La langue française

Vilenie

Sommaire

  • Définitions du mot vilenie
  • Étymologie de « vilenie »
  • Phonétique de « vilenie »
  • Citations contenant le mot « vilenie »
  • Traductions du mot « vilenie »
  • Synonymes de « vilenie »
  • Antonymes de « vilenie »

Définitions du mot vilenie

Trésor de la Langue Française informatisé

VILENIE, subst. fém.

A. − Vx ou littér. Ce qui est vil, bas, mesquin. Synon. bassesse, infâmie.Il accumule les preuves de la vilenie de Jean-Jacques (Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p. 302).
En partic., rare. Avarice. Synon. ladrerie.L'idée que le temps est de l'argent est le comble de la vilenie. Le temps est (...) de la classification, de l'ordre, de la perfection (Valéry, Tel quel II, 1943, p. 37).
B. − P. méton.
1. Action vile et basse. Voici le vingtième tour de la sorte qu'il me joue. Tu comprendras que je t'en parle longtemps: tu sais qu'aimant beaucoup mes amis, toute vilenie me blesse amèrement (Mallarmé, Corresp., 1864, p. 108).Quand le cœur reste fidèle, les vilenies du corps sont peu de chose (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1213).
2. Parole, écrit, discours grossier, injurieux. Synon. injure.Après m'avoir choqué une première fois par ses grossières injures sur la personne que je vénère le plus dans le monde, il a épuisé sur moi toutes les vilenies de la langue (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 560).
Prononc. et Orth.: [vil(ə)ni]. Martinet-Walter 1973, 16/17 [-le-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1119 vilanie « action vile et basse » (Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 125), forme att. − 1611, Cotgr.: villanie; ca 1145 vilenie (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 982); 2. 1538 vilenie « avarice » (Est., s.v. illiberalitas), qualifié de ,,vx`` par Rob. Dér. de vilain*; suff. -ie* avec rapprochement sém. de vil*; cf. le lat. médiév. villania « bassesse » au xiies. ds Latham. Fréq. abs. littér.: 156. Bbg. Robreau (Y.). L'Honneur et la honte. Genève, 1981, pp. 189-194 (s.v. vilanie).

Wiktionnaire

Nom commun

vilenie \vil.ni\ ou \vi.lə.ni\ ou \vi.le.ni\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. (Désuet) Action de vilain.
    • Tu pourras, à la vérité, soumettre mes forces, car Dieu a créé la femme faible, […]; mais je proclamerai ta vilenie, templier, d’un bout de l’Europe à l’autre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. Acte d’une personne qui a des sentiments bas et laids.
    • […] ; les ouvriers vaincus sont persuadés que leur insuccès tient à la vilenie de quelques camarades qui n’ont pas fait tout ce qu’on avait le droit d’attendre d’eux ; de nombreu­ses accusations de trahison se produisent, […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VII, « La morale des producteurs », 1908, page 358)
    • La Fontaine et La Bruyère n’énoncent rien de fatal ou d’éternel quant aux vilenies qu'ils peignent. — (Julien Benda, La trahison des clercs'', 1927, édition revue & augmentée, Grasset, 1946, page 194, note 2)
    • Jamais je n’ai vu Paul Deschanel faire une vilenie à qui que ce soit […]. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Sans omettre non plus les quelques couleuvres que la vie m’avait fait avaler et la collection de contractions du diaphragme et de spasmes d’estomac qui naissent de la découverte progressive de la vilenie des hommes. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 190)
    • On pouvait lire tout ce qu’il y avait eu derrière les murs, de lâchetés, de mesquineries, de vilenies et d’hypocrisies. — (Denis Veilleux, Tu pourras venir ici tout l’été, Productions Sainte-Claire, Québec, 2009, page 78)
  3. Parole injurieuse.
    • Il lui a dit toutes sortes de vilenies.
    • Cependant, les gamins ne passaient jamais devant sa porte, sans lui crier quelque vilenie, qu’il ne semblait même pas entendre. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
  4. Avarice sordide.
    • Sa vilenie le fait mépriser de tout le monde.

