La langue française

Gagner

Sommaire

  • Définitions du mot gagner
  • Étymologie de « gagner »
  • Phonétique de « gagner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « gagner »
  • Citations contenant le mot « gagner »
  • Traductions du mot « gagner »
  • Synonymes de « gagner »
  • Antonymes de « gagner »

Définitions du mot gagner

Trésor de la Langue Française informatisé

GAGNER, verbe

I. − Acquérir (quelque chose).
A. − [Le suj. désigne une pers.] Acquérir (un profit matériel, particulièrement de l'argent).
1. [Par son travail ou une quelconque activité]
a) Emploi trans. Gagner de l'argent, une fortune, un salaire; gagner x... francs par an à la Bourse; gagner tant par mois, par jour, par (de l') heure. Mon père gagne deux cent mille francs par an dans les soieries (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 162) :
1. ... je suis si dégoûté de tout cela, que je ne veux plus imprimer, quelque besoin que j'aie d'argent. Ce que je peux gagner avec ma plume étant une dérision... Flaub., Corresp.,1872, p. 39.
P. ell. Gagner à la Bourse. Nous ne savons pas mettre de côté le pain de notre vieillesse, gagner à la Bourse et remplir des tirelires (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 170).
Locutions
Gagner des mille et des cents. Gagner beaucoup d'argent. Peste! maître Léon est généreux! On voit bien que le gaillard gagne des mille et des cents (Augier, Lionnes,1858, p. 53).
Gagner de quoi vivre. On lui offrait des places de débutant et où il pouvait gagner de quoi vivre (Cocteau, Par. terr.,1938, 1, 2, p. 198).
[P. méton. de l'objet]
Gagner son pain; fam. gagner sa croûte, son bifteck; gagner sa vie (honorablement, largement); gagner sa vie à faire (en faisant) qqc. Quand j'avais passé cinq minutes avec une glaneuse, comme je ne me gênais pas pour prendre à deux mains dans nos gerbes, elle avait gagné sa journée (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 31).Elle gagnait bien sa vie et n'était pas à la charge de son amant (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 68) :
2. Nous sommes pauvres, je suis une fille sans dot, et il faudra que je gagne mon pain. Gouvernante ou sous-maîtresse, voilà mon lot... Theuriet, Mar. Gérard,1875, p. 51.
Bien gagner une chose. Mériter ce qu'elle rapporte. Bien gagner son déplacement, sa soirée. Le roi (...) remet l'écrit à un officier, en lui disant : « Que le chevalier soit libre (...) ». Et je suis sorti en me disant : « Antoine, (...) je crois que tu as bien gagné ta journée » (Dumas père, L. Bernard,1843, V, 11, p. 292).
[Bien est sous-entendu] Il me semble que je ne gagne pas mon traitement... Il me semble que je prends des vacances (Gracq, Syrtes,1951, p. 63).
b) Emploi abs. Une petite somme n'auroit rien gâté; cela m'auroit donné les moyens d'augmenter mon commerce, dans lequel il y a à gagner (Fiévée, Dot Suzette,1798, p. 67).
Un manque* à gagner.
Gagner + adv.Gagner bien, gros; gagner davantage (plus, moins) que. Il grondait bien contre les patrons, les traitait de sale clique, se disant socialiste (...) et pourtant, il avait de l'estime pour Darras, qui gagnait gros (Zola, Vérité,1902, p. 65).
c) Emploi pronom. à valeur passive :
3. Cette bâfrerie continuelle ne lui paraît pas très éloignée de ce qu'il détestait le plus chez les bourgeois d'avant-guerre. Et même, comme il est juste, il lui arrive de penser qu'elle est un peu plus répugnante par la coïncidence qu'elle offre avec certains événements, et par la façon dont se gagne l'argent qui la procure. Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 246.
2. [Par le jeu, un hasard favorable]
a) Emploi trans. Gagner de l'argent à un jeu, aux courses, à la roulette; gagner un lot (le gros lot); gagner x... francs à la loterie. Il relevait sa manche pour lancer la boule (...). Il gagnait généralement les consommations au bar (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 212).
[P. méton, le suj. désigne l'instrument qui permet le gain] Le billet qui gagne le gros lot. Si la série gagne le gros lot, on se retrouvera ici, à midi, le lendemain du tirage! (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 51).
b) P. ell. Gagner à la roulette. Ce n'est pas plus étrange qu'une série à la roulette, que de gagner à la loterie (Cocteau, Par. terr.,1938, I, 8, p. 218).
B. − Acquérir (un avantage en général).
1. [La nature de l'avantage est exprimée par le compl.]
a) Acquérir (un avantage en quantité).
α) Emploi trans. [Le suj. désigne une pers.] Gagner de l'appétit; enfant qui gagne x... centimètres; gagner des voix aux élections. Il lui attribuait aussi le mérite des deux kilos qu'il avait gagnés depuis le mariage de son fils (Mauriac, Baiser Lépreux,1922, p. 173).En Afrique du Nord la France combattante et, par elle, la France tout court ont, depuis, gagné des points (De gaulle, Mém. guerre,1956, p. 103) :
4. Pendant toute la période électorale, il [Disraëli] écrivit chaque jour à Lady Bradford. Bientôt, il put lui annoncer que son parti avait gagné dix sièges, puis vingt, puis quarante, puis que la déroute de Gladstone était complète. Maurois, Disraëli,1927, p. 260.
Gagner de la place, de l'espace. Faire une économie de place, d'espace. Sur les autres feuilles, on avait disposé le texte en deux colonnes pour gagner de la place (Sartre, Nausée,1938, p. 185).
Gagner du temps : Économiser du temps, réaliser quelque chose en moins de temps. J'aurais besoin d'une bicyclette... Ça me ferait gagner du temps... Je pourrais circuler même pendant les alertes... (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 186).
Temporiser, différer une échéance. Le temps presse, et pourtant il semble qu'on veuille gagner du temps en parlant de sujets absolument étrangers à celui qui nous préoccupe (Proust, Guermantes 2,1921, p. 354).
β) Emploi trans. indir. [Le suj. désigne un animé ou un inanimé concr.]
Gagner de + subst. (vx).Nous vendrons notre ferme! elle a depuis sept ans gagné de valeur (Balzac, Employés,1837, p. 258).
Gagner en + subst.Peu à peu, l'effort de la végétation qui s'était porté sur la racine s'attache à la tige. Celle-ci monte, émet son bourgeon terminal pour gagner en hauteur, ses bourgeons axillaires pour gagner en largeur (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 16) :
5. Si je passe la nuit à corriger les épreuves, je ne puis travailler le matin, et ce que vous gagnez en rapidité du côté de l'impression, vous le perdez du côté du manuscrit. Hugo, Corresp.,1862, p. 373.
b) Domaine des valeurs humaines
α) Acquérir (un avantage non matériel).
Emploi trans. [Le suj. désigne une pers.] Gagner de la gloire, de belles manières, de la notoriété. Malgré l'assurance qu'il avait gagnée dans son existence parisienne (...) Duroy se sentait un peu intimidé (Maupass., Bel-Ami,1885, p. 121).Nous y avons perdu quelques recettes, mais gagné notre tranquillité. Et la tranquillité ne se paye jamais assez cher (Camus, Malentendu,1944, I, 5, p. 133).
Spéc. Acquérir (quelque chose) par son mérite.
Domaine social.Gagner ses galons sur le champ de bataille. Il est tout à fait inadmissible qu'un vaillant soldat... un officier intrépide qui a gagné tous ses grades sur les champs de bataille, s'amuse à lancer des pierres et de vieux chapeaux dans votre propriété, comme un gamin (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 214).Ce n'est pas avec quatre cents hommes qu'on fait la grande guerre, et par conséquent qu'on gagne un avancement mérité (Mille, Barnavaux,1908, p. 137).
Domaine religieux.Gagner des indulgences, l'intercession de la Vierge, son salut. Les chrétiens d'Abyssinie voyaient dans la peste un moyen efficace, d'origine divine, de gagner l'éternité (Camus, Peste,1947, p. 1297) :
6. ... il faut appeler grâce, mais vraie grâce et surnaturelle, tous les secours que Dieu donne à l'homme, chrétien ou non, pour l'aider à faire le bien, à gagner le ciel. Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 434.
Emploi trans. indir.
Gagner de + inf.Gagner d'être tranquille, respecté. Il ne protesta pas contre cet oubli. Il allait y gagner de pouvoir confronter ce qu'elle lui dirait avec ce qu'elle lui avait déjà dit (A. Daudet, Jack, t. 2, 1876, p. 168) :
7. ... ce n'est que pour les tièdes que les grands artistes perdent parfois à être vus de près; mais cette épreuve ne saurait les entamer aux yeux de celui qui est véritablement épris. Et ils y gagnent d'être mieux connus sans être moins aimés. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 195.
Gagner en + subst.
[Le suj. désigne une pers.] Personne qui gagne en aisance, en rigueur. Elle lui semblait s'être développée, avoir gagné en beauté et en force (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1051).
[Le suj. désigne un inanimé abstr.] Style qui gagne en concision. La littérature disent-ils [les critiques allemands], dans les siècles appelés classiques, perd en originalité ce qu'elle gagne en correction (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 346) :
8. ... ce que je lisais de conforme à mes préoccupations se gravait dans ma mémoire et faisait gagner en précision les formes de mon univers. Gobineau, Pléiades,1874, p. 32.
β) Obtenir (les dispositions favorables d'une personne ou d'un groupe de personnes). Synon. s'attirer, se concilier.Gagner l'amitié, l'estime, la sympathie de qqn; gagner les cœurs, les esprits. Il revient chez son père; et ne pouvant en être reconnu, il veut d'abord lui cacher son nom, pour gagner son affection avant de se dire son fils (Staël, Allemagne, t. 3, 1810p. 156).Il était d'abord très nécessaire de gagner la confiance de Mama Doloré. Et pour cela, il fallait qu'il devînt l'ami et le protecteur de son neveu (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 71) :
9. Une minorité qui laissera aux autres partis la responsabilité des mesures impopulaires et qui gagnera la popularité en faisant de l'opposition à l'intérieur du gouvernement. Sartre, Mains sales,1948, 5etabl., 3, p. 205.
Emploi pronom. réfl. Un jeune homme plus souple, plus habile, plus préoccupé de se gagner la bonne opinion de son milieu social, aurait sans doute pu réagir, et montrer, ou suggérer, combien le portrait qu'on avait fait de lui était peu ressemblant (Larbaud, Journal,1935, p. 359).
P. ext. Se concilier (la personne elle-même). Gagner des fidèles, de nouveaux partisans. Mmede Luxembourg les gagne, les séduit tous, comme elle a fait avec Rousseau, met à l'aise un chacun (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1862, p. 18).Pour gagner son enfant, il crut politique de trahir verbalement Esther. Armand mesura cette lâcheté : le docteur, au premier coup de dés, avait perdu le cœur qui se jouait. Son fils le méprisa définitivement (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 243).
Gagner qqn à qqn.Barrès ignorait les mesquineries de la brigue, la haineuse compétition. Ce qui le gagnait à moi et aux miens, c'était sa grandeur d'âme (Blanche, Modèles,1928, p. 5).
Gagner qqn à qqc.Gagner qqn à sa cause, à ses idées. Avec quelle gentillesse elle arrive à ses fins, et quelles bonnes raisons trouve cette petite tête pour gagner à ses vues les autorités (Amiel, Journal,1866, p. 267) :
10. ... il y avait, sous ce projet, l'idée d'exploiter la grève, de gagner à l'Internationale les mineurs, qui, jusque-là, s'étaient montrés méfiants. Zola, Germinal,1885, p. 1329.
