La langue française

Câlin

Sommaire

  • Définitions du mot câlin
  • Étymologie de « câlin »
  • Phonétique de « câlin »
  • Évolution historique de l’usage du mot « câlin »
  • Citations contenant le mot « câlin »
  • Traductions du mot « câlin »
  • Synonymes de « câlin »
  • Antonymes de « câlin »

Définitions du mot câlin

Trésor de la Langue Française informatisé

CÂLIN, INE, adj.

I.− Emploi adj. [Gén. appliqué à une pers.]
A.− Vieilli
1. Niais, naïf. Elle gobe ça!... que les femmes sont câlines! (E. Labiche, La Station Champbaudet,1862, III, 1, p. 304).
2. Indolent, délicat :
1. Et pour marquer à Thérence que je n'étais pas si câlin qu'elle le pensait peut-être, je m'exerçais à coucher sur la dure, à vivre sobrement... G. Sand, Les Maîtres sonneurs,1853, p. 336.
Rare. [Appliqué à un inanimé abstr.] Comment renoncer aux usances câlines, au confort, au bien-être indolent de la vie? (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 352).
B.− Usuel. Qui a la douceur d'un enfant, qui aime cajoler ou être cajolé; tendre, caressant.
1. [En parlant d'une pers., gén. d'un enfant, d'un être aimé, ou d'un attribut, d'une qualité de la pers.] Câlin comme un petit chat; voix câline, langueur câline. Ses yeux câlins et tendres (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 183):
2. Mais son image brusquement l'envahit, et il l'aperçut en sa pensée quand elle s'éveillait au matin, dans leur lit tiède, se pressait câline contre lui, jetant ses bras à son cou, avec ses cheveux répandus, un peu mêlés sur le front, avec ses yeux fermés encore et ses lèvres ouvertes pour le premier baiser; et le souvenir subit de cette caresse matinale l'emplit d'un regret frénétique et d'un désir forcené. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Femme de Paul, 1881, p. 1229.
SYNT. Œil, geste, regard, sourire câlin; mots câlins; amour câlin; un petit bavardage câlin.
Emploi subst. Celui, celle qui aime à cajoler ou à se laisser cajoler. Voyez-vous ce câlin avec ses longues jambes, qui se fait bercer comme un poupon (A. Daudet, Jack,t. 1, 1876, p. 27).
[Parfois avec une nuance péj.] Celui, celle qui se conduit en séducteur :
3. Son frère, resté silencieux, s'était approché et l'embrassait. Elle le menaça du doigt. − Oh! toi, tu es un câlin. Je te connais... Demain, quand tu nous auras quittés, tu ne t'inquiéteras guère de savoir ce qui se passe ici... Zola, L'Argent,1891, p. 143.
2. P. anal., littér. [En parlant de sensations, de moments] Qui flatte la sensibilité. Un soir d'été serein, aux étoiles câlines (Dierx, Les Lèvres closes, 1867, p. 193); solo câlin de violoncelle (G.-V. Willy, Entre deux airs, par l'ouvreuse du Cirque d'été, 1895, p. 202); valse minaudière et câline (Green, Journal,1937, p. 112).
II.− Emplois figés
Faire câlin. Se blottir contre une personne aimée pour se faire cajoler ou consoler. Viens faire câlin avec Mémé, la consoler (Montherlant, Fils de personne,1943, p. 298).
Fam. Câlin! Interjection généralement répétée que l'on adresse à un jeune enfant pour le bercer ou l'endormir :
4. − Câlinez-moi, dit Marie. MmeAgathe feignit de tenir un bébé dans ses bras et de le bercer, en murmurant, selon un vieux rite des Camblanes, sur un ton de mélopée : « Câ-lin, câ-lin... » Mauriac, Galigaï,1952, p. 32.
Prononc. et Orth. : [kɑlε ̃], fém. [-in]. Ds Ac. 1740-1932. Ds Ac. 1740 sans accent circonflexe, cf. aussi Fér. 1768 : ,,1reet 2ebrèves`` (à comparer avec Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,1relongue``) et Land. 1834. Au sujet de cet accent circonflexe cf. Buben 1935, § 30 : ,,L'origine de câlin, câliner n'est pas établie avec sûreté, mais il est à peu près certain que l'accent circonflexe n'est pas étymologique.`` Pour la prononc. de l'initiale avec [ɑ] post. dans câlin et ses dér., cf. Fouché Prononc. 1959, p. 84. Étymol. et Hist. 1. Av. 1593 « gueux, mendiant » (G. Bouchet, Les Serées, éd. Roybet, 1875, t. 4, p. 269 : Mais pour esmouvoir le peuple à plus grande pitié, disoit-il, devinez que ces gueux et calins font? Ils contrefont les malades de sainct Jean, ayans la bouche pleine d'escume; p. 272 : parlant des calins, et de ceux qui mendient sans besoing) − Cotgr., 1611; 2. 1740 (Ac. : Calin. Niais et indolent); 3. 1833 « cajoleur » (Balzac, Le Médecin de campagne, p. 110 : accent câlin). Malgré un léger hiatus chronol., déverbal de câliner*. Fréq. abs. littér. : 309. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 144, b) 674; xxes. : a) 784, b) 357. Bbg. Guiraud (P.). Pier, argot. Cah. Lexicol. 1968, t. 12, no1, p. 90. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], pp. 110-111.

