La langue française

Intéresser

Sommaire

  • Définitions du mot intéresser
  • Étymologie de « intéresser »
  • Phonétique de « intéresser »
  • Citations contenant le mot « intéresser »
  • Traductions du mot « intéresser »
  • Synonymes de « intéresser »
  • Antonymes de « intéresser »

Définitions du mot « intéresser »

Trésor de la Langue Française informatisé

INTÉRESSER, verbe trans.

I. − [Correspond au sens vx de intérêt « dommage »] Atteindre, endommager (un organe) :
1. La baïonnette avait traversé le bras, près de l'épaule droite; et le pis était qu'elle avait pénétré ensuite entre deux côtes, intéressant sans doute le poumon. Pourtant, le blessé respirait sans trop de difficulté. Zola, Débâcle,1892, p. 609.
II. − [Correspond à intérêt I]
A. − Qqc. intéresse qqn (individu, groupe ou institution).Être important, avoir de l'intérêt, des conséquences pour quelqu'un. Synon. concerner, toucher, avoir rapport à.Dans aucune science les progrès n'intéressent autant l'humanité que les progrès de la médecine (Cl. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 258).Il lui en coûtait beaucoup, à la pauvre petite, de garder un secret; mais elle ne le livrait à personne, parce que ce secret intéressait de la façon la plus intime la marquise (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 167).Je révélais donc que des raisons importantes et secrètes m'appelaient à Dijon, qui intéressaient la France et peut-être l'humanité (Sartre, Mots,1964, p. 90):
2. ... ma mère me sourit avec cette légère émotion dont, depuis qu'elle avait perdu sa mère, se revêtait pour elle tout événement, si mince qu'il fût, qui intéressait des créatures humaines capables de douleur, de souvenir, et ayant elles aussi leurs morts. Proust, Fugit.,1922, p. 657.
P. anal. Intéresser la santé, les besoins de qqn; questions, documents qui intéressent la Sûreté de l'État. Toutes les occasions qui intéressent l'honnêteté (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 52).Les critiques de mon correspondant intéressent tout le système de pensée dont ce livre est le signe visible (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 13).− Ce que vous venez de me dire n'intéresse pas directement l'affaire et ne figurera pas au dossier (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 156).
En partic. [Le compl. désigne un organe] L'odorat intéresse plus directement les viscères de respiration et de nutrition auxquels il est lié par la continuité des tissus (Alain, Propos,1921, p. 270).
B. − Qqn (ou qqc.) intéresse qqn à qqc., dans qqc.
1. Faire que quelqu'un soit concerné par quelque chose, qu'il y ait intérêt; l'impliquer dans quelque chose, le mêler à quelque chose (généralement pour qu'il agisse, intervienne). Il avait horreur des momeries et il ne pouvait tolérer qu'on intéressât Dieu à des bagatelles (France, Étui nacre, Mém. vol., 1892, p. 186).Impossible d'emménager, parce que (...) le locataire actuel refuse de « vider les lieux ». Le gérant refuse d'agir. Il va falloir que j'intéresse la justice à cette sotte histoire et je me sens tout à fait ridicule (Green, Journal,1939, p. 216):
3. ... nous avions fait le nécessaire pour intéresser directement les Américains à la sécurité de l'Afrique française libre. Le 5 juin, je remettais au Ministre des États-Unis au Caire un mémorandum faisant ressortir que l'Afrique devrait être un jour une base de départ américaine pour la libération de l'Europe... De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 158.
Emploi pronom. réfl. S'intéresser à qqc.Se mêler (d'une affaire), intervenir (dans une affaire). Ce n'était que le prétexte. Sa visite avait un post-scriptum. Il est amoureux (...) et il me prie de m'intéresser à son mariage (Augier, Effrontés,1861, p. 338).
S'intéresser pour qqn (vieilli).Intervenir en sa faveur. Le stoïque Brutus, ayant quelqu'affaire commune avec ce concussionnaire, s'intéresse pour lui auprès de Cicéron, qui ne peut s'empêcher d'en être indigné (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 583).
S'intéresser pour + inf. (vieilli).Intervenir dans un certain but. J'ai pensé que lorsque le ciel aura disposé de moi, vous pourriez vous intéresser pour faire entrer mon enfant auprès de quelque personne honnête et charitable (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1663).S'étonnera-t-on maintenant de la réponse du Cardinal de Richelieu à M. le Prince, qui s'intéressait près de lui pour procurer la liberté de M. de Saint-Cyran (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1848, p. 24).
P. anal. Intéresser qqc. à, dans qqc.Faire participer, associer. Le vieil hébreu, qui tournait en même temps sur tous les points de l'auditoire un œil aussi brillant que mes escarboucles, (...) mais en évitant soigneusement d'intéresser la partie inférieure de son corps dans cette inspection circulaire (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 131).
