La langue française

Suffrage

Sommaire

  • Définitions du mot suffrage
  • Étymologie de « suffrage »
  • Phonétique de « suffrage »
  • Citations contenant le mot « suffrage »
  • Images d'illustration du mot « suffrage »
  • Traductions du mot « suffrage »
  • Synonymes de « suffrage »

Définitions du mot suffrage

Trésor de la Langue Française informatisé

SUFFRAGE, subst. masc.

A. −
1. Déclaration exprimant, habituellement oralement ou par écrit, l'avis de celui qui est appelé à faire son choix dans une délibération, dans une désignation, dans une élection. Majorité absolue des suffrages; pluralité, unanimité des suffrages; briguer, conquérir les suffrages. La ville (...) s'administrait elle-même au moyen de douze procureurs élus par le suffrage des bourgeois pour deux ans (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 132):
1. Ansowald arriva à Tours (...) il remit au choix de l'évêque et de tout le corps des citoyens la nomination d'un nouveau comte. Les suffrages se réunirent sur un homme de race gauloise, appelé Eunomius... Thierry, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 213.
2. DR. CONSTIT. Suffrages exprimés. Ensemble des suffrages valides déposés dans l'urne, lors d'une consultation, après soustraction des bulletins blancs et nuls, et qui sont seuls pris en compte pour le calcul des résultats. Un Membre sortant ne pourra (...) être réélu que si, à l'expiration de son mandat ou au cours de cette période de trois années, l'Assemblée, statuant à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés, décide préalablement qu'il est rééligible (Cons. S.D.N.,1938, p. 100).
Absol. Expression de l'opinion, prise de position d'un citoyen à part entière dans la vie politique, l'administration de sa cité, de son pays. (Avoir) droit de suffrage; exercer son droit de suffrage. La condition de Latins ayant droit de cité sans suffrage et sans conubium, n'existe plus. Rome leur a repris ce titre de citoyen (...) et elle s'est décidée à rendre aux différentes villes leur gouvernement municipal, leurs lois, leurs magistratures (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p. 503).Grâce à sa victoire, le peuple français a recouvré la possibilité de s'exprimer par la seule voie démocratique qui est celle du suffrage (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 587).
P. méton. Manière d'effectuer cette déclaration; expression du vote d'un individu, d'un groupe. Élire, élection au suffrage universel, restreint. Le vrai terrain du débat est celui de savoir si le droit de suffrage est un mode d'expression des seuls individus ou aussi des groupes. Sur ce point, nos Constituants ont adopté la thèse individualiste avec certaines retouches. Pour l'Assemblée Nationale, la Constitution impose le suffrage égal et exclut donc en principe le vote familial (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 356).
Suffrage capacitaire (v. ce mot I). Suffrage censitaire*.
Suffrage direct. Système d'élection dans lequel les électeurs désignent sans intermédiaire leurs représentants; élection au premier degré (par opposition à suffrage indirect), ou à plusieurs degrés. Les députés à l'Assemblée nationale sont élus au suffrage direct. Le Sénat est élu au suffrage indirect (Constitution de 1958ds Doc. hist. contemp., p. 208).
Suffrage familial. ,,Système de vote qui accorde au chef de famille un nombre de voix correspondant à l'importance de cette dernière`` (Jur. 1981).
Suffrage féminin, suffrage des femmes. Suffrage universel étendu à tous les citoyens sans exclusion due au sexe. Un après-midi, au jardin, on discuta sur le suffrage des femmes; il paraissait logique à tout le monde que Madame Mabille eût le droit de voter plutôt qu'un manœuvre ivrogne (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 254).
Suffrage indirect. V. indirect B 1 b.Suffrage plural*. Suffrage restreint. V. restreint II.
Suffrage universel. Droit de vote étendu à tous les citoyens sans restriction de fortune, de capacité ou d'hérédité mais pouvant comporter des exclusions tenant à l'âge, au sexe, à l'insanité d'esprit (par opposition à suffrage restreint):
2. Il n'y a pas de bonne définition du suffrage universel pour l'excellente raison que celui-ci est indéfinissable dans l'absolu. Il ne se définit, comme on l'a vu, que par opposition au suffrage censitaire, aristocratique ou capacitaire. Encore que, dans les pays démocratiques, ni les enfants, ni les aliénés, ni certains condamnés ne votent, on considère que ces pays ne connaissent pas moins le suffrage universel. Vedel, Dr. constit., 1949, p. 335.
3. P. anal. Approbation, avis favorable, témoignage de satisfaction donné à quelqu'un, à une cause. Synon. adhésion, soutien.Suffrage de l'opinion; briguer les suffrages; obtenir, rallier tous les suffrages; accorder son suffrage. La petite Laure enleva tous les suffrages dans l'air Voi che sapete, de Mozart (Jouy, Hermite, t. 1, 1811, p. 85).Il estimait au plus haut prix le suffrage du jeune homme, et n'était vraiment satisfait d'un article ou d'une action, que si Décugis les approuvait (Arland, Ordre, 1929, p. 194).
