La langue française

Empoisonner

Sommaire

  • Définitions du mot empoisonner
  • Étymologie de « empoisonner »
  • Phonétique de « empoisonner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « empoisonner »
  • Citations contenant le mot « empoisonner »
  • Images d'illustration du mot « empoisonner »
  • Traductions du mot « empoisonner »
  • Synonymes de « empoisonner »
  • Antonymes de « empoisonner »

Définitions du mot empoisonner

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPOISONNER, verbe trans.

A.− Domaine concr.
1. [Le suj. désigne l'agent de l'action]
a) [Le compl. d'obj. désigne un être animé]
[Sans intention de tuer] Intoxiquer en faisant absorber du poison. Synon. intoxiquer.On parvient, dit-on, à immuniser les gens contre les poisons en les empoisonnant un peu tous les jours (Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 83):
1. Il abusa du droit qu'on a d'empoisonner les gens, en incorporant dans ses bières des doses démesurées d'acide carbonique, qui les rendaient souverainement agréables et nuisibles. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 309.
Emploi pronom. réfl. Les feuilles du livre, imprégnées d'une mixture d'arsenic, tenaient l'une à l'autre (...) le tyran mouillait son doigt (...). Il porta à plusieurs reprises son doigt à sa bouche, et s'empoisonna (Dumas père, Reine Margot,1847, III, tabl. 8, 1, p. 107).Elle s'empoisonnera jamais cette infecte charogne!... Elle bouffera pas des champignons! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 85).
P. hyperb. Je suis venu à votre nouvelle gargote parce qu'on m'empoisonnait à l'ancienne avec des nourritures abominables (Maupass., Mt-Oriol,1887, p. 157).
[Avec intention de tuer] Tuer ou mettre en péril de mort en faisant absorber du poison. Empoisonner son chien. Le despote étranglant ses frères, les frères empoisonnant ou égorgeant le despote (Hugo, Rhin,1842, p. 440):
2. On nous fait rire en nous montrant (...) deux charmantes vieilles dames qui s'amusent à empoisonner leurs invités avec de l'arsenic, et plus il y a de victimes, plus on rit. Green, Journal,1942, p. 203.
Emploi pronom. réfl. S'administrer soi-même du poison (pour se donner la mort). Hier, la lettre de ce garçon que je connais, qui avait essayé de s'empoisonner (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 466).L'ancien pasteur Jackson qui, arrêté, s'empoisonna (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 339).
b) [Le compl. d'obj. désigne une chose] Infecter de poison. Empoisonner une arme, une flèche; dard, gaz empoisonné; sagaie empoisonnée avec du curare. Des hommes masqués empoisonnaient les sources et jetaient dans l'air des poudres qui donnaient des maladies (France, Dieux ont soif,1912, p. 50).On parlait d'espions qui enfonçaient des aiguilles dans les fesses des femmes et d'autres qui distribuaient aux enfants des bonbons empoisonnés (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 31):
