Méchanceté : définition de méchanceté


Méchanceté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MÉCHANCETÉ, subst. fém.

[Correspond à méchant B]
A. − Caractère, comportement d'une personne méchante, encline à faire du mal à autrui. Synon. cruauté, malveillance, mauvaiseté (rare); anton. bonté, débonnaireté (rare), gentillesse.Dans les hommes du midi, la méchanceté s'évapore en paroles et en pensées. Moins subtile et plus grave chez ceux du nord, elle ne peut se contenter que par des actes (Joubert,Pensées, t.1, 1824, p.386).C'était une grosse femme, d'un âge assez mûr, sans méchanceté et sans bonté, grandement insignifiante (Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.39):
1. Pour se venger, car elle avait la méchanceté chevillée dans le corps, tout ce que Dorothée put imaginer, ce fut de faire choix et élection à certaines fins du devant de porte de Barthélémy. Pourrat,Gaspard, 1922, p.184.
SYNT. Agir avec, par, sans méchanceté; méchanceté cachée, diabolique, froide, habituelle, profonde, raffinée; la méchanceté des hommes, du monde.
Par personnification. Je découvris dans l'humanité, en nageant vers les bas-fonds, en face de l'écueil de la haine, la méchanceté noire et hideuse, qui croupissait au milieu de miasmes délétères, en s'admirant le nombril (Lautréam.,Chants Maldoror, 1869, p.194).
P. méton. [en parlant de l'attitude physique, intellectuelle ou morale d'une pers.] Caractère de ce qui manifeste une attitude méchante. Synon. dureté, malignité.La méchanceté d'un regard, d'un visage; la méchanceté d'un écrit, d'une parole, d'une réponse. Les critiques étrangers ont remarqué qu'il y a toujours un fond de méchanceté dans les plaisanteries les plus gaies de Candide et de Zadig (Stendhal,Racine et Shakspeare, t.1, 1823, p.32).Un sourire d'une méchanceté diabolique crispait les coins de sa bouche, il rayonnait de férocité satisfaite (Gautier,Fracasse, 1863, p.419):
2. Ses yeux gris indiquaient la méchanceté, une méchanceté froide, réfléchie et vicieuse. À la façon tranquille et cruelle dont elle vous regardait, vous fouillait l'âme et la chair, elle vous faisait presque rougir. Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.17.
B. − P. méton., au sing. ou au plur. Paroles ou actions méchantes. Synon. crasse(s) (pop.), entourloupette(s) (fam.), rosserie(s), vacherie(s) (pop.); anton. gentillesse(s).Méchanceté(s) fine(s), gratuite(s), plate(s), personnelle(s); dire, commettre, faire des (petites) méchancetés. Je n'avais vu dans sa basse envie, dans ses lâches méchancetés que la singularité incommode d'un naturel atrabilaire (Hugo,Lettres fiancée, 1821, 72).Oh! fit Musette, pourquoi me dites-vous cela? Ce n'est pas aimable; au lieu de me dire des méchancetés, offrez-moi donc ce joli pot de fleurs (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.82):
3. Elle avait inscrit en épigraphe deux phrases de Nietzsche (...): Homme sublime, je te sais capable de toutes les méchancetés, c'est pourquoi j'exige de toi le bien, puis encore: Maintenant que m'importent les dieux? Abellio,Pacifiques, 1946, p.326.
REM.
Méchance, subst. fém.,synon.,hapax. Ici je suis, un pauvre coeur Sans importance En un monde de méchance; Objet de la grosse moquerie, Gibier de quelque prison, Et jusqu'en lui-même rongé Par une triste manie (Jouve,Trag., 1922, p.27).
Prononc. et Orth.: [meʃ ɑ ̃ste]. Ac. 1694 et 1718: meschan-; dep. 1740: méchan-. Étymol. et Hist. 1. a) Début du xves. [date du ms.] meschanceté «action, parole méchante» (Cuvelier, Du Guesclin, éd. E. Charrière, 20783 var.); b) fin xves. «malheur» (Internele Consolacion, éd. L. Moland et Ch. D'Hericault, II, XX, p.105); 2. 1596 «penchant à faire du mal» (Hulsius); 3. 1621 «caractère de ce qui est médiocre» (R. François, Merveilles de nature, p.206). Dér., à l'aide du suff. -(i)té*, de l'a. fr. mescheance «fâcheux accident, mésaventure, malheur» (ca 1165, Benoît de Ste-Maure, Troie, 8470 ds T.-L. − xvies.), puis «faute, chute» (ca 1200, Poème moral, éd. A. Bayot, 895), lui-même dér., à l'aide du suff. -ance, de mescheant (méchant*). La formation de meschanceté a été favorisée par l'existence de mots tels que boneürté, maleürté, fausseté, mauvaiseté et par le besoin de distinguer le subst. abstr. mescheance tiré de mescheant «malchanceux» du subst. correspondant à mescheant «malfaisant», v. aussi mauvaiseté. Fréq. abs. littér.: 974. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 896, b) 1436; xxes.: a) 1794, b) 1526. Bbg. Thomas (A.). Nouv. variétés étymol. Romania. 1915/17, t.44, pp. 349-350.

