La langue française

Aisance

Définitions du mot « aisance »

Trésor de la Langue Française informatisé

AISANCE, subst. fém.

A.− Emplois vx, vieillis ou figés.
1. DR. Charge imposée à un fonds au profit du titulaire d'un fonds voisin. Aisance de puits (Quillet 1965); droits d'aisance (Quillet 1965); aisance de voirie (Cap. 1936).
2. Au plur.
a) Vx. Dépendances d'une maison; ,,dégagements, escaliers dérobés.`` (Lar. 19e-Lar. 20e).
b) Vx ou région. Agréments, commodités, confort :
1. Un père et une mère ne vouloient pas sacrifier les aisances de la vie à l'éducation d'une nombreuse famille, et l'on couvroit cet amour de soi, des apparences de la philosophie. F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les Révolutions, t. 2, 1797, p. 71.
2. En effet, l'État a-t-il besoin de ma maison, de mon jardin, de mon champ, il s'en empare. Eh! puis-je jamais être indemnisé de mes habitudes, des aisances de mon domicile, des bizarreries mêmes de sa distribution? puis-je jamais être indemnisé de l'appropriement de mon jardin à mes goûts, à mon caractère, à ma fortune? J. Jaurès, Études socialistes,1901, p. 230.
c) Vieilli, parfois aussi au sing. Cabinet d'aisances, fosses d'aisances, lieu d'aisances (Ac. 1798-1932). Vx. Aisances d'une maison (Ac. 1835-1878). Lieu aménagé pour la satisfaction des besoins naturels :
3. 674. Celui qui fait creuser un puits ou une fosse d'aisance près d'un mur mitoyen ou non (...) est obligé à laisser la distance prescrite par les réglemens et usages particuliers sur ces objets, ou à faire les ouvrages prescrits par les mêmes réglemens et usages, pour éviter de nuire au voisin. Code civil,1804, p. 123.
4. ... elle avait le cœur soulevé d'un tel dégoût, qu'il recula. Sans dire une parole, il sortit, s'arrêta dans l'antichambre, hésita une seconde; puis, comme une porte se trouvait devant lui, la porte des lieux d'aisances, il la poussa; ... É. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 356.
5. Ce serait le chef-d'œuvre du fascisme de redonner l'équivalent de ce caractère aux grandes villes d'Italie. En attendant, il annonce de sévères punitions contre les cracheurs et les gens qui salissent les pissotières et les cabinets d'aisance, et en effet, cela était nécessaire. V. Larbaud, Journal,févr. 1932, p. 268.
B.− Situation matérielle considérée par rapport au bien-être qu'elle procure, et représentant un niveau de vie relativement élevé. Avoir une certaine aisance; vivre dans l'aisance :
6. Un homme qui a un grand état dans le monde a une prison plus grande et plus ornée; celui qui n'y a qu'un petit état est dans un cachot; l'homme sans état est le seul homme libre, pourvu qu'il soit dans l'aisance, ou du moins qu'il n'ait aucun besoin des hommes. L'homme le plus modeste, en vivant dans le monde, doit, s'il est pauvre, avoir un maintien très assuré et une certaine aisance, qui empêchent qu'on ne prenne quelque avantage sur lui. Il faut, dans ce cas, parer sa modestie de sa fierté. Chamfort, Maximes et pensées,1794, p. 49.
7. Je suis plus affectée que vous de la diminution de fortune de votre mari; non que je croie que la fortune soit nécessaire pour être heureux; mais le passage d'une aisance considérable à une situation étroite et gênée, dispose souvent à l'aigreur, et nécessite une attention soutenue sur les plus petits détails domestiques. G. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1569.
