Conquérir : définition de conquérir


Conquérir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CONQUÉRIR, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− Domaine milit.[Le compl. d'obj. désigne un territoire, un peuple] Se rendre maître par les armes. Conquérir qqc., conquérir qqc. sur qqn, conquérir qqc. à qqn.Toute autre place à conquérir sur les Musulmans (Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 54).De splendides garçons (...) qui lui [l'Angleterre] conquièrent des empires (Maurois, Les Silences du colonel Bramble,1918, p. 239):
1. ... la Prusse, en deux semaines à peine, par une marche foudroyante, venait d'envahir le Hanovre, de conquérir les deux Hesses, Bade, la Saxe, en surprenant en pleine paix des populations désarmées. Zola, L'Argent,1891, p. 104.
SYNT. Conquérir + subst. : conquérir un empire, le monde, une province, un royaume, une/la terre, l'univers; verbe + conquérir : aller, venir, vouloir conquérir; prép. + verbe + conquérir : aider, chercher à conquérir, achever de conquérir.
Absol. Désir, gloire de conquérir. Le jour où elle [l'Italie] cessa de conquérir, elle fut conquise (Quinet, Allemagne et Italie,1836, p. 223).On cherche de moins en moins à conquérir pour conquérir (Bergson, Les Deux sources de la mor. et de la relig.,1932, p. 305).
P. anal. [Le compl. désigne des biens matériels, sans intérêt milit. partic.]
P. plaisant. Une espèce de fruitier mal clos où l'on pouvait conquérir une pomme (Hugo, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 115).Il conquit la table de haute lutte, au milieu du tas (Zola, L'Œuvre,1886, p. 325).
En gén. S'assurer la possession de quelque chose, étendre son emprise sur quelque chose. Conquérir qqc., conquérir qqc. sur qqc. Quand il [l'homme] conquiert par un effort son abri et ses aliments (Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 276).Dans cette ville [Venise] où il faut conquérir la place sur la lagune (Viollet-le-Duc, Entretiens sur l'archit.,1872, p. 264).
B.− P. métaph., au fig., domaine des valeurs hum.(S'efforcer de) gagner quelque chose, quelqu'un par un déploiement de qualités d'ordre social, moral, intellectuel ou affectif.
1. Domaine des valeurs soc.Conquérir de belles positions (Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 12).Conquérir une grande situation parlementaire (Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 358).Des élections (...) le moment de conquérir un siège (Maurois, La Vie de Disraëli,1927, p. 63).
2. Domaine des valeurs morales.L'homme conquiert sa liberté et sa personnalité, mais en s'ouvrant à la vie (Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 254):
2. Mais il fallait lutter, se raidir, pour conquérir son bonheur, échapper à cette faillite d'une existence. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 70.
En partic., domaine relig.Il ne seyait pas de vouloir conquérir tout de suite la perfection chrétienne (Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 423).Conquérir la béatitude (Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,t. 1, 1931, p. 125).
3. Domaine des valeurs intellectuelles.[Le compl. désigne l'esprit d'une pers. et ses diverses modalités; p. méton. cette pers. elle-même] Le désir d'attirer à lui et de conquérir les esprits (Vigny, Mémoires inédits,1863, p. 120).Conquérir son estime, mieux, son admiration (Jouve, La Scène capitale,1935, p. 62).
4. Domaine des valeurs affectives.[Le compl. désigne le cœur, les sentiments d'une pers.; p. méton. cette pers. elle-même]
a) Domaine des relations amicales.Il conquit son affection en lui procurant quelques plaisirs et des douceurs (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 559).Pour tâcher de conquérir la sympathie générale (Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 231).Tant de bonhomie conquit le cœur du peintre (Camus, L'Exil et le Royaume,1957, p. 1639).
En partic. [Le compl. désigne une pers. ou un groupe de pers.] (Quasi-)synon. plaire.Elle conquit maman en l'appelant « petite madame » (S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 92):
3. MmeRougon se tenant à l'écart par une manœuvre de haute habileté, la belle Octavie était ainsi devenue l'alliée la plus active de l'abbé Faujas. Elle lui conquit ses amis et les amis de ses amis. Elle partait en campagne chaque matin, faisait une étonnante propagande, rien qu'à l'aide des petits saluts qu'elle jetait du bout de ses doigts gantés. Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 1144.
b) Domaine des sentiments amoureux.Un amant doit aller conquérir le cœur de sa dame (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 4).
