La langue française

Somme

Sommaire

  • Définitions du mot somme
  • Étymologie de « somme »
  • Phonétique de « somme »
  • Citations contenant le mot « somme »
  • Images d'illustration du mot « somme »
  • Traductions du mot « somme »
  • Synonymes de « somme »
  • Antonymes de « somme »

Définitions du mot somme

Trésor de la Langue Française informatisé

SOMME1, subst. fém.

A. − MATH. Somme (arithmétique). Résultat d'une addition. Somme de deux nombres, de deux quantités. Dans tout triangle, le carré d'un côté est égal à la somme des carrés des deux autres côtés diminué du double produit de ceux-ci par le cosinus de l'angle qu'ils comprennent (Roux, Miellou,Géom., 1946, p. 227).
P. méton. [Au lieu de porter sur des nombres ou des quantités, l'addition porte sur des objets quantifiables] Deux angles supplémentaires sont deux angles dont la somme est égale à un angle plat (Roux, Miellou,Géom., 1946, p. 15):
1. Ces réactions (...) sont dirigées dans le sens de la marche de la machine. Leur résultante, c'est-à-dire leur somme arithmétique puisqu'il s'agit de forces parallèles et de même sens, constitue ce que l'on appelle l'effort de traction à la jante de la machine. Bailleul,Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 167.
Somme algébrique. Addition de deux nombres ou de deux quantités, positifs ou négatifs; p. méton., addition d'objets quantifiés positivement ou négativement. Lorsque plusieurs ondes, distinctes ou réfléchies, se superposent en un point, le mouvement vibratoire en ce point est la somme algébrique des vibrations composantes (Arts et litt., 1935, p. 34-6).
Somme géométrique. ,,La somme géométrique de deux vecteurs est le vecteur porté par la diagonale du parallélogramme construit sur les deux premiers comme côtés`` (Uv.-Chapman 1956). Il regardera la ligne OM comme la somme géométrique d'un très grand nombre de petits vecteurs; il les transportera en O parallèlement à eux-mêmes et fera leur somme géométrique: il trouvera ainsi un vecteur d'origine O qu'il considérera comme équipollent à la ligne OM et dont les projections sur les axes seront les coordonnées qu'il cherche (Cartan,Parallélisme abs., 1932, p. 9).
Somme logique (symb. V). ,,Résultat d'une union`` (Mess. Télém. 1979).
Rem. S'oppose à produit logique « résultat d'une intersection ».
INFORMAT. Somme de contrôle ou somme de test. ,,Test d'erreur portant sur la somme des bits d'un enregistrement`` (Morvan 1980).
B. − P. ext.
1. Résultat du groupement de plusieurs objets.
a) Rare, littér. [Le compl. désigne des objets concr.] Ton visage de marbre n'est point somme d'un nez, d'une oreille, d'un menton et d'une autre oreille mais musculature qui les noue (Saint-Exup.,Citad., 1944, p. 660).
b) [Le compl. désigne des objets abstr.] Le résultat va- t-il sortir d'une foule de combats singuliers (...), d'une combinaison déterminée de forces, (...) opposant une ou plusieurs sommes d'efforts d'espèces déterminées (Foch,Princ. guerre, 1911, p. 267).Nous ne réduisons donc pas la signification du mot et pas même la signification du perçu à une somme de « sensations corporelles » (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p. 274).
2. Quantité considérable d'un objet non comptable. Une somme d'énergie. Cette atroce pitié d'avare, qui réveillait mille plaisirs au cœur du vieux tonnelier, était pour Nanon sa somme de bonheur (Balzac,E. Grandet, 1834, p. 33).À une certaine somme d'égoïsme qui existe chez la mère, un égoïsme différent, inhérent à la famille du père, vient s'ajouter, ce qui ne veut pas toujours dire s'additionner, ni même seulement servir de multiple, mais créer un égoïsme nouveau, infiniment plus puissant et redoutable (Proust,Fugit., 1922, p. 585).
PSYCHOL. Somme d'excitation. ,,Un des termes utilisés par Freud pour désigner le facteur quantitatif dont les transformations font l'objet de l'hypothèse économique. Le terme met l'accent sur l'origine de ce facteur: les excitations, externes et surtout internes (ou pulsions)`` (Lapl.-Pont. 1967). À la fin de son article sur Les psychonévroses de défense (...), Freud écrit: « Dans les fonctions psychiques, il y a lieu de différencier quelque chose (quantum d'affect, somme d'excitation) qui possède toutes les propriétés d'une quantité − même si nous ne sommes pas à même de la mesurer (...) » (Lapl.-Pont.1967).
Rem. ,,Somme, relatif, peut désigner un ensemble incomplet, total, absolu, indique toujours un ensemble complet, faisant un tout`` (Bénac 1956).
3. Loc. adv.
En somme. Finalement, tout compte fait. Il s'agit en somme de. On allait peut-être se sentir un peu tranquilles. Il y avait bien quelques grèves, mais Halluin et le textile du Nord étaient loin, et la grève des taxis était en somme bien agréable pour les voitures privées qui pouvaient enfin circuler dans Paris (Nizan,Conspir., 1938, p. 52).Dans la tragédie on est tranquille. D'abord, on est entre soi. On est tous innocents en somme! Ce n'est pas parce qu'il y en a un qui tue et l'autre qui est tué. C'est une question de distribution (Anouilh,Antig., 1946, p. 166).
