Appréhension : définition de appréhension


Appréhension : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

APPRÉHENSION1, subst. fém.

Saisie (cf. appréhender1).
A.− Vieilli. Action de saisir (une chose) :
1. Le travail de l'homme ne consistât-il qu'en une simple appréhension de la main, il n'y a pour lui valeur produite que lorsqu'il s'est donné cette peine : jusque-là le sel de la mer, l'eau des fontaines, l'herbe des champs, le bois des forêts, sont pour lui comme s'ils n'étaient pas. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 253.
DR., rare, vx. Action de prendre au corps (un débiteur, un criminel) (cf. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845).
B.− PHILOSOPHIE
1. Rare, vx. Faculté de saisir par l'intelligence :
2. Le président disait que les sciences exactes ont un charme infini pour les jeunes gens capables d'application, que le penchant que l'homme a pour la vérité, se trouve satisfait par l'enchaînement de vérités progressives qui mènent à de grands et incontestables résultats; c'est dans la jeunesse, ajoutait-il, que l'esprit a toute l'appréhension nécessaire pour saisir les choses abstraites, et que leur connaissance se grave plus profondément dans la mémoire. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1578.
2. Saisie par l'intelligence, et plus particulièrement ,,toute opération intellectuelle relativement simple ou immédiate, soit de perception, soit de jugement, soit de mémoire, soit d'imagination, considérée comme s'appliquant à un contenu distinct de l'opération elle-même.`` (Lal. 1968) :
3. ... plus et mieux que bien des historiens postérieurs, il a su apercevoir l'analogie qui apparente toutes les créations de l'imagination humaine, reconnaître dans les grands mythes collectifs, aussi bien que dans les visions des poètes et dans les intuitions des songes, une seule et même appréhension de l'univers par une conscience différente de notre conscience diurne. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 113.
4. Au sujet des « visions », des « paroles » et des autres « consolations » communes dans l'extase, saint Jean de la Croix témoigne sinon d'hostilité du moins de réserve. L'expérience n'a pour lui de sens que dans l'appréhension d'un Dieu sans forme et sans mode. G. Bataille, L'Expérience intérieure,1943, p. 19.
C.− Faculté de saisir (et donc de retenir) vite :
5. ... on pourra méditer cette observation : Les primitifs, dit Lévy-Bruhl (« la mentalité primitive », ch. XIV), procèdent par intuition directe, appréhension immédiate, interprétation rapide et presque instantanée de ce qui est perçu : etc... Benda, La France byzantine,1945, p. 213.
En partic., PSYCHOL. ,,Mémoire immédiate ou capacité limite de reproduction correcte, sans délai, après une perception unique, de chiffres, lettres, mots, images, etc.`` (Piéron 1963).

APPRÉHENSION2, subst. fém.