B. −
1. RELIG. CATH.
a) [Suivi d'un compl. déterminatif à valeur active] Au plur. ,,Suffrages de l'Église``(Ac.). ,,Les prières que l'Église universelle fait pour les fidèles`` (Ac.). ,,Suffrages des Saints``(Ac.). ,,Les prières que les saints font à Dieu en faveur de ceux qui les invoquent`` (Ac.).
b) [Suivi d'un compl. déterminatif à valeur passive] Prière d'intercession. Un monde où le suffrage pour les défunts n'existe pas plus que la notion de vie éternelle (Bloy, Journal,1899, p. 362).
LITURG. Prière composée d'une antienne, d'un verset et d'une oraison, dite certains jours à la fin des laudes et des vêpres afin d'obtenir l'intercession des Saints auprès de Dieu. Suffrage de tous les Saints. Ce suffrage se dit les dimanches de rite semi-double, excepté pendant l'Avent, le Temps de la Passion et le Temps Pascal. On l'omet aux fêtes doubles et pendant les octaves (G. Lefebvre, Missel vespéral romain quotidien, Bruges, Desclée de Brouwer et Cie, 1951, p. 143).
2. Au plur., vieilli. Menus suffrages
a) RELIG. CATH. Petites oraisons, courtes prières surérogatoires, récitées à la fin de l'office. Les litanies dépêchées (...) don Juan expédia encore avec distraction quelques menus suffrages (Mérimée, Ames Purg., 1837, p. 313).
b) Petite redevance en nature en sus du prix principal du bail. Cet impôt n'était jamais payé en réalité que par les vassaux et tenanciers des biens ecclésiastiques, en surplus de leurs redevances et menus suffrages (Sand, Consuelo, t. 2, 1842-43, p. 282).
P. anal. Petites choses accessoires, de peu de valeur; surplus sans importance. François Michu, enfant âgé de dix ans, jouissait du parc, de la forêt, et levait ses menus suffrages en maître; il mangeait les fruits, il chassait, il n'avait ni soins ni peines (Balzac, Tén. affaire, 1841, p. 42).
c) Petites grâces accordées (notamment par une femme), faveurs sans importance. Quand, pour prix de tant de dévouements ignorés, il n'eut que les plus douces paroles (...) des mots passionnés en échange des siens, il trouva quelque duperie à laisser ignorer le prix énorme avec lequel il payait ces menus suffrages, auraient dit nos pères (Balzac, Fille Ève, 1839, p. 147).Depuis six mois il lui faisait une cour assidue, sans avoir obtenu d'elle autre chose que les plus menus suffrages (L. Daudet, Mésentente, 1911, p. 7).
REM. 1.
Suffragerie, subst. fém.,rare. Les armes de Satan c'est la criaillerie, Le vote, le mandat et la suffragerie (Péguy, Tapisserie Ste Geneviève et J. d'Arc, 1913, p. 87).
2.
Suffragiste, subst.,hist. pol., rare. Qui revendique le droit de suffrage. Mrs Pankhurst suggéra de tenir, hors la Chambre des Communes, un meeting de protestation (...) la police les fit circuler; elles se dispersèrent, mais en jurant de se venger du Gouvernement. Les suffragistes devenaient les suffragettes (Maurois, Édouard VII, 1933, p. 304).
Prononc.: [syfʀa:ʒ]. Étymol. et Hist. 1. a) 26 oct. 1289 suffrages d'oroisons « prières » (Cartulaire de Notre-Dame de Voisins, éd. J. Doinel, no34, Tiltre pour la rente de Bloys, p. 35); 1374 suffrages « prières » (A. N. K 50, pièce 10 ds Gdf. Compl.); b) 1532 spéc. menus suffrages « certaines oraisons de dévotion particulière » (Rabelais, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. XI, p. 83); 2. 2emoit. xives. menuz suffrages « choses sans importance, bricoles » (Guillaume de St André, Bon Jehan, 2810, éd. E. Charrière ds Cuvelier, Chron. de Bertrand Du Guesclin, t. 2, p. 514); 1461-69 suffraige « petite chose, quelque chose » (Farce de Maistre Pathelin, éd. R. T. Holbrook, v. 67); 3. ca 1330 suffraiges plur. « secours, aides » (Girart de Roussillon, éd. E. B. Ham, 6071 et 6315); 1376 aide ou souffrage « aide, contribution » (Charles V, Ordonnances des rois de France, t. 6, p. 186); 4. ca 1355 suffrage « expression du vote ou des votes lors d'une élection » (Bersuire, Tit. Liv., B. N. 20312 ter, fo12 vods Gdf. Compl.) ; 1765 suffrage universel « vote à l'unanimité » (Diderot, Lettres à Sophie Volland, t. 2, p. 49); 1828 « droit de vote attribué à tous les citoyens » (Guizot, Hist. civil., leçon 13, p. 21); 5. 1548 « adhésion, avis favorable, approbation, soutien » (Th. Sebillet, Art poëtique françoys, éd. F. Gaiffe, 164 ds IGLF). Empr. au lat.suffragium, -ii « vote, expression d'une voix, droit de vote » et en lat. médiév. « aide, soutien » d'où « soutien financier, tribut » et « intercession d'un saint auprès de Dieu » d'où « prière » (Nierm.). Fréq. abs. littér.: 853. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 564, b) 1 174; xxes.: a) 1 519, b) 748. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 427. − Quem. DDL t. 18, 25 (s.v. suffragiste).

