Tenace : définition de tenace


Tenace : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TENACE, adj.

A. −
1. Vieilli. [En parlant d'une substance molle ou liquide] Qui adhère fortement, qui est de consistance visqueuse, très collante. Le cérat est plus ou moins tenace, à-peu-près comme la térébenthine, et plus ou moins mou et onctueux, selon les ingrédiens qui en font la base (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 173).On examina le lourd véhicule. Il se trouvait embourbé au milieu d'une vaste dépression du sol dans une glaise tenace (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 209).
En partic. [En parlant d'un tissu organique] Qui possède une grande cohésion, de la résistance. On retrouve dans cette classe d'animaux un derme, ou cuir fort tenace au dessous des écailles (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 559).Il en est [de certains corps] dont les chairs et les membranes compactes et tenaces, résistent aux compressions, aux tiraillemens les plus forts, et même au tranchant du scalpel (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 343).
2. [En parlant d'un matériau] Qui oppose une grande résistance à la rupture, qui possède des qualités de solidité. Des calcaires du Poitou d'une qualité supérieure, sans délits et tenaces (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 53).Les bois denses sont plus tenaces que les bois poreux; orme, chêne, frêne, charme sont des bois tenaces. La valeur technique du bois détermine son utilisation (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 3).
En partic. [En parlant d'un métal] Qui résiste à la rupture même sous une forte traction. Comme dans le procédé acide, on doit donc recarburer le bain, le désoxyder, et doser par des additions convenables les pourcentages en réducteurs tels que le manganèse et le carbone, afin d'obtenir un métal malléable, tenace et bien lié (Barnerias, Aciéries, 1934, p. 195).
B. − P. anal. Dont on peut difficilement se débarrasser, qui s'accroche ou persiste longtemps.
1. [En parlant de plantes, de végétaux] Ainsi le lichen tenace qui s'identifie avec le rocher unit le minéral à la plante (Nodier, Fée Miettes, 1831, p. 60).Quelques rosiers tenaces aux belles roses épanouies étaient restés vivants dans ce désert au-dessous duquel dormait tout un peuple de morts (Maurois, Sil. Bramble, 1918, p. 248).
En partic. Persistant. [Les collines] n'ont point de vrais arbres, mais des genêts, des genévriers, des lentisques, des ajoncs, d'autres arbres encore à feuilles tenaces (Taine, Voy. Ital., t. 1, 1866, p. 12).
2. [En parlant de sensations olfactives ou gustatives] Synon. persistant.Il garde au fond de la gorge, un goût tenace d'essence, de vernis brûlé (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 737).La voie du sanglier est forte et tenace, un chien même d'un nez moyen prendra facilement connaissance d'animaux passés quelques heures auparavant (Vidron, Chasse, 1945, p. 103).
3. [En parlant d'une substance qui tache ou qui colore] . Le café, c'est une encre d'un noir olivâtre, qui laisse aux parois des tasses une teinture tenace (Colette, Vagab., 1910, p. 122).V. patafioler A, ex. de Farrère.
4. [En parlant de manifestations naturelles] Une pluie tenace. À la jointure de la fenêtre le vent du nord, léger mais tenace sifflotait comme un grillon (Giono, Que ma joie demeure, 1935, p. 66).Il faisait un rude hiver (...) avec de grands vents librement accourus du pôle, une neige épaisse durcie sitôt sa chute, une gelée tenace de dix et douze semaines (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 180).
5. En partic. [En parlant d'affections, de maladies] Qu'il est difficile d'enrayer, de guérir. Lésion, affection tenace; insomnie, rhume, bronchite tenace. Malgré ma sciatique tenace, je serais tout de suite parti pour La Haye sans le dernier mot désolant de ton article (Hugo, Corresp., 1870, p. 258).Pour se hisser dans le coupé, Antoine avait dû faire une suite d'efforts qui lui avaient irrité les bronches. À peine assis, il fut secoué par une quinte de toux tenace, et dut rester, un bon moment, tête baissée, le mouchoir aux lèvres (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 777).
C. − Au fig.
1. [En parlant d'une pers., d'une collectivité] Qui est opiniâtre, obstiné dans ses opinions, ses projets, ses actions. Synon. acharné; anton. changeant, versatile.J'ai la réputation d'un homme très tenace en fait d'opinion littéraire, et fort exagéré en romantisme (Sainte-Beuve, Corresp., t. 1, 1830, p. 193):
