La langue française

Tiré

Sommaire

  • Définitions du mot tiré
  • Phonétique de « tiré »
  • Citations contenant le mot « tiré »
  • Traductions du mot « tiré »
  • Antonymes de « tiré »

Définitions du mot tiré

Trésor de la Langue Française informatisé

TIRÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de tirer*. (Être) tiré d'affaire. V. affaire I B 1 ex. 18 et rem. 2.(Être) tiré à quatre épingles. V. épingle B 1 c.(Être) tiré par les cheveux. V. cheveu I C.(Etre) à couteau(x) tiré(s) (avec qqn). V. couteau A 2 d.
II. − Adjectif
A. − Vieilli. Qui est trop recherché, subtil. L'auteur voulant, à cette reprise, lui donner un vernis de nouveauté, a fait faire à son héros des prophéties qui malheureusement ont paru tirées, et dont, en conséquence, l'effet n'a pas été brillant (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 232).Sa peinture [de Fantin-Latour] n'est ni méticuleuse ni tirée: elle est forte et simple (Huysmans, Art mod., 1883, p. 75).
B. − MUSIQUE
1. Au plur. Sons tirés. Sons émis lorsque la main qui tient l'archet s'éloigne des cordes (p. oppos. à sons poussés). On sait que pour le violon les sons tirés (la main qui tient l'archet s'éloigne des cordes) sont plus intenses que les sons poussés (Bouasse, Cordes et membranes, 1926, p. 291).
2. Le tiré, subst. masc. ,,Dans le jeu des instruments à archet (...) mouvement descendant de l'archet, du talon vers la pointe. Plus vigoureux que le poussé, ce coup d'archet est utilisé pour les temps forts, les notes accentuées ou les accords.`` (Mus. 1976). On trouve (...) une analogie frappante entre les ouvertures buccales, leurs exigences et le tiré de l'archet du violoniste (Melchissédec, Pour chanter, 1913, p. 166).L'archet a deux mouvements: le tiré qui part du talon, et le poussé qui part de la pointe (E. Guiraud, Busser, Instrument., 1933, p. 3).
C. − [En parlant du visage ou d'une partie du visage] Qui est amaigri; qui donne l'impression d'être tendu, tiré par la fatigue, le souci. Yeux tirés; mine tirée. Kate avait déjà remarqué son visage tiré d'insomnieux (...) et l'air de souci qu'il prenait (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 204).L'angoisse est visible sur le visage, les traits sont tirés, le nez est pincé, le teint grisâtre (Quillet Méd.1965, p. 158).
III. − Subst. masc.
A. − BANQUE, FIN., COMM. Personne à qui est donné l'ordre par le tireur, de payer une certaine somme à l'échéance indiquée sur l'effet de commerce, la lettre de change, la traite. Tiré accepteur; tiré non accepteur. Le tireur, généralement un fournisseur, la garde [la traite] par devers lui (...). Il attend donc de voir quels sont exactement les moyens du tiré, avant de la mettre en circulation. Il la remet alors à sa banque, qui l'encaisse et en porte ultérieurement le montant à son compte. Lorsqu'une traite n'est pas payée par le tiré, elle donne lieu à la formalité du protêt (Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 38).
B. − IMPR. Tiré à part. ,,Impression séparée d'une partie d'ouvrage ou d'un article de périodique sans changement dans la composition, sauf pour la pagination`` (Brun 1968); p. méton., l'ouvrage, l'exemplaire ainsi imprimé. Synon. tirage à part (v. tirage C 1 b).On décide le tiré à part d'une brochure à deux cent cinquante exemplaires. Le titre éclatera en lettres d'or sur une couverture noire (Bloy, Journal, 1894, p. 152).
C. − CHASSE
1. Chasse au tiré. Synon. de chasse à tir (v. ce mot A 3).[Un carnier] comportait d'innombrables poches pour les munitions et les provisions de bouche, un filet dans lequel aurait pu tenir le gibier d'un tiré royal (Arène, Veine argile, 1896, p. 189).P. méton. Chasse au tiré. Gibier chassé au fusil. (Ds Lar. 19e-Lar. Lang. fr.).
2. Partie, endroit de la forêt aménagé pour la chasse au fusil consistant en des bandes de taillis recépés annuellement. Battues de tirés. Au petit jour, on voyait nos lascars rentrer individuellement (...) se faufilant entre les maigres branches d'un ancien tiré incendié qui reliait leur trou à nos avant-postes (Cendrars, Homme foudr., 1945, p. 17).Les tirés étaient l'apanage des chasses royales ou impériales; tels furent ceux de Compiègne, de Saint-Germain, de Versailles ou de Fontainebleau. De ces fastes cynégétiques, il ne demeure à l'heure présente que les tirés présidentiels de Rambouillet (...) très amenuisés par ce qui sera l'auto-route de l'Ouest (Vidron, Chasse, 1945, p. 41).
Prononc. et Orth.: [tiʀe]. Att. ds Ac. dep. 1694.

