Frénésie : définition de frénésie


Frénésie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FRÉNÉSIE, subst. fém.

A.− MÉD., vx. Aliénation à manifestation délirante et violente, provoquée par certaines affections cérébrales à caractère aigu. Entrer, tomber en frénésie; être en frénésie; accès de frénésie :
1. [Dans l'angine ou mal de gorge] D'autres fois au contraire il se fait une métastase de l'humeur vers la tête ou la poitrine, accident très-dangereux, qui est suivi de frénésie ou de péripneumonie. Geoffroy, Méd. pratique,1800, p. 105.
P. anal. Égarement durable ou non, de cause variable, comparable à l'état d'un malade atteint de frénésie (cf. démence, fièvre, folie, furie, transes). Être pris de frénésie :
2. ... quand ils voyaient passer la horde sacrée des joueurs de flûtes et de cymbales, des hurleurs, des danseurs et des échevelées entourant leurs prêtres (...) beaucoup pris de frénésie entraient, pour un bout de chemin, dans la sarabande orgiaque. Barrès, Pays Lev.,t. 1, 1923, p. 92.
B.− Au fig., cour.
1. Degré d'exaltation extrême atteint par un sentiment, une passion, et, p. ext., un comportement, un acte; état d'exaltation extrême avec manifestations bruyantes, désordonnées, souvent violentes. La frénésie du désir, de la guerre, du vice; acclamer, applaudir avec frénésie. (Quasi-) synon. déchaînement, ivresse, rage.Je t'ai procuré la frénésie des possessions exclusives, les rages jalouses, la férocité virile (Flaub., Tentation,1849, p. 323).Elle [Judith] s'attacha à Albrecht avec frénésie. Littéralement, elle en était folle (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 23):
3. Cette guerre a eu pour causes, outre l'ambition inlassable du peuple allemand, la frénésie dominatrice d'un système politique, social, moral, abominable à coup sûr, mais revêtu du sombre attrait de la puissance. De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 347.
2.
a) Grande ardeur, passion avec laquelle on accomplit une tâche. Travailler avec frénésie. Le tiers monde s'européanise avec frénésie (Beaufre, Dissuasion et strat.,1964, p. 203):
4. Alors, tandis que ma tante et ma mère faisaient leur partie de cartes, Albert et moi nous nous plongions dans les trios, les quatuors et les symphonies de Mozart, de Beethoven et de Schumann, déchiffrant avec frénésie tout ce que les éditions allemandes ou françaises nous offraient d'arrangements à quatre mains. Gide, Si le grain,1924, p. 462.
b) Envie, désir irrésistible. Il y a des jours où le souvenir de l'île Saint-Pierre me donne des frénésies; j'ai soif d'un voyage (Balzac, Lettres Étr.,t. 1, 1850, p. 217).
3. P. anal. [Le compl. de nom désigne une chose]
a) [Dans l'ordre de la qualité] Intensité, violence. Que l'on s'approche au contraire des Fileuses de Vélasquez. Ce qu'un cerveau d'homme de génie renferme de brutalité dirigée, de véhémence subtile, d'audace domptée éclate aux regards par la furie du pinceau, la frénésie des empâtements, les jets brusques de gris, de rose, de noir (L. Daudet, A. Daudet,1898, p. 250).
b) [Dans l'ordre de la quantité] Grand nombre, exubérance. C'étaient partout des ancolies (...) des anémones (...) des renoncules (...) une frénésie de plantes (Estaunié, Sil. camp.,1925, p. 73).
REM.
Frénétisme, subst. masc.synon. [Le pauvre major fou] mit le remède en flacons et convoqua son soldat. Mais Montander, épouvanté par ce frénétisme, avait averti [le soldat] (D'Esparbès, Demi-soldes,1899, p. 44).
Prononc. et Orth. : [fʀenezi]. Ds Ac. 1694-1932. Ds Ac. 1718 et 1740 on admet en outre phrénésie, phrénétique, graph. étymol. Cf. aussi Nysten 1814, 1824, qui s.v. fré- renvoie à phré-ainsi que Privat-Foc. 1870 qui préfère la graph. avec ph. Étymol. et Hist. 1. Ca 1223 « délire furieux » (G. de Coincy, éd. F. Koenig, I Mir. 17, 35); 2. 1544 « passion, égarement » (M. Scève, Délie, éd. E. Parturier, 393, 3, p. 290). Empr. au lat. médiév. phrenesia (v. Nierm.), dér. du lat. impérial phrenesis, gr. φ ρ ε ́ ν η σ ι ς « frénésie, délire frénétique ». Fréq. abs. littér. : 555. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 463, b) 523; xxes. : a) 885, b) 1 169. Bbg. Nardi (B.). L'Amore e i medici mediaevali. In : [Mél. Monteverdi]. Modène, 1959, t. 2, pp. 517-542. − Schalk (F.). Beiträge zur romanischen Wortgeschichte. Rom. Forsch. 1953, t. 65, pp. 19-37.

