La langue française

Solide

Définitions du mot « solide »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOLIDE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − SCIENCES
1. PHYS. État solide. État de la matière dans lequel les molécules sont fortement liées les unes aux autres, et caractérisé à l'échelle macroscopique par un volume et une forme déterminés, constants en l'absence de toute force extérieure (d'apr. Mathieu-Kastler Phys. 1983). Structure de l'état solide de la matière; passage de l'état solide à l'état liquide. Schmidt (...) étudia l'effet photo-électrique sur un grand nombre de substances organiques en solution ou en état solide (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 65).V. état ex. 15, plasma ex. 2.
[Considéré dans ses variétés] On a été amené à distinguer deux états solides de propriétés foncièrement différentes: l'état cristallin (...) et l'état vitreux (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 268).
2. MÉCAN. Corps solide. ,,Un corps S est dit solide si les distances mutuelles de tous ses éléments matériels restent constantes (...). Cette notion doit être considérée comme une modélisation de la réalité physique: un corps dans l'état solide est toujours (...) déformable`` (Sarm. Phys. 1981). Corps solide en mouvement; corps solide élastique, homogène, libre. La transformation d'un corps solide en un corps liquide, à la température de fusion de ce corps dans les conditions de l'expérience, est un phénomène réversible (H. Poincaré, Thermodyn., 1892, p. 236).
3. GÉOM. Angle solide. Nombre caractérisant l'ouverture d'un cône et dont la valeur (exprimée en stéradians) est celle de la surface coupée par le cône, sur la sphère de rayon un, centrée au sommet du cône. Soit, par exemple, cette proposition de géométrie: « le nombre des angles solides d'un polyèdre, ajouté au nombre de ses faces, donne une somme supérieure de deux unités au nombre de ses arêtes » (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 482).
B. − [Toujours après le subst.] Qui a une certaine consistance, qui n'est pas liquide. Synon. consistant, dur, ferme.Composé, conducteur, croûte, milieu, particule, résidu, sel solide. Remplacement du combustible solide: le charbon, par un combustible liquide: le mazout (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 79).
En partic.
[En parlant d'un aliment; p. oppos. à liquide] Qui se mange. Aucune alimentation solide pendant une semaine. Un verre d'eau de Vichy toutes les deux heures, et, à la rigueur, une moitié de biscuit, matin et soir, trempée dans un doigt de lait (Romains,Knock, 1923, ii, 4, p. 12).
[P. oppos. à mou] Cette couche semble acquérir plus d'épaisseur par la résorption d'une partie des élémens solides de l'os (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 234).Alors que le foyer est situé immédiatement sous la plèvre, il se produit, à la surface libre de la séreuse épaissie, un bourgeonnement actif et des adhérences solides s'établissent avec les parois costales ou avec le diaphragme (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux, 1896, p. 241).
C. − Qui résiste aux efforts, à l'usure, au temps de par sa nature, sa qualité, sa composition, sa construction. Synon. costaud (pop.), résistant, robuste; anton. fragile (v. ce mot B 1 a).Matériau, mécanisme, voiture solide. [Le] constructeur de ce logis avait mis des barres de fer très solides à toutes les fenêtres. La porte d'entrée était d'une solidité remarquable (Balzac, Splend. et mis., 1847, p. 557).Les échelles, de sept mètres, se succédaient, les unes solides encore, les autres branlantes, craquantes, près de se rompre (Zola, Germinal, 1885, p. 1367).
En partic.
[En parlant d'un meuble, d'un objet construit, d'un monument, d'une construction] Qui est massif, qui tient fortement sur ses bases. Assemblage, maison, meuble solide. En bâtissant un petit mur bien solide du côté de la rivière, nous aurions le meilleur réservoir qu'on puisse souhaiter (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 49).La commode surtout lui était chère; elle la trouvait belle, solide, l'air sérieux (Zola, Assommoir, 1877, p. 465).