Gagner qqn par.Gagner qqn par la ruse, par de beaux discours; se laisser gagner par les prières de qqn. Le jeune enfant, gagné par les caresses de Vénus, et séduit par les promesses qu'elle lui fait, laisse son jeu (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 263).Elle espérait seulement les gagner par la douceur, la patience, comme on apprivoise un animal farouche et blessé (Bernanos, Joie,1929, p. 603).
Emploi pronom. réfl. indir. Ces groupes se gagnent des disciples que satisfont leurs petits décalogues au rabais (J.-R. Bloch, Destin S.,1931, p. 243).
Péj. Obtenir par des moyens malhonnêtes la complicité de quelqu'un. Synon. circonvenir, suborner.Personne qui se laisse gagner par des promesses fallacieuses. Je gagnai l'homme qui me servait; je lui prodiguai l'or et les promesses (Constant, Adolphe,1816, p. 55).
c) Iron. Acquérir, éprouver (quelque chose de fâcheux). Synon. attraper.Vous passerez pour un sot, c'est tout ce que vous aurez gagné (Rob.).J'ai gagné à la bataille du 29 janvier, livrée entre l'autorité législative et la prérogative présidentielle, trois ans de prison (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 288).L'hiver a été le plus rude qu'on ait vu depuis quarante ans. J'y ai gagné la sciatique (Hugo, Corresp.,1870, p. 240).
Ne gagner que + subst.Il n'y a que les femmes riches qui puissent faire l'orgie. Les petites joueuses de flûte n'y gagnent que des larmes (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 191).
Emploi pronom. à valeur passive. Mais il paraît que ça se gagne [la maladie] et je ne veux plus que vous m'approchiez (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Confess., 1895, p. 145).
2. [L'avantage est indéterminé]
a) Obtenir (ce que l'on désire). L'avarice qui perd tout en voulant tout gagner (Blondel, Action,1893, p. 280).Quelques minutes encore elle répandit des paroles ardentes et mouillées de larmes. Puis il fallut bien qu'elle s'en allât; elle n'avait rien gagné (A. France, Lys rouge,1894, p. 383).
Locutions
Avoir tout à gagner. Pouvoir obtenir le plus grand avantage. Ma conclusion c'était que les Allemands pouvaient arriver ici, (...) et que moi, je n'avais cependant vraiment rien à perdre, rien, et tout à gagner (Céline, Voyage,1932, p. 67).
Avoir tout à gagner à + subst.Ainsi des Lettres : si l'originalité n'y doit être que la révélation d'une personne, elle a tout à gagner à l'adoption de sujets, et d'idées admises (Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p. 163).
Avoir tout à gagner à + inf.Des toiles de Fantin-Latour et de Dagnan-Bouveret, qui dataient de ce temps où les peintres avaient tout à gagner à adopter de doubles noms qui leur conféraient une noblesse roturière (Nizan, Conspir.,1938, p. 17).
Gagner sur tous les tableaux*.
b) Avoir avantage, intérêt à.
Gagner à + subst. compl. de cause
[Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] La noblesse ne gagna pas à cette addition de nobles roturiers (Michelet, Tabl. Fr.,1833, p. 71).Quoiqu'on ne doive rien gagner à la victoire, on supporte de mourir pour une cause qui sera victorieuse, non pour une cause qui sera vaincue (Weill, Judaïsme,1931, p. 26).
Locutions
Ne pouvoir que gagner à (qqc.). Dans le commencement les malheureux ont besoin de se presser les uns contre les autres, ils ne s'entr'aident que mieux, et la population ne peut qu'y gagner (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 262).
Gagner au change*.
Gagner à + inf.
[Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] Il était clair que je ne pouvais que beaucoup gagner à vivre dans un pareil milieu (Gobineau, Pléiades,1874, p. 54).Il gagne du tout au tout à être connu (Maupass., Bel-Ami,1885, p. 231).
[Le suj. désigne un inanimé concr. ou abstr.] Tableau qui gagne à être mis en valeur; livre qui gagne à être relu. L'âge semble ajouter aux charmes de son esprit et de son imagination. En serait-il des grands talens comme des bons vins, qui gagnent à vieillir? (Jouy, Hermite, t. 2, 1812, p. 130).La psychologie des profondeurs ne gagne rien à se complaire dans la nuit (Mounier, Traité caract.,1946, p. 51).
Gagner à ce que.On parle toujours comme si l'un gagnait à ce que les autres perdent (Constant, Princ. pol.,1815, p. 44).
c) [Le suj. désigne une pers. ou ce qui lui appartient en propre] S'améliorer. Bien gagner. On trouvait et on se répétait avec sensibilité dans l'arrondissement qu'il avait l'air moins mélancolique qu'autrefois, que sa physionomie avait beaucoup gagné (Feuillet, Camors,1867, p. 194).C'est extraordinaire à quel point ses idées sont devenues saines et comme maintenant il frappe juste. Oh! il a beaucoup gagné (A. France, Lys rouge,1894, p. 78).
II. − [Le suj. désigne une pers., un animal ou un moyen de transp.] Prendre l'avantage dans une compétition, une lutte, un jeu.
A. − [Le compl. désigne l'avantage obtenu] Gagner une coupe, une prime, un titre. [Il] gagna le premier prix, une cafetière en fer battu (Zola, Germinal,1885, p. 1266) :
11. Les deux joueurs tiennent chacun une baguette, de la grosseur d'une canne ordinaire, et de cinq pieds de long; ils cherchent à faire passer cette baguette dans le cercle pendant qu'il est en mouvement : s'ils y réussissent, ils gagnent deux points... Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 273.
Gagner qqc. à qqn
Prendre sur lui l'avantage en quelque chose. Mercure joua aux échecs avec la Lune, et lui gagna la soixante-douzième partie du jour (Hugo, Han d'Isl.,1823, p. 519).
Lui valoir un avantage. Les fameuses demi-brigades de la République sont celles qui nous ont gagné tant de bonnes provinces, que les régiments de l'Empire ont malheureusement perdues (Erckm.-chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 102).
B. − [Le compl. désigne la compétition ou la lutte elle-même] Synon. de être vainqueur de.
1. Domaine de la compétition sportive ou des jeux
a) Emploi trans. Gagner un championnat, un concours, une épreuve, un match, un tournoi; équipe qui gagne la Coupe de France; boxeur qui gagne un combat; cheval qui gagne le Grand Prix; gagner la 1remanche, la belle, la revanche. Clotilde, ramassant les cartes : Je fais la dernière levée. − Aïescha : Hombre! Vous gagnez la partie (H.-R. Lenormand, Simoun,1921, 9etabl., p. 85).Stern, jockey français, gagnait le derby d'Epsom avec Sunstar (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 87).
Gagner un pari. Je pariai avec moi-même qu'il devait être foncièrement méchant. Je fis prendre des renseignements, et mon instinct eut le plaisir de gagner ce pari psychologique (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 329).
Loc. (au propre et au fig.)
Avoir course, partie gagnée. Pouvoir être considéré comme vainqueur avant la fin d'une compétition.
Au fig. Gagner la partie. Sortir vainqueur d'une situation difficile :
12. ... les Alliés acceptaient l'idée de confier à l'Angleterre le mandat palestinien. La France était décidément écartée des Lieux-Saints. Les Anglais avaient gagné cette partie difficile. Les Juifs pouvaient s'imaginer qu'ils l'avaient gagnée, eux aussi. Tharaud, An prochain,1924, p. 117.
Gagner une partie à qqn. Gagner en jouant contre quelqu'un. − Du Halga, je perds toujours, disait le gentilhomme. − Vous écartez mal, répondait la baronne de Rouville. − Voilà trois mois que je n'ai pu vous gagner une seule partie, reprit-il (Balzac, Bourse,1832, p. 412).
b) Emploi abs. Gagner en trichant, en bluffant; gagner avec x... points d'avance. Et zut! Quest-ce que ça nous fiche! clama La Faloise en agitant les bras. C'est Spirit qui va gagner... Enfoncée la France! Bravo l'Angleterre! (Zola, Nana,1880, p. 1398).
Loc. Jouer à qui perd gagne. ,,Jouer à un jeu où l'on convient que celui qui perdra selon les règles ordinaires gagnera la partie`` (Ac.1932).
Au fig. :
13. Je me demande parfois si je ne joue pas à qui perd gagne et ne m'applique à piétiner mes espoirs d'autrefois pour que tout me soit rendu au centuple. Sartre, Mots,1964, p. 212.
Fam. Gagner les doigts dans le nez*.
Gagner de (+ indication de distance).Concurrent qui gagne d'une longueur, d'une tête.
Au fig. Ici, cette phrase : « Moi, oh! je ne vote pas ». Là, cette autre : « Mais on dit qu'il a gagné de vingt longueurs... » (Goncourt, Journal,1881, p. 125).
BOXE. Gagner aux points (après décompte des points attribués à chaque adversaire); gagner par knock-out, par arrêt de l'arbitre.
Au fig. Et, si j'entraîne mes frères avec moi, dans ce match où ni l'un ni l'autre n'avons pu gagner par knock-out, j'aurai tout de même gagné aux points (H. Bazin, Vipère,1948, p. 262).
2. Domaine judiciaire.Obtenir (un jugement favorable). Anton. perdre.Gagner une cause, un procès; avoir cause gagnée. Hier encore, vous avez plaidé pour Mademoiselle de Miremont, qui tient à la nouvelle noblesse, la noblesse de l'Empire, et vous avez gagné un procès contre une des plus anciennes familles de France! (Scribe, Camaraderie,1837, I, 6, p. 254) :
14. M. Dudoux vint demander à Maître Henri Robert, en 1913, de lui enseigner l'éloquence. Il fut entendu que les cours seraient à forfait : le prix était de dix mille francs, que l'élève paierait s'il gagnait sa première cause. Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p. 213.
Au fig. Il y a des moments où je me venge de l'amour, où il me révolte. Il y en a d'autres où l'amour me remue de fond en comble et gagne sa cause (Cocteau, Par. terr.,1938, II, 12, p. 266).
Emploi pronom. à valeur passive. Tout procès peut se perdre ou se gagner, et il n'y a pas plus à parier pour que contre (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 26).
3. Domaine militaire.Gagner la/une bataille. En cette fin d'année de 1914, les Allemands, dont le plan reposait sur une mise hors de cause foudroyante des armées fançaises, venaient de perdre tout espoir de gagner la guerre (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 481).
Emploi pronom. à valeur passive. Un général charme les multitudes parce qu'elles pensent que les batailles se gagnent à coups de sabre (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 217).
Rem. Gagner des victoires (vieilli, rare). Cet ignorant splendide qui (...) se ruait sur l'Europe coalisée, et gagnait absurdement des victoires dans l'impossible? (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 418). Synon. usuel remporter une victoire.
Loc. fig. Avoir ville gagnée. Le Boussagnol en était donc à se frotter les mains de satisfaction, en jugeant qu'il avait ville gagnée (Fabre, Courbezon,1862, p. 20).
P. anal. Foch, Poincaré, Clemenceau, Barrès ont gagné la guerre. Ils vont gagner la paix. Ils vont nous gagner l'Europe (Thibaudet, Princes lorr.,1924, p. 197).
4. Au fig., vx. Gagner (qqc.) sur soi. Obtenir quelque chose en triomphant sur soi-même. J'avais gagné beaucoup sur mon propre caractère, (...) et je me figurais que tout le monde pouvait s'éclairer, se corriger (Sand, Corresp.,1871, p. 162).
C. − [Le compl. désigne l'adversaire sur lequel on prend l'avantage]
1. Gagner qqn à une partie de cartes, en longueur, au saut. Synon. de battre, vaincre.On lisait, sans plus d'indication de dates ni de lieux : Pour avoir gagné Protos aux échecs − I punta (Gide, Caves,1914, p. 717).
2. Gagner qqn ou qqc. de vitesse. Aller plus vite que quelqu'un ou quelque chose. Synon. dépasser, devancer.Ce nuage qui montait, il fallait le gagner de vitesse (Mauriac, Mal Aimés,1945, II, 9, p. 213).V. amour-propre ex. 82.
Au fig. Gagner qqn de vitesse. Accomplir une démarche avant lui :
