Reculer : définition de reculer


Reculer : définition du Wiktionnaire

Verbe

reculer \ʁə.ky.le\ ou \ʁky.le\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se reculer)

  1. Tirer ou pousser un objet en arrière.
    • Reculez un peu votre chaise.
    • Reculez la table.
    • Reculez-vous de là.
    • Il se recula bien loin d’eux.
    • Reculer une muraille, une haie, un fossé Les reporter plus loin.
    • Il faut reculer de deux mètres cette muraille.
  2. (Figuré) Porter plus loin, déplacer les limites, les frontières.
    • (Pronominal)Mais nous sommes déjà dans les faubourgs. Les maisons s'espacent, se reculent, s'adossent à la rivière ou à la montagne. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  3. (Figuré) Éloigner quelqu’un du but qu’il se propose, retarder, ajourner une affaire.
    • Nous reculons dans le temps d'une République. Nous sommes sous la Troisième qui tire à sa fin. M. Albert Lebrun en est le président. — (Maurice Lelong, Célébration du fumier, Le Jas du Revest-Saint-Martin (Haute-Provence) : chez Robert Morel éditeur, 1966, p. 153)
    • Cet événement a fort reculé ses projets, a reculé ses affaires, l’a fort reculé.
    • Ce succès recula sa perte.
    • Il a reculé ses paiements de six mois.
  4. (Rare) Sodomiser de nouveau.
    • Jamais ils n’ont rien enculé, reculé, basculé, masculé, rien du tout. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], L’École des cadavres, partie I, Denoël, 1938)
  5. (Intransitif) Aller en arrière.
    • Pour arrêter le cheval étant au pas, au trot ou au galop […] et même pour reculer, la tension des rênes, la pression des jambes, la position des mains et des jambes sont les mêmes, c’est-à-dire que les mains doivent être à la même hauteur et les jambes également en arrière. — (Félix van der Meer, Connaissances complètes du cavalier, de l’écuyer et de l’homme de cheval, Lebègue & Cie à Bruxelles & Dumaine à Paris, 1865, p. 242)
    • Aussitôt l’intrus recula, baissa les yeux et, relevant les pans de sa pèlerine, affecta de se chauffer. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 87)
    • Recule vite, cherche le dur, le sec, ou tu es perdu. Tu croira t’échapper en avançant […] Tu t’enfonces davantage […] — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Toujours positionnés sur leur ligne, les héros ne reculent jamais devant l'ennemi. Entre le 23 et le 25 mai 1940, le 6e RSA perd 99 spahis à Sy, parmi lesquels figurent des tués tels que Saïd Ben Dechina, Mohamed Djoudi, les admirables Hamadi et Lambarek... — (Rachid Bouamara, Le silence tiraillé: À ces guerriers bannis de l’Histoire..., Publishroom, 2017)
  6. (Intransitif) (Figuré) Régresser, en parlant des affaires et des personnes.
    • Ce sont eux qui, dans l'élevage gâtineau, tiennent la vedette et la tiendront jusqu'au jour où les perfectionnements apportés aux méthodes culturales les feront reculer au point d'en amener la quasi-disparition. — (Louis Merle, La métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen-Age à la Révolution, collection Les Hommes et la terre, tome 2, S.E.V.P.E.N., 1957, p. 153)
    • Vos affaires reculent au lieu d’avancer. — Souvent c’est reculer que de ne point avancer.
    • Il est trop avancé pour reculer.
  7. (Intransitif) (Figuré) Ne pas soutenir avec fermeté ses droits, ses opinions.
    • Il aimerait mieux se faire tuer que de reculer.
    • Cinquante francs d'amende par exemplaire saisi, c'est de quoi faire reculer les plus intrépides. — (Gérard de Nerval, « Angélique », in Les Filles du feu, 1854)
  8. (Intransitif) Différer, éviter de faire quelque chose qu’on exige ou qu’on désire de nous.
    • Eh! bien, ne reculant devant aucune tâche si fastidieuse fût-elle, ils pourvoiront, d'eux-mêmes, à la diffusion de ces ouvrages, en s'en faisant les traducteurs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Je voudrais qu’il me rendît ses comptes, mais il recule toujours.
    • Il n’y a plus moyen de reculer.
    • Je l’ai tellement pressé, qu’il ne peut plus reculer.
    • Quelque proposition que vous lui fassiez, il est homme à ne pas reculer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Reculer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RECULER. v. tr.
Tirer ou pousser un objet en arrière. Reculez un peu votre chaise. Reculez la table. Reculez-vous de là. Il se recula bien loin d'eux. Reculer une muraille, une haie, un fossé Les reporter plus loin. Il faut reculer de deux mètres cette muraille. Fig., Reculer les bornes, les frontières d'un État, Les porter plus loin, accroître le territoire de cet État.

