La langue française

Adroit

Sommaire

  • Définitions du mot adroit
  • Étymologie de « adroit »
  • Phonétique de « adroit »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adroit »
  • Citations contenant le mot « adroit »
  • Traductions du mot « adroit »
  • Synonymes de « adroit »
  • Antonymes de « adroit »

Définitions du mot adroit

Trésor de la Langue Française informatisé

ADROIT, OITE, adj.

A.− [En parlant de pers.] Qui parvient aisément, grâce à des dispositions acquises ou innées, à atteindre un but, à obtenir un résultat.
1. [Se dit d'une pers. envisagée dans son être physique ou, p. méton., d'une partie du corps (le plus souvent la main)] Qui, en excellant dans les exercices physiques ou dans les travaux ou métiers manuels, parvient aisément aux buts qu'il s'est assignés :
1. La déclaration des droits de l'homme, par son titre seul, animait le peuple, flatté d'entendre parler de ses droits. Les hommes ne naissent malheureusement pas égaux en droits, car dans l'état de nature, l'homme faible ou inepte n'a pas un droit égal à celui de l'homme fort et adroit, sur les animaux propres à sa subsistance. La nature, s'il m'est permis de me servir d'une telle comparaison, semble avoir établi un arbre de cocagne, au haut duquel sont les objets nécessaires à la subsistance de l'homme et à sa conservation. Les plus adroits et les plus agiles atteignent le but, les autres languissent et meurent. G. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1842.
2. Chaque fois, parvenu à peu près à la moitié de la phrase, je retombais, comme plus tard au régiment dans l'exercice appelé portique. Je n'en avais pas moins pour le nouvel écrivain l'admiration d'un enfant gauche et à qui on donne zéro pour la gymnastique, devant un autre enfant plus adroit. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Le Côté de Guermantes 2, 1921, p. 327.
3. ... ceux qui, tel Amable, ne l'aimaient pas d'avance le haïrent davantage de le savoir non seulement adroit à l'ouvrage et agréable aux filles, mais encore habile à se battre et aussi fort qu'un bœuf. G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 138.
4. Spaier a mis en évidence certaines maladresses très profitables et parfaitement calculées bien que dans le jour d'une demi-conscience. Il a observé huit sujets plus ou moins malades imaginaires. L'un simule toujours l'impossibilité de boucler ses malles, de mettre ses valises dans le filet, etc., mais il apparaît que c'est dans l'intention inavouée de se faire servir. L'autre est adroit aux exercices qui lui plaisent (piano, couture), mais toujours maladroit quand il s'agit de ranger la vaisselle ou de dresser le couvert. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 200.
[En parlant d'un animal] :
5. Le rossignol (...) ne sait rien faire. Le moindre des petits oiseaux est cent fois plus adroit que lui du bec, de l'aile et de la patte; il n'a que la voix, ... J. Michelet, L'Oiseau,1856, p. 260.
Par personnification. [En parlant d'un végétal] :
6. Les magnifiques moisissures de la mer mettaient du velours sur les angles du granit. Les escarpements étaient festonnés de lianes grandiflores, adroites à ne point tomber, et qui semblaient intelligentes, tant elles ornaient bien. Des pariétaires à bouquets bizarres montraient leurs touffes à propos et avec goût. Toute la coquetterie possible à une caverne était là. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 282.