8. De là il arrive, que quand on veut s'élever à l'idée la plus générale de la liberté, chacun la compose principalement de l'espèce de liberté à laquelle il attache le plus de prix (...). Les uns la font consister dans la vertu, ou dans l'indifférence, ou dans une sorte d'impassibilité, comme les stoïciens qui prétendaient que leur sage était libre dans les fers; d'autres la placent dans la pauvreté; d'autres au contraire dans une honnête aisance, ou bien dans l'état d'isolement et d'indépendance absolue de tout lien social. A.-L.-C. Destutt de Tracy, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu,1807, pp. 140-141.
9. La possibilité de faire fortune avec Fouqué donnait une certaine facilité aux raisonnements de Julien; ils n'étaient plus aussi souvent gâtés par l'irritation, et le sentiment vif de sa pauvreté et de sa bassesse aux yeux du monde. Placé comme sur un promontoire élevé, il pouvait juger, et dominait pour ainsi dire l'extrême pauvreté et l'aisance qu'il appelait encore richesse. Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 76.
10. Trois mille livres de rente et une petite maison délabrée et nue à la campagne, pour lui, sa femme et les nombreux enfants qui commençaient à s'asseoir à la table de famille, c'était quelque chose de bien indécis entre l'aisance frugale et l'indigence souffreteuse. A. de Lamartine, Les Confidences,1849, p. 47.
11. ... tout le monde était en habits d'été de couleurs claires; des abat-jour transparents adoucissaient la lumière des lampes. Sur une table on avait placé des fruits et des sirops glacés. Le sentiment des joies du bien-être et de l'aisance large vous saisissait au milieu de cette pièce fraîche, sentant bon, contenant des fleurs et abritant huit ou dix personnes souriantes. L.-É.-E. Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard,1860, p. 183.
12. Il me semble que les circonstances sont plutôt faciles autour de moi et que je puis faire envie plutôt que pitié. Mes petites misères sont éclipsées par mes bonnes chances, et je jouis, à tout prendre, des trois conditions grecques du bonheur : santé, aisance, intelligence. H.-F. Amiel, Journal intime,12 nov. 1866, pp. 500-501.
13. « Je vous ai proposé pour l'avancement, comme les années précédentes. Mais le directeur a écarté votre nom en se basant sur ce que votre mariage vous assure un bel avenir, plus qu'une aisance, une fortune que n'atteindront jamais vos modestes collègues. N'est-il pas équitable, en somme, de faire un peu la part de la condition de chacun? Vous deviendrez riche, très riche. Trois cents francs de plus par an ne seront rien pour vous, tandis que cette petite augmentation comptera beaucoup dans la poche des autres. Voilà, mon ami, la raison qui vous a fait rester en arrière cette année. » G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Héritage, 1884, p. 483.
14. Et pour elle, la solitude, cet horrible état qu'elle découvrait, prenait un goût de pauvreté, car elle s'imaginait encore que dans le luxe, dans l'aisance même, il n'y a point de pareille découverte. G. Roy, Bonheur d'occasion,1945, p. 306.
Rem. 1. Aisance est associé à des termes indiquant la situation financière : fortune, richesse, misère, prospérité et opposé à pauvreté, indigence. Aisance étant considéré par rapp. aux biens qu'offre une certaine richesse, on le trouve de préférence en relation avec liberté, bonheur, santé, bien-être, repos, indépendance, loisir, luxe, avenir, puissance (ordre décroissant de la docum.). 2. Dans les syntagmes, les adj. qualifient les degrés de l'aisance : grande aisance; − honnête; − frugale; − large; petite −; modeste −; riche −.
C.− [Emploi abs. ou suivi d'un compl. prép. de] Manière d'être, faite de facilité et de bon ton. Avoir de l'aisance; l'aisance des manières. Anton. gêne.
1. [Dans le comportement gén.] :
