Réhabiliter : définition de réhabiliter


Réhabiliter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉHABILITER, verbe trans.

A. −
1. Vieilli
a) DR., DR. CANON. Rétablir quelqu'un dans un état, dans des droits, des privilèges perdus. Lorsqu'un prêtre est tombé dans l'irrégularité, il a besoin d'être réhabilité (Ac.1798-1878).
b) Réhabiliter un mariage. ,,Réparer le vice d'un mariage par une nouvelle célébration`` (Ac. 1835, 1878).
2. DR. Rendre à quelqu'un, en reconnaissant son innocence, sa situation juridique, ses droits perdus et l'estime publique. Être réhabilité dans ses fonctions. Je voudrais bien vivre assez pour voir Dreyfus réhabilité et Picquart colonel (Proust, Sodome, 1922, p. 714):
1. Marcel Le Perderel, qui fut condamné à 20 ans de travaux forcés par les assises de la Seine pour le meurtre, dans un bar de Montmartre, de Jean Conance, puis réhabilité deux ans plus tard, vient d'être arrêté à Nantes pour le vol de 500 kilos de cuivre... Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 2, col. 4.
B. − P. ext.
1. Rétablir quelqu'un, quelque chose dans l'estime, dans la considération d'autrui. Réhabiliter qqn dans l'opinion publique; réhabiliter la mémoire de qqn. Les prouesses de l'armée Leclerc réhabilitent l'armée française (Gide, Journal, 1943, p. 224).Il nous donne à entendre qu'il sait aussi être sérieux et qu'il étudie l'astronomie. À ces mots je dresse l'oreille: le voilà réhabilité à mes yeux (Green, Journal, 1956, p. 164).
Empl. pronom. réfl. Synon. de se racheter.Français qui se sont réhabilités par leur participation directe et active à la résistance (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 573).
[Avec un compl. prép.] Se réhabiliter aux yeux d'autrui, dans l'esprit de qqn. Se réhabiliter dans le cœur de son mari était son unique désir (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 129).Il faut que je me réhabilite dans son estime (Arnoux, Rêv. policier amat., 1945, p. 148).
2. P. anal.
a) [Le compl. désigne une coutume, une notion, un domaine, un genre artist.] Réhabiliter le travail manuel; réhabiliter le mélodrame. Allaitement mixte (...) il permet de suppléer, par l'addition d'une, deux ou trois tétées artificielles, à l'insuffisance de lactation (...) observée chez nombre de femmes, ce qui a réhabilité l'allaitement maternel dans les classes aisées (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 168):
2. ... la notion d'élément à l'infini [point, droite ou plan], introduite par Desargues au XVIIesiècle (...) mais qui ne se manifeste guère au XVIIIesiècle que comme abus de langage, est réhabilitée et systématiquement utilisée par Poncelet (...) qui fait ainsi de l'espace projectif le cadre général de tous les phénomènes géométriques. Bourbaki, Hist. math., 1960, p. 136.
b) [Le compl. désigne un objet] Rendre à quelqu'un la qualité, la grandeur (qui est la sienne). Impossible de nier que l'homme n'eût grand air. Il réhabilitait l'uniforme si laid (La Varende, Contes fervents, Meyerdorff, 1948, p. 46).
3. MÉD. ,,Rétablir, remettre en bon état physique ou mental`` (Kamen. 1972).
4. ARCHIT. [En parlant de bâtiments, d'un quartier] Remettre en état. Dans les décombres et les misères laissées par « les bâtisseurs de ruines » [à Beyrouth], il [le patron de l'Apur] recense (...) les zones à raser, à réhabiliter ou à préserver (Le Point, 28 févr. 1977, p. 77, col. 2).V. réhabilitation ex. 2.
REM.
Réhabilitateur, -trice; réhabiliteur, -euse, subst.,rare. Celui, celle qui réhabilite. Des aveugles volontaires, des réhabiliteurs embrigadés, des revisionnistes à gages faisant très consciemment leur partie dans l'œuvre scélérate (Clemenceau, Iniquité, 1899, p. 68).[Marolles] en appelle, tout en s'humiliant, à cette justice tardive et à cette immortalité qui s'assied sur la tombe: Cineri gloria sera venit. C'est à croire que le bonhomme nous prévoyait de si loin, nous et ses autres réhabilitateurs, s'il en vient (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 14, 1857, p. 132).
Prononc. et Orth.: [ʀeabilite], (il) réhabilite [-lit]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1234 reabiliter une ville a maire « lui rendre le droit d'avoir un maire » (doc. ap. A. Thierry, Rec. des monuments inédits de l'hist. du Tiers-État, t. 4, Paris, 1870, p. 710); 2. 1456 « rétablir dans un état, des droits, des privilèges perdus » (Archives du Nord, B 1686, f o74 ds IGLF); 3. a) 1675 « rétablir (un failli) dans ses droits » (J. Savary, Le Parfait négociant, Paris, p. 313); b) 1808 « rendre à (un condamné) ses droits perdus et l'estime publique, en reconnaissant son innocence » (Code instr. crim., p. 793); 4. 1680 « rendre aptes à posséder des bénéfices et des ordres ceux qui étaient tombés en hérésie, en irrégularité » (Rich.); 5. a) 1751 pronom. « se rétablir dans l'estime d'autrui » (Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, p. 72); b) av. 1755 trans. (Saint-Simon, Mémoires, VIII, 73 ds Adam, p. 189); 6. 1969 « remettre en état, rénover (un quartier, un immeuble) » (Vie et langage, octobre ds Gilb. 1971). Dér. de habiliter*; préf. re-*. Au sens 6, cf. l'angl. to rehabilitate « remettre en état, rénover (un immeuble, etc.) » (1971, Webster's), issu de « remettre dans son état antérieur, remettre en fonction (une chose) » (1845 ds NED). Fréq. abs. littér.: 134.
DÉR.
Réhabilitable, adj.Qui peut être réhabilité. Le négociant serait déclaré failli réhabilitable ou banqueroutier. Failli réhabilitable, il serait tenu de tout payer (...). Banqueroutier, il serait condamné (Balzac, C. Birotteau, 1837, p. 226). [ʀeabilitabl̥]. 1reattest. 1837 id.; de réhabiliter, suff. -able*.
BBG.Quem. DDL t. 11 (s.v. réhabiliteur).

