La langue française

Accusation

Sommaire

  • Définitions du mot accusation
  • Étymologie de « accusation »
  • Phonétique de « accusation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « accusation »
  • Citations contenant le mot « accusation »
  • Traductions du mot « accusation »
  • Synonymes de « accusation »
  • Antonymes de « accusation »

Définitions du mot accusation

Trésor de la Langue Française informatisé

ACCUSATION1, subst. fém.

I.− DR. Action en justice par laquelle on accuse l'auteur d'une infraction, d'un délit ou d'un crime avec l'intention de le faire condamner :
1. ... mais je ferai ressortir un avantage de la constitution actuelle sur toutes celles qui l'ont précédée. L'accusation, la poursuite, l'instruction, le jugement, tout peut être public, tandis qu'auparavant il était sinon décrété, du moins admis, que ces procédures solennelles devaient s'instruire secrètement. B. Constant, Principes de politique,1815, p. 75.
2. Remarquez cette expression d'inculpés. Notre code a créé trois distinctions essentielles dans la criminalité : l'inculpation, la prévention, l'accusation. Tant que le mandat d'arrêt n'est pas signé, les auteurs présumés d'un crime ou d'un délit grave sont des inculpés; sous le poids du mandat d'arrêt, ils deviennent des prévenus, ils restent purement et simplement prévenus tant que l'instruction se poursuit. L'instruction terminée, une fois que le Tribunal a jugé que les prévenus devaient être déférés à la Cour, ils passent à l'état d'accusés, lorsque la Cour royale a jugé, sur la requête du procureur-général, qu'il y a charges suffisantes pour les traduire en cour d'assises. H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1848, p. 359.
3. Voilà pourquoi l'accusation d'usage de faux ne tiendra pas plus que l'accusation de faux elle-même. G. Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 311.
Acte d'accusation :
4. L'instruction avait été très bien conduite par un juge d'une habileté consommée. L'acte d'accusation était dressé avec beaucoup d'art. Mais Poudrailles n'avait pas fait d'aveux. Et à l'audience, dans tout le cours des débats, il se renferma dans un système de dénégations dont rien ne put le faire sortir. J'avais préparé mon réquisitoire avec le soin dont j'étais capable et la conscience d'un homme jeune qui ne veut pas paraître trop inégal à ses hautes fonctions. A. France, L'Orme du mail,t. 2, 1897, p. 193.
Chef d'accusation, sujet d'accusation :
5. Coups et blessures, ayant occasionné la mort. Tel était le chef d'accusation qui faisait comparaître en cour d'assises le sieur Léopold Renard, tapissier. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Le Trou, 1886, p. 575.
Décréter d'accusation :
6. Les députés décrétèrent d'accusation, le 1erjanvier 1792, les princes émigrés; le 2, ils fixèrent à ce 1erjanvier le commencement de l'an IVede la liberté. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 373.
7. Tu me décrètes d'accusation − et tu me donnes à mon tour ce titre thermidorien que tout bas je mets si souvent sur les autres : ennemy du genre humain... mon seul étonnement est que tu aies tant tardé au moins à le dire. A. Gide, P. Valéry, Correspondance,lettre de P. V. à A. G., nov. 1894, p. 216.
Chambre des mises en accusation appelée depuis 1959 Chambre d'accusation :
8. Cette hypocrisie était encore un hommage au renom conventionnel de notre magistrature. L'arrêt de la chambre des mises en accusation nous permet de rejeter bien loin ces pudeurs. Allons! Un pas de plus dans l'effronterie juridique. Qu'est-ce donc qui pourrait retenir nos juges désormais? G. Clemenceau, La Réparation,1899, p. 63.
P. ext. Le Ministère public qui soutient l'accusation :
9. − « Dans ces conditions, monsieur, » dit le magistrat, sur le visage de qui s'était comme posé un masque de stupeur, « je ne peux recevoir vos confidences... L'audience va être reprise et vous allez être entendu comme témoin, pourvu que ni l'accusation ni la défense ne s'y opposent. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 235.
10. Il aura éclairé, du moins la religion du magistrat chargé de présider cette audience. À lui de distinguer entre l'acharnement dont l'accusation fait preuve, et l'esprit de conciliation dont la défense est animée. G. Courteline, Un client sérieux,1897, 3, p. 64.
P. anal., RELIG., vx. [À la confession (sacramentelle)] Action par laquelle un pénitent s'accuse, fait l'aveu de ses fautes contre les commandements de Dieu ou de l'Église (cf. Besch. 1845 : ,,Déclaration, aveu de ses péchés fait au prêtre dans le tribunal de la pénitence``).
II.− Cour. Fait d'imputer à quelqu'un une action coupable ou répréhensible, reproche :