Wiktionnaire

Adjectif

tiré \ti.ʁe\

  1. Abattu, amaigri, qui témoigne d’usure, de fatigue (en parlant du visage, des traits).
  2. (Figuré) (Familier)
    • Ils sont à couteaux tirés, Ils sont ennemis déclarés.

Nom commun

tiré \ti.ʁe\ masculin

  1. Chasse au fusil.
    • Le roi fit hier un beau tiré.
    • Chasse au tiré.
  2. Endroit aménagé pour cette chasse.
    • Les tirés de Rambouillet.
  3. (Commerce, Finance) Celui sur qui un effet a été tiré, qui est indiqué dans une lettre de change, dans un chèque, pour payer cet effet.
  4. (Musique) Mouvement d’un archet de la hausse à la tête quand jouant un instrument de musique à cordes. Antonyme de poussé.

Forme de verbe

tiré \ti.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe tirer.
    • Les Spartiates étaient petits en nombre, grands de cœur, ambitieux et violents ; de fausses lois n’en aurait tiré que de pâles coquins ; Lycurgue en fit d’héroïques brigands. — (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, page 99)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TIRER. v. tr.
Mouvoir vers soi, amener vers soi ou après soi. Tirer avec force. Tirer la porte après soi, la tirer sur soi. Tirer quelque chose à soi. Des chevaux qui tirent une voiture. Tirer une brouette. Tirer quelqu'un par le bras, par l'habit. Tirer un cheval par la bride. Tirer quelqu'un à part, le tirer à l'écart pour lui parler. Tirer les oreilles, les cheveux à quelqu'un. Absolument, Ces chevaux tirent bien, ils tirent mal. Tirer le verrou, Fermer une porte au verrou. Tirer le pied, la jambe en arrière, Les porter en arrière pour faire une révérence. On dit aussi par extension et populairement : Tirer sa révérence à quelqu'un, Le saluer. Cette expression signifie encore, familièrement, Quitter. Je lui dis nettement ma façon de penser et je lui tirai ma révérence. Elle s'emploie aussi pour Refuser. Ce que vous me proposez ne me convient pas, je vous tire ma révérence. Fig. et fam., Tirer les yeux, Faire mal aux yeux, leur causer de la fatigue. Ce caractère typographique est trop fin, il tire les yeux. Fig. et fam., Se faire tirer l'oreille, Avoir de la peine à consentir à quelque chose. Il s'est fait tirer l'oreille pour donner cette somme. Fig. et fam., Cette comparaison est tirée par les cheveux, Elle est amenée de loin, d'une manière peu naturelle, forcée. Fig. et fam., Tirer la couverture à soi, de son côté, Prendre plus que sa part, chercher dans une affaire à s'emparer de profits, d'avantages qu'on doit partager avec d'autres. On dit dans le même sens : Cet homme tire tout à lui. Fig. et fam., Tirer le diable par la queue, Être démuni d'argent, avoir beaucoup de peine à subsister. Tirer un criminel à quatre chevaux signifiait L'attacher par les pieds et par les mains à quatre chevaux, qui le tiraient chacun d'un côté et le démembraient. Fig. et fam., Après lui il faut tirer l'échelle se dit d'un Homme qui a si bien fait en quelque chose que personne ne peut faire mieux. Par analogie, Après cela il faut tirer l'échelle se dit d'un Fait tellement imprévu et déconcertant qu'on ne peut imaginer rien au-delà. En termes de Manège, Tirer à la main se dit d'un Cheval qui résiste à l'action de la bride.

