Abondance : définition de abondance


Abondance : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ABONDANCE, subst. fém.

Ce qui est disponible en très grande quantité (ressources, richesses, choses nécessaires ou utiles à la vie, etc.).
I.− Emploi absolu. [Avec réf. à la notion de production naturelle ou intellectuelle]
A.− [Réf. à la production naturelle] :
1. Le pillage et le désordre, suite ordinaire de la rapidité des mouvements, cessèrent; on rétablit la discipline, et chaque jour l'armée changea de face, au milieu de l'abondance et des ressources qu'offrait ce beau pays. E.-D. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 354.
2. On voit des peuples, comme les genevois, dont le territoire ne produit pas la vingtième partie de ce qui est nécessaire à leur subsistance, vivre néanmoins dans l'abondance. L'aisance habite dans les gorges infertiles du Jura, près de Neufchâtel, parce qu'on y exerce plusieurs arts mécaniques. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 77.
3. On ne peut, je crois, compter sur des réserves suffisantes, faites dans les années d'abondance pour les années de disette, que lorsqu'elles sont faites et conduites par des compagnies de négocians, jouissant d'une grande consistance et disposant de tous les moyens ordinaires du commerce, qui veuillent se charger de l'achat, de la conservation et du renouvellement des blés, suivant des règles convenues et moyennant des avantages qui balancent pour eux les inconvéniens de l'opération. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832p. 209.
4. Alors il (le pain) est devenu l'aliment unique, également comestible pour tous : l'enfant, l'homme en son plein, le vieillard; celui qui accompagne tous les autres, accuse leur saveur, les empêche de lasser, dont on ne saurait se priver, qui prime dans la nourriture de l'homme, au point qu'il symbolise l'abondance et le dénuement public et privé : on dit cette maison n'a pas son pain, cette nation a son pain; il est devenu l'aliment sacré. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928, p. 250.
5. La grandeur demande à la fois l'abondance et la pauvreté; rien de grand ne se fait sans une certaine abondance, rien de grand ne se fait que par une certaine pauvreté. Peut-on rien comprendre à la vie humaine, si l'on ne commence pas par comprendre que toujours c'est la pauvreté qui surabonde en grandeur? J. Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 205.
6. La bible nous apprend en effet que pendant que Joseph dirigeait l'économie du pharaon au travers de l'abondance et de la pénurie, il mit au monde deux fils dont l'un s'appelait oubli et le second accroissement. P. Claudel, Le Poète regarde la croix,1938, p. 78.
7. Il savait d'expérience qu'il ne peut y avoir pour l'homme de dignité, passé certain degré de misère. Était-ce au luxe, à l'abondance, à la richesse, comme l'avait dit Voltaire, à créer pour tous les hommes le nouveau climat de l'honneur? J. Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », préf., 1948, p. 148.
En abondance :
8. Une tentation horrible s'empare du cœur d'Eudore, Cymodocée aux lieux infâmes! Cymodocée dans les bras d'Hiéroclès! La poitrine du martyre se soulève; l'appareil de ses plaies se brise, et son sang coule en abondance. Le peuple, saisi de pitié, tombe lui-même à genoux, et répète avec les soldats : « sacrifiez! Sacrifiez! » F.-R. de Chateaubriand, Les Martyrs,t. 3, 1810, p. 188.
9. ... la route du Cannet circulait à travers les bois d'oliviers; où finissait la ville, la campagne aussitôt commençait; à l'ombre des oliviers, narcisses, anémones, tulipes, croissaient en abondance; à profusion dès que l'on s'éloignait. A. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 436.
10. Pourtant, si grande était la satisfaction des français de retrouver en liberté les idées et les informations que les journaux et les revues se vendaient en abondance. On assistait à une extraordinaire floraison de publications. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,Le Salut, 1959, p. 113.
Rem. Ces ex. ne semblent pas infirmer les rem. de Laf. 1858, p. 91, à propos des différences d'emploi entre abondamment (cf. ce mot) et en abondance, rem. que citent Rob., Littré.
Autres syntagmes usuels : corne d'abondance, symbole de la richesse (A. Chénier, Bucoliques, La Liberté, 1794, p. 188; cf. aussi V. Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 457); pays d'abondance (J. de Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie et dans l'état de New-York, t. 1, 1801, p. 52); grenier d'abondance (J. et J. Tharaud, La Fête arabe, 1912, p. 178; Ch. Péguy, Ève, 1913, p. 882); nager dans l'abondance, vivre dans l'abondance (L. Bloy, Journal, 1894, p. 148; V. Larbaud, A. O. Barnabooth, 1913, p. 11).
Proverbe. Abondance de biens ne nuit pas :
