Pléthore : définition de pléthore


Pléthore : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLÉTHORE, subst. fém.

A. − MÉD., PATHOL.
1. Vx. ,,Surabondance des humeurs`` (Méd. Biol. t.3 1972).
2. Surabondance de sang dans l'ensemble ou dans une partie de l'organisme. Pléthore générale, locale. La pléthore sanguine est dans le système artériel; c'est-à-dire, que les artères contiennent une plus grande abondance relative de sang (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.240).On a pareillement observé parmi les nations ichthyophages des exemples nombreux de longévité, (...) parce qu'une nourriture peu substantielle et plus légère leur sauve les inconvénients de la pléthore (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.92).
B. − Littér. Une pléthore de.Abondance excessive (de quelque chose). La pléthore des marchandises, leur accumulation dans les docks, sans écoulement, voilà pour l'Angleterre le péril sans cesse renaissant (Michelet,Chemins Europe, 1874, p.150).Les experts considèrent que le budget militaire a déjà atteint un maximum et que sa ventilation interne ne favorisera certainement pas les armes classiques, a fortiori l'instruction d'une pléthore de recrues, dont la rentabilité au combat demeure douteuse (Serv. milit. et réf. arm., 1963, p.90).
Absol. Jusqu'à la pléthore. À l'excès. Je fais des colliers d'adjectifs, Que j'enfle et je nourris jusques à la pléthore Les maigreurs de ma phrase avec la métaphore, (...) de leur vrai sens je détourne les mots Et leur fais contracter les hymens les plus faux (Barbier,Satires, 1865, p.50).
Prononc. et Orth.: [pletɔ:ʀ]. Ac. 1694: ple-; 1762: plé-; 1798: ple-; dep. 1835: plé-. Étymol. et Hist. a) Ca 1370 plectorie «plénitude des vaisseaux, par surabondance du sang, des humeurs» (G. de Chauliac, Gande chirurgie d'apr. Sigurs, p.70); 1537 pléthore (J. Canappe, Le Quatrième Livre de la Thérapeutique de Galien ds Fr. mod. t.18, p.270); b) fig. 1791 «surabondance quelconque, amenant à un état fâcheux» (Mirabeau, Collection, t.4, p.131 ds Littré). Empr. au gr. méd. π λ η θ ω ́ ρ η «plénitude, surabondance (de sang, d'humeurs)». Fréq. abs. littér.: 47. Bbg. Gohin 1903, p.365.

Pléthore : définition du Wiktionnaire

Nom commun

pléthore \ple.tɔʁ\ féminin

  1. (Désuet) (Médecine) Surabondance de sang et d’humeurs en ancienne médecine.
    • Après les pléthores physiologiques et les pléthores morbides, viennent, dans un ordre naturel, les pléthores cachectiques, qui elles-mêmes, à défaut de moyens spécifiques ou directs, ne sont pas sans présenter quelquefois l’indication des émissions sanguines. — (Armand Trousseau, H. Pidoux, Traité de thérapeutique et de matière médicale Volume 1, 1838)
  2. (Figuré) (Au singulier) Surabondance de quelque chose.
    • Il y a pléthore d’argent dans ce pays.
    • Nous déployons dans notre monde moderne une pléthore de stratégies de communication toujours plus sophistiquées. — (Catherine Audibert, L’incapacité d’être seul, Payot & Rivages, 2011, page 20)
    • Les donneurs de leçons sont pléthore, mais combien, dans l’histoire, jouent véritablement leur peau, pour reprendre le titre de l’essai (Les Belles lettres) fondamental du statisticien Nassim Nicholas Taleb ? — (Saïd Mahrane, Ce qu’il faut lire cet été, Le Point n° 2392, 5 juillet 2018, p. 115)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pléthore : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLÉTHORE. n. f.
T. de Médecine. Surabondance de sang et d'humeurs. Au figuré, Il y a pléthore d'argent dans ce pays.

Pléthore : définition du Littré (1872-1877)

PLÉTHORE (plé-to-r') s. f.
  • Terme de médecine. Surabondance de sang et d'humeurs. Pléthore générale. Pléthore locale.

