Marcher : définition de marcher


Marcher : définition du Wiktionnaire

Nom commun

marcher \maʁ.ʃe\ masculin

  1. Déplacement par mouvements alternatifs des jambes ou des pattes.
    • Quel marcher !
  2. (Spécifiquement) (Basket-ball) Faute d’un joueur qui fait plus de deux pas sans dribbler, sanctionnée par la récupération du ballon par l’équipe adverse.
    • Sur une remise en jeu, le Marsupilami cale le ballon sous le bras et commence à marcher tranquillement comme à l'entraînement, pour signer l’un des marchers les plus fous de l’histoire de la NBA. Le pire étant que le numéro 0 et favori au titre de MVP cette saison s’étonne lui même de se faire sanctionner. — (Le Dauphiné, NBA : un marcher d'anthologie signé Russell Westbrook, ledauphine.com, 19/01/2017)

Verbe

marcher \maʁ.ʃe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Se déplacer par un mouvement alternatif des jambes ou des pattes, en ayant toujours un appui au sol.
    • À ce moment, il aperçut un ours superbe, un grizzly à fourrure noire, de haute taille, qui marchait sur ses pieds de derrière en longeant la voie, troublé sans doute par cette lutte des éléments qui impressionne si vivement les animaux. — (Jules Verne, Le Testament d’un excentrique, 1899, livre 2, chap. 12)
    • Les uns allaient rendre leurs armes ; d'autres, qui les avaient abandonnées déjà, marchaient silencieusement, les mains ballantes. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.451, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Pendant de longues heures nous marchons en silence, ne regardant ni à droite ni à gauche, la tête baissée sous nos capuchons pour nous garantir de l'ondée cinglante. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 36)
    • Maintenant qu’il avait dépassé la zone et franchi les lignes de rebat, Kinkin marchait plus librement, respirant à longs traits, révâssait même un peu. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Fin février est très beau et le 2 mars nous quittons le cantonnement de Marquigny. Nous marchons en arrière-garde du bataillon et, par Louvergny, La Cassine, nous arrivons à l'étape à midi à Chémery-sur-Bar. — (Gustave Folcher & ‎Rémy Cazals, Les carnets de guerre de Gustave Folcher, paysan languedocien, 1939-1945, François Maspéro, 1981, page 62)
    • Marthe qui a quatorze ans : – « Mon oncle, quand tu marches, on dirait que tu t'écoutes marcher. » — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 270.)
    • Tu marchais dans les rues, enfoncée dans tes bottines ridicules à trois francs six sous. Tu marchais comme d’hab’, en baissant la tête. Jamais je t'ai vue regarder le ciel. — (Magyd Cherfi, Livret de famille, Actes Sud Littérature, 2011)
  2. Mettre le pied sur ou dans quelque chose.
    • Marcher sur le pied de quelqu’un.
    • Prenez garde où vous marchez.
  3. (Intransitif) Croire en une supercherie, un mensonge.
    • Ai-je cru vraiment, à cette époque ? Il me semble que j’ai marché dans la chose de la sainte religion, comme dans les images d’Épinal, ou dans mes bouquins de contes de fées à tranches dorées. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
  4. S’avancer de quelque manière que ce soit, à pied, à cheval, etc.
    • Nous étions les uns à cheval, les autres en voiture, nous avons marché toute la nuit.
    • Nous avons marché à la fraîche, pour ne pas fatiguer nos chevaux.
    • (Marine) Marcher dans les eaux d’un vaisseau, faire la même route que lui.
  5. (En particulier) (Militaire) Être dans un mouvements offensif.
    • L’armée commença à marcher.
    • Marcher à l’ennemi.
  6. (Figuré) Progresser, sans forcément impliquer un déplacement physique.
    • Il marche hardiment à son but, vers son but.
    • Nous marchons tous, d’un pas égal, vers la mort.
    • Mais le siècle a marché. Les chemins de fer sont venus. — (Alphonse Daudet, Les fées de France, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 149.)
  7. Se mouvoir ou être mis en mouvement.
    • Ce vaisseau marche bien.
    • Cette voiture publique marche deux fois la semaine, marche la nuit et le jour.
    • Les trains ne marchent pas encore sur cette partie de la ligne.
    • — Certes, j’ai été saisie, lui confie Jeanne, mais il me semble que je remonterai sans frayeur dans cette machine. Nous avons pourtant marché à une vitesse folle ! — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 218.)
  8. (Figuré) Fonctionner.
    • Ça y est, ça marche !
    • Maigret, après un regard circulaire à la pièce, posait une question encore plus inattendue.
      —Est-ce que toutes les horloges marchaient ?
      Maintenant, il y en avait d'arrêtées et le commissaire, machinalement, alla les remonter.
      — (Georges Simenon, Cécile est morte, 2e partie, chapitre 4, 1942)
    • Mon ordinateur ne marche plus, je dois l'envoyer chez le réparateur.
  9. (Familier) (Figuré) Donner des résultats.
    • Pour parler moins lyriquement, ça marchait ferme, les gros tirages se multipliaient et les droits d’auteur s’encaissaient avec une précision rothschildienne […]. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
    • Depuis trente ans, le Languedoc-Roussillon affiche clairement sa volonté de passer du gros rouge qui tache à des vins pleins de charme et de caractère. Et ça marche. — (Ophélie Neiman, Le vin pour ceux qui n'y connaissent rien, L’Étudiant, 2013, page 111)
    • Il avait fait considérablement pire avec un 45 tours dont le refrain était : « Ah ce qu'il est joli le petit Rocheteau », un nanar de niveau olympique, mais tout marchait, tout se vendait, même n'importe quoi, surtout n'importe quoi. — (Vincent Duluc, Un printemps 76, Éditions Stock, 2016)
  10. (Transitif) (Vieilli) (Technique) Fouler au pied une matière malléable.
  11. (Transitif) (Littéraire) (Technique) Suivre sa route.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Marcher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARCHER. v. intr.
S'avancer d'un lieu à un autre par le mouvement des jambes. Marcher en avant, en arrière, à reculons, Marcher posément, doucement, rapidement, fièrement. Marcher à grands pas, à petits pas, à pas comptés, à tâtons, sur la pointe du pied. Marcher au hasard. Cet enfant ne marche pas encore. Il commence à marcher tout seul. Marcher avec une canne, avec des béquilles. Fam., Marcher comme un Basque, comme un chat maigre, Marcher fort vite. Fam., Marcher à quatre pattes, Marcher sur les mains et sur les pieds. Fig. et fam., Marcher à pas de loup, Marcher avec précaution et sans faire de bruit; Marcher à pas de tortue, Marcher avec une excessive lenteur; et Marcher à pas de géant, Marcher en faisant de grandes enjambées. Marcher à pas de géant se dit, surtout figurément, dans le sens de Faire un progrès rapide. Cet homme marche à pas de géant à la gloire, à la fortune, etc. Marcher sur quelque chose, Mettre le pied dessus en marchant, ou simplement Poser le pied dessus. Marcher sur le pavé, sur l'herbe, sur des tapis. Marcher sur le pied de quelqu'un. Marchez sur ces étincelles qui risquent de mettre le feu. Prenez garde où vous marchez. Fig. et fam., Il ne faut pas lui marcher sur le pied, il ne se laisse pas marcher sur le pied, se dit d'un Homme susceptible qu'il est dangereux de choquer. Fig., Marcher sur les pas, sur les traces de quelqu'un, Imiter ses actions, suivre ses exemples. Fig. et fam., Marcher sur les talons de quelqu'un, Le suivre de très près. Je vous annonce qu'il arrive; il marche sur mes talons. Fam., Il marche, il est toujours sur mes talons, Il me suit partout, il m'importune en ne me quittant pas. Marcher sur les talons de quelqu'un s'emploie aussi dans un sens plus figuré et signifie alors Suivre quelqu'un de près pour l'âge, ou la fortune, ou les succès. Fig., Marcher sur des épines, Être dans une conjoncture difficile. Fig., Marcher sur des charbons ardents, Traiter un sujet délicat ou dangereux, où l'on a sans cesse à craindre de se créer des inimitiés et des ennuis. Fig. et fam., On marche sur les mauvais plaisants, sur les sots, Ils sont en très grand nombre. Prov. et fig., Il a marché sur quelque mauvaise herbe, Il lui est arrivé quelque chose qui le met de mauvaise humeur. On dit aussi d'un Homme qui est de mauvaise humeur, sans qu'on sache pourquoi : Sur quelle herbe a-t-il marché aujourd'hui? Fig., Marcher entre des précipices, Rencontrer de tous côtés des dangers.