11. Les explications proposées furent nombreuses; mais en pareille matière on ne peut pas dire qu'abondance de biens ne nuit pas; tant que l'une d'elles n'aura pas triomphé des autres, nous ne pourrons pas être sûrs qu'aucune d'entre elles soit bonne. H. Poincaré, La Valeur de la science,1905, p. 198.
B.− [Réf. à la production intellectuelle] :
12. Qui ne sait pas se taire n'obtient point d'ascendant. S'il faut agir, prodigue-toi; s'il faut parler, ménage-toi; en agissant, crains la paresse, et en parlant, crains l'abondance, l'ardeur, la volubilité. J. Joubert, Pensées, essais, maximes et correspondance, t. 1, 1824, p. 249.
13. La prodigalité des paroles et des pensées décèle un esprit fou. Ce n'est pas l'abondance, mais l'excellence qui est richesse. L'économie en littérature annonce le grand écrivain. Sans bon ordre et sans sobriété, point de sagesse, sans sagesse, point de grandeur. J. Joubert, Pensées, essais, maximes et correspondance, t. 2, 1824, p. 146.
14. Fabrice. − Pourquoi l'avons-nous aimé : une discipline et une sensibilité. Nous avons eu besoin de cela. L'abondance devenait de la faconde. Je veux bien monter dans la barque, mais pour avoir de là une vue générale de l'univers et cette vue même qui est celle de ma génération. M. Barrès, Mes cahiers,t. 2, 26 févr.-1ersept. 1898, p. 28.
Parler d'abondance ou simplement d'abondance. Parler de mémoire, en improvisant :
15. De là la conversation a conduit à faire savoir que je venais de donner à mon fils sa première leçon de mathématiques : c'est une partie que l'empereur aime beaucoup, dans laquelle il est très fort. Il s'est étonné que je montrasse à mon fils d'abondance, sans livre et sans cahier; il ne me savait pas de cette force, disait-il, et m'a menacé alors de le voir parfois, à l'improviste, examiner le maître et l'écolier. E.-D. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 308.
16. On m'a forcé à relire ce matin, à l'ouverture de la séance, le discours que j'avais déjà lu hier : même enthousiasme, mêmes cris... au reste, j'ai parlé deux ou trois fois d'abondance avec assez de clarté et de succès... Enfin, j'espère par cet apprentissage que je mènerai un peu messieurs les pairs... F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 699.
Rem. D'abondance peut s'employer, p. anal., pour tout autre moyen d'expr. :
17. Les grands peintres de Venise furent heureux, qui peignaient d'abondance, sans disputer avec eux-mêmes. Mais quelle angoisse, celle de l'artiste divisé en deux hommes, dont l'un crée, tandis que l'autre, pour la juger, se penche sur l'œuvre en train de naître! M. Barrès, Huit jours chez Monsieur Renan,1888, p. 109.
Parler d'abondance de cœur. Avec une entière confiance; var., avec abondance :
18. Faisons du moins un écho fidèle, en redisant sans réserve et avec abondance de cœur ces paroles que rien ne désavouera : ... Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 380.
19. Il n'y aurait que demi-mal, si j'avais mis un peu d'ordre dans mes idées, mais je crains d'avoir brouillé certaines choses. Ce n'est pas tout que de parler d'abondance de cœur. A. France, La Vie littéraire,1888-1892, p. 376.
II.− [Suivi d'un compl. introd. par de] Très grande quantité :
20. On arrive à la politesse, dans les arts, par l'abondance des détails et le soin qu'on leur donne. Stendhal, Rome, Naples et Florence,t. 1, 1817, p. 67.
21. Ce n'est que chez les grecs gâtés par la vie romaine, que vous trouverez cette abondance de discours opposée à la pureté. Jamais une expression oratoire ne se présente dans leurs meilleurs historiens; et l'éloquence, dans leurs grands orateurs, est plus voisine de l'histoire que, dans leurs bons conteurs, l'histoire n'est voisine de l'éloquence. J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 405.
22. ... quelle que soit l'abondance ou la rareté du numéraire, comme on a besoin d'une certaine somme pour consommer tous les échanges, le numéraire augmente en valeur à mesure qu'il décline en quantité, et décline en valeur à mesure qu'il augmente en quantité. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 162.
23. D'ailleurs, le voisinage de l'Atlantique et le vent d'ouest qui y règne en maître rendaient le climat de cette contrée particulièrement humide. On le voyait bien à sa fertilité, à la grasse abondance de ses pâturages et à leur sombre verdeur. J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 1, 1868, p. 205.
24. On n'avait pas rencontré, depuis des années, une pareille puissance d'idées générales mariée à une telle ampleur d'érudition, ni une si riche abondance de points de vue unie à un si audacieux nihilisme. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 19.
25. ... il la fatiguait, par tout ce qu'elle aimait en lui, par ce trop-plein d'intelligence, par cette abondance de vie accumulée pendant des années et qui débordait : sa quiétude en était troublée. Et il la fatiguait aussi, peut-être, parce qu'elle sentait toujours la menace de cet amour, beau et touchant, mais obsédant, contre lequel il fallait rester en éveil; ... R. Rolland, Jean-Christophe,La Nouvelle journée, 1912, p. 1465.
