Assommer : définition de assommer


Assommer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ASSOMMER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− Tuer ou laisser comme morte une personne ou un animal, à l'aide d'un objet pesant ou par un coup violent :
1. A-t-on songé qu'avec ces nouvelles troupes, les zouaves, − une machine de guerre que rien n'arrête, − il n'y a plus de stratégie, plus de génie militaire, plus de capitaines? Une bataille devient une immense lutte à main plate. Et la guerre s'en retourne droit à la barbarie, avec ces soldats qui n'abordent plus même à la baïonnette, qui assomment avec la crosse du fusil : c'est le tomahawk. E. et J. de Goncourt, Journal,1859, p. 610.
2. Son lourd pistolet tenu à deux mains, elle lâcha le coup à bout touchant dans le flanc de l'homme. L'autre fit un écart, ricana, puis, dégageant le bras, il asséna un si rude coup sur le crâne de Grange qu'il l'assomma comme un bœuf. Pourrat, Gaspard des montagnes,À la belle bergère, 1925, p. 54.
SYNT. Assommer un bœuf avec un maillet (Ac. 1798-1932, Besch. 1845, Quillet 1965). Assommer à coups de bâton (Ac. 1798-1932). Assommer d'un coup de massue.
P. ext. Anéantir, détruire :
3. À Leipsick, une armée de cent cinquante mille hommes fut assommée par une armée de trois cent mille... Stendhal, Napoléon,t. 2, 1842, p. 307.
P. exagér. Accabler de coups :
4. ... le bruit se répandait qu'il se passait d'étranges choses chez les Mouret. On racontait que le mari assommait la femme, toutes les nuits, à coups de trique. Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 1112.
B.− Au fig.
1. [Le suj. ou le compl. d'agent appartient au domaine phys.] Assommer par, assommer de.Abattre, accabler :
5. Les peintres, assommés de soleil, eussent cédé à une torpeur enfantine, mais leurs femmes, reposées l'après-midi dans une paix de harem, tournaient de grands yeux vers le golfe et fredonnaient tout bas. Colette, La Naissance du jour,1929, p. 58.
2. [Dans le domaine de la vie morale]
a) Étourdir, accabler :
6. ... il se mettait au piano, et il devait jouer pour ces imbéciles : − il les jugeait tels. − À des moments, l'indifférence environnante l'oppressait tellement qu'il était sur le point de s'arrêter au milieu du morceau. L'air manquait autour de lui, il était comme asphyxié. Quand il avait fini, on l'assommait de compliments, on le présentait de l'un à l'autre. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, p. 115.
SYNT. Assommer qqn de questions, avec ses questions.
b) Affliger profondément, frapper de stupeur. La perte de ce procès l'a assommé (Ac.1798-1932) :
7. ... il tomba devant le lit, sanglotant, assommé et sans force, sous le réveil de cette affreuse pensée qu'il avait tué son ami. Zola, La Débâcle,1892, p. 618.
3. [Dans un domaine de la vie intellectuelle] Accabler sous le poids des arguments, des connaissances.
Fam. Provoquer l'ennui, l'agacement, la contrariété :
8. Je suis peu curieux des nouvelles; la politique m'assomme; le feuilleton m'empeste; tout cela m'abrutit ou m'irrite. Flaubert, Correspondance,1846, p. 269.
II.− Emploi pronom.
A.−
1. Vx, emploi réfl. Se tuer volontairement ou involontairement en heurtant quelque chose de dur, de pesant. Il s'est assommé dans sa chute, il s'est assommé contre les murs de sa prison (Lar. 19e).
2. Emploi réciproque. S'assommer (à coups de). S'entretuer :
9. ... en deux secondes nos baïonnettes se croisèrent par milliers : on se poussait, on reculait, on se lâchait des coups de fusil à bout portant, on s'assommait à coups de crosse, tous les rangs se confondaient... Erckmann-Chatrian, Le Conscrit de 1813,1864, p. 197.