Somme toute. Tout bien considéré, tout compte fait, à tout prendre. Il est aisé de s'imaginer que ce qui est immédiatement devant nous, impressionnisme, recherche de la dissonance, (...) cubisme, futurisme, diffère outrageusement de ce qui a précédé. C'est que ce qui a précédé, on le considère sans tenir compte qu'une longue assimilation l'a converti pour nous en une matière variée sans doute, mais somme toute homogène (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 532):
2. Cette fusion complète, et de tous les instants, dura sans aucun accident pendant deux grands mois. Je vous cache les blessures secrètes, sans nombre, infinies; elles n'étaient rien, si je les compare aux consolations qui aussitôt les guérissaient. Somme toute, j'étais heureux... Fromentin,Dominique, 1863, p. 161.
C. − En partic. Somme (d'argent). Quantité d'argent dont le montant est précisé ou pourrait l'être. Synon. chiffre, montant.Le bailleur paye, à titre de dommages et intérêts, au locataire évincé, une somme égale au prix du loyer (Code civil, 1804, art. 1745, p. 317).La somme totale, représentant le débit de la feuille mensuelle, divisée par la production indiquée au crédit de la même feuille donnera directement le prix de revient réel (Brunerie,Industr. alim., 1949, p. 231).
SYNT. Une certaine, une pareille somme; faible, forte, grosse, modeste, modique somme; somme astronomique, considérable, dérisoire, élevée, énorme, exorbitante, folle, forte, importante, infime, modeste, modique, ridicule, rondelette; somme annuelle, fixe, forfaitaire; somme allouée, consacrée à, convenue, dépensée, due, empruntée, encaissée, investie, payée, perçue, promise; somme en argent liquide; acquitter, arrondir, créditer, débiter, débourser, déduire, économiser, mandater, payer, prélever, retirer, verser, virer une somme; collecter, rassembler, recueillir une somme; extorquer, détourner une somme; affecter, consacrer une somme à qqc.
[Le compl. indique le montant de la somme] Une somme de.Être redevable d'une somme de... à qqn ; la coquette somme de. Il se contenta de louer cet enclos à des maraîchers, moyennant la somme de cinq cents francs par an (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 736).L'Irlande, pour dédommager l'Angleterre, n'avait besoin de lui servir (...) qu'une somme annuelle de deux mille cinq cents francs (Jaurès,Ét. soc., 1901, p. 239).
Somme à + inf.Somme à payer. Celui qui a pris l'habitude de vivre chez lui, dans sa maison, sans avoir une somme à débourser à l'expiration de chaque trimestre (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 299).
P. méton. [Pour désigner l'argent lui-même et non plus la quantité] Tenez, monsieur, ajouta-t-elle (...) en jetant trois pièces de cent sous sur la table du greffe, payez-vous (...). Le greffier ne répondit rien, retint sa somme, et rendit le reste (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 440).
D. − Œuvre qui rassemble et résume les connaissances relatives à un sujet, à une science. Synon. compendium.Somme encyclopédique, philosophique; la Somme théologique de saint Thomas d'Aquin. La Divine Comédie est la Somme littéraire et philosophique du moyen âge, et Dante, le saint Thomas de la poésie (Ozanam,Philos. Dante, 1838, p. 281).
REM.
Sommiste, subst. masc.,rare. Auteur d'une somme (supra D). Il est vrai que je leur pourrais bien répondre que je ne suis pas le premier sommiste qui ait traité ces péchés en vulgaire: car l'Italie et l'Espagne sont pleines de tels livres (Péladan,Vice supr., 1884, p. 239).
Prononc. et Orth.: [sɔm]. Homon. et homogr. somme2 et 3; homon., formes de être: (nous) sommes. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 « l'essentiel » (Philippe de Thaon, Comput, éd. I. Short, 2015: ceo est la sume); b) α) ca 1245 « recueil qui contient la somme de tous les événements » (Philippe Mousket, Chron., 1022 ds T.-L.: somme); β) 1479 [éd.] « œuvre qui résume toutes les connaissances relatives à une science, à un sujet » (Boutillier, Somme rural, Bruges, Colard Mansion [titre]); 2. ca 1175 « quantité déterminée d'argent » (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 2332: sonme); 3. ca 1195 « ensemble de choses qui s'ajoutent » (Ambroise, Guerre sainte, 1290 ds T.-L.: some); 4. ca 1245 « quantité formée de quantités additionnées » (St Auban, 1403 ds T.-L.: summe); 5. a) somme toute α) ca 1320 « total général » (doc. ds Gdf.); β) 1464 « enfin, en résumé, en conclusion » (Pathelin, éd. R. T. Holbrook, 1348); b) 1370 en somme (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 188). Empr. au lat.summa « la place la plus haute, le point le plus élevé, total, montant, ensemble », fém. subst. de l'adj. summus « le plus haut, le plus élevé », dér. de super « en dessus, par dessus ». La loc. en somme est un calque du lat. in summa « au total » (v. FEW t. 12, p. 426a). Bbg. Gohin 1903, p. 353. − Schelling (M.). Qq. modalités de clôture, les conclusifs: finalement, en somme... Cah. Ling. fr. Genève. 1982, n o4, pp. 81-95.

