La langue française

Affreux, affreuse

Sommaire

  • Définitions du mot affreux, affreuse
  • Étymologie de « affreux »
  • Phonétique de « affreux »
  • Évolution historique de l’usage du mot « affreux »
  • Citations contenant le mot « affreux »
  • Images d'illustration du mot « affreux »
  • Traductions du mot « affreux »
  • Synonymes de « affreux »
  • Antonymes de « affreux »

Définitions du mot affreux, affreuse

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFREUX, EUSE, adj. et subst.

Qui inspire ou est propre à inspirer tous les degrés de l'horreur ou de l'angoisse douloureuse.
A.− Adjectif
1. Domaine des sens
a) [Dominance de l'idée de terreur] :
1. Autour du gouffre ils n'aperçurent que des rochers stériles hérissant des côtes ténébreuses, ou suspendus en voûtes au-dessus de l'abîme. Des bruits lamentables, d'effrayantes clameurs, d'affreux rugissements, assourdissoient les navigateurs à mesure qu'ils s'enfonçoient dans ces solitudes d'eau et de nuit. F.-R. de Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 484.
2. La peur (et les hommes les plus hardis peuvent avoir peur), c'est quelque chose d'effroyable, une sensation atroce, comme une décomposition de l'âme, un spasme affreux de la pensée et du cœur, dont le souvenir seul donne des frissons d'angoisse. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Peur, 1882, p. 798.
b) [Dominance de l'idée de douleur]
[En parlant d'un état, d'un événement etc.] Qui suscite ou exprime une extrême douleur :
3. Nous apprenions ainsi à n'avoir aucune de ces répugnances qui rendent plus tard l'homme faible devant la maladie, inutile à ceux qui souffrent, timide devant la mort. Elle ne nous écartait pas des plus affreux spectacles de la misère, de la douleur et même de l'agonie. A. de Lamartine, Les Confidences,1849, pp. 87-88.
4. Je suis rentré assez tristement, sous la pluie. Le peu de vin que j'avais pris me causait d'affreuses douleurs d'estomac. G. Bernanos, Journal d'un Curé de campagne,1936, p. 1055.
c) [Dominance de l'idée de laideur physique (par réf. à l'idée du Beau)]
[En parlant surtout d'un animé] Qui inspire de la répulsion ou du dégoût :
5. Il y a quelques jours, j'ai rencontré trois pauvres idiotes qui m'ont demandé l'aumône. Elles étaient affreuses, dégoûtantes de laideur et de crétinisme, ... G. Flaubert, Correspondance,1845, p. 178.
6. Le bon Dieu fut vertement tancé pour avoir inventé la barbe. L'homme orné de cette chose fut déclaré bouc. La barbe fut décrétée laide, sotte, sale, immonde, infecte, repoussante, ridicule, antinationale, juive, affreuse, abominable, hideuse, et, ce qui était alors le dernier degré de l'injure, − romantique! V. Hugo, Correspondance,1845, p. 623.
Par hyperb. [En parlant surtout d'un inanimé] Qui blesse les sens, en particulier la vue et l'ouïe :
7. Je demeurai assise toute la journée sur la plage à regarder les baigneurs dans l'eau. Ils arrivaient gros ou minces, tous laids dans leurs affreux costumes; ... G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Enragée? 1882, p. 884.
8. Joli, beau, superbe, merveilleux, idéal ou laid, affreux, mesquin, atroce, insupportable, voilà ce qui sort aussitôt de toutes les bouches, dans une exposition de tableaux, une audition musicale ou dramatique... Griveau, Éléments du beau,1892, p. 5.
2. Domaine moral.[Par réf. à l'idée du Bien]
[En parlant d'un acte répréhensible ou d'une pers. qui commet de tels actes] Qui inspire la réprobation :