Méchanceté : définition du Wiktionnaire

Nom commun

méchanceté \me.ʃɑ̃s.te\ féminin

  1. Penchant à faire du mal ; mauvaiseté.
    • Mais si la méchanceté et la rétivité prennent rang dans la liste des vices rédhibitoires, ce qui est fort probable, on pourra exercer non-seulement l’action en dommages-intérêts, mais encore l’action en rédhibition. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Le dogme de l’incurable méchanceté de l'homme a, d'ailleurs, chez certains de ses adeptes, une autre racine : un plaisir romantique à évoquer la race humaine murée dans une misère fatale et éternelle. — (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, édition revue & augmentée, Grasset, 1946, p.194)
    • Guindée dans son sarrau de calicot, comme une branche morte dans son écorce, presque sans nez ni lèvres, les cheveux plaqués de la même couleur pain brûlé que la peau, Mme Plinjat promène sur le monde un regard, invisible habituellement, qui semble vivre, derrière ses lunettes et ses paupières baissées, seulement quand la méchanceté l’habite. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, pages 162-163.)
  2. (Familier) Opiniâtreté des enfants.
    • Voyez la méchanceté de cet enfant.
  3. Action méchante.
    • Il affrontait tous les temps, bravait toutes les mers et prétendait que la mer et lui se connaissaient trop, depuis longtemps, « pour se faire des méchancetés ». — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Il a fait, il a commis toute sorte de méchancetés.
  4. Parole médisante, parole dite dans l’intention de nuire, d’offenser.
    • Ce propos n’est pas une plaisanterie, c’est une méchanceté.
    • Il n’ouvre la bouche que pour dire des méchancetés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Méchanceté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉCHANCETÉ. n. f.
Penchant à faire du mal. La méchanceté de son caractère. Cet homme est plein de méchanceté. Il l'a fait par méchanceté, par pure méchanceté. Une action pleine de méchanceté. Il se dit familièrement de l'Opiniâtreté des enfants. Voyez la méchanceté de cet enfant. Il signifie aussi Action méchante. Il a fait, il a commis toute sorte de méchancetés. Une méchanceté noire. Il signifie encore Parole médisante, parole dite dans l'intention de nuire, d'offenser. Ce propos n'est pas une plaisanterie, c'est une méchanceté. Il n'ouvre la bouche que pour dire des méchancetés.

Méchanceté : définition du Littré (1872-1877)

MÉCHANCETÉ (mé-chan-se-té) s. f.
  • 1Vice de ce qui est médiocre, sans qualité. On avait beau leur répondre que la méchanceté même des vers marquait qu'ils partaient d'un dieu qui avait un noble mépris pour les règles, ou pour la beauté du style…, Fontenelle, Oracl. II, 6.
  • 2Penchant à être méchant, à faire du mal. Ne comptez-vous pour rien le plaisir que l'on a à connaître tous les matins la méchanceté des gens, couverte du nom de zèle, et tous les soirs leurs sottises déguisées en pénétration ? Retz, Mém. liv. IV, t. III, p. 173, dans POUGENS. Comme la méchanceté est timide, elle se condamne par son propre témoignage, Sacy, Bible, Sagesse, XVII, 10. La méchanceté qu'on emploie à diffamer un homme prouve que ce n'est point pour sa méchanceté qu'il est diffamé, Rousseau, 3e dialogue. La méchanceté se trouve aujourd'hui l'âme de certaines sociétés, Duclos, Consid. mœurs, ch. 8.

    Familièrement. Il se dit de l'opiniâtreté des enfants. La méchanceté de cette petite fille.