[En parlant d'un vêtement, de certains matériaux ou substances] [En parlant d'un vêtement] Qui résiste à l'usure et que l'on peut porter longtemps. Chaussure légère et peu solide d'un homme de cabinet (Destutt de Tr., Comment. Espr. des lois, 1807, p. 82).Constance en robe blanche à volants (...), solides bottines élastiques (Giraudoux, Folle, 1944, ii, p. 105).
[En parlant d'un tissu, de papier] Qui est résistant au frottement, à l'usure. Le chanvre qui fournit une toile rude et solide (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 173):
1. Pour le papier, je ne demande rien d'extraordinaire, simplement quelque chose de très blanc et de solide. Celui de la N.R.F., parfait pour une revue, est trop léger pour un livre, et puis j'aime qu'un papier ait de la fibre. Claudel, Corresp.[avec Gide], 1911, p. 164.
[En parlant d'une couleur] Qui ne s'altère pas. Les ocres (...) ont un assez bon pouvoir couvrant par opacité et sont très solides à la lumière (Coffignier, Coul. et peint., 1924, p. 514).Couleurs durables ou, comme on les appelle, fixes, stables, solides (Ovio, Vision coul., 1932, p. 216).
D. − Au fig.
1. Qui est bien, sérieusement établi, sur quoi l'on peut s'appuyer. Anton. douteux, fragile.Cela ne repose sur rien de solide; un solide appui; base solide. L'unique et solide fondement de la certitude (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 107).On possède donc là un fait précis, solide, irréfutable: en présence d'air commun, il y a toujours génération d'organismes (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 108).Les diverses recherches encore partiellement autonomes avancent toutes en terrain solide et suivent les articulations mêmes de la vie (Mounier, Traité caract., 1946, p. 37).
2. En partic.
a) Qui est, qui a été sérieusement conçu, acquis ou élaboré. Anton. faible, léger.Arguments solides; avoir de solides raisons d'insister; recevoir une solide formation pédagogique; avoir des connaissances solides. De solides études philologiques doivent précéder logiquement les recherches historiques (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p. 32).Il essaya de donner aux enfants une instruction plus solide (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 513).
En partic. Assuré, garanti. Grands ténors de l'industrie du placage, qui se sont acquis une solide réputation (Industr. fr. bois, 1955, p. 31).
[En parlant d'un travail, d'un ouvrage, de documents] Œuvre solide. Les syndicalistes ouvriers, peu nombreux et surchargés de travail, disposent rarement d'une documentation solide (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 167).
b) Dans le domaine des affaires.Qui offre des garanties, du répondant. Affaire, maison, métier solide; de solides revenus; une solide clientèle. Un sous-chef de bureau, continuait la mère (...). Tous les mois, ça vous apporte son argent; c'est solide, il n'y a que ça (Zola, Pot-Bouille, 1882, p. 35).Tout y disait la grande et solide aisance, l'homme qui ne cherche pas à éblouir mais ne regarde pas à la dépense quand il s'agit de quelque chose qui lui plaît (Montherl., Célibataires, 1934, p. 780).
[En parlant de l'argent] C'était l'homme qui n'avait pas cinq cents francs solides dans sa caisse, mais qui vivait sur un pied de deux ou trois cent mille francs par an (Zola, Argent, 1891, p. 51).
c) [En parlant de sentiments, de relations entre pers.] Qui est effectif et durable. Espoir solide et durable; solide affection, amitié, amour; liaison, mariage solide; nourrir une solide rancune contre qqn. Encore mille vœux pour Maria! Qu'elle rencontre dans cette union une sympathie solide et inaltérable! (Flaub., Corresp., 1856, p. 128).D'ailleurs, les photographes ne sont pas unis entre eux par ces liens solides qu'établissent de fortes études faites en commun dans une même école (Prinet, Phot., 1945, p. 109).
E. − [En parlant d'une pers.]
1. [Du point de vue physique] Qui a de la vigueur, de l'endurance. Anton. fragile (v. ce mot B 1 b).
a) Qui a un aspect fort, massif, puissant. Un grand garçon de vingt ans, solide, carré, tout riant, et qui depuis a fait son chemin (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 321).