RECULER signifie au figuré Éloigner quelqu'un du but qu'il se propose, retarder, ajourner quelque affaire. Cet événement a fort reculé ses projets, a reculé ses affaires, l'a fort reculé. Ce succès recula sa perte. Il a reculé ses paiements de six mois.

RECULER est aussi intransitif et signifie Aller en arrière. Faites reculer cette voiture. Comment voulez-vous qu'il recule? Le canon recule en tirant. Reculer d'un pas. Faites reculer tout le monde. Il se dit aussi, figurément, des Affaires et des personnes. Vos affaires reculent au lieu d'avancer. Il n'avance point, il recule tous les jours. Souvent c'est reculer que de ne point avancer. Il est trop avancé pour reculer. Il ne recule jamais, on ne l'a jamais vu reculer se dit d'un Homme très brave; et, figurément, d'un Homme qui soutient avec fermeté ses droits, ses opinions. Il aimerait mieux se faire tuer que de reculer. Prov. et fig., Reculer pour mieux sauter se dit lorsqu'On n'évite un inconvénient, un danger présent qu'en s'exposant pour l'avenir à un inconvénient, à un danger plus grave.

RECULER signifie encore, figurément, Différer, éviter de faire quelque chose qu'on exige ou qu'on désire de nous. Je voudrais qu'il me rendît ses comptes, mais il recule toujours. Il n'y a plus moyen de reculer. Je l'ai tellement pressé, qu'il ne peut plus reculer. Quelque proposition que vous lui fassiez, il est homme à ne pas reculer. Le participe passé

RECULÉ s'emploie adjectivement et signifie Qui est éloigné, lointain. Il loge dans le quartier de la ville le plus reculé. Il se renferme dans la partie la plus reculée de sa maison. Les régions les plus reculées. L'antiquité la plus reculée. La postérité la plus reculée.

Reculer : définition du Littré (1872-1877)

RECULER (re-ku-lé) v. a.
  • 1Porter en arrière. Reculez la table. Reculez cette chaise de la cheminée.
  • 2Reporter plus loin. Il faut reculer cette muraille.

    Reculer les bornes, les frontières d'un État, l'agrandir. Trajan, qui avait rétabli la gloire du nom romain chez les étrangers, et reculé les frontières de l'empire par des victoires signalées, Condillac, Étud. hist. III, 3. Et toujours créateur même alors qu'il imite, De son art étonné recule la limite, Millevoye, Invent. poét.

