La langue française

Censure

Sommaire

  • Définitions du mot censure
  • Étymologie de « censure »
  • Phonétique de « censure »
  • Évolution historique de l’usage du mot « censure »
  • Citations contenant le mot « censure »
  • Traductions du mot « censure »
  • Synonymes de « censure »
  • Antonymes de « censure »

Définitions du mot censure

Trésor de la Langue Française informatisé

CENSURE, subst. fém.

I.− HIST. ROMAINE. Dignité et fonction de censeur*. Durant la censure de Caton (Ac.).
P. anal. [Sous la Révolution] La Censure publique :
1. La censure publique, un tribunal d'état, et un tribun du peuple, un dictateur momentané, pouvaient seuls terminer nos malheurs, nous délivrer des ennemis de la patrie, établir la liberté et cimenter la félicité publique; ... Marat, Les Pamphlets,Appel à la Nation, 1790, p. 159.
II.− [Avec une valeur gén. péj.]
A.− Action de critiquer quelque chose ou quelqu'un.
1. Action de critiquer, de façon le plus souvent sévère en émettant un blâme, la conduite ou les œuvres de quelqu'un. Synon. blâme, critique, reproche.La modeste Mathilde craint beaucoup de mal faire aux yeux des hommes, et de s'attirer leur censure (MmeCottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 158).Écrivant (...) une censure sévère du roman de M. de Vigny (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, t. 6, 1863-69, p. 414).
SOCIOL. Blâme qu'un milieu social exerce sur ses membres quand ils ne se conforment pas aux règles morales ou aux valeurs admises dans le groupe, cette forme de censure pouvant aller jusqu'à l'exclusion des déviants (d'apr. Birou 1966).
2. P. ext. Critique spontanée capable de distinguer le bon du mauvais en vertu de critères plus ou moins implicites. Considéré singulièrement le lecteur [au XVIIesiècle français] s'appelle « honnête homme » et il exerce une certaine fonction de censure que l'on nomme le goût (Sartre, Situations II,1948, p. 134).
PSYCHANAL. (Selon Freud) mécanisme de contrôle analogue au refoulement qui empêche que certains désirs accèdent à la conscience, soit parce qu'ils menacent l'équilibre du sujet, soit parce qu'ils sont contraires aux interdits sociaux (d'apr. Psychol. 1969). La censure est un barrage psychique qui aboutit à un compromis, exige le remaniement, le déguisement des désirs refoulés (Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 359).
B.− Examen d'une doctrine, d'un écrit ou d'une activité par une autorité instituée à cet effet. La censure d'une pièce de théâtre, d'un film. P. méton. Organes d'exécution de cet examen.
1. Au sing., le plus souvent péj.
a) Institution créée par une autorité, notamment gouvernementale, pour soumettre à un examen le contenu des différentes formes d'expression ou d'information avant d'en permettre la publication, la représentation ou la diffusion. Censure préalable; soumettre à la censure; le bureau, la commission de censure. Demain, la censure sera levée, et les journaux vont parler en toute liberté (Delécluze, Journal,1827, p. 483):
2. La censure est mon ennemie littéraire, la censure est mon ennemie politique. La censure est de droit improbe, malhonnête et déloyale. J'accuse la censure. Hugo, Correspondance,1830, p. 465.
3. La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. Flaubert, Correspondance,1852, p. 59.
Par personnification :
4. ... j'entends aboyer au seuil du drame auguste La censure à l'haleine immonde, aux ongles noirs, Cette chienne au front bas qui suit tous les pouvoirs ... Hugo, Les Chants du crépuscule,1835, p. 104.
Rem. Quand elle concerne plus particulièrement, la censure des publications, la censure personnifiée sous les traits d'une femme acariâtre maniant de gros ciseaux est parfois appelée Anastasie : ,,« Et il me souvient qu'Anastasie, cette vieille prude qui donne si facilement son visa aux ordures débitées dans tous nos beuglants, interdit une ravissante chanson d'Henry Rubois... » (G. Nasim.)`` (Bruant 1901). Peut-être p. réf. à Ste Anastasie, martyre du début du ives., que la tradition hagiographique représente avec les seins coupés; cf. L. Réau, Iconogr. de l'art. chrét., Iconogr. des Saints 1, Paris, P.U.F., 1958, s.v. Cette tradition, qui représente aussi la Sainte à côté du bûcher sur lequel elle fut brûlée concerne cependant la victime de la répression et non la répression elle-même. Pour le rôle actif de la Sainte on pourrait penser à sa présence chez certains hagiographes, auprès de la Vierge au moment de la naissance de Jésus; mais aucun texte n'indique qu'elle tenait les ciseaux coupant le cordon ombilical.
P. méton.
Groupe de personnes chargé de cet examen; bureau où s'assemble ce groupe. Présenter la pièce au visa préventif de la censure (E. et J. de Goncourt, Journal,1868, p. 458).
