La langue française

Souplesse

Sommaire

  • Définitions du mot souplesse
  • Étymologie de « souplesse »
  • Phonétique de « souplesse »
  • Citations contenant le mot « souplesse »
  • Images d'illustration du mot « souplesse »
  • Traductions du mot « souplesse »
  • Synonymes de « souplesse »
  • Antonymes de « souplesse »

Définitions du mot souplesse

Trésor de la Langue Française informatisé

SOUPLESSE, subst. fém.

A. − [À propos d'êtres animés]
1. [À propos d'une pers. ou d'un animal]
a) Agilité, facilité dans le mouvement. Anton. raideur.Souplesse d'un acrobate; une souplesse de chatte, de couleuvre, de panthère; avancer, marcher, sauter avec souplesse. La souplesse latente d'une femme rompue à la danse (Goncourt, Journal, 1860, p. 774).Elle montrait des yeux l'étoffe de coton (...). Il la lui jeta sur la tête, et les bras toujours tendus, immobile, par un simple mouvement des épaules et des hanches, elle entra dedans, avec une souplesse barbare (Bernanos, Nuit, 1928, p. 21).
Littér., au plur. Et lorsqu'elle levait un bras, lorsqu'elle avançait un pied, on sentait en elle des souplesses félines (Zola, Th. Raquin, 1867, p. 11).Les corps amollis par le bien-être ont des souplesses voluptueuses (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 90).
GYMN. Souplesse (en) arrière, (en) avant. Mouvement qui consiste à se renverser en arrière ou en avant, à passer par la position d'équilibre sur les mains avant de retrouver la station debout. Faire une souplesse avant. Les jeux icariens se combinent souvent aux sauts à la bascule, les équilibres sur les mains aux souplesses en arrière (Arts et litt., 1935, p. 44-10).
b) P. méton.
Qualité d'un corps, ou de l'une de ses parties, qui se plie ou se meut avec aisance. Synon. élasticité, flexibilité; anton. raideur.Souplesse du buste, du cou, de la nuque, du poignet; souplesse de l'échine, des pattes; souplesse articulaire, musculaire, souplesse des artères, des tissus. Sir Williams lorgnait, en véritable connaisseur, ces épaules d'un galbe parfait, cette taille mince, frêle et d'une souplesse merveilleuse (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 69).M. de Remilleret allait bon pas, attentif à bien respirer (...) de temps en temps fléchissant les genoux pour en éprouver la souplesse (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 186).
Qualité d'une attitude, d'un geste, d'un mouvement où se manifeste de l'agilité, de l'aisance. Synon. légèreté.Souplesse d'un bond, de la démarche. Sérafine exécuta sa morisque avec une fierté voluptueuse, des poses cambrées et provocantes, entremêlées de sauts pleins de souplesse (Gautier, Fracasse, 1863, p. 179).Plusieurs femmes étaient descendues précipitamment de leurs chaises. Je ne dis pas « avaient sauté »! car, avec les corsets durs, à longs buscs, les mouvements manquaient plutôt de souplesse et de rapidité (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 271).
c) Locutions
CIRQUE, GYMN. Tour de souplesse (vx). Exercice qui réclame rapidité et légèreté. Des femmes (...) exécutèrent des tours de force et de souplesse (...) se cambrant, se renversant, ployant comme une branche de saule leurs corps disloqués (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 237).Une jongleresse, représentant Salomé, multiplie les tours de force et de souplesse (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 210).
Au fig. Artifice, ruse subtile dont on se sert pour parvenir discrètement à ses fins. L'amour le plus ferme et le plus dur amour ne dure jamais plus que de quelques moments. Et nos tours de souplesse et nos rétorsions ne valent pas le quart de l'ancienne cadence (Péguy, Ève, 1913, p. 792).
GYMN., SPORTS. En souplesse. Avec un enchaînement harmonieux de gestes, de mouvements; sans forcer. Anton. en force.Danseur qui travaille en souplesse; se rétablir en souplesse après un saut. Puisque tu parles agrès, tu dois bien savoir aussi ce que c'est que faire les mouvements « en souplesse » (Montherl., Olymp., 1924, p. 321).Dewrouckère (...) se laisse tomber en arrière sur les mains renversées. C'est au tour de Brunet (...) il se jette en arrière: « Non, non, dit Marbot, ne te crispe pas. En souplesse, nom de Dieu, pas en force » (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 251).
