La langue française

Lourdeur

Sommaire

  • Définitions du mot lourdeur
  • Étymologie de « lourdeur »
  • Phonétique de « lourdeur »
  • Citations contenant le mot « lourdeur »
  • Images d'illustration du mot « lourdeur »
  • Traductions du mot « lourdeur »
  • Synonymes de « lourdeur »
  • Antonymes de « lourdeur »

Définitions du mot lourdeur

Trésor de la Langue Française informatisé

LOURDEUR, subst. fém.

I. − [Correspond à lourd I]
A. −
1. Caractère de ce qui a un poids élevé ou supérieur à la moyenne des objets comparables. Synon. poids; anton. légèreté.Permettez que je vous offre ce diamant; regardez son eau, pesez sa lourdeur (Dumas père, Don Juan,1836, iii, 1, p. 71).C'était touchant de voir ce grand garçon, dont les mains se déformaient chaque jour aux lourdeurs du balancier, s'énerver à tenir une plume (A. Daudet,Jack,t. 2, 1876, p. 222):
1. Lourdeur de cette tête au creux de mon bras, quand je le soulevai pour qu'on lui passât sous le corps le drap qui devait l'envelopper. Léautaud, In memor.,1905, p. 216.
P. métaph. Il n'est pas de moralité si délestée qu'elle ne reçoive au moins quelque lourdeur de contraintes amorales (Mounier,Traité caract.,1946, p. 697).
Au fig. Ils sentaient peser sur eux comme la lourdeur de toute la terre (Flaub.,Bouvard,t. 2, 1880, p. 106).
2. Caractère de ce qui est difficile à soulever, à porter ou à manoeuvrer en raison de son poids élevé. Synon. poids; anton. légèreté.La lourdeur d'une charge. L'on attendait impatiemment l'arrivée du corps que la lourdeur du cercueil de plomb et la difficulté des chemins et du terrain rendaient difficile à porter aux élèves (Delécluze,Journal,1824, p. 56).
En partic. Caractère de ce qui présente une grande inertie, de ce qui est difficile à mouvoir. À cause de la lourdeur des terres mouillées on avait dû tripler les attelages (Fromentin,Dominique,1863, p. 278):
2. À tour de rôle, les membres du conseil présentèrent leurs objections: manque d'homogénéité et de cohésion en face des unités allemandes (...), lourdeur des corps d'armée avec leurs seize régiments d'infanterie... Joffre,Mém.,t. 1, 1931, p. 10.
B. − Extension (de quelque chose) qui dépasse de beaucoup la normale. Quant aux écrivains contemporains, il [Brunetière] se trompe avec une effroyable lourdeur (L. Daudet,Entre-deux guerres,1915, p. 208).
II. − [Correspond à lourd II]
A. − [Lourdeur réfère à qqc. qui est lié à un déplacement ou considéré de ce point de vue] Manque d'aisance dans le mouvement. Synon. gaucherie; anton. aisance.La lourdeur de sa démarche (Ac. 1935).
B. − [Lourdeur réfère à qqc. qui n'est pas lié à un déplacement ni considéré de ce point de vue] Absence de grâce, de finesse dans la forme, la disposition, les proportions de quelque chose, caractère massif ou surchargé de quelque chose. Anton. grâce, légèreté.Lourdeur d'un toit, d'un plafond, d'une parure, d'un visage. Il y a de la lourdeur dans la draperie de cette figure (Ac. 1835-1935). Nulle trace [dans la Fuite de Loth de Rubens ] de cette lourdeur flamande qui parfois dépare ses plus beaux types (Gautier,Guide Louvre,1872, p. 132).Ces piliers s'appuient sur d'énormes colonnes rondes. Les chapelles sont fort sculptées, cela ajoute encore à la lourdeur (Michelet,Chemins Europe,1874, p. 200).Il montrait cette lourdeur des garçons. Le cou dans les épaules, les lèvres fortes et boudeuses, avec des sourcils sournois, légèrement froncés (Zola,Page amour,1878, p. 819).Il eût été difficile de composer un intérieur plus calme et plus harmonieux, sans lourdeur dans la richesse (Simenon,Vac. Maigret,1948, p. 48):
3. Ici [au Caire] tout est réduit au carré, les mosquées elles-mêmes n'ont pas de ces lourdeurs sphériques si caractéristiques de Constantinople, vue d'Eyoub. Morand,Route Indes,1936, p. 132.
