La langue française

Acquérir

Sommaire

  • Définitions du mot acquérir
  • Étymologie de « acquérir »
  • Phonétique de « acquérir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « acquérir »
  • Citations contenant le mot « acquérir »
  • Traductions du mot « acquérir »
  • Synonymes de « acquérir »
  • Antonymes de « acquérir »

Définitions du mot « acquérir »

Trésor de la Langue Française informatisé

ACQUÉRIR, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. du verbe désigne un animé pers.]
1. DR., langue commune. [Le suj. du verbe est un subst. animé ou à valeur coll.; l'obj. désigne un bien concr.] Devenir propriétaire d'un bien, à titre gratuit ou onéreux :
1. L'État permettra, facilitera même dans tous les sujets, le développement de l'industrie honnête, propre à chaque sexe, et l'emploi de tous les moyens naturels et acquis par lesquels tout homme puisse s'occuper, et toute famille acquérir quelque propriété. L.-G.-A. de Bonald, Législation primitive,t. 2, 1802, p. 87.
2. ... elle l'[la coiffe] avait ou achetée de ses deniers, ou trouvée dans son coffre de mariage, ou reçue de quelque galant, tous bons moyens d'acquérir des dentelles. Mais de quelque façon qu'elle les eût acquises, je vois seulement qu'elle en jouissait comme d'un de ces biens de fortune qu'on trouve et qu'on perd d'aventure et sur lesquels on n'a point de droit naturel. A. France, Les Opinions de Monsieur Jérôme Coignard,1893, p. 265.
Rem. Syntagmes fréq. : acquérir une rente, des richesses, un immeuble, une somme, une terre, un terrain, une marchandise, des biens.
Emploi abs. :
3. Ils ne prévoyaient pas, ces vieux fondateurs du domaine de propriété, que le droit perpétuel et absolu de conserver son patrimoine, droit qui leur semblait équitable, parce qu'il était commun, entraîne le droit d'aliéner, de vendre, de donner, d'acquérir et de perdre :... P.-J. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?,préf., 1840, p. 185.
4. Tout être, par cela seul qu'il est lui et non un autre, possède ce que nous appelons l'individualité. Tant qu'il subsiste, il s'appartient; il peut croître ou décroître, perdre ou acquérir; il peut communiquer à autrui quelque chose de soi, mais non pas le soi-même. H.-D. Lacordaire, Conférences de Notre-Dame,1848, p. 51.
Rem. Dans ce dernier ex. on constate que l'acquisition peut avoir pour obj. n'importe quel bien, y compris les biens moraux.
2. Au fig. [Le suj. du verbe est un subst. animé ou à valeur coll.; l'obj. désigne un bien abstr., une qualité] Entrer en possession de ce bien, de cette qualité :
5. Une longue habitude de l'enseignement lui avait fait acquérir une grande clarté dans le style, et sinon le talent de beaucoup approfondir un sujet, du moins celui d'exposer très nettement les idées qu'il s'en était faites. A.-L.-C. Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie, Logique, 1805, p. 130.
6. ... leur chef étoit un Bavarois, Weisshaupt, homme d'un esprit supérieur, et qui avoit très-bien senti la puissance qu'on pouvoit acquérir en réunissant les forces éparses des individus, et en les dirigeant toutes vers un même but. G. de Staël, De l'Allemagne,t. 5, 1810, p. 151.
7. « Chaque jour votre peuple se rend davantage digne de la liberté. Il acquiert chaque jour de l'énergie. Il paraîtra sans doute un jour avec gloire sur la scène du monde. E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 539.
Rem. Syntagmes rencontrés : acquérir des notions, des données, un résultat, la gloire, un talent, une idée, une réputation, de l'empire sur qqn, de l'ascendant sur qqn, de l'influence, un crédit auprès de qqn, de l'expérience, la notoriété, de la raison, un renom, une alliance, la preuve, la certitude, l'assurance que, la conviction que, l'impression que, la confiance, de la sympathie, quelque autorité, une habitude, des facultés, la dignité, une personnalité, des dons, la tranquillité d'esprit, l'indépendance, la sagesse, une gamme de vertus, des défauts, des mérites, la ferveur, des qualités, la conscience, l'humilité, la faculté d'admirer, des connaissances, etc.