Fam. [En parlant d'un geste; gén. avant le subst.] Qui est violent, fort. Synon. grand, gros.Le jeune étranger, lorsque j'ai voulu le fouiller, m'a envoyé un solide coup de pied dans le ventre (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 3).Il donne un solide coup de poing à Lekidam qui chancelle (Ghelderode, Pantagleize, 1934, i, 2etabl., p. 55).
b) Qui est en bonne santé, fort, résistant. Synon. increvable (pop.), robuste, vigoureux.Je m'étonne quelquefois qu'un homme si solide ait des maladies de nerfs (Flaub., Corresp., 1845, p. 45).− Me soigner! à quoi bon?... Est-ce que ce n'en est pas fini, de ma vieille carcasse? Ramond insista, avec son sourire d'homme calme. − Vous êtes plus solide que nous tous (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 141).
c) Locutions
α) (Être) solide comme + subst. Être très robuste. Solide comme un bœuf. C'était un grand gaillard, solide comme un bœuf (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 18).Solide comme un roc. − Tu vas l'achever, lui dis-je. − Il est solide comme un roc (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 266).Fam. Solide comme le Pont-Neuf. Elle est solide comme le Pont-Neuf; elle nous enterrera tous, vous verrez (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 363).
β) (Être) solide sur ses jambes. (Se sentir) d'aplomb, en bonne forme physique. Vous n'êtes pas rétabli; vous vous croyez solide sur vos jambes, vous en avez encore au moins pour quinze jours sans sortir (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 172).Il n'était pas solide sur ses jambes, la tête lui tournait (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 191).
2. En partic. [En parlant d'une partie du corps]
a) Qui a un aspect vigoureux, massif. Avoir une poigne solide. Elle n'était point jolie, elle avait des hanches solides et les bras durs d'un garçon (Zola, Bête hum., 1890, p. 30).Les épaules solides et la large poitrine de Tarrou n'étaient pas ses meilleures armes (Camus, Peste, 1947, p. 1451).
b) Qui est fort et résistant. Il vivait dans la terreur des rhumes; il n'avait pas la poitrine solide (Maupass., Bel-Ami, 1885, p. 238).Former des êtres forts et sains, des hommes et des femmes (...) aux muscles solides (R. Vuillemin, Éduc. phys., 1941, p. 105).
Locutions
Avoir les reins solides. V. rein B 1 a.
Avoir la/une tête solide. Être en bonne santé mentale, avoir les idées claires, nettes, une bonne mémoire, un jugement juste. Vois-tu, ma fille, la tête n'est pas plus solide chez les Rougon que chez les Macquart (...). Je n'ai pas peur pour moi, j'ai la caboche à sa place. Mais j'en connais qui ont un joli coup de marteau (Zola, Conquête Plassans, 1874, p. 1100).Mon ami ne devait pas avoir la tête bien solide pour avoir épousé un pareil gendarme en jupon, une géante (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 50).
3. [Du point de vue mor.]
a) Ferme dans ses opinions, dans ses sentiments, constant dans son attitude. Un bon et solide ami. De vieux et solides républicains, qui ne se plaignaient pas d'aller pieds nus et se montraient fiers en quelque sorte de leurs haillons (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 408).Un adversaire solide, décidé, consciencieux, mais trompé par les réactions inattendues de son vis-à-vis (J. Mercier, Footb., 1966, p. 78).
b) Bien équilibré et résistant. Il s'était assis, brisé par l'émotion qu'il contenait, en homme solide et pondéré, dont les plus grosses souffrances ne devaient pas rompre l'équilibre (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 163).
c) Sérieux dans sa profession, dans l'exécution de sa tâche. Après avoir passé par les mains d'un grossier pédagogue tremblant toujours que l'enfant ne se fît le redresseur de son ignorance, il fut remis aux soins d'un bon et solide professeur (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 392).