Elles [des carrioles] portaient des paysannes toutes semblables aux cousines, comme elles en noir, de cette même très ancienne race, tenace, positive et utilitaire, traversée et marbrée de rêves, de goûts de départ et d'émigrations. Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 222.
Empl. subst. Toujours, jusqu'à la fin (...) dans cet œil (...) la seule chose qu'on voyait de lui, cette flamme des croyants, des martyrs, des tenaces (Vialar, Clos Trois Mais., 1946, p. 83).
En partic. Qui est obstiné, entêté; dont on ne peut se débarrasser. Quémandeur, solliciteur tenace. J'ai une peur atroce... Tu n'as pas idée comme il est tenace... et volontaire... Que faire... dis... que faire? (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Signe, 1886, p. 1052).Vous sentiez des gens collants et tenaces, des mendigots de privilèges et de faveurs, à qui il pouvait entrer dans le crâne que M. Jean Erlane soit traité comme le fils d'un de ses fermiers! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 159).
2. [En parlant de comportements intellectuels ou affectifs] Qui implique l'opiniâtreté, l'obstination. Colère, espoir, haine, malveillance, patience, rancune, vitalité tenace; désespoir, volonté tenace. Rien n'use les vieillards comme un chagrin tenace (Amiel, Journal, 1866, p. 83).J'aime et je respecte, pourtant, l'humble et tenace fidélité que certaines gensdes femmes surtoutgardent à leurs goûts, à leurs désirs, à leurs anciennes entreprises (Sartre, Mots, 1964, p. 199).
3. [En parlant d'une action] Qui s'exerce avec obstination, sans faiblesse. Les Anglais, par une résistance tenace, ne cèdent le terrain que très lentement, de façon à éviter que notre aile gauche en se repliant trop vite ne favorise la menace enveloppante adverse (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 311).Tubeuf, concessionnaire des mines d'Alais, dont la vie, de 1772 à 1790, ne sera qu'une lutte tenace contre les propriétaires-paysans (E. Schneider, Charbon, 1945, p. 129).
4. [En parlant d'un fait, d'un phénomène d'opinion] Qu'il est difficile d'extirper, dont il est difficile de se défaire. Croyance, foi, mode, habitude tenace. Nous nous trouvons donc ici en présence d'une illusion si profonde, d'un préjugé si tenace, que nous ne saurions en avoir raison sans les attaquer dans leur principe même, qui est le principe de causalité (Bergson, Essai donn. imm., 1889, p. 157).L'irrégularité des laitiers, qui semble être une conséquence inéluctable du fait qu'il ne s'agit pas d'un produit spécialement fabriqué en vue de l'utilisation qui en est faite, est donc, en pratique, beaucoup moins grande qu'une légende tenace ne l'admet (Cléret de Langavant, Ciments et bétons, 1953, p. 82).
Prononc. et Orth.: [tənas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1501 « qui retient bien et longtemps (en parlant de la mémoire) » (F. Le Roy, Le Livre de la Femme forte, c 1 a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 171); 2. 1530 « qui implique la ténacité » (Reg. cons. de Limoges, I, 192 ds Gdf. Compl.: Si dur et tenax cueur); 1585 « id. » (Cholières, 4eMatinée, p. 136 ds Hug.: S'ils sont trop tenax, obstinez et opiniastres); 1748 obstination tenace (Montesquieu, Esprit des lois, XXV, 2 ds Littré); 3. a) 1628 [éd.] « qui est adhérent, visqueux (par la pituite) » (Paré, Œuvres, XX, 27, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 3, p. 145); b) 1745 « dont les parties tiennent fortement ensemble (en parlant d'un métal, du fil, etc.) » (Mém. de l'Académie de Berlin ds Ac. 1765); 4. ca 1590 « qui est difficile à détruire (en parlant de l'absence d'un bon jugement) » (Montaigne, Essais, II, 17, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, t. 1, p. 656); 5. 1660 « avare » (Oudin Fr.-Esp.). Empr. au lat.tenax, -acis « qui tient fortement, parcimonieux, adhérent, obstiné, opiniâtre », dér. de tenere « tenir* ». Fréq. abs. littér.: 618. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 338, b) 730; xxes.: a) 1 116, b) 1 276.
DÉR.
Tenacement, adv.[Corresp. à supra C] Avec ténacité, opiniâtreté. Synon. obstinément, opiniâtrement.Les traditions corporatives se maintenaient ici tenacement: l'ouvrier principal coiffait le plus gros bonnet (Hamp, Marée, 1908, p. 66).Il faudrait aller au delà, se demander pourquoi Léonard oppose un tel refus au libre exercice de sa sensibilité et lui substitue tenacement l'intelligence (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 330). [tənasmɑ ̃]. 1reattest. 1557 (Bugnyon, Erotasmes, sonn. 42 ds Hug.); de tenace, suff. -ment2*.