C. −
1. Manque de finesse, de subtilité, de rapidité intellectuelle ou de sensibilité. Synon. balourdise, pesanteur; anton. subtilité, vivacité.Lourdeur de pensée. Christophe la pria de modérer un peu sa puissance dramatique. Elle s'y appliqua, d'abord, d'assez bonne grâce; mais sa lourdeur naturelle et le besoin de donner de la voix l'emportaient (Rolland,J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 403).Il était sujet, lui aussi, à cette lourdeur d'esprit qui s'appesantissait sur son père, quand il se posait un problème difficile (Proust,Swann,1913, p. 242):
4. C'étaient les anciennes théories qu'il tenait des camarades révolutionnaires de sa jeunesse, tout ce qu'il avait promis de réaliser quand il serait libre, mais mal digéré, appliqué hors de propos, avec la lourdeur du bon élève sans flamme créatrice... Zola, Œuvre,1886, p. 342.
2. En partic. Maladresse, caractère redondant ou imprécis dans l'expression de quelque chose. Synon. gaucherie; anton. brio, distinction, élégance.Je ne sais ce qui étonne le plus chez M. Brunetière, de sa lourdeur travaillée ou de sa verve puissante (Lemaitre,Contemp.,1885, p. 224).Achevé Une page d'amour; non indigne de la série, et remarquable malgré des lourdeurs, lenteurs et épaisseurs de style presque constantes (Gide,Journal,1934, p. 1207):
5. Cet art, qui nous reste assez inaccessible, avec ses intentions trop littéraires et les lourdeurs d'exécution qui le déparent... Béguin, Âme romant.,1939, p. 287.
III. − [Correspond à lourd III]
A. − Sensation de poids affectant un endroit ou une partie du corps. Synon. pesanteur; anton. légèreté.Une lourdeur d'estomac, de tête, de ventre (Ac. 1935). Elle sentait une lourdeur dans la tête, un poids insupportable, des malaises continuels (Rolland,J.-Chr.,Antoinette, 1908, p. 906).À force d'avoir désiré Philippe, il avait attrapé une lourdeur dans l'aine. Il eut soudain hâte de se retrouver seul (Sartre,Mort ds âme,1949, p. 142):
6. Pendant cinq minutes, ce fut une course furieuse, insensée (...). Mais soudain une lourdeur étrange s'empara d'elle: ses jambes fléchirent, il lui sembla qu'un nuage rouge passa devant ses yeux. Ponson du Terr.,Rocambole,t. 1, 1859, p. 727.
B. − [Lourdeur réfère à qqc. qui est à l'origine d'une sensation pénible]
1. [Lourdeur s'emploie à propos de la température ou de phénomènes atmosphériques] Chaleur généralement forte qui suffoque et rend tout mouvement pénible. Il y a dans la lourdeur qui précède un orage comme un évanouissement de l'homme et de la nature (Goncourt,Journal,1877, p. 1192).Ne pensez pas que cette lourdeur de l'air, hier au soir, cette beauté des filles, n'aient pas eu de raison (Giraudoux,Folle,1944, i, p. 38).
2. Au fig. Caractère de ce qui est difficile à supporter ou à exécuter en raison de sa quantité, de sa qualité ou de sa force. Synon. poids.Lourdeur des charges. Elle n'avait plus rien de jeunet dans la tournure et sentait bien toute l'accablante lourdeur de ses soixante-seize ans (Loti,Pêch. Isl.,1886, p. 113).La vie est une lutte perpétuelle... Et il se plaignait de la lourdeur de sa charge, que personne ne soupçonnait (Billy,Introïbo,1939, p. 65).
Prononc. et Orth.: [luʀdoe:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1787 «gaucherie, pesanteur» (Fér. Crit. qui cite De Lille); 2. 1787 «caractère de ce qui est difficile à supporter» (Fér. Crit. qui cite M. Royou); 3. 1787 «manque de finesse» (Fér. Crit. qui cite L'Abe de Fontenai). Dér. de lourd*; suff. -eur1*. Fréq. abs. littér.: 283. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 129, b) 444; xxes.: a) 537, b) 531.