Locutions
Être solide au/à son poste. Remplir sa tâche avec constance et endurance. Moi, chaque fois que j'ai réfléchi, j'ai failli y rester... Tenez! Tant que je verrai ce monsieur-là solide à son poste, avec son air de gaillard qui veut tout manger, j'achèterai (Zola, Argent, 1891, p. 320).
SPORTS. Être régulier dans ses performances. Voir L'Auto, 6 juill. 1913 ds Quem. DDL t. 9 et Vélo-Sport, 27 juill. 1919, ds Quem. DDL t. 9
Arg. V. poste2I A 1 b.
Être solide au feu. Offrir une grande résistance à l'ennemi. Les travailleurs étaient solides au feu, calmes et décidés (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 166).
d) Fam. [En parlant d'une pers.; avant le subst.] Synon. sérieux, confirmé.Mais aucune langueur alcoolique n'adoucissait ces solides buveuses (Colette, J. de Carneilhan, 1941, p. 85).
4. Fam. [Avant le subst.] Qui est considérable, intense. Un solide appétit; un solide accent de Marseille. Je vois que vous faisiez mardi gras, dit-il, ça se trouve bien, car j'ai une solide faim (Malot, Sans fam., 1878, p. 14).Langlois s'envoya trois solides lampées de rhum (Giono, Roi sans divertiss., 1947, p. 202).
Loc. Avoir un solide coup de fourchette. Synon. de avoir un joli, un bon coup de fourchette*.C'était le joyeux avocat, bien connu pour son solide coup de fourchette (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 86).
II. − Subst. masc.
A. − SCIENCES
1. PHYS. Corps solide. Conductibilité électrique des solides; dilatation des solides. Solides aimantés (H. Poincaré, Électr. et opt., 1901, p. 404).La chaleur spécifique des solides varie avec la température et tend vers zéro à mesure qu'on se rapproche du zéro absolu (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 236).
Solide amorphe, solide vrai. Le type du solide amorphe est le verre. La grande différence avec les solides vrais est que, quand la température s'élève, il y a passage continu de l'état solide à l'état liquide, alors que le solide vrai subit une fusion franche (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 189).
Physique du solide. Physique de l'état solide, branche de la physique qui étudie la structure et les propriétés des solides. Actuellement la diffraction des électrons est utilisée, concurremment à celle des rayons X, dans les laboratoires de physique du solide (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 287).
Physicien du solide. V. ferrite ex. de Hist. gén. sc.
2. MÉCAN. Synon. de corps solide (v. supra I A 2).Déformation d'un solide élastique; laboratoire de mécanique des solides. Le problème du mouvement d'un solide dans un fluide domine toute l'aérodynamique et la théorie de l'aviation (Painlevé, Résist. fluides non visqueux, 1930, p. 1):
2. L'étude des déformations de l'écorce terrestre, objet de la tectonique, dépend à la fois des principes et des méthodes des sciences physiques (thermodynamique, mécanique des solides déformables, etc.) et des études de géophysique qui enregistrent les phénomènes de la tectonique actuelle, vivante. Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 508.
Solide d'égale résistance. Solide dont toutes les parties offrent la même résistance à un effort de rupture. Les ponts tournants sont formés de deux poutres en fer ou en acier généralement en forme de solide d'égale résistance, et supportés en leur milieu par un pivot fixe (Bricka, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, pp. 424-425).
3. GÉOM. Figure à trois dimensions, limitée par une surface fermée et qui contient un volume mesurable. Dans le cas d'un solide, l'étude d'un ou de quelques points judicieusement choisis nous permettra de connaître parfaitement le mouvement du mobile (Phys.,Seconde, Paris, Bordas, 1987, p. 135).Solide de révolution. V. révolution I B 1.
B. − Vx. Ce qui est ferme, qui a de la consistance. Pour le matérialisme, il n'y aura qu'une seule substance, qui est la matière, parce qu'il n'y a qu'un seul phénomène fondamental, qui est le solide ou l'étendue (Cousin, Hist. philos. XVIIIes., 2, 1829, p. 523).