Rare. C'était une censure, c'est-à-dire une copie destinée au ministère, et non un premier manuscrit (G. Grison, Paris horrible et Paris original,1882, p. 92).
b) En partic. [Censure + adj. spécifiant la matière sur laquelle s'exerce la censure]Censure ecclésiastique, militaire; censure dogmatique, dramatique :
5. ... il vous [au Ministre de la guerre] appartient en particulier, pour ce qui regarde la censure militaire, d'apprécier dans quelle mesure doivent être limitées, en temps de guerre, les libertés de publication, d'affirmation et de critique, auxquelles notre presse s'est habituée en temps de paix. Joffre, Mémoires,t. 2, 1931, p. 385.
c) P. anal. Contrôle exercé par la direction d'un parti politique ou de tout autre groupement idéologique sur des publications ou déclarations publiques de ses membres.
2. Au sing. et au plur. Jugement prononcé par l'autorité exerçant la censure. La peine de la censure.
a) DR. CANON. Jugement qui porte condamnation d'un ouvrage, d'une doctrine; p. ext. mesure disciplinaire telle que excommunication, interdiction ou suspension d'exercice et de charge ecclésiastique, prononcée par une autorité ecclésiastique contre un de ses membres coupables, en vue de l'amendement (censure médicinale). Encourir les censures ecclésiastiques. Il releva le prêtre repentant des censures, de l'excommunication et de l'interdit pour hérésie et schisme, et prononça la sentence d'absolution (Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 332):
6. Quand un mouvement ou une école comporte pour ses adhérents des dangers d'erreur ou de déviation dans l'ordre de la pensée et dans l'ordre de l'action (...) ceux-ci, quand ils sont assez pressants et assez graves, suffisent évidemment à motiver les censures de l'église. Maritain, Primauté du spirituel,1927, p. 197.
b) ADMIN. et INSTIT. Peine disciplinaire prononcée par un corps à l'égard d'un officier ministériel, d'un magistrat ou d'un membre d'une assemblée politique qui auraient gravement manqué aux devoirs de leur charge :
7. La peine de rappel à l'ordre avec inscription au procès-verbal est rendue applicable à tout député qui a adressé à un ou plusieurs de ses collègues des injures, provocations ou menaces. Il n'apparaît pas, cependant, que le dernier paragraphe de l'article 106, qui prescrit la peine de la censure comme sanction pour ces faits, ait été annulé. Lidderdale, Le Parlement fr.,1954, p. 293.
Spéc. Désaveu public de l'action du gouvernement formulé par une assemblée parlementaire dans une motion et sanctionné par un vote. Motion de censure :
8. ... en droit, le gouvernement n'est tenu de démissionner que si, dans certaines conditions très précises et à une majorité spéciale l'Assemblée vote une motion de censure ou un rejet de la confiance. Ceci transforme la portée juridique des ordres du jour. G. Vedel, Manuel élémentaire de dr. constitutionnel,1949, p. 458.
Prononc. et Orth. : [sɑ ̃sy:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1387 « mesure disciplinaire prise par l'Église contre un de ses membres » (A.N. JJ 64, fo287 rods Gdf. Compl.); b) 1656 « condamnation (d'une doctrine, d'un texte ou d'une œuvre ...) prononcée par l'Église » (Pascal, Provinciales, I, 1904-14, t. IV, p. 144 ds IGLF); 2. mil. xvies. « action de critiquer les œuvres, les paroles ou la conduite de qqn » (Du Bellay, Œuvres, t. II, p. 104 ds IGLF); 3. 1690 « charge du magistrat romain appelé censeur » (Fur.); 4. av. 1791 « sanction prise dans une assemblée contre un de ses membres » (Mirabeau, Règlement, 11 ds Brunot, t. 9, p. 776, note 1); 5. 1790 « contrôle des publications par la soumission à une autorisation préalable » (Le Moniteur, t. 3, p. 142); 6. 1927 psychanal. (Du Bos, Journal, p. 293). Empr. au lat. censura d'abord « charge, dignité de censeur » puis « jugement, examen » attesté dep. le iies. en lat. chrét. au sens de « jugement sévère, rigueur » (censura divina, Tertullien ds TLL s.v., 805, 34) d'où est directement empr. 1 a; 6 est empr. à l'all. Zensur, terme de psychanal., employé par Freud dep. 1897 (Lettre à W. Flies, 22 déc. 1897 ds Aus den Anfängen der Psychoanalyse, Imago Publishing, Londres, 1950, p. 255 : Hast Du einmal eine ausländische Zeitung gesehen, welche die russische Zensur an der Grenze passiert hat? Worte, ganze Satzstücke und Sätze schwartz überstrichen, so daß der Rest unverständlich wird. Solche russische Zensur kommt zustande bei Psychosen und ergibt die scheinbar sinnlosen Delirien. Cf. également Das Unbewusste [1915], Gesammelte Werke, Imago Publishing, t. 10, 1949, p. 290 et Die Libidotheorie und der Narzissismus [1916-17] ibid., t. 11, 1961, p. 444). Fréq. abs. littér. : 512. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 151, b) 889; xxes. : a) 417, b) 472. Bbg. Schmidt (H.). Fr. vivant. Rech. lexicol. Praxis. 1970, t. 17, no1, pp. 72-74.

