Rage : définition de rage


Rage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAGE, subst. fém.

I.
A. − Maladie infectieuse mortelle, causée par un virus neurotrope qui peut être inoculé à l'homme par la morsure de certains animaux infestés (notamment le chien et le renard), caractérisée par une méningo-encéphalite diffuse et se manifestant par un état d'agitation et d'angoisse allant jusqu'au délire furieux et à la paralysie. Synon. vx hydrophobie.Prendre la rage; vaccin contre la rage. Aussi longtemps que la rage a été jugée incurable, on cherchait à éloigner de l'esprit des malades le nom même de cette maladie (Pasteurds Travaux, 1886, p. 404).La rage existe chez certains animaux: chien, loup, chat, etc. que ceux-ci, malades, viennent à mordre l'homme, et celui-ci à son tour est atteint (Quillet Méd.1965, p. 187):
1. ... tout à coup une crise subite, extraordinaire, foudroyante, me saisit. Je poussai un cri effroyable (...). C'était la rage, l'horrible rage. J'étais perdue! Henry me releva, effaré, voulut savoir. Mais je me tus. J'étais résignée maintenant. J'attendais la mort. Je savais qu'après quelques heures de répit, une autre crise me saisirait, puis une autre, puis une autre, jusqu'à la dernière qui serait mortelle. Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Enragée? 1883, p. 886.
MÉD., MÉD. VÉTÉR. Rage furieuse; rage mue, muette; rage paralytique. C'est à l'obligeance de M. Bourrel, vétérinaire à Paris (...) que nous avons dû les deux premiers chiens à rage furieuse et à rage mue employés au début de nos expériences (décembre 1880) (Pasteur,ds Travaux, 1882, p. 381).
Proverbe. Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage. Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. V. chien1II B 4 b.[Var.] Le maître trouve la rage à son chien quand il veut le tuer (Balzac,Annette, t. 1, 1824, p. 183).
[P. allus. à la loc. fam. vieillie dire rage, la rage, des rages de qqn] Dire tout le mal imaginable de quelqu'un. (Ds Ac., Littré). Suivaient sur Valentin des horreurs et des rages que Mariette écoutait avec une grande mine apitoyée (Pourrat,Gaspard, 1930, p. 132).
Au fig. (infra II C 2 b).
B. − Rage de dents. Mal de dents provoquant de vives douleurs. Vers le soir Marc pique une rage de dents. Le voici couvert de sueur et se tordant de douleur (Gide,Retour Tchad, 1928, p. 995).Sa tête défigurée par l'enflure lorsqu'il souffre de ses terribles rages de dents (Bernanos,Mouchette, 1937, p. 1270).
Arg., vx. ,,Grande faim`` (Delvau 1883, France 1907).
II.
A. −
1. État affectif pouvant se manifester par une grande violence verbale ou physique, ou par un silence hargneux fait de colère, de ressentiment ou de haine, qui est généralement causé par un sentiment d'impuissance devant une situation frustrante. Synon. partiel colère, fureur, furie.Accès, crise, moment de rage; mouvement, transport de rage. La rage s'empare de tous les cœurs, les yeux roulent du sang, la main frémit sur l'épée (Chateaubr.,Martyrs, t. 1, 1810, p. 287).Sa rage redoubla. − Oh! Je me vengerai, s'écria-t-il en frappant la table du poing, je me vengerai! (Theuriet,Mariage Gérard, 1875, p. 107).V. houle D 1 ex. de Roy:
2. Ma fureur s'exaspérait encore à me dire que cet amour, né de la veille, m'avait été arraché juste au moment où j'allais pouvoir le développer dans sa plénitude, à l'heure précise de l'action décisive. Il doit y avoir de cette rage-là chez le joueur qui, forcé de quitter la table, apprend la sortie du numéro sur lequel il voulait ponter et qui lui aurait ramené trente-six fois sa mise. Bourget,Disciple, 1889, p. 179.
[Constr. avec un compl. introd. par contre désignant l'objet et/ou la cause de ce sentiment] Je crains que la rage des Français contre l'Angleterre ne leur donne l'idée de saisir les paquebots qui vont de Douvres à Ostende (Staël,Lettres L. de Narbonne, 1793, p. 152).En même temps une colère le prenait, une rage contre leur impuissance (Genevoix,Raboliot, 1925, p. 60).
[Constr. avec un compl. introd. par de désignant la cause de ce sentiment] Si Versailles ne se dépêche pas, nous verrons la rage de la défaite se tourner en massacres, fusillades et autres gentillesses de ces doux amis de l'humanité (Goncourt,Journal, 1871, p. 758).Une seconde fureur, plus violente que la première, m'emporte soudain: c'est la rage d'avoir été agi (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p. 115).
[Constr. avec une complét.] Rare. Une sourde rage qu'elle pût être gagnée si facilement étouffait en lui la compassion. « Peut-être ne s'arrêtera-t-elle pas... » se dit-il (Roy,Bonheur occas., 1945, p. 46).
P. anal. [Chez l'animal] La rage du tigre, que rien ne fléchit, ni les bons ni les mauvais traitemens, et qui, gorgé de sang et de chairs, n'en est que plus ardent à déchirer tout ce qui lui présente l'image de la vie (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 321).Le loup se débattait avec des élancements de rage et de douleur (Hugo,Han d'Isl., 1823, p. 294).