9. ... le tumulte et la confusion, les cris et l'horreur étoient au comble, et tous ces attentats affreux se commettoient par des hommes plus affreux encore, et au profit d'un seul homme, auquel la société devoit donner la mort, et qui la méritoit mille fois. H. de Balzac, Annette et le criminel,t. 4, 1824, p. 100.
10. Trouvé le personnage, un interminable vieillard à tête de cheval de bois. Ô le pharisien! l'affreux prêtre! il me déclare tout d'abord, du haut d'un glacier, qu'il ne sait absolument pas ce qui m'amène, ... L. Bloy, Journal,1900, p. 270.
11. La duchesse de Boutteville était une personne d'allure et d'esprit pittoresques, mais non dépourvue d'une certaine modération sereine − qu'elle abandonnait lorsqu'il était question de la République et des Républicains. Pour les qualifier, elle disposait d'un vocabulaire restreint, mais précis : « cet affreux régime » − « cet affreux président » − « ces affreux députés » − « ces affreux scandales, oui mes amis, qui prouvent bien notre décadence ». Parfois des images colorées, d'un style curieusement populaire, venaient rehausser le langage de la duchesse : « cette affreuse Marianne, qui a trempé son bonnet dans le sang des meilleurs Français, parfaitement... » M. de Saint-Pierre, Les Aristocrates,Paris, Livre de poche, 1954, pp. 386-387.
Spéc. Affreux à + inf. :
12. Une chose affreuse à dire, affreuse à voir de ses yeux, m'a chassée des demeures de Loxias, une chose qui ne me laisse ni force, ni stature! P. Claudel, Les Euménides,trad. d'Eschyle, 1920, I, p. 950.
3. P. ext.
a) Souvent par hyperb. [Pour exprimer un jugement de valeur] Très mauvais :
13. Le temps était doux, les chemins affreux. Un soleil pâle éclairait d'une lumière argentine les champs sans verdure et les arbres sans feuillage, et la neige des montagnes brillait faiblement derrière une brume légère. R. Toepffer, Nouvelles genevoises,1839, pp. 324-325.
14. « Alors? Comment ça va? » dit-il dans son affreux français. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 311.
b) [L'idée superl. seule subsiste] Extrême, excessif :
15. Je n'ai rien reçu d'Isabelle aujourd'hui, bien qu'elle me l'ait promis dans sa dernière lettre. Je ne suis pas inquiet mais triste. J'ai un besoin affreux de la revoir. Il me semble qu'il y a déjà des siècles que je l'ai quittée. J. Rivière, Alain-Fournier, Correspondance,lettre de J. R. à A.-F., avr. 1909, p. 86.
4. Emplois affectifs de la lang. surtout parlée
a) Constr. impers., emphatique. C'est affreux, il est affreux de, etc. C'est terrible de..., c'est horrible de (cf. A 3 b) :
16. Andréa porte un cilice... tout son corps n'est plus qu'une horrible plaie... Mmede Kergaz jeta un cri. − C'est affreux! dit-elle, affreux... affreux! P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 2, Le Club, des valets de cœur, 1859, p. 20.
17. ... j'étais avec des camarades de club, nous avions tous ramené une femme, et bien que je n'eusse envie que de dormir, les mauvaises langues avaient prétendu, car c'est affreux ce que le monde est méchant, que j'avais couché avec Odette. M. Proust, À la recherche du temps perdu,La Prisonnière, 1922, pp. 299-300.
b) Emploi neutre. L'affreux, c'est que... :
18. Chacun tirait un numéro. Qui en attrapait un bon aurait un sort heureux. Cependant leur croyance voulait que sur les treize, d'obligation, se trouvât un damné. Pour le connaître, − c'était là l'affreux, − le sorcier pratiquait une sorte de cérémonie. H. Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 226.