TIRER signifie encore Tendre, allonger. Tirer une courroie. Tirer un câble. Tirer l'or, l'argent, etc., Les allonger en fils déliés, afin de s'en servir ensuite pour divers usages. Tirer ses bas, Les étendre sur ses jambes de manière qu'ils ne fassent pas de plis. Des bas bien tirés. Fig. et pop., Tirer ses chausses, tirer ses grègues, S'en aller, s'enfuir. Tirer les rideaux, Les ouvrir ou les fermer. Fig., Tirer le rideau sur quelque chose et absolument Tirer le rideau, Ne plus parler, ne plus s'occuper l'esprit de quelque chose de fâcheux, de désagréable. Fig., Tirer une chose en longueur, En éloigner la conclusion. Il tire l'affaire en longueur pour la faire échouer. Fig. et fam., Être tiré à quatre épingles, Être ajusté avec un très grand soin et de manière à paraître craindre de déranger son ajustement.

TIRER signifie aussi Ôter, faire sortir une chose d'une autre, d'un lieu. Tirer du fer d'une mine, du marbre d'une carrière, du sable du bord d'une rivière. Tirer de l'argent de sa bourse, de sa poche. Tirer une écharde du doigt. Tirer une épine du pied. Tirer une bague de son doigt. Tirer l'épée du fourreau. Tirer de l'eau d'un puits, du vin d'un tonneau; et absolument, Tirer de l'eau, tirer du vin. Tirer du sang, Saigner. Tirer la langue, Avancer la langue hors de la bouche. Fig. et pop., Faire tirer la langue à quelqu'un, Le faire languir dans l'attente de quelque assistance dont il a grand besoin. On dit aussi en parlant d'une Personne dont on n'a aucune compassion : Je lui verrais tirer la langue d'un pied de long que je ne lui donnerais pas un verre d'eau. Tirer l'épée contre quelqu'un, Se battre contre lui. Faire tirer l'épée à quelqu'un, L'obliger à se battre. Fig., Tirer l'épée contre son prince, Se révolter contre son prince. Tirer des sons d'un instrument, Lui faire rendre des sons. Tirer du feu d'un caillou, En faire jaillir du feu en le frappant. Tirer des larmes des yeux de quelqu'un, Le faire pleurer. Ce discours lui a tiré les larmes des yeux. Tirer les bas, les bottes à quelqu'un, Les lui ôter des jambes. Tirer son chapeau, L'ôter pour saluer. Je ne lui tirerai pas mon chapeau s'il ne me salue le premier. Fig. et fam., Tirer son épingle du jeu, Se dégager adroitement d'une mauvaise affaire. Fig. et fam., Tirer les marrons du feu, Faire au profit d'un autre et sans avantage pour soi-même quelque chose de difficile, de dangereux. Fig. et fam., Tirer à quelqu'un les vers du nez, Lui faire dire ce qu'on veut savoir, en le questionnant adroitement. Fig. et fam., Se tirer une épine du pied, Surmonter un obstacle, se délivrer d'un grand embarras. On dit dans le même sens : Tirer à quelqu'un une épine du pied. Fig. et fam., Tirer pied ou aile d'une chose, En tirer quelque profit de manière ou d'autre. Fig. et fam., Tirer d'un sac deux moutures, Prendre double profit dans une même affaire. Tirer du vin au clair, Le mettre en bouteilles quand il a été bien reposé. On dit aussi figurément : Tirer au clair un fait, une difficulté, L'éclaircir, la débrouiller. Il reste bien des obscurités dans cette affaire : il faudra la tirer au clair. Prov. et fig., Quand le vin est tiré, il faut le boire, L'affaire est engagée, il n'y a plus à reculer. En termes de Marine, Ce navire tire tant d'eau, tant de mètres d'eau, Il s'enfonce dans l'eau de tant de mètres.

TIRER signifie aussi Choisir au sort, faire sortir au hasard de la boîte qui les contient des billets, des noms, des numéros. Le président de la cour a tiré au sort les noms de ceux qui doivent former le jury. Tirer les numéros gagnants d'une loterie. Par extension, Tirer une loterie, Tirer les numéros d'une loterie, pour savoir à qui le sort fera échoir les lots. Tirer le gâteau des Rois ou, simplement, Tirer les Rois, Distribuer les parts du gâteau pour voir à qui la fève écherra.