En partic. [Le compl. désigne une pers.] (Quasi-) synon. séduire.Le mariage (...) cette manière de conquérir et de s'approprier une femme (Balzac, César Birotteau,1837, p. 37).Elle redoublait de séduction, elle l'amollissait et le conquérait (Zola, L'Œuvre,1886, p. 382):
4. « L'homme qui aime une femme, qui s'efforce de la conquérir, qui l'obtient et qui la prend, contracte vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis d'elle un engagement sacré. » Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Étrennes, 1887, p. 1071.
Absol. Le succès flatteur est de conquérir, et non de conserver (Stendhal, De l'Amour,1822, p. 138).La bouche grande, infiniment séduisante, faite (...) pour conquérir (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Yvette, 1884, p. 489):
5. Aimer et posséder, conquérir et épuiser, voilà sa façon [à l'homme absurde] de connaître. (Il y a du sens dans ce mot favori de l'écriture qui appelle « connaître » l'acte d'amour.) Camus, Le Mythe de Sisyphe,1942, p. 104.
Rem. La construction se conquérir qqc., qqn rencontrée parfois dans les emplois précités ne peut guère être considérée comme une forme d'emploi pronom., le pronom n'ayant dans ce cas qu'une fonction de compl. indir. servant à ajouter une marque subjective. Il se mit à cueillir les feuilles de vigne (...) et se conquit par là le cœur du jardinier (A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 36).
II.− Emploi pronom.
A.− Emploi pronom. réfléchi. [Le suj. désigne une pers.] (S'efforcer de) prendre possession de soi-même. Se conquérir, se conquérir sur qqc. Tendu sur lui-même et décidé à se conquérir lui-même par la violence (Psichari, Le Voyage du centurion,1914, p. 11).Je venais conquérir le monde et me conquérir moi-même (Arland, L'Ordre,1929, p. 410).Il faut se conquérir sur les passions, sur la race, sur la classe, sur la nation (Sartre, Situations II,1948, p. 116):
6. L'immense effort de sa jeunesse pour prendre possession de soi, les luttes acharnées pour se conquérir sur les autres le simple droit de vivre, pour se conquérir sur les démons de sa race. Même après la victoire, l'obligation de veiller, sans trêve, sur sa conquête, afin de la défendre contre la victoire même. R. Rolland, Jean-Christophe,La Nouvelle journée, 1912, p. 1585.
B.− Emploi pronom. passif. [Le suj. désigne une chose abstr. d'ordre moral ou intellectuel] (Pouvoir) être acquis au prix d'un effort. Les succès littéraires ne se conquièrent que dans la solitude et par d'obstinés travaux (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 110).Accéder à une vérité qui se conquiert de haute lutte (N. Sarraute, L'Ère du soupçon,1956, p. 63):
7. C'est un grand problème d'être soi. La probité se conquiert et se perd par d'obscures voies. Mais la volonté continue et appliquée de vivre dans la vérité suffit à assurer à quiconque en est capable une prodigieuse puissance. Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », préf., 1948, p. 17.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃keʀi:ʀ], (je) conquiers [kɔ ̃kjε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 critique ceux qui écrivent conquêrir p. anal. avec conquête dans lequel l'accent marque la durée de la syllabe. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 cunquerre « se rendre maître par la force des armes » (Roland, éd. J. Bédier, 198) début xiiies. adj. (Aliscans, éd. E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch., 736 : paiens hardis et conquerans); 2. p. ext. ca 1176 (Chr. de Troyes, Cligès, 15 ds T.-L. : por pris et por los conquerre); 3. ca 1230 « s'attacher, séduire quelqu'un » (G. Le Clerc, Fergus, 72, 13, ibid.). Conquerre (encore fin xvies. ds Hug. et Cotgr.) du lat. *conquaerere (réfection d'apr. quaerere « chercher », du class. conquirere « chercher de tous côtés, rassembler »); conquerir (xives. d'apr. DG), p. infl. de quérir*. Fréq. abs. littér. : 1 183. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 490, b) 992; xxes. : a) 2 155, b) 1 931.
DÉR.
Conquéreur, subst. masc.,vx, littér. Personne qui conquiert. J'étais la toison d'or et (...) je partais à la recherche d'un conquéreur (Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 982).Rem. Selon Rob. Suppl. 1970, ,,mot repris pour éviter les connotations que comporte le mot normal conquérant triomphant ou prétentieux`` et formé par analogie sans doute de acquéreur. [kɔ ̃keʀ œ:ʀ]. 1resattest. seconde moitié xiiies. [ms.] conquereor (A. de Paris, Roman d'Alexandre, ms. G, éd. Elliot Monographs, vol. III, p. 160, v. 242); apr. 1260 conquereur (Ph. de Novare, Quatre Ages, 17 ds T.-L.) − 1732, Trév. qui note ,,il n'est plus en usage``; du rad. de conquérir, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 114.