19. ... c'est le corps qui souffre. Ma peau me fait mal, ma poitrine, mes membres. J'ai la tête creuse et le cœur soulevé. Et le plus affreux, c'est ce goût dans la bouche. Ni sang, ni mort, ni fièvre, mais tout cela à la fois. Il suffit que je remue la langue pour que tout redevienne noir et que les êtres me répugnent. A. Camus, Caligula,1944, I, 2, p. 26.
c) Par création anton. sur il fait beau (temps). Il fait affreux. Il fait un temps affreux :
20. Été voir Jacques Blanche hier. « Qu'il fait beau! », n'ai-je pu me retenir de lui dire en entrant. Mais lui tout aussitôt : « Oh! comment pouvez-vous dire cela? Il fait affreux. Vous appelez « beau temps » le seul que je ne puisse pas supporter. » De pareils mots m'indignent comme un blasphème. Je ne devrais aller voir Blanche que quand il pleut. A. Gide, Journal,1906, p. 206.
B.− Emploi subst.
1. Dans le lang. parlée très fam. [Désigne toujours une pers. présente] :
21. Il questionnait même ceux qu'il n'avait jamais vus : − Eh! toi, l'affreux, ça t'plaît comme ça d'pourrir ici? R. Benjamin, Gaspard,1915, p. 121.
Rem. Une nuance affective s'attache toujours à cet emploi; de même que vilain, affreux peut à la limite fonctionner comme un hypocoristique.
2. [Par ell. d'un subst. ant.] Rare et littér. :
22. Ô spectacle sacré! l'ombre secourant l'ombre, L'âme obscure venant en aide à l'âme sombre, Le stupide, attendri, sur l'affreux se penchant; ... V. Hugo, La Légende des siècles,t. 2, Le Crapaud, 1859, p. 738.
Rem. V. Hugo parle ici du crapaud qu'il oppose à l'âne le stupide, attendri.
Prononc. : [afʀø], fém. [-ø:z]. Enq. : /afʀø1, -ø2z, D/.
Étymol. ET HIST. − 1. a) Av. 1520 « épineux, âpre, sauvage (d'un paysage) » (Seyssel, trad. Appian, 129 [1544] ds Quem. t. 1 1959 : Une campagne seiche, affreuse et sterile); 1539 « id. » (R. Estienne, Dict. françois-lat. : voir ci-dessous); b) 1524-1585 « hirsute (d'une pers.) » (Rons., 630 ds Littré : Sautant du lict elle s'est resveillée : Nuds pieds, sans robe, affreuse [en désordre, d'apr. Littré] eschevelée...); 2. 1539 « qui cause de l'effroi, terrible, horrible » (R. Estienne, op. cit. : Affreux, Sentus, Horridus, Perhorridus. Affreux et espouantable a regarder, Toruus); 3. 1690 « laid (d'une pers.) » (La Bruyère, Les Caractères de Théophraste, etc., III, Des femmes, 6, 5eéd. : ... je leur prononce [aux femmes], de la part de tous les hommes ou de la plus grande partie, que le blanc et le rouge les rend affreuses et dégoûtantes); 4. 1712-1778 « méchant, cruel (d'une pers.) » (Rousseau de Genève ds Fér. Crit. t. 1 1787 : J'ai vu des hommes affreux pleurer de douleur aux aparences d'une année fertile). Dér. de affre*; suff. -eux*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 6 168. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 10 928, b) 7 573; xxes. : a) 10 397, b) 6 594.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Dup. 1961. − Éd. 1967. − Gramm. t. 1 1789. − Guiraud (P.). Mélanges d'étymologies argotiques et populaires. Cah. Lexicol. 1967, t. 10, no1, p. 16. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton Suppl. 1960. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 195. − Matoré (G.). Proust linguiste. In : [Mélanges Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, p. 286. − Pamart (P.), Riverain (J.). Mots dans le vent. Vie Lang. 1969, no212, p. 616. − Sandry-Carr. 1963. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Adjectif