26. Mais, avant ces périodes, tant de fois troublées et qui ont entassé tant de ruines, c'est dans la fécondité naturelle, l'abondance exubérante de ce qui est nécessaire à la vie que réside le secret de l'attrait qui a rassemblé ici les hommes. P. Vidal de La Blache, Principes de géographie humaine,1921, p. 89.
Arg. scol., vieilli. Dans la terminol. des collégiens [internes].Vin fortement coupé d'eau. (Lar. 20e) :
27. Je dois citer encor les murs du réfectoire ..... L'abondance emplissant la classique timbale. A. Pommier, Océanides et fantaisies,1839, p. 243.
III.− Sens techn.
BOTANIQUE :
28. L'abondance, la dominance, la quantité, la sociabilité sont des qualités de l'espèce dans une population végétale; ce sont des caractères analytiques. Encyclopédie de la Pléiade, Botanique, 1960, p. 1355.
29. Dans la pratique, l'abondance et la dominance se combinent dans une notion complexe : d'un coup d'œil en effet on reconnaît dans un groupement, non le nombre des individus de chaque espèce, ni la place prise par chacun d'eux, mais l'espace occupé par tous les individus de l'espèce; on lui donne le nom de quantité. Encyclopédie de la Pléiade, Botanique, 1960, p. 1355.
ÉCON. POL. L',,abondancisme ou socialisme de l'abondance`` (Suavet 1963) : ,, théorie optimiste de Jacques Duboin, née en réaction contre le malthusianisme économique de l'âge capitaliste. (Il préconise l'instauration d'une économie distributive sur la base des besoins [on produit trop; on ne vend pas assez], la création d'une monnaie « entièrement nouvelle », l'institution d'un service obligatoire du travail et d'un revenu « social » [somme dont chaque habitant serait crédité chaque année, selon son âge])``. (Suavet 1963).
MÉD. ,,Pathol. méd., abondance est synon. de pléthore, et signifie le trop-plein du sang, de la bile, des humeurs, etc.`` (Besch. 1845).
Stylistique − Les rem. faites à propos de abonder valent pour le subst. abondance. Cependant lorsque l'abondance s'applique à une production naturelle, les expr. telles que nager dans l'abondance, pays d'-, corne d'- sont fam. et si cour. qu'elles ne parlent plus à l'imagination. Mais dès que abondance s'applique à une production intellectuelle les expr. appartiennent à une lang. recherchée ainsi parler d'abondance. L'exp. parler d'abondance de cœur pourrait être d'orig. biblique. On la rencontre, en effet, dans les Évangiles, où elle signifie que les paroles de l'homme sont l'expr. des sent. dont son cœur déborde. Cf. : Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, étant méchants vous-mêmes! car la bouche parle de l'abondance du cœur. Math., XII, 34, trad. Le Maistre de Sacy (Vulgate : Ex abundantia enim cordis os loquitur), cf. aussi Luc, VI, 45.
Prononc. : [abɔ ̃dɑ ̃:s].
Étymol. − Corresp. rom. : a. prov. abondantia; n. prov. aboundànci; ital. abbondanza; esp., port. abundancia; cat. abundança; roum. abundentà. I.− 1119 empl. comme synon. de embolisme « intercalation d'un mois complémentaire de 30 jours utilisée chez les Grecs pour faire concorder les années lunaire et solaire » [jours en excédent] terme chronol. (Ph. de Thaun, Comput, éd. Mall, 2386 : Embolisme est creissance, Sulunc nus abundance). II.− 1. Début xiie« quantité plus que suffisante de biens » emploi abs., ds trad. (Ps. Oxford éd. F. Michel, XXIX, 7 : Je acertes dis en la meie abundance); 1165 « id. » même emploi (Ch. de Troyes, Guill. d'Angl., éd. Wilmotte, 902 : En tel torment est coveiteus K'en abondance est souffraiteus Tout ausi comme Tantalus); 2. début xiie« quantité plus que suffisante (d'un bien non matériel) » ds trad. (Ps. Oxford, LXXI, 7 : Naistra es suens jurz justise, e abundance de pais); fin xiie-début xiiie« id. » (d'un obj. matériel) » (Brut, ms. Munich 4050 ds Gdf. Compl. : L'abundance de l'herbage); en abondance « en quantité plus que suffisante (d'un obj. matériel) » ds trad. (Ps. Oxford, LXXVII, 29 : viandes enveia a els en abundance); 1307 d'abondance « avec aisance, sans peine » (G. Guiart, Br. des royaux lignages, éd. Buchon, I, 729 : Et saisi Gisorz d'abondance). III.− Fin xives. « qualité de celui qui prodigue des dons; générosité » (Froissart, Chron., X, 344 ds Gdf. Compl. : auquel mariage le jones rois de France vint e fut de grant abondance). Empr. au lat. abundantia, au sens II 1, emploi abs. dep. Cicéron (TLL s.v., 228, 21 sq.); cf. Vulg., Ps., 2917, ibid., 68 : ego dixi in abundantia mea; emplois analogues en lat. médiév. ds Mittellat. W. s.v., 66, 50-56; au sens II 2 dep. Cicéron : soit d'un bien matériel (De leg. arg., 1, 18, ibid., 227, 37; fréq. à propos des fruits de la terre), soit d'un bien immatériel (Lucullus sive Acad. prior., 1,18, ibid., 228, 10), cf. Vulg., Ps., LXXI, 7 : orietur in diebus ejus justitia et abundantia pacis; in abundantia : Vulg., Ps. LXXVII, 25 : cibaria misit eis in abundantia. I, emploi sans ex. en lat., utilisé pour trad. embolisme (cf. ce mot) : cf. Ph. Thaun, ibid., 2415 : Une lunaisun tient plus cil ans, quant l'avum, Dunt embolisme a num; Kar c'est abundement Sulunc la griue gent; cf. aussi Li Compos, Bibl. nat. 2021, fol. 147a ds Gdf. Compl. : cis sorescroissement vient, qui a nom embolismes; au sens III « générosité, prodigalité » dep. Tacite, Ann., 4, 62 ds TLL, (ibid., 229, 3). − Berger, s.v. HIST. − Présente la même évolution que abonder (cf. ce mot, hist., introd.). I.