  • 3Action méchante. Si vous avez ouvert les lettres, c'est une grande méchanceté que de m'en faire tant la guerre, Voiture, Lett. 24. Et de tant de pays nomme quelque contrée Dont tes méchancetés te permettent l'entrée, Corneille, Médée, II, 2. Je me renferme à comprendre qu'on vous fait des méchancetés ; je ne puis les deviner, et ne vois point d'où elles peuvent venir, Sévigné, 138. J'aime à rapporter vos propres termes ; c'est ma plus grande méchanceté, Rousseau, Lett. à l'archev. de Par. Je n'ai jamais fait dans ma vie qu'une méchanceté, disait un jour Rulhière à Chamfort. - Quand finira-t-elle, lui répliqua Chamfort ? Sainte-Beuve, Art. sur Chamfort.
  • 4Parole dite dans l'intention de nuire, d'offenser. Il y a bien plus de gens qui se connaissent en méchancetés qu'il n'y en a qui se connaissent en style, Voltaire, Lett. Damilaville, 29 août 1762. Tant que Fréron amusera les oisifs par ses méchancetés hebdomadaires, on négligera les autres ouvrages périodiques qui ne seront qu'utiles et raisonnables, Voltaire, Lett. d'Argental, 11 mars 1764. Croyez qu'il n'y a pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant bien, Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 8.

HISTORIQUE

XIVe s. Et des meschans ne vient fors que meschancetez, Guesclin. 20783.

XVIe s. À la fin, comme toutes mechancetez se decouvrent, Despériers, Contes, XXX. Universellement mal voulu de tous gens de bien et d'honneur pour sa meschanceté et sa vie desordonnée, Amyot, Philop. 31. Ces meschancetez insignes, Montaigne, IV, 80.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Méchanceté : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉCHANCETÉ, s. f. & MÉCHANT, adj. (Morale.) nouveau terme fait pour notre nation en particulier, & qu’il faut définir. C’est une espece de médisance débitée avec agrément & dans le goût du bon ton. Il ne suffit pas de nuire, il faut sur-tout amuser, sans quoi le discours le plus méchant retombe plus sur son auteur que sur celui qui en est le sujet.

La méchanceté dans ce goût, dit l’auteur des mœurs, se trouve aujourd’hui l’ame de certaines sociétés de notre pays, & a cessé d’être odieuse sans perdre son nom : c’est même une mode ; cependant les éminentes qualités n’auroient pû jadis la faire pardonner, parce qu’elles ne peuvent jamais rendre autant à la société que la méchanceté lui fait perdre ; puisqu’elle en sappe les fondemens, & qu’elle est par-là, sinon l’assemblage, du-moins le résultat des vices. Aujourd’hui la méchanceté est réduite en art : elle tient communément lieu de mérite à ceux qui n’en ont point d’autre, & souvent leur donne de la considération dans plusieurs cotteries. Les petits méchans subalternes se signalent ordinairement sur les étrangers que le hasard leur adresse, comme on sacrifioit autrefois dans quelques contrées ceux que leur mauvais fort y faisoient aborder. Les méchans du haut étage s’en tiennent à leurs compatriotes, & les sacrifient impitoyablement au moindre trait heureux qui se présente à leur esprit & qui peut porter coup. C’est ainsi qu’en un seul jour ils flétrissent la réputation de plusieurs personnes, qui n’ont d’autre tort que d’en être connues. La vertu tremble à leur aspect, & la médisance leur prête ses couleurs les plus odieuses ; mais qu’ils sachent qu’à l’instant qu’ils amusent, leur méchanceté les fait détester des honnêtes gens. Tout le monde devroit encore s’accorder à les tourner en ridicule. Je ne crois pas qu’en général les François soient nés avec ce caractere de méchanceté qu’on leur reproche ; naturellement touchés de la vertu, ils la respecteroient si l’exemple & la coutume n’étoient les tyrans de tous leurs usages. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « méchanceté »

Étymologie de méchanceté - Littré

L'ancien franç. meschance (voy. MÉCHANT) a donné meschanceté ; meschant avait donné dans le XVIe siècle meschantise.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de méchanceté - Wiktionnaire

De l’ancien français mescheance.
Provient de m'échoir - tomber par terre (qui va contre l'éthique ou la morale) ; ou être de mauvaise qualité (un méchant vêtement...) Référence nécessaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « méchanceté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
méchanceté meʃɑ̃sœte play_arrow

Citations contenant le mot « méchanceté »