affreux \a.fʁø\

  1. Qui cause ou qui est propre à causer de la frayeur, de l’effroi.
    • Le divorce entre la production et les producteurs va créer une économie abstraite, entièrement inconnue au Moyen Âge, et qui favorisera le développement de la plus affreuse pauvreté. — (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p. 590)
    • Quand il voyait, sur le sable des allées un piquet de chat, il entrait aussitôt dans une colère affreuse. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Le temps se modère un peu; la mer toujours affreuse; le navire se comporte toujours très-bien, la mâture ne bouge pas quoique le navire tangue beaucoup , […]. — (Les feux flottants, dans le Magasin pittoresque, 1868, vol.36, p.118)
    • Que je le plains, pécheur, en ton heure dernière !
      Les maux les plus affreux sont amassés sur toi ;
      Le noir enfer, séjour rempli d’effroi,
      T’attend au bout de la carrière.
      — (Mort du pécheur, dans Félix Dupanloup, Manuel des petits séminaires et des maisons d’éducation chrétienne, 1844, 2e éd., p. 106)
  2. (Par hyperbole) Qualifie une personne d’une grande laideur ou d’une chose très désagréable.
    • Avez-vous été à l’Odéon, monsieur, me dit-il, et avez-vous remarqué que les femmes qui viennent là sont les plus affreuses créatures du monde ? — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Tête coupée)
    • Un affreux nabot.
    • Nous avons suivi des chemins affreux.
    • Il fait un temps affreux.
  3. (Figuré) Qualifie une personne fort dépravée, capable des actions les plus noires, les plus viles. — Note : Se dit souvent au sens moral.
    • Leur sort est affreux.
    • C’est affreux à voir, à dire.
    • C’est une ingratitude affreuse, une affreuse calomnie.
    • Il est affreux de calomnier cet homme.
    • Il était dans une affreuse misère.

Nom commun

affreux \a.fʁø\ masculin (pour une femme on dit : affreuse) singulier et pluriel identiques

  1. Personne effrayante, monstre, petit monstre, vilain.
    • Ô spectacle sacré ! l’ombre secourant l’ombre,
      L’âme obscure venant en aide à l’âme sombre,
      Le stupide, attendri, sur l’affreux se penchant…
      — (Victor Hugo, La Légende des siècles, t. 2, Le Crapaud, 1859, p. 738)
    • Il questionnait même ceux qu’il n’avait jamais vus : − Eh ! toi, l’affreux, ça t’plaît comme ça d’pourrir ici ? — (René Benjamin, Gaspard, 1915, p. 121)

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.

Forme d’adjectif

affreuse \a.fʁøz\

  1. Féminin singulier de affreux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFREUX, EUSE. adj.
Qui cause ou qui est propre à causer de la frayeur, de l'effroi. Un spectacle affreux. Une affreuse nouvelle. Jeter des cris affreux. Il se dit quelquefois avec exagération d'une Personne d'une grande laideur ou d'une Chose très désagréable. Un affreux nabot. Nous avons suivi des chemins affreux. Il fait un temps affreux. C'est un homme affreux, se dit, non seulement d'un Homme extrêmement laid, mais encore au figuré d'un Homme fort dépravé, capable des actions les plus noires, les plus viles. Il se dit souvent au sens moral. Leur sort est affreux. C'est affreux à voir. C'est affreux à dire. C'est une ingratitude affreuse, une affreuse calomnie. Il est affreux de calomnier cet homme. Il était dans une affreuse misère.

Littré (1872-1877)

AFFREUX (a-freû, freû-z') adj.
  • 1Qui excite une sorte de terreur, au sens physique et au sens moral. C'est affreux. La blessure qu'il a reçue est affreuse. Une affreuse tempête. Nous passâmes une nuit affreuse. Vie plus affreuse que la mort. Ses malheurs et les miens viennent d'une passion qui cause les désastres les plus affreux ; c'est l'amour, Fénelon, Tél. X. Les taureaux les plus furieux qui auraient mugi dans leurs combats, n'auraient pas fait un bruit aussi affreux, Fénelon, ib. Cette vie, tout affreuse qu'elle est, m'eût paru douce loin des hommes ingrats et trompeurs, Fénelon, ib. Pour mieux comprendre l'extrême folie et l'affreux déréglement de raison où tomba ce pécheur, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 386. J'ajoute à ces tableaux la peinture effroyable De leur concorde impie, affreuse, inexorable, Corneille, Cinna, I, 3. Que vois-je durant ce temps ? Quel trouble ! Quel affreux spectacle se présente ici à mes yeux ! Bossuet, Anne de G. À son âge et avec un corps nourri si mollement, on n'entre pas dans une carrière si affreuse à la nature corrompue, comme dans un chemin couvert de fleurs, Massillon, Ste Madeleine.
  • 2Extrêmement désagréable, mauvais, détestable, laid. Un temps affreux. La pluie a rendu les chemins affreux. D'affreuses habitudes. Des mœurs affreuses. J'ai recueilli les voix et je leur prononce [aux femmes] de la part de tous les hommes, ou de la plus grande partie, que le blanc et le rouge les rendent affreuses et dégoûtantes, La Bruyère, 3. Pour moi, j'arrivai dans des déserts affreux ; on y voit des sables brûlants au milieu des plaines…, Fénelon, Tél. II. Un dévot aux yeux creux et d'abstinence blême, S'il n'a point le cœur juste, est affreux devant Dieu, Boileau, Sat. II.

