La langue française

Approbation

Sommaire

  • Définitions du mot approbation
  • Étymologie de « approbation »
  • Phonétique de « approbation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « approbation »
  • Citations contenant le mot « approbation »
  • Traductions du mot « approbation »
  • Synonymes de « approbation »
  • Antonymes de « approbation »

Définitions du mot approbation

Trésor de la Langue Française informatisé

APPROBATION, subst. fém.

Action d'approuver.
A.− Jugement favorable qu'on porte sur quelqu'un, sur quelque chose :
1. Montaigne fait le conte de je ne sais quel grand qui, fatigué de la complaisance et de l'éternelle approbation de son confident, lui dit un jour : « Pour Dieu, conteste-moi quelque chose afin que nous soyons deux! » Courier, Lettres de France et d'Italie,1813, p. 861.
2. Il [Beethoven] l'admit, mais sans poser, à installer son chevalet, au seuil de sa chambre, tandis qu'il était dans le travail de la Missa solemnis. Schimon l'a donc pris, en pleine composition. Le portrait a eu l'approbation des proches amis de Beethoven, surtout de Schindler, ... R. Rolland, Beethoven,t. 1, 1928, p. 223.
3. Je suis responsable devant ceux qui m'envoient en quelque sorte en mission, − devant ceux en particulier qu'une certaine différenciation sociale érige en gardiens particulièrement vigilants de ces valeurs menacées et militantes; c'est dans cette légitimation de ma responsabilité qu'est inscrite la possibilité de principe d'un jugement prononcé sur mon action, du blâme et de l'approbation, bref de la sanction : ... Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 79.
SYNT. Approbation bruyante, générale, muette, publique, unanime, universelle; chaleureuse, lente, vive approbation; donner son approbation; mériter, obtenir, quêter, recevoir, recueillir l'approbation; air, marques, murmure, signe d'approbation.
B.− Action de donner son agrément :
4. « Pendant ce temps, reprit Ayrton, ou les eaux de la Snowy baisseront, ce qui permettra de trouver un gué praticable, ou il faudra recourir au canot, et nous aurons le temps de le construire. Voilà, Mylord, le plan que je soumets à votre approbation... » Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 2, 1868, p. 217.
5. « ... Ce fut par les soins du P Eudes..., que cette dévotion se répandit dès le milieu du siècle passé, et que la fête du Cœur de Notre-Seigneur fut célébrée, avec l'approbation des évêques, dans plusieurs séminaires de Normandie. » Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France,t. 3, 1921, p. 639.
Spécialement
1. DR. et ADMIN.
,,Consentement donné par une autorité supérieure à un acte juridique passé par une autorité inférieure et auquel est subordonnée la validité de cet acte.`` (Cap. 1936) :
6. Les décisions du conseil d'administration de la CNAM qui comportent une augmentation des cotisations ne sont exécutoires qu'après approbation par décret. La Réforme de la Sécurité sociale,1968, p. 25.
SYNT. Approbation du gouvernement, des ministres, du parlement, des pouvoirs publics, du préfet, du Sénat; − d'amendements, d'une délibération, d'un projet de loi, de statuts; − ministérielle, pontificale; approbation préalable; donner, obtenir l'approbation; soumettre à l'approbation.
2. DR. CANON.
Autorisation de publier un livre donnée par un censeur ecclésiastique :
7. Il [Du Guet] aimait à ce que ses ouvrages parussent avec l'approbation ecclésiastique. Il aimait l'unité. S'il regrettait les erreurs, les déviations dans le cours du grand fleuve, il espérait sans doute une rentrée plus ou moins prochaine dans les voies légitimes de la tradition, ... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 428.
8. Dans l'approbation qu'il a donnée à un de ces ouvrages bérulliens, Isaac Habert, lui-même théologien de métier, a fort bien montré cela. « Je soussigné, docteur de Sorbonne, ... après avoir lu le livre du P Gibieuf, « De la liberté de Dieu et de celle de la créature », ai cru devoir en faire l'éloge, n'y trouvant rien dont je pûs faire la censure... etc. Mémoires domestiques, II p 242. » Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France,t. 3, 1921, p. 673.
Autorisation d'entendre les confessions et d'absoudre donnée à un prêtre par l'évêque du diocèse.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
3. MÉD. VÉTÉR. Autorisation délivrée à un particulier propriétaire d'un étalon reconnu apte à l'amélioration de la race chevaline :
9. Pour les haras privés, tout propriétaire d'étalon doit présenter aux propriétaires des juments conduites à la saillie un certificat d'approbation ou d'autorisation signé du préfet, qui lui est délivré par les bureaux de la Préfecture, sur avis d'une commission d'examen dont les décisions sont sans appel. J. Baradat, L'Organ. d'une préfecture,1907, p. 311.
PRONONC. ET ORTH. : [apʀ ɔbasjɔ ̃]. Enq. : /apʀobasjõ/. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. aprobation.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) 1295 « consentement, agrément qu'on donne à qqc. » cont. jur. (Coutumes Lille, éd. Roisin, 393 ds T.-L. : avons mis et pendu nostre seel a ces lettrez en memore et approbation pardurable); b) 1690 dr. canon « consentement accordé à l'impression d'un livre par une commission de censure » (Fur.); c) 1771 id. (Trév. : Approbation [...] se dit des pouvoirs qu'un Evêque donne à un Prêtre de prêcher et de confesser dans son diocèse); 2. 1671 « jugement favorable qu'on porte sur qqn, sur qqc. » (Pomey, Dict. royal, Molin, Lyon, 2eéd., p. 53 : Un homme qui vit dans l'approbation, dont la vie merite l'approbation de tout le monde, aux actions duquel tous donnent leur approbation). Empr. au lat. approbatio « assentiment, agrément » 1 a dep. Cicéron, Brut. 191 ds TLL s.v., 309, 66; 1 c empr. au lat. eccl. approbatio « id. » (15 juil. 1563, décret du Concile de Trente, Sess. XXIII, c. XV. De ref. ds Naz. Dict. de dr. can., 1935, I, p. 850); 2 dér. de 1.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 791. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 156, b) 952; xxes. : a) 862, b) 1 348.
BBG. − Archéol. chrét. 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Bél. 1957. − Canada 1930. − Cap. 1936. − Éd. 1913. − Foi t 1 1968. − Gramm. t. 1 1789. − Lacr. 1963. − Lal. 1968. − Métrol. 1969. -