SOMME2, subst. fém.

Bête de somme. Animal utilisé à porter des charges, des fardeaux. Cette grande caisse, où l'on peut s'allonger confortablement, est soutenue par des brancards, eux-mêmes portés par des valets ou par des bêtes de somme attelées en file (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 147).
[Dans des cont. à valeur fig.] Quand les enfants arrivent, je leur appartiens sans réserve; aplatie, matée, j'ai pour eux une bonté de bête de somme docile (Frapié,Maternelle, 1904, p. 245).On faisait la bête de somme depuis une dizaine d'heures, et Moreau boîtaillait (Benjamin,Gaspard, 1915, p. 39).
Rare. Cheval de somme. L'entrée à Tyr, elle ne l'avait pas oubliée non plus: elle, en tête, sur les paniers d'un cheval de somme, se tenant du poing à la crinière (Louÿs,Aphrodite, 1896, p. 15).
Prononc. et Orth.: [sɔm]. Homon. et homogr. somme1 et 3; homon., forme de être: (nous) sommes. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 « charge, fardeau que peut porter un cheval, un mulet, etc. » (Voyage Charlemagne, 567 ds T.-L.: some); b) fin du xiies. « bête de somme » (Béroul, Tristan, éd. Muret4, 4206: some); 2. bête de somme a) 1596 « bête propre à porter des fardeaux » (Hulsius: beste de somme); b) 1756 fig. (Voltaire, Essai sur l'hist. gén., p. 241). Du b. lat. sauma « bât » (att. sous la forme salma, au viies., chez Isodore de Séville, v. FEW t. 11, p. 68, note 33 et sous la forme soma, au viiies. ds les Gloses de Reichenau, éd. H.-W. Klein et A. Labhardt, t. 1, p. 88, 716), var. de sagma « id. », lui-même empr. au gr. σ α ́ γ μ α « charge, attirail, harnais, bât ». V. FEW t. 11, pp. 65b-66b.

SOMME3, subst. masc.

