Dénuement : définition de dénuement, dénûment


Dénuement, dénûment : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉNUEMENT, DÉNÛMENT, subst. masc.

A.− État de ce qui est dénué*.
1. État de (ce) qui est dépouillé des biens matériels, des choses nécessaires ou considérées comme nécessaires à la vie. (Quasi)synon. privation extrême, grande misère; (quasi-)anton. abondance, profusion, richesse.
a) [En parlant d'une pers.] Les sites où ils [des misérables hères des villes] vivent et qui sont forcément appropriés à leurs dénûments et à leurs besoins (Huysmans, Art mod.,1883, p. 269).La pauvreté d'abord, puis le dénuement, puis la misère (Arnoux, Roi,1956, p. 66):
1. ... ma mère (...) est dans le plus affreux dénuement, ainsi que moi qui ai encore pour cent cinquante mille francs de dettes et qui travaille nuit et jour pour les payer. Balzac, Corresp.,1841, p. 287.
b) P. ext. [En parlant d'une chose concr., en gén. d'une habitation, d'une pièce] État misérable. Le dénûment absolu des deux chambres de cette mansarde, où il n'existait qu'une méchante table, le lit de sangle et deux chaises (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 60).Elle m'entretient bien avec une certaine insistance de difficultés d'argent qu'elle éprouve, (...) en manière d'excuse et pour expliquer l'assez grand dénuement de sa mise (Breton, Nadja,1928, p. 59).
2. P. métaph. [En parlant des sentiments, du cœur, de l'âme] État de ce qui est dépouillé d'un bien moral, d'une valeur abstraite. Ce qu'il serait simple alors de se réfugier dans un cloître! (...) quel dénuement cela suppose de l'âme vidée de toutes les idées profanes, de toutes les images terrestres (Huysmans, Cathédr.,1898, p. 350).L'élan passionné de cet enfant m'a fait sentir le dénuement de nos cœurs arides (Bourget, Drame,1921, p. 164):
2. ... la dureté de l'homme que je suis, le dénûment affreux de son cœur, ce don qu'il détient d'inspirer la haine et de créer autour de soi le désert, rien de tout cela ne prévaut contre l'espérance. Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 162.
B.− État de ce qui est dénudé*. (Quasi-)synon. dénudation, dénudement.
1. Littér. [En parlant d'un élément de la nature] État de ce qui est dépouillé, de ce qui recouvre, de la végétation (cf. aussi décharné II A 2 p. anal. b, Michelet, Oiseau, 1856, p. xlvi). Immense plaine, très rares arbrisseaux de loin en loin; ce dénuement magnifie encore les trois grands arbres du village (Gide, Retour Tchad,1928, p. 879).Le dénuement des terres craquantes (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 754).
2. Au fig. État de ce qui est dépouillé des éléments superflus, des ornements, de ce qui est (trop) pauvre, sec, sans ampleur.
a) [En parlant d'une chose concr.] Je suis passé dans les salles de jeu − fasciné toujours par ce cérémonial sommaire, − ce dénûment essentiel du décor (Gracq, Beau tén.,1945, p. 99).
b) [En parlant d'une chose abstr., notamment du lang., des choses littér. ou artistiques] Le dénuement volontaire d'un tel écrit (Breton, Nadja,1928, p. 6).Le dénuement simplet, les charmes un peu maigres d'une idée platonicienne (Gracq, Beau tén.,1945p. 28).
Prononc. et Orth. : [denymɑ ̃]. S.v. dénuement ds Ac. 1718-1762 puis Ac. 1932; cf. aussi les dict. mod. tels que Rob., Dub., Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.; s.v. dénûment ds Ac. 1798 et 1835. Les 2 graph. sont admises ds Ac. 1878; cf. aussi DG, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Lar. 20eet Quillet 1965. Ds Littré et Lar. 19eon réserve simplement à dénuement, considéré comme peu usité, une vedette de renvoi à dénûment. Au sujet de ce mot, cf. aussi dénouement. Étymol. et Hist. 1. 1374 « action de mettre à nu » desnuement du chief (J. Goulain, Ration., B.N. 437 [xives.], fo62cds Gdf. Compl.); 2. xves. [ms.] fig. (Duquesne, Hist. de J. d'Avesn., Ars. 5208, fo108 ro, ibid.); av. 1704 « état de celui qui est dénué du nécessaire » (Bourd[aloue], Renonc. ds DG). Dér. du rad. de dénuer*; suff. -ment1*.
STAT. − Dénuement. Fréq. abs. littér. : 330. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 393, b) 388; xxes. : a) 445, b) 591.

