La langue française

Bienfait

Définitions du mot « bienfait »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIENFAIT, subst. masc.

A.− Domaine éthique.[Le compl. désigne une pers., Dieu, une entité morale, etc.] Acte de bien, don ou service qui doit améliorer les conditions de vie d'autrui :
1. Saisissez donc, Messieurs, avec empressement cette occasion facile que nous vous présentons, d'accorder au peuple un grand bienfait. Tant d'obstacles s'opposent souvent à votre zele pour le bonheur de l'humanité! Profitez de ce moyen de le satisfaire, au moins en partie. Hélas! dans ce moment même que les puissants ennemis du bien public s'efforcent d'aggraver la misere de nos concitoyens, par d'injustes allarmes, par des soupçons sinistres et par mille intrigues odieuses; grâce à leurs funestes soins ce peuple souffrant ignore jusqu'aux loix bienfaisantes par lesquelles vous avez préparé le bonheur de la nation entière. Robespierre, Discours,Pour la restitution des biens communaux, t. 6, 1790, p. 225.
2. D'ailleurs qu'ils disent ce qu'ils veulent ce Renan et ce Sainte-Beuve. Dans leurs parties excellentes, ils attestent la puissance et les bienfaits du catholicisme. Et pourquoi les aimons-nous? Seulement pour avoir fait sortir des maisons chrétiennes, de Port-Royal et de Saint-Sulpice, des trésors de piété et de dignité, des sentiments qui éveillent notre vénération et que sans ces deux écrivains, nous autres laïques, nous aurions mal connus. Barrès, Mes cahiers,t. 10, 1913, p. 139.
PARAD. a) (Quasi-)synon. aumône, bons offices, cadeau, charité, faveur, générosité, grâce, largesse, libéralité, présent, secours. b) (Quasi-)anton. dommage, injure, méfait, offense, préjudice, tort.
Proverbes. Un bienfait n'est jamais perdu. (Attesté dans la plupart des dict. gén. des XIXeet XXes.).Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable. (Attesté dans la plupart des dict. gén. d'Ac. 1798 à Lar. 20e).
B.− Domaine de l'activité gén.[Le compl. désigne gén. une entité abstr.] Apport positif, effet favorable. (Quasi-)synon. avantage, bénéfice, profit.Le(s) bienfait(s) de la civilisation, (cf. Courteline, L'Article 330, 1900, p. 287); l'immense bienfait du savoir (Bernanos, Monsieur Ouine,1943, p. 1494).
PRONONC. : [bjε ̃fε]. Enq. : /bjẽfe, (D)/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Début xiies. « bien que l'on fait à qqn, faveur, avantage » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, LXXVII, 14); 2. 1752 « action bienfaisante d'une chose » (Trév. Suppl.); 1835 (Ac. : Les bienfaits de la science, d'une institution). Part. passé substantivé de bienfaire*, sur le modèle du lat. benefactum (Plaute, Trin., 2, 2, 41 dans Forc.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 444. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 101, b) 1 452; xxes. : a) 1 342, b) 1 055.
BBG. − Duch. 1967, § 8. − Gall. 1955, p. 378.

Wiktionnaire

Nom commun

bienfait \bjɛ̃.fɛ\ masculin

  1. Bien qu’on fait à quelqu’un, service, bon office que l’on rend, grâce, faveur que l’on accorde.
    • Non seulement il invita ses concitoyens à déposer leurs ressentiments et leurs griefs sur l'autel de la patrie, mais il demanda encore que le bienfait de cette pacification fût étendu aux autres peuples, et que la France, introduisant parmi les nations une nouvelle diplomatie, jetât les fondements d'une alliance universelle. — (« ISNARD (Maximin) », dans la Biographie universelle et portative des contemporains; ou, Dictionnaire historique des hommes vivants et des hommes morts depuis 1788 jusqu'à nos jours, tome 10, Paris : chez l'Éditeur, 1836, page 2141)
    • Un corbeau déjà dressé et comment (il buvait du vin), avait jugé bon néanmoins de renoncer aux bienfaits de la civilisation et de reprendre la clé des bois. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Des observateurs, […] signalent chez les campagnards du Lot comme une tare tout à fait caractéristique un individualisme outrancier, féroce, têtu, rétrograde qui leur a laissé ignorer jusqu’à ce jour les bienfaits de la solidarité, de l'entr’aide et même, dans bien des cas, de l’assurance et du remembrement. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • J’avoue que devant les bienfaits je n’ai pas le courage de compter les griefs. — (Charles Baudelaire, Du vin et du haschisch -1851)

