La langue française

Blêmir

Définitions du mot « blêmir »

Trésor de la Langue Française informatisé

BLÊMIR, verbe.

A.− Devenir blême. ... sa face blêmie par l'air du cabinet reprend quelque apparence de vie (Musset, Le Temps,1831, p. 124).Remontant l'escalier, Rieux revoyait son visage, blêmi par les fatigues et les privations (Camus, La Peste,1947, p. 1449):
1. Ô paysan! Tu m'épouvantes; Est-ce que tu n'as plus de cœur? Ainsi que les pâles servantes, Ne sais-tu que blêmir de peur? Glatigny, Le Fer rouge,1870, p. 58.
2. ... le matin de l'arrivée à Paris, des marins, avec lesquels il faisait le voyage, le voyant blêmir, lui firent boire un peu de l'eau-de-vie de leur gourde. E. et J. de Goncourt, Journal,1886, p. 604.
SYNT. Blêmir de crainte, d'effroi, de frayeur, de rage, de saisissement.
P. ext. [En parlant gén. de la lumière] Devenir terne, pâle; s'affaiblir :
3. C'était un de ces sinistres soleils couchants où le soleil semble s'abîmer pour jamais dans l'ombre, écrasé sous des nuages de granit, informe et nageant dans une immense mare de sang. Je montais lentement à cette lueur. Peu à peu, elle blêmit, puis s'effaça. Hugo, Le Rhin,1842, p. 315.
B.− Vx, inus. ,,Offenser, léser, porter atteinte`` (Guérin 1892). Mais votre regard est humide, / Mais qui peut ainsi vous blêmir? (P. Borel, Rhapsodies,1831, p. 147).
Prononc. ET ORTH. : [blεmi:ʀ] ou [ble-]. [ε] ouvert dans Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 (cf. aussi DG); [e] dans Pt Rob. (cf. aussi Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Fél. 1851 et Littré). Warn. 1968 réserve la prononc. avec [ε] ouvert au lang. soutenu, celle avec [e] fermé au lang. cour. À ce sujet cf. aussi Buben 1935, § 25. Ac. 1798 et Besch. 1845 écrivent blémir. Le reste des dict. écrit blêmir.
Étymol. ET HIST. − 1. 1100 « rendre livide en blessant » (Roland, 590 dans T.-L.) − xiiies. dans T.-L.; 2. 1174-77 « rendre blême, pâlir, flétrir » (Chr. de Troyes, Chevalier à la charrette, 4210, ibid.). De l'a. b. frq. *blesmjan, issu de *blasmjan (à rattacher au m.h. all. blas « dégarni, faible, mince », all. blass, Lexer; Kluge20) dér. de l'a. b. frq. *blasmi « couleur pâle » (à rattacher à l'a. nord. blàmi « couleur sombre », De Vries Anord.), hyp. de EWFS2, reprise par FEW t. 15, 1, p. 157; v. aussi Gam. Rom.2, p. 334. Le recours à un croisement avec le verbe blesser pour expliquer les formes en -s- en l'hyp. d'un étymon germ. blām- « couleur bleuâtre » (REW3, no1147) est à écarter car l'a. fr. ne connaît que la forme blecier.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 228. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 83, b) 443; xxes. : a) 642, b) 271.

Wiktionnaire

Verbe

blêmir \ble.miʁ\[1] intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir blême.
    • Vous lui avez dit quelque chose qui l’a fait blêmir.
    • C’est un comédien, il rougit, il blêmit quand il lui plaît.
    • Blêmir de fureur.
    • Vrai Dieu, dit mon père, voilà un beau brin de fille, et jolie comme un jour, encore que la fièvre l’ait blêmie. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, page 14)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLÊMIR. v. intr.
Devenir blême. Vous lui avez dit quelque chose qui l'a fait blêmir. C'est un comédien, il rougit, il blêmit quand il lui plaît. Blêmir de fureur.

Littré (1872-1877)

BLÊMIR (blé-mir) v. n.
  • Devenir blême. Son visage blêmit. La lumière du jour blêmissait peu à peu. Il entend sans blêmir murmurer le Cocyte, Segr. 34.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XIe s. La gent de France iert blecée et blesmie, Ch. de Rol. XLIII.

XIIe s. Qui forment ot la chair et la couleur blesmie, Ronc. p. 197.

XIIIe s. Sachiés qu'ele [la rose] en porra tost estre Blesmie ou pale ou mole ou flestre, la Rose, 15626.

XVe s. J'ay grant paour d'une maladie ; Dejà ma face en est blesmie, Basselin, XXI.

