La langue française

Déprime

Sommaire

  • Définitions du mot déprime
  • Étymologie de « déprime »
  • Phonétique de « déprime »
  • Évolution historique de l’usage du mot « déprime »
  • Citations contenant le mot « déprime »
  • Images d'illustration du mot « déprime »
  • Traductions du mot « déprime »
  • Antonymes de « déprime »

Définitions du mot déprime

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPRIMER, verbe trans.

A.− Enfoncer, affaisser. Déprimer les côtes de qqn. Un front chauve, qu'avait déprimé l'habitude du casque (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 86):
1. Sur la table, au centre, sur le dos, l'enfant parmi les langes, se laissait palper. Je lui déprimai pour commencer la paroi du ventre, avec beaucoup de précaution, ... Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 338.
Spéc., ÉCON. Anton. de élever.L'influx d'or (...) tend à déprimer le taux de l'intérêt dans l'économie réceptrice (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 72).
À la forme passive. [En parlant du sol] Le sol est notablement déprimé (Verne, Île myst.,1874, p. 538).[En parlant du pouls] Son pouls est flasque et déprimé (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 54).
À la forme pronom. à sens passif. Se creuser. Le visage de maman se déprime. Ses joues s'abaissent, comme tirées par une main d'ombre (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 109).
B.− Au fig.
1. Vieilli. Rabaisser quelqu'un, le déprécier. Déprimer l'exaltation de qqn, déprimer l'orgueil de la raison. Le stoïcien s'érigeait en Dieu; l'épicurien déprimait l'homme (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 387).Les vilains caractères aiment à déprimer le prochain (Amiel, Journal,1866, p. 94).
2. Abattre, décourager; rendre morose, triste, désespéré. Être déprimé à en mourir. Anton. exciter, stimuler, égayer, réjouir.Les alertes des bombardements, loin de me déprimer, me galvanisent (Gide, Journal,1943, p. 176):
2. Je ne crains plus que ces petites souffrances qui font languir et abattent l'âme, la dégoûtent, dépriment sa puissance d'agir... Maine de Biran, Journal,1818, p. 155.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. déprimable. Qui est sujet à la dépression. Il est aussi vite déprimable que vite emballé (Mounier, Traité caract., 1946, p. 183). Cet ex. est unique ds la documentation.
Prononc. et Orth. : [depʀime], (je me) déprime [depʀim]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1380 « abattre, affaiblir » (Pierre Bersuire, Tite Live, ms. Ste Genev., fo46bds Gdf. Compl.); 1787 deprimante adj. « démoralisante » (Fér. Crit.); 1883 déprimé « atteint de dépression » (A. Charpentier, Traité pratique des accouchements, I, 712 ds Quem. Fichier); 2. 1314 anat. « enfoncer » (H. de Mondeville, Chirurgie, 1637 ds T.-L.). Empr. au lat. class. deprimere « enfoncer, rabaisser », d'où est issue la forme pop. de depriendre 1170 orguil depriemt « rabaisser, humilier » (Rois, éd. E. R. Curtius, I, I, 7, p. 6). Fréq. abs. littér. : 66.

DÉPRIMÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de déprimer*.
II.− Adjectif
A.− Qui est enfoncé. Sol déprimé; crâne, front, nez déprimé. Le comte Dupuis montra sa petite tête déprimée de belette dans l'embrasure d'une porte (Gyp, Leurs âmes,1895, p. 129).
P. ext., MÉD. Pouls déprimé. Faible.
B.− Au fig. Qui est en état de dépression. La malade devint triste et déprimée. Auparavant vive et active, elle ne voulait plus quitter son lit (Delay, Ét. psychol. méd.,1953, p. 214).
Emploi subst. Un déprimé grave, psychique. Oh! le mauvais vin de l'émotion forte, celui dont la griserie atrophie la volonté et prépare les déprimés et les maniaques (Lorrain, Âmes automne,1898, p. 77).
Fréq. abs. littér. : 163. Bbg. Quem. Fichier. − Teppe (J.). Les Bousingots. Vie Lang. 1969, p. 634.

Wiktionnaire

Nom commun

déprime \de.pʁim\ féminin

  1. Baisse de moral et aversion d’activité pouvant affecter le comportement, les émotions et le bien-être physique d’un individu.
    • Il rentra ensuite à Milan, en proie à une déprime persistante, toujours décidé, selon ses dires, à abandonner la carrière théâtrale. — (Pierre Milza, Verdi et son temps, 2001)
  2. (Figuré) Perte de joie de vivre.

Forme de verbe

déprime \de.pʁim\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe déprimer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe déprimer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe déprimer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe déprimer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe déprimer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPRIMER. v. tr.
T. de Chirurgie. Enfoncer, affaisser. Il se dit surtout en parlant des Os du crâne. Les os du crâne ont été fortement déprimés. Les os du crâne se sont déprimés. Il signifie plus souvent figurément Accabler, abattre. Les chaleurs excessives dépriment l'organisme humain, ou, absolument, dépriment. Il est très déprimé depuis que ce malheur lui est arrivé. La servitude déprime le caractère.

Étymologie de « déprime »

Déverbal de déprimer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déprime »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déprime deprɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « déprime »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déprime »

  • Sur le «quai des milliardaires» d'Antibes, c'est la déprime du yachting Libération.fr, Sur le «quai des milliardaires» d'Antibes, c'est la déprime du yachting - Libération
  • La déprime a dû forcément toucher des millions de personnes à travers le monde, surtout durant la période du confinement général. Il n’était point aisé pour plusieurs populations d’être contraintes à l’isolement, infligé à titre sécuritaire. Une situation oppressante qui aurait, sans doute, préparé le terrain au coup de spleen. La Presse de Tunisie, Déprime : quand le moral craque ! | La Presse de Tunisie
  • Mal vécu, l'amour traîne, encombre et va même jusqu'à déprimer. De Robert Lalonde / La belle épouvante
  • Le châtiment déprime la moralité car il donne au crime une compensation finie. De Paul Valéry / Tel Quel
  • Ce qui déprime un pays, c’est cela : c’est la peur de l’avenir. De Ségolène Royal / Meeting de Limoges - 30 Mars 2007
  • La déprime, pour un homme, c'est quand il ne peut pas la seconde fois pour la première fois. La déroute, c'est quand il ne peut pas la première fois pour la seconde fois. De Jacques Séguéla / Fils de pub
  • Un romantique, après l’amour il déprime... Les femmes, avec les romantiques c’est pendant qu’elles dépriment. De Patrick Timsit / Fallait pas l’ouvrir

Images d'illustration du mot « déprime »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « déprime »

Langue Traduction
Anglais depressed
Espagnol deprimido
Italien depresso
Allemand deprimiert
Chinois 郁闷
Arabe مكتئب
Portugais depressivo
Russe депрессии
Japonais うつ病
Basque lur jota
Corse depressu
Source : Google Translate API

Antonymes de « déprime »

Partager