Wiktionnaire

Nom commun

approbation \a.pʁɔ.ba.sjɔ̃\ féminin

  1. Agrément qu’on donne à quelque chose.
    • Vous recherchez moins mon avis sur le parti que vous avez à prendre que mon approbation pour celui que vous avez pris. — (Lettre de Jean-Jacques Rousseau à Henriette, du 7 mai 1764, dans Lettres philosophiques, présentées par Henri Gaston Gouhier, Paris : J. Vrin, 1974, p.131)
    • Cette décision est confirmée par Clotaire II. Malgré l'approbation royale, elle ne fut sans doute pas rigoureusement appliquée, car le concile de Reims (615) dut la renouveler. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Ces clauses jouent généralement lorsque l'entreprise est proche de la faillite. Toutefois, l’application de ces clauses est subordonnée à des garanties d'emploi et à l’approbation du syndicat et de la fédération d’employeurs. — (Études économiques de l'OCDE : Allemagne, 1997, p. 137)
  2. Jugement favorable qu’on porte de quelqu’un, de quelque chose.
    • Staline ne supporte que l'approbation; il tient pour adversaires tous ceux qui n'applaudissent pas. — (André Gide, Retouches à mon "Retour de l'U.R.S.S." -1937)

Nom commun

approbation (singulier)