P. ext., fam. Se battre :
10. En Angleterre, la boxe est un passe-temps; on s'y assomme honorablement, sans rancune, ni fureur, ni honte. Taine(Lar. 19e).
B.− Au fig., rare. S'ennuyer, s'irriter :
11. Dans un musée je m'assomme dès que la vie se fige. Ce qui me touche le plus ce sont les grandes portes du Palais-Royal, où, vers le bas, les reliefs sont effacés par le frottement du passage des ânes. J'imagine immédiatement la rue et les figures. Le décor joue. Cocteau, Maalesh,1949, p. 55.
PRONONC. ET ORTH. : [asɔme], j'assomme [ʒasɔm]. Fér. 1768 souligne que ,,le mot se prononce avec une seule m``; comme Ac. 1798 il propose la graph. assomer.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 1175 trans. « abattre (moralement) » (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 2282-83 : s'an est Kex de honte essomez [var. ms. xiiies. assomez], Et maz, et muz, et desconfiz); b) xves. « causer un profond sommeil, assoupir » (Apol. mul. ms. Barberini, fo1 rods Gdf. : Le dieu qui s'appelle du somme A plomb mes esperis assomme); c) d'où 1501 « accabler, fatiguer » (Epitaphe de deffunt maistre Jehan Trotier ds Anc. poés. fr., t. 8, p. 10, vers 1 : Ung soir bien tart, de travail assommé); 1663 fig. « accabler sur le poids d'arguments, d'où ennuyer » (Molière, Crit., 6 ds Rob.); d) 1899 arg. « en faire accroire par des mensonges » (Nouguier ds Esn.); 2. 1180-1200 « abattre, tuer par la chute de qqc. » (Aliscans, 5499 ds Gdf. Compl. : E li ceval dessous aus asomé); av. 1205 « tuer avec une arme pesante » (Renart, éd. Méon, 16012 ds T.-L. : Ne sembler mie coart home, De la coignie tost l'asome.) Dér. de somme* (lat. somnus), préf. a-1*; dés. -er. L'hyp. d'une identification avec l'a. fr. assommer « mener à bien, achever » (T.-L. s.v. assommer, REW4, 8454, v. aussi EWFS2), dér. de somme (lat. summa), « achever » d'où « tuer » est peu satisfaisante vu, d'une part, l'ancienneté et le nombre des attest. du sens de « étourdir, accabler » par rapport à celles du sens « tuer »; d'autre part et surtout les formes jurassiennes (fr. et suisses) de type asonner (le groupe lat. -mn- intervocalique se réduisant régulièrement à -n- dans ce domaine contrairement à l'aire fr. du Nord où il se réduit à -m-), v. Pat. Suisse rom., s.v. assommer. Cependant il reste que assom(m)er ne signifie que tardivement « assoupir » et seulement au fig. et que cet emploi peut fort bien s'expliquer à partir du sens « accabler »; que som(m)e est une forme tardive (ca 1175 Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, v. 2760) tirée de l'usuel sommeil; que dès les premiers emplois, l'idée qui domine est celle d'une masse qui s'abat de haut en bas et écrase sans rémission ce qui est placé en dessous; il n'est donc pas impossible de voir dans assommer un dér. de l'a. fr. som(n)e « charge, trait sur le dos d'un animal » (début xiies., Voy. Charl. ds A.-J. Greimas, Dict. de l'a. fr., Paris, Larousse, 1969); assommer signifie alors « charger complètement une bête » d'où « l'accabler, l'écraser » et s'impose dans ce sens à mesure que chargier et enchargier ont pris sa place pour son sens premier.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 636. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 478, b) 1 333; xxes. : a) 1 413, b) 731.
BBG. − Bél. 1957. − Bruant 1901. − Dauzat Ling. fr. 1946, pp. 196-197. − Esn. 1966. − Le Roux 1752. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 252. − Pierreh. 1926. − Pierreh. Suppl. 1926. − St-Edmé t. 1 1824. − Stimm (H.). Fränkische Lehnprägungen in französischen Wortschatz In : [Mél. Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 611.