TIRER signifie également Faire venir certains produits d'un pays plus ou moins éloigné. Les blés que Rome tirait de l'Égypte, de la Sicile. Il signifie encore Faire sortir une personne de quelque endroit, l'éloigner de quelque chose. On ne l'a tiré de cette prison que pour le conduire dans une autre. On ne l'a tiré qu'à grand-peine de l'eau où il était tombé. On ne saurait le tirer de son cabinet, de ses livres. Fig. et fam., On ne peut le tirer de là se dit en parlant d'un Homme qui se tient attaché à une idée et qui répond toujours la même chose. Fig., Tirer quelqu'un d'un mauvais pas, Le dégager d'une affaire difficile, embarrassante, fâcheuse. Fig., Tirer quelqu'un de la boue, de la poussière, Le faire sortir d'un état misérable et bas. On dit aussi : Tirer quelqu'un de son obscurité.

TIRER signifie particulièrement Dégager, délivrer quelqu'un. Tirer quelqu'un de prison, de captivité. Tirer son ami d'un danger, d'un péril. Qui le tirera de cet embarras? On l'a tiré de la misère. Il m'a tiré de peine. Tirez-moi de souci, d'inquiétude. Je l'ai tiré d'erreur. Se tirer d'affaire. Il s'est heureusement tiré de ce sujet difficile, de ce rôle ingrat. Absolument, S'en tirer, s'en bien tirer, Sortir heureusement d'une maladie, d'une difficulté, d'un procès, d'une affaire fâcheuse, etc. Il s'en est tiré. Il s'en est bien tiré. Vous ne vous en tirerez jamais. On dit de même : Il s'est fort bien tiré de là. Vous aurez quelque peine à vous tirer de là.

TIRER signifie encore Extraire. Tirer le suc des herbes, le suc des viandes. Fig. et par exagération, Il tirerait de l'huile d'un mur se dit d'un Homme qui sait tirer profit de tout. On tirerait plutôt de l'huile d'un mur que de tirer de l'argent de lui se dit d'un Homme avare et tenace.

TIRER signifie, au figuré, Recueillir, percevoir, obtenir, recevoir. Tirer du profit. Quel avantage tirez-vous de là? Il tire dix mille francs de rente de sa terre. Il a tiré de cette affaire tout ce qu'on en pouvait tirer. Il a tiré de grands services de cet homme. Les leçons qu'on peut tirer de l'histoire. Cet argument, ce raisonnement tire sa principale force de la manière dont il est présenté. Tirer de l'argent de quelqu'un, Se faire donner de l'argent par quelqu'un, à force de sollicitations, de poursuites, etc. C'est un très mauvais débiteur, on n'en peut tirer aucun argent. Tirer un éclaircissement de quelqu'un, Faire en sorte qu'il donne l'éclaircissement qu'on souhaite de lui. On ne saurait tirer un mot de lui, on ne peut rien tirer de lui se dit en parlant d'un Homme qui ne veut point répondre sur quelque chose. On ne saurait tirer raison de cet homme, On ne peut obtenir de lui qu'il fasse ce qu'il doit. Tirer raison, tirer satisfaction d'une injure, d'une offense, Faire réparer l'injure, l'offense. Tirer vengeance, Se venger. Tirer parti de quelqu'un, de quelque chose, En tirer des services, des avantages. Il a su tirer un grand parti de cet homme, de cette affaire. Il tire parti de tout. Tirer parti des circonstances. Tirer avantage d'une chose, La tourner, l'interpréter à son avantage. Il tire avantage de votre modération, de votre retenue et s'imagine que vous le craignez. Tirer vanité d'une chose, S'en glorifier. Il tire vanité d'une action dont il devrait avoir honte.

TIRER signifie aussi, figurément, Extraire, puiser, emprunter. Il a tiré une infinité de belles sentences des anciens. C'est de tel auteur qu'il a tiré tout ce qu'il sait sur ce sujet. Les mots que nous avons tirés du latin. C'est de là que cette ville, que cette rivière tire son nom, C'est à telle circonstance que cette ville, que cette rivière doit le nom qu'elle porte. C'est de ce lieu que telle famille tire son nom, Elle porte le nom de cette localité. Les Condé tirent leur nom d'un village de la Brie champenoise. Tirer son origine, tirer sa source de, Descendre, être issu de. Il tire son origine de telle famille. Cette rivière tire sa source de telle montagne.

