Difficile : définition de difficile


Difficile : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DIFFICILE, adj.

A.− [En parlant d'un inanimé] Qui n'est pas facile, se fait avec effort, peine.
1. Employé seul
a) [En parlant d'actes, de faits] Qui exige un effort, de l'habileté ou une autre qualité particulière. Entreprise, mission, tâche difficile. Synon. ardu, compliqué, délicat, malaisé; anton. simple.Exercices difficiles [au violon] (cf. acrobatique ex. 5).Réussir au billard un coup difficile (cf. Arland, Ordre, 1929, p. 484):
1. ... je me suis promis, toute petite fille encore que j'accomplirais une chose grande et difficile, que je me consacrerais à une de ces entreprises qui demandent une vie entière, que je ferais le sacrifice de ma vie, oui, que je donnerais toute ma vie à une œuvre de charité. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Combat contre les ombres, 1939, p. 186.
2. ... le sujet doit répartir en deux parts, dont l'une est destinée à l'éventuel partenaire, un travail composé d'éléments plus ou moins difficiles. Le paresseux donne au partenaire toutes les pièces difficiles. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 18.
SYNT. Maniement, manœuvre, travail difficile.
Spéc. [En parlant d'actes naturels] Qui se fait avec peine. Accouchement difficile; digestion, grossesse difficile. Synon. laborieux, lent, pénible.Mon sommeil est difficile, interrompu (Maine de Biran, Journal,1816, p. 249).
[En parlant d'un franchissement, d'un passage] Qui présente des obstacles, des dangers. Abord, accès, passage difficile. Synon. dangereux, périlleux.Périlleuse et difficile navigation sur les côtes d'Asie (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 198).
Au fig. Le passage de l'amour à l'amitié est toujours difficile (Staël, Lettres jeun.,1791, p. 442).
P. ext. Route difficile. Nous étions dans un chemin très difficile, fort étroit, à la file les uns des autres (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 327).
b) P. anal. ou au fig.
[En parlant d'époques, de circonstances] Qui donne de la peine, des tourments. Circonstance, conjoncture, position, situation difficile; âge difficile; temps difficiles; avoir des débuts difficiles. Synon. embarrassant, délicat, pénible, périlleux, sombre.Des moments difficiles, des moments durs, des moments de misère (Goncourt, Journal,1879, p. 48):
3. Le mal est que, des deux côtés, nous avons eu, tous deux, bien des années difficiles. Nous avons eu à lutter, à nous défendre; les ongles nous ont poussé comme à deux lionceaux qui, mis ensemble, réunis en bonne amitié, s'aiment et se griffent pourtant. Michelet, Journal,1849, p. 638.
[En parlant d'œuvres de l'esprit] Dont la compréhension, l'interprétation, la solution exige une tension d'esprit, des qualités intellectuelles. Étude, problème, texte difficile. Synon. complexe, épineux.La langue chinoise, l'une des plus difficiles du monde (Chateaubr., Génie,t. 2, 1703, p. 419):
4. ... l'examen n'était pas bien difficile; son cousin l'avait passé sans peine : on exigeait croyait-il, un peu de calcul, la connaissance du français et une bonne écriture. France, La Vie en fleur,1922, p. 439.
SYNT. Ouvrage, question, science difficile; sujet vaste et difficile. P. méton. auteur difficile. Celui dont les œuvres sont difficiles à comprendre.
P. ext. [En parlant d'obligations morales] Qu'on a du mal à assumer. Devoirs, vertus difficiles; morale difficile. Joies difficiles de l'amour et de la maternité (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 123).
2. Difficile + prép. ou que, conj.
a) [Dans des tournures impersonnelles]
Il est difficile (à qqn) de + inf. Il est difficile pour ne pas dire impossible de; il semble, il devient de plus en plus difficile de; il m'est difficile d'accepter. « Le bonheur, disait M. n'est pas chose aisée. Il est très difficile de le trouver en nous, et impossible de le trouver ailleurs » (Chamfort, Caract. et anecd.,1794, p. 158).La conversation tomba tellement bas qu'il était difficile de la ramasser (Champfl., Souffr. profess. Delteil,1855, p. 104):