Wiktionnaire

Nom commun

censure \sɑ̃.syʁ\ féminin

  1. Examen qu’un gouvernement fait faire des livres, des journaux, des pièces de théâtre, etc., avant d’en permettre la publication ou la représentation.
    • Établir la censure.
    • Abolir, rétablir la censure.
    • Censure préalable.
    • Censure dramatique.
    • Passer à la censure.
  2. (Par métonymie) Corps des personnes chargées de cet examen.
    • Et les lettres passent ensuite à la censure qui raye soigneusement tout ce qui peut de près ou de loin ressembler à une indication d'ordre militaire. — (Daniel Costelle, Prisonniers nazis en Amérique, Acropole/Place Des Éditeurs, 2012, chap.13)
    • La censure ne permit pas l’insertion de cet article dans les journaux. Vers supprimés à la représentation par ordre de la censure.
  3. Correction, répréhension, interdiction de publication.
    • Soumettre ses écrits à la censure de quelqu’un.
    • Souffrir la censure.
    • S’exposer à la censure.
  4. Silence médiatique concernant une publication ou une information.
    • Censure médiatique.
  5. En matière de dogme, jugement qui porte condamnation.
    • La censure que la Sorbonne fit de tel livre, de telle proposition.
  6. (Religion) Excommunication, interdiction ou suspension d’exercice et de charge ecclésiastique.
    • Il a encouru la censure.
  7. Peine disciplinaire que les corps, les ordres, les communautés et les assemblées délibérantes prononcent contre un de leurs membres.
  8. (Histoire) Dignité et fonction de censeur chez les romains.
    • Durant la censure de Caton.
  9. (Législation) Annulation d’un acte législatif pour non-respect d’autres dispositions législatives, en particulier constitutionnelles.
    • Pour les lois, seule la méconnaissance d’une obligation de consultation résultant de la Constitution elle-même ou d’une loi organique peut conduire à la censure du texte par le Conseil constitutionnel. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)

