Stationner : définition de stationner


Stationner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

STATIONNER, verbe intrans.

A. −
1. Rester un certain temps à la même place.
a) [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] [Le garçon] qui parlait l'espagnol se détacha du groupe de domestiques stationnant sur le perron et vint prendre les ordres du voyageur (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 319).Et nous étions bien une centaine, tous plus ou moins suspects, à avoir nos habitudes dans cet établissement, entrant, sortant, stationnant jour et nuit dans la salle latérale du bar (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 67).
P. métaph. [La Moselle] s'enfonça ainsi à travers les fissures du massif. Elle put le traverser de part en part et déboucher dans la plaine argileuse qui s'étend au nord de Toul. Mais là elle stationna. Son cours, auparavant resserré et rapide, se traîne à travers prairies, marais et faux bras (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 209).
[Dans une tournure factitive] Faire stationner les vaches dans tous les endroits pâturables de la vallée (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 250).
b)
α) [Le suj. désigne un véhicule] S'arrêter, se garer pour un certain temps le long de la voie publique. Voitures qui stationnent dans la rue, en double file. Il y avait encore sur la place du Palais-Royal cinq ou six fiacres stationnant pour les habitués des cercles et des maisons de jeu (Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 598).Un mot maladroit m'informe qu'une auto bien connue a stationné, hier matin, pendant une heure, devant la maison de celle que j'ai la folie d'aimer (J. Bousquet, Trad. du sil., 1936, p. 175).
Rem. Avec être, l'empl. est critiqué. Cependant Littré admet l'auxil. être aussi bien que avoir: ,,Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand on veut marquer l'action: Les voitures ont stationné longtemps; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état: Les voitures sont stationnées depuis longtemps``. Une voiture stationnée rue de Rivoli. En stationnement rue de Rivoli.
β) [Le suj. désigne une pers.] Faire stationner son véhicule. Il est interdit de stationner devant les arrêts d'autobus (Dub.1980).On ne peut pas stationner au centre de la ville (Rob.1985).
Empl. trans., fam. Garer (un véhicule). Chercher un endroit pour stationner sa voiture. (Dict. xxes.). Au part. passé. Etre stationné. Où es-tu stationné? (Dict. xxes.).
2. MAR. [Le suj. désigne un navire] Tenir une station. Les fautes contre la discipline sont sanctionnées par des arrêts lorsque le navire est en mer ou stationne dans les ports d'escale (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 155).
[P. méton. du suj.] Ce grand vaisseau tout retentissant du vent de novembre et d'où, à chaque instant, car c'était six heures du soir, des hommes sortaient deux par deux dans la rue, titubant comme s'ils descendaient à terre dans quelque port exotique où ils eussent momentanément stationné (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 71).
3. ASTRON. [Corresp. à station II A 2 a] Demeurer immobile dans une région du zodiaque. Or, précisément, Neptune stationnait aussi en cette même région, et, par surcroît, Mercure et Vénus sont passés aussi non loin de là (Flammarion, Astron. pop., 1880, p. 420).
B. − ART MILIT. [Le suj. désigne une troupe de soldats, un corps d'armée, etc.] Etre établi pour un certain temps à un endroit donné. Le commandant de brigade est en principe stationné sur le terrain (J.O., Décret organ. arm. air, 1938, p. 439).Or il est nécessaire qu'une force aéronavale stationne aussi près que possible des objectifs qu'elle doit menacer ou surveiller (Le Masson, Mar., 1951, p. 57).Le long des frontières stationnait l'armée (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 46).
Fréq. au part. passé avec être ou en empl. adj. Les forces du territoire métropolitain composées, en principe, d'éléments français et stationnées en permanence sur le territoire métropolitain (J.O., Loi sur organ. gén. armée, 1927, p. 7267).Un groupement, actuellement stationné en Syrie et au Liban, constitué pour la manœuvre, doté d'un armement puissant (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 622).
C. − Au fig., rare. Qui reste stationnaire, qui ne progresse pas. La preuve de cette assertion, qui est, en un sens, la négation de l'économie politique, telle que nous l'ont transmise A. Smith, Ricardo, Malthus, J.-B. Say, et que nous la voyons stationner depuis un demi-siècle, résultera particulièrement de ce mémoire (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 36).
Prononc. et Orth.: [stasjɔne], (il) stationne [-sjɔn]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1596 « placer quelque chose quelque part » (Hulsius); 2. 1802 « rester à la même place » (Bonald, Législ. primit., t. 1, p. 172: La société ne pouvoit plus stationner dans l'état domestique); 3. 1813, 10 avr. « rester à la même place (en parlant d'un véhicule) » (Jouy, Hermite, t. 3, p. 187); 4. 1823 milit. en parlant d'une armée (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, p. 22); 5. id. en parlant d'un navire (Id., ibid., p. 529). Dér. de station*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 314. Fréq. rel. littér.: xxes.: a) 293, b) 617; xxes.: a) 529, b) 433. Bbg. Quem. DDL t. 18.