5. ... vous l'avez juré, vous vivrez pour moi. Y a-t-il rien de plus misérable, que de songer sans cesse à quitter la vie? Pour un homme de votre caractère, il est si aisé de mourir! croyez-en votre sœur, il est plus difficile de vivre. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 1, 1803, p. 442.
6. ... s'il est difficile de définir la vie, il ne l'est pas moins de définir la mort. Rien n'est plus embarrassant, pour le biologiste, que de déterminer avec précision le moment où la vie abandonne un organisme. J. Rostand, La Vie et ses problèmes,1939, p. 107.
C'est difficile de + inf. Comme c'est difficile, d'être bon! et j'espère bien ne jamais y arriver (Renard, Journal,1905, p. 970):
7. « Vous plaisantez sans doute, monsieur, mais il est vrai que tous les hommes ont droit à notre admiration. C'est difficile, monsieur, très difficile d'être un homme. » Sartre, La Nausée,1938, p. 154.
P. ell. [Dans la conversation] C'est difficile; pas difficile! Raconte, ça ne sera pas difficile. Mais ce n'est pas tout de l'avoir [l'argent]. Il reste à le garder. Ça, c'est le plus difficile. C'est énormément difficile (Duhamel, Terre promise,1934, p. 27).
C'est difficile à + inf. en emploi abs. C'est, ce n'est pas difficile à dire; cela est difficile à faire, à réussir, à savoir. C'est difficile à faire comprendre (Soulié, Mém. diable,t. 1, 1837, p. 119).Rien n'est plus difficile à connaître que la constitution d'un individu donné (Carrel, L'Homme,1935, p. 293).
Il est difficile que + verbe au subj. (rare). Il est bien difficile que vous vous trompiez (Tocqueville, Corresp. [avec Gobineau], 1858, p. 295).
SYNT. (pour l'ensemble des constr.) Difficile à/de comprendre, concevoir, croire, dire, expliquer, imaginer, penser, reconnaître, résister, trouver, etc.
b) Difficile à + inf. d'un verbe trans. (gén. sans expr. de l'agent).[Qualifiant un mot fonctionnant à la manière d'un compl. d'obj. dir. de cet inf.]
[Se rapporte à un subst. concr.] Métal difficile à travailler, à manier; mot difficile à prononcer (Ac. 1798-1878). Pilule difficile à avaler; chemin, route difficile à suivre. Appétit plus difficile à apaiser qu'à satisfaire (Jouy, L'Hermite,t. 2, 1812, p. 59).Revues difficiles à se procurer (Du Bos, Journal,1924, p. 137).
[Se rapporte à un subst. abstr.] La chose est difficile à croire; sujet délicat difficile à traiter; terminologie difficile à comprendre. Texte difficile à expliquer (Ac. 1878-1932) Cf. abstrus ex. 9.La vérité d'abord est fort difficile à connaître, et il y a très peu d'hommes qui veuillent l'entendre (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 308):
8. La civilisation, messieurs, est un de ces faits-là; fait général, caché, complexe, très difficile, j'en conviens, à décrire, à raconter, mais qui n'en existe pas moins, qui n'en a pas moins droit à être décrit et raconté. Guizot, Hist. gén. de la civilisation en Europe,1releçon, 1828, p. 7.
P. ell. du verbe à l'inf. Demander l'orthographe des mots difficiles.
Proverbial et fig. Jeunesse est difficile à passer. ,,Dans la jeunesse, on a bien de la peine à modérer ses passions`` (Ac. 1835, 1878).
3. Emploi subst. masc. sing. avec valeur de neutre. Le difficile. Ce qui est difficile. Voilà le difficile à savoir; le difficile est de (cf. agacer ex. 9).Le difficile c'est de bouger d'ici; le plus difficile est fait, reste à faire :
9. En sortant du bureau du télégraphe, Leuwen eut l'idée de retourner chez M. l'abbé Disjonval. Le difficile était de retrouver la rue. Il se perdit en effet dans les rues de Caen et finit par entrer dans une église. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 3, 1836, p. 159.
B.− [En parlant d'une pers., d'un animé]
1. Qu'on a peine à contenter. Critique, public difficile; se montrer difficile; n'avoir pas le droit d'être difficile. Eh bien! c'est fini [la guerre] Les chefs sont contents, nous n'avons pas besoin d'être plus difficiles qu'eux (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 131):
10. ... il rioit des remarques que je faisois sur leur caractère, m'accusoit d'être trop difficile, et me prédisoit gaîment que je finirois comme la fille dont parle le bon La Fontaine. Fiévée, La Dot de Suzette,1798, p. 25.
