La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « marteau »

Marteau

Variantes Singulier Pluriel
Masculin marteau marteaux

Définitions de « marteau »

Trésor de la Langue Française informatisé

MARTEAU, subst. masc.

I. − [Objet servant à la percussion]
A. − [Outil propre à certains métiers]
1. [Outil à main]
a) [Destiné à des activités artis. ou industr.] Masse métallique de volume et de forme variables, comportant une partie rectangulaire ou arrondie (la tête) et une partie amincie, parfois pointue (la panne), montée sur un manche fixé en son milieu (l'œil) et destinée à fournir l'énergie nécessaire à une percussion. Gros, lourd, petit marteau; battage au marteau; manier, soulever un marteau; aplanir, galber, repousser au marteau. J'entendais en passant les coups sourds du marteau Qui clouait dans la nuit le bois de l'échafaud (Lamart., Jocelyn, 1836, p.671).V. marteler ex.Ouvriers à marteau. Ouvriers qui se servent d'un marteau. Comme (...) il n'y a point de cloches, ni presque point de métiers à marteau, le silence est continuel (Chateaubr.,Mém., t. 2, 1848, p.218).
[Avec déterm.]
[Le déterm. évoque une caractéristique du maniement] Marteau à main. Marteau servant à forger les pièces de moyenne grosseur et que l'on peut manier d'une seule main. Le planage effectué au marteau à main (...) nécessite une grande puissance pour le forgeage (M.-A. Muller, Roger, Évol. fond. cuivre, 1903, p.221).
[Le déterm. désigne un ouvrier ou un métier] Marteau de calfat, de forge, de géologue. La pose [des pavés] se fait au moyen du marteau de paveur qui a, d'un côté, la forme d'une spatule ogivale et de l'autre, celle d'une masse prismatique (Bourde,Trav. publ., 1929, p.76).
SYNT. Marteau de cantonnier, de carrier, de charpentier, de charron, de ciseleur, de cordonnier, de couvreur, de forgeron, de fossoyeur, de galochier, d'horloger, de maréchal-ferrant, de menuisier, d'orfèvre, de parqueteur, de paveur, de polisseur, de savetier, de serrurier, de tailleur de pierre, de tanneur, de tapissier, de tonnelier, de vitrier; à coup de marteau; forger au marteau; enfoncer avec un marteau.
[Le déterm. évoque l'emploi ou le résultat envisagé] Marteau rayant; marteau rivoir; marteau d'épinçage; marteau à emboutir, à sertir. À partir du strass découpé en morceaux avec le marteau tranchant, on réalise des pierres précieuses artificielles en teignant le produit incolore (C. Duval, Verre, 1966, p.87):
1. ... nous avons des objets de menuiserie convenablement évidés: présentons-y ces pièces à incruster, pour juger si elles entreront facilement, ajustons-les, s'il est nécessaire, enduisons de colle et cette pièce et la partie évidée, sans en trop mettre, puis laissons un peu de jour pour évacuer le surplus de la colle. Terminons par frapper doucement dessus la pièce avec la tête du marteau à plaquer. Nosban,Manuel menuisier, t.2, 1857, p.152.
SYNT. Marteau à dresser, à ébarber, à épinceter, à frapper devant, à palisser, à piquer, à river; marteau à brettelure; marteau d'assiette (pour paver).
[Le déterm. désigne la matière traitée] Marteau à ardoise, à charbon (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e). Marteau à briques (Lar. encyclop.).
[Le déterm. évoque une caractéristique formelle] Marteau à dents, à gorge, à panne tranchante; marteau pioche (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Marteau têtu*.
Marteau bretté. V. bretter2rem. 2.
[Employé pour détruire, tuer] J'ai revu avec douleur la pierre de la tour où étaient nos armes et d'où elles ont été effacées par le marteau révolutionnaire (Chênedollé,Journal, 1803, p.i).Peytel (...) prend son marteau de mine, s'élance à la poursuite de Louis Rey, qui se retourne et lui porte un coup de fouet par la figure, et le tue d'un coup de marteau (Goncourt,Journal, 1852, p.67).Statues que l'on casse à coups de marteau (Claudel,Guerre de 30 ans, 1945, p.561).
[Avec valeur symbolique] :
2. Sans ordre autour de lui mille objets sont épars; Ce sont des attributs de sciences et d'arts: La règle et le marteau, le cercle emblématique, Le sablier... Gautier,Poés., 1872, p.212.
[Symbole du travail industr.] La faucille* et le marteau.
P. métaph. [En parlant de qqc. de pénible] Marteau de la fatalité, du malheur. V. céphalalgie ex.
Loc. fig., pop.
Mettre le doigt/se trouver/être entre le marteau et l'enclume*.
Avoir, recevoir un coup de marteau (sur la tête). Avoir l'esprit dérangé, être fou. Non, vraiment M. Rade va beaucoup trop loin. Il a un coup de marteau certainement (Maupass., Contes et nouv., t.1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p.332).Coup de marteau. Accès de folie. Elle finit par oser lui parler de son coup de marteau, surprise de l'entendre raisonner comme au bon temps (Zola, Assommoir, 1877, p.698).
P. ell. Être marteau. Coucher ici? C'est-i qu'vous seriez marteaux? (Barbusse, Feu, 1916, p.116).«Quelle drôle de boîte!», se dit le valet de pied, qui demanda à ses camarades si le baron était farce ou marteau (Proust, Prisonn., 1922, p.227).Personne à l'esprit dérangé. Ce garçon ne te fera pas un très bon mari, parce qu'il tire du côté de sa mère: une famille de marteaux (Pagnol, Marius, 1931, iv, 10, p.245).