Rare. Acquérir qqc. à qqn.L'aider à obtenir, lui procurer cette chose par un effort soutenu :
8. Que j'aime les héros dont je conte l'histoire! Et qu'à m'occuper d'eux je trouve de douceur! J'ignore s'ils pourront m'acquérir de la gloire; Mais je sais qu'ils font mon bonheur. J.-P.-C. de Florian, Fables,Le Savant et le fermier, 1792, p. 132.
3. Rare. [Le suj. et l'obj. désignent une pers.] Acquérir qqn.S'attacher quelqu'un, dont la sympathie et les services sont assurés :
9. − En somme, si elle se marie, « c'est qu'il n'y a pas d'autre carrière pour une fille ». Il lui faut un homme pour sortir, voyager; c'est un serviteur indispensable, un chambellan, un ordonnateur, un porte-respect. Sans doute, « l'état d'homme serait le plus agréable ». Ne pouvant acquérir l'état, on acquiert l'homme. H. Taine.Notes sur Paris,Vie et opinions de Monsieur Frédéric-Thomas Graindorge, 1867, pp. 203-204.
10. L'homme aux lèvres de bronze se retire. Quel était son but? Acquérir un ami à toute épreuve, assez naïf pour obéir au moindre de ses commandements. Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, pp. 345-346.
B.− [Le suj. du verbe est une chose; l'obj. désigne une qualité] En venir à posséder cette qualité. Acquérir de l'importance. Devenir important.
1. [Le suj. est plus ou moins en rapp. avec la catégorie de l'animé; il désigne un attribut de l'homme, une de ses facultés, un produit de son travail,...] :
11. M. disait, à propos de l'utilité de la retraite et de la force que l'esprit y acquiert : « malheur au poète qui se fait friser tous les jours! » S. Chamfort, Caractères et anecdotes,1794, p. 173.
Rem. 1. Cet emploi est une ext. de l'emploi A 2, où il aurait pu figurer tout aussi bien. 2. Autres syntagmes relevés : une doctrine acquiert de l'importance; les jugements acquièrent du poids; les honneurs et les plaisirs acquièrent un grand prix; la médecine acquiert de l'influence; l'amour acquiert le charme de l'abandon, de nouvelles forces, etc.
2. Plus rare, littér. [Le suj. est sans rapp. immédiat avec la catégorie de l'animé] :
12. Le mur a peu d'épaisseur; mais il en acquiert davantage du côté des tours de Marboré, qui s'élèvent majestueusement au dessus de la porte... J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 2, 1796, p. 174.
Rem. 1. Il s'agit dans cet emploi d'une espèce de personnification du suj. 2. Autres syntagmes relevés : les fibres acquièrent la dureté du fer; l'enveloppe pierreuse acquiert la dureté du granit; le fluide acquiert du mouvement; le liquide acquiert de la chaleur; le cylindre de pâte acquiert une longueur qui...; le fer acquiert la propriété de l'aimant; les saumons boucanés acquièrent la dureté du bois.
En emploi absolu, vx. Devenir meilleur. Ce vin acquiert en vieillissant (Littré); ce vin acquiert (Ac.)
II.− Emploi pronom. (correspond à I A 1 ou, plus gén. à I A 2, rarement à I B)
A.− Emploi pronom. réfl.
1. S'acquérir qqc.
(Corresp. à I A 1). Devenir, par son action personnelle, propriétaire d'une chose matérielle :
13. − Mais, animal, lui criait le parrain, si ces choses n'existaient pas, tu serais maître forgeron comme moi depuis longtemps; tu te serais acquis du bien, tu pourrais vivre à ton aise. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 30.
(Corresp. à I A 2). Posséder, grâce à son action personnelle, un bien non matériel, une certaine qualité :
14. ... en donnant asile à Mohsèn et à sa compagne, il s'acquérait une belle réputation de générosité, ... J.-A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques,Les Amants de Kandahar, 1876, p. 285.
2. S'acquérir qqn.S'attirer, par son action personnelle, les sympathies, gagner les services (de qqn). (Corresp. à I A 3) :