Au plur.
[Plur. d'amplification] Rare. Je me sentais des rages à me jeter par la fenêtre (Maupass.,Une Vie, 1883, p. 171).
Moments, causes de rage. Il réfléchit qu'on se moquerait de lui s'il mettait à nu ses rages et ses blessures (Champfl.,Avent. MlleMariette, 1853, p. 238).Toutes sortes de pensées, de souvenirs, de projets, d'amours secrètes, et de rages étouffées, qu'on remâche sempiternellement (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p. 40).
Locutions
a) [Combiné avec une prép.]
Vieilli. À la rage. Synon. à la folie.C'est peut-être un blasphème, et je le dis tout bas. Mais je l'aime à la rage (Musset,Namouna, 1832, p. 418).Cette passion éclatait avec une violence aveugle; il aimait à la rage (Zola,Th. Raquin, 1867, p. 50).
[Combiné avec avec] Œdipe, les bras au corps, comme paralysé, tente avec rage de se rendre libre (Cocteau,Machine infern., 1934, ii, p. 81).C'est pourquoi il la frappait avec tant de rage: il avait honte d'elle, et peur d'elle (Montherl.,Demain, 1949, ii, 1, p. 720).V. adonner (s') ex. 8.
[Combiné avec dans] Je les traitai toutes les deux sans ménagements, et dans ma rage, j'allai jusqu'à menacer mon rival (Restif de La Bret.,M. Nicolas, 1796, p. 184).Ce pathétique réveillait en sursaut, dans l'épouvante ou dans la rage, quelques-uns de mes meilleurs amis (Sartre,Mots, 1964, p. 162).
De rage. [Combiné avec un verbe ou un adj. décrivant un état ou un comportement] De rage, il quitte le parti, et se fait libéral (Courier,Pamphlets pol., Livret de Paul-Louis, Vigneron, 1823, p. 169).Ceux-là mêmes qu'elle avait, les yeux étincelants de rage, souhaité déshonorer, tuer, faire condamner (...) elle ne leur voulait plus aucun mal (Proust,Fugit., 1922, p. 604).V. hurler I B 1 ex. de Huysmans.De rage de + inf.J'ai failli tuer trois facteurs, de rage de n'avoir rien de toi. J'attends, chaque matin (Mallarmé,Corresp., 1862, p. 43).
En rage. J'ai les nerfs agacés comme des fils de laiton. Je suis en rage sans savoir de quoi (Flaub.,Corresp., 1852, p. 383).Il bégaye si fort en rage qu'il explose de postillons (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 386).
Par rage (rare). Il monta se coucher, le ventre vide, par rage (Zola,Terre, 1887, p. 301).
b) [Combiné avec un verbe]
[Avec avoir] Avoir une rage (+ adj.), (expr. quantifiante) + rage. Gérard eut une rage sourde, et se dit que, si sa maîtresse faisait un pas de plus vers la voiture, il se jetterait par la croisée avec l'espoir de se tuer et d'écraser en même temps son rival et Mariette (Champfl.,Avent. MlleMariette, 1853, p. 47).
Avoir la rage au cœur, dans le cœur, dans l'âme, aux dents. Tu demandes pourquoi j'ai tant de rage au cœur Et sur un col flexible une tête indomptée; C'est que je suis issu de la race d'Antée (Nerval,Chimères, 1854, p. 699).
[Avec donner] Donner la rage. Tourbillon des pensées sans issue et sans terme, à donner la rage ou à rendre idiot (Amiel,Journal, 1866, p. 296).L'immense bêtise moderne me donne la rage (Flaub.,Corresp., 1872, p. 36).
Faire rage
Vx. Accomplir des méfaits ou des exploits. Il se promettait de faire rage contre les marauds qui attaqueraient Sigognac, cela n'étant pas dans son caractère de laisser ses amis en péril (Gautier,Fracasse, 1863, p. 214).Tu l'opprimes [le genre humain], César; Saint-Père, tu le pilles. Vos lansquenets font rage, et violent les filles (Hugo,Légende, t. 3, 1877, p. 401).
Vieilli. Faire de violents efforts, beaucoup de désordre et de bruit. Cette cuisine effrayante, est jour et nuit pleine de vacarme (...). On a beau faire rage autour de lui, les hommes jurent, les femmes querellent, les enfants crient (Hugo,Rhin, 1842, p. 30).Il courut à pied jusque chez son pensionnaire (...) frappa sans l'éveiller, fit rage, et, en désespoir de cause, jeta la porte en dedans (About,Nez notaire, 1862, p. 195).
(Se) mettre en rage. Il se mit en rage contre la sottise de la domestique, qui était sortie en son absence et qui n'avait même pas été capable de donner des instructions pour qu'on fît attendre Christophe (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p. 565).Remettant ma copie in-extenso à Guillaume Apollinaire qui se bornait à y pratiquer des coupes sombres (ce qui avait le don de me mettre en rage!) (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p. 381).
[Avec prendre] Prendre de la rage, une rage (+ adj.). Il surveilla Maria, elle s'en aperçut et en prit de la rage. Ils en vinrent aux coups (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 20).
(Être) pris de rage. Je me trouvai dans un état comparable à celui d'un homme pris de rage contre une femme aimée de lui et qui, soudain, voit un hasard le priver de toute issue: mettons l'arrivée d'un visiteur (G. Bataille,Exp. int., 1943, p. 194).
