La langue française

Têtu

Sommaire

  • Définitions du mot têtu
  • Étymologie de « têtu »
  • Phonétique de « têtu »
  • Citations contenant le mot « têtu »
  • Images d'illustration du mot « têtu »
  • Traductions du mot « têtu »
  • Synonymes de « têtu »
  • Antonymes de « têtu »

Définitions du mot têtu

Trésor de la Langue Française informatisé

TÊTU, -UE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. −
1. Vx. Qui a une tête, en particulier une forte tête, une grosse tête. (Dict. xixeet xxes.).
2. Marteau têtu. Marteau de carrier, à grosse tête carrée d'un côté, pointue de l'autre, qui sert à dégrossir les surfaces. Une forme perfectionnée de celle-ci [la pique] fut utilisée par les Romains, c'est l'ascia, espèce de gros marteau (...). Cet outil remarquable s'emploie encore de nos jours sous le nom de « marteau têtu » (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p. 49).
Empl. subst. masc. Les tailleurs de pierres (...) équarrissaient, à grand renfort de têtus, les blocs destinés à l'entablement de la façade (Fabre, Courbezon, 1862, p. 387).
Têtu à arêtes. ,,Marteau de tailleur de pierre dure dont chacun des côtés de la tête présente deux arêtes`` (Noël 1968). Têtu taillant. ,,Marteau de carrier dont un côté de la tête forme taillant`` (Noël 1968).
B. − Au fig.
1.
a) [En parlant d'une pers.] Qui est obstinément attaché à ses opinions, à ses décisions; qui est insensible aux raisons, aux arguments qu'on lui oppose. Synon. buté, entêté, obstiné, tenace.C'est un des plus beaux nègres que j'aie vendus (...); mais, par exemple, il est si têtu, si têtu, qu'après l'avoir roué de coups pour l'engager à se servir de ses jambes, le roi Taroo a été réduit à le faire apporter ici comme un jeune taureau récalcitrant (Sue, Atar-Gull, 1831, p. 7).Je sentais en lui un pétrisseur inconscient de l'âme de la terre, un de ces hommes frustes, naïfs, têtus, unilatéraux dont dépendent les modulations de l'humanité (Arnoux, Juif Errant, 1931, p. 236).
Empl. subst. Le vrai Jean Lévesque était tout autre. C'était un silencieux, un têtu, un travailleur surtout (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 30).Un enfant montre-t-il quelque disposition à la gourmandise, à l'entêtement, à la vanité, répétez-lui avec insistance qu'il est un gourmand, un têtu ou une coquette, il y a de fortes chances que la seule magie de cette suggestion fixe en lui précisément le défaut que vous voulez (...) éliminer (Mounier, Traité caract., 1946, p. 715).
Fam. [Suivi d'une compar.] Être têtu comme une mule, un mulet, un âne, une bourrique. Être particulièrement obstiné. L'Auvergnat, qui n'avait rien pris depuis vingt-quatre heures, paraissait buté à son idée. Il se tenait immobile et têtu devant la mort comme un âne devant un pont. Aux arguments les plus serrés, il répondait avec une douceur impassible: − Ch'est pas la peine, mouchu L'Ambert; y a trop de migère en che monde (About, Nez notaire, 1862, p. 162).Je ne fais que ce que je veux faire et ne crois que ce que je veux croire. Je suis têtu comme une mule, avec mes airs de gros mouton (Courteline, Boubouroche, 1893, i, 2, p. 28).
b) P. méton.
[En parlant d'un trait physique, d'un trait de caractère] Qui est le signe d'une obstination excessive; qui est la marque d'un entêtement excessif. Bouche, expression têtue; air têtu; yeux têtus. Devant ce front étroit, têtu, cette grosse figure boucanée, Claude éprouva un découragement profond. Favereau souriait (..), confit dans sa science infuse, ayant réduit l'homme et l'univers à sa mesure (Mauriac, Chair et sang, 1920, p. 242).[Mon père] avait, comme toute son engeance, des opinions mesquines et têtues (Arnoux, Calendr. Fl., 1946, p. 330).
[En parlant d'un comportement, d'une activité] Où il entre de l'acharnement, de l'obstination. Je ne sais qui disait que la belle poésie doit faire ouvrir de grands yeux. La mort de mon père tient mes yeux grandement ouverts et vagues. Je sais bien que le travail, un travail régulier et têtu, me tirerait de là, mais je n'y tiens pas (Renard, Corresp., 1897, p. 180).
c) [En parlant d'un parfum, d'une odeur] Qui est tenace, qui dure. Elle cachait de son mieux cette main gauche (...), mais ce qu'elle ne parvenait pas à dissimuler, c'était le parfum têtu d'épices qui s'en exhalait (Huysmans, Ste Lydwine, 1901, p. 152).Sur ces eaux pourries dans ces fanges vénéneuses S'épanouissent des fleurs d'un parfum étourdissant et d'une senteur capiteuse et têtue (Cendrars, Du monde entier, Documentaires, 1924, p. 144).
2. [En parlant d'un animal] Qui refuse d'obéir. Le Panard, malgré son grand âge, était un mulet à ce point têtu que le bon curé ne laissait à aucun autre le soin de la conduire [la berline] (Arène, Veine argile, 1896, p. 59).
[Suivi d'une compar.] L'un des chevaux avait vingt ans (...). Il ne voulait pas se laisser commander. Il était têtu comme une bourrique, alors je le battais (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 116).
II. − Subst. masc., vieilli. Synon. de chabot. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Têtuer, verbe trans.,carr. Ébaucher, tailler un bloc de pierre à l'aide d'un têtu. (Dict. xxes.).
Prononc. et Orth.: [tεty], [te-]. Ac. 1718: testu; dep. 1740: têtu. Étymol. et Hist. 1. a) 1237 subst. « qui a une grosse tête » (Cens. de Grand-Beaulieu, p. 159, A. Eure-et-Loir ds Gdf. Compl.: Adeline la Testue); b) 1284 adj. « qui n'en fait qu'à sa tête, turbulent » (Jean de Meun, Abregemenz Vegesce, éd. L. Löfstedt, 3, 4, 28); 2. 1384 subst. « marteau à tête carrée » (Texte cité ds Compte du Clos des Galées de Rouen, éd. Ch. Bréard, p. 134); 3. 1538 autre nom du chabot (Est., s.v. capito). De tête*; suff. -u*. Fréq abs. littér.: 418. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 59, b) 246; xxes.: a) 1 109, b) 927.