15. ... il se mêla à la conversation d'une manière discrète, mais qui indiquait en même temps le désir de nouer relation. (...). La tentation de s'acquérir des compagnons de route, désir qui poignait évidemment l'inconnu, me prit aussi, et je vis que Lanze n'y répugnait pas; j'engageai donc de plus près l'entretien, et je suis ravi de l'avoir fait, car notre nouvelle connaissance nous a fort aidés à passer aujourd'hui de bonnes heures. J.-A. de Gobineau, Les Pléiades,1874, p. 14.
B.− Emploi pronom. passif. Qqc. s'acquiert (par..., d'une certaine manière...). Devient la propriété ou la possession (par...) :
16. (690). Les servitudes continues et apparentes s'acquièrent par titre, ou par la possession de trente ans. Code civil,1804, p. 126.
Rem. Syntagmes fréq. : la propriété des biens, la qualité de..., ces notions, la science, les vertus, les qualités, les connaissances... s'acquièrent.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [akeʀi:ʀ], j'acquiers [ʒakjε:ʀ]. Enq. : /akje2 ʀ, akeʀ-/. Conjug. s'enquérir. 2. Dér. et composés : acquéreur, acquêt, acquis, acquisitif, acquisition, acquisitivité, coacquéreur (cf. Rob.). Cf. quérir. 3. Forme graph. − Selon R. Thimonnier (Principes d'une réforme rationnelle de l'orthographe, 1968, p. 34), la graph. acq- est rég. : dans les verbes en [ak-] (cf. aussi acquitter), le 2ec se transforme normalement en qu devant é, i (p. oppos. avec les verbes en acc- du type accabler). 4. Hist. − Fér. Crit. t. I 1787 : ,,plusieurs auteurs écrivent aquérir``. Littré recommande de ne pas prononcer ,,a-krir comme en quelques provinces``. DG mentionne : ,,autrefois a-ke-rir [avec e « muet »]. Ac. ne met l'accent aigu qu'en 1762.``
Étymol. ET HIST. − 1148 acquerre, trans. « aller chercher, gagner (obj. animé) » (Prise d'Orange ds Guill. d'Orange, éd. Jonckbloet, 1627 ds T.-L. : Vos nos avez... Sus el palés aconduis et aquis); apr. 1174 id. « se procurer (obj. inanimé) » (Chron. d. Norm., éd. Fahlin, 627 : De lor païs erent mis fors Por metre en abandon lor cors, D'aquerre aveir, terre et vitaille); 1165 id. « gagner » intrans. (Chrét. de Troyes, Guill. d'Angleterre, éd. Wilmotte, 1963 : Si va gaaigner et aquerre En Flandres u en Engleterre); 1370 acquerir « id. » (Oresme, Politiques, fol. 17a ds Gdf. Compl. : Industrie d'acquerir par bataille est aucunement naturelle.) Acquérir (dep. 1370, cf. sup.) réfection par chang. de conjug. et sur le modèle de querre (xies.), quérir (fin xiiies.) de l'a. fr. aquerre, du lat. vulg. *acquaerere, forme recomposée du lat. class. acquīrere, forme apophonique (cf. formes en -qu(a)e- du lat. médiév. ds Mittellat. W., s.v., 122, 63-66); cf. a. fr. conquerre − m. fr. conquérir, enquerre − (s')enquerir, requerre − requerir (Rheinfelder, II, § 625). Lat. acquirere (dep. Cicéron, passim ds TLL s.v., 425, 32 « ajouter (à qqc.), obtenir qqc. (en plus) » au sens de « se procurer (obj. inanimé) ») dep. Sénèque (Epist., 95, 3, ibid., 426, 25 : divitiae per summum adquisitae sudorem), empl. fréquemment en ce sens comme terme jur. en b. lat. et en lat. médiév. (Mittellat. W. s.v., 123, 15-53); même sens avec obj. animé dep. époque impériale en relation avec servus, ancilla; empl. en lat. chrét. (cf. Ves. Faustus Reinsis, De gratia, 1, 11 ds TLL s.v., 427, 60 : adquisitus [Deo] homo), en lat. médiév. comme terme jur. « mander, aller chercher » (1076, Bertholdus, Annales, 285, 12 ds Mittellat. W. s.v., 124, 68 : induciae... pro acquirendis testibus ac defensoribus necessariae); intrans. dep. Sénèque (Dialogi, 9, 8, 3, ds TLL s.v., 427, 65 : tolerabilius... est... non adquirere quam amittere).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 984. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 4 759, b) 1 770; xxes. : a) 1 788, b) 2 352.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Caput 1969. − Dem. 1802. − Fér. 1768. − Foulq.-St-Jean 1962. − Goblot 1920. − Hanse 1949. − Julia 1964. − Lafon 1963. − Lal. 1968. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton Suppl. 1960. − Littré-Robin 1865. − Moor 1966. − Sommer Suppl. 1882. − Thomas 1956. − Spr. 1967.