Forme de verbe

censure \sɑ̃.syʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de censurer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de censurer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de censurer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de censurer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de censurer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CENSURE. n. f.
Examen qu'un gouvernement fait faire des livres, des journaux, des pièces de théâtre, etc., avant d'en permettre la publication ou la représentation. Établir la censure. Abolir, rétablir la censure. Censure préalable. Censure dramatique. Passer à la censure. Il désigne par extension le Corps des personnes commises à cet examen. La censure ne permit pas l'insertion de cet article dans les journaux. Vers supprimés à la représentation par ordre de la censure. Il signifie figurément Correction, répréhension. Soumettre ses écrits à la censure de quelqu'un. Souffrir la censure. S'exposer à la censure. En matière de Dogme, il se dit spécialement d'un Jugement qui porte condamnation. La censure que la Sorbonne fit de tel livre, de telle proposition. Il signifie aussi Excommunication, interdiction ou suspension d'exercice et de charge ecclésiastique. Il a encouru la censure. On dit également dans ce sens, au pluriel, Censures ecclésiastiques. Il se dit encore de la Peine disciplinaire que les corps, les ordres, les communautés et les assemblées délibérantes prononcent contre un de leurs membres. Il se disait encore de la Dignité et de la fonction de censeur chez les Romains. Durant la censure de Caton.

Littré (1872-1877)

CENSURE (san-su-r') s. f.
  • 1Dans l'ancienne Rome, dignité et fonction de censeur.
  • 2En langage ecclésiastique, improbation, condamnation de propositions, d'ouvrages où il s'agit de dogmes. Il y a eu une censure de la Sorbonne contre tel livre.

    Censures ecclésiastiques, les menaces que fait l'Église des peines qui seront encourues si l'on contrevient à ce qu'elle ordonne ; ou les peines mêmes quand elles sont encourues, telles que l'excommunication, l'interdiction, la suspension, etc. Toutes les provisions de la cour de Rome portent absolution des censures. Il a été permis à ce complaignant, pour avoir preuve du vol à lui fait, de se pourvoir par monitoires et censures ecclésiastiques, Furetière.

  • 3Peine disciplinaire que prononcent contre un de leurs membres les corps de magistrature, l'ordre des avocats, les chambres des notaires, des avoués, et les assemblées délibérantes.
  • 4Critique à l'effet de corriger. J'ai besoin d'un remède et non pas de censure, Mairet, Solim. I, 2. Tels abus méritent censure, La Fontaine, Fianc. Les censures que vous dites que je vous ai faites, Bossuet, Lett. 147. Cette censure que nous exerçons sur nos frères, Bossuet, Jug. 1. N'allons point nous appliquer à nous-mêmes les traits d'une censure générale, et profitons de la leçon, si nous pouvons, sans faire semblant qu'on parle à nous, Molière, Crit. 7. Craignez-vous pour vos vers la censure publique, Soyez-vous à vous-même un sévère critique, Boileau, Art p. I. On a beau se farder aux yeux de l'univers ; à la fin, sur quelqu'un de nos vices couverts, Le public malin jette un œil inévitable, Et bientôt la censure au regard formidable Sait le crayon en main marquer nos endroits faux, Boileau, Sat. X. Les compagnons d'Ulysse enfin se sont offerts ; Ils ont force pareils en ce bas univers, Gens à qui j'impose pour peine Votre censure et votre haine, La Fontaine, Fabl. XII, 1.
  • 5Examen des écrits, journaux, pièces de théâtre, dessins, fait avant qu'ils paraissent, par des agents du gouvernement. Les journaux furent soumis à la censure. Abolir la censure. La censure dramatique.

    Le corps même des agents qui examinent. La censure refusa son approbation.