15. À Paris, le régime du bavardage a tous les moyens d'entraver et d'annihiler l'activité. Le cabinet dut se laisser gagner de vitesse. L'opposition antimilitaire se sentait aussi bien approvisionnée et armée que le gouvernement était démuni par l'égoïsme et la fatuité des individus. Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. LXXV.
P. ell. La marée, la nuit, l'orage, la tempête nous gagne. Il nous gagne. Il est sur le point de nous dépasser. Le temps nous gagne. Il dépasse le rythme de notre activité. D'abord la Baleine garda l'avantage; mais, lorsque le Zéphir eut pris son élan, on le vit qui la gagnait peu à peu (Zola, Cap. Burle,1883, p. 261) :
16. Il s'élança à la poursuite. Il entendit danser derrière lui les quatre sabots du cerf puis la foulée de la bête qui le gagnait, puis le petit galop facile à côté de lui. Le cerf avait rejeté la tête en arrière, retroussé ses babines; il riait et le vent sifflait entre ses dents vertes. Giono, Que ma joie demeure,1935, p. 133.
Loc. Gagner à force sur. C'était une journée où il aurait fallu partir plus tôt, marcher, grimper vite, et, le sommet atteint, redescendre rapidement, gagner à force sur la menace du gros temps (Peyré, Matterhorn,1939, p. 221).
Spéc. ÉQUIT. [Le suj. désigne un cheval] Précipiter l'allure à laquelle le cavalier voudrait maintenir le cheval. Au fig. Marius n'exagérait pas, et au contraire. Presque aussitôt attelée, si on peut dire, Jacqueline lui avait gagné à la main : et de moins en moins, elle sentait le mors (Toulet, Demois. La Mortagne,1920, p. 91).
3. Gagner du terrain (ou un autre espace) (sur qqn ou qqc.). Avancer, progresser (au cours d'une compétition, d'une lutte) au détriment de quelqu'un ou quelque chose.
a) [Le suj. désigne une pers. ou p. méton. le moyen utilisé pour progresser] Le peloton gagne du terrain sur le coureur de tête. Dans la cour intérieure d'une caserne de Verdun, autour du vaste lavoir, c'est une ruée de chasseurs bleu sombre et de biffins bleu clair (...) et qui semblent prêts à en venir aux mains pour gagner un rang et se rapprocher de la belle eau courante (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 90).Le combat se poursuivait sans que l'ennemi réussît à gagner du terrain (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 417).
P. ell. Gagner sur qqn ou sur qqc.Gagner sur la propriété de son voisin. Une grosse frégate anglaise (...) prit chasse sur nous (...). Nous fîmes force de voiles pour lui échapper, mais sa marche était supérieure; elle gagnait sur nous à chaque instant (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 136).
Au passif. Nos prairies de la ville qui ont été gagnées sur la mer (Loti, Rom. enf.,1890, p. 146).
b) P. ext. [Le suj. désigne un élément naturel ou un phénomène accidentel] Incendie, inondation qui gagne du terrain; mer qui gagne du terrain sur la côte; terres cultivées qui gagnent du terrain sur la forêt :
17. ... à la faveur des changements économiques qui suivirent la conquête romaine, (...) le blé, la vigne et d'autres cultures du sud acquirent une expansion nouvelle qui les porta jusqu'à leurs extrêmes limites au nord. Le christianisme, à son tour, contribua à les reculer; la vigne gagna encore vers le nord du terrain qu'elle n'a pu conserver. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 142.
c) Au fig. Doctrine, hérésie, idée qui gagne du terrain. Le bruit se répand (...) que je suis le fils de l'escamoteur (...). Cette version gagne du terrain, heureusement on me connaît (...) ces bruits tombent d'eux-mêmes (Vallès, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 48) :
18. Le catholicisme a repris, au cours du xixesiècle, une vigueur extraordinaire, parce qu'il n'a rien voulu abandonner; il a renforcé même ses mystères, et, chose curieuse, il gagne du terrain dans les milieux cultivés, qui se moquent du rationalisme jadis à la mode dans l'Université. Sorel, Réflex. violence,1908, p. 209.
III. − Se diriger vers.
A. − [Le suj. désigne un animé ou un objet en mouvement; le compl. désigne le lieu vers lequel se dirige le suj.] Atteindre (un lieu) en parcourant la distance qui sépare de ce lieu.
1. Emploi trans. Personne qui gagne la campagne, la frontière, la lisière de la forêt, la rive, la pièce voisine, la sortie; navire qui gagne le large. Dans la tribune du président, une femme se levait, quittait sa banquette, gagnait la porte (Vogüé, Morts,1899, p. 370).L'air sombre et abattu, Carlos gagne un siège au premier plan et s'y laisse tomber sans répondre (Bourdet, Sexe faible,1931, III, p. 469).Un premier lièvre, classiquement jailli du talus, déboula, cherchant à gagner l'abri d'une rangée de choux (H. Bazin, Vipère,1948, p. 65).
2. Emploi abs., vx. Gagner au large, au pied. S'enfuir. Lorsque le Tyran et Scapin, au bruit du pistolet, étaient descendus malgré lui, il avait piqué des deux et, franchissant le fossé, gagné au large pour rejoindre ses complices (Gautier, Fracasse,1863, p. 369).Heureusement le valet de Khlestakof est un garçon prudent qui détermine son maître à gagner au pied avant que la vérité se découvre (Mérimée, Ét. litt. russe, t. 2, 1870, p. 45).
B. − Atteindre progressivement.
1. [Le suj. désigne un phénomène physique naturel ou accidentel]
a) [Le compl. désigne un animé ou un groupe d'animés, le lieu où ils vivent ou bien une partie du corps] Épidémie qui gagne tout un pensionnat; cancer, gangrène qui gagne tout un organe. La même grimace contractait sa bouche et semblait gagner le visage entier, dont l'expression devint peu à peu effrayante (Bernanos, Crime,1935, p. 865).
b) [Le compl. désigne un inanimé concr.] Inondation qui gagne les quartiers les plus éloignés du fleuve. On a vu des paralitiques marcher à l'approche du feu d'un incendie qui gagnait leur habitation (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1568).Je regarde le soir qui gagne les platanes (Noailles, Éblouiss.,1907, p. 151).
Emploi abs. Synon. se propager, se répandre.Les gens sortaient de leur maison à mesure que le feu gagnait (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 121).Cependant, la lumière gagnait, et lorsque Jos-Mari et Kate, un peu plus haut, eurent atteint la ruine de l'Alte Hütte (...) Jos-Mari put souffler sa lanterne (Peyré, Matterhorn,1939, p. 218).
2. Au fig. [Le suj. désigne un phénomène intellectuel, moral ou soc.] Synon. se communiquer à.Grève qui gagne tous les ateliers d'une usine; instruction qui gagne tous les milieux. L'erreur s'insinue, elle menace de gagner les couches profondes où se forme la vraie prière (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 301).Il fallait, coûte que coûte, réprimer impitoyablement l'insurrection des troupes avant qu'elle ne gagne toute l'armée! Question de vie ou de mort pour le pays (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 811).
Emploi abs. Le génie se développe, l'exemple gagne (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 68).La notion des droits de l'homme, les idées d'améliorations sociales gagnaient de toutes parts (Renan, Apôtres,1866, p. 366).Une clameur profonde s'échappait des poitrines, gagnait de proche en proche, avec un bruit de mer qui déferle (Zola, Nana,1880, p. 1403).
C. − S'emparer de quelqu'un avec de plus en plus d'intensité.
1. [Le suj. désigne une sensation physique] Faim, fatigue, froid, sommeil qui gagne qqn. Une tiédeur douce (...) gagna ses jambes, pénétra sa chair; c'était la chaleur du petit être qui dormait (Maupass., Une vie,1883, p. 264) :
19. Calmelet et son compagnon, dont la tête était lourde et que l'engourdissement gagnait, s'étaient liés aux branches avec des courroies, pour éviter une chute au cas où l'assoupissement les eût pris. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 245.
2. [Le suj. désigne un sentiment ou sa manifestation] Agitation, colère, émotion, peur, pitié, rire, tristesse qui gagne qqn. À mesure que le récit de cet homme prouvait à Julien que la blessure de Mmede Rênal n'était pas mortelle, il se sentait gagné par les larmes (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 455) :
20. L'animal couché et paisible entend un bruit insolite, c'est l'événement. Il dresse l'oreille, puis le cou; l'inquiétude le gagne; la puissance de transformation s'étend à l'étendue de son corps, le dresse sur ses pattes; son oreille l'oriente et il fuit. Valéry, Variété III,1936, p. 212.
REM.
Gagnable, adj.[Correspond à gagner II B] Qui peut être gagné. − Mon procès est-il gagnable? − Sur tous les chefs, répondit Derville (Balzac, Chabert,1832, p. 75).
Prononc. et Orth. : [gɑ ɳe] et [gaɳe], (il) gagne [gɑ:ɳ] et [gaɳ]. Timbre [ɑ] confirmé ds Fouché Prononc. 1959, p. 58, Grammont Prononc. 1958, p. 30, Ds Ac. 1694. Fér. Crit. t. 2, 1787, écrit gâgner. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1135 gaaignier [ici intrans.] « s'assurer (un profit matériel) par un travail, par une activité » (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, réd. AB, 1248); b) ca 1135 [ici trans.] « s'emparer de, conquérir par la force » (ibid., 1146); c) 1remoitié du xiiies. « s'assurer (un profit matériel) par le jeu, par un hasard favorable » (De S. Piere et du jougleur, 140 ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 5, p. 69); 2. 1269-78 gaaignier un ami (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 12396); 3. a) ca 1525 gaigner pays « avancer, faire du chemin » ([J. de Mailles], Hist. de Bayart, ch. 35 ds Hug.); b) 1646 gagner du terrain (N. Perrot d'Ablancourt, trad. d'Arrian, Les Guerres d'Alexandre, p. 37). B. 1. Ca 1135 « être vainqueur dans (une bataille, etc.) » (Couronnement Louis, réd. AB, 1170); 2. ca 1223 gaaignier le giu « l'emporter au jeu » (G. de Coinci, Miracles de Notre-Dame, éd. V.F. Kœnig, I Mir. 10, 1510); 3. 1283 gaaigner sa querele « l'emporter dans un procès » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1153). C. 1. a) Ca 1256 « agir sur quelqu'un, en parlant du sommeil, etc. » (A. de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 21), attest. isolée; de nouv. 1587 (Malherbe, Poésies, III, 334 ds Œuvres complètes, éd. L. Lalanne, t. 1, p. 16); b) 1606 [éd.] gagner qqn « atteindre en s'étendant » (Ph. Desportes, Œuvres, p. 457 ds La Curne); 2. a) 1548 gaigner le hault « s'enfuir » (N. Du Fail, Propos rustiques, Au lecteur ds Hug.); 1571 gagner (une position) (La Boétie, trad. de la Mesnagerie de Xénophon, ch. 14, ibid.); b) 1559 intrans. « s'étendre » (Amyot, Cor. 19 ds Littré). De l'a. b. frq. *waid̄anjan, de la même famille que l'all. Weide « pâturage », et qui a dû signifier à l'orig. « faire paître (le bétail) » (cf. encore les sens de gagnage*, ainsi que l'a. h. all. weida subst. « pâturage; nourriture »), d'où, en fr., « cultiver », prob. en raison du système de l'assolement triennal, dans lequel les champs, après avoir servi de pâturages, étaient labourés. Le sens de « cultiver » est attesté en a. fr. et en m. fr. (1155 ds T.-L.; Gdf.) et s'est maintenu dans les patois de l'Est, v. FEW t. 17, p. 461. Le verbe a pris ensuite celui de « s'assurer (un profit matériel) par un travail (en général) ». Fréq. abs. littér. Gagner : 8 908. Gagné : 2 761. Fréq. rel. littér. Gagner : xixes. : a) 10 843, b) 13 297; xxes. : a) 13 485, b) 13 396. Gagné : xixes. : a) 3 837, b) 4 453; xxes. : a) 4 057, b) 3 641. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 131. - La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 266-267. - Quem. DDL t. 5, 6, 10.