Wiktionnaire

Verbe

acquérir \a.ke.ʁiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir possesseur par le travail, par l’achat, par l’échange, par contrat ou alors par donation, par succession ; particulièrement en parlant d’immeubles et d’autres choses qui procurent des profits ou des avantages d’une certaine durée.
    • Il existe plusieurs modes d’acquérir. — (Jean Carbonnier, Droit civil. 3. Les biens, 1973)
    • Chacun de nous put acquérir pour une modique somme une K7 contant le reportage et vingt minutes de rush qu'il eut la gentillesse de rendre intelligentes, […]. — (Patrice Obert, Ovalie, une vie de rugby et d'amitié: Un très beau récit de vie, Publishroom, 2016)
    • Certains membres du Politburo souhaitent au départ conserver son corps par cryogénisation (le congeler, donc) puis le ressusciter lorsque les développements de la médecine auront fait suffisamment de progrès — les autorités vont même jusqu’à acquérir le matériel nécessaire pour y parvenir. — (Mikal Hem, Et si je devenais dictateur, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, Gaïa, 2017, page 217)
  2. Réussir à obtenir un savoir, un savoir-faire ou un savoir-être.
    • […] c’est ce qui explique le grand prestige qu’acquirent immédiatement sur de jeunes troupes, tant de sous-officiers de l’Ancien Régime que l’acclamation unanime des soldats porta aux premiers rangs, au début de la guerre. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 350)
    • Il n’était pas devenu le « Monsieur instruit », selon les désirs du paternel, mais il avait acquis d’indiscutables qualités de débrouillage. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • La société universelle de gains renferme tout ce que les parties acquerront par leur industrie, à quelque titre que ce soit, pendant le cours de la société. — (Code civil de 1804, Titre IX, Du contrat de société)
  3. Prendre position pour une idée, une idéologie.
    • Être acquis à la cause de la lutte contre le racisme.
    • Le public, tout acquis à l’oratrice, saluait chacun de ses bons mots d’un tonnerre d’applaudissements. — (Antoine Bello, Les Producteurs, 2015, édition Blanche, p. 195)
  4. (Figuré) Accumuler, recevoir en parlant de toutes les choses qui peuvent être mises au nombre des biens et des avantages réels.
    • Mais les hommes n’échappent pas à leur destinée, et la mienne consiste à gagner deux mille francs. Je ne suis point né pour acquérir de la fortune, et je m’en consolais, jadis, en me disant que chacun, sur la terre, est payé selon ses mérites. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Acquérir de l’honneur, de la réputation, du crédit, de l’autorité, de la science, du savoir, de la gloire.
    • Acquérir des droits à l’estime publique. — Il y a des qualités naturelles et des qualités acquises.
  5. (Par extension) Obtenir.
    • Les magistrats acquirent bientôt la conviction que l’empoisonneur était… une empoisonneuse : la propre mère du petit Henri, Charlotte Lamarche […] — (Jules Mary, Les Filles de la Pocharde, 1897-1898)
    • Acquérir un nouvel ordinateur.
  6. Gagner ; s’améliorer.
    • Le chanvre femelle continuant à végéter jusqu’à la maturité de la graine, sa tige acquiert plus de force, sa fibre plus de dureté et on ne peut en tirer parti que dans les carderies. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 148)
    • Ce vin acquiert de la force. On dit absolument : Ce vin acquiert.
    • Je vous suis acquis : Vous êtes assuré de mon attachement, de mon zèle à vous servir.
  7. (Militaire) Verrouiller sur une cible les instruments de guidage qui permettent la poursuite continuelle de celle-ci.
    • acquérir / track (to) : Verrouiller un équipement de détection électromagnétique sur un écho afin de l’utiliser pour un guidage. — (AAP-6 (2005) : Glossaire OTAN de termes et définitions, Agence OTAN de normalisation, Organisation du traité de l’Atlantique Nord, 2005)