Wiktionnaire

Nom commun

suffrage \sy.fʁaʒ\ masculin

  1. Déclaration favorable qu’on donne soit de vive voix, soit par écrit ou autrement, à l’occasion d’une élection, d’une délibération.
    • Catholiques, mes frères ; protestans, mes amis, que je respecte et que j’estime, je réclame vos suffrages en cette occasion. — (Anonyme, Réélection d’O’Connell en Irlande, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Suffrage restreint ou suffrage universel, on commencera toujours par compter les suffrages, et la victoire d'un parti n'est que le total d'une addition. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Recueillir, compter les suffrages.
    • Dans cette délibération, les suffrages furent partagés.
  2. (Par extension) Droit de vote.
    • Si quelque jour l'on donne le droit de suffrage aux femmes, il sera, sans doute, chargé de dresser le cahier des revendications de ce prolétariat spécial. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.I, Lutte de classe et violence, 1908)
    • Après de brèves vacances consacrées à la propagande en faveur du suffrage des femmes, elle travaillait sur les rocs aurifères du Pays de Galles, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 22 de l’éd. de 1921)
    • Suffrage restreint ou suffrage universel, on commencera toujours par compter les suffrages, et la victoire d'un parti n'est que le total d'une addition. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
  3. Approbation.
    • Cet élégant et léger funambule parut à des jeux floraux donnés par l'empereur, et il enleva les suffrages de tout le peuple. — (Théâtre des funambules, dans La Nacelle du 1 Mars au 21 Juin 1823, page 5)
    • Vous chantez la beauté des mères dans un style qui doit vous priver du suffrage de leurs filles. — (Charles Baudelaire, La Fanfarlo, 1847 ; Gallimard, 2012, collection Folio, page 23.)
    • La question du déplacement des pôles n'a pas encore rallié, non plus, tous les suffrages, j'y ferai simplement allusion. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.51)
  4. (Religion) Prière de l'Église militante ou des saints du Paradis pour les vivants et les âmes du purgatoire.
    • Suffrages de l’Église, prières que l’église universelle fait pour les fidèles.
    • Suffrages des saints, prières que les saints font à Dieu en faveur de ceux qui les invoquent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUFFRAGE. n. m.
Déclaration favorable qu'on donne soit de vive voix, soit par écrit ou autrement, à l'occasion d'une élection, d'un délibération. Je lui ai donné, refusé mon suffrage. Il a eu, obtenu, réuni tous les suffrages. Il a été élu à la majorité des suffrages. Envoyer un suffrage par écrit. Donner son suffrage par procuration. Recueillir, compter les suffrages. Dans cette délibération, les suffrages furent partagés. Suffrage universel, Droit de vote attribué à tous les citoyens. Suffrage restreint, Droit de vote attribué à certaines catégories d'électeurs. Suffrage censitaire, Droit de vote réservé aux citoyens qui paient une certaine somme d'impôt. Suffrage féminin ou plus ordinairement Suffrage des femmes, Droit de vote accordé aux femmes.