3. De plus, ceux-ci [les paysans] ne sulfataient qu'avec répugnance (...). Enfin quelques cas d'intoxication s'étant produits, provoqués par des fruits et des feuilles mangés ou broutés encore frais de la pulvérisation, ils estimaient le remède pire que le mal. Ils désespéraient d'un fruit que l'on ne pouvait sauver qu'en l'empoisonnant. Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 96.
2. [Le suj. désigne la cause]
a) [En parlant d'un poison, d'une substance toxique]
[Le compl. d'obj. désigne un animé ou un organisme vivant] Causer une intoxication (qui peut être mortelle). Le mouron empoisonne les lapins; le tabac empoisonne l'organisme. Synon. intoxiquer, tuer.Fumer des cigarettes qui m'empoisonnent et achèvent de m'abrutir (Gide, Journal,1928, p. 889).L'apéritif, qui empoisonne le foie, le sang et le système nerveux (L. Daudet, Brév. journ.,1936, p. 238):
4. Ce type qui a tué Hoederer est mort. Il s'appelait Raskolnikoff; il a été empoisonné par des chocolats aux liqueurs. Sartre, Les Mains sales,1948, 7etabl., p. 253.
[Le compl. d'obj. désigne une chose] Le mazout empoisonne la mer. Synon. infecter, souiller.Casse-têtes garnis de clous, javelots empoisonnant les blessures (Flaub., Trois contes,Hérodias, 1877, p. 165).Ce centre de Londres est aujourd'hui devenu laid, empoisonné par les vapeurs d'essence et les marchands d'automobiles d'occasion (Morand, Londres,1933, p. 171).
b) P. ext.
Imprégner (un lieu) de mauvaises odeurs. Les relents empoisonnent l'atmosphère; le bouc empoisonne l'écurie. Synon. empester, empuantir; anton. embaumer.La meneuse fit entrer son monde dans le réfectoire, alors vide, empoisonné par une horrible odeur de graillon (Zola, Fécondité,1899, p. 527):
5. Que de fois ai-je dû frotter, cirer, polir les carreaux rouges avant que se dissipât cette odeur de moisissure et d'eau morte qui sort ici des murs mêmes, empoisonne jusqu'à l'air du jardin! ... Bernanos, Monsieur Ouine,1943, p. 1362.
Exhaler de mauvaises odeurs. La boucherie empoisonne de relents; l'ivrogne empoisonne l'alcool. Synon. empester, puer.Ce n'était pas un diable empoisonnant le soufre et d'aspect effroyable, un diable rococo (Gauthier, Albertus,1833, p. 181).
Emploi abs., fam. Puer. J'ai besoin de prendre l'air, ça empoisonne ici (Sue, Myst. Paris,t. 4, 1842-43, p. 31).Il s'impatienta après la mèche qui charbonnait encore et murmura : − Cette lampe empoisonne (France, Hist. comique,1903, p. 113):
6. Alors Léon publia qu'il ne pouvait plus travailler à côté de Levier, tant l'homme empoisonnait de la bouche; ... Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 756.
B.− Au fig.
1. Altérer
a) [Avec une idée de falsification qui a pour conséquence de rendre impossible] Tu dramatises tout, criait Mahiéddine. Tu as tort. Tu t'empoisonnes l'existence (Cocteau, Gd écart,1923, p. 63).
b) [Avec une idée de dégradation qui a pour résultat de rendre méconnaissable] La propagande empoisonne l'information. Synon. altérer, gâter.Le moindre manque d'attention ou de courage sera puni par une défaite empoisonnant pour longtemps les rêveries de l'imagination (Stendhal, Amour,1822, p. 58).Les rivalités sociales qui empoisonnent, sans grand profit pour personne, l'existence en commun (Jeux et sp.,1968, p. 1178):