Nom commun

bienfait \Prononciation ?\ masculin

  1. Bienfait, bonne action.
    • Pechié porte sa paine, et bienfait sa merite. — (Jean de Meung)
  2. Haut fait.
    • Et plusieurs autres barons et chevaliers pleins d'honneur et de prouesse, desquels je ne puis mie de tous parler, ni leurs bienfaits ramentevoir — (Jean Froissart)
  3. Bénéfice d’ usufruit d’une portion d’héritage accordé par l’aîné aux puinés.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIENFAIT. n. m.
Bien qu'on fait à quelqu'un, service, bon office que l'on rend, grâce, faveur que l'on accorde. Je n'oublierai jamais un si grand bienfait. C'est un bienfait signalé. Combler, accabler quelqu'un de bienfaits. Prodiguer, répandre des bienfaits. Cacher ses bienfaits. Ajouter au prix d'un bienfait par la manière dont on l'accorde. Il en a reçu mille bienfaits. Est-ce donc là le prix de mes bienfaits? Ils le payèrent mal de ses bienfaits. Il ne faut pas reprocher les bienfaits. Il faut reconnaître les bienfaits. On oublie plutôt les bienfaits que les injures. Il y a des gens qui oublient également les injures et les bienfaits. On dit de même Les bienfaits de Dieu, de la Providence. C'est un bienfait du Ciel, de la nature, etc. Prov., Un bienfait n'est jamais perdu, Une bonne action a sa récompense tôt ou tard. Les bienfaits de la science, d'une institution, etc., Le bien, l'utilité, les avantages qu'elle procure.

Littré (1872-1877)

BIENFAIT (biin-fè ; le t se lie : un bienfait espéré, dites : un biin-fè-t espéré ; au pluriel, l's selie : les bienfaits espérés, dites : les biin-fè-z espérés ; bienfaits rime avec bleuets, jamais, succès, faix) s. m.
  • 1Bien qu'on fait à quelqu'un. On sent qu'à leur place [des grands] on serait trop heureux de répandre la joie et l'allégresse dans les cœurs en y répandant des bienfaits, Massillon, Humanité des Grands. Car enfin, quoique j'estime vos bienfaits, j'aime encore mieux vos caresses ; et si l'on ne pouvait être de vos commis et de vos amis à la fois, je pense que vous me faites l'honneur de croire que je ne délibérerais guère sur ce choix, Voiture, Lett. 175. On ôte du mérite au bienfait qu'on retarde, Rotrou, Bélis. II, 10. Les bienfaits ne font pas toujours ce que tu penses, D'une main criminelle ils tiennent lieu d'offenses, Corneille, Cinna, I, 2. Un bienfait reproché tint toujours lieu d'offense, Racine, Iphig. IV, 6. Les bienfaits dans un cœur balancent-ils l'amour ? Racine, Baj. III, 7. Et ne suffit-il pas, seigneur, à vos souhaits Que le bonheur public soit un de vos bienfaits ? Racine, Brit. IV, 3. Les bienfaits peuvent tout sur une âme bien née, Voltaire, Tancr. II, 6.
  • 2 Par extension, bien, utilité. Les bienfaits de la science. Considérez que Rome en reçoit du bienfait [de la trahison qui livre Carthage] ; Approuvez une cause en louant son effet, Mairet, M. d'Asdrubal, III, 2. Un mari, une femme, un père, un fils ne sont liés entre eux que par l'amour qu'ils se portent ou par les bienfaits qu'ils se procurent, Montesquieu, Lett. pers. 104.

PROVERBES

Un bienfait n'est jamais perdu, c'est-à-dire une bonne action a toujours sa récompense.

Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable, c'est-à-dire on garde un long souvenir des injures, tandis qu'on oublie facilement les bienfaits.

SYNONYME

BIENFAIT, SERVICE, BON OFFICE. Le bienfait est un acte par lequel on fait du bien à quelqu'un ; le service, un acte par lequel on le sert ; le bon office, un acte par lequel on lui vient en aide en quelque chose. Bienfait, étymologiquement, pourrait être le terme général : mais il a pris par l'usage un sens particulier qui exprime que le bienfaiteur a une supériorité de fortune, un surplus dont il fait volontairement emploi en faveur d'une autre personne. Celui qui sauve un homme qui se noie, est non pas son bienfaiteur, mais son sauveur ; et celui qui distribue une part de sa fortune est un bienfaiteur. C'est pour cette raison de supériorité de richesse qu'on dit les bienfaits du prince. Le service est imposé par le zèle, par l'amitié ; et il ne suppose que le désir d'obliger ; du reste tout peut être égal entre celui qui sert et celui que l'on sert. Le bon office est l'emploi de notre crédit, de notre médiation, de notre entremise ; le service, comme on voit, est plus général que le bon office. Donner de l'argent est un bienfait ; prêter de l'argent est un service ; faire des démarches, parler pour une affaire, est un bon office.