Emploi pronom. Plus l'effort de tension des cordes vocales est considérable dans la voix de poitrine, plus grande est la surface du corps qui s'y intéresse chez le chanteur inexpérimenté (Bergson, Essai donn. imm.,1889, p. 46).De plus en plus le train se précipite (...) ça défile de chaque côté à toute vitesse (...). Mais, le plus apparent de la nuit : le large ciel, ne s'intéresse pas à cette vitesse; et quand il lève la tête, le chauffeur se sent désagréablement immobile (Giono, Poids du ciel,1938, p. 120).
2. Associer quelqu'un (à une affaire, une entreprise), lui donner une part (dans une affaire), le faire participer (aux bénéfices). Ce garçon (...) sortait d'une maison de parfumerie où l'on avait refusé de l'intéresser dans les bénéfices (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 56).Mais pour qu'elle épousât Gamelin, il aurait fallu que M. Blaise fît un sort à ce gendre pauvre, l'intéressât dans la maison (France, Dieux ont soif,1912, p. 36).Il voyait même là-dedans des traces de philanthropie car oui certes il intéresserait le vieux dans la nouvelle combinaison (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 104):
4. ... Métivier obtiendrait des traités avec les principaux journaux de Paris, dont la consommation s'élevait alors à deux cents rames par jour. Cointet intéressa naturellement Métivier, dans une proportion déterminée, à ces fournitures, afin d'avoir un représentant habile sur la place de Paris... Balzac, Illus. perdues,1843, p. 745.
Emploi pronom. réfl. À Paris tout employé (...) joint les fruits d'une industrie aux produits de sa place afin de pouvoir exister. Il fait comme monsieur Saillard, il s'intéresse à un commerce en baillant des fonds (Balzac, Employés,1837, p. 71).
En partic., vieilli. Payer sa part (d'une charge). L'invitation (...) leur a été faite en son nom, de s'intéresser dans la contribution patriotique (Le Moniteur,t. 2, 1789, p. 503).
III. − [Correspond à intérêt II]
A. − Qqc. intéresse qqn.Avoir une importance subjective pour quelqu'un, lui tenir à cœur. Mes affaires devaient intéresser Sara comme moi-même (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 90).Vous avez raison, quand vous me trouvez heureux de l'exercice d'un art qui m'amuse et m'intéresse réellement (Delacroix, Journal,1851, p. 440):
5. La pêche m'intéresse pas, je te dis! C'est la chasse, je vas te dire, c'est le lapin qui m'intéresse. Genevoix, Raboliot,1925, p. 197.
Tournure impers. Il ne nous intéresse pas de vaincre, mais de comprendre. Nous préférons nous instruire que persuader (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 254).J'ai rencontré votre père la semaine dernière. Est-ce que ça vous intéresse encore d'avoir de ses nouvelles? (Sartre, Mains sales,1948, 4etabl., 4, p. 145).
B. − Retenir l'attention de quelqu'un en répondant à ses penchants, sa curiosité, ses désirs. Synon. amuser, captiver, passionner; anton. ennuyer, laisser indifférent.
1. Qqc., qqn intéresse qqn.[Le suj. désigne la source de l'intérêt] La logique m'intéressa beaucoup, surtout sur les questions de certitude. Mais ce fut la métaphysique qui m'enleva (Dupanloup, Journal,1876, p. 34).Je sens que je n'intéresse plus mon temps, que l'heure est passée où j'occupais l'attention du public (Goncourt, Journal,1894, p. 681).Les questions qui intéressent les chroniqueurs et passionnent les romanciers sont celles qu'il [l'historien] laisse le plus volontiers de côté (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 63):
6. ... le plus impassible des écrivains (Leconte de Lisle ou Gustave Flaubert) peut intéresser [it. ds le texte] violemment ceux qui savent lire. Mais M. Coppée nous retient encore par d'autres raisons secrètes. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 93.
Par antiphrase, fam. Continue, tu m'intéresses (expression marquant le peu d'intérêt qu'on accorde aux propos de quelqu'un). − Continue, tu nous intéresses, dit Petit-Pouce qui, plus âgé que les deux autres, employait parfois des expressions démodées (Queneau, Pierrot,1942, p. 130).
Expr. Ce qui intéresse (qqn) dans qqc., chez qqn, c'est... Ce qui nous intéresse chez Malraux, c'est l'attitude intérieure (Mauriac, Journal 2,1937, p. 148).Stendhal (...) est un romancier de l'ambition bien plus que de l'amour. Ce qui l'intéresse dans l'amour, c'est la conquête (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 108).
[Avec effacement du compl. d'obj.] Un sujet intéressant ne peut parvenir à intéresser quand il est traité par une main malhabile : ce qui semble au contraire le moins fait pour intéresser intéresse et captive sous une main savante et grâce au souffle de l'inspiration (Delacroix, Journal,1857, p. 47).V. article ex. 5.
