Casuel : définition de casuel


Casuel : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CASUEL1, ELLE, adj. et subst. masc.

[Correspond à cas1]
A.− Adj. Qui est subordonné au hasard. Jouissance casuelle, impressions casuelles, profits casuels :
1. C'est une affaire privée que la beauté; l'impression de la reconnaître et ressentir à tel instant est un accident plus ou moins fréquent dans une existence, comme il en est de la douleur et de la volupté; mais plus casuel encore. Valéry, Variété 3,1936, p. 42.
Spéc., ADMIN. ANC. Emplois casuels, charges casuelles. ,,Emplois révocables, charges que des familles pouvaient perdre par la mort de ceux qui en étaient pourvus`` (Ac. 1835, 78). Droits casuels. ,,Profits fortuits, dans les fiefs, comme le droit d'aubaine, les lods et ventes, etc.`` (Littré). Parties casuelles. ,,Droits et revenus éventuels qui étaient perçus au profit de l'État pour les charges, alors vénales, de judicature ou de finance, quand elles changeaient de titulaire`` (Guérin 1892). Bureau établi pour le recouvrement de ces droits (Ac. 1835, 78). : payer une charge aux parties casuelles, une quittance des parties casuelles (Ac. 1835, 78). Charge vacante aux parties casuelles, aux profits casuels. ,,Charge qui vaquait au profit du roi`` (Lar. 19e, Lar. encyclop.). Dr. Condition casuelle. ,,Celle qui dépend du hasard, et qui n'est nullement au pouvoir du créancier ni du débiteur`` (Code civil, 1804, p. 211).
Emploi subst. masc. Séparer le superficiel du démonstratif, le casuel du nécessaire. Quelle noble ambition! (A. Arnoux, Rêverie d'un policier amateur,1945, p. 197).Des futurs contingents, des « casuels » (Hetman1969).
Rem. Casuel, appliqué à un animé ou à un inanimé, a ds la lang. pop. de certaines régions de France ainsi qu'en Belgique (du moins en Flandre) et au Canada, le sens de « fragile » et de « hasardeux » : la porcelaine est casuelle (Lav. Diffic. 1846); un poulain, mon gars, c'est c'qu'il y a d'pus casuel (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 140). Cf. casilleux.
B.− Subst. masc. Revenu aléatoire d'un emploi, d'un office, qui peut s'ajouter à un revenu régulier. Le Casuel académique d'un professeur [à l'Académie de Genève] (Amiel, Journal intime,1866, p. 539):
2. Titre grâce auquel les pharmaciens de la ville leur accordaient encore quelque confiance pour l'analyse, chichement rétribuée d'ailleurs, des urines et des crachats de la clientèle. Casuel bourbeux du savant. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 347.
Spéc. Rétribution aléatoire accordée au clergé pour l'exercice de certains ministères (baptêmes, bénédictions, funérailles, mariages). Le casuel d'une cure; riche casuel :
3. Tout ce que le bonhomme voulait de nous, c'était la légère rétribution que la générosité de nos parents ajoutait sans doute au mince casuel de son église. Lamartine, Les Confidences,1849, p. 95.
P. anal., arg.
1. Passes payantes que fait une fille en dehors de son souteneur (cf. Ch. Virmaitre, Dict. d'arg. fin-de-s., 1894, p. 58).
2. Rapport des chambres réservées aux passes [dans les hôtels pour prostituées] (cf. A. Simonin, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 77).
3. Chambres louées à l'heure (cf. Esn. 1966).
Prononc. et Orth. Cf. casuel2. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 adj. « fortuit, dû au hasard » (J. Le Fèvre, Lamentations Matheolus, I, 444, éd. van Hamel ds Gdf. Compl.); 2. a) xvies. parties casuelles « droits et bénéfices éventuels » (Comptes des Bâtiments du Roi, 1528-1571 [...] Paris, J. Baur, 1877-1880, II, 1562-68, 72 ds IGLF); b) 1669 subst. « profit ou bénéfice variable » (Nouv. dict. fr.-all. et all.-fr., A Basle pour J. H. Widerhold imprimé chez J. Bertsche et J. R. Genatte d'apr. FEW t. 2, p. 479b). Empr. au lat. casualis (v. casuel2) attesté dep. le ves. au sens de « fortuit, accidentel » (St Avit ds TLL s.v., 571, 80). Fréq. abs. littér. : 38.
DÉR.
Casuellement, adv.,vx et littér. D'une manière fortuite, le cas échéant. Je suppose que vous allez rendre visite tout à l'heure au petit monsieur (...). Parlez-lui de Buitton, casuellement (J. Romains ds Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.).[kɑzɥ εlmɑ ̃] ou [ka-]; cf. casuel2. Ds Ac. 1694-1932. 1reattest. 1468 (Guillaume Fillastre, La Thoison d'or, vol. 1, fo77 vods Gdf Compl.); de casuel, suff. -ement (-ment2*).