MARCHER signifie aussi S'avancer de quelque manière que ce soit, à pied, à cheval, ou autrement. Nous étions les uns à cheval, les autres en voiture, nous avons marché toute la nuit, nous avons marché de compagnie. Nous avons marché à la fraîche, pour ne pas fatiguer nos chevaux. Il se dit particulièrement des Mouvements des troupes, des armées. L'armée commença à marcher. Faire marcher l'infanterie, la cavalerie. Marcher à l'ennemi. Marcher de front. L'armée marchait en ordre de bataille, marchait sur trois colonnes. L'impératif singulier Marche sert de commandement militaire, même quand on s'adresse à une troupe. En avant, marche! Ce régiment, ce corps marche, Il fait la campagne.

MARCHER signifie encore Tenir un certain rang dans les cérémonies. Le corps diplomatique marchait en tête du cortège. Les ducs et pairs marchaient anciennement dans l'ordre de leur réception. En termes de Marine, Marcher dans les eaux d'un vaisseau, Faire la même route que lui. Fig., Marcher dans les eaux de quelqu'un, Le seconder.

MARCHER s'emploie figurément en parlant des Personnes, et il exprime en général une idée de Progrès. Il marche hardiment à son but, vers son but. Marcher aux dignités, aux honneurs, à la fortune, à la gloire, à l'immortalité. Nous marchons tous d'un pas égal vers la mort. Fig., Marcher droit, Être irréprochable dans sa conduite, franc dans ses procédés. Il ne marche pas droit dans cette affaire, Il n'agit pas de bonne foi dans cette affaire. Je le ferai marcher droit, Je l'empêcherai de s'écarter de son devoir, je l'obligerai à se bien conduire. Marcher d'un même pas dans une affaire, Agir de concert, avec les mêmes sentiments. Il se dit souvent des Choses inanimées qui se meuvent ou que l'on met en mouvement. Ce vaisseau marche bien. Cette voiture publique marche deux fois la semaine, marche la nuit et le jour. Les trains ne marchent pas encore sur cette partie de la ligne. Les autobus marchent dès sept heures. Les bateaux ne marchent plus sur cette rivière, à cause de la crue. Cette horloge, cette montre marche bien, marche mal, ne marche plus. Les rivières sont des chemins qui marchent.

MARCHER se dit aussi figurément des Choses. Le temps marche avec rapidité. Cet État marche à sa ruine. Ces deux affaires marchent de front. Cette affaire marche toute seule, ne marche pas. L'action de ce drame ne marche pas, marche lentement, Elle n'avance pas, ou n'avance pas assez vite vers le dénouement. Bien marcher, Avoir du succès. Cela a bien, a très bien marché.

Marcher : définition du Littré (1872-1877)

MARCHER (mar-ché)

Résumé

  • V. a. Fouler, pétrir avec les pieds.
  • V. n. Mettre le pied sur.
  • 3° Se mouvoir à l'aide des pieds ou des pattes.
  • 4° Marcher, en termes de danse et d'escrime.
  • 5° Marcher, en termes de manége.
  • 6° Marcher, en termes de vénerie.
  • 7° Marcher, en termes de marine.
  • 8° Marcher devant, précéder.
  • 9° S'avancer de quelque manière que ce soit, à pied, à cheval, en voiture.
  • 10° Marcher à, s'avancer vers.
  • 11° Se mouvoir, en parlant des troupes.
  • 12° Il se dit de la manœuvre que fait un corps de troupes, un général.
  • 13° Marcher sous, obéir à un chef.
  • 14° Tenir un certain rang dans les cérémonies.
  • 15° Employé emphatiquement pour le verbe être.
  • 16° Faire un service, en parlant de voiture, de chemin de fer.
  • 17° Il se dit des choses qui se meuvent.
  • 18° Fonctionner, en parlant d'un mécanisme.
  • 19° Passer, en parlant du temps.
  • 20° Aller selon un certain progrès en bien ou en mal, en parlant des personnes.
  • 21° Agir.
  • 22° Avoir un certain progrès en parlant des choses.
  • 23° Il se dit des choses auxquelles on prête un mouvement comme si elles étaient animées.
  • 24° Il se dit du progrès dans le développement d'une pièce de théâtre, d'un roman.
  • 25° En musique, il se dit de la succession des tons et des accords.
  • 26° Y marcher, être employé, en parlant des choses.
  • 1 V. a. Pétrir avec les pieds l'argile qu'on a humectée (le sens le plus ancien du verbe marcher est presser du pied ; il n'est resté que dans le langage de certains métiers).

    Donner une égale épaisseur à une feuille d'ouate, en passant dessus une espèce de coussin.

    Terme de chapelier. Marcher l'étoffe d'un chapeau, la fouler avec les mains, la comprimer soit à froid, soit à chaud.