Intéresser + compl. second. indiquant la caractéristique qui attire l'attention sur qqc. ou qqn.Il compare Walter Scott, qui intéresse par les conversations et les descriptions, à Scarron qui met tout en action (Goncourt, Journal,1860, p. 694).Je suivais Justine dans ses travaux quotidiens avec une curiosité qui ne se lassait jamais. (...) Justine m'intéressait par ses façons guerrières et parce que toutes ses entreprises domestiques prenaient le caractère d'une lutte incertaine et terrible (France, Pt Pierre,1918, p. 213).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté, un sentiment, un attribut de la pers.] Faire impression (sur cette faculté) et provoquer une réaction d'intérêt. Intéresser la curiosité, la pensée, les regards. Mille bibelots précieux, statuettes de métal et d'ivoire, assiettes peintes, pendules en forme de temples ou de lyres, intéressent les yeux (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 104):
7. Tout cela crée, en face de l'intellectuel sensible, un univers tout en profondeurs que sa jalousie voudrait sonder et qui ne sont pas sans intéresser son intelligence. Proust, Fugit.,1922, p. 616.
2. [Le suj. désigne une pers. dont l'action, les œuvres retiennent l'attention de qqn]
a) Qqn intéresse qqn.Le philosophe intéresse le peuple, lorsque toutefois il réussit à s'en faire comprendre, le poète le touche et l'enchante (Proudhon, Guerre et Paix,1861, p. 58).
Intéresser + compl. second. indiquant le moyen (le compl. d'obj. peut être effacé).Il intéresse avec des chiffres (...). Les questions financières sont par elles-mêmes aussi intéressantes que toutes les autres grandes questions (France, Vie littér.,1888, p. 19).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté] L'auteur (...) a entrepris d'intéresser vigoureusement l'attention avec un sujet en apparence aussi monotone que la description d'une ivresse (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 391).
b) Qqn intéresse qqn à qqc.[Le compl. second. précise l'objet de l'intérêt] Amener quelqu'un à prendre intérêt, goût à quelque chose. Intéresser qqn à ses découvertes, à des études, à une lecture, à un livre, à un auteur, à une activité, à un sport. Elle imaginait des moyens de me distraire, de m'étourdir, de m'intéresser à des occupations sérieuses et de m'y fixer (Fromentin, Dominique,1863, p. 198).Il essayait d'intéresser les officiers à ses doléances politiques. Il constatait chez eux une parfaite indifférence pour tout ce qui le passionnait (Vogüé, Morts,1899, p. 264).Ne pouvant l'intéresser à mes travaux, de toutes mes forces je m'intéresse aux siens (Renard, Journal,1901, p. 687):
8. Pour intéresser un Français à un match de boxe, il faut lui dire que son honneur national y est engagé; pour intéresser un Anglais à une guerre, rien de tel que de lui suggérer qu'elle ressemble à un match de boxe. Maurois, Silences Bramble,1918, p. 10.
[Avec effacement du compl. d'obj.] Une œuvre est faite par une multitude « d'esprits » et d'événements (...). Il faut ruser ici; et là, passer; il faut retarder, éconduire, supplier de venir, intéresser à l'ouvrage (Valéry, Litt.,1930, p. 109).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté de la pers.] Je me tâte, je me pince, je cherche à exciter ma pensée, à l'intéresser à quelque chose (Maine de Biran, Journal,1816, p. 139).
Intéresser + compl. second. indiquant le moyen.D'où lui viennent [à l'homme] tous ces soins d'orner ses habitations, et d'y intéresser sa vue par mille objets d'agrément et de surprise? (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 153).
c) Emploi pronom. réfl.
S'intéresser à qqc.S'intéresser à une discussion, à un jeu, à une lecture, à un objet, à la politique, à son travail, à tout, aux progrès de la science. Aucun plaisir ne me trouve indifférent : je m'intéresse à mon allée de pommiers, à mes plants de framboises, à mes carrés de légumes. Un rien m'occupe, un rien me charme (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 451).Malheureusement, je n'ai jamais pu m'intéresser à la métaphysique (France, Pt Pierre,1918, p. 9).Brichot ne soupçonnait pas qu'on pût s'intéresser à une robe et à un jardin comme à une œuvre d'art (Proust, Sodome,1922, p. 1056):
9. − ... Il ne sera répondu à aucune demande si elle n'est pas exprimée dans la langue de Disraëli (...). Telle est la meilleure méthode pour contraindre les enfants à s'intéresser aux langues étrangères. H. Bazin, Vipère,1948, p. 48.
[Avec une prop. rel.] Brusquement elle sembla commencer à comprendre et à s'intéresser à ce que je m'efforçais de lui enseigner depuis tant de jours (Gide, Symph. pastor.,1919, p. 889).Je ne m'intéresse pas à ce que sont les gens, je m'intéresse à ce qu'ils font (Malraux, Espoir,1937, p. 573).
S'intéresser + prép. + inf.