Rem. 1. Constr. de l'adj. a) La partie du corps (notamment la main), grâce à laquelle l'action est réalisée, peut être précisée à l'aide d'un subst. introd. par la prép. de, compl. de l'adj. adroit (ex. 5) ou par la prép. avec, voire (fam.) par la prép. dans. b) Adroit est souvent suivi des prép. à ou dans (ex. 3, 4) qui introduisent un subst. d'action ou un subst. concr. suggérant l'activité dans laquelle la pers. est adroite : adroit à ou dans des exercices, adroit dans un métier, adroit à un jeu, à la chasse, à l'ouvrage, à une arme; la prép. à peut également introd. un inf. : adroit à manier une arme ou à exercer un métier ou une tâche manuelle (et except. un inf. affecté de négation, ex. 6). 2. Syntagmes fréq. a) subst. + adj. : ouvrier adroit; b) adj. + adj. : adroit et fort pour exprimer 2 qualités physiques qui se complètent (ex. 1, 3); c) adj. + compar., fam. : adroit comme un singe; il est adroit de ses mains comme un cochon (ou comme un chien) de sa queue.
Au fig., arg. Adroit du coude :
7. Adroit du coude : Amoureux de la bouteille, ayant plus l'habitude de lever le coude pour boire que pour travailler. France1907.
2. [Se dit d'une pers. envisagée dans son être moral ou spirituel, ou p. méton., de l'esprit] Qui, grâce à certaines dispositions morales ou spirituelles appropriées, parvient aisément à ses fins, Synon. délié, souple, en partic. dans ses relations avec autrui, synon. fin, rusé :
8. ... le secret de réussir, C'est d'être adroit, non d'être utile. J.-P.-C. de Florian, Fables,Les deux chats, 1792, p. 77.
9. ... avec cette qualité essentiellement mystique s'en trouvait une autre compatible en lui, la finesse dans les relations pratiques. Ce bienheureux, duquel incessamment il s'échappait comme par avance un rayon de glorification céleste, (...) était de plus, − aurait été, dans les choses de ce monde, dans les affaires où le spirituel se compliquait du temporel, un aussi habile homme et aussi expert qu'il aurait voulu. À force d'être adroit et avisé (comme a dit Camus) au maniement des armes spirituelles, d'être inépuisable de conseil et d'industrie dans toutes les sortes de tentations, il l'était ou l'eût été de même, et à plus forte raison, dans les affaires extérieures; ... Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 264.
Péj. Qui, par d'habiles manœuvres, réussit facilement dans les actions malhonnêtes. Un adroit fripon, un coquin adroit, une aventurière adroite.
En partic.
a) [En parlant d'une pers. engagée dans une activité prof.] Qui excelle grâce à une grande familiarité avec les moyens les plus directs. Un officier adroit, un dentiste adroit.
Rem. Syntagmes fam. (rares) : adroit de l'esprit; - dans sa tête. (Pour la constr., cf. supra 1, rem. 1).
b) [En parlant d'un artiste] Qui excelle dans la mise en œuvre d'une technique :
10. Une scène d'amour, Josette s'y retrouvait un peu mieux; elle avait une bonne diction; son visage, sa voix étaient vraiment émouvants : qui sait ce qu'un metteur en scène adroit arriverait à tirer d'elle? S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 274.
Rem. Dans ce sens, adroit peut s'opposer à inventif, créateur, et devenir dès lors dépréc., l'artiste étant considéré comme un simple artisan, faiseur de tabl., de sculpt., de poèmes, etc., suiv. une techn. seulement apprise et habilement exploitée :
11. Il est généralement reconnu que M. Granet est un maladroit plein de sentiment, et l'on se dit devant ses tableaux : « Quelle simplicité de moyens et pourtant quel effet! » Qu'y a-t-il donc là de si contradictoire? cela prouve tout simplement que c'est un artiste fort adroit et qui déploie une science très apprise dans sa spécialité de vieilleries gothiques ou religieuses, un talent très roué et très décoratif. Ch. Baudelaire, Salon de 1845,1845, p. 23.