    C'est un homme affreux, il est capable des actions les plus noires.

    Je ne l'aurais pas cru, c'est bien mal, c'est affreux.

    Il est affreux d'assister à un tel spectacle. Il est affreux que le sang ait coulé dans cette circonstance. Il m'est affreux, seigneur, de vous déplaire, Voltaire, Zaïre, III, 6.

SYNONYME

AFFREUX, HIDEUX, HORRIBLE. Le sens de ces trois adjectifs est, qui blesse les sens ou l'âme. Mais une distinction y est manifeste : affreux indique ce qui fait peur ; hideux, ce qui soulève le dégoût ; horrible, ce qui fait frissonner.

HISTORIQUE

XVIe s. Sautant du lict elle s'est resveillée : Nuds pieds, sans robe, affreuse [en désordre], eschevelée, Ronsard, 630.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affreux »

(1520) Mot dérivé de affre avec le suffixe -eux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affreux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affreux afrø

Évolution historique de l’usage du mot « affreux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affreux »

  • Notre sale gueule on y peut rien D’ailleurs nous les affreux J’suis sûr que Dieu Nous accorde Un peu de sa miséricorde. De Serge Gainsbourg / Des laids des laids
  • C'est bien affreux d'être une femme, rien d'autre n'est permis que l'attente. De Madeleine Chapsal / Un amour pour trois
  • Cher vieux. Merci de votre carte. En voici une bien pépère. Salez et iodez-vous à fond, c'est affreux ce qui vous attend. De Samuel Beckett / Lettre à Roger Blin (qui se trouve à l'île de Batz), 2 août 1952
  • Pendant qu’Amaia mène son enquête sur des rituels affreux et décès inexpliqués d’enfants, son entourage va être en danger. C’est le troisième volet de la trilogie du Baztan. NextPLZ, Netflix : Découvrez les nouveautés en Juillet 2020 - NextPLZ
  • Il y a des affreux bourgeois, mais aussi des affreux lettrés. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Il n'y a point de désert si affreux que de vivre sans amis. De Baltasar Gracian y Morales
  • Dans une société permissive, ne pas savoir à qui désobéir est le plus affreux des maux. De Philippe Bouvard
  • Le courage consiste à choisir le moindre mal, si affreux qu’il soit encore. De Stendhal / La Chartreuse de Parme
  • La justice sans force, et la force sans justice : malheurs affreux. De Joseph Joubert / Pensées
  • Haïr ! Quel mot affreux ! Un de ces mots qui tuent en vous quelque chose... De Jean-Paul Pinsonneault / Les abîmes de l'aube
  • Ce n'est rien de mourir ; c'est affreux de ne pas vivre. De Victor Hugo / Les Misérables
  • J'ai un tempérament affreux, affreux. Quand j'entends : ‘c'est la règle’ ou ‘l'ordinateur dit’, je deviens folle. Des gens tentent de m'arrêter tous les jours. De Grace Jones
  • En amour, il n'y a pas de plus affreux désastre que la mort de l'imagination. De Georges Meredith
  • C'est affreux de connaître le secret d'un autre et de ne pas pouvoir l'aider. De Anton Tchekhov / Oncle Vania
  • Je trouvais d'autant plus affreux de mourir que je ne voyais pas de raison de vivre. De Simone de Beauvoir / Mémoires d'une jeune fille rangée
  • L'homme peut haïr ; alors il est affreux. L'homme peut aimer ; alors il est splendide. De J.-Léopold Gagner / L'aurore de la victoire
  • Il aura donc dit définitivement adieu aux pistes françaises, sans le cri des supporters, le 21 juin, à Vincennes. Et ses nombreux fans ne l'auront même pas vu en chair et en os pour cette dernière car le prix s'est joué à huis-clos, crise sanitaire oblige. Drôles d'adieux, affreuse révérence même, pour celui dont tant de passionnés ont hurlé le nom sur la ligne d'arrivée, entre 2014 et 2020.  France 3 Normandie, Le crack Bold Eagle à la retraite le 2 août prochain, après une dernière course en Belgique