S'intéresser à.Je m'intéresse à voir en vous l'image de la jeunesse (Tocqueville, Corresp. [avec Gobineau], 1843, p. 43).Charles d'Este s'intéressa à les considérer [les masques] longuement (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 195).
S'intéresser de (vieilli).À peine débarquée de Russie, elle [la princesse Marina] ne s'intéressait que de connaître les adresses des fournisseurs élégants (Barrès, Enn. Lois,1893, p. 45).
Absol. Impossible de demeurer assis devant un papier ou un livre, je ne comprends plus, je ne m'intéresse plus, impossible d'écrire (Gide, Corresp. [avec Valéry], 1894, p. 207).Mon intelligence pourrait s'intéresser ailleurs qu'en Lorraine, mais mon cœur y demeure tout (Barrès, Cahiers, t. 3, 1904, p. 268).
C. − Éveiller chez quelqu'un un sentiment de bienveillance, de sympathie, de pitié ou, en particulier, un sentiment tendre proche de l'amour.
1. Qqn, qqc. intéresse qqn.[Le suj. désigne la pers., la chose qui est l'objet de l'intérêt] Synon. émouvoir, toucher; anton. laisser froid, indifférent.Un procès qui intéresse toutes les âmes sensibles et toutes les familles doit aussi fixer leur attention (Le Moniteur,t. 2, 1789, p. 341).Émigration, mendicité, abattement moral, dégradation (...). Le mari et la femme demandant ensemble, tirant parti de leurs jolis enfants pour intéresser le voyageur (Michelet, Journal,1834, p. 123).Restez donc, jeune homme (...). Vous en serez quitte pour écouter cette pauvre femme et elle vous saura gré d'un petit moment de complaisance; elle se doute bien que ses malheurs n'intéressent personne (Becque, Corbeaux,1882, III, 5, p. 178):
10. Je ne sais si votre altesse s'est aperçue à quel point cette dame ici présente est éprise de nous. Une complaisance du cœur. Un tendre sentiment (...). On intéresse facilement ces dames un peu fortes qui commencent à prendre de l'âge. Claudel, Soulier,1944, 2epart., 5, p. 1062.
[Avec effacement du compl. d'obj.] Je suis toujours dans le même état (...). Assez atteint toutefois pour intéresser (Verlaine, Corresp.,1887, p. 217).
Intéresser + compl. second. indiquant la particularité qui suscite l'intérêt.Celle-ci vous intéressera par ses malheurs, elle paraîtra la plus douce et la moins exigeante des femmes (...). Celle-là tentera de vous intéresser par sa soumission (Balzac, Lys,1836, p. 168).Beaucoup de visages intéressent d'abord par des signes, offrant au premier regard une bonté, une finesse, une gravité, une attention de politesse (Alain, Beaux-arts,1920, p. 231).
[P. méton., le compl. désigne le siège de l'affectivité, un sentiment] Toucher. Si j'avais paru armée de mon luxe, couverte de bijoux et d'émaux, debout sur mon char d'or, suivie de mes nombreux esclaves, j'aurais peut-être intéressé sa vanité, sinon son cœur (Gautier, Rom. momie,1858, p. 289).À la Chambre, la droite catholique ne prétend plus qu'à la morale, la gauche socialiste prétend connaître l'univers, etc., la science : deux chants qui peuvent intéresser ma sensibilité, deux âmes qui croient (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 119).Je veux qu'en dépit de sa bassesse vous le preniez en pitié; je veux qu'il intéresse votre cœur (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 11).
2. [Le suj. désigne un fait, une particularité qui fait naître l'intérêt]
a) Qqc. intéresse qqn.Ces plaintes, quoique égoïstes en apparence, intéressaient Armance; les yeux d'Octave exprimaient tant de possibilité d'aimer (Stendhal, Armance,1827, p. 40).Ma figure, ma jeunesse, mon enthousiasme, mon isolement au milieu d'un pays inconnu, avaient intéressé un de mes compagnons de voyage (Lamart., Confid., Graziella, 1849, p. 137).
Absol. Sa tristesse arrangée, mais réelle, intéressait (France, Vie fleur,1922, p. 513).
b) Qqc. intéresse qqn + compl. second. désignant l'objet de l'intérêt : une pers. ou ce qui la touche.
Intéresser pour (vieilli).Seigneur don Juan, poursuivit-elle en rougissant, je dois vous avouer que votre bravoure m'a intéressée pour vous au dernier point (Mérimée, Âmes Purg.,1837, p. 333).
Intéresser en faveur de.Il est bien étonnant, Monsieur, que vous vous permettiez de maltraiter chez moi un homme à qui j'accorde ma protection : cette conduite révoltante m'intéresse autant en sa faveur qu'elle m'indispose contre vous (Guilbert de Pixér., Coelina,1801, I, 17, p. 23).Je résolus de profiter des moments pour tenter une dernière ressource; c'était de me présenter devant ces dames, et de m'efforcer, en leur laissant voir toute l'ardeur et la sincérité de mes sentiments, de les intéresser en ma faveur (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 247).