15. ... dans les moindres mouvements et jusque dans l'accent de l'amour, quel qu'en soit l'objet, et quand ce serait même l'amour de Dieu, on sent aussitôt comme une vie déliée et délivrée, enfin une allégresse, une aisance et une grâce. Alain, Propos,1927, p. 700.
16. Elles étaient parisiennes parce qu'elles considéraient que la vie devait être exclusivement consacrée au plaisir, à la frivolité, au snobisme, à l'ivresse et au tapage. Dans l'exercice de ces jeux, elles montraient une facilité, une aisance, un charme et un entrain qui constituent les bases mêmes de l'attitude. L.-P. Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 181.
2. En partic. [Dans la vie de société] :
17. Cette petite ville de Mâcon (...) était cependant à cette époque le séjour d'un peuple doux, aimable, gracieux, spirituel, et d'une société d'élite véritablement digne de rivaliser avec les salons les plus aristocratiques et les plus lettrés que j'aie abordés plus tard dans toute l'Europe. C'était un Weymar français, une Florence gauloise, un centre de bon goût, de bon ton, de loisir, d'aisance, d'arts, de littérature, de science, et surtout de société et de conversation. A. de Lamartine, Nouvelles Confidences,1851, pp. 75-76.
a) [En parlant de l'expr. corporelle (gestes, manières)] :
18. Je découvris, dès le premier matin, que Solange Villier était à ces jeux d'une adresse divine. Philippe, moins entraîné qu'elle, avait de la souplesse, de l'aisance; dès le premier jour je les vis patiner ensemble, joyeux, tandis que je me traînais péniblement, soutenue par un professeur. A. Maurois, Climats,1928, pp. 204-205.
19. Sa faculté motrice globale [du pycnique] est supérieure à celle des deux autres types. Ses mouvements ont du naturel, de l'aisance, de l'adresse; ils sont, chez l'enfant, déjà harmonieux, adaptés et précis. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 202.
Except. [En parlant d'un animal] :
20. Ces jolis mais timides animaux, [des écureuils] se croyant seuls dans le bois, y jouaient avec cette libre aisance et cette grâce de mouvements que tue la crainte, et, se poursuivant d'arbre en arbre, ils me surprenaient par l'agilité de leurs sauts et par l'élégante gentillesse de leurs manœuvres. R. Tœpffer, Nouvelles genevoises,1839, p. 372.
21. On y apprend le roulement, le rapport, les mutations des bêtes. On y est mis au courant de leur caractère et de leur tempérament, de leur aptitude au travail et à la reproduction, de leur condition. Même on relève leur aspect, l'aisance de leur allure et la beauté de leur ligne, signes d'équilibre musculaire. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 1, 1925, p. VIII.
b) [En parlant de l'expr. verbale, artistique, etc.] Parler avec aisance :
22. Je n'ai point senti le besoin d'être seule, et de tout le jour je n'ai pas quitté M. d'Albe; j'ai soutenu la conversation avec une aisance, une vivacité, une volubilité qui ne m'est pas ordinaire; je parlois de Frédéric comme d'un autre, je crois même que j'ai plaisanté; j'ai joué avec mes enfans, et tout cela, Élise, se faisoit sans effort; ... MmeCottin, Claire d'Albe,1799, pp. 180-181.
23. Le Loreur paraissait à Yves beau et infiniment séduisant : n'avait-il pas une barbe dorée, d'un or légèrement rouge? cela lui paraissait un attribut prodigieusement précieux. De plus, Le Loreur avait une aisance, une souplesse d'attitude et de parole qui confondaient l'enfant, au point qu'il se retournait vers son père et esquissait à tâtons une comparaison. P. Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 113.
24. Le monsieur parle français avec aisance. Il a un accent qui n'est pas du tout désagréable, un accent net et narquois, qui ne ressemble pas à celui qu'on raille chez les Anglais. J. Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 60.