  1. Acclamation.
  2. (Rare) Approbation, agrément.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPROBATION. n. f.
Agrément qu'on donne à quelque chose. C'est une affaire faite, pourvu que le père et la mère y veuillent donner leur approbation. Autrefois les livres ne pouvaient être imprimés qu'avec l'approbation, que sur l'approbation des censeurs royaux. Un livre imprimé avec approbation et privilège. Je ne signerai pas sans votre approbation. Il signifie aussi Jugement favorable qu'on porte de quelqu'un, de quelque chose. Il a l'approbation de tous les honnêtes gens. Il mérite l'approbation de tout le monde. Il a l'approbation générale, l'approbation universelle. Sa conduite a l'approbation de tous les gens de bien. Cette musique, ce tableau a l'approbation des connaisseurs.

Littré (1872-1877)

APPROBATION (a-pro-ba-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Agrément, consentement. Donner son approbation à un projet. Avec votre approbation. La loi fut revêtue de l'approbation du sénat.
  • 2Jugement ou témoignage favorable. Ce discours eut l'approbation générale. Signes nombreux d'approbation. Approbation bruyante. Ils recherchèrent l'approbation des Égyptiens, Bossuet, Hist. III, 3. L'approbation des hommes est quelque chose de forcé, et qui ne demande qu'à finir, Fontenelle, Tournefort. L'injustice des hommes, toujours portés à ne donner leur approbation qu'aux succès, Fontenelle, Chazelles. Il est vrai que j'ai l'avantage de ne me point faire d'ennemis, et que tous mes ouvrages ont l'approbation des savants, Molière, Impr. 3.
  • 3Autorisation donnée par un censeur pour l'impression et la publication d'un livre. Avec approbation et privilége du roi. Imprimée sans approbation ni privilége, Pascal, Prov. 2. La Sorbonne n'a pas voulu donner son approbation à mon livre, Bossuet, Rép. Exp. Il était naturel de penser qu'Albani, devenu pape, ferait au moins contre les approbations données à Quesnel ce qu'on avait fait contre les approbations données à Sfondrate, Voltaire, Louis XIV, Jansénisme.
  • 4 En termes de théologie, pouvoir qu'un évêque donne à un prêtre de prêcher et de confesser dans son diocèse.

SYNONYME

APPROBATION, SUFFRAGE. Celui qui donne son approbation à un homme, à une action, à un livre, fait quelque chose d'aussi favorable au fond, mais de moins éclatant dans la forme que celui qui donne son suffrage. L'approbation peut être tacite, le suffrage est manifeste.

HISTORIQUE

XVIe s. Pour donner quelque approbation [preuve] de leur chrestienté, Calvin, 227. Après soupper pour recreation, Le roy voulut veoir l'approbation [la preuve] De la beauté de sa cité de Bresse, Marot, J. V, 151. C'est une tacite approbation [aveu] du perissement de l'ame avecques le corps, lorsqu'ils se veulent à plein rassasier de biens terrestres, pour ce qu'ils ignorent les celestes, Lanoue, 501.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APPROBATION, s. f. en Librairie, est un acte par lequel un censeur nommé pour l’examen d’un livre, déclare l’avoir lû & n’avoir rien trouvé qui puisse ou doive en empêcher l’impression. C’est sur cet acte signé du censeur, qu’est accordée la permission d’imprimer ; & il doit être placé à la tête ou à la fin du livre pour lequel il est donné.

Il est vraissemblable que lors de la naissance des Lettres, les livres n’étoient pas sujets, comme ils le sont à present, à la formalité d’une approbation ; & ce qui nous autorise à le croire, c’est que le bienheureux Autpert, écrivain du VIIIe siecle, pour se mettre à couvert des critiques jaloux qui le persécutoient, pria le pape Etienne III. d’accorder à son commentaire sur l’apocalypse une approbation authentique ; ce que, dit-il, aucun interprete n’a fait avant lui, & qui ne doit préjudicier en rien à la liberté où l’on est de faire usage de son talent pour écrire.