Dénuement, dénûment : définition du Wiktionnaire

Nom commun

dénuement \de.ny.mɑ̃\ masculin

  1. État de celui, de celle, qui est dénué de telle ou telle chose.
    • La tuberculose, la sous-alimentation décimaient ces victimes de la guerre et elles nous arrivaient dans un état de délabrement, de dénuement total. — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p.90, France-Empire, 1963)
    • Il rencontre à Saint-Laurent-du-Maroni la plupart des « vieux Blancs », anciens forçats qui vivent tous dans la pauvreté, sinon dans le dénuement le plus complet. Il retrouve un de ses anciens compagnons de misère: […]. — (Vincent Didier, Papillon libéré: la vie d'Henri Charrière, La Fontaine de Siloé, 2006, page 243)

Nom commun

dénûment \de.ny.mɑ̃\ masculin

  1. (Désuet) Variante de dénuement.
    • Au moyen des innombrables boîtes qu’il traîne après lui, l’Anglais se procure en tous lieux le at home et le comfort nécessaires à son existence. Que d’outils il faut pour vivre à ces honnêtes insulaires, que de mal ils se donnent pour être à leur aise, et combien je préfère à ces recherches et à ces complications la sobriété et le dénûment espagnols ! — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Il retombait dans son premier dénûment, diminué de réputation, et ayant augmenté la haine de ses ennemis. — (Théophile-Sébastien Lavallée, « Histoire des Français », 1863)
    • Plusieurs de ces maisons ont été réduites au dénûment par une dilapidation effrénée. — (Denier, Rennes en 1800, 1900, page 28)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dénuement, dénûment : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉNUEMENT. n. m.
État de celui qui est dénué de telle ou telle chose. Il est dans un grand dénuement de toutes choses, ou, simplement, dans un grand dénuement.

Dénuement, dénûment : définition du Littré (1872-1877)

DÉNUEMENT (dé-nu-man) s. m.
  • Voy. DÉNÛMENT. Dénuement est une orthographe qu'on trouve couramment dans le XVIIe siècle et qui n'est plus usitée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dénuement »

Étymologie de dénuement - Wiktionnaire

 Dérivé de dénuer avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dénuement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dénuement denyœmɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dénuement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dénuement »