TIRER signifie aussi Inférer, conclure. De cela je tire une conséquence. On tire de là un grand argument contre lui. La conclusion que vous voulez tirer de ce fait n'est pas juste. Tirer un bon, un mauvais augure, un fâcheux, un heureux présage de quelque chose. Absolument, Cette chose tire à conséquence, On pourrait s'en autoriser, s'en prévaloir à l'avenir pour quelque chose de pareil. Je lui accorderai sa demande, sans que cela doive, sans que cela puisse tirer à conséquence ou, elliptiquement, sans tirer à conséquence. Tirer l'horoscope d'une personne, Faire l'horoscope d'une personne suivant les règles de l'astrologie. Il signifie figurément Deviner par quelques circonstances ce que cette personne sera un jour, ce qu'elle fera dans telle ou telle occasion. Tirer les cartes à quelqu'un, Lui prédire sa destinée d'après l'arrangement fortuit des cartes que l'on consulte.

TIRER signifie aussi Tracer. Tirer une ligne sur du papier. Tirer un trait sur ce qu'on a écrit. Tirer une allée au cordeau. Tirer le plan d'une forteresse, d'une maison. Tirer une copie, tirer la copie, tirer copie d'un acte, d'une lettre, d'un dessin, etc., Les copier. Tirer les parties d'une partition, En copier à part les différentes parties d'orchestre. En termes de Finance et de Commerce, Tirer une lettre de change, tirer un chèque, Signer un effet de commerce, une sorte de lettre par laquelle on charge un correspondant de payer la somme énoncée à celui qui présentera cette lettre, ce chèque. En termes de Marine, Tirer des bordées, Louvoyer.

TIRER signifie en outre Imprimer. Tirer des feuilles. Tirer des estampes. On n'a tiré que cent exemplaires de son livre. Cet ouvrage a été tiré à cinq cents exemplaires. Il n'y a encore que deux feuilles de tirées. Bon à tirer. Il signifie encore Faire partir une arme de trait, une arme à feu. Tirer l'arc. S'exercer à tirer le pistolet. Tirer le canon. Tirer un coup de fusil. Tirer des salves d'artillerie. Tirer un feu d'artifice, des fusées, etc., Les faire partir. Fig. et fam., Tirer sa poudre aux moineaux, Employer pour des bagatelles son crédit, ses ressources, ses amis, dont on aurait pu se servir plus utilement.

TIRER signifie également Chercher à atteindre avec une arme de trait, avec une arme à feu. Tirer une perdrix, un lièvre.

TIRER est aussi verbe intransitif et signifie Faire usage d'une arme de trait ou d'une arme à feu, la faire partir. Tirer de l'arc, de l'arbalète. Tirer au pistolet, à la carabine. Tirer en l'air. Tirer à blanc, à la cible. Tirer juste. Tirer à boulets rouges, à coups perdus. Tirer à bout portant. Tirer sur quelqu'un. Tirer à plomb, à balle. Tirer au vol, Tirer sur un oiseau lorsqu'il vole. Tirer au jugé, Tirer sans voir le gibier dans la direction où l'on suppose qu'il se trouve. Tirer à l'oiseau, Chercher à abattre un oiseau de bois placé au haut d'une perche. Fig. et fam., Tirer sur quelqu'un, Dire des choses offensantes de quelqu'un. Tirer à boulets rouges sur quelqu'un, En dire les choses les plus offensantes. Tirer sur quelqu'un à bout portant, Lui dire en face les choses les plus dures. Ces expressions se prennent quelquefois dans un sens moins sérieux, en parlant d'Épigrammes, de plaisanteries. Fig., Vous tirez sur vos troupes, sur vos gens, Vous attaquez ceux qui sont dans vos intérêts.

TIRER se dit aussi des Armes à feu, lorsqu'elles partent. Dès que le canon eut commencé à tirer, les ennemis capitulèrent. Un fusil qui tire juste, Qui ne fait point dévier la balle ou le plomb de la direction dans laquelle on a voulu les lancer.