Wiktionnaire

Verbe

gagner \ɡa.ɲe\, \ɡɑ.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se gagner)

  1. Acquérir par son travail, par son initiative ou par l’effet des circonstances, du hasard.
    • Des négociants viennent acheter à Méru les dentelles qu'ils ont commandées à S.-Crépin, à Valdampierre, à Lormaison, à Corbeil-Cerf, au Déluge, à Montherlant, à la Villeneuve-le-Roi. Les femmes gagnent par jour 10 à 12 sous; quelques unes sont payées 15 sous. — (Description du département de l'Oise, par le citoyen Cambry, tome 1er, Paris ,: chez Didot l'ainé, an XI, p. 163)
    • […], je me demande un peu s’ils sont contents de nourrir le père et la mère, quand ils ne gagnent seulement pas assez pour ribotter tout leur content. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 139, Fischbacher, 1896)
    • (Absolument)Le bois ! Un simple chantier pour eux, où gagner mieux qu’en usine […]. Ceints de soleil, d’air vif, on tâche à sa guise, à son allure, sans surveillants. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • (Par analogie)Gagner sa vie, gagner de quoi vivre.
    • (Par analogie)Il gagne largement sa vie.
  2. Obtenir un profit financier.
    • Le maquignon de bas étage […] tripote, drogue, maquille, défigure un cheval sur lequel il veut gagner quelques pistoles. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  3. Percevoir, en parlant des gains que l’on fait au jeu, aux loteries ou dans un tirage financier.
    • Landiras jouait gros et, surtout, gagnait gros. On avait pu penser un instant qu'un joueur plumé avait voulu se venger de lui : l'homme se serait rendu chez Landiras pour régler ses comptes […]. — (Alain Moury, Cale sèche, Paris : chez Robert Laffont (collection "Agent secret"), 1965)
    • — Ah, oui ! Tu continues d'espérer. La chasse aux yoyettes, c'est de la pure loterie. Dénicher l’oiseau rare équivaut à gagner le jackpot au loto ou au tiercé. — (Soh Magne, Le bourreau de Marie, Yaoundé : SOPECAM, 2003, page 79)
  4. (Vieilli) Être le vainqueur d’un autre joueur.
    • Comme j'aime les jeux d'exercice, j'y jouois deux heures le matin et autant l’après-dînée. Mon mail s'acheva, à quoi je jouai avec madame de Frontenac, qui me disputoit sans cesse, quoiqu'elle me gagnât toujours : car, quoique je jouasse avec plus d'adresse, sa force l’emportoit par-dessus. — (Mémoires de Mlle de Montpensier, petite-fille de Henri IV, collationnés sur le manuscrit autographe, par A. Chéruel, tome 2, Paris : chez Charpentier, 1858, p. 250)
    • Une vieille marquise, fort mauvaise joueuse, disait à un seigneur qui la gagnait au jeu : “Pardi, Monsieur, il faut convenir que vous êtes bien heureux ...” — (s. n. d'auteur, Le bouffon français ou Recueil d'Anecdotes ; Blankenstein libraire, Paris, 1812, page 194)
  5. Obtenir, remporter quelque chose que l’on désire.
    • Il a gagné le prix. — Vous ne gagnerez rien à lui tenir ce langage.
    • Je n’ai pu le décider : voyez si vous y pourrez gagner quelque chose.
    • Vous vous tourmentez inutilement pour cette affaire, vous n’y gagnerez rien.
  6. (Ironique) Subir un désagrément, un désavantage.
    • Je me souviendrai de ce voyage, j’y ai gagné un bon rhume. — Il n’y a que des coups à gagner.
  7. Remporter un avantage dans une lutte ou un débat quelconque. — Note d’usage : Alors le complément direct indique l’espèce de lutte ou de débat.
    • Je jouai même aussi une exhibition de tennis contre le champion de Panama, que je gagnai malgré mon peu d’entraînement […] — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Gagner une bataille, la bataille.
    • Gagner sa cause.
    • Gagner une gageure, un pari.
    • Gagner la partie.
  8. (En particulier) (Droit) Avoir gain de cause, même quand il ne s’agit pas d’une affaire portée devant les juges.
    • Gagner son procès.
  9. Acquérir, en parlant des avantages, des qualités, qu’une personne ou qu’une chose acquiert.
    • Nous avons constaté l’essor d’Alès, et Nîmes même a gagné quelques milliers d’âmes de 1912 à 1926. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le langage perdit en naïveté ce qu’il gagnait en élégance et en finesse.
    • L’art ne gagne rien à ces innovations bizarres.
  10. (Figuré) Se concilier, se rendre favorable.
    • Gagner le cœur de quelqu’un.
    • Sa bonté lui gagne tous les cœurs.
    • Ce ton de franchise me gagna.
    • Gagner l’amitié, l’affection, la bienveillance, la confiance.
    • Gagner les bonnes grâces de quelqu’un.
    • Gagner les suffrages, les voix.
    • Il faut gagner cet homme-là, à quelque prix que ce soit, et l’avoir pour nous.
    • Gagner le geôlier.
    • Gagner les témoins.
    • Gagner quelqu’un à force d’argent.
  11. Se diriger vers un endroit, et y arriver, y parvenir.
    • Il gagna la grande salle de réception aux fauteuils surmontés de dorures. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Ayant franchi quelques glaces serrées, nous gagnâmes un chenal d’eau libre le long de terre où nous draguâmes, sondâmes et recueillîmes des températures et échantillons d’eau de mer. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • A quoi servait ce passage clouté, cependant indispensable pour gagner le monument fameux, à défaut d'un passage souterrain encore en construction, s'il était, en fait, mortellement dangereux de s'y aventurer ? — (Raymond Lindon, « La voiture d'enfant », dans Quand la justice s'en mêle, Robert Laffont, 1965)
    • En 1145, un légat pontifical prêcha contre eux. Eudes et sa troupe d’« éonites » gagnèrent alors la Gascogne, puis la Champagne, […]. — (Michel Roquebert, L’Épopée cathare, Privat, 1970, vol. 1, p. 55)
  12. S’étendre, se propager, en parlant de choses qui progressent.
    • Après la Coupe du monde de 2022, l’humanité entière fut gagnée par la fièvre du ballon rond et ce sport s’imposa comme la meilleure façon de régler les problèmes internationaux. — (Bernard Werber, « Du pain et des jeux », dans L'Arbre des possibles et autres histoires, Éditions Albin Michel, 2002)
    • Le feu gagnait déjà la maison voisine. — Le feu a gagné jusqu’au toit.
    • L’eau a gagné le second étage, jusqu’au second étage.
    • La gangrène a gagné rapidement. — La contagion gagna plusieurs quartiers de la ville.
    • Ces idées gagnèrent la jeunesse, gagnèrent parmi le peuple.
  13. Rejoindre ; rattraper.
    • - Il nous gagne, s’écria le Français.
      - C’est un corsaire colombien, lui dit à l’oreille le capitaine. Nous sommes encore à six lieues de terre, et le vent faiblit.
      — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Bellonte a suffisamment à faire, derrière moi, pour déterminer notre dérive et choisir les meilleurs caps, pour que nous puissions gagner au plus vite possible New-York […] — (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • (Religion)Gagner le ciel, gagner le paradis.
    • (Religion)Gagner le jubilé, les indulgences.
  14. (Familier) (Figuré) Se diriger vers.
    • La rue de la République, à Nouméa, partait d’une jetée de bois sur la mer et gagnait, après le palais blanc du gouverneur, une autre rue, que des maisons, […], flanquaient à droite. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • […] et les deux acrobates, gagnant à pied le métro le plus proche, s’éloignèrent rapidement. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Mais à Château-Landon il était possible de gagner directement La Chapelle-la-Reine sans traverser Nemours, vraisemblablement en passant par Verteau et Maison-Rouge. — (Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715), Comité des travaux historiques et scientifiques, Imprimerie nationale, 1961, page 137)
  15. (Intransitif) (Par extension) Procurer un gain à son détenteur, en parlant des gains que l’on fait au jeu, aux loteries ou dans un tirage financier.
    • Telle carte gagne.
    • Tel billet, tel numéro gagne.
  16. (Intransitif) Acquérir, en parlant des avantages, des qualités, qu’une personne ou qu’une chose acquiert.
    • (Absolument)Ce jeune homme a gagné depuis que je ne l’ai vu.
    • (Absolument)Cette statue gagne à être vue de ce côté.
    • (Absolument)Cette pièce de théâtre gagne beaucoup à la lecture.
  17. (Intransitif) (Familier) (Figuré) Mériter.
    • Il gagne à être connu.
    • Il ne gagne pas à être connu.
  18. (Transitif) Atteindre en parlant des besoins, des maux qui se font sentir par degrés, et, par extension en parlant de sentiments pesants.
    • La faim me gagne.
    • Le sommeil commençait à me gagner.
    • Le froid m’avait déjà gagné.
    • (Par extension)Sa tristesse me gagne.
    • (Par extension)L’ennui nous gagne.
  19. (Pronominal) (Médecine) Se communiquer, se propager, en parlant de maladies.
    • La rougeole se gagne facilement.
    • La scarlatine se gagne.
    • Allez rire et ne restez pas ici. C’est malsain : la vieillesse se gagne. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 192.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAGNER. v. tr.
Acquérir par son travail, par son initiative ou par l'effet des circonstances, du hasard. Un bon ouvrier peut gagner tant par jour. Une si forte somme ne se gagne pas en un jour. Il a gagné gros dans cette affaire. On l'emploie souvent absolument. Je ne gagne pas sur ce marché. C'est un métier où l'on gagne bien. Par analogie, Gagner sa vie, Gagner de quoi vivre. Il gagne largement sa vie. Il a bien de la peine à gagner sa vie. Gagner sa vie à donner des leçons, à faire des copies, à promener des étrangers. On dit, dans le même sens, Gagner son pain à la sueur de son front. Fig. et fam., N'est pas marchand qui toujours gagne. On doit s'attendre à des contrariétés et à des vicissitudes dans les affaires de la vie. Il se dit aussi en parlant du Gain que l'on fait au jeu, aux loteries ou dans un tirage financier. Il a gagné deux cents francs à l'écarté. Gagner à la loterie. Gagner le gros lot. Par extension, Telle carte gagne signifie Celui qui a cette carte gagne. Tel billet, tel numéro gagne, Il est échu un lot à tel billet, à tel numéro. Gagner quelqu'un, Lui gagner son argent au jeu. Cet homme-là me gagne toujours. Je n'ai jamais pu le gagner. Il est familier. Jouer à qui perd gagne, Jouer à un jeu où l'on convient que celui qui perdra selon les règles ordinaires gagnera la partie. Cela se dit, figurément et familièrement, lorsqu'un désavantage apparent procure un avantage réel. Il signifie encore Obtenir, remporter quelque chose que l'on désire. Il a gagné le prix. Vous ne gagnerez rien à lui tenir ce langage. Je n'ai pu le décider : voyez si vous y pourrez gagner quelque chose. Vous vous tourmentez inutilement pour cette affaire, vous n'y gagnerez rien. Ironiquement, dans le sens de Ce qui est contraire à un avantage, Je me souviendrai de ce voyage, j'y ai gagné un bon rhume. Il n'y a que des coups à gagner. Il signifie particulièrement Remporter un avantage dans une lutte ou un débat quelconque; et alors le complément direct indique l'espèce de lutte ou de débat. Gagner une bataille, la bataille. Gagner sa cause. Gagner son procès. Gagner une gageure, un pari. Gagner la partie. Par extension, Gagner son procès signifie Avoir gain de cause, même quand il ne s'agit pas d'une affaire portée devant les juges. Fig. et fam., Donner gagné se dit d'une Personne qui reconnaît que son adversaire l'emporte, qu'il a gagné. Je vous donne gagné. On dit dans un sens analogue Donner cause gagnée. Avoir cause gagnée. On dit aussi Donner ville gagnée. Avoir ville gagnée. Il se joint quelquefois avec la préposition SUR, pour marquer sur qui l'on remporte l'avantage. Il a gagné le prix sur un tel. Fig., Gagner quelque chose sur quelqu'un, sur l'esprit de quelqu'un. Lui persuader quelque chose, en obtenir quelque chose. On dit de même Tâchez de gagner cela sur vous, Faites cet effort sur vous, faites-vous violence en cela, obtenez cela de vous. J'ai gagné sur moi de n'y plus penser. J'ai gagné sur lui qu'il ne la reverrait pas. Gagner du temps, Faire quelque chose en moins de temps que par un autre moyen. En prenant l'avion au lieu du train, vous gagnez du temps. Gagner du temps signifie ainsi Différer quelque chose le plus longtemps possible, parce qu'on y voit un avantage. L'important en cette affaire est de gagner du temps. Il fit mille chicanes pour gagner du temps. Gagner bien ou Bien gagner signifie aussi figurément Mériter. Il l'a bien gagné. Il gagne bien l'argent qu'on lui donne. Il gagne bien son argent. Gagner le ciel, gagner le paradis, Mériter d'aller dans le ciel, d'aller en paradis. Gagner le jubilé, les indulgences, Mériter les grâces qui y sont attachées. Il se dit aussi en parlant des Avantages, des qualités qu'une personne ou qu'une chose acquiert. Le langage perdit en naïveté ce qu'il gagnait en élégance et en finesse. L'art ne gagne rien à ces innovations bizarres. Absolument, Ce jeune homme a gagné depuis que je ne l'ai vu. Cette femme gagne à être vue aux lumières. Cette statue gagne à être vue de ce côté. Cette pièce de théâtre gagne beaucoup à la lecture. Ce vin a gagné à vieillir. Il gagne à être connu. Plus on le connaît, plus on l'estime. Dans le sens contraire, Il ne gagne pas à être connu. Fig., Gagner du terrain, S'avancer, faire des progrès, se rapprocher du but. Gagner quelqu'un de vitesse, Arriver avant lui, parce qu'on est allé plus vite. Gagner l'ennemi de vitesse. On dit, en des sens analogues Hâtons-nous de rentrer, la nuit nous gagne. Gagner quelqu'un de vitesse signifie aussi figurément Le prévenir, faire avant lui une visite, une démarche. J'aurais souhaité obtenir cet emploi, mais il m'a gagné de vitesse. Fam., Gagner du chemin. Gagner du pays. On dit aussi Gagner chemin, gagner pays, Avancer, faire du chemin, ou s'évader, s'éloigner, quitter un endroit. Il est tard, gagnons chemin. Gagnons pays. Le maraudeur surpris gagna pays. Il est vieux. En termes de Marine, Gagner le vent, le dessus du vent, Prendre le dessus du vent. Fig. et fam., Gagner le dessus. Prendre l'avantage, avoir l'avantage, surmonter. On dit plutôt aujourd'hui Prendre le dessus. Il signifie encore, figurément, Se concilier, se rendre favorable. Gagner le cœur de quelqu'un. Sa bonté lui gagne tous les cœurs. Ce ton de franchise me gagna. Gagner l'amitié, l'affection, la bienveillance, la confiance. Gagner les bonnes grâces de quelqu'un. Gagner les suffrages, les voix. Il faut gagner cet homme-là, à quelque prix que ce soit, et l'avoir pour nous. Gagner le geôlier. Gagner les témoins. Gagner quelqu'un à force d'argent. Se laisser gagner, Céder à des promesses, à de l'argent. Il signifie aussi Se diriger vers quelque endroit, et y arriver, y parvenir. Gagner le rivage. Gagner la haute mer, le large. Il faut gagner la grande route pour arriver à ce village. Il avait déjà gagné la frontière, lorsqu'on l'arrêta. On dit, dans un sens analogue, Gagner l'heure, Occuper le temps qui vous sépare d'une heure fixée d'avance. Il est allé se promener pour gagner l'heure du déjeuner. Fam. et fig., Gagner au pied, gagner les champs, le taillis; gagner le large, S'enfuir. Fam., Gagner la porte, Se diriger vers la porte pour sortir. Il se dit surtout dans le sens de S'échapper. Fig., Ce cheval gagne à la main. Il précipite l'allure où l'on voudrait le maintenir. Cet employé vous gagne à la main, Il prend des libertés, de l'indépendance. Il se dit encore tant transitivement qu'intransitivement des Choses qui font du progrès, qui s'étendent, se propagent. Le feu gagnait déjà la maison voisine. Le feu a gagné jusqu'au toit. L'eau a gagné le second étage, jusqu'au second étage. La gangrène a gagné rapidement. La contagion gagna plusieurs quartiers de la ville. Ces idées gagnèrent la jeunesse, gagnèrent parmi le peuple. Il se dit quelquefois des Besoins, des maux qui se font sentir par degrés. La faim me gagne. Le sommeil commençait à me gagner. Le froid m'avait déjà gagné. En parlant des Maladies, il signifie Se communiquer, se propager. La rougeole se gagne facilement La scarlatine se gagne. Figurément et par extension, en parlant de Certains sentiments, Sa tristesse me gagne. L'ennui se gagne.