− Domaine de la mus., de la peint. :
25. ... le tableau des Offices [adoration des Mages] possède une unité et une aisance parfaites. G. de La Tourette, Léonard de Vinci,1932, p. 55.
26. L'art musical français au xviiiesiècle fut plein d'aisance et de naturel, à une époque où l'on demandait à la musique des impressions faites de grâce, de charme et de sensibilité. Rougnon1935, p. 356.
Rem. 1. Aisance est associé à des termes précisant sa compréhension; par ordre de fréq. décroissante de la docum. le mot est associé à grâce, liberté, naturel dans ses 2 aspects. En outre, pour l'aisance du corps, à promptitude, souplesse, élégance, rapidité, sûreté, allure, adresse; pour l'aisance de l'esprit, à loisir, gaîté, vivacité, charme, esprit, goût, instruction, désinvolture, noblesse, entrain, allégresse. 2. Les syntagmes avec adj. ou compl. de n. sont moins fréq. aisance naturelle; libre −; parfaite −; mondaine −; − de l'allure, des mouvements, des manières. 3. Le plur. except. empl. signifie « gestes de quelqu'un qui est à son aise » (cf. supra A 2 b) : 27. Elle entre comme une bombe dans la salle à manger, aperçoit sur la table, au milieu des papiers de notre roman, un pot de confitures d'épicier en faïence et un trognon de pain, prend le trognon, plonge la cuiller dans le pot entamé et goûte bravement. Voilà de ces aisances, chez elle naturelles, rondes, familières et charmantes. « Ah! lui dis-je, si la duchesse d'Angoulême vous voyait! ». E. et J. de Goncourt, Journal, nov. 1868, p. 466.
Prononc. : [εzɑ ̃:s]. − Rem. Gattel 1841 transcrit la 1resyllabe avec [e] fermé.
Étymol. ET HIST. − 1. 1284 « dépendance d'une maison » (Cart. de S. Maur, A.N. LL 114, fo48 vods Gdf. Compl. : Lor molins qui touz perissoient par ce qu'il n'avoient point d'yaue a l'aisance des mesons et de lor molins si comme elle soloit); 1557 sing. « latrines » (A. Meuse, B 558, fo172, ibid. : La toicture qui est au dessus du privet et aysance de la conciergerie); 1606 plur. « id. » (Nicot : Et en pluriel Aisances se prend aussi pour un privé, d'autant qu'on y va aiser et descharger le ventre, Latrinae); 2. xiiies. aiesance « commodité résultant de la libre disposition de quelque chose » (Guill. de Tyr, XX, 27 ds Gdf. Compl. : Li rois ne savoit pas bien la certeineté si li Turc estoit la ou non, mis sanz faille ilec s'estoient il logié por avoir l'aiesance de l'eau); ca 1459 aysance « situation de fortune qui assure le bien-être » (J. Meschinot, Lunettes des princes, fo9 vo, ibid. : Aysance nuist aux dissolus mondains); 1606 aisance « facilité naturelle qui ne donne aucune impression d'effort » (Nicot : Aisance de langage, Facultas orationis). Du lat. adjacentia « environs », attesté dep. le Iers. (Pline, Naturalis historia, 37, 137 ds TLL, 664, 37 : adiacentia inlustrare); part. prés. neutre plur. substantivé d'adjacere, qui devint également subst. fém. au ves. et prit le sens de « bonne disposition » (St Augustin, De natura et gratia, 51, ibid., 663, 55 : ubi ... est inseparabilis possibilitas, ei accidere non potest voluntatis infirmitas, vel potius voluntatis adiacentia et perfectionis indigentia).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 166. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 868, b) 1 333; xxes. : a) 1 611, b) 1 680.
BBG. − Bailly-Roche 1967. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Cap. 1936. − Chabat t. 1 1875. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Dupin-Lab. 1846. − Éd. 1967. − Fér. 1768. − Jossier 1881. − Lacr. 1963. − Laf. 1878. − Lew. 1960, p. 63, 119, 122, 132. − Noter-Léc. 1912. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