2. [À propos d'une pers.] Aptitude à se soumettre docilement aux volontés d'autrui, à s'adapter aux exigences d'une situation. Manœuvrer avec souplesse; s'adapter avec souplesse aux nécessités de la vie. Sa jeunesse, son inexpérience humaine, son manque de souplesse lui interdisant les fonctions politiques (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 241):
1. ... Monsieur Delarbre, magistrat de naissance, (...) avait montré dans de hautes fonctions judiciaires une souplesse modérée, interrompue ça et là brusquement par les raideurs d'une dignité professionnelle que rien ne faisait fléchir. France, Orme, 1897, p. 165.
Péj. Complaisance excessive, servilité. Des intrigues de cour au milieu desquelles il se soutient à force de souplesse et d'impudence (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 114).
Au fig. Je sais (...) sa souplesse d'échine à l'égard des puissants et sa dureté envers les faibles ou les inférieurs (Bloy, Journal, 1902, p. 132).
P. méton., au plur. Attitude, conduite à travers laquelle se manifestent ces qualités. Souplesses habiles d'un homme politique. Louis-Philippe s'insinuait au trône par mille petits passages et par des souplesses inattendues (Vigny, Mém. inéd., 1863, p. 90).C'est un (...) caractère du fanatisme que cette alternance entre les intransigeantes rudesses du despote d'idées et les inattendues souplesses du propagandiste (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 78).
− Dans le domaine artistique ou intellectuel.Variété, richesse des possibilités qui engendre une grande aisance, favorise l'adaptation à des situations, des intérêts divers. Souplesse d'esprit, d'imagination, de conception. Je ne pourrais trouver le temps nécessaire à mes études (...). En outre, il me faudrait reprendre tout au rudiment. Je suis trop âgé: mon esprit ne possède plus la souplesse nécessaire (Duhamel, Journal Salav., 1927, p. 12).
B. − [À propos d'une matière, d'un matériau ou, p. méton., d'une chose faite de cette matière, de ce matériau]
1. Qualité de ce qui peut être courbé, plié sans casser ni s'abîmer. Synon. flexibilité; anton. raideur.Souplesse d'un bois, du roseau; souplesse d'un acier, d'un câble, d'une lame. Nous avons vu aux harmonies aériennes des végétaux qu'ils étaient en rapport avec l'air (...) par la souplesse ou la raideur de leurs tiges, par des racines (...) et même par des lianes (Bern. de St.-P., Harm. nat., 1814, p. 82).La plaque de zinc, grâce à sa souplesse, peut s'adapter aux cylindres des machines rotatives (Arts et litt., 1935, p. 30-18).
En partic. Qualité d'un ressort ou, p. méton., d'un mécanisme, d'un objet comportant un ou plusieurs ressorts, qui répond vite et sans à-coups aux mouvements qu'on lui imprime. Anton. dureté.Souplesse d'un sommier. Bénin était heureux. Les cahots le réjouissaient. Car il connaissait ainsi l'élasticité des bandages, la résistance du cadre, la souplesse de la selle (Romains, Copains, 1913, p. 78).Dans le cas des bogies, la charge est supportée par une pièce (...) dont la mobilité, jointe à la souplesse de la suspension, améliore considérablement le confort (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 102).
P. anal. Fonctionnement silencieux, démarrage facile et instantané, grande souplesse des moteurs, tels sont les principaux avantages des voitures automobiles électriques (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 174).
2. Qualité de ce qui est dépourvu de raideur, de ce qui se prête facilement à une manipulation. Anton. rigidité.Souplesse d'un cuir, d'une soie; souplesse d'un mocassin, d'un sac, d'une jupe. Les toiles qui composaient l'enveloppe de l'aérostat furent ensuite dégraissées (...) de telle sorte que le coton, débarrassé du vernis, reprit sa souplesse et son élasticité naturelles (Verne, Île myst., 1874, p. 281).Cette sorte de carton [le papyrus] que sa minceur, sa souplesse et sa légèreté rendaient tellement plus commode que les autres supports de l'écriture (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 498).