12. M. Victor Hugo, dont je ne veux certainement pas diminuer la noblesse et la majesté, est un ouvrier beaucoup plus adroit qu'inventif, un travailleur bien plus correct que créateur. Delacroix est quelquefois maladroit, mais essentiellement créateur. Ch. Baudelaire, Salon de 1846,1846, p. 116.
B.− [En parlant de gestes, de mouvements, d'actes ou d'actions...] Qui permet de parvenir aisément aux résultats recherchés.
1. Dans le domaine physique (emploi corresp. au sens A 1).Un effort, un geste, un mouvement adroit.
Vx, rare. Qui demande de l'adresse (physique) :
13. Je ne sais quel peuple de l'Antiquité, pour accoutumer ses enfants aux exercices violents ou adroits, n'accordait des aliments qu'après leurs succès ou leurs efforts en ce genre. E.-J. Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers-État?,1789, p. 38.
2. Dans le domaine des relations soc. ou pol. (emploi corresp. au sens A 2).Une conduite adroite, des manières adroites, une politique adroite, des moyens adroits.
3. Dans le domaine de l'esprit.[En parlant de la mise en œuvre d'une techn., d'un savoir-faire] (emploi corresp. au sens A 3) :
14. ... la matelote parfumait l'air par son odeur et par l'adroite combinaison des ingrédients qui concourent à une perfection inconnue aux cuisiniers parisiens. Champfleury, Les Aventures de Mademoiselle Mariette,1853, p. 152.
Rem. Autres syntagmes : un artifice adroit; une disposition adroite; un sophisme -; une rigueur adroite.
4. P. ext. [En parlant d'une chose fabriquée, en partic., d'une œuvre écrite, d'une lettre, etc.] Qui est fait selon une technique bien appropriée au but visé :
15. Je crois qu'il est bien difficile de trouver une pièce aussi adroite et faite avec tant d'art. Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 281.
C.− Tournure impers. Il est adroit de suivi de l'inf. :
16. Je pouvais par exemple, m'asseoir d'un air navré (...) et dire, à voix basse : « Maman, j'ai perdu ma situation. » Il était peut-être plus adroit, plus habile, pour ne pas décourager la pauvre femme, d'aller et venir dans le logement, comme à mon ordinaire, et de jeter tout à coup ces mots, sur un ton plein d'insouciance : « À propos tu sais que j'ai perdu ma situation. » J'envisageais aussi la possibilité d'une entrée tumultueuse; je lâcherais avec violence un propos dans ce genre : « C'est ignoble! c'est abominable! ils m'ont fait perdre ma situation. » G. Duhamel, La Confession de minuit,1902, p. 25.
Prononc. − 1. Forme phon. : [adʀwa], fém. [-at]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 notent la finale avec [ɑ] post. Warn. 1968 donne les 2 possibilités de prononc. Enq. : /adʀwa, -t/. 2. Dér. et composés : adroitement, maladroit, maladroitement. Cf. droit. 3. Hist. − Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 font remarquer qu'il faut prononcer : ,,Adroɑ, droɑ-te, et non pas drè, drète.``
Étymol. ET HIST. − 1. a) 1164-1775 « svelte, bien fait, élégant (d'une pers.) » (Chrét. de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 150 : La reïne Guenievre voit Le chevalier bel et adroit). − (Beaumarchais, Barbier de Séville, II, 2 [portrait de Rosine]... pied furtif, taille adroite, élancée, bras dodus; bouche rosée...); b) 1176 « habile (au combat) » (Id., Cligès, éd. Micha, 2877 : Por ce qu'ele oie seulement Que il est preuz et bien adroiz); 2emoitié xvies. adroit à « (d'une pers.) qui a de l'adresse physique pour (qqc.) » (Amyot, Tim. et P. Aem. comp. ds Littré : Des combattants bien aguerriz et adroicts aux armes); c) adroit de + inf. « (d'une pers.) qui a de l'adresse (phys.) » (pour + inf. + rég. dir.) (Chrét. de Troyes, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 228 : De moi desarmer fu adroite Qu'ele le fist et bien et bel); 2. xiie-xiiies. « droit, juste (moralement) » (Rom. und past., Bartsch, II, 47, 38 ds Gdf. Alons i dont, cuers adrois; Je sui tous an ta bailie), attest. isolée; 1195-xvies. « (d'un inanimé) qui convient, juste » (Ambroise, Estoire de la guerre sainte, éd. G. Paris, 12338 ds T.