7. J'attends que tu m'appelles, moi, Dora, que tu m'appelles par-dessus ce monde empoisonné d'injustice... Camus, Les Justes,1950, III, p. 353.
Emploi pronom. à sens passif. Synon. s'altérer.Le bonheur de le revoir s'empoisonne à présent de tristesses, d'inquiétudes surtout (Loti, Ramuntcho,1897, p. 221).
c) [Avec une idée d'avilissement] Corrompre. En Orient, nos querelles de partis deviennent des querelles de religion et l'argent empoisonne tout (Cocteau, Maalesh,1949, p. 139):
8. En ce temps-là, grâce au ciel, les romans et films policiers n'empoisonnaient pas les loisirs des adolescents... Duhamel, Le Jardin des bêtes sauvages,1934, p. 114.
d) [Avec une idée de nocivité résultant de l'altération] Regard, parole, propos empoisonné(e). Les voilà dans la rue les uns et les autres, et se perçant les uns les autres de vérités empoisonnées (Alain, Propos,1934, p. 1230).
2. Pop. Causer une impression désagréable.
a) [Avec une idée d'agacement] Ennuyer, embêter, tracasser. Empoisonner ses frères. Synon. emmerder (pop.).Je crois bien qu'elle le faisait exprès d'être là... rien que pour m'empoisonner... (Céline, Voyage,1932, p. 553).
b) [Avec une idée d'ennui causé par la monotonie] Emploi pronom. réfl. subjectif. S'ennuyer, s'embêter. Qu'est-ce qu'on s'empoisonne ici! Synon. s'emmerder (pop.); anton. s'amuser, rigoler (pop.) :
9. « Allez, allez! ferme-moi tes bouquins, ce n'est pas tous les jours qu'on est ensemble! on va sortir, je t'invite. Tu connais bien un endroit rigolo? (...) Ils allèrent donc aux Noctambules, où ils s'empoisonnèrent à cent sous l'heure. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 204.
Rem. La docum. atteste l'adj. empoisonnable, rare. Qu'on peut empoisonner. Alors les animaux affaiblis et languissants deviennent plus facilement empoisonnables par des poisons qui altèrent les liquides et moins facilement empoisonnables par ceux qui agissent sur le système nerveux (C. Bernard, Principes méd. exp., 1878, p. 233).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃pwazɔne], (j')empoisonne [ɑ ̃pwazɔn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1130 « faire mourir par le poison » (Lois de Guillaume le Conquérant, éd. J. E. Matzke, 36); 1175 (J. Le Nevelon, La Venjance Alixandre, éd. des Elliott Monographs, 30); 2. av. 1593 « rendre nuisible par le poison » (Amyot, Comment réfrener..., 22 ds Littré); 3. 1608 fig. « remplir de quelque chose comparable à du poison » (Régnier, éd. G. Raibaud, Satire V, 233, p. 57); 4. 1642 « corrompre moralement » (Corneille, Pompée, I, 3); 5. 1694 « empuantir » (Ac.). Dér. de poison*; préf. em- (en-*); dés. -er. Fréq. abs. littér. : 1 712. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 396, b) 2 183; xxes. : a) 2 784, b) 2 389. Bbg. Gall. 1955, p. 56, 155, 467 (s.v. empoisonné).Gir. 1834, p. 36. − Rog. 1965, p. 110.