Frénésie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

frénésie \fʁe.ne.zi\ féminin

  1. Fureur violente.
    • J’ai à dire, reprit Marguerite, que je connais notre frère Charles. Je l’ai vu hier dans un de ces accès de frénésie dont chacun abrège sa vie de dix ans. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre XI)
    • Les grandes puissances se composaient d’abord des États-Unis, nation adonnée au commerce, mais lancée dans les frénésies militaires par les tentatives de l’Allemagne pour s’implanter dans l’Amérique du Sud. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 122 de l’éd. de 1921)
    • Ce fut une frénésie. De tous côtés on fit parler la poudre comme dans les fantasias arabes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Figuré) Toute passion parvenue à un degré d’extrême violence et confinant à la folie.
    • La même classe de personnes qui de nos jours applaudit avec le plus de frénésie les drames les plus sanglants, s’intéressait à cette époque à un tournoi justement en proportion du danger que couraient les combattants. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il l'avait saisie avec une sorte de frénésie, doué de l’appétit brutal de l'homme qui a dû accumuler trop de privations. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 89)
    • Combien d'intellectuels, me disait Anatole France, n'a-t-il pas conquis en leur insufflant pour un instant sa frénésie de courage et d'orgueil ? — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Il s'était mis en tête de leur ouvrir les yeux par le biais de textes orientés dont il les abreuvait. Une véritable frénésie de photocopiages artisanaux (la ronéo à alcool). Plus il en faisait, plus il était mal reçu, chahuté, puis malmené. — (Jean-Pierre Koffel, L'inspecteur Kamal fait chou blanc, Éditions Fennec, 1999, p. 39)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Frénésie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRÉNÉSIE. n. f.
Fureur violente. Accès de frénésie. Tomber en frénésie. Entrer en frénésie. Être en frénésie. Il se dit, figurément, de Toute passion parvenue à un degré d'extrême violence et confinant à la folie. Il se livre au jeu avec frénésie. Amour qui va jusqu'à la frénésie.

Frénésie : définition du Littré (1872-1877)

FRÉNÉSIE (fré-né-zie) s. f.
  • 1Ancien terme de médecine. État de délire, de fureur, qui survient dans quelques maladies de l'encéphale. Il est tombé en frénésie, Vaugelas, Q. C. 1. VII, dans RICHELET. Il se troubla de tant de pertes jusqu'à tomber en frénésie, Bossuet, Hist. I, 11. Le rhume à son aspect se change en pleurésie, Et par lui la migraine est bientôt frénésie, Boileau, Art p. IV. En France, le malheureux Charles VI, tombé en frénésie, avait le nom de roi, Voltaire, Mœurs, 72. Quand un malade est en frénésie, il ne faut point dire qu'il n'a point de force ; il faut dire que sa force est celle d'un frénétique, Voltaire, Dict. phil. Suicide.
  • 2 Par extension, fol emportement causé par une cause quelconque et comparé à la frénésie du malade. D'elle naquit la frénésie De la Grèce contre l'Asie, Malherbe, III, 2. Et si je puis tomber en cette frénésie De préférer Attale au vainqueur de l'Asie, Corneille, Nicom. I, 1. Jusqu'au dernier éclat pousser sa frénésie, Corneille, Sertor. IV, 2. Étrange frénésie ! Sans aimer Ardaric, j'en conçois jalousie, Corneille, Attila, IV, 2. Prends garde de tomber dans cette frénésie [d'entrer dans la maison], Si tu veux demeurer au nombre des vivants, Molière, Amph. III, 7. Oui, depuis le moment que cette frénésie [faire des vers] De ses noires vapeurs troubla ma fantaisie…, Boileau, Sat. II. Ce serait une ivresse et une frénésie digne de pitié, d'acheter, par un instant rapide de plaisir, des peines et des horreurs éternelles, Massillon, Prof. rel. Serm. 1. J'en atteste Amurat ; sa noble frénésie De conquête en conquête a traversé l'Asie, Millevoye, Plaisirs du poëte. Si vous n'avez jamais senti la frénésie De voir la main qu'on veut par d'autres mains choisie, Hugo, F. d'aut. 23.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et aussi s'il fet pramesses el tans qu'il est en frenisie, ou hors du sens, ou enprisonés, ou par force ou par peur, Beaumanoir, VI, 24.