-L. : Ensi fait deus si s'ovre adroite, Qui que travailt en son servise, Que il li rent a sa devise). (Amyot, Comment discerner le flatteur de l'ami, 30 ds Littré : ... les enfants des roys et des riches n'apprenoient rien adroit, qu'à picquer et manier les chevaulx); emploi adv., 1370 (Oresme, Ethiques, 19 ds Littré : Semblablement celui qui juge adroit des operacions humaines, qui est sain selon l'ame); d'où a) 1680 « (d'une pers.) qui a de l'adresse (domaine de l'esprit) » (Rich. t. 1 : Adroit. Qui a de l'adresse, fin, prudent, ingénieux); 1690, fréquemment péj., adj. et subst. (Fur. : Adroit se prend quelquefois en mauvaise part, et se dit d'un homme fin et rusé qui se sert de son esprit pour tromper. Deffiez-vous de ce chicaneur, de ce filou, c'est un adroit); b) av. 1695 « (d'un inanimé) qui témoigne de l'adresse » (La Fontaine, Fables, II, 5 ds DG : Par cette adroite repartie); fréquemment péj., 1673 (Racine, Mithridate, III, 4 ds DG : mensonge adroit). Dér. de droit* (préf. a-*). Adroit appartient anciennement au vocab. de la chevalerie (portrait du chevalier ou d'une demoiselle dans le service de guerre, puis dans la vie de cour). Adroit « qui a de l'adresse (domaine phys.) » est très voisin du sens « svelte, bien fait, élégant » et en est peut-être dér., à moins que plus prob. il ne faille supposer que adroit (« qui a de l'adresse ») s'est d'abord empl. en parlant d'un geste de chevalier (un coup d'épée, tir, qui va droit au but, puis d'un guerrier envisagé, sous le rapport de son habileté au tir, au combat, etc.); le sens « svelte, élégant » est issu de droit « qui se tient bien droit » (cf. Chrét. de Troyes, Perceval, éd. Roach, 7907, 8 : la pucele fu molt adroite, Bele et bien faite, longue et droite), voir droit. De là adroit au sens de « qui a de l'adresse (domaine de l'esprit) ». Une dérivation de adroit au sens de « habile » à partir de droit « situé à droite » semble difficile car droit n'est pas attesté de manière sûre, en ce sens, av. le xvies. Peut-on supposer un lat. *directus « situé à droite » (le mot ne se trouve pas attesté en ce sens), en se basant sur l'analogie du lat. dexter « qui est à droite », signifiant dès l'époque impériale « adroit » (cf. l'a. fr. adestre « de manière habile » empl. adverbialement dep. le mil. du xiiies., dér. préf. de l'a. fr. destre « de droite, situé à droite » dep. le début du xiies.)? Cette hyp. n'est pas absurde, mais incertaine. Une dér. à partir de droit est plus sûre; l'hyp. de adroit « habile » issu de l'a. fr. adestre au même sens par substitution de -droit à -destre fait difficulté du point de vue chronol.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 841. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 759, b) 1 159; xxes. : a) 940, b) 889.
BBG. − Bailly (R.) 1969. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Bruant 1901. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Guizot 1864. − Kold. 1902. − Laf. 1878. − Larch. Suppl. 1880. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton Suppl. 1960. − Le Roux 1752. − Ritter (E.). Les Quatre dictionnaires français. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 341. − Sardou 1877. − Sommer 1882.