Wiktionnaire

Nom commun

câlin \kɑ.lɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : câline)

  1. Celui, celle qui aime être câliné.
    • C’est un petit câlin, une petite câline.
  2. Celui, celle qui câline.
    • Il faisait le câlin pour obtenir ce qu’il voulait.
  3. Câlinerie, tendresse, douceur affectueuse, étreinte affectueuse.
    • Tu viens me faire un câlin ?
  4. (Par euphémisme) Relation sexuelle.

Adjectif

câlin \kɑ.lɛ̃\

  1. Tendre et câlinant.
    • Ces morceaux câlins, naïfs, pleins de tendresse, ces vers calmes, purs comme la glace des lacs ; cette caressante poésie femelle a pour auteur un petit ambitieux. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’imagination câline et inventive du Midi est là tout entière.— (Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1870)
    • Elle demanda de quoi écrire, et comme elle écrivait, c’était encore une folie de fille publique et de femme trompeuse. Elle l’appelait « mon cher petit homme », disait : « Je pleure en t’écrivant ces mots » et riait d’écrire cela. Elle était câline à la façon de Paris où l’on met son sourire aux rencontres des rues et où toute chose se passe avec une ironie française. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 177)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CÂLIN, INE. n.
Celui, celle qui aime être câliné. C'est un petit câlin, une petite câline. Par extension, il signifie Celui, celle qui câline. Il faisait le câlin pour obtenir ce qu'il voulait. Il est aussi adjectif. Cet homme a l'air câlin. Cet enfant est câlin. Avoir des manières câlines, prendre un ton câlin, etc.

Littré (1872-1877)

CÂLIN (ka-lin, li-n') s. m.
  • 1Celui, celle qui n'a ni activité, ni intelligence. C'est un câlin.
  • 2Cajoleur, cajoleuse. Voyez le câlin, la câline !

    Adj. Avoir l'air câlin. Un enfant câlin. Trompés par des flatteurs câlins, Que de rois se disent les pères D'enfants qui se croient orphelins ! Béranger, Math. Bruneau.

    Ce mot est familier.

HISTORIQUE

XVIe s. Quelqu'un de la serée nous contant que les calins ne laissent, pour estre tous cousus de poux [insectes], de rire et de se moquer, Bouchet, Serées, 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « câlin »

(XVIe siècle) Apparait avec le sens de « gueux, mendiant, paresseux ». (XIXe siècle) Sens actuel. Déverbal sans suffixe de câliner  [1].
Auguste Scheler [2] fait de ce mot une contraction de catelin, diminutif de chat.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, calin, coquin. Il y a, dans le provençal, calina, chaleur, acalinar, échauffer, dans l'ancien français, chaline, qui ont pu donner câlin, celui qui se chauffe au lieu de s'évertuer. C'est une conjecture pour une étymologie qu'on ignore. D'un autre côté, si l'on connaissait la provenance de ce mot, et si l'on savait qu'il vînt du Nord, on pourrait le rattacher au wallon calin qui signifie de chien (faim caline, faim canine).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « câlin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
câlin kalɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « câlin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « câlin »