Wiktionnaire

Verbe

empoisonner \ɑ̃.pwa.zɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire mourir ou essayer de faire mourir par le poison.
    • Or, comme c’était par l’odorat qu’avait été empoisonnée Jeanne de Navarre, c’était le cerveau, seule partie du corps exclue de l’autopsie, qui devait offrir les traces du crime. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • L’abbaye, dit-on, doit son origine à une comtesse Cuniga, une sorte de Barbe-Bleue en jupons, qui avait empoisonné ses sept maris et terrifiait toute la contrée par ses crimes. — (Maurice Grandjean, À travers les Alpes autrichiennes, A. Mame, 1893, page 147)
    • (Absolument)Le bruit courut que les trois frères avaient été empoisonnés, et le public n’eut pas besoin de savoir le latin pour cherchez à découvrir le coupable pas l’application du vieil axiome « is fecit cui prodest ». — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 121)
  2. (Par analogie) Infecter de poison.
    • S’il y eut de juifs massacrés au Puy […] c’est parce qu’à cette époque la légende s’était répandue que les juifs, de concert avec les lépreux, empoisonnaient les puits. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Empoisonner un étang, une rivière : Y jeter des substances propres à faire mourir le poisson.
  3. Faire mourir par une qualité vénéneuse, en parlant de certaines substances.
    • La noix vomique empoisonne les chiens.
  4. (Par extension) Produire des émanations extrêmement infectes.
    • [...], le tout arrosé d’un vin de Val-de-Peñas assez bon, quoique épais à couper au couteau, empoisonnant la poix et couleur de sirop de mûres. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Les rues de Reykjavik, comme celles de Thorshavn sont empoisonnées par l’atroce odeur de vieux poisson, et il faut que le climat soit extraordinairement sain pour que la peste n’y règne pas à l’état endémique. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 47)
    • Lorsqu’on eut commencé à remuer la terre, il en sortit une vapeur puante qui empoisonna tous les travailleurs.
  5. (Figuré) Troubler ; altérer ; remplir d’amertume.
    • [...] il recommandait à sa fille de prendre garde à la malaria car son oncle avait eu une vieillesse empoisonnée par cette maladie. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VIII, Gallimard, 1937)
    • La popularité de Bakatine s’effondre quand il remet aux Américains, en signe de bonne volonté, les plans relatifs au « microtage » de l’ambassade américaine de Moscou, un dossier qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis 1985, année de la découverte de centaines de microphones dans les bâtiments. — (Andreï Kosovoi, Les services secrets russes des tsars à Poutine, éd. Tallandier, 2014)
    • Ce souvenir empoisonnait mon existence. — Des plaisirs que la crainte empoisonne.
  6. (En particulier) Corrompre l’esprit et les mœurs.
    • Cette doctrine a empoisonné beaucoup d’esprits.
    • Ces maximes sont faites pour empoisonner la jeunesse.
    • Louanges empoisonnées.
    • Il lui empoisonna l’esprit par ses flatteries.
  7. Rapporter une chose en y donnant un tour malin, défavorable, dangereux, contre l’intention de celui qui l’a dite.
    • C’est un mauvais esprit qui empoisonne les choses les plus innocentes, qui empoisonne tout ce qu’on dit.
    • Les médisants empoisonnent tout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPOISONNER. v. tr.
Faire mourir ou Essayer de faire mourir par le poison. Le bruit court qu'on l'a empoisonné. Empoisonner une personne, un chien. Il s'empoisonna avec de l'arsenic. Il signifie, par analogie, Infecter de poison. Empoisonner des viandes, des fruits. Empoisonner une fontaine, un puits, une source. Empoisonner une plaie. Empoisonner des armes, un poignard, des flèches. Empoisonner un étang, une rivière, Y jeter des substances propres à faire mourir le poisson. Il signifie également Faire mourir par une qualité vénéneuse en parlant de Certaines substances. La noix vomique empoisonne les chiens. Absolument, Il y a des champignons qui empoisonnent. Il se dit, par extension, d'Émanations qui sont extrêmement infectes. Lorsqu'on eut commencé à remuer la terre, il en sortit une vapeur puante qui empoisonna tous les travailleurs. Cet homme a une haleine qui empoisonne. Ce poisson est pourri, il empoisonne. Il se dit figurément pour Troubler, altérer, remplir d'amertume. Ce souvenir empoisonnait mon existence. Des plaisirs que la crainte empoisonne. Il se dit, particulièrement, de Ce qui corrompt l'esprit et les mœurs. Cette doctrine a empoisonné beaucoup d'esprits. Ces maximes sont faites pour empoisonner la jeunesse. Louanges empoisonnées. Il lui empoisonna l'esprit par ses flatteries. Il signifie encore Rapporter une chose en y donnant un tour malin, défavorable, dangereux, contre l'intention de celui qui l'a dite. C'est un mauvais esprit qui empoisonne les choses les plus innocentes, qui empoisonne tout ce qu'on dit. Les médisants empoisonnent tout.

Littré (1872-1877)

EMPOISONNER (an-poi-zo-né) v. a.
  • 1Infecter de poison. Empoisonner des viandes. Empoisonner un fruit. Certains sauvages empoisonnent leurs flèches.

    Empoisonner un étang, un cours d'eau, y jeter des substances propres à faire mourir le poisson.

    Empoisonner des terres, jeter dans les terres des choses propres à tuer les chiens, afin d'empêcher la chasse.

    Fig. Je ne demandais pas à gémir auprès d'eux, à respirer encore un air qu'ils empoisonnent, Voltaire, Triumv. II, 1. Il ne se contenta pas d'aiguiser, il empoisonna ses traits, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 311, dans POUGENS.

  • 2Faire prendre du poison à dessein de causer la mort. Empoisonner un homme. Empoisonner un chien.