SUFFRAGE signifie aussi Approbation. Cette pièce a mérité, a enlevé les suffrages. Le suffrage, les suffrages du public. On doit être fier d'obtenir un pareil suffrage. En termes religieux, Suffrages de l'Église, Prières que l'Église universelle fait pour les fidèles. Suffrages des saints, Prières que les saints font à Dieu en faveur de ceux qui les invoquent.

Littré (1872-1877)

SUFFRAGE (su-fra-j' ; prononcé suffrâge au XVIIe siècle d'après Chifflet, Gramm. p. 183) s. m.
  • 1Déclaration que, d'une façon quelconque, on fait de sa volonté dans une élection, dans une délibération. Réunir la pluralité des suffrages. Prendre les suffrages. Recueillir les suffrages. Dans cette élection les suffrages furent partagés. Ce juge corrompu devient l'accusateur ; toutes les règles de l'équité sont ici violées : il n'attend pas les suffrages, il les inspire, Massillon, Carême, Passion, 1. C'est une grande question, si les suffrages doivent être publics ou secrets, Montesquieu, Esp. II, 2. Charles II paraît être le premier roi d'Angleterre qui ait acheté, par des pensions secrètes, les suffrages des membres du parlement, Voltaire, Mœurs, 182. L'Académie, en le dispensant [l'abbé d'Olivet] de solliciter les suffrages que ses travaux sollicitaient assez, fit en cette occasion ce qu'elle devrait toujours faire ; les lettrés et la compagnie y gagneraient, D'Alembert, Élog. d'Olivet. Ô honte ! [en Angleterre] l'homme riche achète les suffrages de ses commettants pour obtenir l'honneur de les représenter ; la cour achète les suffrages des représentants pour gouverner plus despotiquement, Raynal, Hist. phil. XIX, 2.

    Suffrage universel, droit de voter accordé à tous les citoyens.

    Suffrage restreint, celui auquel tous les citoyens ne sont pas appelés.

  • 2 Par extension, adhésion, approbation. On m'a souvent fait une question à la cour, quel était celui de mes poëmes que j'estimais le plus, et j'ai trouvé ceux qui me l'ont faite si prévenus en faveur de Cinna, ou du Cid, que je n'ai jamais osé déclarer toute la tendresse que j'ai toujours eue pour celui-ci, à qui j'aurais volontiers donné mon suffrage, Corneille, Rodog. Examen. Voulez-vous sur la scène étaler des ouvrages Où tout Paris en foule apporte ses suffrages ? Boileau, Art p. III. Rome, aussi bien que moi, vous donne son suffrage, Racine, Brit. II, 3. Chacune avait sa brigue et de puissants suffrages, Racine, Esth. I, 1. L'Église demande encore le suffrage des peuples dans l'élection de ses ministres, Massillon, Conf. Vocat. à l'ét. eccl. 1. S'ils [les grands] consultent quelquefois, c'est moins pour connaître leurs devoirs, que pour chercher des suffrages à leurs passions, Massillon, Carême, Passion, 1. Il vous apprend qu'un ignorant suffrage N'est pas moins sot qu'un ignorant ouvrage, Rousseau J.-B. Épît. II, 2. Il est bon d'avoir votre suffrage ; mais je veux l'avoir par la force de la vérité, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 30 juill. 1773. [Un critique] Recueillant de petits suffrages, Et s'appesantissant sur de petits ouvrages, Croit dicter les arrêts de la postérité, Desmahis, Poés. p. 87, dans POUGENS. Recherchant les suffrages d'un salon, même après ceux d'une tribune, Staël, Corinne, XII, 1.
  • 3 Au pluriel. Terme de liturgie catholique. Prières que l'on fait en certains jours de l'année à la fin de laudes et de vêpres pour la commémoration des saints.