  • Les câlins, mieux que l'esperanto, parlent une langue universelle. De Kathleen Keating / Le petit livre des gros câlins
  • Les câlins ne sont pas seulement délicieux, ils sont nécessaires. De Kathleen Keating / Le petit livre des gros câlins
  • Le câlin est le seul qui apaise les gros chagrins. De Jean Gastaldi / Le petit livre de maman
  • Le câlin n'a pas d'heure Il est salutaire de jour comme de nuit. De Kathleen Keating / Le petit livre des gros câlins
  • Comment renoncer aux usances câlines, au confort, au bien-être indolent de la vie ? De François René de Chateaubriand / Mémoires d’outre-tombe
  • Ô la femme à l'amour câlin et réchauffant, et qui parfois vous baise au front, comme un enfant ! De Paul Verlaine / Poèmes saturniens
  • La vieillesse aime bien faire un câlin avec le temps. De Jindrich Styrsky / Émilie vient me voir en rêve
  • L'homme c'est bien malaisé à définir. Admettons que ça reste un enfant. Gentil et câlin à ses heures, mais plein de vices. De Georges Bernanos / Monsieur Ouine
  • Etre parent, c'est vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant. De Bill Watterson / Calvin et Hobbes - Debout, tas de nouilles !
  • Selon une étude réalisée par des scientifiques japonais, le câlin parfait provient d’un parent et ne doit pas être trop serré. LA VDN, Japon: des scientifiques ont déterminé quel était «le câlin parfait» pour les bébés
  • Pour le New York Times, Linsey Marr, chercheur spécialisé dans la transmission des maladies aéroportées, a été interrogé sur la meilleure façon de faire un câlin sans prendre le risque d’une exposition virale trop importante. Dans une étude, l’expert a établi que le risque est "étonnamment faible", souligne le quotidien américain, pour peu de savoir bien s’y prendre : "Si vous ne parlez pas ou ne toussez pas en vous étreignant, le risque devrait être très faible", confirme-t-il. SudOuest.fr, Coronavirus : comment faire un câlin en pleine pandémie en limitant les risques ?
  • Des chercheurs de l’Université Toho, à Tokyo, se sont intéressés à l’effet apaisant des câlins sur les bébés. Les tests ont été effectués avec les parents des nourrissons eux-mêmes, mais aussi avec des étrangers. C’est comme cela qu’ils ont pu trouver le câlin parfait pour les tout petits. Badabim, Calin ideal pour bebes, les calins apaisent les parents et les petits
  • Le câlin doit être bref –les risques augmentent en fonction du temps d'exposition– et doit se faire sans discussion, pour limiter les risques. Le New York Times publie des dessins pour montrer les meilleurs gestes à adopter. Veillez à tourner la tête du côté opposé à celle de la personne étreinte et attendez d'être à une certaine distance avant de reprendre votre conversation. Si vous vous en sentez capable, n'hésitez pas à retenir votre respiration, le temps du contact. «La plupart des câlins ne durent que dix secondes, les gens devraient y parvenir», commente le docteur Julian Tang, virologue. Slate.fr, Le guide du câlin sécurisé en pleine épidémie | Slate.fr
  • Un câlin, c’est gratuit et ça fait du bien. On aime en donner autant qu’en recevoir, le mouvement va dans les deux sens. Alors que nous devons respecter des distances sociales, la solitude induite par l’absence de toucher se double de la frustration de ne pas pouvoir donner. Comment pallier ce manque ? , En manque de câlins ? 5 alternatives doudous à adopter | Psychologies.com
  • Daniel Ricciardo a indiqué qu'il devra être beaucoup moins tactile avec ses coéquipiers lorsque la saison de Formule 1 débutera en Autriche la semaine prochaine sous des mesures de santé strictes pour contrer COVID-19. «Je suis un câlin. J'aime étreindre les gens. Donc ça va changer", a déclaré l'enthousiaste Australien aux journalistes lors d'un appel vidéo Renault F1 vendredi. «Je dois garder mes distances. Nous allons trouver de nouvelles façons de nous embrasser, surtout après un bon résultat. Mais évidemment, nous allons faire ce que nous pouvons pour garder cette chose à l'écart et la garder à l'écart du paddock. Donc pas de câlins. Pas de câlins pour l'instant.» Sport24, Pas de câlins pour Ricciardo - Fil Info - Formule 1 - Auto/Moto
  • Toutefois, parmi ce flot de messages débordant d’affection, un autre paramètre, plus mesuré, revient. C’est celui du consentement : « Moi je pose toujours la question, pour savoir si la personne veut respecter les distances ou s’en moque. Si elle dit « ok », je ne les respectent pas. Je n’ai pas réussi à résister à la tentation de faire un câlin. C’est égoïste, mais ça fait un bien fou après deux mois de confinement. Je voulais vivre le moment présent. », explique Sofiane. Comme lui, Natacha préfère s’assurer de l’état d’esprit dans lequel se trouve son interlocuteur : « J’ai décidé de respecter les gestes barrières seulement par respect pour les personnes qui préfèrent les conserver. Je demande avant de faire la bise ou de serrer une main si la personne est d’accord ». Globalement ces lecteurs, comme Mathieu, veulent retrouver la proximité « d’avant » : « Il est temps de profiter des contacts et échanges perdus. Cela passe, bien sûr, par plus de liberté, en ignorant ces gestes barrières et distanciations communes. » Mais, puisque la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres, « en respectant ceux qui veulent les maintenir autant que possible. » , Coronavirus : « Je n’ai pas réussi à résister à la tentation de faire un câlin »… Ils ont abandonné les gestes barrières

Traductions du mot « câlin »

Langue Traduction
Anglais hug
Espagnol abrazo
Italien abbraccio
Allemand umarmung
Portugais abraço
Source : Google Translate API

Synonymes de « câlin »

Source : synonymes de câlin sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « câlin »

Partager