Conquérir : définition du Wiktionnaire

Verbe

conquérir \kɔ̃.ke.ʁiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Acquérir par les armes.
    • La ferme Navarin, les buttes de Souain, du mont Muret, de Tahure et du Mesnil, les villages de Tahure, Ripont, Rouvroy, Cernay-en-Dormois, Servon-Melzicourt, organisés en points d'appui et opiniâtrement défendus par l'ennemi, ont été conquis de haute lutte dans la première journée de la bataille. — (L'Économiste français: journal hebdomadaire, publié par Paul Leroy-Beaulieu, tome 46, n° 2, Impr. Centrale des chemins de fer, 1918, p. 425)
    • Le Roi des Rois est enfin revenu dans sa capitale. Il a conquis le monde jusqu’aux rives de la mer Rouge, jusqu’aux monts arides du Caucase, jusqu’aux terres inviolées où la neige tombe même en été. — (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
  2. (Figuré) Gagner par la persuasion, l'exemple, le charme etc.
    • Tu vois : je te livre les secrets de l'état, Capestang, tu as du premier coup conquis ma confiance. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Or, cette année-là, comme les élections étaient fixées au 1er mai, il y eut dès le 1er avril, une propagande active et des menées sourdes de part et d’autre pour conquérir les douteux. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Au musée des Arts Anciens du Namurois, la dame du guichet fut instantanément conquise par notre petite fille. « Comme elle est mignonne ! Une vraie arsouille ! » roucoulait-elle. — (Harry Pearson, Un géant au Plat Pays: Séjour chez les Belges, traduit de l'anglais par Sylvain Gilmont & Laure Harmegnies, Avin/Hannut : Editions Luce Wilquin, 2003)
    • Un sandwich enroulé (wrap en anglais) dans une tortilla de blé, voilà l'idée toute simple née en Californie dans les années 1990. Digne descendant du burrito, le wrap n'a pas tardé à conquérir le monde, tant il se prête à toutes les variations. — (Estérelle Payany, Wraps, éd. Variations gourmandes/Solar éditions, 2012, introduction)
  3. (Figuré) (Plus rare) Acquérir par l'effort.
    • L'air pur et vivifiant de cette île perdue au milieu de l'océan du Nord m'a paru éminemment favorable au déploiement de l'activité humaine ; j'ai été souvent étonné de la vigueur physique que l'on conquiert sous un rude climat et de la somme de travail qu'on y peut accomplir. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p. 18)
    • Mais si, clamai-je triomphalement, j’ai de l’argent !… Nous avons de quoi vivre deux mois, trois mois, en attendant que je conquière une fortune ! — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)
    • Il n'est point pressé de conquérir les sommets. Si le temps menace, il n'attend pas l’averse, il redescend à l'auberge où il se met à la chotte. — (La Semaine littéraire, 1908, vol. 16, p. 254)
  4. (Intransitif) (Rare) Conquérir sur quelque chose : gagner sur quelque chose par une action comparée à une conquête.
    • L'arbre qu'on a planté pousse pendant qu'on dort,
      Et planter, n'est-ce pas conquérir sur la mort ?
      — (Léonce Mazuyer, Rimes et raison, III: Poésies d'un vieux rural, Planter (second quatrain) ; Victor Palmé - éditeur des bollandistes, Paris, 1887, page 258.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Conquérir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONQUÉRIR. (Il se conjugue comme ACQUÉRIR.) v. tr.
Acquérir par les armes. Conquérir une ville, un pays, une province, un royaume. Alexandre conquit l'Asie. Les peuples conquis. Les villes conquises. Traiter une province en pays conquis. Fig., Les peuples que ses prédications avaient conquis à la foi. Conquérir tous les cœurs. Par ce noble désintéressement, il a conquis leur estime. Je l'eus à peine vu et entendu parler que je me sentis conquis.