3. Qualité de ce qui a la capacité de s'étirer, se déformer, se dilater, s'étaler, etc. facilement. Synon. élasticité.Souplesse d'un plastique, d'un vernis, d'une peinture; souplesse d'un joint de caoutchouc, d'un pneu. Le marbre en très mince revêtement peut être employé pour la décoration des paquebots. On utilise alors un procédé spécial d'agrafage qui (...) lui laisse assez de souplesse pour résister aux déformations de l'ossature du navire par gros temps (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p. 107).
C. − [À propos de choses abstr.]
1. Qualité d'un système, d'une doctrine, d'une règle, d'une méthode qui n'est pas rigide ni systématique mais peut se modifier pour se plier à des circonstances et exigences diverses. Anton. raideur, rigidité.Souplesse d'application d'une réglementation; souplesse d'administration, de gestion d'une entreprise; souplesse d'exploitation, de fonctionnement d'un réseau de communications; souplesse d'un emploi du temps, d'un horaire. Le comité de l'alimentation (...) demande que la loi ait plus de souplesse et qu'elle puisse s'adapter aux nécessités du travail dans les commerces de l'alimentation (Barrès, Cahiers, t. 8, 1910, p. 115).L'organisation prévue par le plan XVI manquait de souplesse (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 171).
2. Dans le domaine intellectuel.Qualité de ce qui se prête, s'adapte à des exigences variées, de ce qui rend compte de réalités, de points de vue divers ou contraires. Disons tout de suite que la traduction de Renan est un prodige de souplesse et d'ingéniosité (Green, Journal, 1939, p. 235):
2. ... le concept d'attitude (...) grâce à la souplesse des définitions qui le caractérisent, crée un terrain d'entente entre les psychologues, les sociologues et les ethnographes: c'est « un concept carrefour »... Hist. sc., 1957, p. 1587.
3. Littér. Qualité de ce qui donne une impression d'harmonie, de gracieuse aisance, de liberté. Synon. aisance, légèreté; anton. lourdeur, raideur.Souplesse d'une écriture, d'une langue; souplesse de la phrase chez un écrivain; souplesse des formes, des lignes; souplesse d'une mélodie, d'une voix. Il préférait les mauvais joueurs, qui, en jetant le volant au hasard, sans aucun rythme (...) l'obligeaient à déployer toute la souplesse de son jeu (Zola, Conquête Plassans, 1874, p. 1052).Tandis qu'Emmanuelle joue un rondo de Mozart, mademoiselle la reprend: « La mesure! Plus de souplesse! (...) » (Mauriac, Asmodée, 1938, i, 1, p. 15).
Prononc. et Orth.: [suplεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1284 « état de ce qui est souple, flexible » (Brunet Latin, Trésor, éd. P. Chabaille, I, V, CLXXVII, p. 226, leçon ms. de base F: arboissiaus [...] qui se clöent et plïent [...] si que por la souplece d'eulx il [li antelu] ne les pueent tranchier); 2. a) xves. « acrobatie, tour de saltimbanque » (Id., ibid., I, II, LXVI, p. 68, var. ms. A 2); 1456-67 faire soupplesses et apertises (Cent Nouvelles nouvelles, XCIX, éd. F. P. Sweetser, p. 555, 41); 1530 tours de souplesse (Palsgr., p. 242); 1605 id. fig. « tromperie, invention » (Régnier, Satires, V, 229, éd. G. Raibaud, p. 57); 1665 souplesses plur. « id. » (La Rochefoucauld, Maximes ds Œuvres, éd. L. Martin-Chauffier, Paris, 1964, p. 485); b) 1508-17 supplesse et abilité de son corps (Fossetier, Cron. Marg., ms. Bruxelles 10512, IX, III ds Gdf. Compl.). B. 1. a) 1580 « faculté intellectuelle d'adopter une attitude, de s'adapter » soupplesse de nostre raison (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 571); 1588 soupplesse d'esprit (Id., ibid., II, 16, p. 624); b) 1588 « variété dans les possibilités artistiques d'un individu » soupplesse de voix et de geste (Id., ibid., I, 27, p. 176); 2. 1636 « docilité, complaisance, soumission aux volontés d'autrui » (Monet, p. 843b). Dér. de souple*; suff. -esse*. Fréq. abs. littér.: 693. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 702, b) 873; xxes.: a) 1 067, b) 1 238. Bbg. Hotier Cirque 1973 [1972] p. 77.