Nom commun

vilenie \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de vilainie.
    • Se vous poés sans vilenie — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VILENIE. n. f.
Action de vilain, acte d'une personne qui a des sentiments bas et laids. Il a fait cent vilenies en sa vie. Il signifie aussi Parole injurieuse. Il lui a dit toutes sortes de vilenies. Il signifie, en outre. Avarice sordide. Sa vilenie le fait mépriser de tout le monde.

Littré (1872-1877)

VILENIE (vi-le-nie) s. f.
  • 1Action vile et basse, action de vilain. Quelle vilenie que tout un grand peuple commette impunément… un si effroyable solécisme, Guez de Balzac, le Barbon. L'enfant prodigue, après qu'il eut dépensé toute sa substance en débauche, en vilenie, en péché, Le P. Sim. Mars, Myst. du roy de Dieu, p. 4, dans POUGENS. Ils [les hommes] croient qu'elle [la vertu] est à leur disposition, et qu'on devient honnête homme du jour au lendemain ; ils gardent leur linge sale, tant qu'ils ont des vilenies à faire, et ils en font toute leur vie, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 11 oct. 1759.
  • 2Parole injurieuse, grossière. Il lui a dit mille vilenies.
  • 3Obscénité. Ce livre est plein de vilenies.

    Terme de blason. Lion sans vilenie ou éviré, lion qui ne montre point de verge.

  • 4Avarice sordide. Il faut convenir que le vôtre [père] animerait contre sa vilenie le plus posé homme du monde, Molière, l'Avare, II, 1. On croit que c'est plutôt par vilenie que par inadvertance que tu n'as pas eu le courage de donner la moindre bagatelle à ta maîtresse, Hamilton, Gram. 4.

    Acte d'avarice. Les parents font toujours quelque vilenie à leurs pauvres enfants, Hamilton, Gram. 3. Je ne vous demanderai point les frais comme on m'a fait ; c'est une vilenie de mes alliés, Courier, Pièce diplomatique.

  • 5Ordure, saleté. Maison pleine de vilenie.
  • 6Nourriture mauvaise, malsaine. Cet enfant est malade pour avoir mangé toutes sortes de vilenies.

HISTORIQUE

XIIe s. [Mon cœur] qui vous prie Que vostre soit sanz point de vilanie, Couci, II.

XIIIe s. Et l'autre ot nom Pepin, qui fu sans vilonie, Berte, II. Il doit requerre que le [la] vilonie li soit amendée et li damaces rendus, Beaumanoir, VI, 9. Le Temple li manda que il leur feroit grant vileinnie, quant il devoit aler après eulz et il aloit devant, Joinville, 224. Il [l'homme magnanime] ne loe pas soi et po [peu] les autres, et ne dit vilenie de nului, neis [même] de ses enemis, Latini, Trésor, p. 288.

XIVe s. Se tu sueffres sans vengier la vieille villenie, tu semons à la nouvelle, Ménagier, I, 9.

XVe s. [Le duc de Bretagne] mal reconnoist le bien qu'il a de nous ; si lui devrions pareillement remonstrer sa vilenie, Froissart, II, II, 134. Et cryoient par dessus les murailles et nous disoient villenies, Commines, II, 3.

XVIe s. Exerçant d'autres forces et villanies envers les femmes, Carloix, III, 12. Ils [les gens du peuple] savent leurs noms [des favoris des rois], ils deschiffrent leurs vices, ils amassent sur eulx mille oultrages, mille vilenies, mille mauldissons, La Boétie, Servit. volont.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vilenie »

(Date à préciser) Nom dérivé de vilain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vilain ; provenç. vilania, espagn. et ital. villania.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vilenie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vilenie vilni

Citations contenant le mot « vilenie »