11. Après cela, j'ai été voir M. Fourcy. L'école polytechnique, les rhumatismes, et l'ode à un savant ont employé toute la visite. Ce qui m'a semblé plaisant, c'est que sa bégueule de femme n'était que médiocrement contente de certains vers et m'avouait qu'elle était fort difficile. Michelet, Journal,1820, p. 121.
Difficile + prép. sur, dans (marquant l'obj. du contentement impossible) + subst.Être difficile sur le choix des mots (Ac. 1835-1932), dans le choix de ses relations.
Être difficile sur la nourriture. Souvent p. ell. gens difficiles; vous êtes difficiles! :
12. Emma devenait difficile, capricieuse. Elle se commandait des plats pour elle, n'y touchait point, un jour ne buvait que du lait, pur, et, le lendemain, des tasses de thé à la douzaine. Flaubert, MmeBovary,t. 1, 1857, p. 75.
[Avec l'art. déf.] Emploi subst. Faire le/la difficile. Se montrer dégoûté, délicat, dédaigneux. Mariez-vous. Ne faites pas la difficile (Balzac, Mais. Nucingen,1838, p. 630).
Spéc. [Sur la nourriture] Quoi? vous faites les difficiles? cette soupe est excellente (Bazin, Vipère,1948, p. 182).
2. Qui, par tempérament est peu agréable à ou pour son entourage. Quel ami quinteux et difficile! il a toujours quelque murmure sous la lèvre (M. de Guérin, Corresp.,1837, p. 297).
[P. méton. du subst.] Caractère, humeur, naturel difficile. C'était un homme simple et bienfaisant mais d'humeur changeante et difficile (Guéhenno, Jean-Jacques,1950, p. 42).
Spécialement
Enfant difficile. Enfant qu'on n'élève pas facilement (cf. aussi Lafon 1963). Synon. indocile, insubordonné; anton. facile, obéissant :
13. Daniel se plaint que cet enfant soit difficile, désobéissant. Mais si ce petit a du caractère, comment s'en étonner? et puis, il faut qu'un garçon ait de l'énergie, de la volonté... Martin du Gard, Les Thibault,Épilogue, 1940, p. 856.
[En parlant d'un animal, surtout d'un cheval] Dont les réactions sont imprévisibles, qui obéit mal. Cheval difficile. Taureau difficile (cf. Montherl., Bestiaires, 1926, p. 537). Si on pouvait me donner un animal un peu difficile, je serais enchanté (Maupass., Contes et nouv., t. 1, À cheval, 1883, p. 399).
3. Difficile à + inf. (gén. sans expr. de l'agent).Personne difficile à contenter, malade difficile à soigner; cheval difficile à ferrer, à monter. Je suis si difficile à connaître que je ne me connais même pas moi-même (Flaub., Souv.,1841, p. 100).
Loc. [Avec l'inf. d'un verbe intrans.] Personne difficile à vivre. Personne peu sociable, peu disposée aux arrangements :
14. ... elle est difficile à vivre (...); elle ne se payera pas de cela. − Eh bien! mon cher, qu'elle nous fasse un procès! voilà qui arrangera tout le monde! un procès, deux procès, vingt procès! que les tribunaux retentissent de ses plaintes! Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 261.
15. Le Français a passé par bien des choses, par la révolution, par la guerre. Un tel homme à coup sûr est difficile à conduire, difficile à associer. Pourquoi? Précisément parce que, comme individu, il a beaucoup de valeur. Michelet, Le Peuple,1846, p. 302.
En partic. Femme difficile à conquérir. [P. ell. de l'inf.] :
16. C'est pour cela que les femmes un peu difficiles, qu'on ne possède pas tout de suite, dont on ne sait même pas tout de suite qu'on pourra jamais les posséder, sont les seules intéressantes. Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 362.
Prononc. et Orth. : [difisil]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Av. 1380 « qui n'est pas facile » (Bersuire, Tite Live, ms. St Geneviève, fo333 vods Gdf. Compl.); p. ext. id. « difficile d'accès » (Id., ibid., fo331a, ibid. : Lieus estroiz et difficilz); 2. 1587 « exigent, qui n'est pas aisé à contenter, à fréquenter » (Lanoue, Discours politiques et militaires ds Littré : Ceste superbe nation ferait la difficile à entrer en alliance avec les chrestiens); 1661 « qui donne de la peine » (Corneille, Sertorius, 817 : De si hautes leçons, Seigneur, sont difficiles). Empr. au lat. class.difficilis « malaisé, pénible »; « chagrin, morose ». Fréq. abs. littér. : 9 250. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 12 358, b) 11 296; xxes. : a) 9 838, b) 16 825.