  • Enfin, il faut aux missions des ressources, des ressources considérables, aujourd’hui surtout qu’elles ont à faire face à des besoins infiniment accrus du fait de la guerre, qui a tout ruiné et détruit, écoles, hôpitaux, hospices et autres dispensaires gratuits. Nous demandons donc à tous de se montrer aussi généreux que le leur permettent leurs ressources. « Si quelqu’un, pourvu des biens de ce monde, ferme son cœur à son frère qu’il voit dans le besoin, comment est-il possible que l’amour de Dieu demeure en lui ? (1Jn 3, 17). Ainsi s’exprime l’apôtre saint Jean, en parlant des infortunés qui sont plongés dans le dénûment matériel. Quand il s’agit des missions, le précepte de la charité revêt un caractère bien plus sacré encore : il ne s’agit plus seulement de diminuer les privations, le dénûment et le cortège des autres souffrances qui accablent d’innombrables populations, mais encore et surtout d’arracher cette foule d’âmes à l’orgueilleuse tyrannie du démon pour leur donner la liberté des enfants de Dieu. La Croix, 100 ans après sa parution, l’actualité de Maximum illud, pour s’ouvrir “à la nouveauté joyeuse de l’Évangile”
  • Formidable ! Très très bonne réflection ! Pour ma part étant du « métier » nous ne sommes nullement surpris de cette pandémie, sans nul doute , elle est l’avant-garde de prochaines plus sévères. Vulgairement dit , ce visiteurs est un retour de la nature , on ne peut impunément malmener le bon sens et penser que nous en sortirons sans peines , nous avons ignoré les deux derniers covidé en nous gargarisant de notre insolence, sans en tirer nulle leçon, la preuve étant notre dénûment devant ce troisième. La nature reprend ces droits , notre omniprésence, nôtre insolite fait qu’elle est dans le besoin de nous réguler! Superbe analyse de madame Markus Pensées brutes sur un monde de chaos, La personnalité multicolore du COVID-19 – Pensées brutes sur un monde de chaos
  • En 1137, 200 moines de l'ordre des cisterciens occupaient les lieux. Ils vivaient « dans le dénuement grâce à la culture, la chasse, l'élevage des pigeons, la bière et surtout la pêche dès la construction de 3 étangs où foisonnent des truites, des saumons de fontaines et des carpes, explique Xavier Caffin, étudiant en Histoire. Ils vivaient aussi de dons, car des pèlerins venaient vénérer des reliques. Les moines blancs priaient 7 fois par jour dans cette abbatiale longue de 88 m, surplombée d'un clocher de 40 m. À l'époque, elle était plus grande que la Cathédrale de Rouen. » leparisien.fr, Dans l’Eure, l’Abbaye de Mortemer a besoin d’aide - Le Parisien
  • Les célébrations hautes en couleurs et en émotions des fêtes nationales au temps de l’opulence, des moyens débordants jusqu’au gaspillage et à la dilapidation, n’avaient pas amélioré le quotidien des citoyens, ni tiré le destin national vers le progrès. A présent que les «caisses sont vides» et la rente évaporée, il y a peu de chances que l’illusion opère et que les cérémonies meublent efficacement le dénuement national. El Watan, D’une révolution à l’autre | El Watan
  • Les plaignants, un Afghan, un Iranien et un Russe, âgés de 27, 46 et 33 ans, ont vécu dans le dénuement le plus complet, sans disposer «d’aucun moyen de subvenir à leurs besoins essentiels, et dans l’angoisse permanente d’être attaqués et volés». Leurs demandes d’asile, ainsi que celles pour percevoir l’Allocation temporaire d’attente (ATA), un revenu de subsistance versé par Pôle Emploi à certains demandeurs d’emploi et étrangers en situation régulière en France, ont été traitées dans un délai très long. Libération.fr, La CEDH condamne la France pour le «traitement dégradant» de demandeurs d'asile - Libération
  • Par ses conséquences socio-économiques, le nouveau coronavirus a fait basculer des centaines de milliers de réfugiés syriens dans le dénuement au Moyen-Orient, a alerté mardi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). ONU Info, La pandémie de Covid-19 aggrave le dénuement des réfugiés syriens (PAM) | ONU Info
  • Si l’homme avait ce qu’il mérite, il vivrait dans un extrême dénuement. De Henri Jeanson / Lady paname
  • Bien souvent les romanciers confondent dénouement et dénuement. De Frédéric Dard

Traductions du mot « dénuement »

Langue Traduction
Corse destituzione
Basque miseria
Japonais 貧困
Russe нищета
Portugais miséria
Arabe العوز
Chinois 贫穷
Allemand elend
Italien miseria
Espagnol indigencia
Anglais destitution
Source : Google Translate API

Synonymes de « dénuement »

Source : synonymes de dénuement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dénuement »



mots du mois

Mots similaires