Réhabiliter : définition du Wiktionnaire

Verbe

réhabiliter \ʁe.a.bi.li.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Chancellerie et de Jurisprudence) Rétablir dans son premier état, dans ses droits, dans ses prérogatives, etc., celui qui en a été déchu.
    • Réhabiliter la mémoire d’un homme condamné en justice.
  2. (Figuré) Faire recouvrer l’estime publique de quelqu’un ou de quelque chose.
    • Si donc le crapaud n'a plus à être réhabilité, il n'en demeure pas moins trop peu familier au grand nombre. (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Alors que la réponse attendue devrait être, au minimum minimorum, de réhabiliter les grands auteurs, le pouvoir enchaîne des décisions allégeant les exigences en lettres et en langues, pour les élèves comme pour les enseignants, au nom d'un utilitarisme ringardisant le passé. — (Ivan Rioufol, bloc-notes, http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2010/01/bloc-notes-comment-resister-a.html)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Réhabiliter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉHABILITER. v. tr.
T. de Chancellerie et de Jurisprudence. Rétablir dans son premier état, dans ses droits, dans ses prérogatives, etc., celui qui en était déchu. Réhabiliter un failli. Ses ancêtres avaient dérogé, il se fit réhabiliter dans ses droits, dans sa noblesse. On dit de même : Réhabiliter la mémoire d'un homme condamné en justice. Il signifie, figurément, Faire recouvrer l'estime publique, l'estime de quelqu'un. Cette action, cet ouvrage l'a réhabilité dans l'opinion publique, l'a réhabilité dans mon esprit. Il est parvenu à se réhabiliter dans l'opinion publique, aux yeux des gens de bien.

Réhabiliter : définition du Littré (1872-1877)

RÉHABILITER (ré-a-bi-li-té) v. a.
  • 1 Terme de jurisprudence. Rétablir quelqu'un dans un état, dans des droits, dans des prérogatives dont il était déchu. On réhabilite un prêtre qui a encouru quelque censure ecclésiastique, un gentilhomme qui a dérogé. On réhabilite l'empereur [déchu] dans Saint-Denis auprès de Paris ; mais il n'ose reprendre la couronne qu'après avoir été absous par les évêques, Voltaire, Ann. Emp. Louis le Débonnaire, 834. Le failli pourra être réhabilité après sa mort, Code comm. art. 614.