Difficile : définition du Wiktionnaire

Adjectif

difficile \di.fi.sil\ masculin et féminin identiques

  1. Non facile, qui nécessite un grand effort.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Qui est malaisé ; qui donne de la peine.
    • On fait aussi du pain, mais d'une digestion assez difficile, avec du seigle, de l’orge et même de l’avoine ; […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 117)
    • Envisagé du bord, un débarquement semblait d’autant plus difficile qu’outre les remous et les brisants qui encerclaient l’îlot, la configuration du rocher ne s’y prête guère. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Il est difficile que … (complétive sujet réel, avec ellipse d’un verbe d’opinion ou de sentiment) :
    • Il est difficile que des évêques, et des églises aussi considérables que celles d’Angers, du Mans et de Paris, eussenr été si faciles à se laisser corrompre, ou du moins à se laisser tromper. — (Dom Thierry Ruinart, Apologie de la mission de saint Maur, apôtre des bénédictins en France, chapitre IV ; Pierre de Bats, Paris, 1702, page 18)
    • Un problème difficile à résoudre.
    • L’accès de cette grotte est difficile.
    • Un cheval difficile.
    • Il est difficile de le contenter.
    • Temps difficiles, les temps de guerre, de désordres, de troubles, de disette, etc.
    • Un temps difficile à passer.
    • Être, se trouver dans une position, dans une situation difficile, être dans une position délicate, embarrassante.
    • Être difficile à vivre, être d’une humeur difficile, d’un caractère difficile.
      • (Figuré) Être difficile à manier, être d’une humeur fâcheuse, peu accommodante.
  3. Qui est exigeant, délicat.
    • La tête en l’air, qui suit à Oxford quelques cours de botanique, se prépare à devenir pasteur quand une chance imprévue s’offre à elle : on lui propose de partir, au titre d’homme de compagnie du capitaine Robert Fitz-Roy, âgé de vingt-six ans et au caractère difficile, pour un très long voyage d’étude. — (Jean d’Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde, 2010, ISBN 978-2-221-12336-2)
    • Être difficile sur la nourriture.
    • Être difficile sur le choix des mots.
    • Se montrer difficile.
    • Il est devenu bien difficile.
    • C’est un critique difficile, très difficile.