Conquérir : définition du Littré (1872-1877)

CONQUÉRIR (kon-ké-rir), je conquiers, tu conquiers, il conquiert, nous conquérons, vous conquérez, ils conquièrent ; je conquérais ; je conquis, nous conquîmes ; je conquerrai ; conquiers, qu'il conquière, conquérons, conquérez, qu'ils conquièrent ; que je conquière, que tu conquières, qu'il conquière, que nous conquérions, que vous conquériez, qu'ils conquièrent ; que je conquisse ; conquérant ; conquis v. a.
  • 1Soumettre par les armes. Les Romains conquirent les Gaules. Les Français ont conquis l'Algérie. C'est mon trône, c'est moi qu'on prétend conquérir, Corneille, Sertor. V, 3. S'il avait pu conquérir le monde entier, il en aurait cherché un nouveau pour satisfaire l'avidité de ses désirs, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 583, dans POUGENS. Voir, c'est avoir, allons courir, Car tout voir c'est tout conquérir, Béranger, Bohémiens.

    Absolument. Et ce n'est que pour vous que vous avez conquis, Corneille, Nicom. II, 3. Il aime à conquérir, mais il hait les batailles, Corneille, Attila, IV, 1. Il semblait qu'ils ne conquissent que pour donner, Montesquieu, Rom. 5. C'était une manière lente de conquérir ; on vainquait un peuple et on se contentait de l'affaiblir, Montesquieu, ib. 6. L'empereur écoute encore ; le bruit augmente ; est-ce donc une bataille, s'écrie-t-il ? Chaque décharge le déchire ; car il ne s'agissait plus pour lui de conquérir, mais de conserver, Ségur, Hist. de Nap. IX, 2.

  • 2 Fig. Conquérir le ciel. Conquérir son rang. Conquérir l'estime. J'ai conquis votre cœur au péril de ma vie, Corneille, Perthar. I, 4. Mais quoique sa valeur t'ait conquise aujourd'hui…, Corneille, Cid, V, 8. Il peut me conquérir à ce prix sans danger, Racine, Andr. V, 2. Et n'apprendrez-vous point à conquérir des cœurs ? Voltaire, Alz. IV, 1.
  • 3Se conquérir, v. réfl. Faire la conquête l'un de l'autre. Ces hordes se conquièrent sans cesse les unes les autres, Montesquieu, Esp. XVIII, 19.

    Être conquis, gagné, obtenu. Ici la faveur se conquiert par le mérite.

