La langue française

Préoccupation

Sommaire

Définitions du mot préoccupation

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉOCCUPATION, subst. fém.

I. − Vx. État d'un esprit dominé par une idée préconçue. Modeste ne fut pas quittée un instant (...). Sous les regards de ces quatre argus, l'irréprochable enfant, dont les moindres mouvements furent étudiés, analysés, fut si bien acquittée de toute criminelle conversation, que les amis taxèrent madame Mignon de folie, de préoccupation (Balzac,Modeste Mignon, 1844, p.35).
II.
A. − État d'un esprit occupé de façon durable dominante, voire exclusive, par une idée, un sentiment, un souci. Sujet de préoccupation. Une fois le pied sur la terre ferme, une fois qu'il eut vu les dispositions, sinon amicales, du moins indifférentes de ses hôtes, toute sa préoccupation avait disparu (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.391).Il grommelait en crachotant sur ses bottes, symptôme connu de hargneuse préoccupation que les camarades respectaient (Bloy,Femme pauvre, 1897, p.13):
. ... elle écrivait des lettres que je n'avais jamais demandé à voir, quoique, chaque fois, elles jetassent Marguerite dans une préoccupation profonde. Dumas fils, Dame Cam., 1848, p.196.
B. − P. méton., souvent au plur.
1. Pensée, sentiment, considération qui occupe l'esprit de façon dominante, voire exclusive. Préoccupations dominantes, habituelles, présentes; seule, unique préoccupation; préoccupation centrale, constante, continuelle, essentielle, exclusive, favorite, majeure, personnelle, principale; être au centre des préoccupations de qqn. Ce qui doit faire le centre de mes préoccupations (Barrès,Cahiers, t.3, 1902, p.64).
[Avec un compl. ou avec un adj. précisant l'objet ou la nature de la préoccupation]
Préoccupation + adj.Les menus s'inspirent de préoccupations régionalistes (Defert,Pol. tour. Fr., 1960, p.72).Ce nouveau régime hospitalier, qui entre plus ou moins facilement dans les moeurs (...), résulte à la fois de préoccupations médicales et universitaires et de préoccupations financières (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.311).
Préoccupation de + subst.M. Arnoux y brilla, et Frédéric fut étonné du cynisme de ces hommes. Cependant, leur préoccupation de la femme établissait entre eux et lui comme une égalité (Flaub.,Éduc. sent., t.1, 1869, p.61).Ces architectes ne s'aperçoivent pas que leurs préoccupations de grandeur et de pureté sont souvent contradictoires (Hautecoeur,Art sous Révol. et Emp., 1954, p.32).
2. Souci qui occupe entièrement l'esprit. De graves préoccupations. Ses préoccupations maternelles sur l'avenir de son fils et de ses charmantes filles (Lamart.,Voy. Orient, t.1, 1835, p.364).Une préoccupation distrait d'une préoccupation plus grave (Mérimée,Portr. hist. et littér., 1870, p.175).En calmant les préoccupations par un repos à la campagne (Quillet Méd.1965, p.486).
Être la préoccupation de qqn. Ce sacré soûlard était sa préoccupation (Zola,Assommoir, 1877, p.687).
Prononc. et Orth.: [pʀeɔkypasjɔ ̃]. Ac. 1694: pré-; 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. 1. 1486 «souci, inquiétude» (Reigle M. S. Benoist, fo70d ds Gdf. Compl.), attest. isolée; de nouv. 1835 (Lamart., loc. cit.); 2. 1547 «action de prévenir une objection» (N. Du Fail, Propos rustiques ds OEuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t.1, p.90); 3. 1580 «état d'un esprit tout entier occupé par une idée ou un sentiment préconçus; prévention» (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p.448); 4. 1733 «état d'un esprit absorbé par un objet au point d'être indifférent à tout le reste, attention exclusive» (Marivaux, L'Heureux stratagème, II, 5, p.77). Empr. au lat. praeoccupatio «action d'occuper un lieu en premier», le mot a suivi l'évol. sém. de préoccuper*. Fréq. abs. littér.: 1691. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1235, b) 2746; xxes.: a) 3067, b) 2820. Bbg. Schalk (F.). Praejudicium im Romanischen. Frankfurt/Main, 1971, pp.10-15. _ Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.133.