s’acquérir (Pronominal) (pronominal : s’acquérir)

  1. Obtenir de soi-même.
    • Il s’est acquis quantité d’amis.
    • Il s’est acquis les bonnes grâces de son supérieur.
  2. Appartenir incontestablement à une personne ; ne pouvoir lui être disputé.
    • Ce droit m’est acquis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACQUÉRIR. (J'acquiers; nous acquérons. J'acquérais. J'acquis. J'acquerrai. Acquiers. Que j'acquière. Que j'acquisse. Acquérant. Acquis.) v. tr.
Devenir possesseur par suite d'un achat, d'un contrat, etc. Il se dit particulièrement en parlant d'Immeubles et d'autres choses qui procurent des profits ou des avantages d'une certaine durée. Acquérir une terre, une maison, un pré, une rente. Acquérir de ses deniers, des deniers d'autrui. Acquérir du bien légitimement. Acquérir quelque chose en son nom, au nom d'autrui, sous le nom d'un autre. Acquérir les droits de quelqu'un. Acquérir un nouveau droit sur quelque chose. Du bien mal acquis. Il s'emploie aussi figurément en parlant de Toutes les choses qui peuvent être mises au nombre des biens et des avantages réels. Acquérir de l'honneur, de la réputation, du crédit, de l'autorité, de la science, du savoir. Il s'est acquis quantité d'amis. Il s'est acquis les bonnes grâces de son supérieur. Vous avez acquis de la gloire dans cette occasion. Acquérir des droits à l'estime publique. Il y a des qualités naturelles et des qualités acquises. Il signifie par extension Obtenir. Acquérir la preuve, la certitude d'un fait. Il s'emploie dans le sens de Gagner, s'améliorer. Cet enfant a beaucoup acquis depuis quelque temps. Ce domaine acquiert de la valeur. Ce vin acquiert de la force. On dit absolument Ce vin acquiert. Ce droit m'est acquis, Il m'appartient incontestablement, il ne peut m'être disputé. Je vous suis acquis, Vous êtes assuré de mon attachement, de mon zèle à vous servir. Le participe passé

ACQUIS est aussi nom masculin et se dit des Connaissances acquises. Cet avocat, ce médecin a de l'acquis, beaucoup d'acquis. Cet élève a beaucoup de dispositions mais pas assez d'acquis.

Littré (1872-1877)