TIRER, intransitif, signifie aussi Exercer une traction, un effort pour amener à soi quelque chose. Tirer fortement sur une corde pour amener un fardeau. Tirer sur une amarre. En termes d'Escrime, il signifie Faire des armes. Tirer de tierce, de quarte. Tirer en tierce. Tirer à la muraille, au mur. Il tire bien.

TIRER signifie encore S'en remettre à la décision du sort. On les fit tirer au sort. Ils tirèrent tous deux à la courte paille, au doigt mouillé. En termes de jeux de Cartes, Tirer à qui fera, À qui commencera, à qui donnera les cartes.

TIRER signifie aussi Aller, s'acheminer. Tirons de ce côté. En tirant vers la droite. En tirant sur la gauche. Ce sens est familier. Tirer au large, S'enfuir. Tirez, tirez. Terme dont on se servait autrefois pour chasser un chien. Tirer à sa fin, Être bien près de finir, d'être terminé. Cet ouvrage, cette affaire tire à sa fin. Sa maladie tire à sa fin. Ce tonneau de vin tire à sa fin. Ce malade tire à sa fin, Il est près de mourir. Tirer en longueur, Se prolonger, ne pas se terminer. Cette affaire tire en longueur. On dit aussi absolument Tirer. Cette négociation tire beaucoup. Fam., Tirer à la ligne, Allonger un écrit pour qu'il contienne plus de lignes et soit plus copieux, partant plus payé.

TIRER signifie figurément Avoir quelque rapport, quelque ressemblance; il se dit principalement du Rapport que les couleurs ont ensemble. Cette pierre tire sur le vert. Le plumage de cet oiseau tire sur le violet. Le participe passé

TIRÉ s'emploie comme adjectif. Un visage tiré, Un visage abattu, amaigri, qui témoigne d'usure, de fatigue. On dit de même : Avoir les traits tirés. Fig. et fam., Ils sont à couteaux tirés, Ils sont ennemis déclarés.

TIRÉ s'emploie aussi comme nom masculin et désigne une Chasse au fusil. Le roi fit hier un beau tiré. On dit dans le même sens : Chasse au tiré. Il se dit encore d'un Endroit aménagé pour cette chasse. Les tirés de Rambouillet. En termes de Finance et de Commerce, il désigne Celui sur qui un effet a été tiré, qui est indiqué dans une lettre de change, dans un chèque, pour payer cet effet.

Littré (1872-1877)

TIRÉ (ti-ré, rée) part. passé de tirer
  • 1Mû, amené vers soi ou après soi. La voiture tirée par les chevaux.
  • 2Tiré à quatre chevaux, écartelé.

    Par un jeu de mots qui est une allusion à ce supplice. Il [le gazetier Marin devenu riche] a tant fait par ses journées, qu'enfin nous avons vu de nos jours le corsaire allant à Versailles, tiré à quatre chevaux sur la route, Beaumarchais, 4e mém.

  • 3Mis hors. L'épée tirée du fourreau. Dans l'antre de la bête féroce… devant elle, sous ses yeux étincelants, ses ongles tirés, Diderot, Cl. et Nér. I, 108.

    Ils sont à couteaux tirés, aux couteaux tirés, voy. COUTEAU, n° 6.

  • 4Rideau tiré, rideau écarté. Le rideau tiré, on vit la scène.

    Rideau tiré, rideau avancé pour cacher quelque chose. Les rideaux de son lit étaient tirés, de manière que je pouvais entrer sans être aperçue, Genlis, Vœux témér. t. II, p. 120.

  • 5Il se dit d'une liqueur qu'on fait couler du réservoir qui la contient. Le vin est tiré, mettons-nous à table. Mme Anderson a souvent observé que le lait le premier tiré ne ressemblait point au dernier, Parmentier, Instit. Mém. scienc. t. IV, p. 244.

    Fig. Le vin est tiré, il faut le boire, l'affaire est engagée, il n'y a plus moyen de reculer. Valère au marquis qui refuse de se battre : Oh ! vin est tiré, monsieur, il faut le boire, Regnard, Joueur, III, 11.

  • 6 Familièrement. Être tiré à quatre épingles, être ajusté avec soin.
  • 7Qu'on a fait sortir, délivré. Le pieux Henoc, miraculeusement tiré du monde qui n'était pas digne de le posséder, Bossuet, Hist. I, 1.