  • Vilenie fait les vilains ; C'est pourquoi il n'est pas juste que je l'aime : Le vilain est félon, sans pitié, Sans obligeance et sans amitié. Guillaume, de LorrisJean, de Meung, Roman de la Rose Jean de Meung, auteur de la seconde partie du Roman de la Rose
  • La dernière vilenie de l'âme est la crainte de son devoir. Francisco Gómez de Quevedo y Villegas, La constancia y paciencia del santo Job
  • Arracher une montagne avec la pointe d'une aiguille est plus facile que d'arracher du coeur la vilenie de l'orgueil. De Djâmi / Béharistan
  • Il portait en lui le rêve d’un pays à faire, de bonheurs à partager, d’humains vivant en harmonie avec la nature. Il portait aussi en lui, durant les dernières années de sa vie, la tristesse d’être le témoin « d’offrandes coulées dans la honte », de ce « procès de l’homme contre l’homme » par lequel le fort domine le faible, le riche le pauvre, le laid le beau, la haine et la vilenie l’amour et la bonté. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Philoctète, 25 ans déjà
  • Alors nous disons haut et fort que nous sommes là par la puissance des votes des Maliens et n’en partirons qu’au terme du mandat que les Maliens ont confié à nos dirigeants. C’est le message on ne peut plus cinglant de Maliens déterminés à défendre leur pays et ses institutions, nous confia une Malienne choquée et peinée par la tournure que prend les évènements en cours depuis ce mois de juin. Peinée et choquée, elle ouvre son carnet de voyage de son récent séjour  à Mopti, la capitale de la 5e région du Mali. Là-bas, ce n’est plus la soif et la faim qui étreignent, mais l’humiliation répétitive d’une catégorie de maliens qui n’a cure du vécu quotidien, leur vécu à eux, femmes, hommes, enfants, jeunes et vieux qui tout comme en 2012, assistent à ce honteux remake. Quand tout brûle, dans le pays, ailleurs dans la paisible Bamako, capitale du Mali, on prépare la fête, celle d’une prise de pouvoir, d’un changement de régime, oubliant que l’ennemi à l’affût, attend le moment propice pour porter le coup fatal, celui de l’invasion totale et définitive du reste du pays. Bravant la légalité, cette catégorie de maliens et maliennes, tranquilles dans leur lit, se disent au fond de leur vilenie que le pays est protégé parce que Bamako la capitale tient encore. Bamako la capitale tient non pas par la magie de leurs funestes incantations des après-midi de vendredi  de grands rassemblements dont le nombre de partisans est compté et exhibé, oubliant de compter le nombre de morts et de blessés qui jonchent les théâtres des opérations défendus par leurs fils et filles, leurs et sœurs de nationaux et d’internationaux, notamment ceux de la région ouest-africaine appuyée par ses hommes et France venus d’ailleurs, de la lointaine Europe. Cette catégorie ‘’insurrectionniste’’ oserait – elle, la moindre récitation d’honneur ou de dignité à l’endroit des terroristes du djihad qui, perturbent, déstabilise et détruisent tout, tout au long de leurs funestes et morbides chevauchées de Kidal à Nampala en passant par la quasi-totalité des cercles et hameaux des régions du Centre ? À Mopti depuis le 5 juin, on se ferme les yeux et les oreilles, pour ne rien savoir de l’humiliation qui se joue à Bamako. Bamako où, on ne pense qu’au pouvoir, à ses avantages, à ses frasques. Au sommet de la monstrueuse pyramide trônent des hommes et des femmes qui ne sont plus retournés dans le bled natal depuis des lustres encore moins sollicités le moindre suffrage alors qu’ils s’époumonent de résultats de scrutins truqués. Oui des scrutins comme dans toutes les œuvres humaines, les imperfections ne peuvent être exclues. Mais ont-ils seulement daigné y aller une seule fois depuis janvier- février-mars 2012 ? À Mopti et dans