A.− Au sing. [Avec un compl. prép. de, indiquant ce qu'on appréhende] Appréhension de qqc.Fait d'appréhender, d'envisager avec inquiétude une chose imminente (cf. appréhender2) :
1. L'autre, non moins naïf, s'étonne, trouve que partout tout est tranquille, et demande de quoi on s'inquiète. Celui-là certes n'a point de place, et ne va pas chez les ministres; car il y verrait que le monde (le monde, comme vous savez, ce sont les gens à places), bien loin d'être tranquille, est au contraire fort troublé par l'appréhension du plus grand de tous les désastres, la diminution du budget, dont le monde en effet est menacé, si le gouvernement n'y apporte remède. Courier, Pamphlets pol.,lettres au rédacteur du « Censeur », 1819-20, p. 38.
2. Il lui donna la main. Elle la saisit et la serra, à le faire crier. Ils jouèrent, comme deux paysans, à se faire le plus de mal possible. Ils étaient heureux, sans arrière-pensée. Tout le reste du monde, les chaînes de leur vie, les tristesses du passé, l'appréhension de l'avenir, l'orage qui s'amassait en eux, tout avait disparu. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1373.
B.− Au sing. ou au plur. (à valeur intensive). [Avec un compl. prép. de ou un adj. poss. indiquant la pers. qui appréhende] Appréhension de qqn.État d'une personne qui appréhende :
3. Chaque soir, en s'endormant, elle revoyait la physionomie de Montriveau sous un aspect différent. Tantôt son sourire amer; tantôt la contraction jupitérienne de ses sourcils, son regard de lion, ou quelque hautain mouvement d'épaules, le lui faisaient terrible. Le lendemain, la carte lui semblait couverte de sang. Elle vivait agitée par ce nom, plus qu'elle ne l'avait été par l'amant fougueux, opiniâtre, exigeant. Puis ses appréhensions grandissaient encore dans le silence, elle était obligée de se préparer, sans secours étranger, à une lutte horrible dont il ne lui était pas permis de parler. Cette âme, fière et dure, était plus sensible aux titillations de la haine qu'elle ne l'avait été naguère aux caresses de l'amour. Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 290.
4. On ne juge pas mieux l'événement de près que de loin. En France, la veille du jour où la Révolution va éclater, on n'a encore aucune idée précise sur ce qu'elle va faire. Parmi la foule des cahiers, je n'en trouve que deux où se montre une certaine appréhension du peuple. Ce qu'on redoute, c'est la prépondérance que doit conserver le pouvoir royal, la cour, comme on l'appelle encore. Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution,1856, p. 59.
Emploi abs. :
5. Toute ascension, toute entreprise, toute création me font peur maintenant. Je ne puis plus rien oser, aventurer, tenter. La paresse le dispute à l'appréhension. Amiel, Journal intime,1866, p. 381.
SYNT. Appréhension irréfléchie, irraisonnée; vague, obscure; soudaine, subite; objective, légitime, fondée; aiguë, extrême, violente, douloureuse, cruelle. Légère, confuse, sourde, secrète appréhension; forte, terrible, grande, vive appréhension; noire, sinistre, affreuse, mortelle appréhension; sans aucune appréhension. Une sorte d'appréhension; appréhension de l'inconnu. Avoir, éprouver de l'appréhension, être dans l'appréhension, causer de l'appréhension, attendre avec (une certaine) appréhension; justifier, confirmer les appréhensions de qqn.
C.− Loc. Avoir une appréhension :
6. Voici la rue des Saints-Pères. J'approche de mon logis avec cette appréhension qu'on a en se rendant chez un dentiste. Toutes les fenêtres sont sombres. On dort sans doute. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Patronne, 1884, p. 696.
Avoir une certaine appréhension de + subst. :
7. ... comme je demande à Daudet si son traité était complètement arrêté pour son futur roman avec Lemerre, il me répond : « Oui et non », ajoutant : « Au fond, j'ai une certaine appréhension superstitieuse du définitif... » E. et J. de Goncourt, Journal,1887, p. 711.
Avoir comme une appréhension :
8. Pourtant elle avait comme une appréhension en s'y rendant, un pressentiment secret qui lui disait de retourner. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 94.
Avoir comme une (vague) appréhension de + inf. :
9. ... il y a des instants où j'ai comme une vague appréhension de les voir [ces dames] me sauter au cou! ... Gyp, Le 13e,1894, p. 194.
Rem. Même vague, il s'agit toujours d'une appréhension déterminée, relevant du domaine du « un certain » (quidam en lat.).
(Avoir l') appréhension que + subj.
[On appréhende la survenance de qqc.] Généralement : appréhension que + négation ne + subj. Dans l'appréhension qu'il a qu'on ne le trompe (Ac.1835-1932).
Rem. Dans l'ex. suiv., la substitution de l'ind. (fut. proche) à la constr. ne + subj. marque la quasi-certitude de voir se réaliser l'événement appréhendé :
10. Ennui, toute la journée, de l'appréhension que la princesse va me demander le nom du dîneur auquel MlleAbbatucci a parlé chez MmeGallaup, demande faite hier par la princesse dans une lettre à MlleZeller. E. et J. de Goncourt, Journal,1891, p. 102.
[On appréhende la non-survenance de qqc.] Appréhension que + négation ne... pas + subj. :
11. Pas un mot dans une feuille quelconque sur mon Journal paru depuis huit jours, et l'appréhension que ma pièce retirée du Gymnase ne soit pas reçue par Antoine. E. et J. de Goncourt, Journal,1892, p. 204.
PRONONC. ET ORTH. : [apʀeɑ ̃sjɔ ̃]. Demi-longueur pour [ɑ ̃] ds Passy 1914. Fér. Crit. t. 1 1787 admet une var. graph. apréhension.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) 1265 « faculté de comprendre » (Brunet Latin, Trésor ds Gdf. Compl. : Apprehension de l'intellect) − St Simon ds Lar. 19equi mentionne à nouveau le mot; b) 1559 log. « idée que l'on se fait d'une chose » (Calv., Instit., II, II ds Gdf. Compl. : Qu'ils n'aient tous ceste premiere apprehension d'equité que nous avons dicte); p. ext. 2. 1558-59 « action d'envisager qqc. avec crainte; crainte » (La Reine de Navarre, Heptaméron, XV ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3, p. 463 : Elle qui avoit des-ja passé les premières apprehensions de la crainte de mourir, print cueur); 3. a) 1375 gén. « fait, action de prendre » (Reg. du Parlem., ms. Ste-Gen., p. 202 ds Gdf. Compl. : La terre de Beaujeu est en pays de droit escrit ou n'a pas lieu la coutume que le mort saisit le vif, encore nul heritier ne autre ne se peut dire saisy, sinon par apprehension de fait) − xvieds Hug. : repris au xixes. (Dupin-Lab.) mais rare; b) 1450-1520 dr. apprehencion « prise de corps » (Arch. Nord, B 1715 fo26) − Besch. 1845. Empr. au b. lat. apprehensio; 1 a « compréhension » dep. Saint Irénée, 1, 12, 2 ds TLL s.v., 308, 45; à partir du xvies., évolution du sens avec l'idée de crainte (comme appréhender*), d'où 2; 3 a « action de saisir » dep. Saint-Jérôme in Ezech. 8, 3, ibid., 308, 27; 3 b « arrêter qqn » dep. Itala Joh. 7, 30, ibid., 308, 29; 1 b lat. médiév. xiiies. Albert Le Grand, phys. 4, 3, 4, p. 313a, 35 ds Mittellat. W. s.v., 811, 53.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 593. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 313, b) 793; xxes. : a) 947, b) 1 259.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bruant 1901. − Dupin-Lab. 1846. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Franck 1875. − Goblot 1920. − Lacr. 1963. − Lafon 1969. − Lal. 1968. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Piéron 1963. − Piguet 1960.