Intéresser à.Toujours il conserve dans les affaires publiques les qualités qui ont rendu sa vie militaire si brillante. Ces belles et dangereuses qualités intéressent à sa destinée; on ressent pour lui des craintes que son âme intrépide ne sauroit jamais éprouver (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 33).Seule son infâme ingéniosité m'intéressait à elle, et je la lui reprochais (Barrès, Homme libre,1889, p. 206).
3.
a) Qqn intéresse qqn à + compl. second.[Le suj. désigne une pers. agissant de manière à amener quelqu'un à prendre de l'intérêt pour qqn, le compl. second. désigne l'objet de l'intérêt] On me fait lire deux dépêches d'une femme, scandaleusement riche, qu'on avait essayé d'intéresser à mon sort (Bloy, Journal,1894, p. 114).Il dit qu'il est allé à Paris et qu'il est parvenu à intéresser à votre cas quelqu'un de très bien placé (Aymé, Uranus,1948, p. 158):
11. Lorsque sa voix si douce en des sons si touchans S'écrie : Heureux vieillard, tu conserves tes champs! Combien il [Virgile] m'intéresse à ce vieillard champêtre! Ce verger qu'il planta, ce toit qui le vit naître, J'y crois être avec lui... Delille, Homme des champs,1800, p. 144.
[P. méton., le compl. d'obj. désigne le siège de l'affectivité] Je viens solliciter votre charité pour une de vos compatriotes, une pauvre artiste russe échouée à Paris, où elle se trouve dans le dernier dénuement (...). Je suis venue, sûre d'intéresser votre cœur à cette infortune (Vogüé, Morts,1899, p. 328).
b) Emploi pronom. réfl. S'intéresser à qqn, à ce qui le concerne.S'intéresser à la détresse, à la peine, au sort, aux chagrins, aux souffrances de qqn. Jeune homme, je m'intéresse à vous; je veux faire votre bonheur. Je vous prendrai pour compagnon (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 334).Jean, sans les avoir jamais vus, finissait par s'intéresser à certains blessés. Il demandait de leurs nouvelles (Zola, Débâcle,1892, p. 502).Puisque vous voulez bien vous intéresser à cet enfant, lui dit-elle, grondez-le. Il vous écoutera mieux que moi. Faites-lui comprendre le tort qu'il se fait en négligeant ses études (France, Vie fleur,1922, p. 337):
12. Ne compte nullement qu'on s'intéresse à toi, à tes soucis, à tes inquiétudes, à tes besoins; oublie-toi, mais prouve que tu t'intéresses au bonheur du prochain. Amiel, Journal,1866, p. 309.
D. − Qqn intéresse qqc.
Intéresser sa vie (rare). Donner de l'attrait à sa vie, la rendre intéressante :
13. ... madame de Rias (...) avide d'intéresser et de passionner sa vie, était moins disposée que toute autre à goûter les simples douceurs d'une mutuelle sympathie. Feuillet, Mar. monde,1875, p. 20.
JEUX. Intéresser une partie. Lui donner un enjeu. Ils jouaient aux cartes, aux dés, aux dominos, gagnaient et perdaient de petits objets pour intéresser leur partie (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Aub., 1886, p. 1077).La perspective de gagner les pièces blanches destinées à intéresser la partie faisait trembler le cornet dans sa main lors des coups décisifs (Bourget, Disciple,1889, p. 140).
Prononc. et Orth. : [ε ̃teʀ εse], (il) intéresse [ε ̃teʀ εs] ou p. harmonis. vocalique à l'inf. [ε ̃teʀese]. Noter que devant s double l'e protonique a plus de chance de conserver le timbre ouvert (cf. Buben 1935, § 49, 50). [e] est donné ds Pt Rob. et ds Warn. 1968 en ce qui concerne le lang. cour. Pour les dict. anc. ds Fér. Crit. t. 2 1787 et Gattel 1841. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1356, 3 mars « faire tort à, compromettre » dr. les parties interessées « compromises, lésées » (Ordonnance ds Isambert, Recueil gén. anc. lois fr., t. 4, p. 859); b) av. 1590 méd. « atteindre, léser un organe » (Paré, I, 29 ds Littré); 2. a) 1588 « retenir l'attention, captiver l'esprit, le cœur de qqn » (Montaigne, Essais, III, IX, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p. 975); 1718 interessant (Ac.); b) 1636 s'intéresser pour (qqn) « porter intérêt à quelqu'un, lui être favorable » (Corneille, Cid, II, 2); 3. a) 1595 « engager envers quelqu'un; obliger, lier vis-à-vis de quelqu'un » (Montaigne, Essais, I, XXI, éd. citée, p. 95); b) 1634 comm. intéressé « associé » (Déclar. nov. ds Rec. gén. anc. lois fr. t. 16, p. 415 ds Kuhn, p. 162); 1675 « faire entrer qqn ds une affaire de sorte qu'il ait part au profit » (J. Savary, Le Parfait négociant, p. 395); c) 1666 « inspirer de l'intérêt, de la bienveillance » (Molière, Misanthrope, II, 1); 4. 1636 intéressé « qui a un intérêt (moral), qui est concerné » (Corneille, Cid, II, 3); 1748 « être de quelque importance pour, concerner » (Montesquieu, Esprit des lois, XXVI, XIII ds Œuvres, éd. R. Caillois, t. 2, p. 762); 5. av. 1648 [prob. 1636] intéressé « trop exclusivement attaché à ses intérêts » (Voiture ds Œuvres, éd. 1713 t. 1, p. 170). Dér. de intérêt* d'apr. le lat. interesse, v. intérêt. Fréq. abs. littér. : 5 651. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 641, b) 5 683; xxes. : a) 8 651, b) 10 971.