Wiktionnaire

Nom commun

préoccupation \pʁe.ɔ.ky.pa.sjɔ̃\ féminin

  1. Disposition d’un esprit tellement occupé d’un objet qu’il ne peut prêter à un autre qu’une moindre attention.
    • Sa première préoccupation ce fut de collationner tous les manuscrits du Talmud qu'il put se procurer, afin de s'assurer d'un texte correct. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Nous volions depuis vingt-six heures et demie. Malgré les soucis et les préoccupations et les efforts successifs, nous étions l'un et l'autre d'attaque. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • […] la préoccupation qui, chez les hommes, semble dominer toutes les autres, c’est celle de la vitesse obtenue soit par leurs propres moyens, soit par des instruments, et des appareils de locomotion, au perfectionnement desquels ils appliquent le meilleur de leur ingéniosité et de leurs facultés inventives. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Les comptes nationaux sont une construction sociale, en perpétuelle évolution, reflétant toujours les préoccupations d'une époque. Les chiffres qui en sont issus ne doivent pas être fétichisés. — (Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, éd. du Seuil, 2013, p. 103)
  2. Souci.
    • Les fêtes en l’honneur du shah firent, au mois de juillet 1873, quelque diversion aux préoccupations universelles ; […]. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • D'un bout à l'autre de l'Islande, il n'est si pauvre habitation qui n'ait son thermomètre : c'est que dans cette froide Terre de glace la température est la préoccupation continuelle des habitants. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.47)
    • Il rejetait délibérément toutes préoccupations étrangères à sa neuve situation. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 116)
    • Un cadre réglementaire national complet a été instauré pour répondre aux préoccupations des entreprises et des usagers concernant le pollupostage, c'est-à-dire l'envoi de messages commerciaux non sollicités. — (Perspectives de l'OCDE sur les PME et l'entrepreneuriat 2005, OCDE, 2005, p.198)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉOCCUPATION (pré-o-ku-pa-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
  • 1 Terme de droit. Action d'occuper antérieurement à un autre. La préoccupation engendre la propriété, Cappeau, Comp. des Alpines, p. 140.
  • 2État d'une personne dont l'esprit est tout entier occupé d'une opinion préconçue, favorable ou défavorable. Je sais en quelle estime vous êtes dans son esprit, et combien je devrais craindre la préoccupation en votre faveur, Guez de Balzac, Liv. VI, lett. 5. La préoccupation, dont le propre est de s'armer particulièrement contre les faits, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 473, dans POUGENS. Cette injuste préoccupation qui nous empêche de goûter ce qui s'éloigne tant soit peu de nos mœurs, Huet, De l'orig. des romans, p. 37, dans POUGENS. Notre aveuglement sera sans remède, si nous ne déracinons ces deux maux extrêmes qui nous empêchent de voir : la préoccupation dans l'esprit, et une crainte secrète dans la volonté qui nous fait appréhender la lumière, Bossuet, 1er sermon, Quinquagés. Préambule. Un païen même et un infidèle, examinant sans préoccupation toutes les circonstances de ce miracle, est forcé d'en reconnaître la vérité, Bourdaloue, Myst. résurr. de J. C. t. I, p. 328. Cette doctrine nouvelle [de Malebranche] a soulevé tous les gens de bien, et ceux mêmes qui sont les plus exempts de préoccupation contre lui, Fénelon, t. III, p. 275. Sans doute, dans le XVIIe siècle, cet éclat même de la civilisation, cette vive et orgueilleuse préoccupation que la France avait d'elle-même…, Villemain, Littér. franç. XVIIIe siècle, 2e partie, 4e leçon.
  • 3État d'un esprit trop occupé d'un objet pour faire attention à un autre. J'ai cru de loin voir tout à l'heure la marquise ici, et, dans ma préoccupation, je vous ai prise pour elle, Marivaux, l'Heur. stratag. II, 5. Ils ne remarquèrent ni la préoccupation ni la sombre mélancolie de leur malheureuse amie, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 326, dans POUGENS.
  • 4Nom que quelques rhéteurs donnent à la figure plus généralement nommée prolepse.