HISTORIQUE

XVIe s. La censure tourmente les pigeons, laissant aller les corbeaux libres, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CENSURE, s. f. (Droit canoniq.) se prend ordinairement pour un jugement, par lequel on condamne quelque livre, quelque personne ; & plus particulierement pour une réprimande faite par un supérieur, ou une personne en autorité. (H)

Censures ecclésiastiques, sont des menaces publiques que l’Eglise fait, d’infliger les peines qu’on a encourues, pour avoir desobéi à ses ordres, ou plûtôt encore ces peines ou ces punitions elles-mêmes. Le Droit canonique en reconnoit de trois sortes, qui sont l’excommunication, la suspense, & l’interdit. Voyez chacun de ces mots à leur rang.

Jusqu’au tems de la prétendue réforme, les rois d’Angleterre ont été soûmis aux censures de l’église de Rome : mais les François s’en sont toûjours maintenus exempts. En effet il n’y a point d’exemple d’excommunication d’aucun roi de la premiere race, jusqu’à celle de Lothaire, par le pape Nicolas I. pour avoir répudié sa femme Tetberge ; c’est la premiere breche qui fut faite aux libertés de l’église Gallicane : cependant le pape n’osa hasarder son excommunication de sa propre autorité ; il la fit confirmer par l’assemblée des évêques de France.

Les autres papes ont pris dans la suite les mêmes précautions : mais depuis ce tems-là, les rois ont mieux soûtenu leur privilége : car l’anti-pape Benoît XIII. ayant prononcé des censures contre le roi Charles VI. & mis le royaume en interdit ; le parlement de Paris, par Arrêt de 1408, ordonna que la bulle fût lacérée. Jules II. avant aussi lancé l’excommunication contre Louis XII. l’assemblée générale tenue à Tours, censura les censures du pape. Voyez Excommunication.

Les Canonistes distinguent deux sortes de censures : l’une de droit, à jure ; l’autre de fait ou par sentence, qu’ils appellent ab homine.

Les premieres sont générales & perpétuelles : il n’en est pas de même des secondes ; mais aussi elles sont toûjours réservées.

On divise les censures par rapport à l’effet qu’elles produisent, en celles qu’on appelle latæ sententiæ, & celles qu’on nomme ferendæ sententiæ ; c’est-à-dire en censures encourues par le seul fait, ipso facto, par vertu du jugement qui les a prononcées, sans qu’il soit besoin d’un nouveau ; & en censures comminatoires, qui ne s’encourent pas sans une nouvelle sentence du juge.

Il n’y a que les supérieurs ecclésiastiques qui joüissent de la jurisdiction extérieure, qui puissent porter des censures ; ainsi les curés n’ont pas ce droit. (H)