11. Jamais il ne voulut dire à sa malheureuse femme la raison de son exil en un lieu si dangereux. Son orgueil ne daigna prononcer ni plainte ni accusation. Il vivait seul avec elle, dans une tour abandonnée, dont je suis allé visiter les ruines sur le bord de la mer; ... Stendhal, De l'Amour,1822, p. 77.
12. Que prévoir donc, qu'attendre, à quels destins sommes-nous réservés? N'y a-t-il nul moyen de remédier aux maux présents, d'échapper aux calamités futures? Toute sagesse seroit-elle vaine, tout effort impuissant? Ne reste-t-il qu'à se voiler la tête? Écartons d'abord les soupçons bas et les accusations familières aux hommes qui ne conçoivent aucune opinion, aucun sentiment désintéressé. Si l'ordre doit revivre, ce ne sera pas de nos jours. F.-R. de Lamennais, De la Religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et civil,2epart., 1826, p. 258.
13. J'ai mené la vie d'un libertin; j'ai dans le cœur des souvenirs qui ne s'en effaceront jamais. Est-ce ma faute si une calomnie, si l'accusation la plus vague, la plus insoutenable, rencontre aujourd'hui dans ce cœur des fibres encore souffrantes, prêtes à accueillir tout ce qui ressemble à de la douleur? A. de Musset, La Confession d'un enfant du siècle,1836, p. 236.
14. Mais vouloir bannir le style exact et technique, qui seul peut exprimer certaines nuances délicates ou profondes de la pensée, c'est tomber dans un purisme aussi peu raisonnable. Kant et Hegel, ou même des esprits aussi dégagés de l'école que Herder, Schiller et Gœthe, n'échapperaient point à ce prix à notre terrible accusation de pédantisme. A. Renan, L'Avenir de la science,1890, p. 116.
15. Après les conversations que je viens d'avoir avec elle, ces trois jours derniers, conversations coupées d'affreux silences et de sanglots, mais graves et sans un mot d'accusation ou de reproche de part ni d'autre − il me semblait que jamais plus je ne pourrais chercher à vivre, ou du moins que d'une vie de repentance et de contrition. A. Gide, Et nunc manet in te,1951, p. 1149.
Mettre en accusation. Synon. recherché de accuser :
16. ... j'avais à peu près décidé − (...) de lui confier les motifs profonds de mon malaise. Les événements se chargèrent de m'éviter cette imprudence, car il n'arriva qu'à 5 heures moins le quart, Jean Baruzi le rejoignit peu après, − et en fait ce fut Gide qui mit en accusation de la façon la plus pénétrante et la plus nuancée ma manière d'écrire, en fonction de la note sur Mauriac... Ch. Du Bos, Journal,avr. 1925, p. 357.
PSYCHOL. [En parlant d'un complexe d'une pers. complexée] Reproche qui s'adresse à soi-même :
17. Je ne connais rien de plus navrant que de voir cet être innocent et exquis s'accabler ainsi d'accusation et de remords, chercher à réparer, se sentir écrasé par « la masse des réparations à faire ». Il s'enferme hagard dans le réseau imaginaire et toujours plus inextricable de ses méfaits, et parcourt dans un véritable égarement une galerie du Palais-Royal en disant : « j'ai fait une faute », sans pouvoir, et pour cause, découvrir laquelle, quoiqu'il interroge sa mémoire qu'il prend pour « celle de Napoléon »! M.-J. Durry, Gérard de Nerval et le mythe,1956, p. 147-148.
Auto-accusation :
18. ... une nature comme celle de Jacques toute en scrupules, en constantes responsabilités vis-à-vis de la totalité de son être, en auto-accusation aussi, apparaîtra toujours construite, abstraite, artificielle à la plupart. C'est cela au contraire qui me rend Jacques si cher : ... Ch. Du Bos, Journal,oct. 1922, p. 197.
19. Suivant notre penchant à valoriser toute notre expérience, le sujet éprouvé par un échec cuisant ou par des échecs répétés fusionne les causes de ses échecs et les projette dans la croyance plus ou moins précise à une force justicière qui, par l'échec, le punit de quelque faute (souvent d'ordre sexuel) dont il est travaillé dans un remords obscur. Ce complexe d'auto-accusation se développe en complexe d'auto-punition qui provoque de nouveaux échecs. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 453.
Hétéro-accusation. Calomnie :
20. Toutes les formes de sadisme, que Dupré groupe sous le nom de « malignité constitutionnelle » : bris d'objets, torture et meurtre d'animaux, incendie volontaire, vandalisme, organisation de catastrophes, sabotage solitaire des objets d'usage public; sous des formes mythomaniaques : lettres anonymes, mystifications, hétéro-accusations calomnieuses; au degré le plus léger : goût de vexations, de l'humiliation d'autrui, de la médisance, esprit d'opposition, d'indiscipline et de révolte, inéducabilité. E. Mounier, Traité du caractère,1946p. 727.