    La Fontaine a dit suffrages au sens de prières en général. Et nous, de qui les cœurs sont enclins aux forfaits, Laissons languir sa gloire [de Dieu], et d'un léger suffrage Ne daignons relever son nom ni son ouvrage, Saint Malc.

    Suffrages de l'Église, prières qu'elle adresse à Dieu pour les fidèles, afin de leur obtenir quelques grâces. C'est dans la solennité des saints mystères, parmi les vœux et les suffrages des fidèles …que j'applique cet éloge à très haut et très puissant …duc de Montausier, Fléchier, M. de Mont.

    Suffrages des saints, les prières que les saints font à Dieu en faveur de ceux qui les invoquent.

    Menus suffrages, courtes oraisons surérogatives que les moines ou quelques gens dévots récitent à la suite de l'office en commémoration des saints.

    Fig. et par plaisanterie. Menus suffrages, petites choses, de peu de conséquence. Epoux, quand ils sont sages, Ne prennent garde à ces menus suffrages, La Fontaine, Rémois.

HISTORIQUE

XIVe s. Le suffrage de la election que le peuple fait au jour des comices estoit sans vertu, jusques à tant que les peres aprovent, Bercheure, f° 12, verso.

XVe s. Vous deplaist il si je marchande Du drap, ou quelque autre suffrage Qui soit bon à nostre mesnage ? Pathelin. Vous seul [Dieu], sans aultre humain suffraige, me povez aider, Intern. consol. II, 40.

XVIe s. L'eglise en recevant l'Escriture saincte et la signant par son suffrage ne la rend pas authentique, Calvin, Instit. 32. David a esté souvent delivré par la puissance de Dieu : a ce esté pour l'attirer à soy, ou que nous soyons aujourd'hui secourus par ses suffrages ? Calvin, Inst. 703. Pastez, longes de veau froides couvertes de poudre blanche, et autres menus suffrages pour remplir le boudin, Fouilloux, Vénerie, ch. 35. Ung paoure lion par la forest de Bievre se promenant et disant ses menuz suffraiges, Rabelais, II, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUFFRAGE.
3Ajoutez :

Menus suffrages est aussi un terme de pratique ; en ce sens, les menus suffrages sont les choses en nature données en sus du fermage principal, du fermage en argent. Ainsi vous affermez une propriété moyennant 1000 francs par an, 10 kilogrammes de beurre, 10 douzaines d'œufs, 10 décalitres de blé ; le beurre, les œufs, le blé sont les menus suffrages. On dit aussi suffrages en ce sens : j'ai affermé ma propriété 100 francs, sans suffrages (PETILLEAU).

Menus suffrages se dit, dans le département du Cher, d'une somme en argent que le métayer paye au propriétaire en sus de sa moitié, les Primes d'honneur, p. 386, Paris, 1874.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUFFRAGE, s. m. (Gram. & Jurisprud.) se prend en cette matiere pour la voix ou avis que l’on donne dans une assemblée où l’on délibere sur quelque chose ; en toute délibération les suffrages doivent être libres dans les tribunaux ; ces suffrages uniformes de deux proches parens, savoir du pere & du fils, de deux freres, de l’oncle & du neveu, du beau-pere & du gendre, & celui des deux beau-freres ne sont comptés que pour un ; c’est le président de l’assemblée qui recueille les suffrages : les conseillers donnent leur suffrage de vive voix. Quand il s’agit d’une élection par scrutin, on donne quelquefois les suffrages par écrit.