Wiktionnaire

Nom commun

souplesse \su.plɛs\ féminin

  1. Qualité de ce qui est souple, de ce qui se plie aisément.
    • L'humidité donne de la souplesse et de l'élasticité aux fils, et c'est en vue de la facilité du travail que les filateurs maintiennent l'air de leurs salles de préparation et de métier à filer à un degré hygrométrique suffisant. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Il avait saisi l’arbre à pleins bras, […]. À chaque effort, il se haussait d’une demi-coudée. Dans ses reins se mouvaient des souplesses de lézard ; l’écorce pétillait sous ses orteils nus ; […]. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.1, 1910)
    • Le singe est un animal qui a beaucoup de souplesse.
    • Ce cheval a de la souplesse dans les jarrets.
  2. (Sports d’hiver) Flexibilité.
  3. (Gymnastique) Renversement du corps vers l’avant ou vers l’arrière terminant en position verticale après un passage en pont.
    • Les pouces joints, prêts à saisir la poutre, je ferme mon esprit à tout sauf à la trajectoire de la souplesse arrière — (Alpheratz, Requiem, 2015, page 22.)
  4. (Figuré) Qualité d'esprit, de style, de voix, etc., qui est souple
    • Il a beaucoup de souplesse dans l’esprit.
    • Il a une grande souplesse de talent.
    • Son style a de la souplesse.
    • Sa voix n’a aucune souplesse.
  5. (Figuré) Docilité, complaisance, soumission aux volontés d’autrui.
    • Avoir de la souplesse dans les affaires.
    • Il est difficile de réussir dans le monde, si on n’a pas à souplesse, si l’on manque de souplesse.
    • Il a beaucoup, il a trop, il n’a pas assez de souplesse dans le caractère.
  6. (Œnologie) Caractérise un vin bien équilibré dont la teneur en tanin et en acide ne heurte pas le palais. Pour les vins qualifiés de souples, la rondeur l'emporte sur l'astringence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOUPLESSE. n. f.
Qualité de ce qui est souple, de ce qui se plie aisément. La souplesse du jonc, de l'osier. La souplesse d'un ressort de voiture. Il a une souplesse de corps étonnante. Faire des tours de souplesse. Le singe est un animal qui a beaucoup de souplesse. Ce cheval a de la souplesse dans les jarrets. Il se dit figurément, en parlant de l'Esprit, du style, de la voix, etc. Il a beaucoup de souplesse dans l'esprit. Il a une grande souplesse de talent. Son style a de la souplesse. Sa voix n'a aucune souplesse. Il signifie aussi, figurément, Docilité, complaisance, soumission aux volontés d'autrui. Avoir de la souplesse dans les affaires. Il est difficile de réussir dans le monde, si on n'a pas à souplesse, si l'on manque de souplesse. Il a beaucoup, il a trop, il n'a pas assez de souplesse dans le caractère.