ACCUSATION2, subst. fém.

Rare. Mise en évidence, accentuation, révélation :
1. Le dessin de Watteau, c'est la silhouette, la ligne, le dessin du dehors de la chose, en ce qu'il a de caractéristique, d'animé, de mouvementé, de voluptueux, de spirituel. Le dessin de Prud'Hon au contraire, est une accusation de lumière. C'est un dessin de soleil, modelé avec des rayons. La ligne extérieure y tremble, comme une chose au jour. E. et J. de Goncourt, Journal,avr. 1860, p. 726.
2. C'était la physionomie qui révélait le plus l'émotion intérieure − par l'accusation − des traits... (chez Vergniaud). A. Wicart, Les Puissances vocales,L'Orateur, t. 2, 1936, p. 79.
3. Cette inacceptation peut revêtir des formes agressives, autodestructrices, jusqu'au suicide, ou aux accusations systématiques des mélancolies morbides. Parfois elle se déguise sous le vêtement d'une compensation qui plaque une apparence morale sur la personnalité réelle : ... E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 716.
Prononc. : [akyzasjɔ ̃]. Enq. : /akyzasiõ/.
Étymol. ET HIST. − Av. 1275 « action de signaler qqn comme coupable » (Roman de la Rose, éd. E. Langlois, 5470 : qui... Les genz murtrissent ou afolent Ou ravissent, emblent ou tolent Ou nuisent par detraccion Ou par fausse acusacion... Si couvient que l'en les joustice); mil. xiiies. « id. » (Li hystore de Julius Cesar p. Jehan de Tuim, 104, 5 ds T.-L. : et font rober le menue gent et destruire par lor acussacions). Empr. au lat. accusatio « id. » d'empl. abstr. dep. Cicéron (passim ds TLL, 345, 37-52); même emploi en lat. médiév. : 891, Egilmarus, Epist. ad Stephanum, p. 361, 14 ds Mittellat. W. : ad aures principis Arnulfi accusationem... detulerunt.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 150. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 943, b) 1 166; xxes. : a) 2 707, b) 978.
BBG. − Bar 1960. − Bénac 1956. − Bouillet 1859. − Cap. 1936. − Criqui 1967. − Lacr. 1963. − Lafon 1963. − Lavedan 1964. − Marcel 1938. − Pol. 1868. − Porot 1960. − Réau-Rond. 1951. − St-Edme t. 1 1824.

