La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « famine »

Famine

Variantes Singulier Pluriel
Féminin famine famines

Définitions de « famine »

Trésor de la Langue Française informatisé

FAMINE, subst. fém.

A.− Manque quasi total des différentes denrées alimentaires, par lequel l'ensemble d'une population (d'une ville, d'une province, d'un pays) souffre de la faim. L'horrible famine; grandes, longues famines; année, temps de famine; réduire à la famine. Les années 1816 et 1817 furent calamiteuses; les récoltes de céréales manquèrent; ce fut plus que de la disette, ce fut presque de la famine (Du Camp, Hollande,1859, p. 193).Les Allemands, en cas de refus, menaçaient de couper à la ville tout ravitaillement. Une famine épouvantable éclaterait (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 129):
1. Malgré ce retour au bon ordre, on n'avait jamais vu une désolation pareille à l'état de la ville de Paris; la famine et la misère y avaient produit une épidémie terrible. Chaque jour il mourait tant de monde que les prêtres ne suffisaient point à donner les sacremens... Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 4, 1824, p. 192.
Expressions
Prendre une place, une ville par (la) famine. La forcer à se rendre en lui coupant les vivres. On peut prendre par la famine et par la force une cité; on ne prend pas ainsi une société tout entière (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 113).Au fig. Prendre qqn par (la) famine. Le soumettre à sa volonté en le privant des ressources nécessaires. Le vieux Finot prend le petit Finot par famine (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 156).
HIST. Pacte de famine. Conspiration imaginaire, qui, suivant la légende populaire, aurait été tramée, sous Louis XV et jusqu'à la Révolution, par un groupe de gens puissants pour spéculer sur les blés en provoquant des disettes factices. Dans le nombre des manuscrits trouvés à la Bastille, il en est un qui rapporte certain pacte de famine générale, dénoncé au roi par le nommé Prévost (Marat, Pamphlets,Nouv. dénonciation contre Necker, 1790, p. 169).
B.− Faim, manque de nourriture dont souffre une personne (prise individuellement). Ce père sans travail que la famine assiège (Hugo, Feuilles automne,1831, p. 779):
2. Non, ce ne fut pas pour la recherche d'une volupté coupable et paresseuse qu'il commença à user de l'opium, mais simplement pour adoucir les tortures d'estomac nées d'une habitude cruelle de la faim. Ces angoisses de la famine datent de sa première jeunesse... Baudel., Paradis artif.,1860, p. 391.
Expr. et loc.
Crier famine. Se plaindre fortement de la faim. J'étais à jeun depuis vingt-quatre heures, et mon estomac criait famine (About, Roi mont.,1857, p. 269).Au fig. Se plaindre d'être dans la pauvreté, dans la misère. On déplorait la misère des campagnes, le manque de bras (...). Les doléances se croisaient, criant famine au sortir de ce festin plantureux (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 43).
Crier famine sur un tas de blé. Se plaindre de la misère alors qu'on est dans l'abondance (dict. xixeet xxes.).
Salaire de famine. Salaire très bas, très insuffisant. Travail ingrat, qui leur ensanglante les doigts et leur irrite les bronches, pour un salaire de famine (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1077).
C.− Au fig. Manque cruellement ressenti de ce que l'on considère comme un bien nécessaire. Famine spirituelle. La « famine d'idées » me refroidit parfois dans nos sociétés élégantes (Amiel, Journal,1866, 155).Il existe une famine d'amour aussi dangereuse que la sous-alimentation (H. Bazin, Fin asiles,1959, p. 112).
Prononc. et Orth. : [famin]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1130-40 famire [: sire; ms. T mil. xiiies.], famine [ms. C mil. xiiies.] (Wace, Conception Notre Dame, éd. W. Ray Ashford, 522); ca 1150 famire [: dire] (Id., St Nicholas, éd. E. Ronsjö, 276); 1155 famine (Id., Brut, éd. I. Arnold, 4680 [leçon ms. D début xiiies.] : Que famine ne face rendre). Dér. du rad. du lat. fames « faim »; suff. -ine*. Fréq. abs. littér. : 470. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 568, b) 857; xxes. : a) 629, b) 676.