HISTORIQUE

XIIe s. Tous li clergés et li home d'aage, Qui en aumosne et en bienfais [bonnes actions] mainront [demeureront], Quesnes, Romancero, p. 94.

XIIIe s. Pechié porte sa paine, et bienfait sa merite ; De ces deux choses sunt homme et fame à eslite, J. de Meung, Test. 209.

XIVe s. Albert respont et dit bien que adultere ne peut estre bienfait ; mais pour le bien que la femme fist en ce qu'elle delivra le pays d'un tyrant, pour ce le mal adultere lui doit estre pardoné, Oresme, Eth. 47. Bienfais n'est point perdus à chelui qui s'entent. Baud. de Seb. XII, 770.

XVe s. Et plusieurs autres barons et chevaliers pleins d'honneur et de prouesse, desquels je ne puis mie de tous parler, ni leurs bienfaits [hauts faits] ramentevoir, Froissart, I, I, 122.

XVe s. Mais d'une chose me resconforte : oncques bienfait ne fut perdu, Jeh. de Saintré, ch. 58. Bien faict ne se doibt oublier, Villon, Gd. Test.

XVIe s. Et en rememorant ainsi ses bien-faits, son ame en devenoit plus tranquille, Lanoue, 150. Qui en voudra sçavoir le bon usage, lise Seneque au traité des bien-faits, Lanoue, 177. Et affirmoit qu'il aimoit mieulx estre privé de la recompense d'un bienfaict, que non puny d'un mesfaict, Amyot, Caton, 17. Il n'avoit bien qu'il ne leur donnast, pour avoir part en leurs bienfaits [bonnes œuvres], jeunes et disciplines, Marguerite de Navarre, Nouv. XXX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bienfait »

(XIIe siècle)[1] De l’ancien français bienfait (« bonne action »), apparenté à bienfaisant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Participe passé substantivé de bienfaire ; voir fait.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bienfaire ; provenç. benfac, benifag, befat ; anc. catal. benfet ; anc. espagn. bienfecho ; portug. bemfeito ; ital. benefatto. Dans l'ancienne langue, bienfait avait le sens général de bonne action.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bienfait »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bienfait bjɛ̃fɛ

Évolution historique de l’usage du mot « bienfait »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bienfait »