  • 2 V. n. Mettre le pied sur. Marcher sur le pavé, sur l'herbe. Il lui marche sur le pied. Prenez garde où vous marchez. C'est sur mon corps sanglant qu'il lui faudra marcher, Voltaire, Olymp. II, 5.

    Fig. Il a marché sur quelque mauvaise herbe. Sur quelle herbe a-t-il marché ? voy. HERBE, n° 1.

    Marcher sur les pas, sur les traces de quelqu'un, le suivre de très près. Allons, seigneur, marchons sur les pas d'Hermione, Racine, Andr. III, 6. Que faites-vous, madame, et d'où vient que ces lieux N'offrent point avec vous votre fille à mes yeux ?… Ne peut-elle à l'autel marcher que sur vos pas ? Racine, Iph. IV, 3.

    Fig. Ainsi, de toutes parts, les plaisirs et la joie M'abandonnent, Zaïre, et marchent sur leurs pas [de Bajazet et de Roxane], Racine, Baj. III, 1.

    Fig. Marcher sur les pas, sur les traces de quelqu'un, l'imiter, suivre ses exemples. Marchez donc sur ses pas [de Malherbe], aimez sa pureté, Boileau, Art p. I. Apprend-il à marcher sur les pas de son père ? Delille, Énéide, III.

    Marcher sur les talons de quelqu'un, le suivre de trop près.

    Familièrement. Il marche, il est toujours sur mes talons, il m'importune en ne me quittant pas, Dict. de l'Acad.

    Fig. et familièrement. Marcher sur les talons de quelqu'un, suivre quelqu'un de près pour l'âge, pour la fortune, pour les succès.

    Fig. Marcher sur des épines, être dans une conjoncture difficile.

    Fig. Marcher sur des charbons ardents, passer vite sur un sujet délicat et dangereux. C'était marcher sur des charbons ardents, sur des rasoirs, que de traiter cette matière si adroitement et avec tant d'esprit, Sévigné, 5 mars 1683.

    Il ne faut pas lui marcher sur le pied, se dit d'un homme susceptible qu'il est dangereux de choquer. Quand j'étais jeune, il ne fallait pas me marcher sur le pied, non plus qu'à présent, Dancourt, Vert galant, sc. 3.

    Fig. et familièrement. Marcher sur, rencontrer à chaque pas. On marche sur les mauvais plaisants, et il pleut par tout pays de cette sorte d'insectes, La Bruyère, V. On ne marchait dans mon jeune temps que sur des métamorphoses, Voltaire, Taureau blanc, 4.

    Fig. Marcher sur quelque chose, suivre une certaine indication. Tous vos amis avaient la complaisance de me dire que j'avais raison de vous souhaiter avec ardeur : voilà sur quoi je marchais, Sévigné, 28 déc. 1673.

    Fig. Marcher sur quelque chose, en parler, s'en occuper. Mon Dieu ! madame, marchons là-dessus, s'il vous plaît, avec beaucoup de retenue, Molière, Comtesse, 1.

    Fig. et familièrement. Marcher sur les gens, n'en tenir aucun compte par fierté ou par dureté.

  • 3Se mouvoir à l'aide des pieds ou des pattes. Marcher à grands pas, à petits pas. Cet homme marche bien. Tous deux près de Galba marchaient d'un pas égal, Corneille, Othon, V, 8. Il [un mulet] marchait d'un pas relevé, Et faisait sonner sa sonnette, La Fontaine, Fabl. I, 4. L'archer Voit le long d'un sillon une perdrix marcher, La Fontaine, ib. VIII, 27. Vous marchez d'un tel pas qu'on a peine à vous suivre, Molière, Tart. I, 1. J'ai vu les filles de Sion la tête levée, marchant d'un pas affecté, avec des contenances étudiées, Bossuet, la Vallière. Illustre porte-croix, par qui notre bannière N'a jamais, en marchant, fait un pas en arrière, Boileau, Lutr. V. L'estropié marcha, l'aveugle ouvrit les yeux, Boileau, Sat. XI. De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, Boileau, ib. VIII. Levez la tête ; encor ; soyez droite ; approchez ; Faut-il tendre toujours le dos quand vous marchez ? Regnard, le Distr. I, 4. Tel était vraisemblablement le sort d'un enfant d'environ dix ans, qui vivait parmi les ours, et qu'on trouva en 1694, dans les forêts qui confinent la Lithuanie et la Russie ; il ne donnait aucune marque de raison, marchait sur ses pieds et sur ses mains, n'avait aucun langage et formait des sons qui ne ressemblaient en rien à ceux d'un homme, Condillac, Traité sens, IV, 7.

    Marcher tout seul, se dit d'un enfant qui commence à faire des pas sans aucune aide ou appui.

    Fig. Marcher tout seul, n'avoir pas besoin d'aide. Je ne trouve pas bon que vous me remerciiez de l'amitié que j'ai pour lui [mon médecin] ; il marche tout seul, et n'a nul besoin de votre assistance, Sévigné, 364.

    Familièrement. Marcher comme un Basque, comme un chat maigre, marcher fort vite.

    Marcher à quatre pattes, marcher sur les mains et sur les pieds, à la manière des quadrupèdes. On n'a jamais employé tant d'esprit à vouloir nous rendre bêtes ; il prend envie de marcher à quatre pattes, quand on lit votre ouvrage [le Discours sur l'inégalité des conditions], Voltaire, Lett. J. J. Rousseau, 30 août 1755.

    Marcher à pas de loup, s'avancer avec précaution et sans faire de bruit.

    Marcher à pas de tortue, marcher avec une excessive lenteur.

    Marcher à pas de géant, marcher en faisant de grandes enjambées ; et fig. faire des progrès rapides.

    Fig. et dans un sens très populaire. Faire marcher, mystifier (le sens intermédiaire est : faire faire une course inutile).

    Fig. Marcher entre des précipices, rencontrer de tous côtés des dangers.

    On dit de même : marcher entre des écueils. L'intérêt et l'injustice, toujours mêlés trop avant dans les grandes affaires du monde, font qu'on marche parmi des écueils, Bossuet, Bourgoing.

    Fig. Marcher sur le bord du précipice, être exposé aux tentations périlleuses, aux chutes, etc. Crois-tu que, toujours ferme au bord du précipice, Elle pourra marcher sans que le pied lui glisse ? Boileau, Sat. X.

    Activement, en style poétique, marcher des pas, faire des pas. Je foule autant de cœurs que je marche de pas, Rotrou, St Genest, II, 3. Oh ! qu'ils boivent dans cette goutte [d'eau] L'oubli des pas qu'il faut marcher ! Lamartine, Joc. IX, 293.