HISTORIQUE

XVIe s. Nous nous portons par preoccupation où il nous plaist, Montaigne, I, 14. Toute passion et preoccupation ostée, Charron, Sagesse, préf. de la 2e édit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRÉOCCUPATION, s. f. (Métaphysiq.) la préoccupation, selon le pere Mallebranche, ôte à l’esprit qui en est rempli, ce qu’on appelle le sens commun. Un esprit préoccupé ne peut plus juger sainement de tout ce qui a quelque rapport au sujet de sa préoccupation ; il en infecte tout ce qu’il pense. Il ne peut même guere s’appliquer à des sujets entierement éloignés de ceux dont il est préoccupé. Ainsi, un homme entêté, par exemple, d’Aristote ne peut goûter qu’Aristote : il veut juger de tout par rapport à Aristote : ce qui est contraire à ce philosophe lui paroît faux : il aura toujours quelque passage d’Aristote à la bouche : il le citera en toutes sortes d’occasions, & pour toutes sortes de sujets ; pour prouver des choses obscures, & que personne ne conçoit, pour prouver aussi des choses très-évidentes, & desquelles des enfans même ne pourroient pas douter ; parce qu’Aristote lui est ce que la raison & l’évidence sont aux autres.

La préoccupation se rencontre dans les commentateurs, parce que ceux qui entreprennent ce travail, qui semble de soi peu digne d’un homme d’esprit, s’imaginent que leurs auteurs méritent l’admiration de tous les hommes. Ils se regardent aussi comme ne faisant avec eux qu’une même personne ; & dans cette vue l’amour-propre joue admirablement bien son jeu. Ils donnent adroitement des louanges avec profusion à leurs auteurs ; ils les environnent de clartés & de lumiere ; ils les comblent de gloire, sachant bien que cette gloire rejaillira sur eux-mêmes. Cette idée de grandeur n’éleve pas seulement Aristote ou Platon dans l’esprit de beaucoup de gens, elle imprime aussi du respect pour tous ceux qui les ont commentés, & tel n’auroit pas fait l’apothéose de son auteur, s’il ne s’étoit imaginé comme enveloppé dans la même gloire.

Les inventeurs de nouveaux systèmes sont sur-tout extrémement sujets à la préoccupation. Lorsqu’ils ont une fois imagine un système qui a quelque vraissemblance, on ne peut plus les en détromper. Leur esprit se remplit tellement des choses qui peuvent servir en quelque maniere à le confirmer, qu’il n’y a plus de place pour les objections qui lui sont opposées. Ils ne peuvent distraire leur vue de l’image de vérité que portent leurs opinions vraissemblables, pour la porter sur d’autres faces de leurs sentimens, lesquelles leur en découvriroient la fausseté.

La préoccupation se décele d’une maniere bien sensible dans les personnes, à qui il suffit qu’une opinion soit populaire pour qu’ils la rejettent. Les opinions singulieres ont seules le privilege de captiver leurs esprits, soit que l’amour de la nouveauté ait pour eux des appas invincibles, soit que leur esprit, d’ailleurs éclairé, ait été la dupe de leur cœur corrompu, soit que l’irréligion soit l’unique moyen qu’ils aient de percer la foule, de se distinguer, & de sortir de l’obscurité, à laquelle le sort jaloux semble les avoir condamnés. Ce que la nature leur refuse en talent, l’orgueil le leur rend en impiété. Ils méritent qu’on les méprise assez pour leur laisser cette estime flétrissante, qu’ils ambitionnent comme leur plus beau titre, d’hommes singuliers.

Il y a encore des gens qui se préoccupent d’une maniere à n’en revenir jamais. Ce sont par exemple des personnes qui ont lu beaucoup de livres anciens & nouveaux, où ils n’ont point trouvé la vérité. Ils ont eu plusieurs belles pensées, qu’ils ont trouvées fausses, lorsque leur ardeur ralentie leur a permis de les examiner avec une attention plus exacte & plus sérieuse. De-là ils concluent que tous les hommes leur ressemblent, & que, si ceux qui croient avoir découvert quelques vérités, y faisoient une réflexion plus sérieuse, ils se détromperoient aussi bien qu’eux. Cela leur suffit pour les condamner sans entrer dans un examen plus particulier, parce que s’ils ne les condamnoient pas, ce seroit en quelque maniere tomber d’accord qu’ils ont plus d’esprit qu’eux ; & cela ne leur paroît pas vraissemblable.