Censure de livres ou de propositions c’est une note ou une qualification, qu’on donne à tout ce qui blesse la vérité, soit dans un livre, soit dans une proposition. La vérité, si on peut parler ainsi, est une fleur tendre ; on n’y peut toucher qu’on ne l’altere, & qu’on n’en ternisse l’éclat. La note dont on marque un livre ou une proposition, est d’autant plus flétrissante, que l’un ou l’autre s’éloigne plus de la vérité ; car il y a différentes nuances dans l’erreur. La note de l’hérésie est la plus infamante de toutes ; parce que l’hérésie est de toutes les erreurs celle qui s’éloigne le plus de la vérité. En effet, elle contredit formellement l’expresse parole de Dieu, & se révolte contre l’autorité de l’Eglise qui l’interprete ; la flétrissure de l’erreur est moins forte que celle qui lance l’anathème contre l’hérésie. Comme la vérité que l’erreur attaque est en partie fondée sur l’Ecriture, & en partie sur la raison, son crime est moindre, parce qu’elle se révolte moins directement contre l’autorité de Dieu. On note comme sentant l’hérésie, tout livre ou toute proposition, qui présente d’abord à l’esprit un sens hérétique, quoique l’un ou l’autre ait un sens plus caché qui renferme la vérité. Il y a beaucoup d’analogie entre ce qui sent l’hérésie, & ce qui est captieux ; elle est la même que celle qui se trouve entre l’hérésie & l’erreur. Ainsi toute proposition chargée de termes compliqués, obscurs & embarrassés, est ou captieuse ou sentant l’hérésie ; captieuse, si c’est seulement une erreur qu’elle insinue ; sentant l’hérésie, si c’est une hérésie qu’elle présente d’une maniere indirecte. Il n’est pas aisé d’assigner des limites qui séparent une proposition mal sonnante dans la foi d’avec celle qui sent l’hérésie ; peut-être que toute la malignité de l’une consiste dans les termes durs qui énoncent une vérité, & qui la rendent odieuse à ceux qui l’écoutent : tandis que la malignité de l’autre en veut à la vérité, quoique sous des termes plus doux & plus mitigés. Ainsi la note d’une proposition mal sonnante dans la foi, n’est pas si forte que la note d’une proposition sentant l’hérésie. On qualifie d’opinion dangereuse celle qui embarrasse si fort le dogme catholique dans les incertitudes des systèmes théologiques, que cette opinion entraîneroit la ruine du dogme avec celle des systèmes. Rien n’est sans doute plus dangereux, pour la foi, que de la faire dépendre d’une opinion humaine, sujette par sa nature à l’examen critique de tout homme qui voudra l’attaquer. La note de témérité tombe sur une proposition qui seroit balancée par une grande autorité ; ce n’est pas tant le nombre des scholastiques que leurs raisons, qui doivent faire autorité sur l’esprit d’un Théologien. Il y a eu un tems où toutes les écoles, & même toutes les universités de Théologie, soûtenoient avec chaleur le probabilisme ; cette nuée de Théologiens, qui formoient pour lui un puissant parti, lui donnoit-elle plus de poids & d’autorité ? non sans doute. Il y a eu aussi un tems où ç’eût été un crime en Théologie, de soûtenir l’intention extérieure ; c’est aujourd’hui une opinion soûtenue publiquement sur les bancs : tel est le sort des opinions théologiques. Ce que de graves docteurs ont proscrit comme téméraire dans leur jeunesse, ils le voyent quelquefois soûtenir sur leurs vieux ans, comme une opinion très-vraissemblable : témoin la fameuse question des ordinations Anglicanes, sur laquelle on a fait autrefois tant de bruit. L’exemple du concile de Trente, qui a laissé tant de questions indécises, ne voulant point interposer son autorité où il voyoit différentes opinions, nous apprend combien on doit être circonspect, quand il est question de flétrir un livre ou quelques propositions extraites. Ce qui a été une fois censuré par l’Eglise, soit dispersée, soit assemblée dans un concile, l’est irrévocablement ; aussi la censure ne tombe pas sur toute expression ou toute proposition, qui se reproduit dans l’Eglise, après y avoir été défendue quelque tems, à cause de l’abus qui pouvoit en naître. Tels sont, par exemple, le terme d’omousios ; & cette proposition, unus e trinitate passus est. Il y a donc cette différence entre les propositions que l’Eglise censure, & celles qu’elle défend seulement ; que les premieres contenant en elles-mêmes quelque fausseté, blesseront toûjours par quelque endroit la vérité, qui est la même dans tous les tems ; au lieu que les secondes n’étant mauvaises que par l’abus qu’en fait l’erreur, reprendront leur premier sens avoüé par la vérité, quand l’erreur qui lui en donnoit un forcé & mauvais, le précipitera dans l’oubli. Voyez Note & Qualification. (X)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « censure »

Censura, de census, cens ; provenç. et espagn. censura.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1387) Emprunté au latin censura.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « censure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
censure sɑ̃syr

Évolution historique de l’usage du mot « censure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « censure »