aisance \ɛ.zɑ̃s\ féminin

  1. Liberté de corps et d’esprit dans le travail, dans les mouvements, dans les manières, dans le commerce de la vie.
    • Avec une aisance qui confond —une aisance, une force d’élément— il menait de front quatre livres, des pièces de théâtre, des polémiques de journal, des affaires de toutes sortes. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Mmes Daudoird et Clara Lemonnier, dont la première portait l’habit noir avec un chic et une aisance qui auraient damé le pion au clubman le plus élégant. — (Albert Vanloo, Sur le plateau, souvenirs d’un librettiste, 1913)
    • L’aisance avec laquelle les poètes juifs maniaient le vers français permet de supposer que leur talent a dû s’exercer dans les genres les plus variés. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Ils manient avec une élégante aisance les mètres latins les plus compliqués et les vocables les plus choisis de la mythologie. — (Johan Huizinga, Érasme, 1924, traduction de V. Bruncel, Gallimard, 1955)
  2. (Par extension) État de fortune suffisant pour se procurer les commodités de la vie.
    • Elle vit l’opulence & les richesses succéder à l’aisance ; & son père , avant tout cela , avoit connu le mésaise & presque la pauvreté. — (La mésalliance, dans les Contes moraux dans le goût de ceux de M. Marmontel, recueillis de divers auteurs, publiés par Melle Uncy, Amsterdam & Paris : chez Vincent, 1763, vol.2, p.399)
    • Aussi, dès qu’un paysan a réalisé une minime aisance, fait-il badigeonner d’ocre la façade et les murs intérieurs de son réduit : […] — (Jean-Marie-Placide Munaret, Du médecin des villes et du médecin de campagne, mœurs et science, Paris : Germer Baillière, 2e éd. refondue, 1840, p. 89)
    • […] moi, mon rêve est de me retirer dans quelques années d’ici, au fond de l’une de nos belles provinces mexicaines avec une modeste aisance, vous voyez que je ne suis pas ambitieux. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Le fait, d’ailleurs, est patent, incontesté, affirmé de tous côtés : l’aisance s’est énormément développée parmi les ruraux des Côtes-du-Nord. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. (Histoire) Espace forestier dans lequel les villageois pouvaient tirer leur subsistance.
    • Il sera permis à tous et chacun de nos sujets, manants dudit village, de sartager chaque année un demi journal d’aisance, pour y semer du dur grain et ensuite une avoine tant seulement. — (« Ordonnance portant règlement au sujet des aisances et des pâturages communs du village de Hamoir - 14 mai 1787 », dans le Recueil des ordonnances de la Principauté de Stavelot 648-1794, par L. Polain, Bruxelles : chez Emm Devroye, 1864, p. 369)
    • […] ; à quoi Sa Sérénissime Éminence voulant pourvoir, fait défense sérieuse à tous un chacun de sartager les voies herdales et aisances communes, comme aussi de faire fendre ni labourer en aucune manière le gazon commun, sans enseignement et permission expresse compétente, à peine d’une amende de dix florins d'or pour chaque fois, […]. — (« Ordonnance du prince-évêque de Liège Jean-Théodore de Bavière, le 9 décembre 1762 », en recueil dans le Cartulaire de la commune de Fosses, recueilli et annoté par Jules Borgnet, Namur : chez Ad. Wesmael fils, 1867)
    • Aux premiers temps, l'exploitation avait comme seule et unique règle : les besoins: on ne prenait en forêt que ce qui était utile (les « aisances » ou « commodités ») et on laissait sur place tout le reste. Chacun se servait là où bon lui semblait, et coupait les arbres qui lui convenaient: la forêt était le domaine de la liberté, […]. — ( G. Plaisance, « Les caractères originaux de l'exploitation ancienne des forêts » , dans la Revue de Géographie de Lyon, 1953, vol. 28-1, p. 17 )
  4. (Au pluriel) Lieu pratiqué dans une maison pour y satisfaire les besoins naturels.
    • Cabinet d’aisances.
    • Fosse d’aisances.
    • Lieux d’aisances.

Nom commun

aisance \Prononciation ?\ féminin

  1. Libre usage.
  2. Situation.
  3. Dégagement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AISANCE. n. f.
Liberté de corps et d'esprit dans le travail, dans les mouvements, dans les manières, dans le commerce de la vie. Porter avec aisance un pesant fardeau. Faire tout avec aisance. L'aisance avec laquelle il traite les affaires les plus difficiles. L'aisance qu'il a dans ses manières. Il se présente, il parle, il s'exprime avec aisance. Il signifie par extension État de fortune suffisant pour se procurer les commodités de la vie. Il vit dans l'aisance. Il est dans l'aisance. Il a de l'aisance. Il jouit d'une honnête aisance. Il doit son aisance à son travail.

AISANCES, au pluriel, se dit d'un Lieu pratiqué dans une maison pour y satisfaire les besoins naturels. Cabinet d'aisances. Fosse d'aisances. Lieux d'aisances.

Littré (1872-1877)

AISANCE (è-zan-s') s. f.
  • 1Absence de peine, facilité. Porter avec aisance un fardeau.
  • 2Liberté de corps ou d'esprit. Il fait toute chose avec aisance. L'aisance de ses manières. La liberté et l'aisance doivent régner dans les conversations.
  • 3État de fortune qui permet de se procurer les commodités de la vie. Il est dans l'aisance ; il jouit d'une honnête aisance. Ces gâteaux étaient les seuls présents que Virginie pût faire de l'aisance de l'habitation, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.
  • 4 Au plur. Lieux, cabinet, fosse d'aisances ; latrines
  • 5 Terme de jurisprudence. Servitude, commodité, service qu'un voisin retire d'un autre en vertu de convention ou de prescription.