− Sens disparus av. 1789. − A.− « embolisme », attesté uniquement au xiies. (cf. étymol. I). B.− « générosité », 1 attest. isolée à la fin du xives. (cf. étymol. III). C.− Abondance du propre sens, expr. qui apparaît comme une création d'auteur au début du xviiies., sans doute p. anal. avec abonder dans son propre sens (cf. abonder, hist. II C 1), mais qui ne semble pas avoir été empl. ailleurs (cf. Trév. 1752, 1771) : Si l'abondance du propre sens, ou l'ennui de la dépendance l'avoit porté à quelques sentiments contre l'obéissance et son aveugle simplicité, vous allez tout régler et tout réformer. Bourdaloue, Exhort., t. I, p. 249 (Trév. 1752). II.− Hist. des sens et accept. attestés apr. 1789. − A.− Sém. I, attesté dep. le début du xiies. (cf. étymol. II 1), perman. B.− Sém. II, attesté dep. le début du xiies. (cf. étymol. II 2), perman. C.− Au fig., « richesse de style, d'élocution », 1reattest. lexicogr. ds Besch. 1845, résulte en fait d'une application partic. du terme au domaine de la langue dep. le xviies. : L'abondance n'est pas toujours la marque de la perfection des langues. Bouhours (Fur. 1701). Parler avec abondance, pour, Etre fertile en pensées, en expressions, en tournures. Ac. 1798. Cette dernière expr. est toujours usitée (cf. Dub.). D.− Loc. diverses : 1. corne d'abondance, mentionnée dep. Fur. 1690, elle désigne d'abord la corne de la chèvre Amalthée, et, peut-être par suite de son utilisation fréq. comme élément décoratif en peint. et en sculpt., elle perd rapidement (début du xviiies.) cette signif. propr. myth. pour prendre le sens plus gén. et actuel d'une corne remplie de fleurs et de fruits, qui est le symbole de l'abondance (cf. sém. I); 2. grenier d'abondance « magasin servant à tenir en réserve des grains pour les temps de disette », imaginé par Napoléon Ieret signalé dep. Besch. 1845; ne continue plus à être empl. de nos jours qu'avec une valeur hist. ou comme formule stéréotypée (cf. sém. B); 3. de l'abondance du cœur la bouche parle, signifiant par là qu'« on s'empêche difficilement de parler des choses dont le cœur est plein » (Ac. 1718), s'est dit proverbialement dep. Fur. 1690 jusqu'au mil. du xixes., date à partir de laquelle l'expr. se maintient, légèrement modifiée toutefois dans sa formulation et sa signification, parler d'abondance de cœur « parler avec épanchement, avec effusion » (cf. aussi, en ce qui concerne son orig., styl.); 4. en abondance, pour abondamment, citée dep. Nicot 1606. Sur leur synon., cf. Laf. 1858, p. 91; 5. d'abondance : a) « à cœur joie, de prime-saut », attestée pour la 1refois au xives. (cf. étymol. II 2 in fine) ne réapparaît ensuite que dans l'expr. parler d'abondance « parler sur le champ et sans précautions », dont la 1remention lexicogr. est Ac. 1798, seul à la considérer comme fam. : Il n'y a que les sujets pathétiques sur lesquels il soit possible de parler d'abondance. Marmontel (Besch. 1845). Désormais la loc. y trouvera son seul emploi jusqu'à nos jours. b) « en outre, de plus », attesté dès le xives. : Atant finablement ilh ont rendut Damiete et ilh furent delivreit de cel aighe, et furent les prisoniers lassies fours d'abondarche. J. D'Outremeuse, Myreur des hist., V, 105 (Gdf. Compl.). Parallèle à la loc. d'abondant qui, davantage usitée (cf. hist), la supplante aussitôt, elle disparaît pour reparaître seulement dans un ex. du xviiies. donné par DG qui, au reste, la qualifie de vieillie : Remarquons, d'abondance, que la comtesse se plaît avec mon maître. Marivaux, Legs, sc. 3 (DG). E.− Accept. partic., arg. scolaire « vin étendu de beaucoup d'eau, servant de boisson dans les collèges », 1reattest. lexicogr. ds Trév. 1752, tend à perdre de sa vitalité peut-être en raison d'une sensible amélioration des conditions de vie dans les internats dep. le début du xxes.; cf. Lar. encyclop., Lar. 3 qui parlent d'une boisson servie autrefois. F.− Emplois techn. (sém.). 1. Bot., récent. 2. Méd., attesté au mil. du xixes., il disparaît des dict. spécialisés contemp. 3. Econ. pol., apparu au mil. du xixes. et surtout usité au xxes., en raison du développement des études écon.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 383. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 2 755, b) 1 357; xxes. : a) 1 668, b) 1 799.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Baudhuin 1968. − Charles 1960. − Dem. 1802. − Gramm. 1789. − Lavedan 1964. − Mont. 1967. − Musset-Lloret 1964. − Nucl. 1964. − Plais.-Caill. 1958. − Romeuf t. 1 1956. − Suavet 1963.