Nom commun

difficile \di.fi.sil\ masculin

  1. Personne exigeante.
    • Faire le difficile.

Adjectif

difficile \dif.fi.ˈt͡ʃi.le\ masculin

  1. Difficile.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Difficile : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIFFICILE. adj. des deux genres
. Qui est malaisé, qui donne de la peine. Un travail difficile. Une opération difficile. Une entreprise difficile, difficile à exécuter. Cela est difficile à faire comprendre. Ce passage, ce texte est difficile à expliquer. Un problème difficile à résoudre. Un homme de difficile abord. L'accès de cette grotte est difficile. Un cheval difficile. Il est difficile de le contenter. Il est difficile à contenter. Il me paraît difficile de mieux faire. Temps difficiles, Les temps de guerre, de désordres, de troubles, de disette, etc. On dit en un sens analogue Un temps difficile à passer. Des circonstances difficiles. On dit encore Être, se trouver dans une position, dans une situation difficile, Être dans une position délicate, embarrassante. Être difficile à vivre, être d'une humeur difficile, d'un caractère difficile, et figurément, Être difficile à manier, Être d'une humeur fâcheuse, peu accommodante. Il signifie aussi Qui est exigeant, délicat. Être difficile sur la nourriture. Être difficile sur le choix des mots. Se montrer difficile. Il est devenu bien difficile. C'est un critique difficile, très difficile. Il se dit familièrement et comme nom, dans le même sens, Faire le difficile.

Difficile : définition du Littré (1872-1877)

DIFFICILE (di-fi-si-l') adj.
  • 1Qui n'est pas facile. Il est difficile d'imaginer rien de plus beau. Vous avouerez à la fin qu'il n'y a peut-être rien de si difficile que de rendre hérétiques ceux qui ne le sont pas, Pascal, Prov. 18. Les fautes des sots sont quelquefois si lourdes et si difficiles à prévoir, qu'elles mettent les sages en défaut, La Bruyère, XI.
  • 2Difficile se dit aussi des lieux, chemins, fleuves dont le parcours n'est pas commode. Ainsi vous élargirez un peu les voies du ciel et rétablirez le chemin que sa hauteur et son âpreté rendront toujours assez difficile, Bossuet, Reine d'Anglet. L'entrée de la rivière de Surinam est assez difficile à cause de ses bancs de sable, Raynal, Hist. phil. XII, 27. Le Pérou est un pays très difficile, où il faut continuellement gravir des montagnes, marcher sans cesse dans des gorges et des défilés, Raynal, ib. VII, 5.
  • 3Qui donne peine, effort, labeur. Un travail difficile. Un problème difficile à résoudre. Un auteur, un texte difficile. De si hautes leçons, seigneur, sont difficiles, Corneille, Sertor. III, 2. La musique aujourd'hui n'est plus que l'art d'exécuter des choses difficiles, et ce qui n'est que difficile ne plaît point à la longue, Voltaire, Candide, 25.
  • 4Qui donne du tourment. Nos passions avaient été difficiles et pénibles ; notre vertu devient commode et tranquille, Massillon, Car. Passion. J'ai lieu de soupçonner qu'elle est dans une situation difficile, Marivaux, Marianne, XIe part.

    Temps difficiles, les temps de troubles, de misère et de guerre, durant lesquels les gouvernements ont peine à régir les peuples, et les particuliers à se conserver dans leur état et à vivre. Qu'on dise après cela que les temps sont difficiles, qu'on a bien de la peine à se maintenir dans son état, Bourdaloue, 3e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 101.

  • 5Homme difficile, difficile à vivre, homme d'un caractère exigeant, capricieux, peu liant, peu accommodant. Depuis quelque temps vous devenez si difficile à servir, Baron, Homme à bonnes fort. I, 4. Il fut, quelque temps après, obligé de répudier Azora, qui était devenue trop difficile à vivre, Voltaire, Zadig, 3.