Sur la maniere de compter les suffrages uniformes, Voyez l’édit du mois d’Août 1669, celui du mois de Janvier 1681, la déclaration du 25 Août 1708, & celle du 30 Septembre 1728. Voyez aussi les mots Délibération, Opinion, Partage d’opinions, Voix. (A)

Suffrage, (Antiq. Rom.) suffragium, les Romains donnoient leurs suffrages ou dans l’élection des magistrats pour la réception des lois, ou dans les jugemens. Le peuple donna longtems son suffrage de vive voix dans les affaires de la république, & le suffrage de chacun étoit écrit par un greffier à la porte du clos fait en parc, & qui se nommoit ovile.

Cet usage dura jusqu’en l’an 615 de la fondation de Rome. Alors sous le consulat de Q. Calpurnius Piso, & de M. Popilius Lenas, Gabinius tribun du peuple fit passer la premiere loi des bulletins pour l’élection des magistrats, qui ordonnoit qu’à l’avenir le peuple ne donneroit plus son suffrage de vive voix, mais qu’il jetteroit un bulletin dans l’urne, où seroit écrit le nom de celui qu’il voudroit élire. On appella cette loi lex tabellaria, à cause qu’on nommoit les bulletins tabellæ.

Papirius Carbo, autre tribun du peuple, fit passer une autre loi nommée Papiria l’an 625, par laquelle il fut ordonné que le peuple donneroit son suffrage par bulletins dans l’homologation des lois : enfin Cassius tribun du peuple obligea les juges par une loi expresse de donner sa voix par bulletins dans leurs jugemens.

Toutes ces lois furent extrèmement agréables aux citoyens qui n’osoient auparavant donner librement leurs voix, de peur d’offenser les grands. Grata est tabella quæ frontes aperit, hominum mentes legit, datque eam libertatem ut quid velint faciant : & ces tablettes ou bulletins étoient de petits morceaux de bois ou d’autre matiere fort étroits, marqués de diverses lettres, selon les affaires dont on délibéroit. Par exemple, s’il s’agissoit d’élire un magistrat, l’on écrivoit les premieres lettres du nom des candidats, & on en donnoit autant à chacun, qu’il y avoit de compétiteurs pour la charge.

Dans les assemblées pour la réception de quelque loi, on en donnoit deux à chacun, dont l’une étoit marquée de ces deux lettres U. R. qui vouloit dire uti rogat ; & l’autre seulement d’un A. qui vouloit dire antiquo, je rejette la loi. Dans les jugemens on en donnoit trois, l’une marquée d’un A. qui signifioit absolvo, j’absous l’accusé ; l’autre d’un C. condemno, je condamne l’accusé ; & la troisieme de ces deux lettres N. L. non liquet, l’affaire n’est point suffisamment éclaircie.

Ces tablettes étoient données à l’entrée du pont du parc par des distributeurs nommés diribitores, & le bureau où ils les délivroient, diribitorium. Le peuple venoit ensuite devant le tribunal du consul, ou de celui qui présidoit à l’assemblée, qui cistellam deferebat, & il jettoit dans l’urne celle des tablettes qu’il vouloit, & alors la centurie ou la tribu prérogative qui avoit été tirée au sort la premiere pour donner son suffrage, étant passée, on comptoit les suffrages, & le crieur disoit tout haut prærogativa renuntiat talem consulem ; s’il s’agissoit d’une loi, prærogativa legem jubet, ou non accipit. Le magistrat faisoit ensuite appeller les centuries de la premiere classe, celles de la cavalerie les premieres, & celles de l’infanterie ensuite. Mais lorsqu’un candidat n’avoit pas un nombre suffisant de suffrages pour obtenir une charge, le peuple pouvoit choisir qui bon lui sembloit, & cela s’appelloit en latin, non conficere legitima suffragia, & non explere tribus.

On ne sera peut-être pas faché de savoir encore quelle étoit la récompense de ceux qui poursuivoient les corrupteurs des suffrages pour arriver aux magistratures.