Littré (1872-1877)

GAGNER (ga-gné) v. a.

Résumé

  • Terme de chasse. Paître.
  • 2° Tirer un profit.
  • 3° Acquérir au jeu.
  • 4° Il se dit des avantages qu'on remporte.
  • 5° Mériter.
  • 6° Obtenir quelque chose en qualité d'avantage.
  • 7° En horticulture, faire naître par semis.
  • 8° Acquérir des avantages, des qualités.
  • 9° En un sens opposé, prendre quelque mal.
  • 10° Obtenir quelque chose de quelqu'un.
  • 11° Acquérir, en parlant des cœurs, des esprits, des sentiments.
  • 12° Se rendre favorable.
  • 13° En mauvaise part, corrompre.
  • 14° S'emparer, se rendre maître.
  • 15° Se diriger vers un endroit, y parvenir.
  • 16° Gagner le vent, en termes de marine.
  • 17° Atteindre, rejoindre, ou même dépasser.
  • 18° Se propager, s'étendre, faire des progrès,
  • 19° V. n. Devenir meilleur.
  • 20° Avoir un profit, un avantage.
  • 21° Avancer en crédit, en considération.
  • 22° Gagner sur, obtenir que.
  • 23° Gagner sur quelqu'un, aller plus vite.
  • 24° S'étendre, se propager.
  • 25° V. réfl. Être acquis à titre de profit.
  • 26° Être obtenu, conquis, en parlant du cœur, de l'affection.
  • 27° Se vaincre, se surmonter.
  • 28° Être contracté en parlant de maladies.
  • 1 Terme de chasse, dans lequel seul le sens étymologique est resté. Paître, en parlant des animaux de chasse. À la tombée du jour, le lapin sort du bois et vient gagner.
  • 2Tirer un profit en général, par une extension du profit particulier que fournissent les pâturages et l'agriculture. J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros…, La Fontaine, Fabl. VII, 15. …Or çà, sire Grégoire, Que gagnez-vous par an ? La Fontaine, ib. VIII, 2. Il faut bien que l'homme vive de ce qu'on lui donne, quand il ne peut pas vivre de ce qu'il gagne, Raynal, Hist. phil. XIX, 10. On voit, dans nos campagnes, des gens qui, ne gagnant rien, dépensent gros, étrangers, inconnus, Courier, Gaz. du village, n° 4.

    Absolument. Je suis pauvre, ajouta-t-elle ; et c'est à moi beaucoup perdre que de ne gagner pas, Scarron, Rom. com. I, 22. On hasarde de perdre en voulant trop gagner, La Fontaine, Fabl. VII, 4. Prenez garde que l'avarice gagne peu, et qu'elle se déshonore beaucoup, Fénelon, Éduc. des filles, ch. 11. Gagnez le plus que vous pourrez, surtout n'ayez pas deux prix, Raynal, Hist. phil. XIX, 6. On se rappelait que, dans une pareille position, Pierre 1er, en sacrifiant dix Russes contre un Suédois, avait cru non-seulement ne faire qu'une perte égale, mais même gagner à ce terrible marché, Ségur, Hist. de Nap. IX, 3.

    Gagner de l'argent, devenir possesseur de sommes d'argent par un travail, par des entreprises, etc.

    Assurer par le travail. Gagner sa vie en travaillant à la terre.

    Absolument. Gagner sa vie, gagner de quoi vivre en travaillant. Pour gagner sa vie sans avoir besoin de personne, Fénelon, Tél. XI. Mon métier est de tuer et d'être tué pour gagner ma vie, Voltaire, Babouc.

    On dit de même gagner son pain à la sueur de son corps, à la sueur de son front.

  • 3Acquérir, au jeu, la possession de quelque chose. Gagner cent louis. Gagner à la loterie. Gagner un lot

    Fig. Gagner son âme, par opposition à la perdre Le Fils de l'homme viendra pour rendre à chacun selon ses œuvres ; ce qui montre que son intention est qu'on veuille gagner son âme, en sorte que le salut nous est proposé comme un motif qui nous presse à ce nécessaire renoncement [du monde], Bossuet, 4e écrit, II, 32.

    Gagner les cartes, faire une ou plusieurs levées de plus que son adversaire.

    Gagner quelqu'un, avoir l'avantage sur lui dans les parties de jeu. J. J. Rousseau, qui me gagnait toujours aux échecs, me refusait un avantage qui rendît la partie égale, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 224, dans POUGENS.

    Absolument. On prend plaisir à gagner à toutes sortes de jeux, même sans avarice, et l'on n'aime point à perdre, Nicole, Ess. de mor. 1er traité, ch. 1. S'il est rare de trouver un homme qui sache perdre, combien il est plus rare d'en trouver un qui sache gagner ! Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 224, dans POUGENS.

    Jouer à qui perd gagne, convenir que le gain de la partie sera pour celui qui la perdra. On disait autrefois : jouer au coquimbert où qui gagne perd, Leroux, Dict. comique.

    Fig. Jouer à qui perd gagne, se dit lorsqu'un désavantage apparent procure un avantage réel.

    Telle carte gagne, signifie que celui qui a cette carte gagne ce qu'on a mis dessus.

    Aux loteries, tel billet, tel numéro gagne, un lot est échu à tel billet, à tel numéro.

    Terme de jeu de paume. Au dernier la balle la gagne, il faut, pour gagner la chasse, mettre la balle au dernier, c'est-à-dire au plus près du fond du jeu.

  • 4Il se dit des avantages que l'on remporte. Gagner le prix de la lutte, de la course.

    Il se construit quelquefois avec la préposition sur. Il a gagné le prix sur un tel.

    On dit dans un sens analogue, gagner une femme, l'obtenir pour le prix de quelque action. Rodrigue t'a gagnée et tu dois être à lui, Corneille, Cid, v, 8. Et si pour me gagner il faut trahir ton maître, Corneille, Cinna, III, 4. Pour gagner Rodogune il faut venger un père, Corneille, Rodog. III, 4.