XVIe s. Je voy dedans ces œillets Rougir les deux levres closes Dont les boutons vermeillets Blesmissent le teint des roses, Du Bellay, J. VII, 16, recto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « blêmir »

→ voir blême
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Blême ; provenç. blesmar, blasmar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « blêmir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blêmir blɛmir

Évolution historique de l’usage du mot « blêmir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blêmir »

  • Le débat est vif et c’est tant mieux. Il n’y a aucun moyen de ne pas réfléchir sur le sujet, même quand tout le monde n’exprimerait pas tout haut ses pensées. Le commerce triangulaire a révélé le plus mauvais côté des hommes et montré que la cupidité et la bêtise étaient les choses les mieux partagées au monde. L’esclavage a duré trois siècles à Saint-Domingue et les stratégies déployées par les colons pour garder soumis les personnes esclavisées étaient violentes et pernicieuses. Les colons mettaient ensemble des captifs issus de tribus différentes, qui parlaient des langues différentes, de sorte qu’ils ne puissent jamais communiquer entre eux ; et, après un certain temps, quand ils supposaient qu’ils avaient logiquement trouvé un moyen de se comprendre, ils les séparaient. Nous ne parlerons même pas du Code noir dont la lecture fait blêmir de rage et de honte. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Faire descendre le crime de son piédestal
  • Comme il avait horreur du pathos et de la victimisation, et qu’il était infiniment pudique, il blaguait constamment, histoire de ne pas emmerder le monde avec ses plaies et ses blessures. C’était alors tout un monde qui revenait, tout l’esprit d’un petit peuple perdu. On se marrait - mais pas tout le monde : j’en ai vu blêmir lorsque sa verve s’exerçait, entre autres, aux dépens des notables de "la communauté" ("la tribu", dans son vocabulaire). , Pour Maurice Rajsfus | NPA
  • Comment ne pas tomber sous le charme de l’auteur de ce grand morceau d’anthologie ? Rabah Madjer. L’homme à la talonnade légendaire doit sûrement s’ennuyer et ronger les ongles durant cette période de confinement qui nous a tous perturbés et joué sur notre mental. Il lui a suffi d’une simple pique pour qu’il nous ressorte une de ses déclarations favorites dont il nous a toujours gratifiés. Il faut reconnaître que Madjer ne laisse personne indifférent, avec lui le spectacle est toujours gratuit et garanti. Nous comprenons parfaitement sa frustration et sa profonde déprime d’avoir été éjecté de son poste d’entraîneur de l’équipe nationale par la petite porte. Contrairement à d’autres, Madjer est le seul entraîneur des Fennecs à avoir bénéficié de trois chances pour faire ses preuves et démontrer ses capacités. Dommage pour lui et pour nous tous les supporters. Nous compatissons. Les résultats ne plaident pas en sa faveur. Sur ces trois chances, il a subi trois échecs ! Il faut avouer que c’est triste pour l’égo de quelqu’un qui a toujours visé nettement plus haut. A sa décharge, il faut reconnaître que souvent les grands joueurs ne font pas les grands entraîneurs, Maradonna, Pelé, Platini, entre autres. Mais malgré ses déconvenues et ses déboires, Madjer reste toujours égal à lui-même. Il a toujours cultivé le sens du spectacle, et notre héros le fait parfois avec brio sans rougir, ni blêmir. Algérie Patriotique, Les affabulateurs et les narcissiques existent aussi chez nous - Algérie Patriotique
  • Bonjour, nous sommes le vendredi 3 avril et notre Une est consacrée au scénario du déconfinement. Nous en sommes encore loin, a rappelé Edouard Philippe hier soir sur TF1, mais le gouvernement étudie évidemment déjà la question. Une étude américaine que nous vous détaillons pourrait d'ailleurs l'inspirer, tant les pistes évoquées font penser à celles esquissées mercredi par le Premier ministre : déconfinement région par région, par classes d'âge et catégories de population… En attendant, la lutte continue dans les hôpitaux pour limiter la propagation du Covid-19. Bonne nouvelle pour les soignants : le pic de l'épidémie est attendu « vers le 6 avril » en Ile-de-France, selon une note de l'AP-HP que nous avons consultée. A partir de cette date, le nombre de malades en réanimation devrait cesser de grimper. Autre horizon, enfin, celui de septembre. L'hypothèse a de quoi faire blêmir les parents exténués après trois semaines d'enseignement à la maison, mais la fermeture des écoles jusqu'aux vacances d'été, avant une reprise des cours à la rentrée, est bel et bien une éventualité. Nous vous expliquons pourquoi une grande partie des représentants des parents et des enseignants envisagent cette option. Côté météo, rien que du classique ce vendredi : au Nord, une alternance de pluies et de nuages, au Sud, un grand soleil. Nous vous souhaitons à tous une excellente journée et plus particulièrement aux Richard, dont c'est la fête aujourd'hui. leparisien.fr, Comment sortirons-nous du déconfinement ? - Le Parisien
  • Le 26 novembre 1989, le peuple suisse s’est exprimé sur une initiative qui a fait couler beaucoup d’encre, celle pour une Suisse sans armée. Elle récoltera 35% de oui. Un résultat qui a fait blêmir les défenseurs de la grande muette. , Initiative pour une Suisse sans armée: il y a 30 ans,...

Traductions du mot « blêmir »

Langue Traduction
Anglais pale
Espagnol palidecer
Italien sbiancare
Allemand blass werden
Portugais empalidecer
Source : Google Translate API

Synonymes de « blêmir »

Source : synonymes de blêmir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « blêmir »

Blêmir

Retour au sommaire ➦

Partager