  • 3Écarter, éloigner. Mais il est des objets que l'art judicieux Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux, Boileau, Art p. III. La lumière du jour …ne renaît que pour éclairer sa nudité, son impuissance [du voyageur perdu dans le désert], et pour lui présenter l'horreur de sa situation en reculant à ses yeux les barrières du vide, Buffon, Quadrup. t. V, p. 15.
  • 4Éloigner quelqu'un du but, une affaire de son issue. La disgrâce de son protecteur l'a bien reculé. Cette indiscrétion de ma part servirait plutôt à reculer vos affaires qu'à les avancer, Voltaire, Lett. d'Argence, 3 sept. 1770.
  • 5Ajourner, retarder. Tous mes soins, tous mes vœux hâtent cette vengeance, Ta perte la recule, et ton salut l'avance, Corneille, Pomp. IV, 4. N'eût-il [Horace] que d'un moment reculé sa défaite, Rome eût été du moins un peu plus tard sujette, Corneille, Hor. III, 6. C'est un accident qui a fait reculer son mariage, Molière, Méd. m. lui, II, 6. Je crois que la pension des menins n'a point été retranchée ni reculée, Sévigné, 23 avr. 1690. [Philopoemen] à voir agir les Romains dans la Macédoine, jugea bien que la liberté de la Grèce allait expirer, et qu'il ne qui restait plus qu'à reculer le moment de sa chute, Bossuet, Hist. III, 6. Sans reculer plus loin l'effet de ma parole, Je vous rends dans trois mois au pied du Capitole, Racine, Mithr. III, 1. Lorsque étendu sur le lit de votre douleur, la mort sera à la porte, vous la croirez encore loin ; vous reculerez encore l'affaire de votre salut et la proposition qu'on vous fera, d'appeler un ministre de Jésus-Christ, Massillon, Carême, Impén. fin.
  • 6Porter au loin dans le temps. Ces peuples [les Japonais] ont eu aussi la manie de reculer leur origine, Diderot, Opin. des anc. philos. [Japonais].
  • 7 V. n. Aller en arrière, exécuter la progression en sens inverse de la direction ordinaire et naturelle. La voiture recula. Ce cheval a de la peine à reculer. Reculez un peu pour la troisième [révérence], Molière, Bourg. gent. III, 19.

    Fig. Les femmes qui se sentent finir d'avance par la perte de leurs agréments, voudraient reculer vers la jeunesse, Montesquieu, Lett. pers. 52.

    Terme de marine. On dit que les vents reculent, lorsque, au lieu de tourner de gauche à droite, comme lorsqu'ils vont du sud au nord en passant par l'ouest, ils reviennent du nord au sud en passant de même par l'ouest.

    S. m. Terme de manége. Le reculer, action par laquelle le cheval se déplace dans un ordre inverse à celui des mouvements progressifs.

  • 8Il se dit des armes à feu que l'explosion fait aller en arrière. Un canon recule par l'effet de la réaction égale à l'action.
  • 9Se retirer en arrière. Pourrait-on reculer en combattant sous vous ? Corneille, Médée, IV, 3. Ah ! coquin ! ah ! canaille ! vous en voulez par là !… soutenez, marauds ; soutenez… comment, vous reculez ! Molière, Fourber. II, 9. Si je me défends, ce n'est qu'en reculant, Molière, F. sav. IV, 3. Hé quoi ! loin d'approcher, vous reculez tous deux ! Racine, Théb. IV, 3. Et toi, soleil… Toi qui n'osas du père éclairer le festin, Recule, ils t'ont appris ce funeste chemin, Racine, Iphig. V, 4. Le flot qui l'apporta recule épouvanté, Racine, Phèdre, V, 6.

    Il ne recule jamais, on ne l'a jamais vu reculer, se dit d'un homme très brave. C'est Merci avec ses braves Bavarois, enflés de tant de succès et de la prise de Fribourg ; Merci qu'on ne vit jamais reculer dans les combats, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Cela se dit aussi de celui qui soutient son opinion avec fermeté.

    On dit dans le même sens : Il aimerait mieux se faire hacher en pièces, que de reculer.