CASUEL2, ELLE, adj.

GRAMM., LING. Qui comporte des cas grammaticaux, ou se rapporte à eux (cf. cas2). Langue casuelle. ,,Langue qui a des affixes nominaux traduisant des fonctions grammaticales ou concrètes`` (Dub.). Flexion casuelle (d'un nom). ,,Ensemble des formes nominales constituant la déclinaison de ce nom`` (Dub.). Valeurs casuelles rendues par des prépositions (Saussure, Cours de ling. gén.,1916, p. 314):
C'est par un procédé tout semblable que les désinences de flexion (...), sont reliées dans la conscience et dégagent les notions plus générales de cas et de désinence casuelle. Saussure, Cours de ling. gén.,1916p. 190.
Prononc. et Orth. : [kɑsɥ εl] ou [ka-]. [ɑ] post. ds Passy 1914 ([ɑ ˑ] mi-long) et ds Pt Rob.; cf. aussi Fél. 1851 et DG. [a] ant. ds Pt Lar. 1968, Warn. 1968 et Lar. Lang. fr.; cf. aussi Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844 et Littré. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. Mil. xixes. (Renan ds Lar. 19e). Empr. au lat. casualis, terme de gramm. au sens de « relatif au cas » attesté dep. Varron (TLL s.v., 571, 54). Bbg. Darm. 1877, p. 191.

Casuel : définition du Wiktionnaire

Adjectif

casuel \ka.zɥɛl\

  1. (Peu usité) Qui se produit par suite de tel ou tel cas.
  2. (Droit) Qualifie la condition qui dépend du hasard, non de la volonté du créancier ou du débiteur.
  3. (Droit d’Ancien Régime) (Histoire) Qualifiait les droits, qui, sous l’Ancien Régime, donnaient des profits fortuits, dans les fiefs, comme le droit d’aubaine, etc.
  4. (Grammaire) Qui se rapporte aux cas des mots déclinés.
    • Les flexions casuelles.
  5. (Rare) Occasionnel.
    • On peut compter sur le casuel, il est vrai, puisque le voyage est pour durer cinq jours encore. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XXII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  6. (Ouest de la France) Fragile, cassable. [1] [2] [note : au Québec on parle d'une santé casuelle] [Ce régionalisme essentiellement nantais est souvent considéré comme fautif par les puristes de la langue française) [3].
    • Elle attachait de longs crins à quelques pièces de vaisselle casuelle,[...]. — (Walter Scott, Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (traduction de ) La démonologie, Éd.Furne, Pagnèrre, Perrotin, Paris 1863)
    • Mais on a donné, par abus, le sens de fragile, la porcelaine est casuelle, au lieu de dire la porcelaine est fragile. C'est une mauvaise locution qu'il faut éviter. — (Jean-Charles Laveau, Dictionnaire synonymique de la langue française, Éd. Alexis Eymery, Paris 1826)
    • CASUEL. — FRAGILE. Je n'aime pas a employer la porcelaine , parce qu'elle est trop fragile, et cela devient coûteux. Casuel en ce sens n'est pas français, quoique l'Académie l'indique comme populaire. — (Benjamin Legoarant, Nouvelle orthologie française, Éd. Manssut fils, Paris 1832)