Wiktionnaire

Nom commun

lourdeur \luʁ.dœʁ\ féminin

  1. (Figuré) État de ce qui est lourd.
    • En effet, le cadavre était froid. L'homme essaya de le soulever : la rigidité, la lourdeur des membres le firent renoncer à son projet. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • La chambre, tout en chaos, est pleine d’un mélange d’odeurs : savon, poudre de riz, senteur aiguë de l’eau de Cologne, dans la lourdeur du matin enfermé. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Nietzsche s'est dressé face au siècle. Et l’adversaire qu'il s'est choisi, c'est l’esprit de lourdeur, notre poids naturel, notre faculté naturelle de retombement dans la coutume. — (Denis de Rougemont, Comme toi-même : Essais sur les Mythes de l'Amour, Albin Michel, 1961, note n°1, p.105)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOURDEUR. n. f.
État de ce qui est lourd. Il ne se dit que figurément. La lourdeur de sa démarche. Une lourdeur d'estomac, de tête, de ventre. Lourdeur de style. Il y a de la lourdeur dans la draperie de cette figure.

Littré (1872-1877)

LOURDEUR (lour-deur) s. f.
  • État de ce qui est privé de légèreté et de vivacité. La lourdeur de son pas, de sa démarche. La lourdeur de son ton, de son style. Cet écrivain est d'une lourdeur assommante. L'habitude de voir presque toujours la lourdeur réunie à l'exactitude, de trouver à côté des décisions de la critique l'échafaudage insipide employé pour les former, a fait prendre celle de ne regarder comme exact que ce qui porte l'empreinte de la pédanterie, Condorcet, Vie de Voltaire.

    Il se dit très souvent dans les arts du dessin. La lourdeur de cet édifice, de ces draperies.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lourdeur »

(XVIIIe siècle) De lourd avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lourd.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lourdeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lourdeur lurdœr

Citations contenant le mot « lourdeur »

  • Le mensonge est une forme de talent, alors que le respect de la vérité, va de pair avec la grossièreté et la lourdeur. De Emil Michel Cioran
  • Tout bonheur est un chef-d’oeuvre : la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit. De Marguerite Yourcenar / Mémoires d'Hadrien
  • A défaut de montrer l'efficacité des instances du football français, la crise liée au Covid-19 aura mis en lumière les dysfonctionnement de la gouvernance, et Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP, en est bien consciente. "J'appelle à une réforme de la gouvernance depuis le début de mon mandat. La crise n'a fait que mettre en lumière la lourdeur de notre gouvernance, qui comporte un millefeuille d'instances. Ce système ne nous permet pas d'être aussi agile et efficace qu'on devrait l'être. Ce que je souhaite aujourd'hui, c'est définir avec les clubs, les indépendants, les familles, la Fédération, une gouvernance qui soit à la hauteur de la vision et des enjeux qui sont les nôtres" a-t-elle confié à France TV. Foot National, Nathalie Boy de la Tour : "La crise n'a fait que mettre en lumière la lourdeur de notre gouvernance"
  • Les halls sont toujours aussi vides. Le groupe ADP a annoncé que le trafic aérien commercial a atteint à Paris au mois de juin 6,8 % du niveau établi à la même période l'an dernier, avec 677.899 passagers accueillis le mois dernier. Les passagers sont toujours aussi effrayés par le coronavirus, rebutés par la lourdeur des contrôles sanitaires ou tout simplement bloqués par les restrictions de circulation entre différents pays. Les Echos, Les aéroports parisiens sont toujours déserts | Les Echos
  • "Il faut surveiller la maladie à vie". Si elle peut être considérée comme une pathologie sans gravité et même parfois comme un simple problème esthétique lié à la présence de varices sur les jambes, la maladie veineuse est à prendre au sérieux. Comme le souligne d'entrée Christelle Bougard, médecin vasculaire et phlébologue, mieux vaut être attentif face à l'apparition de tout symptôme, les premiers étant souvent une lourdeur des jambes, des impatiences ou des crampes nocturnes, puisque la maladie veineuse est une maladie dont on ne guérit pas et qui peut, si elle n'est pas prise en charge, évoluer vers des formes graves.  www.pourquoidocteur.fr, Pourquoi la maladie veineuse doit être surveillée "à vie"
  • Certes, un minimum de normes est plus qu’essentiel pour la qualité du service et la sécurité de nos enfants, mais la lourdeur du système pousse à l’exagération et par le fait même à l’exaspération et l’épuisement des éducateurs/éducatrices. Pour tout le travail accompli auprès de nos enfants, il n’en demeure pas moins que leur métier reste très peu reconnu et le salaire n’est pas à la hauteur de toutes les exigences de celui-ci. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Difficile de dénicher une place dans une garderie - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable

Images d'illustration du mot « lourdeur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lourdeur »

Langue Traduction
Anglais heaviness
Espagnol pesadez
Italien pesantezza
Allemand schwere
Chinois 沉重
Arabe ثقل
Portugais peso
Russe инертность
Japonais 重さ
Basque pisua na
Corse pesantezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « lourdeur »

Source : synonymes de lourdeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lourdeur »

Partager