    On a dit, poétiquement aussi, marcher, en parlant des pas. Est-ce que vous pouvez, sans tristesse et sans plainte, Voir nos ombres flotter, où marchèrent nos pas ? Hugo, Rayons et ombres, XXXIV.

  • 4 Terme de danse. Marcher, faire, dans le cours d'une danse, quelques pas qui ne sont que des pas de marche.

    Terme d'escrime. Porter en avant le pied droit, puis le pied gauche, en gardant entre deux la même distance.

    Marcher à grands pas, laisser un espace de huit pouces environ entre les pieds.

    Trop marcher, approcher de trop près de son adversaire.

  • 5 Terme de manége. Marcher en avant se dit de l'action du cavalier pour déterminer un cheval à continuer sa même allure, quand il paraît vouloir la ralentir.

    Marcher large, faire suivre le mur du manége au cheval.

    Marcher de côté, se dit du cheval qui fuit le talon ou les jambes.

    Marcher l'amble, prendre l'allure ainsi nommée. Plus… mieux le cheval marche l'amble, Buffon, Cheval.

  • 6 Terme de vénerie. On dit qu'un cerf marche bien quand le pied de derrière est bien placé sur le talon du pied de devant et que les allures sont bien croisées.
  • 7 Terme de marine. Faire du chemin. Ce vaisseau marche bien, marche mal.

    Marcher dans les eaux d'un autre vaisseau, faire même route que lui, passer incontinent après lui là où il a passé.

    Fig. Marcher dans les eaux de quelqu'un, l'appuyer, le seconder.

    Marche avec ! commandement pour que les marins saisissent un cordage et produisent leur effort en marchant ensemble au pas.

  • 8Marcher devant, précéder. Il marchait devant, les autres suivaient.

    Il se dit aussi de choses qui vont devant. Ce n'est pas sans raison que je fais marcher ces vers à la tête de l'Œdipe, puisqu'ils sont cause que je vous donne l'Œdipe, Corneille, Œdipe, au lecteur. Dieu fait marcher l'épouvante devant eux, Bossuet, Hist. III, 7. Nos plus riches trésors marcheront devant nous [dans notre fuite vers un asile], Racine, Esth. III, 1. Quel est ce glaive enfin qui marche devant eux [Éliacin et un autre] ? Racine, Athal. IV, 1.

    Dans le langage biblique, il se dit de Dieu, à qui l'on prête des mouvements humains. Je marcherai devant toi dans les combats ; à ton approche je mettrai les rois en fuite, Bossuet, Louis de Bourbon. C'est lui [Dieu] qui, m'excitant à vous oser chercher, Devant moi, chère Esther, a bien voulu marcher, Racine, Esth. I, 3. 'avancer de quelque manière que ce soit, à pied, à cheval, en voiture ou autrement. Cet homme marche toujours bien accompagné. Nous avons marché à la fraîcheur pour ne pas fatiguer nos chevaux. Marchez, courez, volez où l'honneur vous appelle, Boileau, Lutr. III. Debout, dit l'avarice, il est temps de marcher, Boileau, Sat. VIII. Voilà nos alliés, marchons de ce côté, Racine, Mithr. I, 3. Quand on dit que Vénus, la déesse de la beauté, ne doit point marcher sans les Grâces, on dit une vérité charmante, Voltaire, Dict. phil. Figure. Mme des Ursins avait marché toute la nuit ; un profond silence régnait dans le carrosse ; elle ne pouvait se persuader ce qui lui arrivait, Duclos, Louis XIV, Œuvres, t. V, p. 87.

  • 10Marcher à, s'avancer vers. Il marcha à la mort avec un grand courage. Et qu'élevé si haut, mais sur un précipice, S'il ne montait au trône, il [le duc de Guise] marchait au supplice, Voltaire, Henr. III. Je refuserais pour mon gendre le plus riche parti de France, qui ne pourrait pas prouver que ses ancêtres ont marché aux premières croisades, Destouches, Fausse Agn. I, 1.
  • 11Se mouvoir, en parlant des troupes. L'armée marchait en ordre de bataille. Pour assembler et faire marcher ces nobles régiments, Sévigné, 558. Vitellius, quand il passa dans cette province [la Judée] pour porter la guerre en Arabie, fit marcher ses troupes sans enseignes, Bossuet, Hist. II, 9. Intrépides soldats, Marchons en invoquant l'arbitre des combats, Racine, Athal. IV, 3. L'empereur lui-même, avant que le jour du 19 octobre l'éclaire, sort de Moscou, il s'écrie : marchons sur Kalougha, et malheur à ceux qui se trouveront sur mon passage ! Ségur, Hist. de Nap. VIII, 11.

    En avant, marche, commandement à une troupe de se mettre en mouvement.

    Marcher au pas, marcher en suivant la cadence du pas militaire. Conscrits, au pas, Marchez au pas, Béranger, Vieux cap.

    Ce régiment, ce corps marche, il fait la campagne.

    Faire marcher, signifie quelquefois imposer un service militaire. On fit marcher la garde nationale. Ce n'est que dans les besoins pressants qu'on fait marcher les esclaves, les étrangers établis dans l'Attique, et les citoyens les plus pauvres, Barthélemy, Anach. ch. 10.

  • 12Il se dit de la manœuvre que fait un corps de troupes, un général. M. de Turenne nous écrit qu'il est sur le point de se déclarer pour le parti ; qu'il n'y a plus que deux colonels dans son armée qui lui fassent peine ; qu'il s'en assurera d'une manière ou d'autre avant qu'il soit huit jours, et qu'à l'instant il marchera à nous, Retz, Mém. t. I, livre II, p. 367, dans POUGENS. Elle marche comme un général à la tête d'une armée royale, Bossuet, Reine d'Anglet. Marchons, et dans son sein renvoyons cette guerre Que sa fureur [de Rome] envoie aux deux bouts de la terre, Racine, Mithr. III, 1. Babylone, seigneur, à son prince fidèle, Voyait, sans s'étonner, notre armée autour d'elle ; Les Persans rassemblés marchaient à son secours, Racine, Baj. I, 1. Il prit la résolution de marcher aux ennemis, Hamilton, Gramm. 5. Solamir veut tenter le destin des batailles ; Nous marcherons à lui, Voltaire, Tancr. III, 5. Le général Fairfax ne voulut point marcher contre l'Écosse, Voltaire, Mœurs, 181.
  • 13Marcher sous, se dit d'une troupe qui obéit à un chef. Sous ce chef redouté Marche des cuirassiers l'escadron indompté, Boileau, Ép. IV. Ses soldats a battus, Ne marchant plus sous lui, semblaient déjà vaincus, Voltaire, Henr. IX.