Nom commun

casuel \ka.zɥɛl\ masculin

  1. Revenu variable suivant les circonstances, que l’on retire d’un office ou d’un emploi, par opposition au revenu, au gain fixe.
    • Mais il jouissait de tels avantages : chauffé à son aise, et gratis, éclairé de même ; avec le secrétariat de la mairie, la trésorerie de la Caisse d’Épargne, les arpentages, la chasse, son jardin, ses tenderies, son casuel était copieux. Il ne gagnait guère moins que son inspecteur primaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Elle ne dédaignait pas d'ajouter quelque casuel à la petite rente que lui servait la famille de ses anciens maîtres en allant de temps en temps visiter le linge du curé ou de quelque autre personnalité marquante du monde clérical de Combray.— (Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, tome 1 : Du côté de chez Swann, Première partie: Combray, 1913)
  2. (En particulier) (Religion) Recueil de rétributions perçues par un ecclésiastique à l’occasion de cérémonies ou d’administration de sacrements : baptême, mariage, sépulture, bénédiction, messe, etc.
    • L’évêché de Digne, quinze mille francs de fixe, dix mille francs de casuel, total, vingt-cinq mille francs. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Casuel : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CASUEL, ELLE. adj.
Qui se produit par suite de tel ou tel cas. Condition casuelle, Celle qui dépend du hasard, non de la volonté du créancier ou du débiteur. En termes de Grammaire, il signifie Qui se rapporte aux cas des mots déclinés. Les flexions casuelles. Il est aussi nom masculin et signifie Revenu variable, suivant les circonstances, que l'on retire d'un office ou d'un emploi, par opposition au revenu, au gain fixe.

Casuel : définition du Littré (1872-1877)

CASUEL (ka-zu-èl, è-l') adj.
  • 1Qui dépend des cas, des accidents. L'événement en est casuel, Bossuet, Imp. 3. Les choses morales, si compliquées, si casuelles, si changeantes, Fontenelle, Bernoulli. Ces jardins, ces campagnes, que vous tenez de moi, sont choses casuelles, Diderot, Essai s. Claude et Néron. Sans cette condition [qu'il n'y aurait pas d'impôt sur les rentes], les prêteurs n'auraient pas fait une disposition si casuelle de leurs capitaux, Mirabeau, Collection, t. IV, 254.
  • 2Droits casuels, profits fortuits, dans les fiefs, comme le droit d'aubaine, les lods et ventes, etc.

    Parties casuelles, droits et revenus éventuels ; et le bureau même où l'État faisait percevoir ces droits. Trésorier des parties casuelles. Charge vacante aux parties casuelles, charge qui vaquait au profit du roi. Emplois casuels, emplois révocables. Charges casuelles, charges non héréditaires.

  • 3 S. m. Le casuel, le gain, le revenu casuel, par opposition à gain, revenu fixe. De quelque valeur que soient les cures tant en fonds qu'en casuel, Bossuet, Lett. quiét. 84.

REMARQUE

Depuis quelque temps l'usage s'est introduit de donner à casuel le sens de fragile : la porcelaine est casuelle. Mais rien, ni dans l'étymologie, ni dans l'emploi ancien, ne justifie cette acception qui doit être évitée.