  • Au début des années 1950 et jusqu’en 1953, les Américains ont livré une guerre sans merci à la Corée. Il s’agit de l’un des plus affreux et terrifiants conflits de la guerre froide : plus de 36 000 GI et deux millions de Coréens y ont péri. Les historiens estiment même que les États-Unis ont largué plus de bombes sur la Corée qu’ils n’en ont jamais largué pendant la Seconde Guerre mondiale. La violence de cette guerre cruelle et complètement insensée a divisé le pays en deux. Ce documentaire poignant évoque également les séquelles laissées par cette guerre devastatrice : 70 ans plus tard, on en voit encore les traces puisque la Corée du Nord entretient toujours une grande haine envers les États-Unis, malgré les efforts du président en exercice pour « réconcilier » les deux pays. Daily Geek Show, Ce documentaire poignant nous dévoile l'affreuse réalité de la guerre de Corée
  • L’histoire est tout autant affreuse que miraculeuse. En effet, un homme aurait enterré son beau-frère vivant dans un cercueil à l’insu de la famille et son corps est resté intact sans décomposition. L-FRII, Cameroun : un homme enterre vivant son beau-frère - L-FRII
  • Elle allait être affreuse, trop loin de certains ou trop près des siens. Elle allait être meilleure, plus loin du boulot et plus près des enfants. Elle allait être terrifiante, sans plus rien d'autre que soi-même pour la remplir. Elle allait être reposante, avec tout ce vide succédant au bouillonnement. Elle allait être angoissante, peuplée de peurs, de morts, de masques. Elle allait être encourageante, investie de changements, d'espoirs, d'attentes. Elle allait être rétrograde, sans ses voitures, ses voyages, ses sorties. Elle allait être innovante, avec ses Zoom, ses visites virtuelles, ses skypéros. ... Site-LeVif-FR, Coronalove| "La vie": "Même insupportable, la vie finit toujours par donner des raisons de s'en éprendre" - Santé - LeVif
  • "Je compatis particulièrement avec ceux qui ont perdu des êtres chers et n'ont pu être à leurs côtés durant ce moment. C'est, pour moi, la chose la plus affreuse", a-t-il ajouté dans un extrait de l'entretien qui sera diffusé en intégralité plus tard jeudi. , Le prince Charles revient sur sa contamination au coronavirus: "C'est, pour moi, la chose la plus affreuse" - La Libre
  • «Peinture contée» nous raconte l’histoire d’un accordéoniste de rue, d’un chien et d’une fillette, plongés dans un monde où le silence est décrété obligatoire, où la musique est interdite et toutes paroles proscrites. Nos trois héros décident de remédier à cette affreuse situation... Sous la forme d’une histoire écrite en vers et en rimes, la représentation aborde les thématiques de l’exclusion, de l’intolérance et de la résistance face à cer taines situations extrêmes. Le choix de la musique comme sujet d’interdiction permet de rendre ces thèmes accessibles aux enfants. , "Peinture contee ou les pinceaux marionnettes" par la Cie Les Enclumes : Lecture, conte a Digoin

Images d'illustration du mot « affreux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « affreux »

Langue Traduction
Anglais dreadful
Espagnol terrible
Italien terribile
Allemand schrecklich
Chinois 可怕
Arabe مروع
Portugais terrível
Russe ужасный
Japonais 恐ろしい
Basque beldurgarri
Corse temutu
Source : Google Translate API

Synonymes de « affreux »

Source : synonymes de affreux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affreux »

Partager