    Fig. La pléthore était au centre de l'empire ; le marasme, la langueur, aux extrêmités, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 131.

HISTORIQUE

XVIe s. La repletion qui se fait de toutes humeurs est nommée plethore ou plenitude, Paré, Introd. 17.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Pléthore : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLÉTHORE, s. f. (Médec.) plénitude, en Medecine, signifie surabondance de sang & d’humeurs. La pléthore est une quantité de sang louable, plus grande qu’il ne faut pour pouvoir supporter les changemens qui sont inévitables dans la vie, sans occasionner des maladies. C’est de la pléthore dont parle Hippocrate, lorsqu’il dit dans le troisieme aphorisme de la premiere section, « que les personnes qui se portent le mieux sont dans un état dangereux, puisque ne pouvant demeurer dans le même état pendant longtems, ni changer pour le mieux, il faut nécessairement qu’elles tombent dans un état pire, de sorte qu’on doit les en tirer le plus promptement qu’il est possible ».

La pléthore ne consiste point dans l’augmentation de toutes sortes d’humeurs indifféremment, mais seulement dans celles des sucs louables. Aussi Galien nous apprend-il, method. medend. lib. XIII. cap. vj. qu’on donne le nom de pléthore à l’augmentation mutuelle & uniforme des fluides ; au lieu que lorsque le sang abonde en bile noire ou jaune, en pituite, ou en humeurs séreuses, on appelle cette maladie une cacochimie, & non une pléthore.

La pléthore, ou la quantité augmentée des fluides, retarde leur circulation ; & les fluides languissant dans leur mouvement, tendent bientôt à produire des stases, des phlogoses, des embarras, & enfin des inflammations qui emportent en peu de tems les malades, si on n’y remédie promptement ; c’est ainsi que le sang superflu qui produit la pléthore dans les femmes & dans les hommes, & qui occasionne le flux menstruel ou hémorrhoïdal, n’est point mauvais en lui-même ; mais par son séjour & la pression qu’il fait sur les vaisseaux, il occasionne une compression, un étranglement dans les diametres des vaisseaux collatéraux, & de-là viennent les obstructions, les congestions inflammatoires, & les maladies aiguës & chroniques.

Les anciens distinguoient deux sortes de pléthore, l’une qui affecte le vaisseaux, & l’autre qui influe sur les forces, lorsque les vaisseaux sont tellement remplis de liqueurs louables, & qu’ils sont menacés de rupture, cela s’appelle simplement une plénitude ou pléthore des vaisseaux ; mais lorsque ces vaisseaux, sans contenir une trop grande quantité d’humeurs louables, en renferment cependant plus que la force vitale n’est en état d’en faire circuler, cela s’appelle plénitude, ou pléthore ad vires. C’est ainsi que Galien, en parlant de la plénitude, ch. iij. nous apprend qu’il y a deux sortes de pléthore, l’une qui affecte les forces & les facultés vitales, & l’autre les vaisseaux. Et dans son traité de la façon de traiter les maladies par la saignée, ch. vj. il dit « que plus une personne se sent pesante, plus la pléthore, eu égard aux forces, est considérable ; au lieu que celle des vaisseaux se manifeste par un sentiment de tension ».

On n’entend ordinairement la pléthore qu’en parlant des vaisseaux, & c’est dans ce sens que nous la considérons.

Cette espece de pléthore devient une vraie maladie. Cette quantité trop grande de sang reconnoît pour cause tout ce qui engendre beaucoup de chyle & de sang louable, & empêche en même tems l’atténuation & la dissipation de la transpiration ; car alors la recette étant plus grande que la dépense, il faut de nécessité que le sang s’amasse, qu’il stagne, qu’il croupisse, & qu’il produise la pléthore.