Se prendre de rage. Quand il pensait (...) que tout était fini, qu'on l'emportait dans la terre, il se prenait d'une rage farouche, noire, désespérée (Flaub.,MmeBovary, t. 2, 1857, p. 194).Il se prit de rage lui aussi contre tant de malencontre. Il se retourna tout d'une pièce pour que sa mère ne vît pas ses premières larmes et il se jeta dans la porte ouverte (Drieu La Roch.,Rêv. bourg., 1937, p. 109).
SYNT. Éprouver de la rage, une rage (+ syntagme déterm.); sentir de la rage; la rage dévore, étouffe, emporte, saisit qqn; la rage s'empare de qqn, monte en qqn (au cœur, à la gorge de qqn); qqn assouvit, passe sa rage sur qqc., s'emporte, s'exalte jusqu'à la rage; rage aveugle, blanche, contenue, folle, froide, furieuse, impuissante, intérieure, muette, rentrée, sombre, sourde; male rage; rage homicide, meurtrière; crever, crier, écumer, étouffer, frémir, grincer des dents, hurler, pleurer, serrer les poings, suffoquer, trépigner de rage; être blanc, blême, écarlate, fou, ivre, pâle, plein, vert de rage; cri, hurlement, larme de rage; colère, délire, désespoir, douleur, fiel, fureur, haine, jalousie, rancune, violence et rage.
2. P. méton. Accès de rage. Les rages d'un enfant. Soudain une rage me prenait, et m'emparant des pincettes, je fondais sur le monstre, le lardant de coups au flanc et au ventre (Lorrain,Sens. et souv., 1895, p. 116).Une rage terrible le secoua: il tremblait (Green,Moïra, 1950, p. 32):
3. Et, tout d'un coup, comme ils passaient près d'un talus gazonné, dans un chemin désert, et qu'elle l'y entraînait, s'allongeant, le besoin monstrueux le reprit, il fut emporté par une rage, il chercha parmi l'herbe une arme, une pierre, pour lui en écraser la tête. D'une secousse, il s'était relevé, et il fuyait déjà, éperdu... Zola,Bête hum., 1890, p. 281.
[Combiné avec différents verbes] Avoir, prendre une rage, des rages; piquer une rage; jeter qqn dans les rages (+ adj.). Le mutisme obstiné de Désirée (...) son indifférence toujours croissante à soigner les plats, jetèrent Vatard dans des rages sourdes qui compromirent ses digestions (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 198).Le peintre prit une rage. − Je ne sais pas, criait-il, ce que vous appelez l'intelligence (Duhamel,Désert Bièvres, 1937, p. 221).
B. −
1. [Constr. avec un compl. désignant un sentiment ou une expression] Caractère très violent, très intense de quelque chose. De par la rage de sa passion partout (Faure,Hist. art, 1921, p. 135).De par la rage de sa passion Jacques eût eu acquis des boutons sur la face s'il n'eût eu Martine pour s'exercer tout en pensant à Dominique (Queneau,Loin Rueil, 1944, p. 172).
2. [Constr. avec un compl. ou un adj. désignant un sentiment ou une sensation] Accès, bouffée très violent(e), très intense de quelque chose.
[Constr. avec un compl. prép.] Rage d'ambition, de dégoût, de désespoir, d'ennui, de fureur, de jalousie. L'envie de tuer me court dans les moelles. Cela est comparable aux rages d'amour qui vous torturent à vingt ans (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Fou, 1885, p. 1016).Une rage de faim les soulevait, comme si, brusquement, ils ne pouvaient attendre davantage, sans expirer sur cette route (Zola,Germinal, 1885, p. 1450).
[Constr. avec un adj.] Rage amoureuse, rancunière, vengeresse. Ils vécurent (...) dévorés de soucis, de rage ambitieuse, ou se coupèrent le cou, las de mentir, de tromper (Courier,Pamphlets pol., Réponses aux anon., 1, 1822, p. 149):
4. Il l'aimait plus ardemment que jamais. Dans sa jalouse rage, la soupçonnant, non sans vraisemblance, d'envoyer et de recevoir des lettres, il jura de les intercepter, rétablit le cabinet noir, jeta le trouble dans les correspondances privées... A. France,Île ping., 1908, p. 380.
C. −
1.
a) Ardeur forcenée à faire quelque chose. Mettre de la rage à faire quelque chose. Elle était retombée dans son mutisme, sa froide indifférence et sa rage au travail (...) où elle endormait les pensées obscures de sa trouble nature (Rolland,J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1358).La sottise des subordonnés fit le reste, et leur rage à montrer du zèle (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 186).
[Combiné avec avec] Rare. L'adroite Morisque et quatre ouvrières, levées avant le jour avaient cousu avec rage (Sand,Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 286).
[Constr. avec un compl. à l'inf. introd. par de] Rage d'aimer, d'écrire, de vivre.
b) [Avec une valeur dépréc.] Passion (individuelle ou collective) immodérée pour quelque chose, manie (individuelle ou collective) de faire quelque chose. Synon. folie, fureur, manie.J'ai voulu, oui, voulu absolument tenter de renverser cette marche uniforme; la nouveauté est ma rage (Musset,Nuit vénit., 1834, 2, p. 36).Bonjour, ma chère Madame Vigneron, allons, embrassez-moi. C'est plus qu'une mode ici, c'est une rage, on s'embrasse toutes les cinq minutes (Becque,Corbeaux, 1882, i, 4, p. 71).V. érotomanie ex. de Courier.