Il y en avoit de quatre sortes. La premiere, c’est que si les accusateurs avoient été eux-mêmes condamnés pour avoir eu des suffrages par subornation, ils étoient rétablis dans leurs droits, lorsqu’ils prouvoient suffisamment le délit de ceux qu’ils accusoient. Cic. orat. pro Cluentio. La seconde, c’est que l’accusateur ayant bien prouvé son accusation contre un magistrat désigné & élu, obtenoit lui-même la magistrature de l’accusé, si son âge & les loix lui permettoient d’y arriver. L’élection de Torquatus & de Cotta au consulat à la place de Sylla & d’Antonius qu’ils avoient poursuivis, en est une preuve, quoiqu’ils n’aient été désignés qu’aux comices qui se tinrent de nouveau après la condamnation de ces deux derniers. La troisieme récompense étoit le droit qu’avoit l’accusateur de passer dans la tribu de l’accusé, si elle étoit plus illustre que la sienne. Cic. pro Balbo. La quatrieme, c’est qu’il y avoit une somme qui se tiroit de l’épargne pour récompenser un accusateur, lorsqu’il ne se trouvoit pas dans le cas de profiter d’aucun des trois avantages dont nous venons de parler. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Suffrage à Lacédémone, (Hist. de Lacédém.) le peuple à Lacédémone avoit une maniere toute particuliere de donner ses suffrages. Pour autoriser une proposition, il faisoit de grandes acclamations, & pour la rejetter il gardoit le silence ; mais en même tems pour lever tous les doutes en fait d’acclamations ou de silence, la loi ordonnoit à ceux de l’assemblée qui étoient d’un avis, de se placer d’un côté, & à ceux de l’opinion contraire, de se ranger de l’autre ; ainsi le plus grand nombre étant connu, décidoit la majorité des suffrages sans erreur, & sans équivoque. (D. J.)

Suffrage secret, (Hist. d’Athènes.) c’étoit une des deux manieres d’opiner des Athéniens. Ce peuple opinoit de la main dans les affaires d’état ; voyez ce que nous avons dit de cette pratique ; & il opinoit par suffrage secret, ou par scrutin, dans les causes criminelles. Pour cet effet, on apportoit à chaque tribu deux urnes, l’une destinée pour condamner, & l’autre pour absoudre ; la loi ne voulant point commettre ses ministres à la haine de ceux que le devoir ou la tendresse intéressoit en faveur de l’accusé, ordonna le suffrage secret, ou le scrutin, qui cachoit même aux juges l’avis de leurs confreres. Cet usage prévenoit encore les animosités dangereuses, qui souvent à cette occasion, passent des peres aux enfans, & se perpétuent dans les familles.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suffrage »

(Siècle à préciser) Du latin suffragium et du verbe suffragari (« aider de son vote »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. suffragium. Dans l'exemple de Pathelin, suffrage est pris dans une acception détournée, et signifiant objet de menue valeur, et provient des menus suffrages de l'Église.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « suffrage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suffrage syfraʒ

Citations contenant le mot « suffrage »