    Gagner une bataille, battre l'ennemi. Ce sang qui tant de fois vous gagna des batailles…, Corneille, Cid, II, 9. S'ils renversent des murs, s'ils gagnent des batailles…, Corneille, Prol. de la Tois. d'or. Ce combat, quoique peu décisif, préservait le grand-duché ; il réduisait sur ce point les Russes à se défendre, et donnait à l'empereur le temps de gagner une bataille, Ségur, Hist. de Nap. VI, 5.

    Gagner un procès, avoir en sa faveur la sentence du juge. Vous avez su que les Calas ont pleinement gagné leur procès ; c'est à vous qu'ils en ont l'obligation, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 26 mars 1765.

    On dit de même gagner sa cause.

    Absolument. J'ai donc enfin gagné, Didyme, et tu le vois, L'arrêt est prononcé, c'est moi dont on fait choix, Corneille, Théod. v, 6.

    Gagner une gageure, un pari, avoir l'avantage dans une gageure, dans un pari.

    Gagner la partie une partie, avoir l'avantage dans une partie de jeu.

    Absolument. C'est lui qui a gagné.

    Dans les courses, ce cheval a gagné d'une longueur, de deux longueurs, c'est-à-dire il est arrivé avant celui qui le suivait d'une fois, deux fois la longueur de son corps.

  • 5 Fig. Mériter. Il gagne bien l'argent qu'on lui donne, il gagne bien son argent.

    On leur a bien fait gagner leur avoine, se dit des chevaux et fig. des hommes, quand on les a bien fait travailler.

    Ironiquement. Il l'a bien gagné, c'est-à-dire il ne lui arrive que ce qu'il mérite, en parlant d'une déconvenue, d'un affront, de quelque perte ou disgrâce.

    Gagner le ciel, le paradis, le mériter par ses œuvres.

    Gagner le jubilé, les indulgences, mériter les grâces qui y sont attachées.

    Gagner les œuvres de miséricorde, gagner les récompenses promises par Dieu aux œuvres de miséricorde. Servir les malades, c'est gagner les œuvres de miséricorde.

  • 6Obtenir quelque chose en qualité d'avantage. Et ce grand nom de Cid que tu viens de gagner, Corneille, Cid, v, 3. [Un fils] Qui fait triompher Rome et lui gagne un empire, Corneille, Hor. IV, 2. Vous pouvez déjà voir comme elle m'appréhende, Combien en me perdant elle espère gagner, Corneille, Nicom. IV, 3. L'avarice perd tout en voulant tout gagner, La Fontaine, Fabl. v, 13. Alors l'Espagne perdit [par le mariage de Marie-Thérèse] ce que nous gagnions ; maintenant [par la mort] nous perdons tous les uns et les autres, Bossuet, Mar. Thér. Ne sera-t-on fidèle et religieux pour les serments que quand on n'aura rien à gagner en violant sa foi ? Fénelon, Tél. XX.

    Familièrement. Il n'y a rien à gagner, rien de bon à gagner, se dit d'affaires qui ne promettent rien d'avantageux, de bon.

    Gagner du temps, gagner temps, s'arranger de manière que le temps soit ménagé, que la chose soit différée, renvoyée à un meilleur moment. Je voulais gagner temps pour ménager ta vie, Corneille, Poly. v, 2. Il craignait l'événement d'un combat, et voulait à tout hasard gagner du temps, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 66. Commençons par écarter le provincial et gagnons du temps, Dancourt, Vend. Surène, 6.

  • 7 Terme d'horticulture. Gagner une fleur ou un fruit, obtenir par le semis une variété nouvelle. Gagner un œillet, une fraise.

    Terme de manége. Gagner l'épaule d'un cheval, corriger par le secours de l'art quelque défaut dans cette partie.

  • 8Il se dit des avantages, des qualités qu'une personne ou qu'une chose acquiert. Le langage perdit en naïveté ce qu'il gagnait en finesse. Mme de Villette a fait un voyage utile ; elle a gagné de l'embonpoint, elle a vu ses enfants, Maintenon, Lett. à M. de Villette, 23 mai 1683.
  • 9En un sens opposé, prendre quelque mal, tomber en quelque inconvénient. Il n'y a que des coups à gagner. Gagner un rhume, une pleurésie. S'engager dans un procès où il n'y a que de la honte et de l'infamie à gagner, Patru, Plaidoyer 9, dans RICHELET. La Bourdonnaie fut quatre ans à la Bastille ; et, quand il fut déclaré innocent, il mourut du scorbut qu'il avait gagné dans ce beau château, Voltaire, Lett. Richelieu, 21 juill. 1764. Les fièvres putrides et intermittentes, inconnues dans les pays dont on vient de parler, ici sont habituelles ; on les y gagne si aisément que les voyageurs craindraient d'approcher les lieux qui en sont infectés, Raynal, Hist. phil. VII, 26.

    Gagner du mal, contracter une maladie honteuse.

  • 10Obtenir quelque chose de quelqu'un. Et soudain sa colère a trahi son amour Avec tant de transport et tant de violence, Que je n'ai pu gagner un moment d'audience, Corneille, Cid, v, 7. …Et je ne puis gagner, dans son perfide cœur, D'autre rang que celui de son persécuteur, Racine, Andr. II, 5. En cas qu'il ne pût rien gagner auprès de la petite Saint-Germain, Hamilton, Gramm. 4.

    Nous ne gagnerons rien avec lui, nous ne viendrons pas à bout de le faire changer de résolution, de conduite, de langage, etc. Caron, je te conjure de le passer le plus vite que tu pourras ; car nous ne gagnerons rien avec lui, Fénelon, Dial. des morts anc. 19. Gagner quelque chose sur l'esprit de quelqu'un, lui persuader une chose. Il ne gagnera rien sur ce juge irrité, Boileau, Sat. IX. Elle ne gagna rien sur l'esprit de ces barbares, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. x, p. 60.

    On dit de même : tâchez de gagner cela sur vous, faites un effort sur vous, obtenez cela de vous.

  • 11Acquérir, en parlant des cœurs, des esprits, des sentiments. Gagner les suffrages. Après avoir pour nous employé ce grand homme, Qui nous gagna soudain toutes les voix de Rome, Corneille, Pomp. I, 3. Un regard désarmé de toutes ses rigueurs Et tel qu'il est enfin quand il gagne les cœurs, Corneille, Nicom. I, 2. Il faut envoyer par avance Tes bonnes œuvres devant toi, Qui de ton juge et de ton roi Puissent te gagner la clémence, Corneille, Imit. I, 23. De toute votre Espagne il a gagné l'estime, Corneille, Sertor. II, 2. Mais vous ne vous rebutez point, et, pied à pied, vous gagnez mes résolutions, Molière, Bourg. gent. III, 18. Son maintien honnête et sa douceur m'ont gagné l'âme, Molière, l'Avare, I, 5. N'allait-elle pas gagner tous les cœurs, c'est-à-dire la seule chose qu'ont à gagner ceux à qui la naissance et la fortune semblent tout donner ? Bossuet, Duch. d'Orl. L'un forçant des villes par sa valeur, l'autre gagnant des cœurs par son adresse, Fléchier, Mme de Montausier. Dois-je irriter les cœurs, au lieu de les gagner ? Racine, Bajaz. II, 1. Songeons plutôt, songeons à gagner sa tendresse, Racine, Mithr. IV, 5. Mais les cœurs opprimés ne sont jamais soumis ; J'en ai gagné plus d'un, je n'ai forcé personne, Voltaire, Alz. I, 1. Mon père, vos discours gagnent ma confiance ; D'une entière franchise ils m'imposent la loi, Masson, Helvét. II.

    Terme de manége. Gagner la volonté d'un cheval, triompher, par la patience et par la douceur, de la résistance de l'animal.

  • 12Se rendre favorable. Mais, charmante Mariane, commençons, je vous prie, par gagner votre mère, Molière, l'Avare, IV, 1. Je vois trop que son cœur s'obstine à dédaigner Tous ces profonds respects qui pensent la gagner, Molière, Princ. d'Él. I, 4. Ils surent gagner Luther par leurs soumissions ; on avait tout de Bucer par des équivoques ; les zwingliens se laissaient flatter aux expressions générales des frères, Bossuet, Var. XI, § 197. Il sut gagner à l'Église le nouvel empereur, Bossuet, Hist. I, 11. La bonté… devait être le premier attrait que nous aurions en nous-mêmes pour gagner les autres hommes, Bossuet, Louis de Bourbon. Elle avait gagné un maire de Londres, dont le crédit était grand, et plusieurs autres chefs de la faction ; presque tous ceux qui lui parlaient se rendaient à elle, Bossuet, Reine d'Anglet. Elle va [en Hollande] pour engager les États dans les intérêts du roi, lui gagner des officiers, lui amener des munitions, Bossuet, ib. Que ne fait point un cœur Pour plaire à ce qu'il aime et gagner son vainqueur ? Racine, Bérén. II, 2. On peut bien le vaincre et non pas le gagner, Racine, Théb. IV, 1. Tous les soldats sont gagnés par ses largesses, Fénelon, Tél. XII. Bien instruit des moyens par lesquels un vieillard peut être gagné, il n'y eut point de caresses qu'il ne lui fît, point de marques d'estime et d'amitié qu'il ne lui donnât, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 580, dans POUGENS. Les Romains n'ignoraient pas les mesures que prenait Persée pour gagner les peuples et les voles de la Grèce, Rollin, ib. t. IX, p. 11. Leur âpre austérité que rien ne peut gagner, Voltaire, Brut. I, 4.

    Se laisser gagner, permettre à sa volonté de céder. Qu'à cet éclat du trône il se laisse gagner, Corneille, Rodog. I, 2. Je me laissais gagner aux soupirs qu'il perdait, Molière, le Dép. II, 1. Les uns se laissaient gagner par des jeux, Bossuet, Hist. II, 12.

  • 13En mauvaise part, corrompre par des dons ou autrement. Il avait gagné le geôlier. Gagner quelqu'un à force d'argent.
  • 14S'emparer, se rendre maître. L'ennemi gagna la contrescarpe. Gagner du terrain. Gagner le fort de l'épée.

    Par extension. La mer doit avec le temps gagner du terrain vers l'occident et en laisser vers l'orient, Buffon, Hist. nat. Preuves théor. terre, Œuv. t. II, p. 197.

    Terme d'escrime. Gagner la mesure, se donner un avantage par un coulement d'épée et un mouvement en avant.

    Familièrement. Gagner du chemin, du pays, gagner chemin, gagner pays, avancer, poursuivre sa route. Je dis à monseigneur mon père Tout ce que m'avait dit ma mère, Et qu'il fallait gagner pays, Scarron, Virg. II. Des conseils ! ah ! le triste équipage pour gagner pays, Marivaux, les Surpr. de l'am. I, 14.

    Fig. Gagner du pays, faire des progrès, réussir. Ils [les sociniens] gagnent sensiblement du pays parmi vous [protestants], puisque déjà on leur accorde des élus cachés dans leur société et même la tolérance pour leurs dogmes principaux, Bossuet, 1er avert. 47.

    Dans les courses, gagner la corde ou le cordeau, devancer les autres et s'approcher le plus près de la corde.

  • 15Se diriger vers un endroit, y parvenir (le terrain, le chemin étant considéré comme quelque chose que l'on gagne). Ils gagnent leurs vaisseaux, ils en coupent les câbles, Corneille, Cid, IV, 3. Elle gagne la tour d'un pas précipité, Mairet, Mort d'Asdrub. v, 1. Ils allèrent gagner le chemin du désert, Sacy, Bible, Jérémie, XXXIX, 4. Pour gagner ces défilés avant que l'ennemi s'en pût saisir, on trouva à propos de partir de nuit, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 192. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d'abord un village voisin, Voltaire, Cand. 3. Après le dîner nous gagnâmes l'ombre sous de grands arbres, Rousseau, Confess. VI. Sans courir absolument la poste vers l'autre monde, j'en gagne tout doucement le chemin, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 21 avril 1771.