  • 10 Fig. Renoncer, céder, en parlant des personnes. J'accepte la proposition, et ne suis point personne à reculer lorsqu'on m'attaque d'amitié, Molière, Fourber. III, 1. Vous reculez, lui dis-je en l'interrompant, vous reculez, mon père : vous abandonnez le principe général, Pascal, Prov. IV. Poursuis, Néron ; avec de tels ministres Par des faits glorieux tu te vas signaler ; Poursuis ; tu n'as pas fait ce pas pour reculer, Racine, Brit. V, 6. Il était dangereux pour vous de reculer, Racine, Bajaz. V, 4. C'est un mauvais orgueil de croire qu'on ne peut avoir tort ; c'est une faiblesse de n'oser reculer, quand on sent qu'on nous a fait faire une mauvaise démarche, Massillon, Pet. carême, Écueils piét. grands. Je crois qu'il ne peut plus reculer sur ce point, Destouches, Irrésolu, I, 2. Quand il devrait un peu m'en coûter [pour le Corneille avec les commentaires], je ne reculerai pas, Voltaire, Lett. d'Argental, 28 juill. 1761. Savoir reculer à propos pour gagner ensuite plus de terrain, D'Alembert, Éloges L. Verjus.

    Reculer pour mieux sauter, temporiser pour mieux prendre ses avantages. Si je recule, c'est pour mieux sauter, Cyrano de Bergerac, Pédant joué, IV, 2. On recule souvent, dit-on, pour mieux sauter, Th. Corneille, D. Cés. d'Avalos, II, 1.

    Il a reculé pour mieux sauter, il a sacrifié un petit avantage présent pour en obtenir plus tard un beaucoup plus grand.

    Cela se dit aussi quand, après un mauvais succès, on en obtient un signalé ; et, en sens inverse, quand on évite un petit inconvénient pour tomber dans un plus grand.

  • 11Il se dit des choses qui ne réussissent pas. Ses affaires reculent au lieu d'avancer.
  • 12Être ajourné. Le baptême de M. le duc de Chartres recule ; et je ne puis partir qu'il ne soit fait, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 3 sept. 1675.
  • 13Perdre l'avance qu'on avait. La civilisation recula dans ce pays sous la domination des conquérants étrangers. Qui n'avance pas dans les voies de Dieu recule, Massillon, Profess. relig. 2. Les Espagnols avancent quand nous reculons ; ils ont fait plus de progrès en deux ans que nous n'en avons fait en vingt, Voltaire, Lett. d'Argental, 6 mai 1768.
  • 14Aller plus loin, s'écarter. L'homme a fait reculer peu à peu les bêtes féroces, il a purgé la terre de ces animaux gigantesques…, Buffon, Anim. domestiques.
  • 15Différer, éviter de faire. On le presse d'agir, il recule toujours. Il recula devant une proposition si hardie.

    Reculer à, ne pas se soumettre à, craindre de. Hé bien ! oui, puis qu'il veut te choisir pour juge, je n'y recule point, Molière, l'Av. IV, 4. Comme je l'avais sur moi, et qu'apparemment je reculais à l'ôter, n'y a-t-il plus rien à mettre, disais-je, est-ce là tout ? Marivaux, Marianne, 3e part.

    Il ne recule à rien, il n'est aucun travail qu'il n'accepte. Je ne recule à rien, tout tombe sur mon dos, Hauteroche, Deuil, SC. 9.

    La Fontaine a dit dans ce sens : reculer de. Avant le coup demandez la cédule : De la donner je ne crois qu'il recule, La Fontaine, Sav.

    Il n'y a plus moyen de reculer, il n'y a plus à reculer, on ne peut plus échapper, différer. Mes révérends pères, il n'y a plus moyen de reculer : il faut passer pour des calomniateurs convaincus, et recourir à votre maxime, que cette sorte de calomnie n'est pas un crime, Pascal, Provinc. X. Comment lui déclarer votre mariage ? cependant il n'y a plus à reculer, D'Allainval, Éc. des bourg. I, 2.

    Reculer trop loin à, trop différer. Ayant rejeté les yeux sur votre lettre, j'ai vu qu'elle était datée du 7 courant, et que ce serait reculer trop loin à vous faire connaître que je l'ai reçue, Corneille, Lett. au P. Boulard, 30 mars 1652.