  • Le public, c'est le suffrage universel en art. De Jules Renard
  • L'orgueil se contente de son propre suffrage, la vanité a besoin du suffrage des autres. De A.H. de Beauchesne
  • Le suffrage universel est le gouvernement d'une maison par sa nursery. De Otto von Bismarck
  • Par le suffrage universel - la puissance au nombre - deux cailloux valent mieux qu’un diamant, deux crottins valent mieux qu’une rose. De Alphonse Karr
  • Un politicien est une personne dont la politique ne recueille pas votre suffrage. Si vous êtes d'accord avec lui, c'est un homme d'état. De David Lloyd George
  • Poser sa candidature à l'Académie Française. Il faut beaucoup de modestie pour solliciter un suffrage et beaucoup d'outrecuidance pour considérer qu'on le mérite. C'est trop ou trop peu. De François Nourissier / A défaut de génie
  • Il emporte tous les suffrages, celui qui mêle l'utile à l'agréable. De Horace
  • Celui qui joint l'utile à l'agréable recueille tous les suffrages. De Horace
  • La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. De Jules Michelet
  • (…) C’est le suffrage universel qui donne aux élus leur légitimité, c’est le suffrage universel qui établit le lien fort de confiance entre élus et citoyens. Ce lien semble fragilisé, dans la mesure où l’abstention n’est plus une marque d’indifférence, mais un choix qui traduit un manque de confiance, dans la parole politique, une forme de refus, ou encore le sentiment que désormais les solutions aux problèmes ne se trouvent plus seulement dans les urnes. Alors, mutation ou déclin de la vie publique ? Dans une société qui subit tous les chocs du chômage, de la précarité, l’individu tend à l’emporter sur le citoyen qui exprime son désarroi par l’abstention, c’est-à-dire un manque de confiance. Il s’agit davantage d’une mutation que d’un déclin de la vie publique, car le citoyen veut davantage être entendu, associé. La Croix, Suffrage universel et abstention
  • Le premier président taïwanais élu au suffrage universel en 1996 est mort jeudi 30 juillet à Taïpei à l’âge de 97 ans. En pleine tension avec la Chine, les hommages rendus à son héritage démocratique à Taïwan provoquent la colère de Pékin qui le qualifie de « traître à la nation chinoise ». La Croix, Mort de Lee Teng Hui, « père de la démocratie » taïwanaise
  • Le Conseil législatif de Hong Kong est élu pour moitié au suffrage direct et pour l’autre moitié au suffrage indirect favorisant des personnalités favorables à la Chine. , Hong Kong. Les élections reportées en 2021, une nouvelle défaite pour l’opposition - Pontivy.maville.com
  • Gilles Pinson : Je pense qu’on touche ici aux limites de notre système actuel ! Ce n’est plus tenable, car cela frise en effet le scandale politique. Honnêtement je ne vois pas comment, dans les prochaines années, nous pourrions échapper à une évolution vers une élection au suffrage universel direct dans les intercommunalités.  Courrier des maires, « La cogestion de l’intercommunalité conduit à des logiques de marchandage opaques »
  • Selon certaines mesures, il a fallu plus de 70 ans au mouvement américain pour le suffrage des femmes avant d’obtenir le droit de vote des femmes. À la fin des années 80, les militants du VIH / SIDA motivés par la colère et la peur ont fait d’énormes progrès en quelques années seulement grâce à des manifestations de confrontation. News 24, Comment un héritage durable est-il cimenté? - News 24
  • C'est la Constitution américaine de 1787 qui, en même temps qu'elle définit les pouvoirs du Président, fixe son mode de désignation. L’élection présidentielle est une élection à deux degrés : le Président des États-Unis n’est pas élu au suffrage universel direct, il l’est par un collège de grands électeurs (presidential electors). , Présidentielle américaine : quelle est la procédure électorale ? | Vie publique.fr
  • Première victime : le suffrage universel. Il n’en est pas question une seule fois, oubliant cette longue lutte pour l’obtenir de 1790 à nos jours. Le tirage au sort est préféré comme si le hasard donnait une légitimité. , POINT DE VUE. Plaidoyer pour le suffrage universel - Pontivy.maville.com
  • Dans les communes 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire mais ils figurent sur deux listes distinctes lors du scrutin. , Municipales 2020. Conseillers communautaires : les règles de l'élection | Vie publique.fr
  • Pour Anne-Emmanuelle Bourgaux, constitutionnaliste passionnée et passionnante, le suffrage universel est une avancée fondamentale prise sous la pression de la rue. Le suffrage universel a permis de démocratiser le droit de vote… mais a aussi servi de bouclier contre des réformes démocratiques plus profondes. Solidaire, 100 ans du suffrage « universel » : « Il reste encore du chemin vers la démocratie » | Solidaire

Images d'illustration du mot « suffrage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suffrage »

Langue Traduction
Anglais vote
Espagnol votar
Italien votazione
Allemand abstimmung
Chinois 投票
Arabe تصويت
Portugais voto
Russe голос
Japonais 投票
Basque boto
Corse vota
Source : Google Translate API

Synonymes de « suffrage »

Source : synonymes de suffrage sur lebonsynonyme.fr
Partager