    Marcher sous les lois de, être soumis à. Sous les lois du plus jeune on vit marcher l'aîné, Corneille, Nicom. II, 3. Dans un camp où tout vous est soumis… Où je vois sous vos lois marcher la Grèce entière, Racine, Iph. III, 1. Quoiqu'à regret, seigneur, ils [les janissaires] marchent sous ses lois [d'Amurat], Racine, Baj. I, 1.

  • 14Tenir un certain rang dans les cérémonies. Les ducs et pairs marchaient anciennement dans l'ordre de leur réception. Il dira toujours qu'il marche après la maison régnante et, à force de le dire, il sera cru, La Bruyère, VIII.
  • 15Dans le style élevé ou poétique, il n'est quelquefois qu'une forme emphatique du verbe être. Mais en vain pour un temps une taxe l'exile [un partisan] ; On le verra bientôt, pompeux, en cette ville, Marcher encor chargé des dépouilles d'autrui, Boileau, Sat. I. Déserteur de leur loi [des Hébreux], j'approuvai l'entreprise, Et par là de Baal méritai la prêtrise ; Par là je me rendis terrible à mon rival, Je ceignis la tiare et marchai son égal, Racine, Ath. III, 4.
  • 16Faire un service, en parlant de voiture, de chemin de fer. Cette voiture publique marche deux fois la semaine, La neige qui est tombée empêche le chemin de fer de marcher.
  • 17Il se dit des choses qui se meuvent. Saturne est une des planètes qui marchent le plus lentement. Tel qu'à vagues épandues Marche un fleuve impérieux, De qui les neiges fondues Rendent le cours furieux, Malherbe, II, 2. Les rivières sont des chemins qui marchent, et qui portent où l'on veut aller, Pascal, Pens. VII, 37, éd. HAVET.
  • 18Marcher, se dit d'un mécanisme qui fonctionne. Le moulin ne marche pas. Une montre qui marche. Avec mon pistolet le cordon s'embarrasse, Fait marcher le déclin : le feu prend, le coup part, Corneille, Ment. II, 5.

    On l'a dit, par extension, du mouvement du pouls. Le feu sort de vos yeux pétillants et troublés, Votre pouls inégal marche à pas redoublés, Boileau, Ép. III.

    Fig. Il faut prêter la main à un système, avant qu'il soit en état de marcher de lui-même, Lett. sur le nouv. syst. de finances, dans DESFONTAINES.

  • 19Il se dit du temps qui passe. Le temps, qui toujours marche, avait pendant deux nuits Échancré, selon l'ordinaire, De l'astre au front d'argent la face circulaire, La Fontaine, Fabl. XI, 6. Que le temps qui s'enfuit marche à pas lents pour nous ! Ducis, Macbeth, III, 2.
  • 20 Fig. Aller selon un certain progrès, en bien ou en mal, en parlant des personnes. Nous marchons tous à la mort. Marcher hardiment à son but. Il marche au sacrilége avec impunité, Voltaire, Sémir. V, 2. Richelieu, Mazarin, ministres immortels, …Marcheront à grands pas au pouvoir despotique, Voltaire, Henr. VII. En vérité, on marche de surprise en surprise, Picard, Capitaine Belronde, II, 11.

    S'avancer dans une certaine voie. Afin que nous marchions en assurance dans le chemin du salut, Bourdaloue, 7° dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 52. La vieillesse chagrine incessamment amasse… Marche en tous ses desseins d'un pas lent et glacé, Boileau, Art p. III. Les peuples à l'envi marchent à ta lumière, Racine, Athal. III, 7.

  • 21Agir. D'abord marcher sourdement et ne point troubler leur sincérité, Diderot, Père de famille, IV, 13.

    Marcher droit, être irréprochable dans sa conduite, ne pas commettre de faute. Vous devez marcher droit pour n'être pas berné, Molière, Éc. des f. I, 1. Avecque don Bertrand il faut marcher bien droit, Th. Corneille, D. Bertr. de Cigarral, I, 2. Marchez bien droit et bien sûrement, monseigneur, dans l'affaire de Mme de Mondouville, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 11 janv. 1706.

    Je le ferai marcher droit, je l'empêcherai de s'écarter de son devoir.

    Marcher d'un même pas dans une affaire, agir de concert.

    Marcher à tâtons, marcher en aveugle dans une affaire, agir sans avoir les lumières nécessaires pour s'y bien conduire. C'est ainsi que nous vivons et que nous marchons en aveugles, ne sachant où nous allons, prenant pour mauvais ce qui est bon, prenant pour bon ce qui est mauvais, et toujours dans une entière ignorance, Sévigné, à Bussy, 15 déc. 1683.

    Dans le langage biblique et élevé, marcher dans, suivre pour guide. Ils n'ont point gardé l'alliance faite avec Dieu, et n'ont point voulu marcher dans sa loi, Sacy, Bible, Psaume CLXXVII, 10. Je ne marche point dans de vastes pensées, Bossuet, Mar.-Thér. Il [Dieu] fait un nouveau pacte avec David, et s'oblige de le protéger lui et les rois ses descendants, s'ils marchent dans les préceptes qu'il leur a donnés par Moïse, Bossuet, Hist. II, 4. Les fidèles alors y jouissaient de la paix, marchant dans la crainte du Seigneur et s'édifiant mutuellement, Condillac, Hist. anc. XV, 5. Mais moi, fils du désert… Sans crainte, sans remords, avec simplicité Je marche dans ma force et dans ma liberté, Ducis, Othello, II, 17.

  • 22Il se dit des choses qui font un certain progrès en bien ou en mal. Les choses marchent vers une solution. Cet État marche à sa ruine. Ces deux affaires marchent de front. À l'instant le parti est pris [dans une affaire militaire] : il commande et il agit tout ensemble, et tout marche en concours et en sûreté, Bossuet, Louis de Bourbon. La raison pour marcher n'a souvent qu'une voie, Boileau, Art p. I. Le monde avec lenteur marche vers la sagesse, Voltaire, Lois de Minos, III, 5. Les devoirs et les affaires sérieuses marchent avant tout, Voltaire, Lett. prince roy. de Prusse, 1er janv. 1739. Tel est l'arrêt du sort, tout marche à son déclin, Delille, Georg. I. Il paraît que l'affaire marche à merveille, Picard Et Mazères, Trois quartiers, I, 12.

    Cette affaire ne marche pas, elle ne fait aucun progrès vers une terminaison.

    Absolument. Être en progrès. La civilisation marche. Le monde marche.

  • 23 Fig. Il se dit des choses auxquelles on prête un mouvement comme si elles étaient animées. La gloire que V. A. s'est acquise en cette dernière campagne marchera au premier rang des événements les plus illustres de notre siècle, Arn. D'Andilly, Lett. CXXIV. Que la crainte et la terreur marchent avec vous, Montesquieu, Lett. pers. 148.