  • 16Se reculer, v. réfl. Aller en arrière, s'écarter. Et pour la décevoir, il use d'une feinte, Se recule en passant, et se laisse frapper, Mairet, M. d'Asdrub. V, 1. Les premiers jours, il fallait voir comme elle se reculait d'auprès de moi, et puis elle reculait plus doucement, et puis petit à petit elle ne reculait plus, Marivaux, Double inconst. I, 6.
  • 17Être différé. C'est toujours dans cette vue de vous plaire que je me conserve et que j'ai soin de moi, étant très persuadée que l'heure de ma mort ne se peut ni avancer, ni reculer, Sévigné, 318. Le retour du roi se recule toujours, Sévigné, 1er juillet 1676.

HISTORIQUE

XIIe s. Cuidiez vos ore qu'alasse reculant ? Je nel feroie por l'onor d'Abilant, Li coronemens Looys, V. 2438. Plus d'une archiée ont païen reculé, Bat. d'Aleschans, V. 5856.

XIIIe s. L'en doit bien reculer pour le plus loin saillir, Berte, XII. Et fist le flun escluser et reculer contre-mont, Chr. de Rains, 102. Chascuns Turs de bien faire moult forment se pena, Dusqu'au chief d'une rue nos François recula, Ch. d'Ant. VI, 919. Si brisa leur navie [contre une île], et perit grand multitude de l'ost, si que il n'en eschappa que environ XXX mille hommes, qui se reculerent [réfugièrent] sur ceste isle, Marc Pol, p. 545.

XIVe s. Et les etrusques legions n'ont mie reculé, Bercheure, f° 44, recto.

XVe s. Ils ressoignent et reculent, car ils ne sont pas gens pour combattre à nous, Froissart, I, I, 121. Ils se reculerent droit vers les seigneurs, Commines, I, 11. Il [Louis XI] reculla de luy toutes gens que il avoit acoustumé, Commines, VI, 7.

XVIe s. Ilz reculoient tousjours à mettre la main à l'œuvre, Amyot, Cam. 52. Les ennemis s'espouvanterent si fort qu'ilz reculerent arriere… il en fit fouir les uns jusques aux plus reculez quartiers de la ville, les autres de frayeur se rendirent, Amyot, Cor. 10. Ilz se retirerent en reculant pas à pas en arriere, Amyot, Pélop. 59. Il n'y avoit sorte de combat à laquelle il reculast, Amyot, Marcel. 2. Toutes choses estoient si prestes, qu'il ne pouvoit reculer à ce voyage, Amyot, Cimon, 34. À mesure que la mémoire leur fournit la chose entiere et presente, ils reculent si arriere que leur narration…, Montaigne, I, 34. Le reculer leur estant interdict par la foule, Montaigne, II, 38. Ny nostre hardiesse, ny nostre couardise ne la peuvent advancer ou reculer [la mort], Montaigne, III, 131. De cheval qui recule au plus tost te delivre, Cotgrave Pour neant recule qui malheur attend, Cotgrave Qui contre esguillon recule deux fois se poind, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Reculer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RECULER, v. act. c’est éloigner un corps en sens contraire à celui dont il avoit été approché. Reculez cette chaise ; reculez ce mur ; reculez cette cloison, cette borne, &c. Faites reculer cette foule. Il se prend au simple & au figuré. Il est honteux de reculer quand on s’est avancé jusqu’à un certain point. Votre affaire est bien reculée.