    Il se dit aussi des substances vénéneuses. La noix de galle empoisonne les chiens.

    Absolument. Certains champignons empoisonnent.

    Il se dit de la communication d'une maladie honteuse. Cette malheureuse fille l'a empoisonné.

  • 3 Par exagération. Faire manger quelque chose de très mauvais. Je sors de chez un fat qui, pour m'empoisonner, Je pense, exprès chez lui m'a forcé de dîner, Boileau, Sat. III.
  • 4Exhaler une odeur infecte. Cela empoisonne toute la salle.

    Absolument. Les exhalaisons de cet étang empoisonnent.

  • 5Remplir de choses nuisibles. Votre prairie est empoisonnée de mauvaises herbes. Ce champ est empoisonné de rats et de sauterelles.
  • 6Au moral, remplir de quelque chose comparé à un poison. On nous empoisonne de mauvais romans. Et ce qui plus encor m'empoisonne de rage, Régnier, Sat. V. Un je ne sais quel trouble empoisonne ma joie, Racine, Esth. II, 1. Des plaisirs qui ont empoisonné toute la douceur de sa vie, Massillon, Av. Mort du péch. Son rang même, ses bienséances, ses devoirs, tout empoisonne sa passion criminelle, Massillon, Pet. car. Malh. Les chagrins qui empoisonnent la vie humaine, Massillon, Prof. rel. 4. Oui je veux dans son cœur Empoisonner sa joie, y porter ma douleur, Voltaire, Oreste, I, 2. Une passion funeste pendant cinq ans empoisonna ma vie, Genlis, Théât. d'éduc. la Mère rivale, II, 7.
  • 7Corrompre l'esprit, le cœur. Cette doctrine a empoisonné beaucoup d'esprits. Photin et ses pareils Vous ont empoisonné de leurs lâches conseils, Corneille, Pomp. I, 3. Ceux que vous trompez depuis si longtemps, soit en les laissant dans leurs désordres par votre mauvaise conduite, soit en les empoisonnant par vos médisances, Pascal, Prov. 16. Pallas de ses conseils empoisonne ma mère, Racine, Brit. II, 1. Qu'entends-je ? quel conseil ose-t-on me donner ? Ainsi donc jusqu'au bout tu veux m'empoisonner, Malheureuse ! voilà comment tu m'as perdue, Racine, Phèdre, IV, 6. Ses maîtres avaient empoisonné par la flatterie son beau naturel, Fénelon, Tél. II. On avait empoisonné mon cœur dès ma plus tendre enfance, Fénelon, ib. XII. Le luxe empoisonne toute une nation, Fénelon, ib. XXII.

    Il lui a empoisonné l'esprit, c'est-à-dire il lui a inspiré d'injustes sentiments de défiance, de soupçons.

  • 8Prendre et offrir le mauvais côté des choses, les dénaturer malignement. Les médisants empoisonnent tout. Ne m'empoisonnez pas vos bienfaits les plus doux, Molière, Mélic. II, 1. Les rapporteurs, nation maligne, qui empoisonne les choses innocentes, Fénelon, Tél. XXIV. Tandis que vos concurrents, que vos amis prétendus peut-être… empoisonnent vos discours et vos démarches les plus innocentes, Massillon, Car. Injust. du monde. L'esprit prévenu contre lui, et plus disposé à empoisonner ses bonnes actions qu'à faire grâce à ses mauvaises, Lesage, Estev. Gonzalez, VII.
  • 9S'empoisonner, v. réfl. S'administrer du poison. Il s'est empoisonné, mais des secours donnés à temps l'ont sauvé.

    Fig. Quand les passions sont maîtresses, elles sont vices ; et alors elles donnent à l'âme de leur aliment, et l'âme s'en nourrit et s'en empoisonne, Pascal, dans COUSIN.

    Devenir comme un poison. C'est ainsi, mes frères, que tout s'empoisonne entre nos mains, et que tout nous éloigne de Dieu, Massillon, Car. Injust. du monde.