Je ne puis m’empêcher de citer ici un trait admirable de la comédie du Tartuffe, où le divin Moliere peint la préoccupation d’Orgon contre tous les gens de bien, parce qu’il avoit été dupé par les grimaces pieuses d’un franc hypocrite, avec la réponse sensée que lui fait son frere pour l’en guérir.

Orgon.

C’en est fait, je renonce à tous les gens de bien.
J’en aurai désormais une horreur effroyable,
Et m’en vais devenir pour eux, pire qu’un diable.

Cléante.

Hé bien, ne voilà pas des vos emportemens !
Vous ne gardez en rien les doux tempéramens.
Dans la droite raison, jamais n’entre la vôtre,
Et toujours, d’un excès, vous vous jettez dans l’autre.
Vous voyez votre erreur, & vous avez connu
Que par un zèle feint vous étiez prévenu :
Mais pour vous corriger, quelle raison demande
Que vous alliez passer dans une erreur plus grande,
Et qu’avecque le cœur d’un perfide vaurien
Vous confondiez les cœurs de tous les gens de bien ?
Quoi ! parce qu’un fripon vous dupe avec audace,
Sous le pompeux éclat d’une austere grimace,
Vous voulez que partout on soit fait comme lui,
Et qu’aucun vrai dévot ne se trouve aujourd’hui ?
Laissez aux libertins ces sottes conséquences,
Démêlez la vertu d’avec ses apparences ;
Ne hazardez jamais votre estime trop tôt,
Et soyez, pour cela, dans le milieu qu’il faut.
Gardez-vous, s’il se peut, d’honorer l’imposture,
Mais au vrai zèle aussi n’allez pas faire injure ;
Et s’il vous faut tomber dans une extrémité,
Péchez plutôt encor de cet autre côté.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « préoccupation »

du latin praeoccupatio «occupation antérieure d’un endroit», composé de prae- « pré- » et de occupatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. præoccupationem, de præoccupare, préoccuper.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « préoccupation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
préoccupation preɔkkypasjɔ̃

Citations contenant le mot « préoccupation »

  • L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. De Albert Einstein /
  • Entre la science et la foi, il ne saurait y avoir de véritable opposition ; elles sont les deux grandes préoccupations de l'humanité. De Maurice de Broglie
  • Des préoccupations dominantes. Envahissantes. Il en faut. Quand on n'en a pas, il faut s'en faire. De Paul Paré / L'improbable autopsie
  • Écrire, n'est-ce pas se préoccuper sans préoccupations ? Se projeter sans projets ? De Michel Chaillou / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • Quand on a de graves préoccupations alimentaires, on n’a pas beaucoup d’ambition. De Michel Audiard
  • La protection de 1,8 million de civils déplacés au Nigeria : une préoccupation majeure pour l'ONU , Bonsoir, Afrique
  • Alors que l'insécurité s'aggrave dans le nord-est du Nigeria, la protection de 1,8 million de civils déplacés est une préoccupation majeure pour les Nations Unies, a déclaré mercredi un porte-parole de l'ONU. , La protection de 1,8 million de civils déplacés au Nigeria : une préoccupation majeure pour l'ONU
  • “La République, c’est la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société. Aucune religion, aucun courant de pensée, aucun groupe constitué ne peut s’approprier l’espace public et s’en prendre aux lois de la République”, a-t-il ajouté un peu plus tard, en faisant de la lutte contre l’islamisme radical “une préoccupation majeure” de son gouvernement comme vous pouvez le voir ci-dessous. Le HuffPost, Castex annonce une loi contre les séparatismes, "préoccupation majeure" | Le HuffPost
  • L’UE a déclaré mardi que la nouvelle loi était « un sujet de grave préoccupation » et érodait les droits à la liberté de Hong Kong, qui étaient censés être respectés en vertu de son transfert de la Grande-Bretagne à la Chine jusqu’en 2047. News 24, L'UE va restreindre les exportations de Hong Kong au motif de sa `` grave préoccupation '' concernant la loi chinoise sur la sécurité - News 24

Images d'illustration du mot « préoccupation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « préoccupation »

Langue Traduction
Anglais concern
Espagnol preocupación
Italien preoccupazione
Allemand besorgnis, sorge
Chinois 关心
Arabe الاهتمام
Portugais preocupação
Russe беспокойство
Japonais 懸念
Basque kezka
Corse preoccupazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « préoccupation »

Source : synonymes de préoccupation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « préoccupation »

Partager