Action de dormir, sommeil considéré dans sa durée généralement courte. Faire un somme; bon, petit somme; léger somme. Bientôt voici que le père Chapdelaine se réveillait rafraîchi par son somme et prêt pour la besogne (Hémon,M. Chapdelaine, 1916, p. 62).Le bras étendu sur le parapet, il semblait continuer son somme, la tête penchée, son col mal boutonné (Dorgelès,Croix bois, 1919, p. 280).
Dormir d'un somme. Dormir d'un (seul) trait, sans se réveiller. Des femmes dont les unes si éreintées qu'elles dormaient, d'un somme, vingt-quatre heures (Goncourt,Journal, 1860, p. 838).
Prononc. et Orth.: [sɔm]. Homon. et homogr. somme1 et 2; homon., forme de être : (nous) sommes. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Déb. du xiies. « action de dormir » (St Brendan, éd. I. Short et Br. Merrilees, 809: li sumnes lur cureit sus); 2. ca 1223 ne fist c'un somme (Gautier de Coinci, Miracles, éd. V. Fr. Koenig, I Mir 36, 210). Réfection d'apr. sommeil*, du lat. somnus « sommeil », qui a donné régulièrement som (déb. xiiies. [ms.], Guillaume de S. Thierry, Epistola ad fratres de Monte Dei, ms. Verdun 72, f o55 r o, éd. V. Honemann, p. 246), rare dans l'anc. lang. mais encore fréq. dans certains dial. (v. FEW t. 12, pp. 92b-93a et Bl.-W.1-5).
STAT.Somme1, 2 et 3. Fréq. abs. littér.: 7 252. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 157, b) 9 534; xxes.: a) 11 139, b) 12 078.
BBG.Goug. Mots t. 1 1962, pp. 139-140.

Wiktionnaire

Nom commun 1

somme \sɔm\ féminin

  1. (Mathématiques) Résultat de l’addition de plusieurs nombres.
    • Cinq, la somme de deux et trois.
    • Si l’on additionne tous ces chiffres, on arrive à une somme importante.
  2. (Par extension) Quantité d’argent.
    • Avignon, Carpentras, Cavaillon, regorgent, pour la malédiction des familles, de tripots où de grosses sommes sont à chaque instant risquées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le double objectif de la tontine est de permettre au membre de libérer sa cotisation (comme s'il faisait une épargne) et de pouvoir bénéficier d'une importante somme en vue de réaliser un investissement ou une dépense. — (Célestin Murengezi, Impacts du crédit dans la promotion des PME, page 61, 2008)
    • Jolie somme ! Mais restait à la toucher... Or, ici, commence un procès aux complications inénarrables, et qui dura dix ans. — (Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, 1910, vol.1, p.22.)
    • Andréa fouillait das sa coiffeuse. Elle l'avait trouvée dans une salle des ventes à Saumur et arrachée de haute lutte à une équipe de brocanteurs rapaces pour la somme de trois cent cinquante francs. — (Patrick Cauvin, Haute-Pierre, éditions Albin Michel, 1985)
  3. (Figuré) Ensemble, totalité.
    • Cela ne peut qu’ajouter à la somme de nos maux.
  4. Ensemble de livres qui traitent en abrégé de toutes les parties d’une science, d’une doctrine, etc.
    • Le premier, Abélard avait eu l’idée de composer une somme théologique suivant la méthode des Dialecticiens, […] ; mais le traité qu’il écrivit tout d’abord, […], comprend seulement l’étude de Dieu et de la Trinité. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • «Par pur hasard du calendrier», balaie le sociologue des religions Jean-Louis Schlegel, auteur d’une somme sur cette question,… . — (Samuel Lieven, Les «chrétiens de gauche» se cherchent un avenir - Journal La Croix, page 17, 17 mars 2015)
  5. Armoiries avec 3 sommes (sens héraldique)
    (Héraldique) (Rare) Meuble représentant un disque de couleur verte dans les armoiries. Il s’agit d’ancien nom utilisé pour le tourteau de sinople. À rapprocher de besant, besant-tourteau, buse, gulpe, guse, heurte, œil de faucon, ogoesse, plate, pomme, tourteau, tourteau-besant et volet.
    • D’argent à trois tourteaux de sinople (sommes) mal-ordonnés, qui est du Hundred Vemmenhög en Suède → voir illustration « armoiries avec 3 sommes »