Wiktionnaire

Verbe

intéresser \ɛ̃.te.ʁɛ.se\ ou \ɛ̃.te.ʁe.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mêler, concerner, faire intervenir.
    • Les spéculations agricoles telles que la production de pastel ou de lin n’intéressaient que quelques propriétés en faire valoir direct appartenant à de riches bourgeois de Toulouse.
  2. Provoquer une attention, une curiosité envers soi.
    • Dès qu'il s'éloigne du sol natal, sa pensée y retourne avec un charme douloureux et persistant. Dole, Dijon, Auxerre, Joigny, Sens, Fontainebleau, tous ces grands relais de poste, n’intéressaient que médiocrement les deux enfants. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 16)
    • Les journaux et les magazines qui alimentaient les cerveaux américains (car les livres, sur ce continent impatient, n’intéressaient plus que les collectionneurs) devinrent instantanément un feu d’artifice […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 212 de l’éd. de 1921)
    • Dans nos Sociétés médicales, il y a des chefs d'emploi, des docteurs idémistes et des muets. La séance est intéressante si les muets sont intéressés. — (Lyon médical: organe officiel de la Société médicale des hôpitaux de Lyon et de la Société médico-chirurgicale des hôpitaux de Saint-Étienne, 1893, p. 309)
  3. Avoir de l’importance pour quelqu’un.
    • Ensuite c'est à chacun de voir en quoi cela l’intéresse, le concerne, lui parle. Il n'y a strictement aucune prétention comminatoire du genre : si vous ne passez pas par là, vous êtes fichu. — (Jacqueline Legaut, La psychanalyse, l'air de rien, éd. Eres, 2012)
  4. Avoir un intérêt matériel, financier.
    • Cette proposition ne m’intéresse pas.
  5. (latinisme) S’intéresser pour quelqu’un : prendre son parti ; entrer dans ses intérêts ; s’entremettre en sa faveur.
    • Prière qui fera descendre sur nous les plus abondantes bénédictions du ciel, parce qu’en honorant Dieu elle engagera Dieu à s’intéresser pour nous. — (Louis Bourdaloue, Sermon sur la Providence, première partie, dans : Chefs-d’œuvre oratoires de Bourdaloue ; Garnier-Frères libraires-éditeurs, Paris, s. d., page 113)
  6. Y avoir son siège, en parlant d’une affection pathologique, pour un organe.
    • Les lésions de la fièvre typhoïde intéressent l’appareil lymphatique, depuis le tissu lymphoïde intestinal (follicules clos et plaques de Peyer) jusqu’aux ganglions mésentériques et à la rate. — (Jules Guiard, Les Parasites inoculateurs de maladies, Paris : Flammarion, 1918, p. 295)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTÉRESSER. v. tr.
Faire entrer quelqu'un dans une affaire, en sorte qu'il ait part au succès, au profit. Il s'est intéressé dans cette maison de commerce. On l'a intéressé dans cette entreprise. Être intéressé à une chose, à faire une chose, Y avoir intérêt, y être obligé, y être engagé par le motif de son intérêt. Tous les citoyens sont intéressés à la prospérité, à la paix de l'État. Vous êtes intéressé à empêcher cet abus d'autorité. Il signifie aussi Rendre quelqu'un favorable à une affaire, à une entreprise, par tel ou tel avantage. Cette association ne saurait se faire sans lui, il faut l'intéresser. On dit substantivement dans les acceptions qui précèdent : Pour conclure l'affaire, il faut la signature de tous les intéressés. Les intéressés dans tel traité. Il signifie encore Être de quelque importance pour quelqu'un. En quoi cela vous intéresse-t-il? Cela ne vous intéresse en rien, ne vous intéresse en aucune façon, vous intéresse fort peu. La décision de cette affaire intéresse tous les propriétaires, toute la ville, tout le monde. Par extension, Cela intéresse ma santé, mon honneur, ma réputation.

S'INTÉRESSER À signifie Entrer dans les intérêts de quelqu'un, prendre intérêt à quelque chose. Personne ne s'intéresse plus que moi à tout ce qui vous regarde, à tout ce qui peut vous arriver. Il s'intéressa vivement à ce jeune homme. Je m'intéresse à cette affaire comme si c'était la mienne propre. On leur laissa démêler leur querelle, sans que personne s'y intéressât de côté ni d'autre.

INTÉRESSER signifie quelquefois figurément, en termes de Chirurgie, Atteindre, blesser. On doit prendre garde, en faisant cette incision, d'intéresser les parties voisines. Il signifie pareillement Fixer l'attention, captiver l'esprit, toucher, émouvoir, inspirer de l'intérêt, de la bienveillance, de la compassion. Son récit commençait à m'intéresser. Cette étude vous intéressera beaucoup. Cette aventure intéresse tout le monde. Dans cette pièce il n'y a rien qui intéresse le spectateur. Absolument, Sa physionomie intéresse. Cela doit intéresser en sa faveur. Ce roman est bien écrit, mais il n'intéresse pas. Cet écrivain connaît l'art d'intéresser et d'attendrir.

INTÉRESSÉ signifie adjectivement Qui est trop attaché à ses intérêts, qui a son profit particulier en vue dans tout ce qu'il fait. Il ne fera rien pour rien, il est fort intéressé. Cette femme est trop intéressée. Par extension, Vues intéressées. Démarche intéressée. Motif intéressé.

Littré (1872-1877)

INTÉRESSER (in-té-rè-sé) v. a.
  • 1Donner un intérêt matériel. On l'a intéressé dans cette affaire, dans cette entreprise. Rullus, pour intéresser encore davantage la multitude dans la publication de sa loi, Vertot, Révol. rom. XII, p. 176.

    Donner quelque chose à quelqu'un, pour le rendre favorable à une affaire, à une entreprise. Cette affaire ne saurait se faire sans lui, il faut l'intéresser.