Wiktionnaire

Nom commun

accusation \a.ky.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Action en justice par laquelle on accuse quelqu’un.
    • Vers 1255, le bailli de Pont-Audemer, nommé Jean de Neuvy, était sous le poids des plus graves accusations, et parmi les nombreux méfaits qui lui étaient reprochés se trouvait l’impunité d'un assassinat commis sur un homme de Bourneville. — (Louis-Etienne Charpillon, Dictionnaire historique, géographique, statistique de toutes les communes de l'Eure, Les Andelys : Delcroix, 1868, page 532)
    • Une accusation de complot contre la vie de Napoléon III fut abandonnée par prudence ; l’idée était dans l’air, on craignait d’évoquer l’événement. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.22)
    • Le lecteur trouvera regroupés dans ce volume les dossiers de chacun de ces Français pour les affaires particulières qui le concerne, considérées du point de vue de l'accusation. — (Bernard Lambert, Dossiers d'accusation: Bousquet, Papon, Touvier, 1991)
  2. Tout reproche, de toute imputation qu’on fait à une personne de quelque faute, de quelque défaut que ce soit.
    • […] ; les ouvriers vaincus sont persuadés que leur insuccès tient à la vilenie de quelques camarades qui n'ont pas fait tout ce qu'on avait le droit d'attendre d'eux; de nombreu­ses accusations de trahison se produisent, […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.358)
    • Juste au moment du 18 brumaire, Burnel se faisait renvoyer de Guyane par les colons, sous l’accusation de négrophilie : en réalité, à un moment où la colonie étant menacée par les Anglais, il envisageait d’armer les Noirs. — (Yves Bénot & ‎Marcel Dorigny, Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises - 1802, Éditions Maisonneuve et Larose, 2003, p. 60)
    • Le journal d'extrême gauche reprend à son compte cette accusation en montrant un remue-ménage des français au niveau du Gabon, bastion hexagonal par excellence. — (Babacar Mbaye Diop, Doudou Dieng, La conscience historique africaine, 2008)
Dérivés[modifier le wikicode]
  • acte d’accusation
  • auto-accusation
  • chef d’accusation
  • contre-accusation

Nom commun

accusation féminin

  1. Accusation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCUSATION. n. f.
Action en justice par laquelle on accuse quelqu'un. Accusation capitale. Il y a plusieurs chefs d'accusation contre lui. Former, intenter, susciter une accusation. Il a été mis en accusation. Lire au prévenu son acte d'accusation. Il se dit aussi généralement de Tout reproche, de toute imputation qu'on fait à une personne de quelque faute, de quelque défaut que ce soit. Vous l'accusez de paresse, de peu d'exactitude, c'est une accusation mal fondée. On l'accuse de beaucoup de désordres, mais ce sont des accusations calomnieuses. Des accusations graves, légères, vagues.

Littré (1872-1877)

ACCUSATION (a-ku-za-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action en justice par laquelle on accuse quelqu'un. Les chefs d'accusation. Accusation d'empoisonnement. Intenter une accusation contre quelqu'un. Dresser une accusation. Par son éloquence, l'avocat ruina l'accusation. Il se lava de l'accusation de péculat. Il défendit aux tribunaux d'admettre les accusations de fourberie. L'accusation qu'il suscita contre cet ecclésiastique, Pascal, Prov. 16.
  • 2Toute espèce de reproche, d'imputation. Ne prêtons pas l'oreille aux accusations. Il fut indisposé contre moi par des accusations mal fondées. Former des accusations contre quelqu'un, Boileau, Sat. XII, avertiss.
  • 3Au sens passif, l'accusation de quelqu'un, l'accusation dont il est l'objet. Encore que ses accusations soient incessamment aux oreilles de V. M. …, Pellisson, II, 161.
  • 4Action de révéler, de confesser. Nous entendons tous les jours des pécheurs qui mêlent à l'accusation de leurs fautes les maximes du siècle et le langage des passions, Massillon, Carême, Confession.

HISTORIQUE

XIIIe s. Verités est que toutes accusations de foy, à savoir mon qui croit bien en le [la] foy et qui non, la conoissance en appartient à sainte Eglise, Beaumanoir, II, 2.

XVIe s. Le peuple ayant mis en justice d'accusation capitale ses capitaines, Montaigne, I, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ACCUSATION, s. f. en Droit, est la délation d’un crime ou délit faite en Justice, ou par une partie privée, ou par la Partie Publique, c’est-à-dire, le Procureur Général ou son Substitut. Voyez Action & Information. Ce mot vient du Latin accusatio, qui signifie la même chose.

Chez les Romains il n’y avoit point d’accusateur public pour les crimes publics : chaque particulier, soit qu’il y fût intéressé ou non, en pouvoit poursuivre la vindicte : mais l’accusation des crimes privés n’étoit recevable qu’en la bouche de ceux qui y avoient intérêt. Personne, par exemple, ne pouvoit accuser une femme d’adultere que son mari ; & cette loi s’observe encore parmi nous, au moins dans ce cas particulier. Voyez Adultere.

Le terme d’accusation n’avoit lieu même qu’à l’égard des crimes publics : la poursuite d’un crime ou délit particulier s’appelloit simplement action. Voyez Action.

Caton le plus honnête homme de son siecle fut accusé quarante-deux fois, & absous autant de fois. Voyez Absolution.