ACQUÉRIR (a-ké-rir ; ne prononcez pas a-krir, comme en quelques provinces. J'acquiers, tu acquiers, il acquiert, nous acquérons, vous acquérez, ils acquièrent. J'acquérais, etc. J'acquerrai, etc. J'acquis, etc. Acquiers, qu'il acquière, acquérons, acquérez, qu'ils acquièrent. Que j'acquière, que tu acquières, qu'il acquière, que nous acquérions, que vous acquériez, qu'ils acquièrent. Que j'acquisse, etc. J'acquerrais, etc. Acquérant, Acquis. La syllabe quie prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette) v. a.
  • 1Devenir propriétaire par achat ou échange. Acquérir des terres. Acquérir à prix d'argent.
  • 2En général, se procurer, venir à posséder. Acquérir un héritage. Acquérir de l'argent. Acquérir des richesses. La France a acquis par une expédition promptement terminée le territoire d'Alger. En moins d'un siècle l'Angleterre a acquis l'Inde. Ceux par le sang desquels ce territoire fut acquis. La passion d'acquérir du bien pour soutenir une vaine dépense, corrompt les âmes les plus pures, Fénelon, Tél. XXII.
  • 3 Absolument. Il se rendait propriétaire de l'héritage ; ainsi les parjures étaient sûrs d'acquérir, Montesquieu, Espr. XXVIII, 18. La fureur d'acquérir corrompit leur justice, Voltaire, Scyth. IV, 2.
  • 4Avec une personne pour sujet, attirer sur soi, appeler sur soi, en bonne ou en mauvaise part. Acquérir les bonnes grâces de quelqu'un. S'acquérir des amis, de la gloire. S'il voyait le monde pour se faire un nom, pour acquérir du crédit, de la réputation, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 492. Ils y auraient beaucoup mieux rempli que moi la place que j'occupe, et y auraient acquis bien d'autres mérites que moi, Bourdaloue, ib. p. 453. N'acquérez point ma haine en perdant votre temps, Corneille, Théod. II, 4. C'était le vrai moyen d'acquérir sa tendresse, Molière, l'Étourdi, IV, 1. [Elle] Efface son estime et s'acquiert des mépris, Rotrou, Vencesl. I, 1. Ne vous acquérez pas par votre dureté Un renom odieux à la postérité, Rotrou, Antig. II, 2. Quelle gloire il acquit dans ces tristes combats ! Voltaire, Zaïre, I, 1.
  • 5Procurer, faire avoir, en bonne ou en mauvaise part. Cela lui a acquis l'estime publique. Ses services lui ont acquis une position honorable. Il n'est point de climat où mon amour fatale N'ait acquis à mon nom la haine générale, Corneille, Médée, III, 3. Mon bonheur ordinaire M'acquiert les volontés de la fille et du père, Corneille, Méd. I, 1. Vous ai-je acquis sur eux en ce dernier effort La puissance absolue et de vie et de mort ? Corneille, Pomp. III, 2. Ces fameux Lévites… qui… Et par ce noble exploit vous acquirent l'honneur D'être seuls employés aux autels du Seigneur, Racine, Athal. IV, 3.
  • 6Gagner. Cet artiste acquiert de l'habileté. Ce terrain acquiert de la valeur. Avec le secours d'en haut, on peut s'y former [à la prudence], on peut l'acquérir ; on l'acquiert par la réflexion et par de fréquents retours sur soi-même, Bourdaloue, Pens. t. II, p. 478. L'autre se fait écouter comme un maître, tant il paraît avoir acquis de connaissances et être versé en tout genre d'érudition, Bourdaloue, ib. p. 199. Et, à mesure que l'on acquiert d'ouverture dans une nouvelle métaphysique, y perdre un peu de sa religion, La Bruyère, 16.
  • 7 Absolument. Devenir meilleur, en parlant des personnes et des choses. Cet orateur acquiert tous les jours. Ce vin acquiert en vieillissant.
  • 8Acquérir quelqu'un, acquérir sa foi, son cœur, gagner son affection, ses services, et, en parlant d'une femme, son amour, sa main. Ce cœur vous est acquis après le diadème, Corneille, Rod. III, 4. Ce qui touche mon cœur, ce qui charme mes sens, C'est Laodice acquise à mes vœux innocents, Corneille, Nic. V, 5. Quand, pour vous acquérir, je gagnais des batailles…, Corneille, Perth. I, 4. Il pense m'acquérir par cette perfidie, Corneille, Tois. d'Or, IV, 7. Et si vous refusez par là de m'acquérir, Vous ne sauriez vous-même éviter de périr, Corneille, Attila, IV, 6. Le désespérer ce n'est pas l'acquérir, Corneille, Théod. II, 6. …ne me perdez pas envoulant m'acquérir, Corneille, ib. III, 5. Sa tête est le seul prix dont il peut m'acquérir, Corneille, Cinna, I, 2. Et c'est pour l'acquérir [Émilie] qu'il nous fait conspirer, Corneille, ib. III, 1. Je viens de la trouver tout à fait adorable ; Et je suis en suspens si, pour me l'acquérir, Aux extrêmes moyens je ne dois point courir, Molière, l'Étourdi, III, 2. Il faut se multiplier en quelque façon par la charité et avoir autant d'esprits et autant de cœurs qu'on a de sujets qu'on veut acquérir à l'Église, Fléchier, Panég. II, p. 361. Ma foi lui fut acquise et lui fut enlevée, Voltaire, Irène, I, 1.
  • 9Obtenir. J'ai acquis la preuve de ce que je vous dis. De ses feux tôt ou tard j'acquerrai quelque indice, Ducis, Othel. IV, 1. Ces mortels dont l'État gage la vigilance, Ont de tous ses projets acquis la connaissance, Ducis, ib. V, 5.
  • 10S'acquérir, v. réfl. Être acquis. Tout ce qui peut s'acquérir par l'expérience. Les amitiés s'acquièrent par les services.