Proverbes, vx. Il faut être enclume* ou marteau; il vaut mieux être marteau qu'enclume*.
b) [Employé dans d'autres domaines d'activité]
α) Petit maillet dont le choc sur une surface a une signification convenue. Il donna le signal de l'office, en frappant avec son petit marteau (Huysmans, Oblat, t.2, 1903, p.245).Le juge frappe du marteau (Camus, Requiem, 1956, 1repart., 1ertabl., p.826).
En partic. Marteau de commissaire-priseur ou marteau d'ivoire. Petit maillet d'os ou d'ivoire dont le commissaire priseur frappe la table pour signifier que les enchères sont closes. V. adjuger ex. 3 et adjugé ex. 1.
Passer sous le marteau. Être vendu aux enchères. (Ds Littré, DG, Rob., Lar. Lang. fr.).
β) ALPIN. Marteau à panne de forme variable suivant le terrain (glace ou rocher), à manche de 20 à 35 centimètres, et qui sert à enfoncer (et secondairement à enlever) broches à glace et pitons. L'emploi du marteau-piolet est préférable au marteau à glace (La Montagne et Alpinisme, 1979, no2, p.63):
3. Toujours à Fontainebleau, le pitonnage aussi a fleuri dans certaines fissures de libre, allant jusqu'à modifier leur aspect. La menace semble moins vive aujourd'hui, mais il faut redire que Fontainebleau est le domaine par excellence de l'escalade libre et le marteau doit y être absolument banni. La Montagne et Alpinisme, 1975, no4, p.174.
γ) SYLVIC. Marteau (forestier). Marteau à manche de longueur moyenne dont la panne à la forme d'une hachette pour dénuder le bois et dont la tête porte une marque que l'on imprime, par percussion, sur l'arbre destiné à l'abattage ou à la réserve. Synon. marteau étampe (Canada), hachette à marteau.V. flachis ex. (rem. s.v. flache).
Garde-marteau. V. garde-.
δ) MÉD. Marteau à réflexes. Petit disque à bords caoutchoutés monté sur un manche, utilisé pour provoquer des réflexes par percussion. Rechercher les réflexes ostéo-tendineux. Ces réflexes s'obtiennent à l'aide d'un petit marteau caoutchouté qui permet de percuter les tendons en des zones bien déterminées (Quillet, Méd.1965, p.326).
2. Machine-outil ayant la même fonction. Marteau mécanique; marteau à bascule, à soulèvement. Le battage parachève le resserrement des fibres du cuir par un martelage à l'aide d'une sorte de pilon mécanique appelé marteau à battre les cuirs (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p.102).
Marteau-pilon. V. ce mot.
Marteau pneumatique. Outil dans lequel un piston, entraîné par de l'air comprimé, frappe un instrument spécifique. Le charbon est là, friable ou dur, et les mineurs, avec leur marteau pneumatique, l'abattent (E. Schneider, Charbon, 1945, p.233).
Marteau(-)piqueur. Outil pneumatique servant à abattre du minerai. Marteau(-)perforateur. Outil pneumatique servant, par percussion et rotation, à percer des trous dans les rochers. Les coupes verticales [dans le marbre] se font au marteau perforateur par trous espacés de 10 cm avec des fleurets de 28 mm de diamètre en moyenne (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p.57).
B. − P. anal. [Forme de percussion]
1. [Objet indépendant]
a) ART MILIT. Marteau d'armes. Arme ayant la forme d'un marteau à bec pointu, avec un manche plus ou moins long, utilisée du xveau xviiesiècle pour défoncer les armures (d'apr. Leloir 1961).
b) PHYS. Marteau d'eau. Tube de verre vide d'air et partiellement rempli d'eau dans lequel, lorsqu'on le retourne, l'eau frappe le bout opposé avec un bruit sec. (Ds Lar. 19e-Lar. Lang. fr., DG, Quillet 1965).
2. [Pièce d'un ensemble]
a) Heurtoir de porte. Marteau de bronze, de cuivre; porte à marteau; heurter le marteau. La porte n'ayant ni sonnette ni marteau (Flaub., Éduc. sent., t.1, 1869, p.132).La petite servante vint ouvrir au coup de marteau (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Regret, 1883, p.907).
Graisser le marteau (au fig., vx). V. graisser I A 1 a rem.1.
b) Tige à bout épais ou portant une masse qui frappe une cloche ou le timbre d'une horloge. J'attendais de voir, au travers des vieux arceaux du clocher, le marteau s'ébranler, noir sur l'azur du ciel, et retomber sur l'airain (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p.11).Une horloge en cuivre, dont les rouages, le marteau et le timbre sont apparents (Banville, Gringoire, 1866, 1, p.7).
c) Pièce en bois recouverte de feutre qui frappe une corde de piano lorsque l'on enfonce la touche correspondante du clavier. César frappé par ce nom dans le seul endroit vivant de son souvenir, comme une touche de piano dont le marteau va frapper sa corde (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.328).Les cordes, frappées du marteau ou grattées par la plume, se prennent toujours à vibrer (Duhamel, Cécile, 1938, p.222).