Wiktionnaire

Nom commun - français

famine \fa.min\ féminin

  1. (Histoire) Indisponibilité générale des aliments les plus essentiels.
    • La cité de Carcassonne était, à la fin du XIIIe siècle […] une place imprenable qu’on ne pouvait réduire que par la famine, et encore eût-il fallu, pour la bloquer, une armée nombreuse. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Au milieu de la lutte contre le chaos, dans le sillage de la famine, survint un autre vieil ennemi de l’humanité : la peste, la Mort Pourpre. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 417 de l’édition de 1921)
    • Les années de famine, se déroulent des scènes effroyables, émeutes férocement réprimées, meurtres d'enfants, nécrophagies. — (L'agriculture dans le Finistère, note bibliographique dans Histoire et géographie agraires, par P. Leuilliot, V. Chomel, A. Meynier, dans la Revue des Annales, vol. 5, Éditions Armand Colin, 1950, p. 270)
    • Après Prévost, il faudra attendre près de 50 ans encore et traverser les terribles famines d’Irlande pour que l’on reconnaisse enfin de façon irréfutable que les champignons vivants peuvent être la cause de maladies chez les végétaux. — (Jean Semal, Pathologie des végétaux et géopolitique, 1982)
  2. (Programmation) Situation où certains fils d’exécution ne peuvent jamais accéder à une ressource à cause d’une exclusion mutuelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAMINE. n. f.
Disette générale des aliments nécessaires à la vie. Cette région eut à souffrir cruellement de la famine. Fig. et fam., Crier famine. Voyez CRIER. Fam., Prendre quelqu'un par la famine, Lui retrancher le nécessaire pour l'obliger à faire ce qu'on exige de lui. Prix de famine, Salaire de famine, Prix insuffisant, salaire qui ne permet pas de gagner sa vie à celui qui le reçoit.

Littré (1872-1877)

FAMINE (fa-mi-n') s. f.
  • 1Manque d'aliments, dans une ville, dans une province, etc. Il y eut disette, après vint la famine, Vaugelas, Q. C. X, 8. On venait de toutes les provinces en Égypte pour acheter de quoi vivre, pour trouver quelque soulagement dans la rigueur de cette famine, Sacy, Bible, Gen. XLI, 57. On verra par quels soins ta sage prévoyance Au fort de la famine entretint l'abondance, Boileau, Épît. I. Bientôt le riche même, après de vains efforts, Éprouva la famine au milieu des trésors, Voltaire, Henr. X. La famine vainquit enfin le courage des Rochelois ; et, après une année entière d'un siége où ils se soutinrent par eux-mêmes, ils furent obligés de se rendre, Voltaire, Mœurs, 176.

    Pacte de famine, conspiration tramée entre des gens riches et puissants, sous Louis XV, pour opérer des disettes factices.

  • 2Il se prend quelquefois pour manque d'aliments, même en parlant d'un seul individu. Pressé par la famine, le loup brave le danger, Buffon, Loup.

    Crier famine, se plaindre du manque où l'on est. Elle [la cigale] alla crier famine Chez la fourmi sa voisine, La Fontaine, Fabl. I, 1.

    Crier famine sur un tas de blé, se dit des avares qui, tout en regorgeant, se plaignent de leur misère, et de ceux qui se plaignent sans raison. Fi, que cela est mal de crier famine sur un tas de blé ! Voltaire, Lett. la Houlière, 22 oct. 1770.

    Il se dit aussi des personnes qui se plaignent de manquer de certaines choses essentielles, tout en regorgeant d'autres. Je conclus aujourd'hui toutes mes affaires ; si vous n'aviez du blé, je vous offrirais du mien : j'en ai vingt mille boisseaux à vendre, je crie famine sur un tas de blé, Sévigné, 21 oct. 1673.

    Prendre une place par famine, se dit d'une place bloquée qui finit par se rendre faute de vivres.