Nom commun 2

somme \sɔm\ masculin

  1. Temps de sommeil.
    • Ma sieste habituelle n’avait jamais dépassé vingt-cinq minutes. Je me sentis donc suffisamment rassuré, et je m’arrangeai tout de suite pour faire mon somme. — (Edgar Poe, L’Ange du bizarre, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
    • Or, le matin, jour de l’élection, Laugu du Moulin et Abel le Rat, après un petit somme pour cuver les cuites de la semaine, s’étant levés et de concert. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOMME. n. f.
T. didactique. Quantité qui résulte de plusieurs quantités additionnées. La somme des unités, des dizaines, des centaines. Si l'on additionne tous ces chiffres, on arrive à une somme importante. Il se dit par extension, dans le langage courant, d'une Quantité d'argent. La somme de trois mille francs. On lui donna une somme d'argent pour faire son voyage. Je lui ai fourni la somme qui lui manquait. Cette maison, cette terre lui a coûté des sommes immenses. Il s'emploie aussi figurément pour désigner l'Ensemble, la totalité. Cela ne peut qu'ajouter à la somme de nos maux. Il est aussi le Titre de livres qui traitent en abrégé de toutes les parties d'une science, d'une doctrine, etc. La Somme théologique de saint Thomas.

SOMME TOUTE, EN SOMME, loc. adv. Enfin, en résumé, pour conclusion. Somme toute, vous devez être satisfait. Somme toute, ce n'est pas un homme à qui vous deviez vous fier. En somme, que pensez-vous de lui?

Littré (1872-1877)

SOMME (so-m') s. f.
  • 1 Terme de mathématiques. Résultat des quantités additionnées. La somme des unités. La somme des termes d'une équation.

    Dans le calcul aux différences finies, la différence prise en sens inverse.

  • 2Particulièrement, une quantité d'argent. Il avait dans la terre une somme enfouie, Son cœur avec, n'ayant autre déduit Que d'y ruminer jour et nuit, La Fontaine, Fabl. IV, 20. Anticipant tous les jours sur la somme Qu'il [Belphégor] ne devait dépenser qu'en dix ans, La Fontaine, Belph. Parcourrai-je les sommes incroyables que Mme d'Aiguillon a distribuées en divers temps, les fondations qu'elle a faites en divers lieux ? Fléchier, Mme d'Aig. Celui qui a gagné un procès d'où on lui a compté une grosse somme, La Bruyère, VI. Cet homme avait reçu de grandes sommes d'Adraste, pour lui mander tous les desseins des alliés, Fénelon, Télém. XVI. L'empereur était alors si pauvre, qu'il accordait les plus grandes choses pour les plus petites sommes, Voltaire, Ann. Emp. Sigismond, 1434. Petit à petit cela fait somme, Diderot, Entretien avec la maréchale.

    Par extension. Étant accoutumés par notre courte existence à regarder cent ans comme une grosse somme de temps, Buffon, 1re ép. nat. Œuvr. t. XII, p. 97.

    Somme totale, la quantité qui résulte de plusieurs sommes jointes ensemble.

    Adverbialement. Somme totale, en réunissant toutes les sommes. Somme totale, il en coûte tant.

    Terme de marine. Haute somme, dépense extraordinaire que fait un armateur.

  • 3 Fig. Ce qui est comparé à un total. La somme des biens serait infiniment plus grande que celle des maux, si les hommes avaient le bon esprit de mettre dans la première classe et les sensations agréables, et les moments exempts de trouble et de chagrins, Barthélemy, Anach. ch. 78. Il faut toujours, dans nos tableaux, unir le bonheur à l'infortune, et faire la somme des maux un peu plus forte que celle des biens, comme dans la nature, Chateaubriand, Génie, II, II, 3.
  • 4Titre de certains livres qui traitent en abrégé de toutes les parties d'une science. Chargés d'une somme de théologie qui eût été capable d'assommer, Guez de Balzac, Socr. Disc. 5. Alain, ce savant homme, Qui de Bauny vingt fois a lu toute la Somme, Boileau, Lutr. IV. Il y a dans sa Somme ultramontaine [de saint Thomas d'Aquin] des décisions que les parlements de France feraient brûler, si on voulait s'en servir pour troubler l'État, Voltaire, Louis XV, 38.
  • 5Somme toute, en somme, et même, simplement, somme, loc. adv. et fig. Enfin, en résumé, pour conclusion. Ce qui lui fit conclure en somme Qu'il avait à grand tort son village quitté, La Fontaine, Fabl. VII, 12. Somme, qu'enfin il ne lui manquait rien, La Fontaine, Coc. Somme toute, avec de belles paroles, il refuse l'épreuve proposée ? Rousseau, 2e dial.