d) Pièce du mécanisme de culasse d'armes à feu qui frappe le percuteur. Quand on le laisse retomber, le bec du verrou [d'un canon] vient s'appuyer sur la face inférieure de l'évidement. Le percuteur est alors dans l'axe de la lumière et peut recevoir le choc du marteau (Ledieu, Cadiat, Nouv. Matér. nav., 1890, p.113).
e) Pièce percutante d'une machine. Les débris de cuir sont déchiquetés dans un broyeur à marteaux qui produit une poudre ou une pâte suivant qu'il travaille à sec ou à l'eau (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p.125).
II. − P. anal.
A. − [Forme spécifique ou structure gén. (masse attachée à un support)]
1. ANAT. ,,Osselet le plus externe de l'oreille moyenne, formé d'une tête arrondie, d'un col et d'un manche, inclus dans la membrane du tympan dont il transmet les vibrations à l'enclume`` (Méd. Flamm. 1975). Il [un rameau du nerf facial] passe sous l'enclume sur le tendon du muscle interne du marteau (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p.223).
2. [Jusqu'au xviiies.] ,,Boucle de cheveux roulés en forme de tubes plus ou moins longs, maintenus par des épingles et se coiffant au-dessus des oreilles`` (Leloir 1961). Sa perruque à marteau, sautillant sur son collet (Flaub., Éduc. sent., t.1, 1869, p.153).La livrée aux couleurs d'Illyrie, coiffée en marteaux et poudrée (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p.79).
3. SPORTS. ,,Engin de lancer normalisé se composant d'un câble fixé par une extrémité à une sphère métallique, par l'autre à une poignée`` (Amsler 1971). Les lancers du poids (7 kgs 257), du disque, du javelot et du marteau (R. Vuillemin, Éduc. phys., 1941, p.124).
Rem. ,,L'engin actuel (...) ne ressemble plus à un marteau de forgeron que par son poids; il se situe à la fin d'une évolution technologique procédant du vrai marteau que les forgerons irlandais ou écossais lançaient à l'envi aux jours de fête`` (Amsler 1971).
4. ZOOLOGIE
a) Mollusque bivalve en forme de T propre à l'océan Indien. Parmi ces produits [ces échantillons de l'embranchement des mollusques], je citerai, pour mémoire seulement, l'élégant manteau royal de l'océan Indien, (...) un spondyle impérial, (...) un marteau commun des mers de la Nouvelle-Hollande (Verne, Vingt mille lieues, t. 1, 1870, p.110).
b) (Requin-)marteau. Squale dont la tête plate est pourvue de deux expansions latérales qui portent les yeux. Synon. maillet.Dans la mer, la baleine, le requin, le marteau, l'informe raie, la dent du phoque polaire, se demanderont quelle est cette dérogation à la loi de la nature (Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p.143).Malheur au pêcheur qui fait l'amour avec une sirène, il engendre le requin-marteau, le poisson-scie ou à vilebrequin (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.27).
B. − DANSE, au plur. [Mouvement] ,,Mouvements alternatifs des jambes exécutés par un danseur accroupi et au cours desquels seuls les talons frappent le sol`` (Lar. Lang. fr.).
REM.
Martel, subst. masc.Forme anc. de marteau, reprise par Cladel: Il présentait aux glaives son bouclier humain, dont il usait aussi parfois, à l'instar d'un martel, pour assommer les troupiers soûls de fureur (Cladel, Ompdrailles,1879, p.42).
Prononc. et Orth.: [maʀto]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 «outil de fer propre à battre, à forger» marteals (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 328); d'où 1389 marteau a maçon (Registre criminel du Châtelet, t. I, p.37 ds IGLF); 1453 marteau de tapicerie (Arnaud d'Agnel, les Comptes du roi René, I, 12, ibid.); 1676 marteau d'assiette (Félibien); d'où a) 1206 entre le marteil et l'anclume (Guiot de Provins, La Bible, éd. J. Orr, 2366); b) 1587 avoir un coup de marteau «être fou» (Ronsard, Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 18, p.293, vers 11); 1889 être marteau (d'apr. Esn.); 2. p. anal. a) 1302 eaux et forêts (Arch. du Pas-de-Calais, A 1803ds Gay); b) xives. «battant fixé à la partie extérieure d'une porte» (Poèmes français sur les biens du ménage, Dit du ménage, 189, éd. U. Nyström, p.101); c) 1391 marteau d'arme (Archives Hist. Saintonge, XXVI, 248 ds IGLF); d) 1453 marteau d'orloige (Recherches sur Orléans, I, 308, ibid.); e) 1751 mus. (Diderot, Lettre sur les sourds et muets ds Littré); f) 1848 marteau des commissaires priseurs (Balzac, Cous. Pons, p.10); g) 1912 sports lancement du marteau (Almanach Hachette 1914, Les épreuves sportives de l'année 1912, p.119); 3. p. anal. de forme a) 1611 anat. (Cotgr.); b) id. zool. marteau de mer (ibid.); c) 1757 perruque à trois marteaux (ds J. Quicherat, Hist. du cost. en France). Du lat. tardif martellus (att. chez Isidore de Séville, et dans les glossaires lat., v. TLL s.v.), issu du lat. impérial martulus, forme altérée de marculus «marteau», en réaction hypercorrecte au passage en lat. vulg. à -cl- (cf. veclus pour vetulus, v. vieux). Fréq. abs. littér.: 1 094. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 161, b) 2 603; xxes.: a) 1 823, b) 1 169. Bbg. Bäcker 1975, pp.271-272.