Aliments solides. Cela fera plaisir à votre mère de vous voir manger du solide (Sand, Pte Fad., 1849, p. 318).
Terrain solide. Bâtir sur du solide (Ac. 1798-1878). Il faut creuser jusqu'au solide, avant de faire les fondations d'un bâtiment (Ac.1835, 1878).
C. − Au fig. Ce qui est solide. Jamais l'architecture n'a découvert plus de moyens économiques pour singer le vrai, le solide, et n'a déployé plus de ressources, plus de génie dans les dispositions (Balzac, Fausse maîtr., 1841, p. 10).Son goût joignait le solide au délicat (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 207).
Argent. Aller au solide (Ac.). S'attacher au solide. Ne se soucier que du solide (Ac. 1935). Il voulait avoir son argent entre les mains, avant de mourir, et laisser du solide à ses héritiers (Toulet, J. fille verte, 1918, p. 44).
Fam. C'est du solide. C'est consistant, c'est sérieux. − Deux petits verres seulement, mamzelle, on boira vite. N'importe quoi pourvu que ça soit du solide (...). − Fichez-moi la paix, on ne vend que du vin ici, c'est pas pour les soûlots (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 111).Moi, continua Crouïa-Bey ce que je fais c'est du solide, du concret, du réel: les sabres, les épingles à chapeau, les planches à clous (Queneau, Pierrot, 1942, p. 39).
D. − Vieilli. Personne puissante, vigoureuse, forte. − Et qui est-ce qui commande les chouans? − Ah! c'est un solide, et qui n'a pas peur de se démancher le poignet (...) − Mais qui est-il, animal? − Eh! c'est le ci-devant prince, leur dieu, leur idole, quoi! (Feuillet, Bellah, 1850, pp. 168-169).Celui-ci [le major Bouroche] pourtant était un solide, une peau dure et un cœur ferme (Zola, Débâcle, 1892, p. 339).
Prononc. et Orth.: [sɔlid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1314 « dur, consistant » (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 2190); 1546 choses solides « à trois dimensions » (J. Focard, Paraphr. de l'astrol., p. 102 ds Gdf. Compl.); av. 1577 corps solide (R. Belleau, Œuvres, éd. Marty-Laveaux, I, p. 54); 2. 1495 « capable de résister à ce qui tend à l'altérer » (B. de Gordon, Pratiq., I, 2 ds Gdf. Compl.); 1842 coloris solide (Ac. Compl.); 3. 1531 (viande) solide « substantielle » (J. de Vignay, Mir. hist., XX, 100 ds Gdf. Compl.); 4. 1538 « massif, plein » (Est., Dict. latino-gallicum, 664a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 164). B. 1. 1544 solide mémoire (C. Marot, Opuscules, IX, La Complainte d'un pastoureau chrestien ds Œuvres, éd. A. Grenier, t. 1, p. 88, Classiques Garnier); 2. 1580 solide jugement (Montaigne, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, livre I, chap. 26, p. 149); ca 1590 livre solide (Id., ibid., p. 146); 3. av. 1615 esprit solide « stable, sérieux » (Pasquier, Recherches, p. 515 ds IGLF); 1669 homme solide « personne équilibrée, sur qui l'on peut compter » (Retz, Œuvres, éd. A. Feuillet, J. Gourdault, R. Chantelauze, VIII, 333); 4. a) 1846 « d'une personne qui a de la vigueur, de l'endurance » (Balzac, Cous. Bette, p. 158); 1859 fig. avoir les reins solides (Augier, Beau mariage, p. 155); 1874 la tête solide (Zola, Conquête Plassans, p. 1100); b) 1808 solide au poste (Hautel); c) 1843 solide comme un pont (Sue, Myst. Paris, t. 8, p. 214); 1913 solide comme le Pont-Neuf (Péguy, Argent, p. 172); 5. 1857 « important, intense » (Sand, Beaux MM. Bois-Doré, t. 2, p. 142). C. Subst. 1. 1613 géom. (Dounot de Bar-le-Duc, Elemens de la geometrie d'Euclides Megarien, p. 196); 2. 1646 « ce qui est solide » (Maynard, Œuvres, p. 46 ds Brunot t. 3, 1, p. 203); 1725 (un mari) c'est du solide (Dancourt, Trois cousines, p. 496); 3. 1661 « l'argent » (Racine, Lettre, juin ds Littré); 4. 1876 mécan. (Lar. 19e); 1885 solide d'égale résistance (Résal, Ponts métall., t. 1, p. 25). Empr. au lat.solidus « dense, massif, consistant », d'où fig. « ferme, inébranlable, que rien n'entame ». Fréq. abs. littér.: 3 870. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 798, b) 5 945; xxes.: a) 5 760, b) 5 713.
