysk play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « brusque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brusque »

  • Peugeot Japy, au bord du précipice en 2018, effectuait soudainement un brusque retour en arrière. En l’espace de deux ans, suivant la courbe de son chiffre d’affaires qui tombait de 90 à 25 millions d’euros, ses effectifs ont fondu de moitié, dégringolant de 500 à 250 salariés. Lesquels, aujourd’hui, ne toucheront qu’une infime partie de leur salaire de juin. , Economie | Peugeot Japy toujours dans l’incertitude
  • L'accident s'est déroulé ce samedi vers 9 heures, sur la D914 à hauteur de Banyuls-sur-Mer. Selon les premiers éléments de l'enquête diligentée par la gendarmerie, dont une équipe s'est rendue très rapidement sur les lieux, il semblerait que les deux cyclistes (deux hommes), de nationalité espagnole, aient été surpris par le brusque changement de direction d'une voiture qui les précédait. Pour une raison encore indéterminée, l'automobiliste a décidé de tourner, percutant les deux vélos. lindependant.fr, Banyuls-sur-Mer : deux cyclistes blessés lors d'un accident sur la D914 - lindependant.fr
  • Les années ne passent pas chaque année mais tous les dix à quinze ans. Pendant une dizaine ou une quinzaine d'années, on a l'impression d'avoir le même âge ; puis brusquement on vieillit d'un seul coup. De Ferdinando Camon / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • Arrêter de fumer brusquement peut provoquer des troubles de la perception. Aux Etats-Unis ils ont voté Bush. De Kad et Olivier / 100 bonnes raisons de continuer à fumer
  • Lorsqu'une femme met au monde, elle change brusquement de génération ; elle est submergée par un véritable orage hormonal et affectif qui ne peut être contrôlé. Elle devient instinctive. De Edwige Antier / Eloge des mères
  • Ce qui est honteux, c'est de changer d'opinion pour son intérêt et que ce soit un écu ou un galon qui vous fasse brusquement passer du blanc au tricolore, et vice versa. De Victor Hugo / Choses vues
  • Dans chaque existence humaine, il vient un jour, une heure, un bref instant où Dieu, tout à coup, daigne apparaître dans toute son évidence et nous tend brusquement la main. De Roger Martin du Gard / Les Thibault
  • Les idéaux ont de curieuses qualités, entre autres celles de se transformer brusquement en absurdité quand on essaie de s'y conformer strictement. De Robert von Musil / L'homme sans qualités
  • Les femmes se défendent en attaquant, et leurs attaques sont faites d'étranges et brusques capitulations. De Oscar Wilde / Le Portrait de Dorian Gray
  • Les femmes commencent par vous aimer ; puis, brusquement, sans motif, elles ne vous aiment plus. Et elles vous disent alors : Comme tu as changé ! De Anonyme
  • La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. De Jules Renard
  • Vouloir brusquement revoir son mari après une séparation de cinq ans, cela peut être une envie de femme enceinte. De Sophie Arnould
  • Dans tout ce que la nature opère, elle ne fait rien brusquement. De Jean-Baptiste de Lamarck
  • A brusquer on s’expose, on offre, on se donne... De Maryline Desbiolles
  • Les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque. De Talleyrand
  • Nous appellerons émotion une chute brusque de la conscience dans le magique. De Jean-Paul Sartre / Esquisse d’une théorie des émotions
  • L'abeille brusque-t-elle le jasmin ? De Proverbe persan

Traductions du mot « brusque »

Langue Traduction
Portugais brusco
Allemand abrupt
Italien brusco
Espagnol brusco
Anglais sudden
Source : Google Translate API

Synonymes de « brusque »

Source : synonymes de brusque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brusque »



mots du mois

Mots similaires