Appréhension : définition du Wiktionnaire

Nom commun

appréhension \a.pʁe.ɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de saisir les choses par l’esprit.
    • Ce jeune homme a l’appréhension très vive.
    • Par leur dimension verticale centimétrique à métrique, les horizons sont directement perceptibles à l’œil nu sur le terrain. Le prélèvement d’échantillons est possible à la main. C’est pourquoi l’horizon est le niveau d’appréhension le plus pratique pour observer et échantillonner une couverture pédologique. — (Association française pour l'étude du sol, Référentiel pédologique, Éditions Quæ, 2008, ISBN 978-2-7592-0186-0 → lire en ligne)
  2. (Logique) Idée qu’on prend d’une chose sans en porter alors aucun jugement.
    • La simple appréhension est la première opération de l’esprit.
  3. Crainte.
    • Mon âme est oppressée par une indéfinissable appréhension qui glace mes sentiments et me jette dans une torpeur continuelle. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ansch. I, Paris, 1832 ; p. 26)
    • Jacques éprouva une singulière appréhension quand, vers le milieu de janvier, le capitaine lui demanda de nouveau à s'entretenir avec lui. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Il n’alla pas non plus de leur côté, parce qu’il sentait bouillonner au-dedans de lui un trop-plein de rage et d’appréhension, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 354 de l’éd. de 1921)
    • Je vais m'étendre dans la prairie, sous un pommier aux pommes vertes et dures. Je peux dormir au-dessous d'elles, je peux les contempler sans crainte, et même sans l'appréhension d'avoir à inventer, l'une tombant, les lois du monde. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • L'opinion s'écarterait vite d'un régime dont l'agencement impliquerait le risque de réformes précipitées, qui lui donnerait l'appréhension du déséquilibre. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  4. (Droit) Action de soustraire, de saisir.
  5. (Droit) Arrestation.
    1. (Par extension) Action de d'enlever une personne contre sa volonté.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Appréhension : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPRÉHENSION. n. f.
Action de saisir les choses par l'esprit. Ce jeune homme a l'appréhension très vive. En termes de Logique, il signifie Idée qu'on prend d'une chose sans en porter alors aucun jugement. La simple appréhension est la première opération de l'esprit. Il signifie aussi Crainte. Être dans l'appréhension. Avoir de l'appréhension. Dans l'appréhension qu'il a qu'on ne le trompe. Il est dans de continuelles appréhensions. De vaines, de folles appréhensions.