Wiktionnaire

Adjectif - français

marteau \maʁ.to\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Fou, fada.
    • Il est complètement marteau ce mec !
    • Heu… à propos de devenir marteau, vous savez que, chez moi, ça peut aller assez loin ? Parce que bon, mettons, là, heu, on s’pose, on analyse le truc : le crincrin, ça fait des heures que ça dure, et en plus, vous vous y mettez à plusieurs. Eh ben moi, le machin, une fois que j’en ai fait des copeaux, eh ben je peux très bien mettre le feu au plumard… Même au mobilier… Ça m’fait pas peur ! — (Alexandre Astier, Kaamelott, Livre IV, épisode Le Oud II)
    • La grande touche d’originalité de ce pianiste est qu’il est aussi un maître queux chevronné, un marteau de cuisine. — (Frédéric Menu, Un pianiste au piano !, dans Le Mag, supplément de Vosges Matin, 3 juin 2018, page 22)

Nom commun - français

marteau \maʁ.to\ masculin

  1. (Outils) Outil de fer qui a un manche, ordinairement de bois, et qui est propre à battre, forger, cogner, enfoncer.
    • Il revint à son travail et, d’un seul coup, les cinq marteaux retombèrent ensemble sur les enclumes. Ils battirent ainsi le fer jusqu’à la nuit, forts, puissants, joyeux comme des marteaux satisfaits. Mais, de même que le bourdon d’une cathédrale résonne dans les jours de fête au-dessus du tintement des autres cloches, ainsi le marteau de Philippe, dominant le fracas des autres, s’abattait de seconde en seconde avec un vacarme assourdissant. Et lui, l’œil allumé, forgeait passionnément, debout dans les étincelles. — (Guy de Maupassant , Le papa de Simon, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 181.)
    • Les animaux qui nous occupent sont, pour la plupart, fixés au sol, aux rochers, surtout aux pierres anfractueuses, qu’on doit souvent briser avec le marteau de géologue pour les dénicher dans les cavités où ils se réfugient volontiers. — (Rémy Perrier, Faune de la France, 1936, Tome IA, préface p. X)
    • Le creusement d'un escalier en descente était une opération difficile et pénible, le mineur devant creuser plus bas que ses pieds au marteau et à la cisette, sous le faible éclairage des lampes à huile et avec une aération défectueuse. — (Bulletin de géologie de Lausanne, n° 249-268, Université de Lausanne (Institut de Géologie), 1980, p. 352)
    • Le père prévenu, court furieux , après son voisin, lui lance un marteau de sellier , dont la partie tranchante s'enfonça dans l'endroit appelé la fossette du cou, et coupa la moelle épinière, ce qui occasions la mort à l'instant même. — (Moelle Dictionaire des sciences médicales, tome 33 (Mét-Moi)), Paris : chez C. F. L. Panckouke, 1819, p. 561)
  2. Objet de bois muni d’un manche, qui permet à la personne qui dirige la séance d’attirer l’attention ou de ponctuer une décision en frappant sur la table.
    • Marteau de commissaire-priseur.
    • Marteau de magistrat.
  3. (Vieilli) Sorte d’anneau ou de battant de fer qui est attaché au milieu d’une porte à l’extérieur et avec lequel on frappe pour se faire ouvrir.
    • En vain souleva-t-il le lourd marteau qui représentait un lion portant dans sa gueule une sorte de banderole sur laquelle ces mots se détachaient encore : "Je charme tout." Le coup de marteau réveilla seulement de longs échos qui parurent se répercuter à travers des pièces vides… — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, collection « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • — Lorsque vous rentrerez, après avoir sonné, vous frapperez trois coups avec le marteau. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 19.)
  4. (Métaphore des grêlons) Selon deux occurrences de la fin du XVIe siècle en Ille-et-Vilaine rapportées dans le Répertoire des registres paroissiaux de l’Ancien Régime (Rennes, 1955) : « Il tomba des marteaux gros comme des œufs de poule » (à Épiniac en 1599) ; « un orage de marteaux si gros et si pezants qu’ils coupèrent les bleds et les chanvres, poires, febves et autres fruitz » (à Gaël en 1601).