    Cheval difficile, cheval ombrageux.

    Cheval difficile à ferrer, cheval qui résiste quand on veut le ferrer.

    Fig. Il est difficile à ferrer, se dit d'un homme qui se laisse difficilement persuader, conduire.

  • 6D'une délicatesse exigeante. Être difficile sur tout. Difficile sur le choix des mots. Ne soyons pas si difficiles ; Les plus accommodants, ce sont les plus habiles, La Fontaine, Fabl. VII, 4. L'ordinaire destin des beautés difficiles Est d'avoir des retours de chagrins inutiles, Boursault, Ésope à la cour, I, 4. Je crains furieusement le chagrin où vous met votre maladie, et qui vous rendrait peut-être assez difficile pour ne rien trouver de bon dans mon ode, Racine, Lettres à quelques amis, III. Peut-être trop d'amour me rend trop difficile, Racine, Baj. I, 3. Le roi est content de vous ; mais cela ne suffit pas ; il faut que Dieu le soit aussi, et il n'est pas plus difficile que les hommes, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 10 oct. 1685. Je savais qu'elle était difficile en conversations et qu'elle avait droit de l'être, Rousseau, Confess. X. Il ne faut pas être difficile sur les repas, lorsqu'on est si près de Sparte, Chateaubriand, Itin. 30.

    Substantivement. Faire le difficile. Que si les Luthériens font encore ici les difficiles et ne veulent pas se laisser persuader aux sentiments de Calixte, qu'ils nous montrent donc ce qu'a fait depuis Luther l'Église romaine pour déchoir du titre de vraie église, Bossuet, Var. XV, § 169.

    PROVERBE

    Jeunesse est difficile à passer, c'est-à-dire dans la jeunesse on a bien de la peine à modérer ses passions.

REMARQUE

Avec le verbe être se rapportant à un sujet déterminé, difficile veut à devant les verbes : Il est difficile à contenter. Mais quand le verbe être est pris impersonnellement, il faut mettre de : Il est difficile de bien écrire.

HISTORIQUE

XVe s. Ce qui me sembloit mal-aisé à faire, mais je ne vouloye rien rompre, ne faire difficile, Commines, VIII, 7.

XVIe s. Il pourroit sembler à aucuns que ceste superbe nation feroit la difficile à entrer en alliance avec les chrestiens ; mais c'est au contraire, Lanoue, 371. Ce grand mal si enraciné est difficile à arracher, Lanoue, 255. Et m'ayant dit qu'il estoit difficile à vomir, je luy conseillay qu'il crapulast [s'enivrât], Paré, XXI, 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DIFFICILE. - REM. Ajoutez :

2. J. J. Rousseau a dit : Je suis obligé de vous écrire tout ceci ; car il est difficile d'avoir de conversation tranquille dans les courts intervalles que j'ai à passer près de vous, Lett. à Mme d'Épinay, août 1756. Traiter difficile comme s'il impliquait une négation, et, pour cela, construire le substantif suivant partitivement est une construction forcée ; et il aurait mieux valu mettre : aucune conversation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « difficile »

Étymologie de difficile - Littré

Provenç. difficil ; espagn. dificil ; ital. difficile ; du latin difficilis, de di… préfixe, et ficilis pour facilis, de facere, faire. Si le mot était ancien, il aurait, à cause de l'accent latin difficilis, la forme difeile, comme fraile, de fragilis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de difficile - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin difficilis (« pas facile »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de difficile - Wiktionnaire

(1380) Emprunté au latin difficilis (« difficile, malaisé, pénible ; difficile, chagrin, morose, peu traitable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « difficile »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
difficile difisil play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « difficile »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « difficile »