Wiktionnaire

Adjectif

adroit \a.dʁwa\

  1. Qui a de l’adresse ; qui fait preuve de dextérité.
    • […], et il est très adroit aux menus travaux du campement : montage des tentes, pansage des bêtes, construction d’un four, etc. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 103)
    • Il y avait une fois un filou si adroit qu’il gagea de voler les deux flambeaux d’argent qui se trouvaient tout allumés sur le comptoir d’une boutique. — (Henri Pourrat, Le Trésor des contes : Volume 5, 1951)
  2. Qui a du corps et de l’esprit.
    • Être adroit à manier les esprits.
    • C’est un esprit adroit.
  3. Qui a été pensé avec adresse.
    • C’est un conseil, un moyen adroit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADROIT, OITE. adj.
Qui a de l'adresse. Il se dit du Corps et de l'esprit. Il est adroit à ses exercices Adroit à tirer de l'arc. Adroit comme un singe. Être adroit à manier les esprits. C'est un esprit adroit. Il se dit aussi des Choses. C'est un conseil, c'est un moyen adroit.

Littré (1872-1877)

ADROIT (a-droi, droi-t') adj.
  • 1Qui a de l'adresse, soit de corps, soit d'esprit. Adroit tireur. Adroit à tous les exercices. Homme adroit et entreprenant. Les gens adroits à tromper. Qu'est devenue cette redoutable cavalerie… ? Ni les chevaux ne sont vites, ni les hommes ne sont adroits que pour fuir devant le vainqueur, Bossuet, Anne de G. L'homme seul se trouverait-il être sans action ? La nature l'aura-t-elle destiné à une oisiveté éternelle ? L'aura-t-elle formé si beau, si adroit, si désireux de savoir, pour le laisser toujours inutile ? Bossuet, Pensées chrét. 33. Que la nature est adroite et qu'elle sait bien ménager ses intérêts ! Nous pensons nous défaire d'une passion ; que fait la nature ? en la place de cette passion, elle en substitue une autre toute contraire, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 428. Ce n'est ni à l'intempérie de l'air, ni à la faute des peuples, ni à la stérilité des terres qu'il en faut attribuer la cause, puisque l'air y est excellent [en France], les habitants laborieux, adroits, pleins d'industrie ; mais aux guerres et au défaut d'économie, Vauban, Dîme, p. 27.
  • 2En parlant des choses, où il y a de l'adresse. La louange agréable est l'âme des beaux vers ; Mais je tiens, comme toi, qu'il faut qu'elle soit vraie, Et que son tour adroit n'ait rien qui nous effraie, Boileau, Ép. IX. Adroit mensonge, Racine, Mithr. III, 4. Son adroite vertu ménage son crédit, Racine, Brit. IV, 4.

REMARQUE

Du temps de Corneille on prononçait aussi adret, adrète ; ce qui est la prononciation normande : Ma sœur vous êtes plus adroite ; Souffrez que je ménage un moment de retraite, Corneille, Agés. II, 1. D'abord j'appréhendais que cette ardeur secrète Ne fût du noir esprit une surprise adroite, Molière, Tart. III, 3. La prononciation adret est fort ancienne, Chifflet, Gramm. p. 201.

SYNONYME

ADROIT, HABILE. Ils donnent l'un et l'autre l'idée d'une action facile et heureuse. Habile exprime davantage l'aptitude générale ; adroit, l'application particulière de cette aptitude générale. Un homme adroit n'est pas nécessairement habile ; un homme habile est nécessairement adroit, et s'il ne l'est pas en une circonstance donnée, c'est qu'il s'oublie. L'adresse ne suppose pas l'habileté ; c'est quelque chose d'inférieur. L'habileté au contraire ne va pas sans adresse. L'étymologie même indique la nuance ; l'habile, habilis, de habere, a une disposition générale qui est bonne pour tout ; l'adroit, de à et droit, met les choses comme droit est, c'est-à-dire se prend bien à ce qu'il fait, à un objet quelconque.

HISTORIQUE

XIIe s. Et moult adroit [il] est arrer retourné, Roncisv. p. 190.