HISTORIQUE

XIe s. Tresqu'en la mer cunquist la tere altaigne, Ch. de Rol. I. Par tantes terres est alet cunquerant, ib. X. Que Charles die qu'il [Roland] fust mort cunquerant [victorieux], ib. CLXX.

XIIe s. Par vous a Charles tantes terres conquis, Ronc. p. 87. Et sont o lui bien cent mil conquirant, ib. 122. Or [je] voil aler vers France conquirant, ib. p. 119. Car qui ce tolt [ravit] dont [il] ne puet faire don, Il en conquiert [s'en fait] enemis et meslée, Couci, VI. [Je] ne sai se jà l'aurai [ma dame] à moi conquise, ib. X. Jà de mon cuer n'istra mais la semblance Dont [ma dame] me conquist as mots pleins de douçor, ib. XVI. Et là doit-on faire chevalerie, Où on conquiert paradis et honour Et prix et los et l'amour de s'amie, Quesnes, Romancero, p. 93. Car vous avez plus perdu que conquis, Quesnes, ib. p. 101. Anseys le conquist [son ennemi] à l'espée d'acier, Sax. IV. Encor ne nous a pas Charles à sers [serfs] conquis, ib. XXVI. [Il] Ne volt acunte rendre de tut ço qu'en a pris, Ne suffrir jugement, mal los i a conquis, Th. le mart. 53.

XIIIe s. Nostre chevalier et nostre sergant monterent par vive force sur les eschieles et conquistrent le mur sur aus [eux], Villehardouin, LXXVI. Et bien sembloit estoire [flotte] qui terre deüst conquerre, Villehardouin, LX. Seigneur, nos avons ceste ville conquise, la merci Dieu et par la vostre, Villehardouin, XLIX. Seignor, dist-il, vostre merci, Conquis m'avez à vostre ami, Ren. 7070. Or te voil dire et conseillier Que l'Amors metes en oubli, Dont ge te voi si afoibli, Et si conquis et tormenté, la Rose, 3033. C'est cele qui fait à usure Prester mains [qui fait que maints, plusieurs prêtent à usure], par la grant ardure D'avoir conquerre et assembler, ib. 176. Quant la sainte cité de Jerusalem fu conquise sur les ennemis de la croiz et remise el poeir des feauz Jhesu Crist…, Ass. de J. I, 21. S'il avient que li detere [débiteur] qui à l'un donna toutes ses cozes por paier, conquiert de novel [gagne de nouveau], il n'est pas quites envers les creanciers, Beaumanoir, LIV, 6. Si ont tuit de leur volenté Au roi Loeys creanté, Que d'Aubugois [d'Albigeois] la crois presist, Et sien fust quan qu'il conquesist Tout quitement lui et son oir, Ph. Mouskes, ms. p. 688, dans LACURNE.

XVe s. Il leur sembla qu'ils seroient forts et puissants assez pour la conquerre [la France], Froissart, I, I, 97. Et firent tant finalement que la porte fut conquise, Froissart, I, I, 138. Et estions pour lors tous seigneurs des champs et des rivieres, et y conquerismes, nous et les nostres, très grand finance, Froissart, II, III, 15. En Flandres, où il conquit la bataille de Rosebecque, Monstrelet, liv. I, ch. 1.

XVIe s. Mais bel Accueil m'a faict d'assez bons tours, En me laissant maints baisers conquerir, Marot, II, 326. Tant de nations si injustement conquises, Montaigne, IV, 85. Qu'un seul eschelle une forteresse, qu'il assaille une armée, qu'il conquiere un royaume, Montaigne, IV, 349. Nous conquerrons sans difficulté tout le reste de l'Italie, Amyot, Pyrrh. 130.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « conquérir »

Étymologie de conquérir - Littré

Provenç. conquerer, conquerir, conquerre ; espagn. conquerir ; ital. conquidere ; du latin conquirere, de cum et quaerere (voy. QUERIR). L'ancien infinitif était conquerre, dérivé directement de conquirere, où l'accent est sur qui.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de conquérir - Wiktionnaire