tenace « qui tient fermement, qui s'accroche »

Tenace : définition du Wiktionnaire

Adjectif

tenace \tə.nas\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est adhérent ; qui tient fortement à quelque chose.
    • Le suc d’oignons de lis étoit tenace, gluant; il fallut pour en avoir un peu, le ramasser avec un couteau : il étoit couleur de café au lait; […]. — (Jean-Étienne Guettard, Mémoires sur différentes parties des sciences et arts, Paris : Laurent Prault, 1770, tome 2, page L)
    • L’intrépide lion dans un piège surpris
      S’irrite du danger, et de sa dent tenace
      Ronge, en grondant, la toile où lui-même s’enlace
      — (Nicolas Gilbert, Le Poète malheureux, 1772)
  2. (Botanique) Qualifie les plantes et des parties de plantes qui s’attachent, s’accrochent à ce qui les touche, telles que les tiges et les semences du grateron.
    • Une tige, une feuille tenace.
  3. Dont les parties tiennent fortement ensemble, qui peut soutenir une traction, une pression considérable sans s’allonger, sans se rompre.
    • Un métal tenace, métal qui supporte une pression, un tiraillement considérable, sans se rompre.
    • Quoique l’or soit le plus compacte et le plus tenace des métaux, il n’est néanmoins que peu élastique et peu sonore. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Minéralogie, tome IV, page 256)
    • Du chanvre très tenace.
    • L’eau chaude et surtout bouillante peut prendre plus de sucre en dissolution que l’eau froide, et former un liquide plus épais, plus tenace que le sirop. — (Antoine François Fourcroy, Système des connaissances chimiques et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l’art, Baudouin, 1801, tome VII, page 165)
    • Roche tenace, roche qu'on a de la peine à détacher, à casser.
  4. (Figuré) Dont on ne peut pas se débarrasser ; qui persiste.
    • Il se gratte le front qu'un prurit tenace ne cesse de taquiner, et où fleurissent des taches rougeâtres. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 257)
  5. (En particulier) Qualifie une personne dont on ne peut se défaire, qu’on ne peut écarter.
    • Ce diable-là est furieusement tenace ; c’est celui qui possède ordinairement les femmes, quand elles ont le diable au corps. — (Jean-François Regnard, Le Retour imprévu, 1700, scène 13)
    • Non, je ne vis jamais d’animal si tenace [un créancier]. — (Jean-François Regnard, Le Joueur, 1696, acte III, scène 7)
    • Ce fade médecin est un amant tenace,
      Et qui ne s’aperçoit jamais qu’il embarrasse.
      — (Legrand, Aveugle clair-voy., scène 1)
    • Reste encore un neveu, mais un neveu tenace. — (Jean-François Collin d’Harleville, Le Vieux célibataire, acte I, scène 6)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
  6. (Figuré) Qui est attaché fortement à ses idées, à ses projets, à ses prétentions.
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? — (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
    • C’est un homme fort tenace et qui ne renonce pas aisément à ce qu’il désire, à ce qu’il veut.
    • Un caractère, une volonté tenace.
    • Préjugé tenace.
    • On tient beaucoup aux choses dont on est continuellement occupé, témoin l’obstination tenace des mahométans et des juifs, et la facilité qu’ont de changer de religion les peuples barbares et sauvages. — (Montesquieu, De l’esprit des lois, XXV, 2)
  7. (Figuré) Qui ne donne qu’avec peine ; avare.
    • Il est d’une humeur fort tenace, on ne saurait en rien tirer.
    • Sa fille est riche ; mais l’oncle, qui est tuteur, est tenace. — (Florent Carton Dancourt, Vert-galant, scène 3)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tenace : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TENACE. adj. des deux genres
. Qui est adhérent, qui tient fortement à quelque chose. Une matière tenace et gluante. La poix est plus tenace que la cire. En termes de Botanique, il se dit des Plantes et des parties de plantes qui s'attachent, s'accrochent à ce qui les touche, telles que les tiges et les semences du grateron. Il signifie aussi Dont les parties tiennent fortement ensemble, qui peut soutenir une traction, une pression considérable sans s'allonger, sans se rompre. Un métal tenace. Il signifie aussi, figurément, Qui est attaché fortement à ses idées, à ses projets, à ses prétentions. C'est un homme fort tenace et qui ne renonce pas aisément à ce qu'il désire, à ce qu'il veut. Il se dit aussi des Choses. Un caractère, une volonté tenace. Avoir la mémoire tenace, Ne point oublier ce qu'on a appris.