Quand l’accusé accuse son accusateur, cela s’appelle récrimination, laquelle n’est point admise que l’accusé n’ait commencé par se purger. Voyez Récrimination.

Les lois cruelles de l’inquisition exigent de l’accusé qu’il s’accuse lui-même du crime qu’on lui impute. Voyez Inquisition.

C’étoit autrefois la coûtume dans quelques parties de l’Europe, lorsque l’accusation étoit grave, qu’on la décidât par le combat, ou qu’on obligeât l’accusé à se purger par serment ; serment qui néanmoins ne suffisoit pas pour le purger, à moins qu’un certain nombre de ses voisins ou de ses connoissances ne jurassent conjointement avec lui. Voyez Duel, Combat, Serment, Purgation, &c.

C’est sans doute par une suite de cet usage qui a été long-tems en vigueur en Angleterre, qu’on y appelle encore celui qui s’intéressant à la personne d’un mort, se porte accusateur du meurtrier, appellant, & l’accusé appellé. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « accusation »

(1277) Du latin accusatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin accusationem, accusatif de accusatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. accusation ; espagn. acusacion ; ital. accusazione ; de accusatio, de accusare, accuser. Dans l'ancien français, on ne se servait guère que d'accusement dont les exemples abondent. Accusement a été employé jusque dans le XVIe s. : Le riche dessous toy ne craint point que son bien Par faux accusement ne demeure plus sien, Ronsard, 857. Quant à accusation cité plus haut de Beaumanoir, c'est une forme faite directement sur le latin et non un mot d'origine. La forme d'origine eût été acusaison, comme raison, oraison, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « accusation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accusation akyzasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « accusation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accusation »

  • Il ne faut jamais porter d’accusation contre le prochain, mais seulement dire qu’il vous dégoûte. De Louis Scutenaire
  • L'équité naturelle demande que le degré de preuve soit proportionné à la grandeur de l'accusation. De Montesquieu / Défense de l'esprit des lois
  • Quand donc allons-nous nous ressaisir, en passant d’une logique d’accusation de l’autre à une logique de responsabilité ? De Abdennour Bidar / Le Figaro Magazine, 23 janvier 2015
  • Président du Kosovo depuis 2016, Hashim Thaçi fait l'objet de dix chefs d'accusation. Les Etats-Unis ont eux estimé qu'il s'agissait d'un "pas vers la justice et la réconciliation". euronews, La mise en accusation du président kosovare dénoncée à Pristina | Euronews
  • Juridique : Le ministère américain de la Justice élargit ses accusations contre Julian Assange, accusé d'avoir tenté de recruter des hackers – dont l'un était un informateur du FBI – pour commettre des actes de piratage en son nom. ZDNet France, WikiLeaks : Assange accusé d'avoir conspiré avec Anonymous et LulzSec - ZDNet
  • L'avocat général devant la cour d'assises du Hainaut a requis la culpabilité d'Ahmed Smaili pour le meurtre de Jean-François Willems, survenu le 25 juin 2018 sur la place Léopold à Mons. Alors que la défense plaidera les coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner, l'accusation estime, comme les parties civiles, que l'intention d'homicide est établie. , Meurtre de Jean-François Willems : Pour l'accusation, l'intention de tuer est établie - DH Les Sports+
  • La cour d’appel de Paris a ordonné, mardi 11 juin, la reprise des investigations visant le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, concernant une accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance qu’il aurait commis en 2009. Le Monde.fr, Gérald Darmanin visé par des accusations de viol : les investigations reprennent
  • Justin Bieber s'est exprimé dimanche sur Twitter pour réfuter une accusation de viol portée par une femme prénommée FDanielle. , Justin Bieber conteste une accusation de viol
  • Interrogée sur une éventuelle suspension du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, après la reprise des investigations concernant une accusation de viol en 2009, la garde des Sceaux avait déclaré : « La procédure suivra son cours », ajoutant : « Au demeurant, Gérald Darmanin est un excellent ministre du Budget. » leparisien.fr, Accusation de viol : manifestation féministe contre le «soutien» de Belloubet à Darmanin - Le Parisien

Traductions du mot « accusation »

Langue Traduction
Anglais prosecution
Espagnol acusación
Italien accusa
Allemand anklage
Portugais acusação
Source : Google Translate API

Synonymes de « accusation »

Source : synonymes de accusation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « accusation »

Partager