  5. (Anatomie) (Os) Osselet de l’oreille moyenne qui est en contact avec le tympan.
  6. (Facteur d’instrument) Petite tringle de bois que l’on fait mouvoir en touchant le clavier d’un piano et dont une extrémité, garnie de peau, sert à frapper les cordes de l’instrument.
  7. (Horlogerie) Sorte de marteau qui, dans une horloge, frappe sur le timbre pour annoncer les heures.
    • […] le frémissement de l’horloge se fit entendre ; puis, le marteau frappa le premier coup, le deuxième, le troisième, le quatrième, le cinquième, le sixième enfin ! — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Le Chat, l’huissier et le squelette)
    • Onze heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois. Maurevel compta l’un après l’autre chaque battement de marteau qui retentissait vibrant et lugubre dans la nuit […] — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VII)
  8. (Requins) Autre nom du requin-marteau.
  9. (Sport) Boulet d’acier fixé à un câble également en acier utilisé en athlétisme dans la discipline du lancer de marteau.
  10. (Exploitation forestière) Outil de métal portant une hachette d’un côté et une marque en relief de l’autre : on imprime cette marque sur des arbres en les frappant soit sur la section s’ils sont abattus, soit sur un flache avec la partie faisant fonction de hachette.
    • Avant d’exploiter une coupe, on a dû marquer les arbres que l’on veut réserver, tant dans le taillis que dans la futaie ; cette marque se fait ordinairement au pied de l’arbre à l’aide d’un marteau. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 161)
    • La contrefaçon ou la falsification du marteau de l'Office national des forêts, ou l'usage de marteau contrefaisant ou falsifié, sont punis des peines prévues aux articles 444-3 et 444-6 à 444-9 du code pénal. — (Article L261-1 du Code forestier, version en vigueur au 1er juillet 2012 → lire en ligne)
  11. (Héraldique) Meuble représentant l’outil du même nom dans les armoiries. Sa position ordinaire est en pal, fer vers le chef. Quand son manche est d’un autre émail, il est emmanché. À rapprocher de maillet, masse et massette.
    • De pourpre au marteau d’or emmanché de sinople, embouté d’argent et morné de gueules, qui est de la commune de Saint-Pierre-de-Mailloc du Calvados → voir illustration « armoiries avec 3 maillets »
  12. (Suisse)(Bourgogne, Franche-Comté)(Désuet) Molaire.
    • J'ai voulu me faire arracher un marteau, mais le dentiste n'a pas pu y appondre. — (Lex Jacquelot, Le Langage Populaire de Macon et des Environs, Éd. Slatkine, réedition de 1978)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARTEAU. n. m.
Outil de fer qui a un manche, ordinairement de bois, et qui est propre à battre, forger, cogner, enfoncer. Marteau de serrurier, de menuisier, de charpentier. Marteau de forgeron, d'orfèvre, de chaudronnier. Enfoncer des clous avec un marteau. Donner un coup de marteau. Battre avec le marteau, au marteau, à grands coups de marteau. Marteau de commissaire-priseur, Petit marteau dont se sert le commissaire-priseur pour en frapper un coup sur la table et indiquer ainsi que les enchères sur tel ou tel objet sont closes. Il se dit, particulièrement dans l'Administration forestière, d'un Marteau de fer dont le gros bout porte une marque en relief, que l'on imprime sur des arbres en les frappant. Marquer des arbres avec le marteau. Fig., Être entre l'enclume et le marteau. Voyez ENCLUME. Fig. et fam., Il faut être enclume ou marteau. Voyez ENCLUME. Marteau d'horloge, Marteau qui, dans une horloge, frappe sur le timbre pour annoncer les heures. Marteau de porte, Sorte d'anneau ou de battant de fer qui est attaché au milieu d'une porte à l'extérieur et avec lequel on frappe pour se faire ouvrir. Fig. et fam., Avoir un coup de marteau. Voyez COUP. Fig. et fam., Perruque à trois marteaux, Perruque qui avait une longue boucle entre deux nœuds.