Tenace : définition du Littré (1872-1877)

TENACE (te-na-s') adj.
  • 1 Terme de botanique. Il se dit des plantes qui s'attachent, s'accrochent. Une tige, une feuille tenace.
  • 2Qui s'attache à, pour ronger, serrer. L'intrépide lion dans un piége surpris S'irrite du danger, et de sa dent tenace Ronge, en grondant, la toile où lui-même s'enlace, Gilbert, le Poëte malh.
  • 3Il se dit d'un corps dont les parties adhèrent fortement les unes aux autres. Du chanvre très tenace. L'eau chaude et surtout bouillante peut prendre plus de sucre en dissolution que l'eau froide, et former un liquide plus épais, plus tenace que le sirop, Fourcroy, Conn. chim. t. VII, p. 165.

    Métal tenace, métal qui supporte une pression, un tiraillement considérable, sans se rompre. Quoique l'or soit le plus compacte et le plus tenace des métaux, il n'est néanmoins que peu élastique et peu sonore, Buffon, Min. t. IV, p. 256.

    Roche tenace, roche qu'on a de la peine à détacher, à casser.

  • 4Dont on ne peut se défaire, qu'on ne peut écarter, en parlant des personnes. Ce diable-là est furieusement tenace ; c'est celui qui possède ordinairement les femmes, quand elles ont le diable au corps, Regnard, Retour impr. sc. 13. Non, je ne vis jamais d'animal si tenace [un créancier], Regnard, le Joueur, III, 7. Ce fade médecin est un amant tenace, Et qui ne s'aperçoit jamais qu'il embarrasse, Legrand, Aveugle clair-voy. sc. 1. Reste encore un neveu, mais un neveu tenace, Collin D'Harleville, Vieux célib. I, 6.
  • 5 Fig. Qui est attaché opiniâtrément à ses idées, à ses prétentions. Homme tenace.

    Il se dit des choses. Préjugé tenace. On tient beaucoup aux choses dont on est continuellement occupé, témoin l'obstination tenace des mahométans et des juifs, et la facilité qu'ont de changer de religion les peuples barbares et sauvages, Montesquieu, Espr. XXV, 2.

    Avoir la mémoire tenace, ne point oublier ce qu'on a appris.

    Terme de jeux. Demeurer tenace, à l'hombre, avoir deux cartes, l'une inférieure et l'autre supérieure à la plus haute carte de l'adversaire, et cependant faire les deux levées, parce que l'adversaire doit jouer le premier.

  • 6 Fig. Qui ne donne qu'avec peine, avare. Sa fille est riche ; mais l'oncle, qui est tuteur, est tenace, Dancourt, Vert-galant, sc. 3.