[Constr. avec un compl. nom. introd. par de; plus rarement pour] J'avais heureusement alors la rage du grec; je traduisais L'Odyssée et la Cyropédie jusqu'à deux heures (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 162).Mon frère est pris d'une rage pour la chasse et je reste, comme Job sur son fumier, à gratter ma vermine (Flaub.,Corresp., 1860, p. 405).
[Constr. avec un compl. à l'inf. introd. par de] Quand un jeune homme est amoureux (...) il devient indécent (...) et a la rage de se promener tout nu (Boylesve,Leçon d'amour, 1902, p. 208).Ce sont des excentriques. Ils ont la rage de se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas (Barrès,Cahiers, t. 13, 1921, p. 106).V. corporiser ex. de Barbey d'Aurevilly.
[Constr. avec un adj.] Maxime va recommencer ses rages photographiques (Flaub.,Corresp., 1850, p. 167).
Faire rage. Être l'objet d'un engouement collectif. Synon. faire fureur.Mes portraits faisaient rage: ne voilà-t-il pas le commandant qui a envie d'avoir le sien! Je fais son portrait, je fais le portrait de sa femme, d'après un daguerréotype (Goncourt,Journal, 1872, p. 868).« L'antique » faisait rage dans les arts et donc dans la mode (Brillant,Probl. danse, 1953, p. 184).V. fureur B 3 b ex. de Maurras.
C'est plus de l'amour, c'est de la rage (expr. fam.). Voir Giono, Baumugnes, 1929, p. 194.
2. P. méton.
a) Moment où l'on s'adonne avec passion à quelque chose. Ragu, qui s'était attardé dans une rage de travail, demeurait seul (Zola,Travail, t. 2, 1901, p. 31).Migraines, rages de travail, paresses, goût de vivre, et Marinette est toujours au centre (Renard,Journal, 1906, p. 1063).
b) Synon. de épidémie (v. ce mot B).Cette rage de mouchardise fit d'incroyables progrès (Vidocq,Mém., t. 3, 1828-29, p. 227).Je vous annonce une rage de suicides contre laquelle vous ne pourrez rien (Bernanos,M. Ouine, 1943, p. 1525).
D. − P. anal., littér.
1. Déchaînement brutal et violence soutenue (d'un phénomène physique, d'un fléau). Redoubler de rage. Je (...) m'en irai droit à Paris si je ne m'arrête en Suisse, comme je fis l'an passé pour fuir la rage de la canicule (Courier,Lettres Fr. et Ital., 1810, p. 823).Il s'y mêle [au bruit des camions] le tambourinement de la pluie fouettante et la rage du vent contre les pauvres arbres de la route (Loti,Vertige mond., 1917, p. 215):
5. Que toutes les rages de la tempête Se déchaînent sans vous vaincre la tête; Et que la vie, avec ses ouragans déments, Vous reste chère, immensément, Ainsi qu'une admirable et tragique conquête. Verhaeren,Mult. splendeur, 1906, p. 143.
[Combiné avec avec, sans] La foudre éclate avec moins de rage sur les sommets de l'Apennin (Chateaubr.,Martyrs, t. 1, 1810, p. 289).La pluie s'écroula en blocs de plus en plus pesants pendant une quarantaine d'heures; sans rage; avec une sorte de paix tranquille (Giono,Hussard, 1951, p. 220).
Faire rage. Se déchaîner brutalement et avec une violence soutenue. La fusillade, l'incendie, la mer, le soleil, la tempête, le vent fait rage. L'ouragan fit rage, ils furent battus par un effroyable déluge (Zola,Débâcle, 1892, p. 122).La bataille (...) faisait rage en Tunisie (De Gaulle,Mém. guerre, 1956, p. 93).
[Le suj. désigne la source d'un bruit] Nous étions attablés au Dupont-Latin, sur le Boul'Mich', au milieu d'une foule d'étudiants criards (...). Le pick-up faisait rage (Abellio,Pacifiques, 1946, p. 383).
2. Une rage de (suivi d'un subst. au plur.). Synon. déchaînement.En ce moment la bastonnade, multipliée par cent mains, fit du zèle, les coups de plat de sabre s'en mêlèrent, ce fut comme une rage de fouets et de bâtons; les galériens se courbèrent (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 109).Le village, les bêtes, toute cette marée de vie qui débordait, engloutit un instant l'église sous une rage de corps faisant ployer les poutres (Zola,Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1488).
Prononc. et Orth.: [ʀa:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1100 « violent transport de colère » (Roland, éd. J. Bédier, 747); 1130-40 plains de rage (Wace, Vie de Sainte Marguerite, 235 ds T.-L.); b) 1erquart xiiies. p. métaph. en parlant du vent (Reclus de Molliens, Charité, 59, 9, ibid.); 1671 faire rage id. (La Fontaine, Imitation d'Anacréon ds Littré); 2. ca 1160 « passion violente pour quelque chose » (Enéas, 813 ds T.-L.); 3. 1erquart xiiies. « douleur violente » (Reclus de Molliens, Miserere, 61, 12, ibid.: De si grant famine le rage); fin xives. en parlant d'un mal de dents (Jehan Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 281); 1549 rage de dens (Est.). II. 1288 avoir rabe « être enragé » (Jacquemart Gielee, Renart le Nouvel, éd. H. Roussel, 3289); 1360-70 rage (Baudouin de Sebourc, XI, 746, éd. Brocca). Du lat. pop. *rabia, altér. du lat. class. rabies « rage (maladie) »; fig. « transport furieux, fureur ». Fréq. abs. littér.: 2 863. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 308, b) 5 191; xxes.: a) 5 251, b) 3 411.