  • 2Donner un intérêt moral. Mon devoir m'intéresse, Mon père, à dégager vers lui votre promesse, Molière, Sgan. 23. Le plaisir et la douleur servent à intéresser l'âme dans ce qui regarde le corps, et l'obligent à chercher les choses qui en font la conservation, Bossuet, Conn. III, 8. N'en aimez point les spectacles [du monde] ni les théâtres, où l'on ne songe qu'à vous faire entrer dans les passions d'autrui, à vous intéresser dans ses vengeances et dans ses folles amours, Bossuet, Concup. 9. Souvent j'ai voulu les faire servir [les saints] à mes iniquités, les intéresser dans mes faiblesses, Massillon, Panég. St Franç. de P.

    Il se dit des choses, en un sens analogue. Si vous m'aimiez, seigneur, vous me deviez mieux croire, Ne pas intéresser mon devoir et ma gloire, Corneille, Pulch. III, 3. J'inventai des couleurs, j'armai la calomnie ; J'intéressai sa gloire, il trembla pour sa vie, Racine, Esth. II, 1.

  • 3Intéresser le jeu, le rendre plus attachant par l'appât du gain.
  • 4Être d'importance. Cela m'intéresse beaucoup, fort peu. Vous savez à quel point l'affaire m'intéresse, Corneille, Héracl. IV, 5.

    Il se dit des choses, dans le même sens. Cela intéresse ma santé, ma réputation. Entre les mesures qui faisaient le sphéroïde [de la terre] oblong et celles qui le faisaient aplati, la différence était d'environ cent lieues ; et alors elle intéressait la navigation, Voltaire, Phil. Newt. III, 9.

  • 5 Particulièrement. Être d'une importance défavorable, faire tort, compromettre. Heureuse qui se laisse aller à la tendresse de ses sentiments, sans intéresser la délicatesse de son choix ni celle de sa conduite ! Saint-Évremond, Idée de la femme. Elle avait fait tout ce qu'il fallait pour augmenter la passion du roi, sans intéresser sa vertu par les dernières complaisances, Hamilton, Gramm. VII. Bien loin qu'on pensât à intéresser quelque principe de notre religion, on ne se soupçonnait pas même d'imprudence, Montesquieu, Lett. pers. Réflexions.

    Terme de chirurgie. Intéresser une partie, y faire accidentellement ou par nécessité, durant le cours d'une opération, une lésion qui n'appartient pas à cette opération même.

  • 6Inspirer de la bienveillance, de la compassion. Dans mon procès… Il peut intéresser tout ce qu'il a d'amis, Molière, Mis. II, 1. Intéressons dans notre cause les gens de bien, Massillon, Carême, Prière 2. Ne faut-il pas intéresser sa miséricorde [de Dieu] à notre salut ? Massillon, ib. 2. Dis-lui, pour me sauver d'une injuste puissance, Qu'il intéresse Rome à prendre ma défense, Crébillon, Rhadamiste, I, 5. Hélas ! plus je lui parle et plus il m'intéresse, Voltaire, Fanat. III, 8.

    Absolument. Cette jeune femme intéresse. Sa situation intéresse.

  • 7Fixer l'attention, captiver l'esprit. Ce récit m'a vivement intéressé. Voulez-vous longtemps plaire et jamais ne lasser ? Faites choix d'un héros propre à m'intéresser, Boileau, Art p. III.

    Absolument. Cette tragédie n'intéresse pas. Un personnage n'intéresse guère que quand un autre personnage s'intéresse à lui, à moins qu'il n'ait une violente passion, et ce n'est pas ici le cas des passions violentes, Voltaire, Lett. d'Argental, 13 nov. 1751.

    Le gros jeu intéresse, le petit jeu n'intéresse guère, c'est-à-dire il n'y a que le gros jeu qui attache.

  • 8S'intéresser, v. réfl. Prendre part dans une affaire. Il s'est intéressé dans cette entreprise.
  • 9Entrer dans les intérêts de quelqu'un, prendre intérêt à quelque chose. Je m'intéresse particulièrement à cette affaire. Mais je sens que pour toi ma pitié s'intéresse, Corneille, Cid, II, 2. Je sens déjà mon cœur qui pour lui s'intéresse, Corneille, Poly. I, 4. Et voilà le seul point où Rome s'intéresse, Corneille, Nic. I, 5. Vous vous intéressez pour l'Église, Pascal, dans COUSIN. Mon cœur, mon lâche cœur s'intéresse pour lui, Racine, Andr. V, 1. Je sens que mon cœur s'intéresse pour cet homme sans savoir pourquoi, Fénelon, Tél. XXIV. M. Jeannin, qui vous est toujours fort utile et qui mérite qu'on s'intéresse pour lui, Rousseau, Lett. à du Peyrou, 15 oct. 1765.

    S'intéresser dans ou en. Je ne serai pas seule ; ainsi que moi, Neptune S'intéresse en ton infortune, Corneille, Andromède, IV, 5. De vos premiers progrès j'admire la vitesse, Et dans l'événement mon âme s'intéresse, Molière, Éc. des f. III, 4. Tout le monde s'intéresse dans cette grande affaire [le procès de Fouquet], Sévigné, 17 déc. 1664. La religion s'intéresse dans ses infortunes [du cardinal de Retz], Bossuet, le Tellier. Enfin tout l'enfer s'intéresse Dans l'amour qui séduit un cœur si glorieux, Quinault, Arm. IV, 1. Ignores-tu jusqu'où va ma tendresse, Et combien dans ton sort ton père s'intéresse ? Boursault, Fables d'Ésope, I, 1. Il ne voit dans son sort que moi qui s'intéresse, Racine, Brit. II, 3.