MARTEAU, en termes de Facteur d'instruments, se dit des Petites tringles de bois que l'on fait mouvoir en touchant le clavier d'un piano et dont une extrémité, garnie de peau, sert à frapper les cordes de l'instrument. En termes d'Anatomie, il désigne Un des quatre osselets de l'oreille.

MARTEAU-PILON, en termes d'Arts, désigne un Gros marteau de forge actionné par un mécanisme mû par la vapeur, l'électricité, etc.

Littré (1872-1877)

MARTEAU (mar-tô) s. m.
  • 1Outil en fer garni d'un manche, qui sert à battre les métaux, à forger, à cogner. Un affreux serrurier, laborieux Vulcain… De cent coups de marteau me va fendre la tête, Boileau, Sat. VI. Et leurs bras vigoureux lèvent de lourds marteaux Qui tombent en cadence et domptent les métaux, Delille, Géorg. IV. J'entends le lourd marteau retentir sur l'enclume, Delille, Imag. V.

    Ouvriers à marteau, ceux qui se servent du marteau, tels que forgerons, serruriers, etc.

    Fig. Il ne faut trente ans après et jusqu'à la veille des guerres civiles qu'écouter Bèze et sa magnifique comparaison de l'Église avec une enclume, qui n'était faite que pour recevoir des coups, et non pas pour en donner, mais qui aussi, en les recevant, brisait souvent les marteaux dont elle était frappée, Bossuet, 5e avert. 4. Le marteau de la tyrannie Sur les autels rive nos fers, Béranger, Escl. g aul.

    Fig. Être entre l'enclume et le marteau, voy. ENCLUME.

    Il faut être enclume ou marteau, se dit des circonstances où il est presque inévitable de souffrir du mal ou d'en faire. Il faut être en France enclume ou marteau ; j'étais né enclume, Voltaire, Mémoires.

    Il vaut mieux être marteau qu'enclume, il vaut mieux faire du mal que d'en souffrir.

    C'est un diamant sous le marteau, se dit d'un homme ferme et constant qui résiste aux persécutions ; locution d'ailleurs erronée, car le marteau briserait le diamant.

    Familièrement. Avoir un coup de marteau, un petit coup de marteau, avoir quelque manie, quelque bizarrerie ; la locution entière serait avoir un coup de marteau à la tête, ce qui ébranle, trouble l'esprit.

  • 2Marteau à tête plate, à tête ronde.

    Marteau d'assiette pour les paveurs.

    Marteau de couvreurs, marteau rond par un bout et pointu par l'autre.

    Marteau à dent, marteau fourchu pour arracher des clous.

    Marteau à ardoise, instrument qui sert à tailler l'ardoise et à la percer pour faire les trous des clous.