    Marcher ensemble, se dit de choses qui sont compatibles entre elles. Il est difficile d'être équitable et conquérant en même temps, et je vois bien que la vaillance et la justice sont deux vertus qui ne marchent guère ensemble, Voiture, Lett. 83.

    Ne pas marcher sans, en parlant des choses, être accompagné de. Les grands talents ne marchent point sans une forte inclination pour tout ce qui se rapporte à leur objet, Mairan, Éloges, card. de Polignac.

  • 24 Fig. Il se dit du progrès dans le développement d'une pièce de théâtre, d'un roman, d'un écrit. Ce discours, ce poëme marche bien. L'action de ce drame ne marche pas. Ainsi la tragédie agit, marche et s'explique, Boileau, Art p. III. Un poëme excellent où tout marche et se suit, Boileau, ib. Que l'action, marchant où la raison la guide, Ne se perde jamais dans une scène vide, Boileau, ib.

    Marcher, se dit du style dans un sens analogue. Vous écrivez comme un ange ; je lis vos lettres avec admiration ; cela marche, vous arrivez, Sévigné, 1er déc. 1675. Le style [des cantiques]… qui marche par de vives et impétueuses saillies, affranchi des liaisons ordinaires…, Bossuet, Hist. II, 3. Son style impétueux souvent marche au hasard, Boileau, Art p. III. Le vers, comme un torrent, en grondant doit marcher, Du Resnel, Harm. imitative.

    Ces vers marchent bien, le mouvement en est facile.

  • 25 Terme de musique. Se dit de la succession des sons et des accords qui se suivent dans un certain ordre. J'ai gardé toujours une affection tendre pour un certain air du Conditor alme siderum qui marche par ïambes, Rousseau, Confess. III.
  • 26 Fig. et familièrement. Y marcher, se dit de choses qu'on emploie. Nous avons beaucoup de monde à dîner, il faut que toute la vaisselle y marche, que tous les poulets de la basse-cour y marchent. Vous êtes toujours trop regrettée et tendrement souhaitée dans cette petite chambre ; le café y marche tous les matins, Sévigné, 11 oct. 1688.

    Quand l'argent marche, tout va bien. Quand on veut bien employer l'argent dans une affaire, elle réussit.

REMARQUE

Corneille a dit : Va marcher sur leurs pas où l'honneur te convie, Cinna, I, 3. Voltaire a relevé cette locution : " On ne dit pas plus allons marcher qu'allons aller " . Mais M. Gérusez objecte qu'on dit bien va courir, et que rien n'empêche de dire va marcher. Béranger n'a-t-il pas dit : Voir c'est avoir ; allons courir, Vie errante Est chose enivrante, Bohém.

HISTORIQUE

XIIe s. Que li chevax marcha le fust Qui tenoit la porte de fer, Chrestien de Troyes, Cheval. au lion, V. 949.

XIIIe s. Comme l'on plus marcoit la flor, Tant en issoit plus bone odor, Partonop. V. 10833. La pucele velz [tu veux] aler querre, Qui fut proiée en autre terre ; Ceste terre est molt convoitiée, Et sovent de gerre [guerre] marchiée, Flore et Blanchefl. p. 176, édit. DU MÉRIL. Par la cheveçaille l'a pris, Come cil qui est d'ire espris ; Contre terre l'a trebuchié, Sor le ventre li a marchié, Durement li fole la pance, Ren. 4692. Pour la maladie des vers garir (à vos iex [yeux] la veeiz, à vos piez la marchiez), la meilleur herbe qui soit elz quatre parties dou monde, ce est l'ermoize, Rutebeuf, I, 257.

XIVe s. Tantost que Jehan de Lorme oy la frainte et les marchies desdiz jeunes gens au dit jardin, Du Cange, marcheriae.

XVe s. Lieve toi, alons nous esbatre, Marcir la rousée et abatre, Dont l'oudour est trop plus propisce, Et mieuls vault que de mille espices, Froissart, Poésies mss. p. 353, dans LACURNE. Si allay tout seul et ainsi Que l'ay de coustume, et aussi Merchai l'herbe poignant menue, Chartier, le Livre des quatre dames, p. 594. L'un lui presente beaux moz plaisans et gracieux, l'autre lui marche dessus le pié ou lui estraint la main, Les 15 joies de mariage, p. 19.

XVIe s. Cinq ou six mil Suisses lors passerent Devant le roi, marchans fiers soubz la picque, Marot, J. V, 101. Voyre, et Dieu scet quant passoient par devant, S'ilz se marchoient fiers comme ung poursuyvant, Marot, J. V, 102. Lequel [Cupidon] pour son devis Au poing tenoit un arc riche tendu, Le pied marché et le bras estendu, Prest de lascher une fleche aiguisée, Marot, I, 170. Ilz marcherent incontinent en bataille le grand pas contre les barbares, Amyot, Arist. 33. Et quand et quand feit marcher le reste de ses gens le chemin de Platées, Amyot, ib. 39. La tigre à qui on a derobé les petits fants, ne la vipere estant marchée sur la queue, ne sont plus terribles qu'une femme offensée, Yver, 569. Il marcha son armée en Lombardie, où il fit de braves gestes, Carloix, I, 34. Depuis la feste Saint Martin jusques à la Notre Dame de mars [les pâturages] sont communs en la ditte chastellenie ; et peuvent marcher et pasturer l'un dans l'autre, Coust. génér. t. II, p. 474.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Marcher : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARCHER le, (Physiolog.) le marcher ou l’action de marcher, est celle par laquelle on passe d’un lieu à un autre, au moyen du mouvement que l’on peut donner aux parties du corps destinées à cet usage.

Pour expliquer comment cette action s’exécute, supposons un homme qui se tienne debout sur le point z ; faut-il qu’il marche, un pié reste immobile, & est fortement soutenu par les muscles ; de sorte que le corps est tenu par le seul point z ; l’autre pié s’éleve, la cuisse considérablement pliée ; de façon que le pié devient plus court, & le tibia aussi le devient un peu. Maintenant lorsque le genou est perpendiculaire sur ce point où nous voulons fixer notre pié mobile, nous laissons aller le même pié sur la terre où il s’affermit, tout le pié étant étendu, & le fémur incliné en-devant : alors il faut marcher de l’autre pié qui étoit immobile. Lors donc que nous jettons ce pié devant l’autre, qui lui-même est plié par le mouvement en-avant du fémur, & la plante tellement élevée par le tendon d’Achille, qu’on ne touche d’abord la terre qu’avec la pointe, & qu’on ne la touche plus ensuite de la pointe même, nous fléchissons en même tems tout le corps en-devant, tant par le relâchement des extenseurs de l’épine du cou & de la tête, que par les muscles iliaques, psoas, les droits, & les obliques du bas-ventre ; mais alors la ligne de gravité étant avancée hors de la plante du pié, il nous faudroit encore nécessairement tomber, si nous ne laissions aller à terre le pié qui étoit fixe auparavant, & qui est présentement mobile, par le relâchement des extenseurs, & l’action des fléchisseurs ; si nous ne nous y accrochions ainsi en quelque maniere ; si nous ne lui donnions un état stable ; & si enfin étant assujettis, nous ne lui donnions le centre de gravité du corps ; mais tout cela s’apprend par l’habitude, & à force de chûtes.