Rage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

rage \ʁaʒ\ féminin

  1. (Médecine) Maladie (nommée aussi hydrophobie) dont sont affectés les chiens, plus rarement les loups et les chats, et qui peut se communiquer aux autres animaux et même à l’être humain ; caractérisée par le besoin de mordre, par des convulsions et par une salivation propre à inoculer la maladie.
    • L’œuf pondu le vendredi saint préservait de la foudre, mangé il garantissait de la fièvre ou de la rage […]. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • Quand une personne en mord une autre, on doit tout de suite penser à la rage : c’est pourquoi j'estimais qu'il serait prudent de les envoyer tous les deux chez ce M. Pasteur, qui avait guéri le berger Jupille dans mon livre de Leçons de Choses ; sinon leur vie risquerait de se terminer par une atroce bataille de vieillards enragés, dont on parlerait dans le journal. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 63)
    • La rage. L’homme est infecté par la salive d’un animal enragé. Il est infecté s’il est mordu ou lorsque la salive de l’animal pénètre dans son sang par une blessure ou une égratignure. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 278)
  2. (Par hyperbole) Crise douloureuse.
    • Rage de dents.
  3. Excès dans l’action.
    • Le vent, qui parfois mollissait, reprenait bientôt avec plus de rage, au milieu de grains de grêle et de neige. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, chap. 19, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 184)
  4. (Figuré) (Plus courant) Violent transport de dépit, de colère, de haine, de cruauté, etc.
    • Pendant qu’il se débondait avec rage dans un besoin d’évacuer toute sa purulence, les autres écoutaient, vivement intéressés, presque apitoyés. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 18)
    • Il n’alla pas non plus de leur côté, parce qu’il sentait bouillonner au-dedans de lui un trop-plein de rage et d’appréhension, et qu’il éprouvait le besoin de tirer sur ces deux hommes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 354 de l’éd. de 1921)
    • Il écume de rage. — Il a eu un violent accès de rage.
    • Il a passé sa rage sur le premier venu. — Il était au comble de la rage.
    • Il étouffait de rage. — Sa rage s’est calmée, s’est apaisée.
  5. (Figuré) (Familier) Violente passion ; penchant outré ; goût excessif.
    • Cet homme a la rage du jeu.
    • Il a la rage de parler.
    • Il a la rage d’écrire, de faire des vers.

Forme de verbe

rage \ʁaʒ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rager.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rager.
    • Pris de désirs indépendants, Si l’un d’eux se décarapate, Le marchand, brutal, le prend dans Sa grosse patte, Et rejette au milieu du tas Cet être mou qui fait le brave… Lui, ça le met dans des états !… Il rage ; il bave !… — (journal Le Rire, 1906)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rager.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rager.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAGE. n. f.
T. de Médecine. Maladie dont sont affectés les chiens, plus rarement les loups et les chats, et qui peut se communiquer aux autres animaux et même à l'homme; elle est caractérisée par le besoin de mordre, par des convulsions et par une salivation propre à inoculer la maladie. Écumer de rage. On ne connaissait pas de remède contre la rage avant la découverte de Pasteur. Cette maladie se nomme aussi Hydrophobie. Rage blanche, La rage ordinaire, où le chien enragé écume et mord. Rage mue, La rage où l'animal atteint de cette maladie écume sans mordre ni aboyer. Prov. et fig., Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage, On trouve aisément un prétexte quand on veut quereller ou perdre quelqu'un. On dit aussi : Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. Par exagération, Rage de dents, Crise douloureuse d'un mal de dents.

RAGE signifie au figuré Violent transport de dépit, de colère, de haine, de cruauté, etc. Exercer sa rage contre quelqu'un. Assouvir sa rage. Satisfaire sa rage. Ce discours a excité, a rallumé sa rage. Il a la rage dans le cœur. Il écume de rage. Il a eu un violent accès de rage. Il a passé sa rage sur le premier venu. Il était au comble de la rage. Il étouffait de rage. Sa rage s'est calmée, s'est apaisée. Il se dit aussi, figurément et familièrement, d'une Violente passion, d'un penchant outré, d'un goût excessif. Cet homme a la rage du jeu. Il a la rage de parler. Il a la rage d'écrire, de faire des vers. Fig., Faire rage, Faire des efforts extraordinaires, faire tout son possible, se signaler en quelque chose; il se dit en bien et en mal. L'avocat en plaidant a fait rage contre la partie adverse. Il se dit surtout, figurément, des Choses. Le vent, la tempête fait rage. La bataille, l'émeute faisait rage.

Rage : définition du Littré (1872-1877)

RAGE (ra-j') s. f.
  • 1 Terme de médecine. Maladie particulière au genre chien, qui se caractérise par le désir de mordre, des accès de fureur et une salive propre à inoculer la maladie. L'horreur des liquides n'est pas constante dans la rage. La rage inoculée à l'homme par une morsure ne se guérit, quoi qu'on dise, par aucun remède, sinon par la cautérisation pratiquée aussitôt. On n'est pas toujours attaqué de la rage ou de la peste ; il suffit souvent qu'un ministre d'État enragé ait mordu un autre ministre, pour que la rage se communique dans trois mois à quatre ou cinq cent mille hommes, Voltaire, Dial. XXIV, 11.