Wiktionnaire

Adjectif

têtu \tɛ.ty\ ou \te.ty\

  1. Opiniâtre, obstiné, qui ne veut pas démordre de son idée, opinion, ou volonté.
    • Vous êtes tellement têtu qu’on ne peut pas vous déconseiller. — (Li Feng, L’emploi adverbial des verbes de qualité et des homonymes en chinois moderne, 2001)

Nom commun 1

têtu \tɛ.ty\ ou \te.ty\ masculin (pour une femme on dit : têtue)

  1. Personnage obstiné.
    • Le têtu n’écoute que lui-même ; il manque de docilité. — (Gabriel Girard, La justesse de la langue, 1718)
    • J’ai eu tort d’avoir refusé de croire que tu as été un trouble-fête et un têtu, dès le premier jour de notre rencontre. — (Antoine A. Raphael, La Maison De Nini, 2007)

Nom commun 2

têtu \tɛ.ty\ ou \te.ty\ masculin

  1. Lourd marteau de fer aciéré, dont une tête est carrée et l’autre pointue, et qui sert à dégrossir les pierres irrégulières.
  2. Nom vulgaire du chabot, poisson à grosse tête, du genre Cottus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TÊTU, UE. adj.
Qui est opiniâtre, obstiné, qui est étroitement attaché à ses opinions, à sa volonté, et n'en veut pas démordre. C'est un homme têtu qui ne veut rien entendre.

TÊTU s'emploie comme nom masculin en termes d'Arts et désigne un Marteau à tête carrée qui sert à abattre la pierre près des arêtes.

Littré (1872-1877)

TÊTU (té-tu, tue ; c'est la prononciation que Richelet note aussi pour son temps) adj.
  • 1Qui a une tête, sens aujourd'hui inusité. Ayant d'abord été battu Par le chien triplement têtu, Scarron, Virg. VI.
  • 2 Fig. Qui est tellement attaché à ses idées qu'il n'écoute rien. Les filles sont quelquefois un peu têtues, Molière, Méd. m. lui, III, 7. On eut beau lui remontrer que les usages avaient changé ; l'Ingénu était têtu, car il était Breton et Huron, Voltaire, l'Ingénu, 4. Il [d'Alembert] est têtu comme une mule ; il est tout plein d'esprit, il a toutes sortes d'esprit, il est gai, il est charmant, Voltaire, Lett. Thiriot, 11 août 1760. L'âne est lent, indocile et têtu, Buffon, âne.