Assommer : définition du Wiktionnaire

Verbe

assommer \a.sɔ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tuer ou étourdir au moyen d’une arme pesante ou par un coup violemment assené.
    • J’ai ramené au bien et au repentir des misérables qui, un soir, au détour d’un chemin, avaient voulu m’assommer à coups de hache. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Assommer un bœuf avec un maillet.
    • Assommer à coups de bâton.
    • Il fut assommé à coups de pierres.
    • Des brigands l’ont assommé dans un bois.
    • Ses ennemis lui ont dressé une embuscade et l’ont assommé.
    • Il l’a assommé d’un coup de poing.
  2. Battre avec excès.
    • On ne peut rester à son service, il assomme de coups ses domestiques.
    • Cet homme est un brutal qui assomme ses enfants.
  3. (Familier) (Figuré) Incommoder et importuner ou accabler beaucoup.
    • Se souvenant de la fatigue qui l’avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l'allure. — (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006, p.69)
    • Son Monsieur Trissotin me chagrine, m’assomme, [...]. — (Molière, Les Femmes savantes, acte I, scène 3)
  4. (Figuré) Endormir.
    • Les pommes de terre cuites sous la cendre étaient doublement bonnes, parce qu’elles garnissaient rapidement l’estomac et assommaient la faim, et puis parce que ces pommes de terre sont, comme nourriture, ce qu’il y a de meilleur marché. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 103)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Assommer : définition du Littré (1872-1877)

ASSOMMER (a-so-mé) v. a.
  • 1Tuer avec une masse ou avec quelque chose de lourd. Assommer un bœuf.
  • 2Battre avec excès. Les officiers turcs assommaient les chevaux et le postillon à coups de fouet, Chateaubriand, Itin. 56. Gardes, je défends qu'on l'assomme ; Vilain, dit-il, explique-toi, Béranger, Contr. de mariage.
  • 3 Fig. Incommoder, importuner, fatiguer. On nous assommait de questions. Notre maison de Paris m'assomme, Sévigné, 34. Ce saint homme, Qui m'assomme De latin, Hugo, Ball. 12. La formalité dont on assomme une ambassade, Voltaire, Ép. 26.
  • 4Affliger profondément. La mort de M. du Mans m'a assommée, Sévigné, 72. Je n'en puis revenir, et tout ceci m'assomme, Molière, Tart. IV, 6.
  • 5Confondre, réduire à quia. Vous nous assommez avec vos grands mots, Molière, Critique, 7. Il croyait m'assommer avec saint Augustin et les autres Pères, Rousseau, Conf. II.

HISTORIQUE

XIIe s. Si bruit li cox [coup] com foudre contre oré ; De trente maux [maillets] ne fust-il miex tué, Et li chevals par desoz asomé, Bat. d'Aleschans, 5775.

XIIIe s. Les mastins à un chesne [il] lie, De la maçue les asome, Ren. 17753. Puis la devisa par parties, Qui puis ne furent departies, Et tout par nombres asomma, Et set combien en la somme a, la Rose, 16955. Maint ymage ai fait et forgié Dont nus n'assommerait le pris [ferait la somme, calculerait], ib. 21101. Et li ribaut l'assommerent en tele maniere ; et quant il orent ce fet, il prisrent un baston de mellier [néflier], Beaumanoir, LXIX, 16. De Rome vient li max qui les vertus asome, Rutebeuf, 233.

XIVe s. Olivier de Clisson y fit bien sa journée, Tout ainsi com bouchier a sa beste assommée, Guesclin. 6131. Or m'i vaurrai prouver à tous les plus vaillans ; Se je ne les assomme, je ne vaus deus besans, Baud. de Seb. III, 611. Et Bauduins respont : se vostre main n'ostez, Je vous assommerai de mes deus poings quarrés, ib. VIII, 683.

XVe s. Uns compains estoit assommez [assoupi] Qui romfloit dessus une escame, Deschamps, le Dit du Jeu des dés. Après que les comptes furent tous assommez et rendus, Du Cange, assumere.