REMARQUE

Il n'y a point de verbe sur l'orthographe et sur la conjugaison duquel les auteurs aient varié davantage. L'abbé Grosier, Le Gendre, l'abbé de Mably ont dit au présent il acquière pour acquiert ; et les deux derniers, ils acquèrent pour ils acquièrent. D'autres écrivains, au nombre desquels il faut mettre Corneille, ont dit au futur simple et au conditionnel, acquérera et acquérerait, au lieu de acquerra et acquerrait ; ni l'un ni l'autre ne doivent être imités.

HISTORIQUE

XIIe s. Là vint Rolant, mais il fu si aquis [fatigué], Ronc. p. 103. Par Guenelon, qui cest mal nous aquit, ib. p. 180. Dont s'escrierent et Gautiers et Geris : Cuivers bastars, com or estes aquis [réduit à l'extrémité] ! R. de Cambrai, 204.

XIIIe s. Que j'ai sans ma desserte tel mescheance aquise, Berthe, 31. Mieux [je] veuil mourir que vivre, tant sui de deuil acquise, ib. 100. Mais qui amis vodra avoir, Si n'ait mie chier son avoir, Ains par biaus dons amis acquiere, la Rose, 1163. Par eus n'aqeudrez mauvais los, Ren. 8137. Cascuns n'est tenus à respondre, fors de tant qu'il enportera de le [la] coze mal aquise, Beaumanoir, VII, 8.

XIVe s. Quant cils jeunes roys vint à terre, Moult s'entremist d'onneur aquerre, Guiart, Roy. lign. 190. Le riche pecunieux souvent aquert ou pert ses richesses par violence ou par force, Oresme, Eth. IV, 10. Et les choses que l'en fait pour aucun bien acquerir, l'en les fait avecques delettacion, Oresme, ib. 50. Des anemis avez par de çà et de là ; Se en aquerés plus, grant folie sera, Baud. de Seb. X, 1011.

XVe s. Ils vous sauront bien conseiller de quels seigneurs vous vous pourrez bien aider et lesquels et comment vous les pourrez mieux acquerir, Froissart, I, I, 62. Depuis, en bien peu de temps, il gagna tant et acquit et profita par rançons, par prises de villes et de chasteaux, qu'il devint si riche que…, Froissart, I, I, 325. A quarante ans depuis ce me trouvay Nices et foulz, chetis, poures, dolens ; Tous esbahis, de mon cuidier plouray, Et commençay lors à estre acquerans, Deschamps, Erreurs de la jeunesse. Les ennemys qu'il avoit lui mesme acquis à son advenement au royaulme, Commines, I, 10.

XVIe s. … homme ne suit la guerre, Que pour honneur ou profit y aquerre, Marot, I, 358. Il eut enfin la paix par luy acquise ; Tant quise l'as, qu'enfin tu l'as acquise, Marot, IV, 199. Se contentant par piperie de s'acquerir l'ignorante approbation du vulgaire, Montaigne, I, 157. Acquerir des cognoissances, Montaigne, II, 243. Ils ne se sont point souciez d'acquerir ce dont ils n'eussent point voulu user, Amyot, Arist et Cat. Il admonestoit ses gens d'y passer sans y faire aucun dommage, comme en païs qui leur estoit jà tout acquis, Amyot, Flam. 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « acquérir »