Stationner : définition du Wiktionnaire

Verbe

stationner \sta.sjɔ.ne\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire une station, s’arrêter dans un lieu.
    • Les charrettes, proportionnées au nombre présumé des condamnés, stationnaient à heure fixe dans les cours du Palais-de-Justice. Les insulteuses publiques entouraient les roues. — (Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, livre 56e, Bruxelles : Société typographique & Francfort-sur-le-Main : Joseph Baer, 1851, 5e édition, vol.4, p.302)
    • Les tramways, omnibus et corricolos pour les environs d'Alger stationnent sur la place du Gouvernement. — (Louis Piesse, Algérie et Tunisie, Paris : Hachette & Cie (collection Guides-Joanne), 1888, page 28)
    • Cette banquise, qui couvrait plusieurs milliers de lieues carrées, stationna pendant quatre cents ans à la même place, suivant la tradition, et se rompit tout à coup en 1817; ce fut cette rupture qui détermina la fameuse expédition du capitaine Ross pour la découverte du passage du Nord-Ouest. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 73)
    • L'hôtel resplendissait et une très longue file d'équipages stationnait devant la porte où ses valets de pied indiquaient le vestiaire […]. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Monsieur le sénateur, il vous arrive une histoire fâcheuse... Vous vous êtes permis quelques privautés sur la personne d'un petit marmiton qui stationnait dans une pissotière. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 184)
    • Les « hittistes », littéralement « adossés au mur » vont par grappes d’adolescents désœuvrés, agglutinés tout au long de l'année. Il font partie du paysage humain des cités d'aujourd'hui et stationnent en des lieux de passage stratégique leur permettant de se tenir informés de toute la vie du quartier. — (Djamila Saadi-Mokrane, « Petit lexique du dragueur algérois », dans La virilité en islam, sous la direction de Nadia Tazi & Fethi Benslama, Éditions de l'Aube & Intersignes, 1998, réédition de poche : Éditions de l'Aube, 2004, page 261)
    • Je stationne ma voiture à côté de la ligne que forment les Harley rangées les unes à côté des autres, puis j'entre dans le bar. — (Émilie Achin, Harley Club, tome 2 : Vérités et trahisons, Brebières : Plumes de Mimi éditions, 2019, chap. 14)
  2. (Militaire) Camper, établir son camp.
    • Ce régiment est stationné en Corse
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Stationner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STATIONNER. v. intr.
Faire une station, s'arrêter dans un lieu. Défense de stationner. Les voitures ne peuvent stationner à cet endroit.

Stationner : définition du Littré (1872-1877)

STATIONNER (sta-sio-né) v. n.
  • Faire une station, s'arrêter dans un lieu.

    Terme de marine. Tenir une station.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand on veut marquer l'action : Les voitures ont stationné longtemps ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : Les voitures sont stationnées depuis longtemps.

HISTORIQUE

Stationner, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stationner »

Étymologie de stationner - Littré

Station.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de stationner - Wiktionnaire

 Dérivé de station avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stationner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stationner stasjɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « stationner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe stationner

Citations contenant le mot « stationner »

  • A terme, ce dernier sera aménagé pour accueillir de façon exclusive et permanente des motos. « On a fait une enquête auprès des motards lors du week-end de la Pentecôte, explique Florence Demouy. Ils nous ont dit être prêts à stationner ailleurs, si le parking a une surface plane et s'il est sécurisé. » leparisien.fr, Enfin des aménagements pour les motards à Pierrefonds - Le Parisien
  • Ce système fonctionnera avec le maintien des horodateurs, car l’enjeu est à la fois de pouvoir stationner gratuitement deux heures par jour, mais aussi d’assurer une rotation des véhicules. , Lisieux : le futur plan de stationnement sera connu à la rentrée | Le Pays d'Auge
  • Vous pourrez ainsi stationner en zone jaune gratuitement.  , Où stationner gratuitement à Nantes cet été ? | Actu Nantes
  • La zone bleue, comment cela marche ? "Tous les jours saufs les dimanches et jours fériés, il est interdit, de 9 heures à 12 heures, et de 14 heures à 18 heures, de laisser stationner un véhicule pendant une durée supérieure à 1 h 30 sur l’ensemble des emplacements de stationnement situés dans les lieux précités", rappelle l’arrêté municipal. Celui-ci précise aussi : "Est assimilé à un défaut d’application du disque le fait de porter sur celui-ci des indications horaires inexactes ou de modifier ces indications alors de le véhicule n’a pas été remis en circulation. Il en est de même de tout déplacement du véhicule qui en raison de sa brièveté de temps et distance aurait pour unique motif de permettre au conducteur d’éluder les dispositions relatives à la réglementation du stationnement." ladepeche.fr, Villefranche-de-Rouergue. Stationnement : de nouvelles "zones bleues" - ladepeche.fr
  • Pollution de l'air : pour stationner demain à Marseiille,... LaProvence.com, Actualités | Pollution de l'air : pour stationner demain à Marseiille, les visiteurs devront payer double | La Provence
  • Comme chaque été, stationner sera gratuit dans les rues de Toulouse, pendant les quinze premiers jours d'août. France Bleu, Le stationnement gratuit à Toulouse pendant quinze jours
  • Les personnes titulaires du vignette pourront bien entendu stationner gratuitement dans les zones "Tempo", mais également dans les zones "Presto". Lyonmag.com, Lyon : 35 200 places de stationnement désormais gratuites

Images d'illustration du mot « stationner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « stationner »

Langue Traduction
Corse parcu
Basque park
Japonais パーク
Russe парк
Portugais parque
Arabe منتزه
Chinois 公园
Allemand park
Italien parco
Espagnol parque
Anglais park
Source : Google Translate API

Synonymes de « stationner »

Source : synonymes de stationner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « stationner »



mots du mois

Mots similaires