Du latin conquirere (« chercher intensément à obtenir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conquérir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conquérir kɔ̃kerir play_arrow

Conjugaison du verbe « conquérir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe conquérir

Évolution historique de l’usage du mot « conquérir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conquérir »

  • Ceva Logistics rachète AMI Worldwide pour conquérir l'Afrique Gomet, Ceva Logistics (Marseille) rachète AMI Worldwide (Dubaï) pour conquérir l'Afrique - Gomet'
  • Qui est la nation et qui représente l’intérêt général ? Comment se heurte-t-on au jeu cruel de la politique au sein des partis? demande Pierre Rosanvallon. Alors que la machine socialiste s'organise pour conquérir le pouvoir, il revient sur la différenciation caricaturale et le consensus dissolvant. France Culture, La machine à conquérir le pouvoir : l'idéologie avant l'intelligible - Ép. 10/11 - Les années 1968-2018 : une histoire intellectuelle et politique
  • Le RN échoue à conquérir une seconde ville dans l'Est-Var Var-Matin, Le RN échoue à conquérir une seconde ville dans l'Est-Var - Var-Matin
  • Dans la vie il faut se battre, se défendre, conquérir, réaliser ses rêves et ses désirs. De Gilles Derome / Qui est Dupressin ?
  • Telle est la tâche de l'homme : conquérir l'espace et sanctifier le temps. De Abraham Heschel / Les Bâtisseurs du temps
  • Que sert à l'homme de conquérir l'univers s'il ne peut empêcher son chien de chier par terre. De Claude Blanchard
  • L'humanité n'est pas un état à subir. C'est une dignité à conquérir. De Vercors / Les animaux dénaturés
  • La paix n’est pas comparable à un objet précieux qui nous appartient. Il faut toujours la conquérir. De Nordahl Grieg / La Défaite
  • Insensés que nous sommes, nous voulons tout conquérir, comme si nous avions le temps de tout posséder ! De Frédéric II / L’anti-Machiavel
  • Les femmes les plus faciles à conquérir ne sont pas les curieuses mais les déçues. De Hector Talvart
  • Le mérite finit par conquérir. De Arsène Goyette / L'ineffaçable souillure
  • Le monde est à qui naît pour le conquérir, et non pour qui rêve, fut-ce à bon endroit, qu'il peut le conquérir. De Fernando Pessoa / Bureau de tabac
  • On peut conquérir des milliers d’hommes dans une bataille ; mais celui qui se conquiert lui-même, lui seul est le plus noble des conquérants. De Dalaï Lama
  • Le succès flatteur est de conquérir et non de conserver. Henri Beyle, dit Stendhal, De l'amour
  • Il n'y a pas de liberté donnée ; il faut se conquérir sur les passions, sur la race, sur la classe, sur la nation et conquérir avec soi les autres hommes. Jean-Paul Sartre, Situations II, Gallimard
  • À tout peuple conquis il faut une révolte. Napoléon Ier, Lettres, à Joseph, 17 août 1806
  • La liberté appartient à ceux qui l'on conquise. André Malraux, Discours, à la Chambre des députés, 1945 , Gallimard
  • Insensés que nous sommes, nous voulons tout conquérir, comme si nous avions le temps de tout posséder ! Frédéric II, le Grand, l'Anti-Machiavel ou Essai de critique sur le Prince, de Machiavel
  • Il faut se servir de ses conquêtes pour conquérir. Alexandre Dumas, Napoléon Bonaparte, III, 1

Images d'illustration du mot « conquérir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conquérir »

Langue Traduction
Corse cunquistà
Basque konkistatzeko
Japonais 征服する
Russe покорять
Portugais conquistar
Arabe لقهر
Chinois 征服
Allemand erobern
Italien conquistare
Espagnol conquistar
Anglais to conquer
Source : Google Translate API

Synonymes de « conquérir »

Source : synonymes de conquérir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « conquérir »



mots du mois

Mots similaires