Abondance : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

abondance \a.bɔ̃.dɑ̃s\ féminin

  1. Grande quantité, quantité dépassant les besoins, pléthore, profusion.
    • […] et l’on y voit de grands troupeaux de mérinos, remarquables par leur bonne conformation et l’abondance et la finesse de leurs toisons […] — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 103)
    • Grâce à la nature du sol (tirs et hamri) et à l’abondance des précipitations, une grande partie de la zone côtière se prête admirablement à l’exploitation agricole. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 219)
    • Cette association diffère essentiellement de l’association à Fragilaria crotonensis et Asterionella gracillima par l’abondance des Desmidiées et la paucité des diatomées. — (Pierre Allorge, Les Associations végétales du Vexin français, thèse de doctorat, 24 novembre 1922, p. 77)
    • Les landes siliceuses connaissent souvent une grande abondance de Fougères : au Pays basque la Fougère-aigle constitue d’importants pâturages qui rougeoient à l’automne. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 14)
    • Jésus n'était pas un casseux de party. Il a fait son premier miracle aux noces de Cana, non pas pour convertir les hôtes, mais pour faire éclater la joie avec l’abondance du vin. — (Yvon Poitras, Vivre! un beau défi, Montréal (Canada) : chez Médiaspaul, 2002, page 49)
  2. (Absolument) Conditions de vie où les ressources disponibles dépassent les besoins.
    • Ce fleuve répand l’abondance dans les contrées qu’il parcourt.
    • Pays, société d’abondance.
    • Année d’abondance.
    • Il vit dans l’abondance.
    • L’abondance a remplacé la disette.
  3. Facilité d’expression et d’élocution.
    • Parler avec abondance : Parler avec facilité, sans sécheresse, sans chercher ses paroles.
    • Corne d’abondance, corne remplie de fruits et de fleurs, symbole de l’abondance.
    • Grenier d’abondance : Magasin servant à tenir en réserve des grains pour les temps de disette.
  4. Mélange d’un peu de vin et de beaucoup d’eau.
  5. (Cartes à jouer) (Whist à la couleur) Contrat qui consiste à remporter de 9 à 12 plis tout seul.