    S'intéresser contre, prendre des sentiments contraires, défavorables. Qu'ai-je fait que le ciel contre moi s'intéresse, Jusqu'à faire descendre en terre une déesse ? Corneille, Toison d'or, V, 6. Contre mon propre honneur mon amour s'intéresse, Corneille, Cid, I, 9.

    Voltaire a critiqué la locution s'intéresser contre ; mais elle est claire et grammaticale.

    On a dit : s'intéresser d'une chose (emploi qui n'est aucunement fautif, et qui seulement est peu usité). Il faut laisser cette humeur aux esprits vulgaires qui s'intéressent de toutes les querelles des princes, Guez de Balzac, liv. II, lett. 1. Personne ne s'en intéresse, M. de Ste-Marthe, cité dans STE-BEUVE, Hist. de Port-Royal, t. III, p. 398. Il souffre tout ce que Dieu lui-même peut faire souffrir à un coupable qu'il est intéressé de punir, Massillon, Carême, Riche.

SYNONYME

1. S'INTÉRESSER à, S'INTÉRESSER DANS. Dans le XVIIe siècle, ces deux locutions avaient le même sens, et s'employaient l'une pour l'autre. Aujourd'hui, l'usage tend à y mettre une différence : s'intéresser dans, c'est prendre un intérêt dans une affaire, y mettre de l'argent ; s'intéresser à, c'est avoir un intérêt moral.

2. S'INTÉRESSER, ÊTRE INTÉRESSÉ., Ils ont des sens différents : le premier signifie prendre intérêt à ; le second avoir intérêt à une chose.

HISTORIQUE

XVe s. Les interessés serviteurs Sont leurs hoirs et executeurs [des vieilles gens], Et les demainent durement, Deschamps, Mir. de mar. p. 4.

XVIe s. Je luy appris à dire souvent… periode d'affaire, interesser, prendre la garantie, faire fortune, courir risque, symboliser… et mille autres termes en ceste façon, à quoy on connoit aujourd'huy une belle ame, D'Aubigné, Conf. II, 1. …Qui nous advertit de sonder bien sagement de peur d'interesser le dit monticule, Paré, I, 29. On mettra à part les pommes interessées, pour estre mangées les premieres ; et les saines et entieres seront doucement portées au grenier, De Serres, 687. Les malades auxquels le debvoir m'interesse, Montaigne, I, 91. Et à fin que la memoire de l'auteur n'en soit interessée, Montaigne, I, 221. L'estat de ceste vieilie Rome m'interesse et me passionne, Montaigne, IV, 140.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « intéresser »

(Date à préciser) Dérivé de intérêt.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. interessar ; esp. interesar ; ital. interessare ; du lat. interesse, importer (voy. INTÉRÊT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « intéresser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
intéresser ɛ̃terɛse

Citations contenant le mot « intéresser »

  • Lorsqu'un homme s'intéresse au corps d'une femme, elle l'accuse de ne s'intéresser qu'à son corps, mais il ne s'y intéresse pas, elle l'accuse de s'intéresser à celui d'une autre. De P. J. O'Rourke
  • Le temps n'est pas une chose qu'il faut faire passer ! Il faut le retenir, au contraire. Et pour cela, il n'y a qu'un moyen : c'est de considérer que tout est intéressant et de s'intéresser à tout ! De Sacha Guitry
  • J'ai une gueule de bois qui intéresserait un sculpteur. De Frédéric Dard
  • De l’autre côté des Pyrénées, on assure que Laurent Blanc aurait été proposé au FC Barcelone pour venir remplacer Quique Setien. Un challenge qui pourrait bien intéresser l’ancien joueur du club catalan. Le 10 Sport, Mercato | Mercato - Barcelone : Laurent Blanc est intéressé par le Barça !
  • Avec son huitième long métrage, diffusé sur Canal+, le réalisateur québécois Xavier Dolan s'entoure de ses amis proches pour s'intéresser aux sentiments inavoués, aux codes de la masculinité et à la frontière qui sépare l'amour de l'amitié. AlloCiné, Matthias & Maxime (Canal+) : l'amitié masculine vue par Xavier Dolan - Actus Ciné - AlloCiné
  • Pour jouer la volatilité, il existe certains trackers mais je ne vous les conseille pas car ils sont techniquement difficiles à manier. Une solution, plus tranquille consiste à s'intéresser aux actions les plus réactives, c'est à dire celles qui amplifient à la hausse et à la baisse les réactions du marché. Investir, « Pour jouer la volatilité, on peut s’intéresser aux actions les plus réactives », Chat - Investir-Les Echos Bourse

Traductions du mot « intéresser »

Langue Traduction
Anglais to interest
Espagnol de interes
Italien interessare
Allemand interessieren
Chinois 有兴趣
Arabe للاهتمام
Portugais interessar
Russe интересовать
Japonais 興味に
Basque interesa izateko
Corse à interessà
Source : Google Translate API

Synonymes de « intéresser »

Source : synonymes de intéresser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « intéresser »

Partager