  • Nous serions insensibles à l'ingratitude si nous ne tenions pas le compte de nos bienfaits. Claude Aveline, Avec toi-même, etc., Mercure de France
  • Nous ne pouvons attendre de bienfaits de la nature ; notre devoir est de les lui arracher. Ivan Vladimirovitch Mitchourine, Résultats de soixante ans de travaux pour la création de nouvelles espèces de plantes à fruits
  • Les hommes sont les esclaves du bienfait. De Proverbe arabe
  • Un bienfait n'est jamais perdu. De Jean II Le Bon
  • L'ingratitude est fille du bienfait. De Henry Murger / Scènes de la vie de bohème
  • Un bienfait perd sa grâce à le trop publier. De Pierre Corneille / Théodore
  • Rien ne vieillit plus vite qu'un bienfait. De Proverbe français
  • Obliger un ingrat, c'est perdre le bienfait. De Proverbe français
  • Un bienfait reproché tient toujours lieu d'offense. De Jean Racine / Iphigénie
  • La reconnaissance est le sentiment d’un bienfait. De Vauvenargues / Introduction à la connaissance de l’esprit humain
  • Un bienfait reçu est la plus sacrée de toutes les dettes. De Madame Necker
  • La guerre serait un bienfait des dieux si elle ne tuait que les professionnels. De Jacques Prévert / Fatras
  • Perdre bientôt la mémoire d'un bienfait est le vice des Français. De Cardinal de Richelieu / Maximes
  • Souvent on oublie un bienfait parce que le bienfaiteur s'en souvient. De Chrétien Guillaume Malesherbes
  • L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux. De Voltaire / Oedipe
  • Un bienfait n’est jamais perdu, mais un vrai méfait est rarement retrouvé. De Jacques Sternberg / Dictionnaire des idées revues
  • Peste soit du bienfait que les délais précédent, et que suit le reproche ! De Proverbe algérien
  • Huile essentielle de lavande officinale : bienfaits et indications Santé Magazine, 6 bienfaits méconnus des artichauts sur la santé ! | Santé Magazine
  • La synthèse de la vitamine D… Il s’agit probablement du bienfait le plus important de l’exposition au soleil ! Si cela peut paraître anodin, il n’en est rien, puisque la vitamine D est essentielle à la fixation du calcium et du phosphore, deux minéraux indispensables, entre autres, au processus de la minéralisation osseuse. Or, l’organisme humain n’est pas capable d’en produire seul. Il doit s’appuyer sur une source extérieure, comme l’alimentation ou les rayons UVB. Une exposition quotidienne d’une vingtaine de minutes est nécessaire pour assurer une production suffisante de la vitamine. Et en plus de prévenir l’apparition de l’ostéoporose chez les personnes âgées, la vitamine D contribue également au renforcement du système immunitaire et à la tonicité musculaire. Bref, elle est ultra-polyvalente ! Le Telegramme, Découvrez tous les bienfaits du soleil - Santé - Le Télégramme
  • Le jeûne intermittent consiste à alterner entre périodes de jeûne et phases courtes de prise alimentaire. Cette méthode est plébiscitée pour ses vertus amaigrissantes. Mais elle possède également de nombreux effets bénéfiques pour la santé. Découvrez quels sont les bienfaits de cette tendance alimentaire. Femme Actuelle, Jeûne intermittent : quels sont ses bienfaits pour la santé ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Le saviez-vous, un tilleul peut vivre jusqu’à 1000 ans ? Il nous fournit de la salade des tisanes des fleurs des fruits et de l’aubier ! Voici quelques recettes pour profiter des bienfaits du tilleul et vous faire plaisir ! ConsoGlobe, Tout savoir des bienfaits et des plaisirs du tilleul
  • La vitamine K est essentielle pour réguler la coagulation du sang. Une étude hollandaise suggère qu'une carence en vitamine K pouvait entraîner une coagulation trop rapide et aggraver l'infection au coronavirus. Où la trouver ? Dans quels aliments ? Les épinards ? Le fromage ? Quels sont ses autres bienfaits ? , Vitamine K : dans quels aliments, un lien avec le coronavirus ?
  • Des “experts” lui attribuent en effet un rôle d’antidépresseur, et certains vont jusqu’à le considérer comme un aliment, dont les bienfaits pour le corps de la femme sont multiples. A certains égards, ces mérites attribués au sperme seraient abusés. Nous allons étudier la question de plus près. Masculin.com, Connaissez-vous les bienfaits du sperme pour les femmes ?
  • Entendu ce matin à la radio un professeur en économie pour les questions de santé interrogé sur la course aux vaccins contre le covid 19 et le bénéfice que pourrait en tirer le laboratoire pharmaceutique faisant la découverte d'un vaccin. Après avoir rappelé que quatre grands laboratoires dans le monde faisaient la course en tête pour obtenir ce vaccin et que sa source de profit résulterait du dépôt d'un brevet dans chaque pays où il serait commercialisé, il ressort que son prix de vente tiendrait compte en premier lieu des investissements engagés dans cette recherche sachant toutefois qu'ils sont partagés entre la firme et le soutien public à la solde des contribuables. Mais alors, comment calculer la marge bénéficiaire à laquelle pourra prétendre la firme gagnante. La réponse de l'économiste fut sans équivoque, la valeur commerciale du vaccin est chiffrée en fonction du service rendu, à savoir le remède pour le coronavirus et son bienfait pour la santé de tous, mais ce qu'en attend son inventeur est la rémunération auquel il pourra prétendre. Toujours selon notre économiste, elle est colossale. Pour faire son calcul, il résonne sur ce que la pandémie aura coûté au PIB mondial à cause du confinement des populations pour servir de barrières à la circulation de la pandémie. Si la situation est variable d'un continent et d'un pays à l'autre, s'appuyant sur l'exemple de la France les deux mois de confinement auront coûté 10% de son PIB. Extrapolé au PIB mondial qui s'est élevé à 84.740 milliards de dollars américains en 2018,le premier inventeur du vaccin pourra se prévaloir de faire économiser au monde 10% de ce montant dans l'éventualité toujours possible d'un rebond ou d'un retour de la pandémie. Club de Mediapart, Course aux vaccins, course au pont d'or | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « bienfait »

Langue Traduction
Anglais benefit
Espagnol beneficio
Italien beneficio
Allemand segen
Portugais benefício
Source : Google Translate API

Synonymes de « bienfait »

Source : synonymes de bienfait sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bienfait »

Bienfait

Retour au sommaire ➦

Partager