Appréhension : définition du Littré (1872-1877)

APPRÉHENSION (a-pré-an-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Facilité à comprendre. Il avait l'appréhension vive, le discernement bon, une sagesse singulière, Saint-Simon, 365, 67. L'extrême facilité de son appréhension et l'agilité ferme et forte de son élocution blessaient souvent le duc de Beauvilliers, Saint-Simon, 69, 143.
  • 2 En termes de logique, première idée qu'on prend d'une chose. Les idées simples sont non-seulement les premières appréhensions qui nous viennent par les sens, mais encore les premières comparaisons que nous faisons de ces appréhensions, Buffon, Animaux. Reprod. L'évidence qui nous vient par les sens n'est qu'une appréhension nette d'objets ou d'images, Buffon, Homme, arithmétique morale.
  • 3Crainte. L'appréhension que vous avez eue de la justice des hommes, Pascal, Prov. 13. Une guerre qui a donné tant d'appréhensions à David, Bossuet, Polit. Cette appréhension fait naître mon souhait, Corneille, Cid, V, 5. J'en prends, quoi qu'il en soit, peu d'appréhension, Corneille, Œdipe, I, 5. L'appréhension qu'ont les Numides de notre infanterie, Perrot D'Ablancourt, Tac. 209.

HISTORIQUE

XVe s. Es choses sensibles et es especes, es apprehansions, es vertus et es aages…, Christine de Pisan, Charles V, I, ch. 12.

XVIe s. Il y voyoit si clair, d'une apprehension si prompte, d'un jugement si sain, que…, Montaigne, I, 147. J'avois l'esprit lent, l'apprehension tardive, Montaigne, I, 195. Elle print une si vifve apprehension de la beatitude celeste, qu'elle solicita son mary [de demander à Dieu sa mort], Montaigne, I, 252. Il en arrive de mesme aux bestes, hors de toute apprehension de dangier, Montaigne, IV, 2. La nature, m'ayant desarmé de force, m'a armé d'insensibilité et d'une apprehension reglée ou mousse, Montaigne, IV, 4. Je vous prie, quelle correspondance y a-il des sens corporels avec cette apprehension si haute et si noble de savoir mesurer le ciel ? Calvin, Instit. 16. Je suis pressé de digerer les dures amertumes d'une aprehension assez bien fondée de prison perpetuelle, Lanoue, 306. Le bruit et la fumée des harquebusades les effraye, les blessures les arrestent, les apprehensions des hommes leur font tenir bride, Lanoue, 323. Toutes ces paroles, dites avec grace et dexterité aux ames qui sont simples, ont une merveilleuse force pour les reculer de toutes bonnes apprehensions [pensées], Lanoue, 497.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APPRÉHENSION. Ajoutez :

4Au propre, prise. La cupidité a bien d'autres formes moins ouvertement déhontées, et qui peuvent échapper aux appréhensions de la loi, mais infectées d'une pareille culpabilité morale, Renouard, procureur général, Gaz. des Trib. 4 nov. 1874, p. 1055, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Appréhension : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