    Fig. Tiré d'affaire, qui a échappé à une difficulté, à un péril, à une maladie. Vous avez cru comme moi, sans fondement, que l'abbé de Condillac était mort : heureusement il est tiré d'affaire, et reviendra bientôt chez nous jouir de la fortune et de la réputation qu'il mérite, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 3 janv. 1765.

  • 8Il se dit d'un coup d'arme à feu. Le dernier coup tiré des remparts [de Maestricht] lui ôta la vie [au comte de Bissi], Voltaire, Mél. litt. Él. offic. morts en 1741.

    Tué à coups de fusil, en parlant de gibier. Un de ses officiers des chasses écrivit par ses ordres que c'était de la chasse de Son Altesse, et du gibier tiré de sa propre main, Rousseau, Conf. X.

  • 9Visage tiré, visage amaigri, allongé. Tout son visage, tiré et rétréci [d'Astarbé], faisait des grimaces hideuses, Fénelon, Tél. VIII.

    Substantivement. Les masques de Bouligneux et de Martigny avaient la pâleur et le tiré des personnes qui viennent de mourir, Saint-Simon, 142, 70.

  • 10 Fig. Qu'on a fait sortir de la bouche d'une personne. Après cet aveu tiré de sa propre bouche, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 598, dans POUGENS.
  • 11Qui a été extrait de, en parlant de compositions d'esprit. Ces pensées, quoique tirées d'Homère, n'en sont pas moins plates, Lesage, Diable boit. 14. La tragédie d'Othello, tirée du roman de Cintio et de l'ancien théâtre de Milan, Voltaire, Mél. litt. à l'Acad. franç. I.
  • 12Imprimé. Le prix de la feuille tirée ne diminue qu'à raison du nombre des exemplaires, Camus, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v. p. 309.
  • 13Tracé. Un retranchement tiré au-devant du village. Ces rues sont larges, tirées au cordeau, et formées par des maisons un peu basses, mais agréablement bâties, Raynal, Hist. phil. VI, 18.
  • 14Représenté par la peinture. Cette beauté [Angélique, de l'Arioste]… ne fut qu'un portrait mal tiré des merveilles que nous devions admirer en vous [Mme de Saintot], Voiture, Lett. 4. Et moi je suis réellement capucin ; j'en ai la patente avec le portrait de saint François tiré sur l'original, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 4 mai 1770.
  • 15Déduit, conclu. Il l'a trouvée [cette conséquence] toute tirée dans Vasquez, Pascal, Réfut. de la rép. à la 12e lett.
  • 16Affecté. Tout en lui [le prince de Conti] coulait de source ; jamais rien de tiré, de recherché, Saint-Simon, 220, 215.

    Forcé. Vous nous payez ici d'excuses colorées, Et toutes vos raisons, monsieur, sont trop tirées, Molière, Tart. IV, 1.

    On dit dans un sens analogue : tiré de loin, tiré par les cheveux. Il y a des figures [dans l'Ancien Testament] claires et démonstratives ; mais il y en a d'autres qui semblent un peu tirées par les cheveux, et qui ne prouvent qu'à ceux qui sont persuadés d'ailleurs, Pascal, Pens. XVI, 1, édit. HAVET. Il faut éviter les jeux de mots trop affectés et tirés de loin, Dumarsais, Trop. part. II, art. 11.

  • 17 S. m. Terme de droit commercial. Celui qui est désigné pour payer une lettre de change. Celui qui fournit la lettre de change s'appelle souscripteur ou tireur ; celui sur qui elle est fournie s'appelle tiré, ou accepteur lorsque la lettre de change lui a été présentée et qu'il l'a revêtue de son acceptation, Répertoire général de l'Enregistrement, Effet de commerce, n° 5237-2.
  • 18S. m. chasse au fusil. On fit hier un beau tiré.

    On dit dans le même sens : chasse au tiré. Comme la bécassine part de loin et très rapidement, et qu'elle fait plusieurs crochets avant de filer, il n'y a pas de tiré plus difficile, Buffon, Ois. t. XIV, p. 257.

    On écrit aussi tirer. Les trois frères Lorrains avaient été au tirer du roi, Saint-Simon, 64.