    En maréchalerie, on se sert du marteau à main, du marteau à panne, du marteau à frapper devant. Les marteaux à panne sont pour battre le fer.

    Marteau d'eaux et forêts, marteau avec lequel l'employé marque les arbres qu'il faut couper pour les ventes.

    Anciennement, espèce de marteau qui servait à la fabrication des monnaies. Il est dit dans cet arrêt [du 7 novembre 1641] que Sa Majesté acceptait les offres de Briot et de Racle, et leur ordonnait de faire porter à la monnaie au marteau, leur moulin et machines pour fabriquer les nouvelles espèces, J. Caillet, l'Adm. en France sous Richelieu, t. II, p. 409.

  • 3Marteau d'armes, sorte d'arme offensive qui était en forme de marteau rond d'un côté et tranchant de l'autre. Où sont ces âmes guerrières, ces marteaux d'armes tant vantés et ces arcs qu'on ne vit jamais tendus en vain ? Bossuet, Anne de Gonz.

    Anciennement. Insigne de la dignité de connétable.

  • 4Marteau d'horloge, marteau qui frappe sur le timbre pour la sonnerie.
  • 5Marteau de porte, espèce d'anneau ou de battant de fer qui est attaché au milieu d'une porte à l'extérieur et avec lequel on frappe pour se faire ouvrir. Au premier coup de marteau j'ai couru si vite que je suis tombé en chemin, Brueys, Grondeur, I, 6. Il est bon de commencer de la rue à se faire écouter par le bruit du carrosse et du marteau qui frappe rudement la porte, Montesquieu, Lett. pers. 82.

    Fig. et familièrement. Graisser le marteau, donner de l'argent au portier d'une maison, afin de s'en faciliter l'entrée. On avait beau heurter et m'ôter son chapeau, On n'entrait point chez nous sans graisser le marteau, Racine, Plaid. I, 1.

    Il n'est pas sujet au coup de marteau, il n'est pas, par sa profession, sujet à ce qu'on vienne frapper à sa porte pour le chercher.

  • 6Petit marteau que tient le commissaire-priseur et avec lequel il fait des signaux dans la vente.
  • 7 Fig. Perruque à trois marteaux, perruque qui avait une longue boucle entre deux nœuds. Le médecin coquet élagua ses marteaux, Delille, Imag. VII.
  • 8Petite tringle de bois que l'on fait mouvoir en touchant le clavier d'un piano.

    Fig. Imaginez-vous dans la tête un timbre garni de petits marteaux, d'où partent une multitude infinie de fils qui se terminent à tous les points de la boîte, Diderot, Lett. sur les sourds et muets.

    Instrument avec lequel on tend ou on lâche les cordes des instruments à chevilles pour les accorder.

  • 9 Terme d'anatomie. Un des quatre osselets de l'oreille.
  • 10 Terme de physique. Marteau d'eau, tube de verre hermétiquement clos, privé d'air et renfermant de l'eau, ainsi nommé parce que l'eau, quand on agite le vase, en frappe les parois comme ferait une masse de fer.
  • 11 Terme de marine. La pièce faisant arrêt dans le linguet-chaîne.
  • 12Un des noms vulgaires du narcisse.
  • 13 Le marteau, poisson qui était le squale marteau devenu la zygène marteau, sélaciens, dite aussi tiburon, et qui, aux Antilles françaises, porte le nom de pantouflier, Legoarant
  • 14Genre de coquilles bivalves. On y distingue le marteau vulgaire, qui habite l'Océan indien, connu chez les marchands sous les noms de croix de mer et de crucifix de mer ; c'est l'huître marteau de certains auteurs, Legoarant

    Espèce de petit crustacé.

HISTORIQUE

XIIe s. Il fait creuser souz terre à pic et à martel, Sax. IX.

XIIIe s. En tel cas ne doit en pas fere l'execussion de le [la] justice par fu, mais abattre à cuignies et à martiax le [la] partie du malfeteur tant solement, Beaumanoir, LII, 17. Or i a plus dures noveles, Qu'il fist si froit que là dedanz Firent tuit martiaus de lor denz, Rutebeuf, II, 189. Lors remaint nature en sa forge, Prent ses martiaus, et fiert et forge Trestout ainsinc comme devant, la Rose, 19620.

XIVe s. Olivier de Cliçon par la bataille va, Et tenoit un martel qu'à ses deux mains porta, Tout ainsi qu'un boucher abatit et versa, Du Cange, martus.