Mais l’Art admirable de l’Imprimerie ayant considérablement multiplié les livres, il a été de la sagesse des différens gouvernemens d’arrêter, par la formalité des approbations, la licence dangereuse des écrivains, & le cours des livres contraires à la religion, aux bonnes mœurs, à la tranquillité publique, &c. A cet effet il a été établi des censeurs chargés du soin d’examiner les livres. Voyez Censeur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « approbation »

Du latin approbatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Approbatio (voy. APPROUVER). Anciennement on a dit approuvement, et, si on avait formé un mot d'approbationem, il eût été aprovaison.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « approbation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
approbation aprɔbasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « approbation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « approbation »

  • On ne cherche pas de témoins. On cherche des approbations. Soit pour se convaincre. Soit pour se disculper. De Marie-Hélène Collin / Et parlera-t-elle
  • Le titre de Lufthansa flambe après l’approbation du plan de sauvetage par Thiele | REUTERS Investir, Le titre de Lufthansa flambe après l’approbation du plan de sauvetage par Thiele, Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse
  • Bien, très bien, parfait ! Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Art poétique, 100
  • On demande conseil, on cherche une approbation. De Charles Caleb Colton
  • Comprendre constitue le début de l'approbation. De André Gide
  • L'approbation des autres est un stimulant dont il est bon quelquefois de se méfier. De Paul Cézanne
  • Consulter. Rechercher l'approbation d'autrui pour un projet déjà bien arrêté. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Tout comprendre c'est tout pardonner.... Ce qui n'implique pas l'approbation. De Thérèse B. Bayol / Tout est sous la peau
  • L'érotisme est dans l'approbation de la vie jusque dans la mort. De Georges Bataille / La Littérature et le mal
  • Le mariage est la forme la plus menteuse des relations sexuelles ; c'est pourquoi il jouit de l'approbation des consciences pures. De Friedrich Nietzsche / Oeuvres posthumes
  • Une explication n'est pas nécessairement une approbation ; mais le plus souvent on estime inutile de chercher à comprendre ce que l'on réprouve. De André Gide / Journal 1889-1939
  • Je préfère de loin la virulente critique d'un seul homme d'esprit à l'approbation inconsidérée de la masse. De Johannes Kepler / De fundamentis astrologiae certioribus, 1601
  • L'assassinat sur l'échafaud est la forme la plus exécrable d'assassinat, parce qu'il est investi de l'approbation de la société. De George Bernard Shaw / Bréviaire d'un révolutionnaire
  • À l’ordre du jour : la nomination du secrétaire de séance ; l’approbation du procès verbal du conseil municipal du 8 juin dernier ; l’approbation du compte de gestion 2019 ; l’approbation du compte administratif 2019 ; l’affectation des résultats 2019 ; le vote des trois taxes ; le vote du budget primitif 2020 ; les demandes de subventions auprès de la DRAC et du conseil départemental de Tarn-et-Garonne ; la proposition des membres pour la commission de contrôle des impôts directs ; la désignation des membres de la commission de contrôle des listes électorales, la désignation des membres de la commission permanente d’appel d’offres ; l’autorisation de signature avec la convention de mandat avec le SDE pour le renforcement des réseaux ; l’autorisation de signature avec cession du fonds de commerce à la base de loisirs de Négret et nouveau bail ; la proposition d’annulation de loyers commerces en raison du Covid-19 ; le tirage au sort des jurés d’assise ; les questions diverses. ladepeche.fr, Bressols. Taxes et budget au menu, lundi soir - ladepeche.fr

Traductions du mot « approbation »

Langue Traduction
Anglais approval
Espagnol aprobación
Allemand genehmigung
Source : Google Translate API

Synonymes de « approbation »

Source : synonymes de approbation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « approbation »

Partager