Littré (1872-1877)

SOUPLESSE(sou-plè-s') s. f.
  • 1Qualité de ce qui est souple. La souplesse d'un gant. La souplesse de l'osier.
  • 2Aisance à se mouvoir, à se plier. Une fille de Romorantin, dont le corps était d'une souplesse extraordinaire, joua le rôle de possédée dans une grande partie de la France [en 1599], Voltaire, Hist. parl. 39. À la souplesse de ses mouvements, on croyait voir un jeune cèdre dont la tige droite et flexible cède mollement aux zéphyrs, Marmontel, Cont. mor. Berg. Alp. La guerre, la chasse, la course et la lutte entretenaient la souplesse des membres, et rendaient le corps plus robuste [chez les anciens], Larchey, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. II, p. 481.

    Tours de souplesse, tours des saltimbanques qui demandent un corps souple. Des jongleurs qui venaient faire des tours de souplesse pour amuser l'oisiveté des courtisans et des dames dans les intervalles de leurs rendez-vous, Voltaire, Voy. de la Raison.

    Fig. Tours de souplesse, moyens subtils, artificieux pour en arriver à ses fins. [Il] A l'œil toujours au guet pour des tours de souplesse, Régnier, Sat. v. Et lui jouer quelque tour de souplesse, La Fontaine, Femme av.

    En ce sens, on dit quelquefois absolument souplesses au pluriel. Ceux qui ne veulent pas croire toutes les souplesses de M. l'archevêque de Cambrai…, Bossuet, Remarques sur la réponse, art. IV, 1. Ce n'est pas ici le lieu de découvrir les souplesses de l'amour-propre, Malebranche, Rech. vér. II, II, 6. Les violences et les souplesses pour plaire, Massillon, Carême, Dégoûts. À travers les respects leurs trompeuses souplesses [des courtisans] Pénètrent dans nos cœurs et cherchent nos faiblesses, Voltaire, Œdipe, III, 1.

  • 3 Fig. Flexibilité aux volontés d'autrui, adresse à se plier aux circonstances. Lorsque le juge veut s'agrandir, et qu'il change en une souplesse de cour le rigide et inexorable ministère de la justice, Bossuet, le Tellier. Qui sait parler aux rois, c'est peut-être où se termine toute la prudence et toute la souplesse du courtisan, La Bruyère, VIII. Ce Persan, plein de fraude et de ruse… ne se lassait point d'admirer la souplesse d'Alcibiade, la facilité avec laquelle il prenait toute sorte de mœurs…, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 8. Il ignora la souplesse du manége, la bassesse de l'intrigue et tous ces moyens méprisables qui mènent aux dignités par l'avilissement, D'Alembert, Disc. Acad. franç. Œuv. t. I, p. 135. Cette souplesse hardie qui fait plier toutes les vérités pour tous les intérêts, et sacrifie tous les engagements à tous les calculs, Staël, Allem. I, 2.
  • 4 Fig. Il se dit en parlant de l'esprit, du style, de la voix. La souplesse d'un chanteur. Une souplesse de pensée, Pascal, Pass. de l'amour. Il s'imagine sauver tout cela par les souplesses de son esprit, et il croit avoir résolu la difficulté…, Bossuet, 6e avert. 28. Celui qui veut, dans son style, avoir de la souplesse, de l'aménité, du liant et ce je ne sais quoi qu'on appelle du charme, fera très bien ; je crois, de vivre avec des femmes, Marmontel, Mém. VII. Carlin [de la Comédie italienne] passe pour être un très grand Arlequin… on lui trouve… beaucoup de variété dans ses lazzis, une souplesse étonnante dans son jeu, Bachaumont, Mém. secr. 28 fév. 1762.