  • 19Nom donné, dans certains bois, à des taillis maintenus au-dessous de la hauteur d'homme, afin qu'on puisse y exercer la chasse à tir.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tiré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tiré tire

Citations contenant le mot « tiré »

  • Au 15e siècle, tirer est souvent associé à la boisson. "Quand le vin est tiré, il faut le boire" dit-on à l'époque. Le larigot, lui, est une flûte qu'on utilise pour faire de la musique. Or, tenir une flûte verticalement peut ressembler à l'action de boire : l'association des deux a donné l'expression "boire à tire-larigot".  Europe 1, D'une flûte ou d'une cloche normande, d'où vient l'expression "à tire-larigot" ?
  • Le chiffre est dévastateur, et les zéros derrière la virgule sont autant de flèches pour un réquisitoire contre la folie du monde tel qu’il s’enfonce dans la pandémie : 0,00006 %, c’est la part des vaccins qui ont été administrés à des habitants des pays les plus pauvres, sur le total des doses utilisées jusqu’ici. À l’ouverture, lundi matin, d’une session du conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se tient en visioconférence jusqu’au 26 janvier, Tedros Adhanom Ghebreyesus, son secrétaire général, a tiré le signal d’alarme sans ménagement. Selon lui, 39 millions de doses d’un sérum contre le nouveau coronavirus ont été inoculées dans une cinquantaine de pays, les plus riches et les plus puissants, mais « seulement 25 doses ont été administrées dans un des pays aux revenus les plus bas ». « Pas 25 millions, pas 25 000, juste 25, insiste le médecin éthiopien à la tête de l’agence onusienne. Je dois être franc. Le monde est au bord d’une faillite morale catastrophique, et le prix de cet échec sera payé par les vies et les moyens de subsistance dans les pays les plus pauvres du monde. » L'Humanité, Vaccins. L’OMS tire le signal d’alarme | L'Humanité
  • Il était accompagné par son ami Laurent, dont le traîneau est tiré par ses deux huskies et son malamute. Tous deux font partie du club de « canicross » CaniKaze84, à Jonquières. Mathieu, qui a appelé sa vidéo « Cani Ski Rando », précise : « Je ne conçois pas de faire une sortie sans mes chiens. On les a ensuite relâchés au sommet du Ventoux ». Ils ont visiblement apprécié la sortie. , Vaucluse. Orange : tiré par ses chiens jusqu’au sommet du Ventoux
  • Laissé seul, l’homme aurait saisi son fusil et tiré une décharge de plomb dans un mur. Puis il aurait appelé la police, tout en tirant des coups de feu en l’air alors qu’il était en ligne, pour qu’on lui vienne en aide et qu’on vienne le chercher. SudOuest.fr, Bordeaux : il tire des coups de feu en l’air à Bacalan
  • En janvier 1994, un homme avait tiré deux coups de feu à blanc sur le prince Charles lors d'un discours de la Journée de l'Australie. Malgré qu'il ait été déclaré coupable, celui qui s'en était pris au fils d'Elizabeth II et du prince Philip occupe aujourd'hui un poste étonnant. Closermag.fr, Le prince Charles rescapé : le job étonnant trouvé par l'homme qui lui avait tiré dessus - Closer
  • Engagé depuis vendredi 15 janvier dans les manœuvres Grand prophète 15, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a tiré ce samedi plusieurs missiles balistiques à longue portée contre diverses cibles d’un ennemi imaginaire situées à une distance de 1.800 kilomètres dans le nord de l'océan Indien, rapporte l’agence de presse Tasnim. , L’Iran tire plusieurs missiles contre des cibles au sol et en mer au cours d'une manœuvre – vidéos - Sputnik France
  • Ce samedi 16 janvier 2021, un feu d'artifice sauvage a été tiré depuis trois pont sur la Saône en plein centre ville de Lyon sous les yeux de centaines de badauds. , Lyon. Les images chocs d'un feu d'artifice sauvage tiré sur trois ponts de la ville | Actu Lyon

Traductions du mot « tiré »

Langue Traduction
Anglais drawn
Espagnol dibujado
Italien disegnato
Allemand gezeichnet
Chinois
Arabe مسحوب
Portugais desenhado
Russe нарисованный
Japonais 描かれた
Basque marraztuta
Corse disegnata
Source : Google Translate API

Antonymes de « tiré »

Partager