APPRÉHENSION (Ordre encyclopédique. Entendement. Raison. Philosophie ou science. Science de l’homme. Art de penser. Appréhension.) est une opération de l’esprit qui lui fait appercevoir une chose ; elle est la même chose que la perception. L’ame, selon le P. Malebranche, peut appercevoir les choses en trois manieres ; par l’entendement pur, par l’imagination, par les sens. Elle apperçoit par l’entendement pur, les choses spirituelles, les universelles, les notions communes, l’idée de la perfection, & généralement toutes ses pensées, lorsqu’elle les connoit par la réflexion qu’elle fait sur elle-même. Elle apperçoit même par l’entendement pur, les choses matérielles, l’étendue avec ses propriétés ; car il n’y a que l’entendement pur qui puisse appercevoir un cercle & un quarré parfait, une figure de mille côtés & choses semblables ; ces sortes de perceptions s’appellent pures intellections ou pures perceptions, parce qu’il n’est point nécessaire que l’esprit forme des images corporelles dans le cerveau pour se représenter toutes ces choses. Par l’imagination l’ame n’apperçoit que les êtres matériels, lorsqu’étant absens elle se les rend présens en s’en formant, pour ainsi dire, des images dans le cerveau ; c’est de cette maniere qu’on imagine toutes sortes de figures. Ces sortes de perceptions se peuvent appeller imaginations, parce que l’ame se represente ces objets en s’en formant des images dans le cerveau ; & parce qu’on ne peut pas se former des images des choses spirituelles, il s’ensuit que l’ame ne peut pas les imaginer. Enfin l’ame n’apperçoit par les sens que les objets sensibles & grossiers : lorsqu’étant présens ils font impression sur les organes extérieurs de son corps, & que cette impression se communique au cerveau ; ces sortes de perceptions s’appellent sentimens ou sensations.

Quand le P. Malebranche prononce que les choses corporelles nous sont représentées par notre imagination, & les spirituelles par notre pure intelligence, s’entend-il bien lui-même ? De côté & d’autre n’est-ce pas également une pensée de notre esprit, & agit-il moins en pensant à une montagne, qui est corporelle, qu’en pensant à une intelligence qui est spirituelle ? L’opération de l’esprit, dira-t-on, qui agit en vertu des traces de notre cerveau par les objets corporels, est l’imagination ; & l’opération de l’esprit indépendante de ces traces est la pure intelligence. Quand les Cartésiens nous parlent de ces traces du cerveau, disent-ils une chose sérieuse ? Avec quelle espece de microscope ont-ils apperçû ces traces qui forment l’imagination ? & quand ils les auroient apperçûes, peuvent-ils jamais savoir que l’esprit n’en a pas besoin pour toutes ses opérations, même les plus spirituelles ?

Pour parler plus juste, disons que la faculté de penser est toûjours la même, toûjours également spirituelle, sur quelque objet qu’elle s’occupe. On ne prouve nullement sa spiritualité, plûtôt par un objet que par un autre ; ni plûtôt par ce qu’on appelle pure intellection, que par ce qui s’appelle imagination. Les anges ne pensent-ils pas à des objets corporels & à des objets spirituels ? Nous avisons-nous pour cela de distinguer en eux l’imagination d’avec la pure intelligence ? Ont ils besoin des traces du cerveau d’un côté plûtôt que de l’autre ? Il en est ainsi de nous : dès que notre esprit pense, il pense absolument par une spiritualité aussi véritable que les purs esprits ; soit qu’il s’appelle imagination, ou pure intelligence.

Mais quand un corps se présente à notre esprit, ne dit-on pas qu’il s’y forme un fantôme ? Le mot fantome, admis par d’anciens Philosophes, ne signifie rien dans le sujet présent, ou signifie seulement l’objet intérieur de notre esprit, en tant qu’il pense à un corps. Or cet objet intérieur est également spirituel, soit en pensant aux corps, soit en pensant aux esprits ; bien que dans l’un & l’autre cas, il ait besoin du secours des sens. Je conclus que la différence essentielle qu’ont voulu établir quelques-uns entre l’imagination & la pure intelligence, n’est qu’une pure imagination. (X)