XVe s. Nous veons souvent les hommes en dormant parler, et en leurs parolles n'y a raison ne continuation de propos ; c'est une passion que nous nommons frenaisie selon les medecins, mais le peuple nomme reverie, Hist. de la tois. d'or, t. II, f° 151, dans LACURNE.

XVIe s. Phrenesie est la propre passion desdites membranes [dure et pie-mère], comme lethargie du cerveau, Paré, III, 5, en note. Le moyen que je prends, pour rabbattre cette frenesie [l'attaque contre la religion], et qui me semble le plus propre, c'est de froisser et fouler aux pieds l'orgueil et l'humaine fierté, Montaigne, II, 150.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « frénésie »

Étymologie de frénésie - Littré

Provenç. frenezia ; portug. et ital. frenesia ; du latin phrenesis, du grec φρῆν, pensée et diaphragme, parce qu'une ancienne physiologie plaçait la pensée dans la région du diaphragme : trouble, maladie de la pensée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de frénésie - Wiktionnaire

Du latin phrenesis dérivé du grec ancien φρήν, phrên (« esprit ») → voir frénétique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « frénésie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
frénésie frenesi play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « frénésie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « frénésie »

  • Huit milliards de dollars. C'est la somme investie en pleine crise du Covid-19 par le fonds souverain de l'Arabie saoudite dans des mastodontes de l'économie mondiale, de Boeing à Facebook, une frénésie qui tranche avec les mesures d'austérité inédites dans le royaume. ABC Bourse, En pleine crise, la déroutante frénésie d'achats du fonds souverain saoudien
  • Pourtant, le grignotage permanent de la zone côtière est bien plus pernicieux. Les terrains du domaine public maritime sont les premiers exposés à cette frénésie de construction. Un habitant a ainsi filmé une opération immobilière sur le Plateau. Avec ou sans autorisation, on ne sait pas, les gravats sont poussés en contrebas sur la plage. Franceinfo, A Dakar, la frénésie immobilière réduit sans cesse l'accès au littoral
  • Cette semaine, les commerces ont toutefois profité de la frénésie d'achat et multiplié offres et remises pour attirer les clients. ABC Bourse, Triplement de la TVA en Arabie saoudite, précédé d'une frénésie d'achats
  • La politesse est sage : la grossièreté, par conséquent, stupide. Se faire, sans nécessité et avec intention, des ennemis en commettant des impolitesses, c’est de la frénésie, tout comme de mettre le feu à sa maison. De Arthur Schopenhauer / Pensée
  • Il y a des circonstances de la vie où l’homme ressemble à un ordinateur : tout lisse à l’extérieur mais clignotant des neurones avec frénésie. De Daniel Pennac / La Fée carabine

Images d'illustration du mot « frénésie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « frénésie »

Langue Traduction
Corse frenesimu
Basque zioten
Japonais 狂乱
Russe неистовство
Portugais frenesi
Arabe نوبة
Chinois 疯狂的
Allemand raserei
Italien frenesia
Espagnol frenesí
Anglais frenzy
Source : Google Translate API

Synonymes de « frénésie »

Source : synonymes de frénésie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « frénésie »



mots du mois

Mots similaires