HISTORIQUE

XVe s. Voyant les peres et les meres prendre grand plaisir à voir leurs enfans jouer et faire souplesses et apertises, Louis XI, Nouv. C.

XVIe s. Une asseurance de visage et soupplesse de voix et de geste à m'appliquer aux roolles que j'entreprenois, Montaigne, I, 198.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOUPLESSE, s. f. (Gram.) qualité qui fait appeller souple. Voyez Souple.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « souplesse »

Souple.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de souple avec le suffixe -esse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « souplesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
souplesse suplɛs

Citations contenant le mot « souplesse »

  • Comment entretenir sa souplesse ? Europe 1, Comment entretenir sa souplesse ?
  • Cette méthode allie donc le travail de l’équilibre, de la souplesse, du renforcement musculaire au poids du corps et avec matériel, en tenant compte de l’élasticité naturelle du corps humain et ainsi trouver une harmonie entre mise sous tension et souplesse musculaire. Elle s’adapte aux capacités et objectifs de chacun d’entre nous, novices, débutant(e) s ou confirmé(e) s , Des cours de remise en forme à la rentrée à Neufchâtel-en-Bray | Le Réveil de Neufchâtel
  • Dureté et rigidité sont compagnons de la mort. Fragilité et souplesse sont compagnons de la vie. De Lao-Tseu
  • En période de mobilité économique, la souplesse est une condition vitale du plein emploi. De Alfred Sauvy / La France ridée
  • Pour réduire l’humanité en esclavage, la publicité a choisi le profil bas, la souplesse, la persuasion. De Frédéric Beigbeder / 99 francs
  • La souplesse et la capacité d'adaptation sont des outils indispensables pour faire face aux situations les plus difficiles. De Anonyme
  • La vertu où je m'émerveille dans les premiers chrétiens, c'est la fermeté ; dans ceux d'aujourd'hui la souplesse. De Maurice Chapelan / Amoralités familières
  • On dit "une belle mort", comme si la mort pouvait avoir droit à l'esthétique, au raffinement et à la souplesse. De Tahar Ben Jelloun / L'Auberge des pauvres
  • Celui qui veut pénétrer au cÏur du problème qui l'occupe doit faire preuve de souplesse, s'adapter, entrer par la petite porte, se laisser façonner par la situation. De Sagesse Yi-King
  • Il nous appartient - quand tout nous fait défaut et que tout s’éloigne - de donner à notre vie la patience d’une oeuvre d’art, la souplesse des roseaux que la main du vent froisse, en hommage à l’hiver. Un peu de silence y suffit. De Christian Bobin / Le Huitième Jour de la semaine
  • Trop souvent en position assise, on a parfois l’impression d’avoir un corps raide et "rouillé". La pratique régulière de certaines activités physiques permet heureusement de contrecarrer ces effets de la sédentarité. Découvrez le top des sports pour travailler votre souplesse. Doctissimo, Les meilleurs sports pour travailler sa souplesse – Doctissimo
  • Pour remédier à cette situation Benjamin Netanyahu affirme qu’une plus grande rationalisation des pouvoirs de l’état est nécessaire. La loi votée aujourd’hui par la Knesset, permet précisément de redonner de la souplesse au gouvernement comme il le souhaitait.   , Nouvelle loi corona: plus de souplesse pour le gouvernement israélien | Telavivre

Images d'illustration du mot « souplesse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « souplesse »

Langue Traduction
Anglais flexibility
Espagnol flexibilidad
Italien flessibilità
Allemand flexibilität
Chinois 灵活性
Arabe المرونة
Portugais flexibilidade
Russe гибкость
Japonais 柔軟性
Basque malgutasuna
Corse flessibilità
Source : Google Translate API

Synonymes de « souplesse »

Source : synonymes de souplesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « souplesse »

Partager