  • La censure épargne les corbeaux et tourmente les colombes. Juvénal en latin Decimus Junius Juvenalis, Satires, II, 63
  • Nul homme ne peut justement en censurer ou en condamner un autre, car, à la vérité, nul homme n'en connaît vraiment un autre. Thomas Browne, Religio Medici, II, 4
  • L'assassinat est la forme extrême de la censure. George Bernard Shaw, The Rejected Statement
  • L’interdit donne de la saveur, la censure du talent. De Marc Vilrouge / Le Dilettante
  • La censure pardonne aux corbeaux et poursuit les colombes. De Juvénal / Satires II
  • La censure épargne les corbeaux et s'acharne sur les colombes. De Juvénal / Satires
  • […] Pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, V, 3
  • Les idées, une fois nées, ne s'anéantissent plus ; elles peuvent être accablées sous les chaînes, mais, prisonnières immortelles, elles usent les liens de leur captivité. François René, vicomte de Chateaubriand, Histoire de France
  • L'assassinat est la forme la plus extrême de la censure. De George Bernard Shaw / The Rejected Statement
  • Plus vous prétendez comprimer [la presse], plus l'explosion sera violente. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle. François René, vicomte de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe
  • On crie beaucoup contre la censure - elle nous oblige souvent à avoir de l'esprit. De Eugène Scribe
  • C'est le propre de la censure violente d'accréditer les opinions qu'elle attaque. De Voltaire / Poème sur le désastre de Lisbonne
  • Toute censure est stupide par essence puisqu'elle qualifie, précise, décuple les élans de la révolution qui la fera sauter. De Jean-Marie Poupart / Angoisse play
  • La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide ; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. La mort de Socrate pèse encore sur le genre humain. Gustave Flaubert, Correspondance, à Louise Colet, 1852
  • Censure : Utile ! on a beau dire. Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues
  • Étrange zèle, qui s'irrite contre ceux qui accusent des fautes publiques, et non pas contre ceux qui les commettent ! Blaise Pascal, Les Provinciales, 11e lettre
  • En France tout écrivain est un accusé. Henri, marquis de Rochefort-Luçay, dit Henri Rochefort, La Lanterne 27 juin 1868
  • La censure intérieure de l'homme est impitoyable : nous ne connaissons même pas les pensées que nous ne voulons pas enfanter. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Aujourd'hui, la censure a changé de visage. Ce n'est plus le manque qui agit mais l'abondance. De Bernard Werber / La révolution des fourmis
  • Je ne peux pas supporter le Marquis de Sade. Je hais ses écrits. Pour autant, je détesterais qu’on le censure De Elisabeth Badinter / le magazine Lire, mars 2015
  • Je ne souffre d'aucune barrière ou censure mentales. Il y a longtemps que cette glande a brûlé. De Robin Williams / Magazine L'Événement du jeudi - 3 février 1994
  • Il n’y a pas que brûler des livres qui m’inquiète. Il y a aussi ceux qui ne seront jamais écrits, du fait de la crainte de la censure. De Judy Blume / 2013
  • Il n'y a pas de limites à l'humour qui est au service de la liberté d'expression car, là où l'humour s'arrête, bien souvent, la place est laissée à la censure ou à l'autocensure. De Cabu / interview pour L'Express, 4 avril 2012
  • Ecrire c'est lever toutes les censures. De Jean Genet
  • Il faut préciser que cette censure intervient en cohérence avec les avertissements adressés au législateur au cours du processus législatif tour à tour de la part du Conseil d’État (CE, avis du 16 mai 2019, n° 397368) et de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH, avis du 9 juill. 2019). , Censure de la « loi Avia » par le Conseil constitutionnel : un fil rouge pour les législateurs français et européens ? - Civil | Dalloz Actualité
  • Les ricains ont de sérieux problémes vraiment. Netflix et youtube même combat on autorise la violence et violence psychologique sur leurs vidéos sans blocage et par contre suffit de montrer 1 nichons et c’est le drame absolu. Le puritanisme américain dans toute sa splendeur. Si vous cherchez 1 exemple: video de the last of us 2 le film. Outre le jeu qui est chef d’oeuvre artistique, la violence physicomentale y est omniprésente. Pas un message pour contenu pour personnes avertis, rien. Non, youtube préfère censurer la scene un peu hot entre abby et owen. Un exemple parmi tant d’autre…. ….… Lire la suite » Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Netflix censure un épisode de la série Community et le fait disparaître