XIIIe s. En la forest fu Berte, qui est gente et adroite ; D'aler aval le bois moult durement s'esploite, Berte, 29.

XIVe s. Semblablement celui qui juge adroit des operacions humaines, qui est sain selon l'ame, Oresme, Eth. 19. Et quiconque conselle bien, il fait adroit, Oresme, ib. 182.

XVIe s. Carneades souloit dire que les enfants des roys et des riches n'apprenoient rien adroit, qu'à picquer et manier les chevaulx, Amyot, Comment discerner le flat. de l'ami, 30. Des combattants bien aguerriz et adroicts aux armes, Amyot, Tim. et P. Aem comp. Leurs vaisseaux adroits et legers pour bien servir en un bon affaire, Amyot, Pomp. 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ADROIT, adject. (Manége.) se dit d’un cheval qui choisit bien l’endroit où il met son pié en marchant dans un terrein raboteux & difficile. Il y a des chevaux très-mal adroits, & qui font souvent un faux pas dans ces sortes d’occasions, quoiqu’ils aient la jambe très-bonne. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « adroit »

(XIIe siècle) De l’ancien français dreit avec ajout du préfixe issu du latin ad indiquant le passage à un autre état.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, adreût, convenable ; Berry et norm. adret ; picard, adrot, d'une façon adroite ; de à, droit (voy. DROIT, adj.). Dans plusieurs des exemples anciens, adroit pourrait s'écrire aussi bien en deux mots, à droit, et est une espèce d'adverbe : juger adroit ou à droit ; n'apprendre rien adroit ou à droit ; c'est aussi de cette façon que le picard emploie son adrot. Quelques étymologistes, trompés par une des significations de droit, font venir droit et adroit de dexter ; c'est une erreur ; il vient de addirectus, proprement, dirigé vers, adressé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « adroit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adroit adrwa

Évolution historique de l’usage du mot « adroit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adroit »

  • La plus adroite façon de plaire est de demander des conseils. De Octave Pirmez
  • Arsenic : arme adroite pour faire passer l'arme à gauche. De Martial Villemin
  • Je suis adroit de la main gauche et je suis gauche de la main droite. De Raymond Devos / Artiste ou ouvrier
  • Le secret de réussir C'est d'être adroit, non d'être utile. De Jean-Pierre Florian / Fables
  • Il est plus adroit de se tirer d’un mauvais pas qu’un coup de revolver au coeur. De Alphonse Allais
  • Etre favori d'un prince, c'est comme faire du rodéo : on a beau se montrer très adroit, un jour ou l'autre on est jeté. De Erik Orsenna / Le Monde de l'éducation - Juillet 2001
  • Un écrivain peut finir par devenir un simple jongleur de mots plus ou moins adroit. Il peut en arriver à oublier l'essentiel : cette source qui coule au fond de nous et qui est le véritable lieu de rencontre des êtres. De Janine Boissard / Claire et le bonheur
  • Un bon esprit paraît souvent heureux, comme un homme bien fait paraît souvent adroit. De Antoine de Rivarol / Maximes, pensées et paradoxes
  • La femme la plus sotte peut mener un homme intelligent ; mais il faut qu'une femme soit bien adroite pour mener un imbécile. De Rudyard Kipling / Simples contes des collines
  • La parole ne représente parfois qu'une manière, plus adroite que le silence, de se taire. De Simone de Beauvoir / La Force de l'âge
  • Maints éditeurs, pareils à d’adroits couturiers, se chargent d’habiller le livre de manière à séduire des acheteurs dont l’oeil est plus accessible que l’intelligence. De Paul Claudel / Positions et propositions

Traductions du mot « adroit »

Langue Traduction
Anglais clever
Espagnol hábil
Italien abile
Allemand geschickt
Portugais hábil
Source : Google Translate API

Synonymes de « adroit »

Source : synonymes de adroit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « adroit »

Partager