    Rage blanche, celle où le chien écume et mord.

    Rage mue, voy. MUE 2. Mais parlons de cette sagesse qui me paraît une folie mue, comme une rage mue ; c'est un fond de rage muette, un chien ne paraît point enragé, il semble qu'il soit sage, et cependant il est profondément dévoré de cette rage, Sévigné, 566.

  • 2 Par exagération. Douleur violente. Avoir une rage de dents. L'ivrogne et le gourmand recevront leurs supplices Du souvenir amer de leurs chères délices ; Et ces repas traînés jusques au lendemain Mêleront leur idée aux rages de la faim, Corneille, Imit, I, 24.
  • 3Violent transport de colère, de dépit, de cruauté. Mais voyez que sa mort mettra ce peuple en rage, Corneille, Poly. V, 1. Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, La Fontaine, Fabl. II, 11. Il [le coq] aiguisait son bec, battait l'air et ses flancs, Et, s'exerçant contre les vents, S'armait d'une jalouse rage, La Fontaine, ib. VII, 13. Quelle rage aux Messinois d'avoir tant d'aversion pour les pauvres Français, qui sont si aimables et si jolis ! Sévigné, 28 mars 1676. Ô Alger [bombardé par Duquesne], dans ta brutale fureur tu te tournes contre toi-même, et tu ne sais comment assouvir ta rage impuissante, Bossuet, Mar.-Thér. La colère dans l'âme, et le feu dans les yeux, Il distilla sa rage en ces tristes adieux, Boileau, Sat. I. Et moi, pour mon partage Je n'emporterais donc qu'une inutile rage, Racine, Andr. III, 1. Télémaque… sortit en frémissant de rage, Fénelon, Tél. XVI.

    De rage, par rage. Aimer nos ennemis avec idolâtrie, De rage en leur trépas maudire la patrie, Corneille, Hor. V, 3. Pour lui [Ver-vert] sœur Thècle oubliait les moineaux ; Quatre serins en étaient morts de rage, Gresset, Ver-vert, ch. I.

    Fig. et familièrement. Faire rage, faire un grand désordre. Les soldats ont été chez lui, et y ont fait rage.

    Faire rage contre, assaillir violemment. Le vent, la pluie et l'orage Contre l'enfant faisaient rage, La Fontaine, Imitat. d'Anacr.

    En un autre sens, faire rage, se signaler, faire des prouesses, en bien comme en mal. Encore une fois, monsieur, je vous supplie très humblement de faire rage [en sollicitant une affaire], Voiture, Lett. 147. Ceux qui font rage de la lyre, J'entends les poëtes divins, Scarron, Virg. VI. Certes, vous faites rage, et payez aujourd'hui D'un jugement très rare et d'un bonheur extrême, Molière, l'Ét. I, 8. Cléante : L'affaire ne se fera point ? - La Flèche : Pardonnez-moi ; notre maître Simon, le courtier qu'on nous a donné, homme agissant et plein de zèle, dit qu'il a fait rage pour vous, Molière, l'Av. II, 1. Toute la musique de l'opéra y fait rage, Sévigné, 113. Par intervalles Le singe faisait rage et cognait ses timbales, Hugo, Contemplations, I, 22.

    On a dit aussi faire des rages. C'est un drôle qui fait des rages, Molière, Amph. II, 1.

    Dire rage de quelqu'un, en dire tout le mal possible. Battre sa femme, et dire au peintre rage, La Fontaine, Rém. Le duc de Rohan descend le degré, disant rage et injure à son intendant, Saint-Simon, 173, 51.

    On trouve aussi dire des rages. Il disait même des rages de Votre Majesté, et puis tout d'un coup il se radoucissait, mais jamais pour M. le Cardinal, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 41, dans POUGENS. On dit des injures, des mépris… des plaintes, des rages…, Sévigné, 20 oct. 1679.

    Rages au pluriel. Qui n'ouït la voix de Bellone, …Et, déjà les rages extrêmes, Par qui tombent les diadèmes, Faire appréhender le retour De ces combats…, Malherbe, III, 3. Je porte, malheureux, après de tels outrages, Des douleurs sur le front, et, dans le cœur, des rages, Corneille, Suiv. III, 4. Déployez toutes vos rages, Princes, vents, peuples, frimas, Boileau, Od. I. Le songe de Polyeucte a satisfait leurs rages… Rages ne se dit plus au pluriel ; je ne sais pourquoi ; car il faisait un très bel effet dans Malherbe et dans Corneille, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Poly. I, 3.

    Rage pourrait, dans l'occasion, se dire encore très bien au pluriel.

  • 4 Fig. Goût excessif, penchant outré. Si vous êtes au-dessus de la rage de la bassette, si vous vous possédez vous-mêmes, Sévigné, à Bussy, 18 déc. 1678. Sans mentir, l'avarice est une étrange rage, Boileau, Sat. IV. Avec la rage de la cour, Mme Dufresnoy ne pouvait être dame et ne voulait pas être femme de chambre, Saint-Simon, 7, 93. Il vous a dit qu'il était veuf ! hé ! parbleu, sa femme m'a dit qu'elle était veuve ; ils ont la rage tous deux de vouloir être veufs, Lesage, Turcaret, V, 10. La rage de parler est encor plus pressante, Destouches, Phil. marié, I, 2. La rage d'imprimer ses vers est une étrange chose ; mais ce n'est pas à moi de la condamner, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 19 avr. 1775. La rage des remontrances et des projets sur les finances a saisi la nation, Voltaire, Lett. Chauvelin, 18 sept. 1763.