Les fonctions vitales & naturelles usent nécessairement les solides, & procurent la dissipation des fluides ; de sorte que l’on est obligé de les réparer tous deux par les alimens. Lorsqu’on rend tous les jours au corps autant de substance qu’il en perd, il resulte un parfait équilibre qui est le signe le plus parfait & le plus constant de la santé ; car Santorius a prouvé par plusieurs expériences que le corps est dans l’état le plus parfait où il puisse être lorsqu’il reprend tous les jours son poids ordinaire ; après que la digestion est faite, le corps répare ses pertes à l’aide d’un chyle louable, & d’un sang qui en est formé : lors donc qu’il s’engendre une plus grande quantité de chyle & de sang qu’il ne faut pour réparer la dissipation qui s’est faite, il arrive un amas de sucs superflus qui augmente à proportion de l’efficacité des fonctions.

Les causes de la pléthore sont la forte contraction des visceres & organes chyliferes du cœur & des arteres, & en même tems le relâchement des veines & des autres petits vaisseaux ; les alimens doux qui se changent aisément en chyle, le trop long sommeil, l’inaction des muscles, le défaut des évacuations ordinaires du sang, soit naturelles ou artificielles auxquelles on est accoutumé.

Depuis que l’homme a été condamné en punition de son péché, à manger son pain à la sueur de son visage, l’exercice du corps est devenu absolument nécessaire pour la conservation de sa santé ; aussi voit-on que ceux qui menent une vie oisive sont affligés des maladies les plus terribles.

Hippocrate nous apprend, dans son traité de la diete, liv. I. que tout homme qui mange ne sauroit se bien porter, s’il ne travaille à proportion de la nourriture qu’il prend ; car le travail est destiné à consumer ce qu’il y a de superflu dans le corps. Il ordonne dans le même traité, liv. III. d’examiner si la nourriture a excédé le travail, ou le travail la nourriture, ou s’ils sont l’un & l’autre dans la juste proportion ; car de leur inégalité naissent les maladies, comme la santé vient de leur équilibre & de leur égalité.

Il faut donc que l’équilibre entre la nourriture & le travail soit tel que la dissipation journaliere égale la quantité d’alimens dont on use ; car si l’on prend la même quantité de nourriture en même tems qu’on fait moins d’exercice, il faut nécessairement qu’il en résulte une pléthore. Lorsqu’on nourrit des chevaux dans une écurie sans les faire travailler, ils s’engraissent en peu de tems, mais on ne les a pas exercés pendant quelques jours, que leur embonpoint diminue.

Les femmes ont tous les mois une évacuation naturelle de sang superflu, de même que les hommes qui sont sujets au flux hémorrhoïdal ; ces évacuations font l’effet d’autant de saignées ; or on est convaincu par expérience que plus un homme se fait saigner, pourvu que ses forces ne soient pas entierement affoiblies, plus ses vaisseaux se remplissent ; & les personnes accoutumées à des saignées réitérées, sont affligées vers le tems auquel elles avoient coutume d’user de la saignée, des mêmes maladies que les femmes dont les regles sont supprimées ; au moyen de quoi leurs forces dégénerent, & ils acquierent une habitude aussi lâche & aussi foible que celle des femmes.

Symptomes. Tous les phénomenes de la pléthore dépendent de la plénitude des vaisseaux, ou de la raréfaction qu’elle cause dans le sang ; ce qui provient sur-tout de l’augmentation de sa vélocité & de la chaleur qui en résulte, ou d’autres causes que l’on peut reconnoître par l’observation : de-là vient la force, la grandeur & la plénitude du pouls, la dilatation des vaisseaux tant sanguins que lymphatiques, le dérangement des secrétions, la compression des veines sanguines & lymphatiques, l’interruption de la circulation, l’inflammation & la rupture des vaisseaux, la suppuration, la gangrene & la mort.

Diagnostic. On est assuré de la présence de la pléthore, si les causes qui engendrent une trop grande quantité de sang louable, & dont on a parlé ci-devant, ont précédé ; si l’on apperçoit une grande rougeur par tout le corps, sur-tout dans les parties où les vaisseaux sont comme à découvert ; comme dans les coins des yeux, sur la conjonctive, dans la face interne des paupieres, des narines, de la bouche, de la gorge & des levres ; si l’on sent une grande chaleur même dans les extrémités du corps ; si les veines sont gonflées, & le pouls fort & plein ; si après un exercice violent, des chaleurs excessives, l’usage du vin ou d’autre liqueur chaude ou spiritueuse, les malades apperçoivent dans tous leurs muscles une tumeur molle, pleine & distensive, accompagnée d’une certaine immobilité qui les empêche de pouvoir fermer les poings ; s’ils commencent à appercevoir en eux une certaine paresse & un assoupissement accompagné de larmes.