(1370) Du latin populaire acquærere, latin acquirere, composé de ad, « à », et quaerĕre, « quérir ». (1148) acquerre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. acquirir ; de acquirere, de ad, à, et quaerere, querir (voy. QUERIR). Acquérir, provençal acquirir, vient d'un verbe à conjugaison changée, acquirire avec l'accent sur ri ; acquerre, qui s'est dit aussi, est formé régulièrement de acquirere qui a l'accent sur qui.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « acquérir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acquérir akkerir

Évolution historique de l’usage du mot « acquérir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « acquérir »

  • Il faut plus de force et de talent pour conserver que pour acquérir. De Jean Pucelle / Le temps
  • Dans une nation qui est dans la servitude, on travaille plus à conserver qu'à acquérir. Dans une nation libre, on travaille plus pour acquérir qu'à conserver. De Montesquieu
  • Dieu permet d’acquérir la richesse pour faire du bien. De Amenope
  • On peut tout acquérir dans la solitude, hormis du caractère. De Stendhal / De l’amour
  • Nous ne renonçons pas aux biens que nous nous sentons capables d'acquérir. De Vauvenargues
  • À défaut d'autre chose, on peut toujours acquérir de l'expérience. De Dan Stanford
  • Nul ne saura vraiment ce qu'il est, tant qu'il ne tendra pas à acquérir plus de savoir. De Anonyme
  • Il y a plus de peine à garder l'argent qu'à l'acquérir. De Michel de Montaigne / Essais
  • S'accepter tel que l'on est voilà une des sagesses à acquérir. De Gérard Bessette / Le Semestre
  • Il faut acquérir à la fin de sa vie ce qu'on a négligé au commencement. De Proverbe oriental
  • Un véritable ami est le plus grand de tous les biens et celui de tous qu’on songe le moins à acquérir. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • Le plaisir d'avoir ne vaut pas la peine d'acquérir. De Jean-Jacques Rousseau / Les confessions
  • Une rumeur de marché prête à Volkswagen l’intention d’acquérir le loueur de voitures Europcar en grandes difficultés économiques. La Bourse reste dubitative devant l’intérêt de l’opération, le titre Europcar ne s’adjugeant à peine qu’un peu plus de 4%. Mieux Vivre Votre Argent, Bourse: selon une rumeur de marché, Volkswagen envisagerait d’acquérir Europcar
  • Volkswagen est en discussion pour acquérir Europcar, qu’il avait cédé en 2006 à Eurazeo, ont indiqué des sources proches du dossier précisant que les discussions étaient à un stade préliminaire. Selon ces sources, le loueur français de véhicules a également suscité l’intérêt de plusieurs fonds d’investissement, dont Apollo Global Management. CCFA | Comité des Constructeurs Français d'Automobiles, Volkswagen envisagerait d'acquérir Europcar | CCFA | Comité des Constructeurs Français d'Automobiles
  • Contre la maltraitance animale, un test obligatoire pour acquérir un chien ou un chat ? POSITIVR, Contre la maltraitance animale, un test obligatoire pour acquérir un chien ou un chat ?
  • PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le numéro un mondial des cosmétiques L'Oréal a annoncé jeudi avoir signé un accord visant à acquérir Thayers Natural Remedies, une marque américaine de soin de la peau. , L'Oréal : signe un accord pour acquérir la marque américaine Thayers Natural Remedies | Zone bourse
  • Alors qu’Amazon, Microsoft et IBM suspendent leurs ventes de logiciels de reconnaissance faciale aux corps policiers à cause de leurs préjugés racistes et des craintes de surveillance de masse, Québec est en train d’analyser un contrat de 4,4 millions pour acquérir la technologie de la société française Idemia. La Presse, Reconnaissance faciale: la SQ pourrait acquérir une technologie controversée

Traductions du mot « acquérir »

Langue Traduction
Anglais acquire
Espagnol adquirir
Italien acquisire
Allemand erwerben
Portugais adquirir
Source : Google Translate API

Synonymes de « acquérir »

Source : synonymes de acquérir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « acquérir »

Partager