    On dit de même : réhabiliter la mémoire d'un homme condamné en justice.

    Dans l'ancienne jurisprudence, réhabiliter un mariage, réparer le vice d'un mariage par une nouvelle célébration.

    Réhabiliter s'est dit pour anoblir. Se faire réhabiliter suppose qu'un homme devenu riche, originairement est noble, qu'il est d'une nécessité plus que morale qu'il le soit, qu'à la vérité son père a pu déroger ou par la charrue, ou par la houe, ou par la malle, ou par les livrées, mais qu'il ne s'agit pour lui que de rentrer dans les premiers droits de ses ancêtres, La Bruyère, XIV.

  • 2 Fig. Faire recouvrer l'estime, la considération. Cette action l'a réhabilité dans l'opinion publique. Et vous trouverez alors quelque gentilhomme capricieux ou malaisé, qui réhabilitera votre réputation par un bon mariage, Lesage, Turcar. I, 1. Continuez, monsieur, réhabilitez notre siècle ; je le quitte sans regret, Voltaire, Lett. Champfort, 16 nov. 1774. Tencin… presque aussi décrié que Dubois, sans être réhabilité par des dignités qui couvrent ordinairement une partie du passé, surtout en France où tout s'oublie, Duclos, Œuv. t. VI, p. 74.
  • 3Se réhabiliter, v. réfl. Obtenir sa réhabilitation. Ce failli s'est réhabilité.

    Par extension. Au bout d'un certain nombre d'années et de reproductions, l'homme verrait reparaître la plante originaire du froment, et saurait combien il faut de temps à la nature pour détruire le produit d'un art qui la contraint, et pour se réhabiliter, Buffon, Chien.

    Fig. Se réhabiliter dans l'esprit des honnêtes gens. On se réhabilite d'un crime impuni, Duclos, Consid. mœurs, 4.

HISTORIQUE

XVIe s. Si par cas il estoyt devenu furieux, et que, pour luy rehabiliter son cerveau, tu me l'eusses icy envoyé, Rabelais, Gar. I, 28.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉHABILITER. - HIST. Ajoutez : XIIIe s. Si estoit ainsi que nous, nos hoirs, presens ou à venir, volichons [voulions] reabiliter ladite ville [Saint-Valery] à maire, eskevins…, Rec. des monum. inédits de l'hist. du tiers état, t. IV, p. 710.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réhabiliter »

Étymologie de réhabiliter - Littré

Re…, et habiliter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de réhabiliter - Wiktionnaire

 Dérivé de habiliter avec le préfixe ré-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réhabiliter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réhabiliter reabilite play_arrow

Conjugaison du verbe « réhabiliter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe réhabiliter

Citations contenant le mot « réhabiliter »

  • Au fur et à mesure de son existence, il découvre que son grand-père (le père d'André) s'était déjà battu pour réhabiliter son fils. Un combat gagné puisque André est blanchi par la justice en 1954. Alors Gérard veut faire sa part, pour ses enfants et petits-enfants. "Mes enfants méritent d'avoir la vérité et de savoir que mon père à moi n'était pas un collaborateur."  France Bleu, Landes : réhabiliter la mémoire de son père, le combat de Gérard Revy
  • Agiter le thème de l'exception culturelle française, c'est chercher à se réhabiliter comme on sauverait les meubles. De Jean Baudrillard / Le Monde de l'éducation - Octobre 1999
  • La culture est l’un des leviers les plus importants à actionner pour réhabiliter et relancer l’économie tout en produisant du sens. De Proverbe africain

Traductions du mot « réhabiliter »

Langue Traduction
Corse riabilità
Basque berrituko
Japonais 更生する
Russe реабилитация
Portugais reabilitar
Arabe إعادة التأهيل
Chinois 恢复
Allemand rehabilitieren
Italien riabilitare
Espagnol rehabilitar
Anglais rehabilitate
Source : Google Translate API

Synonymes de « réhabiliter »

Source : synonymes de réhabiliter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réhabiliter »



mots du mois

Mots similaires