    Fig. et familièrement. Aimer à la rage, jusqu'à la rage, aimer avec excès. Ce portrait-là n'est pas fort à votre avantage ; Mais, malgré vos défauts, je vous aime à la rage, Destouches, Phil. marié, II, 2. J'aime surtout les vers, cette langue immortelle, C'est peut-être un blasphème, et je le dis tout bas : Mais je l'aime à la rage, Musset, Namouna, II.

    À la rage, se dit aussi d'autres sentiments violents. Sa femme qui était jalouse à la rage, Voltaire, Candide, 24.

    PROVERBE

    Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage, ou qui veut noyer son chien l'accuse de la rage, voy. CHIEN.

HISTORIQUE

XIe s. Al cors vus est entrée mortel rage, Ch. de Rol. LVII.

XIIe s. Par Deu, seigneur, fait-il, moult pensa grant folage, Qui à Charle loa tel conseil et tel rage, Sax. XXVI.

XIIIe s. Quant cele rage m'ot si pris, Dont maint ont esté entrepris, la Rose, 1631. Dous-Pensers ainsinc assouage [soulage] Les dolors d'Amors et la rage, ib. 2678.

XIVe s. Qui le chien veult ochirre, tuer et mehaingnier, La rage le met seure ; se le fiert d'un levier, Baud. de Seb. XI, 746. S'il avenoit que aucun qui eust fait testament se mist à mort par desespoir, par rage de chef, par maladie…, Bouteiller, Somme rural, p. 598, dans LACURNE.

XVe s. Et lors il est plus que martir ; Car son mal vault trop pis que raige, Orléans, Ball. 3.

XVIe s. On nous dit que dedans Peronne Florenge a fait et feu et raige, Marot, II, 152.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rage : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAGE, s. f. (Maladie.) voyez l’article Hydrophobie. On en distingue de sept sortes pour les chiens.

1°. La rage mue : le chien qui en est attaqué, ne veut point manger, ouvrant toujours la gueule comme s’il avoit quelque embarras dans le gosier, qu’il tâche d’ôter avec sa patte ; il cherche les endroits frais, & se jette dans l’eau quand il en trouve.

Remede. Prenez de la racine de passe-rage, du jus de rhue, & du jus d’hellebore noir, de chacun le poids de quatre écus : mettez le tout dans un pot de terre verni, où vous le laisserez pendant quelque tems ; & après l’avoir passé dans un linge, mettez la liqueur dans un verre avec du vin blanc : ajoutez-y deux dragmes de scamonnée non préparée : faites avaler ce remede au chien en lui tenant la gueule enhaut ; saignez-le aussi-tôt à la gueule, laissez-le reposer, & votre chien guérira.

2°. Rage tombante. Le chien qui en est attaqué ne peut se soutenir, & tombe à chaque instant à terre.

Remede. Prenez des feuilles ou de la graine de beone, de jus de croisette, du jus de racine du parc, de chacun le poids de quatre écus ; & quatre dragmes de staphisaigre : mêlez le tout ensemble, & faites avaler cette mixtion au chien, après quoi il faut lui fendre les deux oreilles, ou bien le saigner aux erres.

3°. Rage endormie. Le chien attaqué de cette maladie se tient toujours couché, & veut toujours dormir.

Remede. Prenez le poids de six écus de jus d’absinthe, le poids de deux écus de poudre d’aloës, le poids de deux écus de corne de cerf brûlée, deux dragmes d’agaric, & le poids de six écus de vin blanc : mêlez le tout ensemble, & le faites avaler au chien.

4°. La rage efflanquée. Cette maladie n’attaque que les vieux chiens ; leurs flancs sont fort resserrés, & leur battent continuellement.

Cette rage est incurable, & il faut tuer le chien.

5°. Rage rhumatique. Le chien attaqué de cette maladie a la tête enflée & les yeux si gros, qu’ils lui sortent de la tête.

Remede. Prenez du fenouil, faites-en une décoction dont vous prendrez le poids de six écus ; faites une autre décoction de gui, dont vous prendrez le poids de quatre écus ; faites-en encore une de lierre, dont vous prendrez le poids de quatre écus ; & prenez aussi le poids de quatre écus du jus de polipode : mêlez le tout ensemble dans un poëlon : faites-le bouillir avec vin blanc ; & lorsque ce breuvage sera refroidi, faites-le prendre au chien, & laissez-le ensuite en repos.

6°. Rage chaude. Le chien attaqué de cette maladie porte la queue toute droite ; il se jette indifféremment sur toutes sortes d’animaux, sans prendre garde où il se jette ; sa gueule est toute noire, & n’a point d’écume : c’est la plus à craindre. Il n’y a point de remede, il faut tuer le chien enragé.

7°. Rage courante. Le chien qui en est attaqué porte la queue entre les jambes, & marche comme un renard ; il ne se jette que sur les chiens, sans toucher aux autres animaux, ni aux hommes. Il n’y a point de remede.