Quand on marche, les pas sont plus longs en montant, & plus courts en descendant ; voici la raison que M. de Mairan en apporte.

Un homme qui fait un pas, a toûjours une jambe qui avance, & que nous appellerons antérieure, & une jambe postérieure qui demeure en-arriere. La jambe postérieure porte tout le poids du corps, tandis que l’autre est en l’air. L’une est toûjours pliée au jaret, & l’autre est tendue & droite. Lorsqu’on marche sur un plan horisontal, la jambe postérieure est tendue & l’antérieure pliée ; de même lorsqu’on monte sur un plan incliné, l’antérieure seulement est beaucoup plus pliée que pour le plan horisontal. Quand on descend, c’est au contraire la jambe postérieure qui est pliée : or comme elle porte tout le poids du corps, elle a plus de facilité à le porter dans le cas de la montée où elle est tendue, que dans le cas de la descente où elle est pliée, & d’autant plus affoiblie, que le pli ou la flexion du jarret est plus grande. Quand la jambe postérieure a plus de facilité à porter le poids du corps, on n’est pas si pressé de le transporter sur l’autre jambe, c’est-à-dire de faire un second pas & d’avancer ; par conséquent on a le loisir & la liberté de faire ce premier pas plus grand, ou ce qui est le même, de porter plus loin la jambe antérieure. Ce sera le contraire quand la jambe postérieure aura moins de facilité à porter le poids du corps ; & par l’incommodité que causera naturellement cette situation, on se hâtera d’en changer & d’avancer. On fait donc en montant des pas plus grands & en moindre nombre, & en descendant, on les fait plus courts, plus précipités, & en plus grand nombre.

Il y a des personnes qui marchent les genoux en-dedans & les piés en-dehors. Ce défaut de conformation vient de ce que les cavités supérieures situées extérieurement dans le tibia ou dehors, se trouvent un travers de doigt tantôt plus bas, tantôt moins, que les cavités qui sont placées intérieurement.

La luxation des vertebres empêche le mouvement progressif : en effet, il est alors difficile, quelquefois même impossible au malade de marcher, tant parce que l’épine n’étant plus droite, la ligne de direction du poids du corps se trouve changée, & ne passe plus par l’endroit du pié qui appuie à terre ; que parce que si le malade pour marcher, essaye de l’y faire passer comme font les bossus, tous les mouvemens qu’il se donne à ce dessein, sont autant de secousses qui ébranlent & pressent la moële de l’épine ; ce qui cause de violentes douleurs que le malade évite, en cessant cette fâcheuse épreuve. Ce qui fait encore ici la difficulté de marcher, c’est que la compression de la moëlle interrompt le cours des esprits animaux dans les muscles de la progression. Ces muscles ne sont quelquefois qu’affoiblis ; mais souvent ils perdent entierement leur ressort dans les vingt-quatre heures, & même plutôt, selon le degré de compression que souffre la moële & les nerfs.

Pour ce qui regarde le mouvement progressif des bêtes, je me contenterai de remarquer ici que les animaux terrestres ont pour marcher des piés, dont la structure est très-composée ; les ongles y servent pour affermir les piés, & empêcher qu’ils ne glissent. Les élans qui les ont fort durs, courent aisément sur la glace sans glisser ; la tortue qui marche avec peine, emploie tous ses ongles les uns après les autres pour pouvoir avancer ; elle tourne ses piés de telle sorte, quand elle les pose sur terre, qu’elle appuie premierement sur le premier ongle qui est en-dehors, ensuite sur le second, & puis sur le troisieme, & toûjours dans le même ordre jusqu’au cinquieme ; ce qu’elle fait ainsi, parce qu’une patte, quand elle est avancée en-devant, ne peut appuyer fortement que sur l’ongle qui est en-arriere ; de même que quand elle est poussée en-arriere, elle n’appuie bien que sur l’ongle qui est le plus en-devant.

Les animaux qui marchent sur deux piés, & qui ne sont point oiseaux, ont le talon court, & proche des doigts du pié ; en sorte qu’ils posent à-la-fois sur les doigts & sur le talon, ce que ceux qui vont sur quatre piés ne sont pas, leur talon étant fort éloigné du reste du pié. (D. J.)

Marcher en colonne renversée, (Art milit.) c’est marcher la droite de l’armée faisant la gauche, ou la gauche la droite. Voyez Marches.

Marcher, (Art milit.) marcher par manches, demi-manches, quart de manches, ou quart de rang de manches. Voyez Divisions & Evolutions.

Marcher, (Marine.) voyez Ordre de marchr. Marcher dans les eaux d’un autre vaisseau, c’est faire la même route que ce vaisseau en le suivant de près, & en passant dans les mêmes endroits qu’il passe.

Marcher en colonne, c’est faire filer les vaisseaux sur une même ligne les uns derriere les autres : ce qui ne peut avoir leu que quand on a le vent en poupe ou le vent largue.

Marcher l’étoffe d’un chapeau, terme de Chapellerie, qui signifie manier avec les mains à froid sur la claie, ou à chaud sur le bassin, le poil ou la laine dont on a dressé les quatre capades d’un chapeau avec l’arçon ou le tamis.

Pour faire cette opération à froid, il faut enfermer chaque capade dans la feutriere l’une après l’autre ; & pour la faire à chaud, on les y enferme toutes les quatre ensemble, les unes par-dessus, les autres avec des lambeaux entre chaque capade ; il faut outre cela, pour la façon à chaud, jetter de tems en tems de l’eau sur le basin & sur la feutriere avec un goupillon. C’est à force de marcher l’étoffe, qu’elle se se feutre. Voyez Chapeau.

Marcher, en terme de Potier de terre ; c’est fouler la terre avec les piés quand elle a trempé pendant quelques jours dans de l’eau.