Appréhension, s. f. en terme de Droit, signifie la prise de corps d’un criminel, ou d’un débiteur. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « appréhension »

Étymologie de appréhension - Littré

Apprehensio, de apprehendere (voy. APPRÉHENDER), par l'intermédiaire du participe passé apprehensus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de appréhension - Wiktionnaire

Du latin apprehensio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « appréhension »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
appréhension apreɑ̃sjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « appréhension »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « appréhension »

  • Mais après deux mois et demi de fermeture, la réouverture ce mardi se fait dans un mélange d'excitation et d'appréhension. « C'est une reprise forcément timide, concède Charles-Edouard Barbier. Ça fait du bien au moral mais ça n'occulte pas les inquiétudes et les presque trois mois sans chiffres d'affaires. » leparisien.fr, Entre doutes et appréhension, les restaurants de l’Oise reprennent du service - Le Parisien
  • Les restaurateurs qui font que Montréal est si apprécié des gastronomes sont remplis d’appréhension, de doutes, de questionnements. Pour connaître leur état d’esprit à l’aube de mois critiques, La Presse a fait la tournée de quelques établissements réputés.  La Presse, Restauration: appréhension, doutes et remises en question
  • Marseille - Quai du Rire : reprise sans appréhension... ni... LaProvence.com, Sorties - Loisirs | Marseille - Quai du Rire : reprise sans appréhension... ni masque | La Provence
  • « Je ne sais pas si le handball va réellement changer. Il y a forcément des inquiétudes car, pour l’heure, nous ne savons pas où nous allons. Il y aura peut-être de l’appréhension lors des premiers entraînements - et encore - mais ça disparaîtra dès le premier match. » , Sport | Yannis Jourdan (Bourgoin-Jallieu) : "Il y aura de l’appréhension lors des premiers entraînements"
  • Nous demandons aux parents de venir comme avant et d’inscrire leur enfant sans appréhension, à partir du 30 juin. Les agents sont préparés pour faire respecter les règles sanitaires. Il serait dommage de se passer d’un programme aussi riche. Les intéressés pourront participer à des ateliers dessins, jardinage ou encore à des sorties, comme à l’île de Bréhat. Le Telegramme, Centre social du Tremplin : un programme estival jeunesse à goûter « sans appréhension » - Ploufragan - Le Télégramme
  • Les enfants n’ont pas d’appréhension par rapport au mystère ou à l’énigme, parce que le monde leur est énigme. De Jean-Pierre Siméon / Evene.fr - Mars 2005
  • L'histoire est un outil d'appréhension du monde qui devrait nous apprendre à vivre le présent et à comprendre l'avenir. Sinon, elle ne sert à rien. De Peter Gautschi
  • Le tourisme avec les sociabilités ludiques qu’il favorise, les images qu’il génère, est un dispositif d’appréhension graduée, codée et non traumatisante de l’extérieur et de l’altérité. De Rachid Amirou
  • L'appréhension de la souffrance est pire que la souffrance elle-même. Et l'être le plus démuni trouve en lui des ressources inespérées de courage dès que la bête fond sur lui. De Jean-Paul Pinsonneault / Les Abîmes de l'aube
  • Possession : tension vers l'infini, délicieux désespoir, appréhension momentanée de la béatitude. De François Brunante / L'Homme qui se cherchait un fils
  • En espadrilles, on est tout juste assez civilisé pour tutoyer le globe, sans l'appréhension rétive du pied nu méfiant, sans l'excessive assurance du pied trop bien chaussé. De Philippe Delerm / La Première Gorgée de bière
  • On ne peut pas prendre de décisions fondées sur la peur et l'appréhension de ce qui pourrait arriver. De Michelle Obama / American grown, 2012
  • Mieux vaut une fausse appréhension qu'une fausse joie. De André Duval / Le Mercenaire

Images d'illustration du mot « appréhension »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « appréhension »

Langue Traduction
Espagnol aprensión
Source : Google Translate API

Synonymes de « appréhension »

Source : synonymes de appréhension sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « appréhension »



mots du mois

Mots similaires