    Il est d'une humeur fort tenace, on ne saurait en rien tirer.

HISTORIQUE

XVIe s. La pituite se rendant plus tenace et visqueuse, Paré, xx, 27. C'est une maladie [l'absence d'un bon jugement] qui n'est jamais où elle se veoid ; elle est bien tenace et forte, Montaigne, III, 64.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tenace »

Étymologie de tenace - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Du latin tenax, dérivé de tenere (« tenir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de tenace - Littré

Lat. tenacem, de tenere, tenir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tenace »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tenace tœnas play_arrow

Citations contenant le mot « tenace »

  • La rancune tenace. Nicolas Sarkozy est de retour sur la scène médiatique avec la sortie d'un nouveau livre ce vendredi, Le temps des tempêtes (L'Observatoire). Un premier tome dans lequel l'ancien chef de l'Etat revient sur la période 2007-2012, celle de son quinquennat. Il y est question de sa prise de fonction, brutale et "vertigineuse" avec la solitude du pouvoir naissant. Plus intime, Nicolas Sarkozy se confie sur un pépin de santé, jusque-là tenu secret, juste après sa séparation avec Cécilia Atias (ex-Sarkozy). Mais avec l'ancien édile de Neuilly-sur-Seine, la politique n'est jamais très loin. , "Une haine tenace..." : Nicolas Sarkozy dézingue trois ténors politiques... et tacle les Français !
  • Au milieu du mois de juillet 1209, vingt mille hommes en armes approchent des murailles de Béziers. Partie de Lyon à la demande du pape Innocent III, cette armée puissante veut en finir avec le catharisme, considéré par Rome comme une hérésie tenace, fermement implantée dans tout le sud de la France depuis plus d’un siècle. Mediapart, «Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens!» - Page 1 | Mediapart
  • Pour ceux - notamment les pays - qui ne le savent pas encore, Iskandar Safa est tenace, très tenace. Le milliardaire libanais ne lâche jamais rien, surtout quand ses intérêts financiers et économiques sont en jeu. Tout comme les Etats-Unis, la Grèce est en train de s'en rendre compte année après année et accumule echec sur échec sur le plan juridique face à l'adversité méticuleuse des frères Safa, Iskandar et Akram, propriétaires depuis 2010 du plus grand chantier naval grec, La Tribune, Le milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, cauchemar juridique de la Grèce
  • Ce sont toujours les odeurs, les sons, les petits faits sans importance apparente qui sont les plus tenaces et qui, le plus souvent, empêchent les jours de sombrer les uns après les autres dans l'oubli. De Yvette Naubert / Les Pierrefendre
  • Nous acquérons, par l'éducation, des connaissances éphémères et des répugnances tenaces. De Jean Rostand / Pensées d’un biologiste
  • Les mots restent, quoiqu'on en dise. Longtemps après qu'ils ont été prononcés, ceux qui blessent continuent de faire mal. Ils vivent en nous d'une vie tenace, douloureuse. De Jean-Paul Pinsonneault
  • Rien de plus têtu, rien de plus tenace que l'espoir, surtout s'il est infondé., l'espoir est un chiendent. De Lydie Salvayre / Pas pleurer
  • La vie est tenace, et persiste le plus longtemps quand elle est l'objet de la haine la plus profonde. De Mary Shelley / Frankenstein ou le Prométhée moderne
  • Aucune mâchoire de bouledogue n'est plus tenace que les doigts d'une femme qui hait. De Jean Giraudoux / Pour Lucrèce
  • La distinction entre le passé, le présent, le futur n'est qu'une illusion, aussi tenace soit-elle. De Albert Einstein
  • La parfaite confiance moisit l'amour le plus tenace. De Dominique Blondeau / Les errantes

Traductions du mot « tenace »

Langue Traduction
Corse tenaz
Basque saiatua
Japonais 粘り強い
Russe цепкий
Portugais persistente
Arabe عنيد
Chinois 顽强
Allemand zäh
Italien tenace
Espagnol tenaz
Anglais tenacious
Source : Google Translate API

Synonymes de « tenace »

Source : synonymes de tenace sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tenace »



mots du mois

Mots similaires