Prognostic. Tous les symptomes déja décrits pourront être prédits, & on pourra même annoncer que les fonctions du cerveau seront lésées, à cause qu’il y a une plénitude naturelle dans toutes les parties de la tête ; de-là vient que lorsque les gros vaisseaux remplis de sang rouge sont distendus, les vaisseaux les plus petits souffrent une compression, parce que les vaisseaux du crâne ne peuvent point céder ; de sorte que toutes les maladies du cerveau, depuis le vertige le plus léger jusqu’à l’apoplexie la plus funeste, peuvent venir d’une pléthore.

La curabilité de la pléthore dépend de son degré, de la violence & du nombre de ses symptomes.

Curation. La cure de la pléthore consiste dans la saignée, le travail & les veilles, à se nourrir d’alimens âcres après les évacuations convenables, & à cesser ou omettre peu-à-peu ces mêmes évacuations.

1°. La saignée est nécessaire, elle évacue la trop grande abondance de sang louable qui est la cause de tous les accidens dont on vient de parler ; d’où il suit que tout ce qui est capable de la diminuer, doit être salutaire & nécessaire ; mais rien n’est plus propre pour cet effet que la saignée, qui appaise immédiatement tous les symptomes. En effet, le médecin ne peut mieux faire que de suivre la méthode que la nature suit & indique elle-même dans la pléthore. Or on sait que dans toutes les maladies qui proviennent de la raréfaction & de la pléthore, rien ne guérit plus sûrement & plus efficacement que les hémorrhagies salutaires, sur-tout par le nez ; de là vient que les médecins égyptiens font des scarifications dans la plûpart des maladies.

La diete aide & acheve ce que la saignée a commencé ; aussi voit-on que les gens qui joignent la diete à l’exercice sont moins pléthoriques & plus sains.

Mais quoique la saignée diminue la redondance du sang, non-seulement elle laisse le corps aussi sujet qu’auparavant à la réplétion, mais elle le dispose encore davantage à la génération d’une nouvelle pléthore, ainsi que nous l’avons déja observé. D’où il suit qu’il faut tellement le fortifier, qu’il ne puisse plus amasser à l’avenir une si grande quantité de sang.

L’exercice non-seulement dissipe le trop de sang qui s’étoit amassé dans le corps, mais il fortifie encore les solides à un tel point, qu’ils ne cedent plus avec la même facilité aux fluides qu’ils contiennent ; aussi voit-on rarement les personnes accoutumées à un travail pénible, sujettes à la pléthore, bien qu’elles prennent beaucoup de nourriture : mais un pareil exercice ne convient qu’après avoir dégagé les vaisseaux par le moyen de la saignée ; car sans cette précaution, ils ne manqueroient pas de se distendre & de se rompre en très-peu de tems.

Les veilles sont un grand remede contre la plénitude, si le sommeil est une cause de cette même plénitude ; aussi voit-on que ceux qui dorment peu sont rarement pléthoriques.

L’usage des alimens âcres ordonné après la saignée & la purgation est sagement indique ; car comme les alimens doux sont une cause de notre accroissement, & même de la pléthore, comme il le paroît par la nutrition & la formation du fœtus qui n’est nourri que de lait & d’autres nourritures douces & humectantes, il suit que la diete opposée à celle des enfans, sera salutaire dans le cas de pléthore ; les alimens les plus durs à digérer, les substances âcres, aromatiques & irritantes sont les plus salutaires, parce qu’ils fournissent moins de chyle & de sang, & que les humeurs sont plus fouettées à l’aide de ces sortes de substances ; elles ne peuvent d’ailleurs s’accumuler dans les vaisseaux à cause du ressort de ceux-ci qui se trouve augmenté.