Nom commun 2

abondance \a.bɔ̃.dɑ̃s\ masculin et féminin identiques

  1. (Zoologie) Race laitière de taurin, originaire de France (Savoie), à robe rouge-pie.
  2. (Fromage) Fromage au lait de vache à pâte pressée cuite produit principalement avec du lait de l’animal du même nom.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abondance : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABONDANCE. n. f.
Grande quantité. Abondance de biens. Ses larmes coulaient en abondance, en grande abondance, avec abondance. Avoir abondance de toutes choses. Une grande abondance de pensées, de paroles, de citations. Il s'emploie absolument en parlant des Biens de la terre et des choses nécessaires à la vie. Ce fleuve répand l'abondance dans les contrées qu'il parcourt. Pays d'abondance. Année d'abondance. Il vit dans l'abondance. L'abondance a remplacé la disette. Parler d'abondance, Parler sans réciter de mémoire; et, Parler avec abondance, Parler avec facilité, sans sécheresse, sans chercher ses paroles. Parler, écrire d'abondance de cœur, Parler, écrire avec épanchement, avec une pleine confiance. Corne d'abondance, Corne remplie de fruits et de fleurs, symbole de l'abondance. Grenier d'abondance, Magasin servant à tenir en réserve des grains pour les temps de disette. Il se dit encore d'un Mélange d'un peu de vin et de beaucoup d'eau.

Abondance : définition du Littré (1872-1877)

ABONDANCE (a-bon-dan-s') s. f.
  • 1Grande quantité. L'abondance du produit, en parlant de la vigne. Vivre dans l'abondance de toutes choses. L'abondance des hommes, de l'argent dans ce pays. L'abondance des mauvaises herbes étouffe la moisson. L'abondance des humeurs dans le corps. Ses aumônes… et, s'étendant par leur abondance, même sur les ennemis de la foi, elles adoucissaient leur aigreur, Bossuet, R. d'Anglet. Par leur frugalité et leur travail, ils se sont mis dans l'abondance des choses nécessaires à une vie simple, Fénelon, Tél. VI. On arriva en un pays beaucoup meilleur, où, trouvant abondance de toute chose, Vaugelas, Q. Curce, 498. Y portez-vous [à la confession] cette vivacité de componction, cette abondance de douleurs, ce désir sincère de réparer le passé ? Massillon, Car. Communion. C'est aux âmes les plus vigilantes, les plus attentives sur elles-mêmes que vous vous [Dieu] communiquez avec plus d'abondance, Bourdaloue, Pens. t. II, p. 16.
  • 2 Absolument. Abondance de choses bonnes, utiles, nécessaires. L'abondance règne dans le camp. Faire régner l'abondance dans la ville. Vivre, nager dans l'abondance. Avoir tout en abondance. On lui fournit tout en abondance, des vivres et toutes sortes de provisions. Le sang coulant en trop grande abondance. Ce peuple est dans l'abondance, Fénelon, Tél. II. Si vous mettez les peuples dans l'abondance, Fénelon, ib. XII. Ils jouissent de l'abondance, Fénelon, ib. v. Malheur à ceux qui sont dans l'abondance ! Massillon, Immut. De là jusqu'au milieu de l'abondance les plus sordides épargnes, Bourdaloue, Pens. t. III, p. 147. Si la sûreté, l'ordre et la propreté ne rendaient pas le séjour des villes si délicieux, et n'y avaient pas amené, avec l'abondance, la douceur et la société, La Bruyère, 10. Heureux, dit-on, le peuple florissant Sur qui ces biens coulent en abondance, Racine, Esth. II, 9. Pour elles, à sa porte élevant ce palais, Il leur y fit trouver l'abondance et la paix, Racine, ib. Prol. Objets charmants y sont en abondance, La Fontaine, Rém. Au sein de l'abondance, Voltaire, Brut. III, 1. Vos pleuis compatissants coulent en abondance, Chénier M. J. Fén. II, 3.
  • 3Abondance de cœur, épanchement. Il faudrait que la bouche parlât selon l'abondance du cœur, Fénelon, t. XXI, p. 103. Je suis sûr que cela a été écrit d'abondance de cœur, Voltaire, Roi de Pr. 2. Abondance de cœur et abondance du cœur se disent également et ont le même sens. Seulement, quand abondance est sans article, il faut de cœur et non du cœur.
  • 4Parler d'abondance, parler sans avoir préparé son discours, ou sans réciter de mémoire. Ce député parle toujours d'abondance, soit qu'il improvise, soit qu'il ait préparé son discours.
  • 5Au fig. en parlant du discours, du style. Démosthène a beaucoup d'abondance. Abondance de pensées. Une vaine abondance de mots. Parler avec abondance. Il a traité ce sujet avec une grande abondance. L'abondance des pensées produit l'abondance des expressions. Ce n'est point par une abondance de paroles que l'on s'énonce ; souvent la bouche ne dit rien, et l'âme sent, Bourdaloue, Pens. t. III, p. 308. Partout il fait paraître beaucoup de richesse et d'abondance géométrique, Fontenelle, Viviani. Justement confus de mon peu d'abondance, Je me fais un chagrin du bonheur de la France, Boileau, Ép. VI. Souvent trop d'abondance appauvrit la matière, Boileau, Art. poét. III. Fuyez de ces auteurs l'abondance stérile, Et ne vous chargez pas d'un détail inutile, Boileau, ib. I.
  • 6Corne d'abondance, corne remplie de fleurs et de fruits et qui est le symbole de l'abondance, la même que la corne de la chèvre Amalthée qui avait nourri Jupiter.
  • 7Abondance, mélange d'un peu de vin et de beaucoup d'eau qu'on donne aux enfants dans les collèges, ainsi nommée parce qu'elle peut se boire en grande quantité, ou parce que l'eau y abonde.