XVe s. Fut le dessus nommé connestable de France pour user de l'office, quoique messire Ollivier de Clisson n'y eust point renoncé ne renvoyé le martel de la connestablie, Froissart, livre IV, p. 176, dans LACURNE. Ils devoient combatre de haches, et en ferir chacun quinze coups de la teste et martel, sans rien toucher de la pointe ny d'estoc, Mathieu de Couci, p. 555, dans LACURNE.

XVIe s. Anciennement on avoit des marteaux attachez aux portes dont on tabouroit pour avertir ceulx de dedans, Amyot, De la curiosité, 6.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MARTEAU. Ajoutez :
15Passer sous le marteau, être vendu aux enchères. Les quantités [de laines coloniales] qui ont passé sous le marteau [au marché de Londres] s'élèvent à…, Journ. offic. 16 déc. 1872, p. 7833, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « marteau »

Bourg. mateà ; picard, martiau, martieu ; wallon, mârtai ; namur. maurtia ; provenç. martel, martell ; espagn. martillo ; ital. martello. Il paraît provenir d'une forme martellus, dérivée du bas-latin martus, marteau. Maintenant ce martus tient-il à la latinité ? On y trouve marculus et martulus, marteau, avec le primitif marcus ; le bas-latin martus paraît prouver qu'il y avait un primitif martus répondant à martulus, comme marcus répond à marculus. Le latin marcus se rattache au sanscrit marj, écraser, frapper.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français martel, du latin martellus, variante tardive de marcellus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « marteau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marteau marto

Fréquence d'apparition du mot « marteau » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « marteau »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « marteau »

  • Internet c’est comme une chambre forte qui aurait une porte de secours grillagée. Je n’ai pas besoin de marteau-piqueur ni de bombe atomique pour y entrer. Il me suffit de passer par la porte.
    Anonyme
  • Pour qui dispose d'un marteau, tous les problèmes sont des clous.
    Anonyme
  • Un marteau n'a pas de raison d'être s'il n'existait des clous pour qu'il les martèle.
    Paulo Coelho — Le pèlerin de Compostelle
  • Les femmes s'attachent comme des draperies, avec des clous et un marteau.
    Jules Barbey d’Aurevilly — Disjecta membra
  • Peu avant minuit, une violente rixe l’aurait opposé à deux voisins de la rue Marcel-Paul. Le suspect se serait alors armé d’un marteau et d’un nerf de bœuf avec lesquels il aurait agressé les deux victimes. Blessés au niveau du visage et du crâne, les deux hommes âgés de 30 et 33 ans ont été transportés au centre hospitalier de Saint-Quentin sans que leur état de santé ne suscite d’inquiétude.
    L'Aisne nouvelle — Deux hommes hospitalisés après avoir été frappés à coups de marteau et de nerf de bœuf à Gauchy
  • La liberté d’expression n’est jamais aussi précieuse que lorsqu’un homme se blesse le pouce avec un marteau.
    Anonyme
  • Une nuit, je vous écrivais continuellement des lettres dans un état de demi-sommeil, je ressentais cela comme des petits coups de marteau ininterrompus.
    Franz Kafka — Lettre à Felice Bauer
  • La ville qui a reçu Fidel Castro, au temps où Georges Marchais, secrétaire général du Parti, était député dans la circonscription, a donc abandonné la faucille et le marteau. C'est Laurent Jeanne, divers droite (Libres!, le mouvement de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse) qui est devenu édile de la ville après des élections municipales mouvementées. À un an des départementales, le dernier département communiste de France a vu quatre de ses dix villes basculer à droite. « Champigny, c'est la clef qui va ouvrir la serrure du 94 », sourit Laurent Jeanne.
    leparisien.fr — Champigny, mairie communiste depuis 73 ans, abandonne la faucille et le marteau - Le Parisien
  • Pour faire des chaussures, il ne suffit pas d'avoir du cuir et un marteau.
    Geiler de Kaysersberg
  • La faucille et le marteau pour les communistes ! La croix et la bannière pour les chrétiens ! Le sabre et le goupillon pour les rois !
    Denis Guedj — Le théorème du perroquet
Voir toutes les citations du mot « marteau » →

Traductions du mot « marteau »

Langue Traduction
Anglais hammer
Espagnol martillo
Italien martello
Allemand hammer
Chinois 锤子
Arabe شاكوش
Portugais martelo
Russe молоток
Japonais ハンマー
Basque mailua
Corse martellone
Source : Google Translate API

Synonymes de « marteau »

Source : synonymes de marteau sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot marteau au Scrabble ?

Nombre de points du mot marteau au scrabble : 9 points

Marteau

Retour au sommaire ➦