REMARQUE

" Puisque l'on ne veut plus recevoir en somme, on recevra moins somme pour en somme, dont nos meilleurs écrivains se servaient il n'y a pas longtemps, et beaucoup moins encore somme toute, " VAUGEL. Rem. t. I, p. 52. Cette décision de Vaugelas et des puristes n'a pas été consacrée par l'usage.

HISTORIQUE

XIIIe s. La somme de leur conseil fu tiex [telle], que se Johannis li Blas venoit seur els, qu'il istroient fors, Villehardouin, CXLII. Ce est la somme de la chose [de l'histoire], la Rose, 1504. Mes [mais] povres fames, povres hommes, Qui de deniers n'ont pas grans sommes…, ib. 11398. Et quant toutes les parties sunt dites et somme fete, après doit estre fete la somme des despenses, Beaumanoir, XXIX, 14. En cort terme [il] set bien la somme De son avoir…, Rutebeuf, 31.

XIVe s. Ainsi appert [apparaît] en somme la sentence de ces deux chapitres, Oresme, Éth. 66.

XVIe s. Il feit condemner Meneclides en une somme de deniers pour l'amende, Amyot, Pélop. 46. La raison doibt tendre en somme à nous faire bien vivre, Montaigne, I, 69. Somme, il feut certain que…, Montaigne, I, 96.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. SOMME. Ajoutez :
6La somme des sommes, le point le plus essentiel. La modestie est aussi requise au langage d'un homme d'honneur comme en son allure ; la somme des sommes, c'est que je veux que tu sois lent à parler, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOMME, SOMMEIL, (Gram. & Synonym.) il y a quelquefois de la différence entre ces deux mots. Somme signifie toujours le dormir, ou l’espace du tems qu’on dort. Sommeil se prend quelquefois pour l’envie de dormir : on est pressé du sommeil en été, après le repas ; on dort d’un profond somme après une grande fatigue.

C’est-là que le prélat muni d’un déjeuner,
Dormant d’un léger somme, attendoit le dîner.

Boileau.

Sommeil a beaucoup plus d’usage & d’étendue que somme. On dit poétiquement de la mort, que c’est un sommeil de fer, parce que le sommeil est l’image de la mort. Ce mot signifie au figuré, l’indolence & l’insensibilité ; l’oubli de la religion & de la vertu, est un sommeil funeste. (D. J.)

Somme la, (Géog. mod.) en latin vulgaire Somona ; riviere de France en Picardie, qu’elle traverse presque toute d’orient en occident, où elle prend sa source, au lieu nommé Fonsomme, & après avoir arrosé plusieurs villes, elle va se jetter dans la Manche, entre le Crotoi & S. Valery. (D. J.)

Somme, s. f. en Mathématique, signifie la quantité qui résulte de l’addition de deux ou plusieurs grandeurs, nombres, ou quantités jointes ensemble. Voy. Addition.

On l’appelle quelquefois total, & en algebre on l’exprime quelquefois par la lettre s, qui signifie somme.

La somme d’une équation est l’assemblage de tous les termes d’une équation ; lorsque le nombre absolu, ou terme tout connu, étant transporté d’un côté à l’autre avec un signe contraire, le tout devient égal à zéro ; en sorte que zéro est un des membres de l’équation, comme dans cet exemple, . Descartes appelle , la somme de l’équation proposée, & c’est sous cette forme que l’on considere ordinairement les équations. Voyez Equation. (O)

Somme, s. f. (Comm. d’argent.) ce mot se dit d’une certaine quantité, par exemple de livres, sols, & deniers, que l’on reçoit, & dont on fait payement ; sur les livres & dans les comptes des marchands, les sommes se tirent en lignes, sur la marge à droite, en chiffre commun, en arabe ; on appelle somme totale, celle qui provient de l’addition de plusieurs petites sommes. Irson. (D. J.)