HISTORIQUE

XIIIe s. Home [tu] fesis à ta sanlance [ressemblance], Après lui donas habondance Del fruit que avoies planté, Fl. et Bl. 921. Je ne sai pas où je coumance ; Tant ai de matiere abondance Por parlier de ma povreté, Rutebeuf, 1. [La fortune] est si perverse Que les bons en la boue verse, Et les mauvais en haut eslieve, Et leur donne à grans abondances Dignités, honors et poissances, la Rose, 6193.

XVe s. Là trouverons de tous biens habondarce, Orléans, 1. Prince, s'on doit avoir vaillance Pour mentir à grant habondance, Et pour faulzeté maintenir, Vous verrez icellui venir A grant honneur, n'en doubtez mie, Orléans, Ball. 119.

XVIe s. De l'abondance du cœur la bouche parle, expression tirée des propres mots de la Sainte Escriture, H. Estienne, Précell. 185. Amour respond : De traictz grosse habondance Luy ay tiré…, Marot, J. v, 264. Tu sçais que de l'abondance du cœur la langue parle, Palissy, 352.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Abondance : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABONDANCE, s. f. Divinité des Payens que les anciens monumens nous représentent sous la figure d’une femme de bonne mine, couronnée de guirlandes de fleurs, versant d’une corne qu’elle tient de la main droite toutes sortes de fruits ; & répandant à terre de la main gauche des grains qui se détachent pêle-mêle d’un faisceau d’épis. On la voit avec deux cornes, au lieu d’une, dans une médaille de Trajan.

Abondance, Plénitude, Voyez Fécondité, Fertilité, &c. Les Étymologistes dérivent ce mot d’ab & unda, eau ou vague, parce que dans l’abondance les biens viennent en affluence, & pour ainsi dire comme des flots.

L’abondance portée à l’excès dégénere en un défaut qu’on nomme regorgement ou redondance. Voyez Redondance, Surabondance.