REMARQUE

Plusieurs personnes entendent par là, un air aisé et dégagé. Il y a pourtant des gens délicats qui ne peuvent souffrir ce mot, à cause de la signification qu'il a au pluriel, Bouhours, Nouv. Rem. Heureusement cette puérilité n'a pas prévalu ; et aisance est resté dans le bon usage.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils s'abstenoyent tant qu'il estoit possible de tout ce qui appartenoit à l'aisance et soulagement du corps, Calvin, Instit. 1013. Cette aysance que les bons esprits ont de rendre ce qu'ils veulent vraysemblable, Montaigne, II, 329. L'aysance qu'il a trouvé à desgosiller un passant, Montaigne, I, 402. Si aucun a jardin ou terre labourable, estable, cheminée ou aisances contre un mur metoien, il y doit faire contre mur, Loysel, 291. Il avoit à faire bien long chemin sans trouver aisance d'eau quelconque, Amyot, Pomp. 53. Et estoit une belle assiette pour loger un camp à seureté, ayant commodité et aisance de toutes choses, Amyot, Marius, 38.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AISANCE. Ajoutez :

6Se dit de l'ajustage, de l'assemblage de certaines pièces, lorsque cet ajustage, cet assemblage présente quelque jeu.

HISTORIQUE

Ajoutez : XIVe s. Que lidiz Henris devoit avoir tout ce que Aubert et sa femme avoient en ladite boucherie,… à tout les aisances, les appartenances et les appendices (1303), Varin, Archives admin. de la ville de Reims, t. II, 1re partie, p. 38.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AISANCE, s. f. en terme de Pratique, se dit d’un service ou d’une commodité qu’un voisin retire d’un autre, en vertu de titres ou de possession immémoriale, sans qu’il en revienne aucun fruit à cet autre voisin ; comme la souffrance d’un passage sur ses terres, d’un égoût, &c. Ce terme est synonyme à servitude. Voyez Servitude. (H)

AISANCE, s. f. (Architect.) siége de commodité propre & commode, que l’on place attenant une chambre à coucher, une salle de compagnie, cabinet, &c. à la faveur d’une soupape que l’on y pratique aujourd’hui, ce qui leur a fait donner le nom d’aisance ou de lieux à soupape, aussi bien qu’à la piece qui contient ce siége ; il s’en fait de marbre & de pierre de lierre que l’on revêt de menuiserie ou de marqueterie, orné de bronze, tel qu’on en voit aux Hôtels de Talmont, de Villars, de Villeroy, & ailleurs.

Ces sortes de pieces font partie des garde-robes ; & lorsque l’on ne peut, faute d’eau, y pratiquer des soupapes, on y tient seulement des chaises percées.

On donne le nom de Latrines aux lieux domestiques. Voyez Latrines. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aisance »

(Date à préciser) Du latin adjacentia (« environs ») → voir aise.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(1283) Du latin adjacentia (« environs »), attesté chez Pline (Ier siècle), participe présent neutre pluriel de adjacens, pris pour un substantif féminin en latin populaire et qui prit le sens de « bonne disposition, bonne santé » en bas latin. → voir aise
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aise. On trouve dans les contrats de vente de la fin du XVe s. : Maison, court, puits, lieux, aisances et appartenances, ainsi qu'elle se comporte. De là, selon M. Léon de Laborde, lieux d'aisance (par abus).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aisance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aisance ɛzɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « aisance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aisance »