une grande partie de la région de Ségou, on s’indigne de ce qu’au moment ou le pays sombre chaque jour que dieu, ici dans la capitale l’heure est au rassemblement pour la conquête du pouvoir politique. Que diront ces nations qui envoient leurs progénitures tuées et mutilées loin de la terre natale ? Écoutent-ils ces nations amies qui protègent au prix de la vie de leurs soldats notre souveraineté nationale ? Mon dieu à quoi servirait un pouvoir politique lorsqu’on entend les bottes ennemies résonnées finalement dans la proche banlieue de cette même capitale ? Iyad, Moctar Belmoctar, Amadou Diallo dit Kouffa, tout comme en 2012 attendent le moment idéal  pour achever ce qu’ils ont commencé en 2012 et que les amis du Mali, ceux – là même que nous ne voulons mêmes pas écoutés, occupés  par nos errements sociopolitiques, empêchent depuis. Est- il besoin de dire, que, la horde djihado-terroriste n’attendrait même pas si notre volonté, leur volonté, est de faire partir par la force ce que nous avons-nous-mêmes installés par les urnes. , Le crépuscule des sauriens - Bamada.net
  • Dans la première salle, une installation nous fait découvrir cet éventail de visages. On plonge alors dans l'univers de ce fils de bourgeois espagnols, né à Courbevoie le 31 juillet 1914. Fan de Buster Keaton, Charlie Chaplin et surtout Laurel et Hardy. De jazz aussi. C'est d'ailleurs comme pianiste, complètement autodidacte, qu'il démarre dans les cafés-théâtres. Déjà, il joue comme un clown, et ce tempo nerveux, saccadé, l'accompagnera devant les caméras. D'où lui vient ce talent comique ? « J'ai beaucoup regardé ce qui se passe chez les gens et en moi, la vilenie, la lâcheté », confie-t-il dans un extrait d'interview. leparisien.fr, Exposition Louis de Funès à la Cinémathèque : c’est l’histoire d’un clown… - Le Parisien
  • Ceux qui ont commis ces violes sont-ils des burkinabè? j’en serais étonné, mais si tel est le cas (et j’en est peur) je me demande ce qu’il en est du ”BURKINABE”! la vilenie de ces sado-macho-suppos de Satan (nouvelle donne dans le comportement du Burkinabè) s’ajoute aux dérives funestes, macabres, barbares et sarcastiques de détournements, d’escroqueries, d’incivisme et de mal-gouvernance sur fond de djihadisme et de pandémie Covid19. Pauvre Burkinabè où vas-tu? L'Actualité du Burkina Faso 24h/24, Burkina Faso : Trois fillettes violées dans la région de la Boucle du Mouhoun - L'Actualité du Burkina Faso 24h/24
  • J'ai lu que dans les confusions du remaniement, Gérald D. a exigé le ministère de l'Intérieur, faisant planer la menace de sa démission. Il a eu gain de cause. Cet épisode me fascine. Gérald D. serait resté sagement au Budget, la colère féministe ne se serait pas réveillée contre lui. Nulle ne le traiterait de violeur dans la rue. Les plus convaincues de sa vilenie semblaient s'être habituées à le voir notable. Mais en charge de l'Intérieur, au cœur de l'État, elles ne l'ont pas admis: prestige de Beauvau. Slate.fr, Gérald D. et les garçons impatients | Slate.fr
  • Mais son initiative dissidente ne plaît pas à tous. La Cour et la Ville s’agitent. Ses adversaires dénoncent déjà une vilenie de Cédric. En agissant ainsi, Villani joue un vilain tour à son concurrent - et l’anagramme est presque parfaite. Il n’a pas fini de se faire vilipender… Le Figaro.fr, Villani [vi-la-ni] Mathématicien bientôt agrégé en calcul électoral

Traductions du mot « vilenie »

Langue Traduction
Anglais villainy
Espagnol villanía
Italien malvagità
Allemand schurkerei
Chinois 反派
Arabe نذالة
Portugais vilania
Russe злодейство
Japonais 悪役
Basque villainy
Corse cattivu
Source : Google Translate API

Synonymes de « vilenie »

Source : synonymes de vilenie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vilenie »

Partager