Remede pour empêcher que les chiens mordus ne deviennent enragés. Prenez du lait de vache nouvellement tiré ; faites-y tremper de la pimprenelle sauvage, & faites-en boire aux chiens tous les matins pendant neuf jours.

Rage, (Passion.) c’est l’excès de certaines passions violentes, telles que l’amour, la haine, la colere. On aime & l’on hait à la rage. Il y a des hommes qui dans la colere ressemblent à des enragés. Le mot rage s’applique encore à certains penchans outrés & malheureux. On dit d’un mauvais poëte qu’il a la rage de faire des vers, de les réciter. Il a la rage de parler de cette affaire, qu’il n’entend point.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rage »

Étymologie de rage - Littré

Bourg. raige ; provenç. rabia, ratje ; espagn. rabia ; ital. rabbia ; du lat. rabies, qu'on rattache à la racine sanscrite rabh, agir violemment, désirer. Palsgrave, p. 9, dit que raige se prononce par exception rage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rage - Wiktionnaire

Du latin populaire *rabia, altération (par changement de déclinaison) du latin rabies (« rage »), au propre comme au figuré.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rage raʒ play_arrow

Citations contenant le mot « rage »

  • Aujourd’hui, plus que jamais, on a la rage de résister, la rage d’aimer, et la rage de vivre. Aujourd’hui, on dévie, et on revit. Libération.fr, La rage de vivre - Libération
  • Selon l'hebdomadaire, le chat s'est aussi montré agressif avec le vétérinaire qui a reconnu dans le comportement de l'animal les symptômes du virus de la rage. Il a alors envoyé le félin dans une structure spécialisée dans les problèmes neurologiques. L'animal meurt sur place mais une partie de son cerveau est étudiée par un institut de Padoue, raconte encore Courrier international. Le chat est alors déclaré positif à un type de Lyssavirus, "proche de celui qui provoque la rage".   LExpress.fr, En Italie, un chat contracte un virus rare proche de la rage et inquiète les autorités - L'Express
  • Mais beaucoup de médecins sont encore sceptiques. Alors, pour les convaincre, il décide d'adapter sa méthode à une maladie humaine. Il choisit le virus de la rage, qu'il teste une première fois sur un petit garçon le 6 juillet 1885. Joseph Meister, mordu par un chien enragé. L'enfant est sauvé. Pasteur devient un héros dans l'opinion publique. RTL.fr, Vaccin contre la rage : en 1885, Louis Pasteur met fin à la psychose
  • Une femme a été attaquée dans son lit par un renard le 19 juillet 2020 sans être mordue. L'animal a été rapidement capturé par la police et testé positif pour la rage le 22 juillet. Des cas d'exposition humaine à la rage continuent d'être signalés aux Etats-Unis, Des cas d'exposition humaine à la rage continuent ... - MesVaccins.net
  • La contamination de l'homme se fait exclusivement par un animal au contact de la salive par morsure, griffure, léchage sur peau excoriée ou sur muqueuse (œil, bouche). L'animal peut devenir contagieux 15 jours avant l'apparition des premiers symptômes de la maladie et il le reste jusqu'à sa mort. Si l'animal est en vie et ne présente pas de symptômes après une période d'observation de 15 jours à partir de la date d'exposition (morsure ou autre exposition), il n'a pas pu transmettre la rage à la personne mordue. Un homme meurt de la rage au Penjab, Pakistan, Un homme meurt de la rage au Penjab, Pakistan - MesVaccins.net
  • Quelle rage a-t-on d'apprendre ce qu'on craint toujours de savoir ! De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Barbier de Séville
  • Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. De Molière / Les Femmes savantes
  • L'éclat de rire est la dernière ressource de la rage et du désespoir. De Victor Hugo / Faits et croyances
  • On ne s’accuse de la rage que pour faire croire que l’on sait mordre. De Laurent Rochut / Peine perdue
  • Peut-on traiter d’hypocrite un homme qui essaie de sourire malgré une rage de dents ? De Grégoire Lacroix / Les euphorismes de Grégoire - 2
  • L'intolérance des tolérants existe, de même que la rage des modérés. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la Mer
  • La faim est toujours suivie de ses satellites : la rage et le désespoir. De Jacques-Bénigne Bossuet / Sermon sur la bonté
  • Il n'y a pas de philosophe qui supporte avec sérénité une rage de dents. De William Shakespeare / Beaucoup de bruit pour rien
  • Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. De Jean de La Fontaine / Le Lion et le rat
  • Lorsque les mains sont liées, la rage monte au cerveau. De Oskar Panizza / Ecrits de prison
  • Une rage de dent commence toujours un samedi soir. De Loi de Murphy
  • Qui d'amour se prend, de rage se quitte. De Proverbe provençal
  • Qui veut un manteau de renard mourra de la rage. De Anonyme
  • Argent fait rage, amour, mariage. De Proverbe français
  • Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! Pierre Corneille, Le Cid, I, 4, Don Diègue

Images d'illustration du mot « rage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rage »

Langue Traduction
Corse furore
Basque amorrua
Japonais 怒り
Russe ярость
Portugais raiva
Arabe الغضب
Chinois 愤怒
Allemand wut
Italien rabbia
Espagnol rabia
Anglais rage
Source : Google Translate API

Synonymes de « rage »

Source : synonymes de rage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rage »



mots du mois

Mots similaires