  • Absolument ! C'est lui qui va nous sauver. Oui. Ce qui se pratique dans une salle de théâtre, ce n'est pas descriptible, il faut le vivre. Et c'est comme une addiction douce et tendre, on y revient pour reprendre de l'énergie. Dans un théâtre, il y a une communion, de l'ordre de la fête, de l'intelligence partagée, de l'humanité partagée, et peut être aussi d'un endroit où on empêche la méchanceté humaine de progresser, parce qu'on la dit, on la raconte cette méchanceté humaine. Oui, j'ai hâte de retrouver le public. leparisien.fr, Simon Abkarian : «Le théâtre empêche la méchanceté humaine de progresser» - Le Parisien
  • Le comble de la méchanceté est de haïr les gens de bien. De Plutarque / De l'envie et de la haine
  • C'est une erreur de la méchanceté humaine de louer toujours le passé et de dédaigner le présent. De Tacite
  • Le plaisir de la méchanceté échappe aux âmes simples. De Jean-Claude Silbermann / Bief
  • La perfidie est la forme de la méchanceté des délicats. De Henri de Régnier / Donc...
  • La méchanceté est un lion qui commence par bondir d'abord sur son maître. De Proverbe nigritien
  • Si la vertu ne suffit pas à assurer le bonheur, la méchanceté suffit à rendre malheureux. De Aristote
  • La taquinerie est la méchanceté des bons. De Victor Hugo / Choses vues
  • Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse. De Sénèque / La vie heureuse
  • Un écrivain a le devoir de méchanceté. De Philippe Caubère
  • Il fallait se méfier de la méchanceté qui semble être un luxe qu’on peut se permettre, quand on est jeune, car la vérité est tout autre: la méchanceté est une lumière froide dans laquelle les choses perdent leurs couleurs, et ce définitivement. De Alessandro Baricco / Trois fois dès l'aube
  • Il y a toujours une certaine méchanceté à rire de quelqu'un et la méchanceté est bien le signe le plus évident d'impuissance que je connaisse. De Robert Escarpit / Lettre ouverte au diable
  • La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer. De Proverbe danois
  • Les esprits sans méchanceté me désolent autant que les méchancetés sans esprit. De François Bott
  • La méchanceté boit elle-même la plus grande partie de son venin. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, Lettres à Lucilius, LXXXI
  • Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bêtise ou la méchanceté de ses semblables. Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade, Juliette
  • Toute méchanceté vient de faiblesse. Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'éducation
  • La perfidie est la forme de méchanceté des délicats. Henri de Régnier, Donc , Kra
  • Vous autres les femmes, vous cherchez toujours des causes à la méchanceté. C'est une façon détournée de la justifier. Henri René Lenormand, À l'ombre du mal, Crès
  • Moi, si cela avait pu dépendre de ma volonté, j'aurais voulu être plutôt le fils de la femelle du requin, dont la faim est amie des tempêtes, et du tigre, à la cruauté reconnue : je ne serais pas si méchant. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Chants de Maldoror
  • Nul ne mérite d'être loué de bonté s'il n'a pas la force d'être méchant. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • La méchanceté ne consiste pas à faire le mal mais à mal faire. Jean Grenier, L'Existence malheureuse, Gallimard
  • Gloire à Dieu qui a voulu, pour des raisons que nous ne connaissons pas, que la méchanceté et la bêtise conduisent l'univers ! Joseph Arthur, comte de Gobineau, Nouvelles asiatiques
  • Un sot sera plus souvent un méchant qu'un homme d'esprit. Denis Diderot, Le Neveu de Rameau
  • Je me suis demandé souvent quelle pouvait être la différence entre la charité de tant de chrétiens et la méchanceté des démons. Léon Bloy, Le Sang du pauvre, Stock
  • La morale est peut-être la forme la plus cruelle de la méchanceté. Henry Becque, Notes d'album, G. Crès
  • La méchanceté combinée avec l'intérêt personnel équivaut à beaucoup d'esprit. Honoré de Balzac, Les Employés
  • Je hais sottise encore plus que méchanceté ; mais réellement je ne crois ni à l'une ni à l'autre. Émile Chartier, dit Alain, Propos de littérature, Gallimard

Traductions du mot « méchanceté »

Langue Traduction
Corse gattività
Basque gaiztakeriak
Japonais 邪悪
Russe злобность
Portugais maldade
Arabe الشر
Chinois 邪恶
Allemand bosheit
Italien malvagità
Espagnol malicia
Anglais wickedness
Source : Google Translate API

Synonymes de « méchanceté »

Source : synonymes de méchanceté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « méchanceté »


Mots similaires