HISTORIQUE

XIe s. Si home enpuissuned altre, seit ocis, Lois de Guill. 38.

XIIe s. De ço fu il acusez à Eupator ; e cil le fist empoisoner, e fu morz, Machab. II, 10. Ainques [jamais] dou buvraige ne bui [je ne bus du breuvage] Dont Tristan fu enpoissonnez, Chrestien de Troyes, dans HOLLAND, p. 232.

XIIIe s. D'amour et de sa poison, Sire, estes empoisonnez, Grieviler, dans Bibl.des Chartes, 4° série, t. V, p. 33. Fuiés, enfans, car il enherbe, Et empoisonne et envenime Tout homme qui de il s'aprime [s'approche], la Rose, 16755. Encore sont il dui cas de crieme, li uns si est d'autrui empoisoner, et li secons d'estre omicides de li meismes, si comme de celi qui se tue à escient, Beaumanoir, XXX, 14.

XVIe s. On leur faict accroire que l'on peult empoisonner une lettre par la pouldre que l'on met sur l'escriture, Carloix, VI, 10. Il y a quelques nations barbares qui empoisonnent leurs armes, Amyot, Comment refréner.... 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « empoisonner »

(vers 1130) De en- et poison.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

En 1, et poison ; bourguig. empousenoi, infecter ; provenç. empoizonar ; portug. empeçonhentar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « empoisonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empoisonner ɑ̃pwazɔne

Évolution historique de l’usage du mot « empoisonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empoisonner »

  • Une colère réprimée peut aussi bien empoisonner une relation que les paroles les plus cruelles.
  • Le hasard fait parfois singulièrement les choses - exprès, dirait-on, pour nous empoisonner l'existence. De Jean-Yves Soucy / Un été sans aube
  • Aimer, c'est être embêtant, tatillon, exigeant, c'est vouloir qu'on soit mieux qu'on est, c'est empoisonner l'existence de l'être qu'on aime. De Jean Dutourd
  • Je crois, toutes réflexions faites, qu'il ne faut jamais penser à la mort ; cette pensée n'est bonne qu'à empoisonner la vie ; la grande affaire est de ne point souffrir. De Voltaire / Lettres philosophiques
  • Le Président palestinien Mahmoud Abbas a accusé mardi 23 juin des rabbins israéliens d’avoir appelé leur gouvernement à empoisonner de l’eau pour tuer des Palestiniens. Israël a déjà dénoncé ces propos comme des «diffamations de sang». , Mahmoud Abbas accuse des rabbins israéliens d’avoir appelé à empoisonner l’eau palestinienne - Sputnik France
  • Les avis divergent sur la possibilité de braconnage par empoisonnement. D'abord parce que certains éléphants ont été retrouvés avec leurs précieuses défenses. Pourquoi empoisonner les pachydermes si ce n’est pas pour récupérer leur ivoire? Mais les zones de l’Okavango ne sont pas facilement accessibles, les victimes auraient donc pu échapper à leur braconnier. Franceinfo, Le billet sciences. Plusieurs centaines d’éléphants meurent mystérieusement au Botswana
  • Les carcasses des éléphants ont été retrouvées intactes, ce qui indique qu'ils n'ont pas été tués par des braconniers voleurs d'ivoire, sur une période de deux mois et que la cause de la mort n'était ni un poison d'origine humaine ni l'anthrax – connu pour empoisonner les éléphants qui ont consommé des spores après avoir creusé dans le sol pour se nourrir pendant une grave sécheresse. News 24, Pas empoisonné, pas braconné: un mystère entoure la mort de 154 éléphants au Botswana - News 24

Images d'illustration du mot « empoisonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « empoisonner »

Langue Traduction
Anglais poison
Espagnol veneno
Italien veleno
Allemand gift
Chinois
Arabe السم
Portugais poção
Russe яд
Japonais
Basque pozoia
Corse avvelenatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « empoisonner »

Source : synonymes de empoisonner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « empoisonner »

Partager