  • La crème du ridicule. Pointée du doigt pour avoir licencié un mannequin de couleur, L’Oréal cherche à se rattraper en supprimant de ses pubs toute allusion à la blancheur de la peau. Parce qu’elle le veut bien, la célèbre marque de cosmétique fait même dans le grotesque en retirant de ses notices plusieurs mots comme "blanc" ou "clair". Une absurdité dictée sous le coup de l’émotion qui n’aide en rien le combat contre le racisme. Pas sûr non plus qu’elle dissuade les jeunes femmes en Asie ou Afrique d’éclaircir leur teint. Si la chasse aux clichés doit être encouragée, cette stratégie marketing guidée par la peur interroge sur la valeur du message publicitaire. Cette nouvelle censure au vocabulaire rappelant la pâleur sent, elle aussi, la discrimination. On souhaite maintenant bon courage aux fabricants de dentifrice, de lait ou de glace à la vanille pour faire la promotion de leurs produits. midilibre.fr, La nouvelle censure - midilibre.fr
  • La loi Avia voulait censurer les contenus haineux sur Internet. Finalement, c'est le Conseil constitutionnel qui a censuré la loi Avia. Dans une décision du 18 juin 2020, le juge constitutionnel a affirmé que l’obligation faite aux réseaux sociaux de supprimer en vingt-quatre heures les contenus «haineux» était contraire à la liberté d’expression. Les Sages ont ainsi censuré le cœur même de la loi contre la haine sur Internet. Au total, c’est plus de douze dispositions qui ont été déclarées contraire à la Constitution, soit près de 80 % du texte. Les Echos, Opinion | Haine en ligne : le censeur censuré | Les Echos
  • C'est un revers pour la députée LaREM Laetitia Avia et le gouvernement. Dans une décision rendue publique jeudi 18 juin, le Conseil constitutionnel a décidé de censurer le cœur de la loi contre la haine en ligne qu'elle portait, jugeant que certaines nouvelles obligations à la charge des opérateurs de plateformes internet, tels que les réseaux sociaux ou les moteurs de recherche, étaient attentatoires à la liberté d'expression et de communication. LCI, Lutte contre la haine en ligne : le Conseil constitutionnel censure la loi Avia | LCI
  • Est-ce la rançon du succès ? Zoom, l’application de conversation de groupe qui a vu sa base d’utilisateurs exploser de 10 millions à 300 millions après quelques semaines de pandémie due au coronavirus, fait face à un scandale de censure. L’entreprise, déjà mise en cause pour les problèmes de sécurité de ses données, est accusée d’avoir supprimé le compte de plusieurs critiques de la Chine, alors qu’ils sont installés aux Etats-Unis. Elle a admis s’être pliée à des demandes des autorités de Pékin, et a répondu aux critiques en promettant d’améliorer son processus de censure. Le Monde.fr, Sous la pression de Pékin, l’application Zoom censure des utilisateurs installés aux Etats-Unis
  • Paris (AFP) - Plusieurs responsables politiques, notamment de droite, ont dénoncé mercredi une tentative de "censurer" l'Histoire ou de "culpabilisation", après qu'un graffiti "Négrophobie d'Etat" a été tagué mardi soir sur la statue de Colbert devant l'Assemblée nationale. L'Obs, Statue de Colbert taguée: des politiques dénoncent une volonté de "censure" ou "culpabilisation"
  • Pointons pour commencer la grande hypocrisie des États-Unis, où la liberté d'expression absolue, garantie par la Constitution, est battue en brèche dès que la morale et le commerce s'en mêlent. La réalité y est donc celle d'une autocensure exacerbée, qui avait déjà conduit les plus puissants médias américains à flouter, en 2015, la une de Charlie Hebdo renaissant de ses cendres, bannie par les si courageux CNN, Fox News et consorts. lejdd.fr, TRIBUNE. "Autant en emporte la censure"

Traductions du mot « censure »

Langue Traduction
Anglais censorship
Espagnol censura
Italien censura
Allemand zensur
Portugais censura
Source : Google Translate API

Synonymes de « censure »

Source : synonymes de censure sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « censure »

Partager