L’Auteur du Dictionnaire Œconomique donne différens secrets ou moyens pour produire l’abondance : par exemple, une abondante récolte de blé, de poires, de pommes, de pêches, &c. (G)

* Abondance, petite ville de Savoye, dans le Diocèse de Chablais.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « abondance »

Étymologie de abondance - Littré

Bourguig. aibondance ; provenç. abondantia, habundancia, abondansa, aondansa ; espagn. abundancia ; ital. abondanzia, abbundanzia, abbondanza ; d'abundantia, d'abundans (voy. ABONDANT). A Genève, abondances, betteraves.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abondance - Wiktionnaire

(1119) Du latin abundantia (« affluence ») → voir abonder, abondant et onde.
(Race bovine et fromage) (XIXe siècle) D’Abondance, en Haute-Savoie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abondance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abondance abɔ̃dɑ̃s play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « abondance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abondance »

  • Qu’est-ce qu’être libre ? C’est disposer d’une abondance de richesses, semble considérer l’imaginaire contemporain. Une équivalence qui n’a rien de naturel, comme le montre brillamment le philosophe Pierre Charbonnier dans cet essai aussi long que captivant. On apprend ce faisant à lire sous cet angle nombre de figures majeures de l’histoire de la pensée socio-économique – très masculine soit dit en passant –, de Smith à Veblen, en passant par Jevons, Guizot, Tocqueville, Durkheim, Marx ou Polanyi, et bien d’autres, pour déconstruire l’association fallacieuse entre richesse et liberté. Une démarche que l’auteur achève avec l’aide de Bruno Latour et Philippe Descola afin de nous inviter à reconsidérer ce que l’on entend vraiment par liberté, dans un contexte où il devient plus que jamais nécessaire de ne plus considérer la nature comme une ressource qui nous serait extérieure. Alternatives Economiques, Abondance et liberté | Alternatives Economiques
  • L’abondance pour tous n’a jamais existé jusqu’à présent. Pourrait-elle se produire ? Ce serait possible si cela ne signifiait pas un luxe pour tous. Les scientifiques affirment que tous les habitants de la Terre peuvent être nourris. La raison pour laquelle il y a tant d’insuffisances réside uniquement dans la psyché de l’être humain. Ils ne peuvent ou ne veulent toujours pas comprendre que ce sont des décisions d’humains, qui ne reconnaissent pas ou ne veulent pas reconnaître les nombreuses pénuries. Pressenza, L’abondance pour tous est-elle possible ?
  • Le Sifa (syndicat interprofessionnel du fromage abondance) est partenaire. , Culture - Loisirs | Une vache de 6 mètres sera installée à l’entrée d’Abondance
  • Dire beaucoup en peu de mots signifie donner à reconnaître en peu de mots l'abondance de réflexion. De Georg Christoph Lichtenberg / Le miroir de l'âme
  • Un bon repas adoucit l’esprit et régénère le corps. De son abondance découle une bienveillance chaleureuse. De Frederick W. Hackwood
  • Les bons sont joyeux dans leur pauvreté, et les méchants sont tristes au milieu de l'abondance. De Proverbe oriental
  • Bien des hommes acceptent d'être cocus s'il doit leur pousser des cornes d'abondance. De Gilbert Cesbron
  • Qu’est-ce que l’abondance ? Un mot et rien de plus, le nécessaire suffit au sage. De Euripide
  • L'abondance ne serait un progrès que si elle s'accompagnait de la diversité et de la qualité. Or les programmes tendent de plus en plus à se ressembler. Abondance est progressivement synonyme d'uniformité. De Jacques Toubon / Les dossiers de l’Audiovisuel
  • La sagesse devrait se trouver en abondance ; qui, en effet, l'utilise ? De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Ce n'est pas l'abondance, mais l'excellence qui est richesse. De Joseph Joubert / Pensées, maximes et essais
  • L'argent en abondance a un effet plus frigorifique que la glace. De Sandor Brody / Le départ du boulanger
  • Si les mensonges se disaient en latin, il y aurait abondance de latinistes. De Proverbe danois
  • L'abondance est le fruit d'une bonne administration. De Jean Jaurès / Histoire socialiste...
  • Souvent trop d'abondance appauvrit la matière. De Nicolas Boileau / L'art poétique
  • Le dégoût et les soucis naquirent de l'abondance. De Pindare / Les olympiques
  • Un mariage est soit une corne d'abondance, soit une abondance de cornes. De Frédéric Dard / Les Mots en épingle
  • On s'accoutume à tout dans l'abondance, il n'y a guère de dégoût dont elle ne console. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, La Vie de Marianne

Images d'illustration du mot « abondance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abondance »

Langue Traduction
Portugais abundância
Allemand überfluss
Italien abbondanza
Espagnol abundancia
Anglais abundance
Source : Google Translate API

Synonymes de « abondance »

Source : synonymes de abondance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abondance »



mots du mois

Mots similaires