Reculer, le, s. m. (Horlog.) c’est une lime que l’on appelle ainsi à cause qu’elle n’est pas taillée d’un côté.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Reculer : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « reculer » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « reculer »

Étymologie de reculer - Littré

Re…, et culer ; wallon, reskoulé ; bourguig. requeulai ; provenç. et espagn. recular ; ital. rinculare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de reculer - Wiktionnaire

Mot formé du préfixe re-, de cul et de la désinence verbale -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « reculer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reculer rœkyle play_arrow

Conjugaison du verbe « reculer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe reculer

Citations contenant le mot « reculer »

  • À son avis, une réaction forte de la classe politique et du secteur économique pourrait faire reculer Walmart Canada.  Le Journal de Québec, Dominique Anglade demande à Walmart de reculer sur les «frais inacceptables» | JDQ
  • Le groupe de spiritueux Marie Brizard Wine and Spirits (MBWS) a vu son chiffre d'affaires reculer de plus de 9% au deuxième trimestre, à cause de l'impact négatif du confinement sur ses ventes et il reste prudent pour les mois à venir, a-t-il indiqué mercredi. Le groupe, qui a conclu ses trois derniers exercices annuels par une perte, a réalisé au deuxième trimestre un chiffre d'affaires de 73,7 millions d'euros, en retrait de 9,3%, précise un communiqué. Le Figaro.fr, Marie Brizard voit son chiffre d'affaires reculer au second trimestre
  • « Notez mes mots, je pense qu’il va essayer de faire reculer les élections d’une manière ou d’une autre, trouver des raisons pour lesquelles elles ne peuvent pas être tenues », l’ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate présomptif à la présidence, m’a dit en avril. News 24, Trump refuse de reculer sur une suggestion de retard des élections - News 24
  • Faire reculer le racisme et l'antisémitisme. Chacun de nous est dépositaire de ce message d'humanisme. De Anne Hidalgo / discours lors du 70e anniversaire de la libération des camps d'extermination
  • Jouer aux échecs en faisant avancer et reculer une pièce, n'est qu'un jeu pour contrôler les sentiments des êtres humains. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • Si nous avions de temps en temps quelques instants pour nous arrêter, regarder les choses, les juger, nous ne pourrions que demander grâce, reculer, effarés, prendre la fuite. De Jacques Sternberg / Toi ma nuit
  • La seule chose sur laquelle il ne faut jamais transiger ou reculer : le droit à l'intériorité... Ecoutez couler le temps. De Olivier Revault d'Allonnes / Musiques - variations sur la pensée juive
  • Chaque fois que je photographie une femme, j'ai l'impression de faire reculer les frontières de la mort. De Lucien Clergue
  • À l'instant où chacun de nous refuse de faire le mal, il fait reculer celui qui le commet. De Roberto Saviano / Le Combat Continue, 2012
  • Ne pas reculer fait en quelque sorte avancer. Et l'homme doit apprendre à marcher avant d'apprendre à danser. De Alexander Pope
  • Le progrès historique est vraiment lent. Il faut parfois tout un siècle Pour reculer de cinquante ans. De Paavo Haavikko / Les arbres, toute leur vigueur
  • Plus on est avide, plus il est indispensable de reculer coûte que coûte les bornes du merveilleux.
  • L'athlète est un homme qui a décidé de reculer les murs de sa prison. De Antoine Blondin
  • Si tu avances, tu meurs. Si tu recules, tu meurs. Alors pourquoi reculer ? De Proverbe africain
  • Si tu avances, tu meurs ! Si tu recules, tu meurs ! Alors, pourquoi reculer ? De Proverbe chinois
  • Le bélier qui va foncer commence par reculer. De Proverbe baoulé
  • Vivre, ce n’est jamais que reculer pour mieux sauter. De Jacques Sternberg
  • La résistance amoureuse consiste à reculer pour mieux sursauter. De Willy
  • Ne cesse pas de reculer derrière toi-même. René Daumal, Le Contre-ciel, Gallimard

Images d'illustration du mot « reculer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « reculer »

Langue Traduction
Corse ritorna
Basque atzera egin
Japonais 戻ってくる
Russe двигаться назад
Portugais voltar
Arabe ارجع للوراء
Chinois 移回
Allemand zurückgehen
Italien andare indietro
Espagnol retroceder
Anglais move back
Source : Google Translate API

Synonymes de « reculer »

Source : synonymes de reculer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « reculer »


Mots similaires