  • On n’a jamais vu une épargne aussi massive de la part d’une aussi grande part de la population, c’est donc un phénomène inconnu et il est difficile de savoir comment les Français se comporteront. Dans les précédentes pandémies, il y a eu une reprise économique rapide, on peut donc penser que le gouvernement se dit que la consommation partira à la hausse, quel que soit le discours. , « Emmanuel Macron a pu faire le pari de "sacrifier" la consommation d’été pour une rentrée réussie »
  • La perte de l'odorat, ou anosmie, un des symptômes du Covid-19, vous prive des «odeurs de la vie», un handicap invisible mais «psychologiquement difficile à vivre» et qui n'a pas de traitement propre, constate l’AFP se référant au chef de l’association Anosmie.org, Jean-Michel Maillard, et à un oto-rhino-laryngologue parisien. , «Psychologiquement difficile à vivre»: pas de traitement propre à ce symptôme invisible du Covid-19 - Sputnik France
  • D'autres ont exprimé leurs craintes à l'idée de jouer dans une période encore difficile pour certaines régions du monde. Novak Djokovic et Rafael Nadal ont tous deux critiqué certains aspects du protocole mis en œuvre par l'USTA pour la conduite de l'US Open, qui se déroulera dans l'une des villes avec le plus grand nombre de décès et d'infections au monde (New York). Tennis World FR, Probablement un peu difficile pour Rafael Nadal de passer du dur à la terre battue
  • Coupé très tôt dans son élan par la mécanique, Max Verstappen reconnait que la victoire cette année en Autriche aurait été difficile à aller chercher. autohebdo.fr, F1 - La victoire aurait été difficile à viser selon Verstappen
  • Le temps est plus difficile à tromper que les femmes. De Frédéric Dard
  • Avoir une vie facile est un but difficile à atteindre. De William Cowper
  • La science la plus difficile est de désapprendre le mal. De Fénelon / Antisthène
  • Il est difficile de promettre, mais facile de tenir. De Jules Andrassy
  • Il est difficile d'être un homme. De André Malraux
  • Bébés : facile à faire, difficile d’en accoucher. De Anonyme
  • Rien n'est trop difficile pour la jeunesse. De Socrate
  • L'idée de Dieu étant bien difficile à définir, elle me paraît difficile à combattre. De Jean Rostand
  • Ce qui console d’un travail difficile, c’est qu’il est difficile. De Alain
  • L’eau renversée est difficile à rattraper. De Proverbe chinois
  • La plus difficile des réalisations : soi-même. De Natalie Clifford Barney / Eparpillements
  • Le dire est aisé, le faire difficile. De Baltasar Gracian y Morales
  • Conseiller est aisé, aider est difficile. De Proverbe chinois
  • Trop de chiens rendent la chasse difficile. De Proverbe téké
  • Vieux foin est difficile à enflammer, plus difficile à éteindre. De Miguel de Cervantès / Les nouvelles exemplaires
  • Il est bon d'être seul, parce que la solitude est difficile. Qu'une chose soit difficile doit nous être une raison de plus pour l'entreprendre. Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète, 14 mai 1904 Briefe an einem jungen Dichter
  • Plus une chose est difficile, plus elle exige d'art et de vertu. Aristote, Éthique à Nicomaque, II, 3, 10 (traduction J. Voilquin)
  • Ce qui m'est difficile m'est toujours nouveau. Paul Valéry, Moralités, Gallimard
  • Ne me dites pas que ce problème est difficile. S'il n'était pas difficile, ce ne serait pas un problème. Ferdinand Foch,
  • Ce n'est pas le difficile, c'est le beau que je cherche. François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Lettre à l'Académie

Images d'illustration du mot « difficile »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « difficile »

Langue Traduction
Corse difficiule
Basque zaila
Japonais 難しい
Russe трудно
Portugais difícil
Arabe صعب
Chinois
Allemand schwer
Italien difficile
Espagnol difícil
Anglais difficult
Source : Google Translate API

Synonymes de « difficile »

Source : synonymes de difficile sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « difficile »


Mots similaires