XVIe s. Eschylus assommé d'un toict de tortue…, Montaigne, I, 74. Des garsonnets que je voyois escorcher, assommer et meurtrir à quelque pere ou mere, Montaigne, III, 139. Ils vous assomment de l'auctorité de leur experience, Montaigne, IV, 47. Aucuns sont si endormis et assommés, qu'ils ne se peuvent aider, Paré, XXIV, 28.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assommer »

Étymologie de assommer - Littré

Provenç. assomar, asomar ; anc. ital. assomare. Ce mot a eu différents sens. Dans l'historique, on le trouve avec la signification de faire une somme, et alors il vient de somme, réunion de plusieurs quantités ; on le trouve avec le sens d'assoupir, et alors il vient de somme, sommeil ; enfin on le trouve avec le sens de tuer avec quelque chose de lourd, de fatiguer, et alors il vient de somme, fardeau, comme dans bête de somme (voy. SOMME, fardeau).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de assommer - Wiktionnaire

→ voir a-, somme et -er (somme est ici pris au sens de sommeil.).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « assommer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assommer asɔme play_arrow

Conjugaison du verbe « assommer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe assommer

Évolution historique de l’usage du mot « assommer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assommer »

  • Habituée aux débuts de matches explosifs, la Lazio Rome a été à la hauteur de sa réputation. Elle a ouvert le score dès la 5e minute quand le malheureux De Roon a placé une reprise contre son camp, sur un centre de Lazzari, consécutif à une belle action collective. Milinkovic-Savic a fait le break très rapidement d'une lourde frappe (11e), mais l'Atalanta, parmi les équipes les plus spectaculaires d'Europe, ne s'est pas laissée assommer. Loin de là. L'Équipe, Serie A : la Lazio Rome, battue par l'Atalanta Bergame, laisse la Juventus Turin s'envoler - Foot - ITA - L'Équipe
  • À votre tour de le répéter. Sans les assommer avec un cours d’informatique, vous devez aider vos proches à prendre conscience des risques, avec quelques exemples simples. MacGeneration, Comment sécuriser le Mac de mamie sans vous arracher les cheveux | MacGeneration
  • "On a vu avec les enfants qui étaient déjà revenus que ce qui leur plaisait, c'était de reprendre la vie d'avant", a constaté Elsa Bernard, institutrice qui va récupérer sa classe mélangée de petite et grande section de maternelle. Pas question donc d'assommer ses élèves avec des questions sur l’épidémie, "il faut surtout leur redonner le plaisir de l’école", dit-elle et quelques repères, comme "réapprendre à faire ce qu'on leur demande, attendre son tour, retrouver des rituels qui structurent leur journée et qui les rassurent." Elle va aussi réaliser des bilans pour voir ce qui a été fait à la maison pendant le confinement, pour mieux passer le relais aux autres maîtresses. Europe 1, Retour à l'école : quel programme scolaire pour les 15 derniers jours de l'année ?
  • « Dustin l’a assommé, donc si quelqu’un vous assomme, vous voulez évidemment le voir assommer les autres aussi et il adorerait que je l’assomme, car cela le rend un peu mieux. Si Dustin le submerge et que je submerge Dustin, cela fait que Gaethje a l’air battable pour moi. Alors oui, je peux vraiment voir pourquoi il soutient Dustin dans ce combat. » Breakingnews.fr, Dan Hooker dit qu'il comprend pourquoi Justin Gaethje soutient Dustin Poirier
  • Il y a une bonne semaine, toutes les critiques du monde tombaient sur la tête de la Juventus. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et la Vieille Dame pourrait assommer la concurrence. Walfoot.be, La Juventus peut prendre 7 points d'avance sur son dauphin en l'emportant contre Lecce - Tout le foot | Walfoot.be
  • Il a déclaré à AG Sports après le combat: «Combien de fois avez-vous vu quelqu’un assommer quelqu’un en 13 secondes? Je connais mon potentiel et je n’étais pas là pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Breakingnews.fr, La légende de l'UFC, Glover Teixeira, a tenté de combattre l'arbitre après qu'Anthony Johnson l'a mis KO en 13 secondes et lui a assommé
  • Si vous tendez l'autre joue, que cela soit mieux pour reconnaître et assommer celui qui veut en profiter. De Natalie Clifford Barney
  • On ne peut pas s'aimer et ne pas s'assommer. De Jacques Ferron / Les grands soleils
  • Assommer, Monsieur, assommer ! On n'assomme personne dans une ville bien policée ! Denis Diderot, Le Neveu de Rameau

Traductions du mot « assommer »

Langue Traduction
Allemand betäuben
Espagnol noquear a
Anglais knock out
Source : Google Translate API

Synonymes de « assommer »

Source : synonymes de assommer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assommer »



mots du mois

Mots similaires