    Substantivement. C'est un grand têtu. Cet enfant est un petit têtu. Une petite têtue. Je n'aime pas les têtus.

  • 3S m. Marteau à tête carrée, avec lequel on abat la pierre, près des arêtes, pour la dégrossir : on s'en sert aussi pour assurer la pierre sur le mortier, quand on la pose.
  • 4Espèce de poisson, le leuciscus jeses, dit aussi chevanne.

SYNONYME

TÊTU, ENTÊTÉ. Le têtu et l'entêté sont attachés à leur sens, et tellement livrés à leurs idées qu'ils n'écoutent rien ; mais le têtu l'est par nature, par caractère ; l'entêté l'est par accident, par suite d'une impression reçue, parce qu'il lui est arrivé de se laisser prévenir : aussi le défaut du têtu est irremédiable, tandis qu'on désabuse quelquefois l'entêté.

HISTORIQUE

XIIIe s. Jeunes, jolif, felons, testu Ne me priseront ung festu, la Rose, 9215.

XIVe s. Il [les pastoureaux] depeçoient mariages, Et faisoient pluseurs domages ; Car fol estoient et testu, Du Cange, pastorelli.

XVe s. Saule, Saule, trop es testu ; Dy pour quoy me guerroies tu ? Mart. de Paul.

XVIe s. Ceulx qui ont à negocier avecques des femmes testues peuvent avoir essayé à quelle rage on les jecte quand on oppose à leur agitation le silence et la froideur, Montaigne, III, 144.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TÊTU, s. m. (Maçonnerie.) outil de maçon qui sert à démolir les anciens ouvrages de maçonnerie. C’est une espece de gros marteau, dont la tête qui est fort large par un bout, se termine en pointe par l’autre extrémité ; le manche qui est de bois est long & fort à proportion, ordinairement de plus de vingt pouces de longueur. Le têtu à arrête, qui sert aussi aux maçons pour la démolition des bâtimens, est propre à briser & rompre les pierres qui sont trop dures, & qui resistent au têtu commun ; c’est une espece de masse de fer, dont les deux bouts, qui chacun se séparent en deux coins, en forme de dents, sont tranchans & fort acerés ; il n’a guere que huit à dix pouces de longueur, mais il est fort épais ; son manche est plus long qu’au têtu ordinaire, pour lui donner plus de coup. Le têtu à limosin, qu’on nomme aussi un gurlet, tient des deux têtus dont on vient de parler ; il a la tête fendue d’un côté, comme le têtu à arrête, & est pointu de l’autre, comme le têtu commun. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « têtu »

De tête.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tête ; wallon, chestou, tiestou ; provenç. tastug.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « têtu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
têtu tɛty

Citations contenant le mot « têtu »

  • Rien de plus têtu, rien de plus tenace que l'espoir, surtout s'il est infondé., l'espoir est un chiendent. De Lydie Salvayre / Pas pleurer
  • L'homme est aussi un microbe têtu. De Jean Giono / Le hussard sur le toit
  • Les femmes acceptent aisément les idées nouvelles car elles sont ignorantes ; elles les répandent facilement, parce qu'elles sont légères ; elles les soutiennent longtemps, parce qu'elles sont têtues. De J.A. de Ségur / Les Femmes
  • Il faut être têtu dans cette triste vie. Si l'on écoutait l'avis de tout le monde, on ne ferait jamais rien. Même pas de sottises De Alain Grandbois / Avant le chaos

Images d'illustration du mot « têtu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « têtu »

Langue Traduction
Anglais stubborn
Espagnol terco
Italien testardo
Allemand stur
Chinois 顽固
Arabe عنيد
Portugais teimoso
Russe упрямый
Japonais 頑固な
Basque stubborn
Corse terzu
Source : Google Translate API

Synonymes de « têtu »

Source : synonymes de têtu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « têtu »

Partager