Somme, s. f. (Clouterie.) ce terme, dans le négoce de la clouterie, exprime en un seul mot, une certaine quantité de milliers de clous ; toute la broquette, à la reserve de la grosse broquette estampée, ou à tête emboutie, & toutes les autres sortes de clous, qui sont du nombre de ceux qu’on appelle clous légers, même quantité de clous, dit clous-au-poids, se vendent à la somme quand on les vend en gros ; la somme est de douze milliers de compte ; les broquettes estampées, de tous les grands clous, se vendent au compte. Savari. (D. J.)

Somme haute, (Comm. maritime.) en matiere de commerce de mer, on appelle somme haute, la dépense qui ne concerne ni le corps du navire, ni les victuailles, ni les loyers des hommes ; mais ce qui s’emploie au nom de tous les intéressés, pour l’avantage du dessein qu’on a entrepris. Les marchands en fournissent ordinairement les deux tiers, & l’autre tiers se paye par le maître du navire. Dict. du comm. (D. J.)

Somme, (Maréchal.) fardeau qu’on met sur un cheval, & qui est aussi pesant qu’il peut le porter. Cheval de somme est celui qui est destiné à porter la somme.

Somme de verre, (Verrerie) une somme de verre, est un pannier de verre propre aux vitriers, qui renferme vingt-quatre plats, ou pieces de verre rondes, d’environ deux piés de diametre, qui font la charge du crocheteur ; on peut tirer d’une somme de verre, 90 ou 95 piés quarrés de vitrage. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « somme »

Provenç. somma, suma, summa ; somme, comble, sommet ; espagn. suma ; ital. summa ; du lat. summa, de l'adj. summus, le plus haut (voy. SOMMET), pris substantivement au féminin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) Du latin summa (« point le plus élevé »), abréviation de summa linea (« ligne du haut »), car les Romains faisaient leurs additions en notant le résultat en haut, d'où le sens actuel.
(Nom 2) Du latin somnus (« sommeil ») qui donne l’ancien français som et dont sont dérivé somnambule, somnifère, etc.
(Nom 3) Du latin sagma qui donne l’ancien français some, l’occitan sauma.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « somme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
somme sɔm

Citations contenant le mot « somme »

  • On a toujours le choix. On est même la somme de ses choix. De Joseph O'Connor / Desperados
  • Le monde est une vallée de pleurs, mais somme toute, bien irriguée. De Paul Morand / Fermé la nuit
  • Glouton, coureur, méchant, lâche et galeux ; en somme, feu mon chien était presque un homme. De Jules Janin
  • Je suis un homme. Je suis un homme. Quoi de plus naturel en somme. De Michel Polnareff / Je suis un homme
  • Chaque livre est aussi la somme des malentendus dont il est l'occasion. De Georges Bataille / Somme athéologique
  • Les trois meilleures choses au monde : un bon verre avant, un bon somme après. De Anonyme
  • Être, c'est être la somme de tout ce qu'on a été. De Victor Hugo / Choses vues
  • Nous somme confrontés à des opportunités insurmontables. De Walter Crawford Kelly
  • Conscience collective : somme des inconsciences individuelles. De Georges Elgozy
  • Le tout est plus grand que la somme des parties. De Confucius
  • La totalité est plus que la somme des parties. De Aristote / La Métaphysique
  • Un homme est la somme de ses propres malheurs. De William Faulkner / Le Bruit et la fureur
  • La tradition, c'est la somme des valeurs vieillies. De Kazimierz Brandys / Lettres à Madame Z
  • Un tableau était une somme d'additions. Chez moi, un tableau est une somme de destructions. De Pablo Picasso / Conversations avec Christian Zervos

Images d'illustration du mot « somme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « somme »

Langue Traduction
Anglais sum
Espagnol suma
Italien somma
Allemand summe
Chinois
Arabe مجموع
Portugais soma
Russe сумма
Japonais
Basque batuketa
Corse summa
Source : Google Translate API

Synonymes de « somme »

Source : synonymes de somme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « somme »

Partager