Monosémique : définition de monosémique

chevron_left
chevron_right

Monosémique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

Monosémique, adj.[En parlant d'une unité significative] Qui n'a qu'un seul sens; relatif à la monosémie. Référence monosémique. Dans le vocabulaire technique de l'aviation, nous sommes loin d'avoir rencontré une série de termes monosémiques; au contraire, la plupart sont polysémiques (Guilb.Aviat.1965, p.338). [mɔnɔsemik]. 1reattest. 1965 id.; de monosémie, suff. -ique*.

Monosémique : définition du Wiktionnaire

Adjectif

monosémique \mɔ.no.se.mik\ masculin et féminin identiques

  1. (Linguistique) Qui n’a qu’un sens.
    • Ainsi du terme de couverture vu plus haut : dire qu’il est monosémique, même dans un domaine aussi spécialisé que la télédétection aérospatiale, serait faux.
    • Mais dans tous les cas, un terme étranger, aussi polysémique que soit son modèle dans la langue de départ, est monosémique au moment de son entrée dans l’autre langue. — (Paul Bogaards, On ne parle pas franglais : La langue française face à l’anglais, 2008)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « monosémique »

Étymologie de monosémique - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) De polysémique avec dépréfixation et ajout du suffixe mono-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monosémique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monosémique mɔ̃ɔsemik play_arrow

Citations contenant le mot « monosémique »

  • L’apparence et la substance se confondent, l’esthétique et le contenu sont en pleine synergie. Les formes choisies pour représenter les données dépendront de leur type et de la nécessité de restituer graphiquement un ou plusieurs aspects de ce qu’elles signifient. Les contenus seront analysés, sélectionnés et distillés en éléments graphiques pour lesquels on s’assurera que chaque symbole aura une signification et une raison d’être, ceci pour éviter le superflu. L’idée, c’est que dans cette dimension monosémique du langage graphique, la « beauté » puisse devenir synonyme de clarté et d’efficacité. Le Monde diplomatique, L'infographie dans la production du savoir, par Giulio Frigieri (Les blogs du Diplo, 23 août 2012)
  • Mais alors Giono se garde bien d’en faire des allégories monosémiques. Il est tout aussi possible de les lire en rapport avec le sens du divin biblique ou évangélique que d’y reconnaître des évocations du panthéon grec. Du côté monothéiste, nous avons en donateur d’Éden (pavillon et jardin), en dispensateur de cailles qui, mieux encore que dans la Bible, « tombent rôties », et en secret et apparemment bienveillant ordonnateur des sorts, un joueur de billard : monsieur Numance, ombre et obombration de son épouse à laquelle il est étroitement uni en toute chasteté (comme le verbe à l’esprit. The Conversation, Mais où est passée Madame Numance dans « Les âmes fortes » de Jean Giono ?
  • Le point commun entre l’artiste et le scientifique est l’ambition de constituer un savoir sur la nature des choses. Mais les moyens utilisés sont complètement différents. Ce qui les sépare de manière rédhibitoire, c’est la formalisation. Aucun artiste ne peut atteindre le degré de vérité auquel peut prétendre le scientifique à travers la formalisation physique et mathématique. En revanche, l’artiste est capable de communiquer certaines choses en jouant sur la sensorialité, sur des mécanismes intuitifs, sur une forme de communication plus suggestive et plus diffuse. D’un côté, on est dans un savoir monosémique, aux règles impératives, et de l’autre, dans un savoir polysémique, beaucoup plus intuitif et subjectif. Le sentiment scientifique du beau existe aussi. Les scientifiques le rappellent toujours : certaines démonstrations mathématiques sont belles ! Le sentiment esthétique est quelque chose de partagé, puisque les évolutionnistes nous diront même qu’il existe à différents stades de l’évolution de certaines espèces animales. Non seulement il existe, mais il peut s’appliquer à tous les objets. Point n’est besoin d’être une œuvre d’art pour susciter une émotion. La question du beau dépasse totalement celle de l’art. ArtsHebdoMédias, Art & Sciences - Représenter l’« infravisible » - ArtsHebdoMédias
  • « polysémie » est un mot monosémique. Un si Proche Orient, Les zones d’ombre en Algérie de la mort du chef d’AQMI – Un si Proche Orient
  • En face de cette perception des choses, peut-être même à l’opposé, demeure la conversation telle que prévalant depuis les sophistes au moins, autrement dit comme un exercice (de) rhétorique, « classique », dirait-on. Là elle croiserait, ou serait dominée, sinon parfois remplacée, par le dialogue qui, ne perdant pas son rapport originel à la dialectique et à la polémique, mais retrouvant de nouveaux concepts comme celui du dialogisme, se voit investi d’une fonction littéraire, tous genres littéraires confondus, allant même jusqu’à lui valoir parfois le statut de genre littéraire. Et sans doute parce que  beaucoup plus littéraire, le dialogue supporterait l'épreuve de la polysémie et de la métaphorisation (le dialogue théâtral ou romanesque, le dialogisme esthétique, le dialogue des cultures, etc.), tandis que la " conversation" paraîtrait monosémique et invoquerait le registre de l'oralité même quand elle est incorporée à  un récit par exemple. , Dialogue et conversation entre les pratiques linguistique, littéraire et socioculturelle (Kairouan)

Traductions du mot « monosémique »

Langue Traduction
Corse monosemicu
Basque monosemic
Japonais 単発性
Russe monosemic
Portugais monossêmico
Arabe أحادي الدم
Chinois 单义的
Allemand monosemisch
Italien monosemico
Espagnol monosémico
Anglais monosemic
Source : Google Translate API

Antonymes de « monosémique »


Mots similaires