Marcher, parmi les ouvriers qui ourdissent au métier ; c’est presser les marches du pié, afin de faire mouvoir convenablement les lisses. Voyez l’article Lisse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Marcher : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « marcher » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « marcher »

Étymologie de marcher - Littré

Espagn. marchar ; ital. marciare ; allem. marschiren. Ces trois mots sont formés du français ; mais d'où vient le français lui-même ? Diez pense que marcher est proprement aller de marche en marche, et par conséquent il le fait venir de marche, frontière. D'autres l'ont tiré de mercari, commercer, à cause que le commerçant va de lieux en lieux ; d'autres enfin, de l'ancien allemand march, cheval. Toutes ces étymologies ont été mises à néant par Scheler, qui, à l'aide d'exemples du XIIe siècle et du XIIIe, a montré que le sens le plus ancien de marcher est presser avec le pied, mettre le pied sur. À ce sens on ne peut arriver ni de marche, frontière, ni de mercari, ni de march. À la vérité, on a dit marcher et marchir, comme le prouvent l'exemple du XIVe siècle [les marchies, les foulées, les pas], et celui de Froissart ; et marchir, venant de marche, frontière, a signifié être avoisinant ; mais ce n'est qu'une similitude fortuite. Allant plus loin, Scheler pense que marcher, presser du pied, et marc, résidu d'une chose pressée, ont le même radical, et que ce radical est dans le latin marc-us, marc-ulus, marc-ellus, marteau (voy. à MARC 2 une autre conjecture). L'hypothèse qui rattache marcher et marc est certainement ingénieuse, probable même ; mais ce sera toujours une hypothèse, tant qu'on ne trouvera pas soit dans marcher quelque sens positif qui se rapproche de marc, ou dans marc quelque sens qui se rapproche de marcher. En Normandie, on dit : marcher une terre, un bois, les parcourir en tous sens, afin d'en examiner l'état.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de marcher - Wiktionnaire

De « marche » issu du francique marka (« frontière »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « marcher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marcher marʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « marcher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe marcher

Citations contenant le mot « marcher »

  • 6- Dans les rues de Persan et de Beaumont-sur-Oise, la chaleur était parfois écrasante. Quand le cortège a traversé l’Oise, la rivière qui sépare les deux villes, des filets d’air frais ont affleuré. Peu après le pont, affublé d’un t-shirt orange, Youcef Brakni, membre du comité La vérité pour Adama, est venu marcher avec des militants d’Alternatiba. Il voit d’un très bon oeil les ponts qui se nouent entre les mouvements antiracistes et écologistes. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Marche pour Adama Traoré : « Dans les quartiers populaires, l’écologie s’enrichit »
  • Au fil des jours, une paix intérieure se dessine. "Tu es plus conscient des choses, tu as plus de temps pour toi, pour penser, pour observer", estime Gerd Juntermanns. "Une image que j’avais en tête, surtout quand j’ai commencé à marcher, c’était une pelote de laine enroulée dans ma tête. A chaque pas que je faisais, les pensées, elles, se défilaient", se souvient la Suissesse Jessica Davet. rts.ch, Pourquoi marcher en montagne pendant plusieurs semaines? - rts.ch - Suisse
  • LLusion est un artiste et producteur basé à Orange, en Californie. Il a fait équipe avec l’artiste de la région de la Baie mxmtoon sur la piste «marcher mais dans un jardin», qui se diffuse partout maintenant. Le morceau sera présenté sur une prochaine mixtape de LLusion. LLusion a récemment attiré l’attention pour ses remix d’artistes comme 24kGoldn et Selena Gomez. JAPANFM, LLusion fait équipe avec mxmtoon pour «marcher mais dans un jardin», extrait de la prochaine mixtape – JAPANFM
  • Séquelles qui ont conduit les médecins à penser que Felicity pourrait ne jamais marcher ni parler. « Mais elle a donné tort à tout le monde », poursuit sa mère. Durant le confinement, à l’âge de 3 ans, la petite fille est parvenue à faire ses premiers pas. À l’aide d’un trotteur pour bébé, elle s’est rendue… dans un magasin de friandise. sudinfo.be, Les médecins pensaient qu’elle ne pourrait jamais marcher: à 3 ans, Felicity a miraculeusement fait ses premiers pas
  • Marie Dorin-Habert: Quand je ne fais pas de course à pied, je trouve intéressant de marcher sur des sites très pentus afin de travailler le cardio et les muscles. Durant ma carrière, je pratiquais surtout en cas de blessure pour faire des séances spécifiques sur certaines chaînes musculaires. Enceinte, j’ai également beaucoup marché pour garder la forme. J’ai toujours fait de la randonnée avec un objectif de préparation sportive. Docdusport, Marie Dorin-Habert: "Je n'arrêterai jamais d'aller marcher en montagne ! »
  • Un homme de 66 ans a été retrouvé inconscient, mardi vers 14 h 45, à quelques centaines de mètres de son domicile de Dieulivol. Le sexagénaire, atteint d’une maladie chronique dégénérative, avait quitté sa maison à peine deux heures plus tôt, pour aller marcher. L’alerte sur sa disparition a été très vite donnée par des proches inquiets. SudOuest.fr, Gironde : parti marcher, il est retrouvé mort
  • Ne fouettez pas un cheval qui ne demande qu’à marcher. De Proverbe anglais
  • Les femmes font marcher les hommes et le commerce. De Albert Willemetz
  • C'est en trébuchant qu'on apprend à marcher. De Proverbe bulgare
  • Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des puissants... Car les puissants ne travaillent qu'à marcher sur nos vies. De William Shakespeare
  • Le vrai miracle n'est pas de marcher sur les eaux ni de voler dans les airs : il est de marcher sur la terre. De Houeï Neng
  • Plus rien d’autre à faire que de marcher De Santoka / Zen, saké, haïku
  • Il faut apprendre à marcher seul dans l'existence. De Andrée Maillet / Les Remparts de Québec
  • Il y a plus d'audace à marcher nu. De William Butler Yeats / Le manteau
  • La mère aimante apprend à son enfant à marcher seul. De Sören Kierkegaard
  • Personne ne peut marcher et courir en même temps. De Anonyme
  • On ne peut apprendre au crabe à marcher droit. De Aristophane / La Paix
  • Le crabe enseigne à ses petits à marcher droit. De Proverbe malais
  • A voir marcher quelqu'un, on connaît sa pensée. De Pétrone
  • Marchez doucement car vous marcher sur mes rêves. De William Butler Yeats
  • Parler, c'est marcher devant soi. De Raymond Queneau
  • Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau ; une moelle épinière leur suffirait amplement. Albert Einstein, Comment je vois le monde Mein Weltbild

Images d'illustration du mot « marcher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « marcher »

Langue Traduction
Corse camminà
Basque oinez
Japonais 歩く
Russe ходить
Portugais caminhar
Arabe سير
Chinois 步行
Allemand gehen
Italien camminare
Espagnol caminar
Anglais walk
Source : Google Translate API

Synonymes de « marcher »

Source : synonymes de marcher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « marcher »


Mots similaires