    Fig. Prendre quelqu'un par famine ou par la famine, lui retrancher le nécessaire, lui refuser de l'argent pour l'amener à composition.

SYNONYME

DISETTE, FAMINE. Quand la famine règne, on meurt de faim ; quand la disette règne, on a de la peine à se procurer les aliments. La disette est moins grave que la famine : disette, rareté d'aliments ; famine, absence d'aliments.

HISTORIQUE

XIIe s. Puis il [Joseph] fu en Egipte asez plus qu'enperere, E guardi ses parens de la famine amere, Th. le mart. 65. Une famine avint al tens David, et durad treis ans, Rois, p. 201.

XIIIe s. En Egypte fist Dieux famine por Pharaon chastier, Psautier, f° 126.

XIVe s. On ne fu pas sachans Que la ville deüst estre prise en deux ans, Se ne fust par famine ou par engins getans, Guesclin. 8244.

XVIe s. Les Anglois incommodoient extremement Paris qui commençoit à crier famine, Mém. s. du G. ch. 8. Le long jeuner de tel façons les mine, Qu'à la parfin tomboient morts de famine, Marot, IV, 28.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FAMINE. Ajoutez :

3 Nom, dans la Seine-Inférieure, d'une plante qui envahit les blés d'hiver, surtout dans les années humides (alopecurus agrestis), les Primes d'honneur, Paris, 1869, p. 12.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « famine »

Bourguig. fameigne ; nivernais, faimène ; picard, fameine ; provenç. famina ; du lat. fictif famina, dérivé de fames, faim.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin fames devenu *famen en latin tardif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « famine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
famine famin

Fréquence d'apparition du mot « famine » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « famine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « famine »

  • La possession de merveilleux moyens de production n’a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine.
    Albert Einstein
  • L’avare crierait famine sur un tas de blé.
    Proverbe français
  • Celui dont le ventre crie famine ne peut converser avec celui qui est repu.
    Proverbe chinois
  • On parle du droit à la vie, mais jamais du droit à la non-existence. Est-ce que vous avez décidé de naître ? Non, sans doute, mais ensuite, débrouillez-vous, même si vous naissez au Sahel en période de famine.
    Henri Laborit — Dieu ne joue pas aux dés
  • La gloutonnerie a tué plus de gens que la famine.
    Le Talmud — Shabath
  • Si la famine vient, la suprême loi c'est le salut du peuple.
    Montesquieu
  • Jamais la violence, l'inégalité, l'exclusion, la famine, et donc l'oppression économique n'ont affecté autant d'êtres humains dans l'histoire de la terre et de l'humanité.
    Jacques Derrida — Spectres de Marx
  • La pandémie de coronavirus continue de fortement frapper la Guyane. De plus, dans les tranches de population dans une grande précarité, la famine vient s’ajouter à la Covid-19.
    Linfo.re — Guyane: le spectre de la famine s’ajoute à la Covid-19 - LINFO.re - France, Société
  • Quand l’estomac crie famine, qu’on n’a plus que la peau sur les os, l’argent est le seul dieu qui puisse répondre à nos prières.
    Altaf Tyrewala — Aucun dieu en vue
  • Nous avons construit un monde où l'intelligence est la premières des facultés, où la science et la technique nous tirent en avant et nous chutons, en produisant plus de misères, de famines, de maladies.
    Michel Serres — Entretien avec Guy Rossi-Landi - Septembre 1993
Voir toutes les citations du mot « famine » →

Traductions du mot « famine »

Langue Traduction
Anglais famine
Espagnol hambruna
Italien carestia
Allemand hungersnot
Chinois 饥荒
Arabe مجاعة
Portugais fome
Russe голод
Japonais 飢饉
Basque gosetea
Corse famine
Source : Google Translate API

Synonymes de « famine »

Source : synonymes de famine sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « famine »

Combien de points fait le mot famine au Scrabble ?

Nombre de points du mot famine au scrabble : 11 points

Famine

Retour au sommaire ➦