    Gagner le temps, gagner l'heure, parvenir au temps requis, à l'heure voulue.

    Familièrement. Gagner la porte, se diriger vers la porte pour s'enfuir. Le père épouvanté gagne aussitôt la porte, Corneille, le Ment. II, 5. J'ai gagné doucement la porte sans rien dire, Boileau, Sat. III. Mais de sa canne enfin il te bourrait Et tu gagnas, sans mot dire, la porte, Pons, (de Verdun), les Excuses, conte.

    Familièrement. Gagner le large, gagner au pied, gagner la guérite, gagner au haut, le haut, gagner les champs, le taillis, c'est-à-dire s'enfuir, s'esquiver. …C'est son valet qu'il nomme, Celui qui devant nous vient de gagner au pied, Scarron, Jodelet ou le maître valet, I, 3. Et puis comme devant les chiens Gagne au pied le timide lièvre, Scarron, Virg trav. I. Le galant aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Mal content de son stratagème, La Fontaine, Fabl. II, 15. …Tant pis ; J'en serai moins léger à gagner le taillis, Molière, Dép. am. v, 1. Gagnons au pied, si vous m'en voulez croire, Th. Corneille, L'am. à la m. III, 8.

  • 16 Terme de marine. Gagner le vent, le dessus du vent, s mettre, à l'égard d'un autre vaisseau, entre lui et le côté d'où le vent souffle.

    Gagner au vent, s'approcher du point de l'horizon d'où le vent paraît souffler.

    Fig. Gagner le dessus, l'emporter, avoir l'avantage. Ces raisons, qui flattent nos sens, gagneront aisément le dessus, Bossuet, Yol. de Monterby.

  • 17Atteindre, rejoindre, ou même dépasser. Il allait vite ; pourtant, forçant le pas, je le gagnai. Gagner l'ennemi.

    Gagner quelqu'un de vitesse, arriver avant lui, parce qu'on a cheminé plus vite.

    Fig. Gagner quelqu'un de vitesse, le prévenir. Je voulais avoir ce poste, mais il m'a gagné de vitesse. On dit dans le même sens gagner de la main.

    Gagner de vitesse, disent les grammairiens du XVIIe siècle, pour signifier prévenir quelqu'un par un redoublement de diligence, est une expression peu exacte qui n'a pas laissé de s'introduire dans l'usage.

    Gagner le devant, ou les devants, partir avant quelqu'un, le dépasser en allant plus vite.

  • 18Se propager, s'étendre, faire des progrès. Le feu gagnait la maison voisine. De la jambe, la gangrène a gagné la cuisse. Vous périssez, les ondes vous gagnent, Massillon, Avent, Délai. La contagion fit un bien plus grand ravage dans Athènes, on n'en avait jamais vu de semblable ; on dit qu'elle avait commencé en Éthiopie, d'où elle descendit en Égypte, et de là gagna la Libye et une grande partie de la Perse, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 505, dans POUGENS. Mes maux me gagnent et m'éloignent chaque jour davantage de la société, Rousseau, Lett. à Saint-Lambert, 4 sept. 1757. La corruption avait gagné toutes les parties de l'administration publique, Diderot, Opin. des anc. philos. (philos. socratique). Cette folie te gagne, je t'en avertis, prends-y garde, Genlis, Théât. d'éduc. Fausses délicatesses, I, 1.

    La faim, le froid me gagne, s'empare de moi peu à peu. Vos tristesses sont si contagieuses qu'elles ont gagné jusqu'à votre valet, on l'entend qui soupire, Marivaux, l'Heur. stratag. I, 5. Grâce aux beaux esprits de notre âge, L'ennui nous gagne assez souvent, Béranger, Age futur.

    Absolument. Le désordre s'est établi dans votre maison ; il a gagné de toute part, Diderot, Père de famille, v, 9. Pourquoi non ? la rage de sauter peut gagner, voyez les moutons de Panurge, Beaumarchais, Mar. de Figaro, IV, 6.

    La nuit nous gagne, elle s'approche.

    L'heure, le temps nous gagne, il ne nous reste plus que bien peu de temps. Elle paraissait fort affairée, l'heure commençait à la gagner, Hamilton, Gramm. 7. Le temps me gagne, les espions m'obsèdent, je suis forcé de faire à la hâte et mal un travail qui demanderait le loisir et la tranquillité qui me manque, Rousseau, Confess. VII.

    Terme de manége. Votre cheval vous gagne, il vous emporte, vous n'en êtes plus le maître. On dit aussi qu'un cheval gagne à la main quand, s'animant, il va plus vite que le cavalier ne le veut.

  • 19 V. n. Gagner, devenir meilleur. Ces bœufs ont bien gagné dans les pacages. Mes blés ont bien gagné depuis que le temps doux est venu. Je suis persuadé, sire, que ce voyage serait très avantageux pour M. Bitaubé, que son poëme y gagnerait beaucoup, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 25 avril 1774.
  • 20Avoir un profit, un avantage. Il n'y a que Pauline qui gagne à votre mal de tête, Sévigné, 544. Nous rions du mot de diable, nous respectons celui de furie ; voilà ce que c'est que d'avoir le mérite de l'antiquité ; il n'y a pas jusqu'à l'enfer qui n'y gagne, Voltaire, Ess. poés. épique, 7.
  • 21Avancer en crédit, en considération. Donc Bertrand [le singe] gagnerait près de certains esprits, La Fontaine, Fabl. XII, 3. Il y a des gens qui gagnent à être extraordinaires, La Bruyère, XI. Vous aviez gagné chez les paysans, vous perdez parmi les beaux esprits, Rousseau, Hél. II, 27.

    Paraître meilleur. A tout prendre, je crois que l'ouvrage gagne à la lecture, D'Alembert, Lett. à Voltaire, Œuv. avril 1757.

    Il gagne à être connu, c'est-à-dire plus on le connaît, plus on l'estime, plus on l'aime, plus on apprécie son mérite. Mon fils gagne toujours à se faire connaître, Destouches, Phil. marié, IV, 3.

    En un sens contraire. Il ne gagne pas à être connu.

  • 22Gagner sur, obtenir que. J'avais gagné sur lui qu'il aimerait la vie, Corneille, Cinna, IV, 5. Il vient de me quitter assez triste et confus ; Mais j'ai gagné sur lui qu'il ne me verra plus, Corneille, Poly. II, 4. Et qu'il n'est repentir ni suprême puissance Qui gagnât sur mon cœur d'oublier cette offense, Molière, D. Garcie, v, 5. Elle se contente d'avoir gagné sur eux qu'ils admettent le nom, Pascal, Prov. 2. Quand on a pu gagner une fois sur soi de n'y penser plus du tout, Pascal, ib. 4.

    L'emporter. Pourvu que votre amour gagne sur vos douleurs, Corneille, Pomp. v, 5. Ce fut un bonheur pour la Hollande que le vent du sud gagna sur celui qui lui était opposé ; car la mer était si enflée que les eaux étaient de dix-huit pieds plus hautes que les terres les plus élevées de la province, à la réserve des dunes, Buffon, Hist. nat. Preuves théor. terre, t. II, p. 427.

  • 23Gagner sur quelqu'un, aller plus vite, s'en rapprocher en marchant et pendant qu'il marche. Le chevalier voyait qu'on gagnait sur lui, Hamilton, Gramm. 5.
  • 24S'étendre, se propager. L'incendie gagnait de tous côtés. Le christianisme gagna rapidement parmi les gentils. Dans l'accord fait avec Calvin en 1554, on voit que le calvinisme commençait à gagner ; la justice imputative paraît, Bossuet, Var. x, § 60. Aussi la contagion n'a-t-elle pas gagné, Massillon, Carême, Doutes.
  • 25Se gagner, v. réfl. Être acquis à titre de profit. Une si forte somme ne se gagne pas en un jour.
  • 26Être obtenu, conquis, en parlant du cœur, de l'affection, etc. C'est la volonté qu'il faut gagner, et elle se gagne par la douceur, l'amitié, la persuasion, et surtout par l'attrait du plaisir, Rollin, Traité des Ét. VII, I, 10.
  • 27Se vaincre, se surmonter. Il y a mille choses que le prédicateur foudroie tous les jours en chaire et sur lesquelles je ne saurais me gagner, Massillon, Myst. Visitation de la Ste Vierge.
  • 28Être contracté, en parlant de la maladie. Cette fièvre se gagne dans les marais.

    Particulièrement. Être contracté par contagion. La coqueluche se gagne. Ne soyez point en peine de lui ni de moi ; son mal ne se gagne point à causer et à lire, Sévigné, 9 oct. 1680.

    Fig. À moins, ajouta-t-elle, qu'elle ne veuille partager le mien [lit] ; qu'en dis-tu, cousine ? mon malheur ne se gagne point, Rousseau, Hél. VII, 11.

PROVERBES

Du dérober au restituer, on gagne trente pour cent, c'est-à-dire on ne restitue jamais tout.

Il n'est pas marchand qui toujours gagne, c'est-à-dire tous les marchands sont exposés à perdre ; et fig. on doit s'attendre à des contrariétés dans les affaires de la vie.

Qui bien gagne et bien dépense n'a que faire de bourse pour serrer son argent.

REMARQUE

Corneille a dit dans la 1re édition du cid gagner des combats : Le prince à mes côtés gagnerait des combats, Cid, I, 3. Cela fut critiqué par scudéry et par l'Académie ; ce qui décida Corneille à changer le vers. Voltaire (qui lui-même a employé cette locution : Le duc de Vendôme commandait en Catalogne, où il gagna un combat et où il prit Barcelone, Louis XIV, 17) remarque qu'il n'y a aucune raison pour ne pas dire gagner des combats comme gagner des batailles. Le fait est que, grammaticalement, rien ne s'y oppose ; seulement l'un est moins usité que l'autre.

HISTORIQUE

XIIe s. En pais [nous] tenons nos terres, ses [si les] faisons gaaignier [cultiver], Sax. XVI. La terre est morte e eissillie, N'est arée ne gaaignée, Benoit de Sainte-Maure, Chr. de Norm. 4901.

XIIIe s. Là en ot assés de mors et de pris, et li pors de Constantinoble i fu gaaigniés, Villehardouin, LXXII. Ceste gent ne puent plus paier, et quanques il nous paient, nous l'avons tout gaaignié, pour la convenance qu'il ne nous tienent mie, Villehardouin, XXXVIII. Cil gaigna [eut] deus enfans en la serve haïe, Berte, LX. Tex [tel] cuide gaaigner qui pert, Et autre emborse le gaaing, Ren. v. 20864. Li fevres en a à gaaigner son pain, et si pourroit estre damaces au commun, Beaumanoir, LIV, 1. Et s'il gaigne le [la] querele, que il r'ait les levées, Beaumanoir, LIV, 49. Se tu veus labourer en terre, Vergile dois lire et enquerre ; Chil [celui-là] te sara bien enseignier Ques [quelles] terres tu dois gaaignier, Du Cange, gagnagium. Pour la renommée qui estoit grant en Cypre de la bataille qui devoit estre, passerent de nos gens serjans en Hermenie pour gaaingnier et pour estre en la bataille, Joinville, 212. Et li dormirs me gaaigne, Alebrand, f° 7.

XIVe s. Vostre souldoier sommes, et vostre argent gaignons, Guesclin. 5539. Les banieres roiaux [ils] vont sur les murs poser ; Ville gaignie ! vont criant et hault et cler, ib. 20371. Nous avons ordonné, ordonnons et voulons qu'il soit ainsi publiquement crié que chascun, de quelque estat qu'il soit, puisse prendre, gaingner et piller sur les ennemis du royaume, Ordonn. des rois, t. III, p. 139. Au garder a plus grant sens Que au gaaigner a dit l'en, Ovide, de l'art d'aimer, ms. de St-Germain, f° 95, dans LACURNE.