  • La critique est aisée et le critique dans l’aisance. De Jules Renard / Journal
  • Les morts se défendent avec moins d'aisance encore que les vivants. De Louis Scutenaire / Le fil rouge
  • L'aisance est exigeante et ne cherche qu'à s'accroître : la misère se partage. De Marthe B.-Hogue / Destination ? Québec
  • C'est le degré de culture et de prévoyance plus que le degré d'aisance qui paraît régler la restriction des naissances. De Alfred Sauvy / La population
  • La pauvreté, c'est beau ; mais il y a des limites. Saint Thomas dit qu'il faut une certaine aisance pour servir Dieu. De François Hertel / Mondes chimériques
  • Il est donc prouvé une fois de plus qu'ils gardent rarement leur aisance, ceux qui la doivent à des ressources que la morale réprouve. De Tristan Bernard / Sous toutes réserves - 1898
  • Le but de la société ne saurait être seulement la production des richesses. Ce but est la plus grande diffusion possible de l’aisance, de bien-être et de la morale parmi les hommes. De Alban de Villeneuve-Bargemont
  • Qu’est-ce que c’est qu’un homme de lettres qui n’est pas rehaussé par son caractère, par le mérite de ses amis, et par un peu d’aisance ? De Chamfort / Maximes et pensées
  • Leur aisance financière se voit principalement dans leur logement et où ils vivent. Parmi eux, une personne sur trois vit en région parisienne et un sur dix vit dans la capitale. Dans le reste du territoire sont privilégiés les grandes villes comme Lyon, Strasbourg, Toulouse. Courrier picard, Richesse: les signes de l’aisance en France
  • Le Canadien Mackenzie Hughes, 158e mondial, impressionnant d'aisance ce jeudi au TPC River Highlands (Connecticut) avec une carte de 60 (-10) sans la moindre erreur, a pris la tête du Travelers Championship devant le numéro 1 mondial Rory McIlroy (-7). Au lendemain de l'annonce des forfaitsde Cameron Champ, testé positif au Covid-19, du 4e joueur mondial Brooks Koepka et du Nord-Irlandais Graeme McDowell, dont les caddies ont contracté le virus, ainsi que Webb Simpson (n°5 mondial) et Chase Koepka par précaution, le jeu a pu reprendre ses droits à huis clos. «C'était assez amusant. Les trous ont commencé à apparaître plus larges. Dans ces cas-là, on ne pense plus qu'à faire des birdies», a plaisanté Hughes, leader avec trois coups d'avance. Deux autres joueurs sont venus rejoindre McIlroy au 2e rang, en fin d'après-midi, en rendant eux aussi une jolie carte de 63 : l'Américain Xander Schauffele, 19e joueur mondial, et le jeune Norvégien Viktor Hovland, 22 ans, 53e au dernier classement. A un coup de McIlroy, ex-aequo à la 5e place avec l'Espagnol Sergio Garcia, se trouve en embuscade le vétéran gaucher Phil Mickelson, 50 ans depuis le 16 juin et double vainqueur du tournoi en 2001 et 2002. , PGA Tour : un énorme 60 (-10) pour le Canadien Mackenzie Hughes, seul leader
  • Utilisé soit dans une position reculée au milieu de terrain soit comme meneur de jeu, Le Fée a marqué des points grâce à son aisance balle au pied, sa vision du jeu, sa capacité à ressortir proprement les ballons et s’est rapidement fait une place de choix dans le groupe lorientais. , FC Lorient. Enzo Le Fée vers une prolongation de son contrat. Sport - Pontivy.maville.com
  • Il est arrivé ce mercredi 24 juin, sans masque et tout sourire, au 101, rue de l’Université, et, une fois installé, s’est prêté, pendant de longues minutes, aux objectifs des photographes, avec la même aisance. Pour l’occasion, le scientifique avait troqué sa blouse blanche pour une veste sombre et une chemise verte à carreaux. Peut-être le professeur Didier Raoult savait-il qu’il pouvait compter sur le soutien, voire l’admiration, de plusieurs membres de la commission d’enquête mise sur pied par l’Assemblée nationale pour évaluer la gestion par les pouvoirs publics de la crise du Covid-19. Le rapporteur de celle-ci, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, a même fait l’honneur au patron de l’IHU Méditerranée Infection de descendre avec lui, et sous l’œil des photographes, les quelques marches en direction de la salle Lamartine. L'Obs, A l’Assemblée, le professeur Raoult fait la leçon à tout le monde

Traductions du mot « aisance »

Langue Traduction
Anglais ease
Espagnol facilidad
Italien facilità
Allemand leichtigkeit
Portugais facilidade
Source : Google Translate API

Synonymes de « aisance »

Source : synonymes de aisance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aisance »

Aisance

Retour au sommaire ➦

Partager