HISTORIQUE

XVIe s. Il advient souvent, par casuelle rencontre, des accidents du tout semblables les uns aux autres, Amyot, Sertor. 1. Quand ils veulent injurier quelqu'un, ils ne s'attachent point aux marques exterieures du corps, ny aux choses casuelles de la fortune, Amyot, Com. il faut lire les poët. 54. N'estant en ce mesnage, qu'accessoire ou parties casuelles, les fruits que ces arbres donnent, De Serres, 787.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CASUEL. Ajoutez :
4 Terme de grammaire. Qui se rapporte aux cas des déclinaisons. Une langue qui marche vers l'appauvrissement des désinences casuelles depuis les premiers textes où nous pouvons l'étudier, Bréal, Journ. des sav oct. 1876, p. 639. Les éléments employés dans les flexions casuelles sont loin d'être tous du même temps, ID. ib. p. 541.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Casuel : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CASUEL, Voyez Casoar.

CASUEL, adj. (Jurisprudence.) se dit de ce qui échet fortuitement. Ainsi un revenu casuel est celui qui dépend d’évenemens incertains qui arrivent ou n’arrivent pas ; ou qui arrivent tantôt plus souvent, tantôt plus rarement. Telle est la portion des revenus du roi, qui consiste en aubaines, confiscations, paulette, &c. Telle est encore celle des revenus des seigneurs, qui résulte des mutations des fiefs & terres qui relevent d’eux, comme quints, requints, reliefs, lods & ventes, desherences, amendes, &c. Voyez chacun de ces termes à leur rang.

On appelle casuel simplement, en sous-entendant le terme de revenu, les profits d’une cure qui ne sont point fixes, comme sont le baise-mains, les baptêmes, & enterremens. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « casuel »

Étymologie de casuel - Littré

Provenç. et espagn. casual ; ital. casuale ; de casualis, de casus, chute, accident, cas (voy. CAS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de casuel - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin casualis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « casuel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
casuel kazµɛl play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « casuel »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « casuel »

  • Le casuel, ce sont les offrandes versées lors des baptêmes, des mariages et des funérailles. Le montant pour l’année 2019 n’a pas été communiqué mais il représentait environ 1,5 million d’euros en 2018. « Cette somme permet notamment de couvrir une partie des frais liés à ces célébrations », indique Jacques Le Roux.  , Finistère : à quoi sert l'argent du denier de l'Eglise ? | Côté Quimper
  • La casuel correspond aux offrandes faites à l’occasion des baptêmes, mariages et sépultures. C’est avec le denier de l’Église, les quêtes et les offrandes de messes l’une des ressources d’un diocèse. Diocèse de Fréjus-Toulon, Soutenir l'église - Diocèse de Fréjus-Toulon
  • 40 à 50 millions d’euros au minimum, c’est le montant estimé de la perte des ressources de l’Église pendant la période du confinement, a annoncé hier, jeudi 4 juin, Ambroise Laurent, le secrétaire général adjoint de la Conférence des Évêques de France chargé des questions économiques. Un chiffre qui correspond à l’absence de quêtes, d’offrandes de messe et de casuels (dons à l’occasion des baptêmes, mariages et funérailles) pendant une dizaine de dimanches auxquels il convient d’ajouter la semaine sainte qui attire habituellement de nombreux fidèles. Les différents dispositifs de quête en ligne n’ont quant à eux récolté que 3 à 4 millions d’euros, soit l’équivalent de ce que rapportent, par dimanche, les quêtes en paroisses (3 à 5 millions selon les fêtes liturgiques). , L’Église de France lance un appel aux dons - Vie de l'Église - Église - famillechretienne.fr
  • Seconde ressource manquante, le casuel, l’offrande versée lors des célébrations de mariage, baptême ou funérailles. « Les mariages ont été reportés, les baptêmes et confirmations reprennent petit à petit et les funérailles ont été célébrées dans des circonstances si particulières qu’il n’était pas question de casuel. » Le manque à gagner se chiffre à 60 000 €. , Coronavirus | Le confinement a amputé les recettes du diocèse

Traductions du mot « casuel »

Langue Traduction
Portugais casual descontraído
Italien casuale
Espagnol gratificaciones
Anglais fortuitous
Source : Google Translate API

Synonymes de « casuel »

Source : synonymes de casuel sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « casuel »



mots du mois

Mots similaires