Les évacuations doivent être omises ou cessées par degré, leur continuation augmenteroit la pléthore, de même que leur cessation subite ; il faut les diminuer peu-à peu, quant à leur quantité, & mettre un plus grand intervalle entr’elles pour pouvoir y renoncer insensiblement sans danger ; en prenant ces mesures on imite la méthode salutaire dont la nature se sert vers le tems que les regles commencent à cesser dans les femmes ; car cette évacuation devient successivement moins abondante, & ses retours sont moins fréquens jusqu’à ce qu’elle ait entierement cessé ; mais lorsque les regles viennent à cesser tout-d’un-coup, cet accident a pour l’ordinaire des suites très-fâcheuses.

La purgation est un remede aussi sûr que la saignée ; car elle diminue les humeurs des premieres voies, elle évacue le chyle surabondant, il s’en porte moins dans le sang, & celui-ci est nécessairement diminué dans sa source ; la purgation répétée occasionne moins la pléthore par elle-même, que la saignée, car elle ne désemplit pas spécialement les vaisseaux.

Les sudorifiques & les diurétiques sont aussi des remedes assurés, car ils augmentent les secrétions, diminuent la masse totale des liqueurs. Quelques gens même n’emploient que ces remedes.

Pléthore fausse est une maladie où le sang, sans être augmenté dans la masse, l’est dans son volume ; de façon que vingt-cinq livres de sang équivalent en volume à trente livres ; c’est cet état que l’on nomme raréfaction des fluides.

La cause de cette pléthore est différente de celle de la vraie ; elle dépend de la raréfaction même du sang ; les soufres & les autres fluides étant fort développés & divisés présentent plus de surface, ils emplissent davantage les vaisseaux, ceux-ci sont plus dilatés, plus tendus, plus vibratifs, le pouls est plus plein, plus fréquent : mais les causes de ces raréfactions sont les alimens âcres & de haut goût ; les remedes chauds & atténuans ordonnés dans l’épaississement ou dans la pléthore même, la pléthore elle-même occasionnée par la suppression des évacuations ordinaires, & sur-tout de la transpiration, le défaut d’exercice, l’usage des liqueurs spiritueuses, & enfin tout ce qui peut augmenter l’acrimonie, la chaleur & l’expansion des liqueurs.

Dans la pléthore fausse le sang est plus fouetté, plus divisé & atténué ; aussi le pouls est plus plein, mais plus tendu & plus fréquent ; la chaleur y est plus marquée que dans la pléthore vraie, où le sang est plus étouffe, mais moins âcre & moins expansible. Les veilles continuelles, l’excès des passions & l’alkalescence des humeurs sont les vraies causes de cette maladie, qui est plus dangereuse que la pléthore vraie.

Curation. Les indications sont de condenser, d’adoucir & de resserrer la masse & le volume du sang.

Les remedes convenables sont la saignée moins copieuse & moins souvent répétée que dans les pléthores vraies.

Les adoucissans sont le petit-lait, les tisanes d’orge, de gruau, de riz & de semoule, les crêmes faites avec ces graines, les bains & les demi-bains.

Les rafraîchissans, les émulsions avec les semences froides majeures & mineures.

L’air frais, les alimens doux & balsamiques, les viandes des jeunes animaux, les bouillons & les gelées préparées de ces viandes.

L’eau simple pour boisson, ou le vin vieux fort trempé, l’exercice moderé, le repos ou le sommeil prolongé & pris dans un lieu temperé, où l’air ne soit ni trop chaud ni trop froid.

Tout ce que nous avons dit sur la pléthore suffit pour faire comprendre que cette cause des maladies est la plus générale & la plus ordinaire, & qu’on ne pourra les traiter ni les guérir sans combattre cette cause générale.