XVe s. Quand cette grosse ville, qui Guerrande estoit appelée, fut ainsi gagnée, robée et exilliée, ils ne sçurent plus avant ou aller pour gagner [piller], Froissart, I, I, 179. Là eut en celle journée grant enchas et dur et maint homme renversé ; et toutes fois les bien montés le gagnerent, et se sauverent le sire de Fiennes, le sire de Cresaques…, Froissart, I, I, 327. Choses gaingniées, si sont qui ne sont appropriées à nul homme et qui sont trouvées, que nul ne demande ne ne reclame, Gloss. sur les coust. de Beauv. dans LACURNE. Gaigner avant le coup [prendre d'avance], Perceforest, t. I, f° 122. Au derrain, je doy, sans mentir, Gaaingnier le jeu entierement, Orléans, Ball. 45. Se vous tirez autant que moi, Bientost, ainsi comme je croi, Gaignerons le rivage, Basselin, XXXV. Et que s'il en avoit eu affaire, qu'il [le roi d'Angleterre] le gaigneroit [l'obtiendrait] des siens, Commines, I, 15.

XVIe s. Pas n'est marchant celluy qui tousjours gaigne, Marot, J. V, 231. Voyans la proye guaigner à tyre d'esle, ilz estoyent bien marryz, Rabelais, Garg. I, Prol. Gaigner un advantage sur l'ennemy, Montaigne, I, 15. Gaigner une battaille contre…, Montaigne, I, 10. Gaigner du temps, Montaigne, I, 23. Il gaigne sa vie à se faire voir, Montaigne, I, 109. C'est un excellent moyen de gaigner le cœur et la volonté d'aultruy, Montaigne, I, 135. L'institution a gaignié cela sur moi, Montaigne, I, 184. Gaignons sur nous de pouvoir vivre seuls, Montaigne, I, 277. Il est besoing de parler ainsin aux juges qu'on veult gaigner, Montaigne, II, 106. Minutius, faisant de l'audacieux, alloit gaignant la bonne grace des soudards par…, Amyot, Fab. 13. Or y avoit il entre les deux camps une motte non gueres malaisée à gaigner, Amyot, ib. 24. Ce mal là se coula peu à peu, et gaigna secrettement sans estre de longtemps cogneu à Rome, Amyot, Cor. 19. Le mari qui survit la femme gaingne la moitié de la dote [a un droit acquis à cette moitié], Coust. génér. t. II, p. 479. Les chefs n'eurent meilleur expedient que bien tost après gagner au pied, laissant leur honneur en gage, et se doutans bien que leur vie y pendoit, Bèze, Vie de Calvin, p. 103. L'on nous monstre icy volontiers les canons gaignez sur nous, et ne pouvons moins que de leur monstrer l'espée de Thalbot [M. de Boissize, ambassadeur en Angleterre, à M. de Villeroy], De Laborde, Émaux, p. 483. Un monsieur vouloit faire mourir un homme sans information ; et, quand le juge lui disoit : Hé monsieur, il n'a pas gaigné à estre pendu, il lui respondoit : S'il ne l'a pas gaigné à cette fois, il le gaignera bien une autre, Bouchet, Serées, II, p. 60, dans LACURNE. …Enfin tout gaigné [pénétré] de noire poison, Après le sens troublé s'egara la raison, Desportes, Œuvres, p. 457, dans LACURNE. Assez gaigne qui malheur perd, Cotgrave Tel change qui ne gaigne pas, Cotgrave Marchand qui ne gaigne perd, Cotgrave Jamais ne gaigne qui plaide à son seigneur ou qui precede à son maistre, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GAGNER.
15Ajoutez :

Gagner pays, s'enfuir. La comtesse de Soissons gagne pays et fait fort bien ; il n'est rien tel que de mettre son crime ou son innocence au grand air, Sévigné, 2 fév. 1680.

29Se gagner soi-même, être le propre objet de son gain. La belle conquête, mon cher frère, que de se gagner soi-même pour se donner à Dieu tout entier, Bossuet, Lett. sur l'ador. de la croix.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* GAGNER, verbe actif, & quelquefois neutre. La principale signification de ce mot est relative à l’idée d’accroissement & de profit ; un marchand gagne beaucoup, lorsqu’il vend beaucoup & cher. On gagne sur un marché, lorsque la chose est achetée au-dessous de son prix ; un ouvrier gagne tant par jour : gagner se dit alors de son salaire. On gagne l’estime, l’amitié, la bienveillance, la confiance, l’esprit des autres. On gagne un juge, soit en le fléchissant, lorsqu’il est trop severe, soit en le corrompant, lorsqu’il est inique ; on livre un combat, & on gagne une bataille ou du terrein, un prix, une partie, une gageure. Le feu gagne le toit de la maison ; l’eau gagne les caves : dans ces cas, gagner est synonyme à atteindre. On gagne le vent ; voyez Gagner (Marine.) On gagne l’épaule ou la volonté du cheval ; voyez Gagner (Manege.) On gagne du tems ; on gagne sa vie, &c. Ce verbe a une infinité d’acceptions différentes. Voyez les articles suivans, & l’article Gain.

Gagner le vent, Gagner le dessus de vent, (Marine.) c’est prendre l’avantage du vent sur son ennemi ; ce qui se fait en courant plusieurs bordées, en changeant promptement de bord, lorsque le vent a donné, & en faisant bien gouverner. Voyez Vent.

Gagner au vent, monter au vent, c’est lorsqu’un vaisseau qui étoit sous le vent se trouve au vent par la bonne manœuvre qu’il a faite.

Gagner sur un vaisseau, c’est lorsqu’on cingle mieux que lui, & que l’on s’en est approché ou qu’on l’a dépassé. (Z)

Gagner, (Jardinage.) c’est un terme reçû chez les Fleuristes, pour dire que la graine qu’on a semée a produit un nouvel œillet, une oreille d’ours, une renoncule, une anemone, & autres. (K)

Gagner l’épaule du cheval, (Manége.) expression qui suppose dans le jeu, dans le mouvement, & dans l’action de cette partie, un défaut quelconque que l’on réprime, ou que l’on corrige par le secours de l’art ; soit que ce défaut provienne de la nature & de la conformation de l’animal, soit qu’on puisse le regarder comme un de ces vices acquis, & nés de l’ignorance de celui qui l’exerce & qui le travaille.

Cette maniere de s’exprimer est encore usitée, relativement aux parties mobiles de l’arriere-main, lorsque le cavalier leur imprime un mouvement auquel elles se refusent.

On ne sauroit prévenir avec trop de soin & d’attention les mauvaises habitudes que la plûpart des chevaux peuvent contracter dans les leçon, qu’ils reçoivent, sur-tout quand elles sont données sans ordre, sans méthode, sans choix, & qu’on ne conduit point exactement l’animal, selon les gradations & l’enchainement ; d’où résulte inévitablement en lui la facilité de l’exécution. (e)

Gagner la volonté du cheval, (Manége.) c’est de la part du cavalier la faire plier sous le joug de la sienne. Cette définition annonce que l’expression dont il s’agit, est spécialement & particulierement adoptée, dans le cas où nous triomphons d’une opposition marquée, & d’une résistance véritable de la part de l’animal.

Pour contraindre & pour gêner en lui l’acte ou l’exercice de cette puissance avec quelqu’avantage, la patience & la douceur suffisent ; la force & la rigueur augmentent son opiniâtreté, & l’avilissent plûtôt qu’elles ne changent ses déterminations. (e)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gagner »

(1135) De l’ancien français gaaigner, du bas latin *wadaniare, emprunté au vieux-francique *waidanjan (« paître »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wall. wagni ; Berry, gaingné ; prov. gazanhar, gazagnar, guazanhar, gaaniar ; anc. cat. guadagnar ; cat. mod. guanyar ; ital. guadagnare ; du germanique : anc. haut-allem. weidanjan, faire paître, weida, pâturage. Toutes les formes sont trisyllabes ; le sens de paître, qui ne figure pas dans l'historique de gaaigner, figure dans gagnage. La langue d'oïl, du sens rural de paître, a passé au sens rural de labourer ; puis le profit fait par la culture a désigné toute sorte de profits, le gagner, ce qui est le seul sens resté aujourd'hui en usage. Bèze, au XVIe siècle, a gaigner ; mais il ajoute que ceux qui parlent plus purement disent gagner. L'espagnol dit ganar, de deux syllabes ; mais ce ganar est le bas-latin ganare, acquérir, dont on ignore l'origine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gagner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gagner gaɲe

Évolution historique de l’usage du mot « gagner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gagner »

  • Comment enfin gagner aux jeux de société Libération.fr, Comment enfin gagner aux jeux de société - Libération
  • Il faut choisir dans la vie entre gagner de l'argent et le dépenser : on n'a pas le temps de faire les deux. Édouard Bourdet, Les Temps difficiles, Stock
  • Pour gagner, il faut risquer de perdre. De Jean-Claude Killy
  • Pour gagner, il faut accepter de perdre. De Luis Fernandez
  • Deux choses comptent : gagner et s’amuser. Gagner sans s’amuser n’a aucun intérêt. De Roger Etcheto
  • Que de temps perdu à gagner du temps ! De Paul Morand
  • Il ne faut pas perdre sa vie à la gagner. De Proverbe marocain
  • A vouloir gagner des éloges, on perd son souffle. De Proverbe vietnamien
  • Tricher au jeu sans gagner est d'un sot. De Voltaire / Eloge de l'hypocrisie
  • Les perdants ont toujours fêté leur victoire avant de gagner. De Najib Ben Seffaj
  • Personne ne peut gagner un million de dollars honnêtement. De William Bryan
  • Nous aimons tous gagner, mais combien aiment s'entraîner ? De Mark Spitz
  • Il faut gagner sa paix intérieure. De Michael Lonsdale / Le Figaro, 7-8 novembre 2015
  • L’avarice perd tout en voulant tout gagner. De Jean de La Fontaine / La Poule aux oeufs d’or
  • Les tricheurs ne connaissent pas la vraie joie de gagner. De Maurice Sachs / Derrière cinq barreaux
  • Voici cinq règles de base pour gagner en Bourse en affrontant tous les temps. Le Revenu, Comment gagner en Bourse en période de turbulences | Le Revenu
  • Pour patienter, et pour que les Fous chantants résonnent malgré tout à Alès dans les jours à venir, un grand jeu-concours avec les partenaires de l'événement est proposé : plus de 50 places pour les concerts des 30 et 31 juillet aux arènes du Tempéras sont à gagner chez les 26 commerçants participant à l'opération (*). Le grand tirage au sort aura lieu le 1er août. En parallèle, les organisateurs offrent également aux internautes qui utilisent la plateforme de e-commerce Alès of courses la possibilité de remporter deux lots de deux places. , ALÈS Fous chantants : 50 places à gagner pour les concerts de l’édition 2021 – Objectif Gard
  • Plutôt que de compléter son équipement, on peut choisir un sort chez le magicien. Certains affectent un joueur (gagner ou perdre de la force, échanger son arme avec un adversaire), mais la plupart s’appliquent au monstre (des points de vie en plus ou en moins, des contraintes sur la couleur des armes pour le vaincre, une clé supplémentaire pour le vainqueur du combat, etc.). Mais attention, car aller à la rencontre du magicien met fin à son tour, on ne peut plus piocher d’autres armes ensuite. Numerama, Vous êtes nuls au blackjack ? Dans Boss Quest, tout le monde a une chance de gagner

Traductions du mot « gagner »

Langue Traduction
Anglais to win
Espagnol ganar
Italien vittoria
Allemand gewinnen
Chinois
Arabe للفوز
Portugais ganhar
Russe побеждать
Japonais 勝つために
Basque irabazteko
Corse vincite
Source : Google Translate API

Synonymes de « gagner »

Source : synonymes de gagner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gagner »

Partager