Les remedes anti-pléthoriques sont en général les diurétiques, les sudorifiques, les apéritifs, les cephaliques, les emmenagogues, les hépatiques, les splenétiques. Voyez tous ces articles. Voyez Médicamens.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pléthore »

Étymologie de pléthore - Littré

Πληθώρη, plénitude, de πλήθειν, emplir, de πλέειν, emplir, de πλέος, plein (voy. PLEIN).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pléthore - Wiktionnaire

Du latin plethora (parfois pletura) issu du grec ancien πληθώρη, plēthōrē (« plénitude ») dérivé de πλήθω, plēthō (« je remplis »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pléthore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pléthore pletɔr play_arrow

Citations contenant le mot « pléthore »

  • Sur le marché, il existe pléthore de masques différents, que ce soit par leur forme – bec de canard ou à plis – ou par leur niveau de filtration variable. Alors, face à cette déferlante de masques de protection, comment peut-on s’y retrouver facilement ? Petit tour d’horizon du produit en question. So Soir, Le masque, notre allié du quotidien : 3 astuces pour choisir celui qui vous convient le mieux
  • Manon, une Briochine indépendante embauchée par « Single Man Productions » pour réaliser le casting du prochain film avec Pierre Niney en Bretagne, n’en revient toujours pas. Elle a reçu pléthore de candidatures pour faire de la figuration lors du prochain tournage et avance méfiante. « Si c’est pour une nouvelle annonce, ce n’est pas la peine ». La mécanique, grâce aux annonces passées dans la presse, ajoutée à la nébuleuse des réseaux sociaux, a fonctionné à plein. « Pour moi, c’est le canal habituel quand je suis missionnée par une production ». Le Telegramme, Pour la figuration au cinéma, mieux vaut postuler pour rien - Bretagne - Le Télégramme
  • À vendre à Rochefort, proximité rocade ouest, bâtiment 1 120 m2 (deux niveaux et sous-sol), sur parcelle 4 432 m2. Ça fait rêver, d’autant que le foncier et les grands terrains ne sont pas pléthore en ville. Et pourtant, le bien ne part pas. SudOuest.fr, Rochefort : à saisir, ancien centre de loisirs des armées
  • Depuis la reprise des actifs de Necotrans en 2017, le groupe monégasque (MRG), présent dans la logistique, les mines et l’agribusiness, s’est emparé d’une pléthore de terminaux en Europe et en Chine, qu’il souhaite connecter à ses infrastructures africaines. JeuneAfrique.com, Le discret empire Monaco Resources lève enfin le voile – Jeune Afrique
  • Les sponsors sont pléthore dans le monde de l'esport, mais le dernier partenariat en date du League of Legends European Championship semble entrer en contradiction avec les idéaux défendus par la ligue ainsi que par Riot Games... Millenium, LoL : le LEC crée une polémique en annonçant son partenariat avec NEOM - Millenium
  • Aqua zen propose désormais des cours de natation tous les matins, sur réservation, en piscine privée avec Gaëlle Le Gall ou Laurent Lachaussée (25 € la séance, 110 € les cinq séances) au 69, rue des Fusillés de Poulguen. Dès 3 ans, une familiarisation et une découverte du milieu et, dès 7 ans, l’apprentissage : savoir nager, voire appréhender « les techniques et le perfectionnement des nages pour profiter pleinement de la mer en toute sécurité », commentent les maîtres nageurs sauveteurs. Il y a pléthore d’autres activités en mer : marche aquatique, le lundi et le mercredi à 11 h, aqua gym, finboard, coaching sportif… Tél. 06 33 87 75 12 et tél 06 44 29 81 52. Le Telegramme, Pléthore d’activités avec Aqua zen et Aqua team - Le Guilvinec - Le Télégramme
  • Prolixe par essence, la littérature vit de la pléthore des vocables, du cancer du mot. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume

Traductions du mot « pléthore »

Langue Traduction
Corse pletora
Basque handiak
Japonais 過多
Russe полнокровие
Portugais abundância
Arabe وفرة أو فرط
Chinois 过多
Allemand fülle
Italien pletora
Espagnol plétora
Anglais plethora
Source : Google Translate API

Synonymes de « pléthore »

Source : synonymes de pléthore sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pléthore »



mots du mois

Mots similaires