DÉR.
Solidien, -ienne, adj.Relatif à l'état solide, aux corps solides (d'apr. Littré-Robin 1865). Il se développe dans le cœur deux vibrations sonores solidiennes; l'une a son siége dans les valvules auriculo-ventriculaires exclusivement, l'autre dans les valvules sygmoïdes (Ed. Monneret, Traité de pathologie gén., III, 1861, p. 277 ds Quem. DDL t. 8). [sɔlidjε ̃], fém. [-εn]. 1reattest. 1858 (Littré-Robin Add.); de solide, suff. -ien*.
BBG.Quem. DDL t. 27.

Trésor de la Langue Française informatisé

SOLIDE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − SCIENCES
1. PHYS. État solide. État de la matière dans lequel les molécules sont fortement liées les unes aux autres, et caractérisé à l'échelle macroscopique par un volume et une forme déterminés, constants en l'absence de toute force extérieure (d'apr. Mathieu-Kastler Phys. 1983). Structure de l'état solide de la matière; passage de l'état solide à l'état liquide. Schmidt (...) étudia l'effet photo-électrique sur un grand nombre de substances organiques en solution ou en état solide (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 65).V. état ex. 15, plasma ex. 2.
[Considéré dans ses variétés] On a été amené à distinguer deux états solides de propriétés foncièrement différentes: l'état cristallin (...) et l'état vitreux (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 268).
2. MÉCAN. Corps solide. ,,Un corps S est dit solide si les distances mutuelles de tous ses éléments matériels restent constantes (...). Cette notion doit être considérée comme une modélisation de la réalité physique: un corps dans l'état solide est toujours (...) déformable`` (Sarm. Phys. 1981). Corps solide en mouvement; corps solide élastique, homogène, libre. La transformation d'un corps solide en un corps liquide, à la température de fusion de ce corps dans les conditions de l'expérience, est un phénomène réversible (H. Poincaré, Thermodyn., 1892, p. 236).
3. GÉOM. Angle solide. Nombre caractérisant l'ouverture d'un cône et dont la valeur (exprimée en stéradians) est celle de la surface coupée par le cône, sur la sphère de rayon un, centrée au sommet du cône. Soit, par exemple, cette proposition de géométrie: « le nombre des angles solides d'un polyèdre, ajouté au nombre de ses faces, donne une somme supérieure de deux unités au nombre de ses arêtes » (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 482).
B. − [Toujours après le subst.] Qui a une certaine consistance, qui n'est pas liquide. Synon. consistant, dur, ferme.Composé, conducteur, croûte, milieu, particule, résidu, sel solide. Remplacement du combustible solide: le charbon, par un combustible liquide: le mazout (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 79).
En partic.
[En parlant d'un aliment; p. oppos. à liquide] Qui se mange. Aucune alimentation solide pendant une semaine. Un verre d'eau de Vichy toutes les deux heures, et, à la rigueur, une moitié de biscuit, matin et soir, trempée dans un doigt de lait (Romains,Knock, 1923, ii, 4, p. 12).
[P. oppos. à mou] Cette couche semble acquérir plus d'épaisseur par la résorption d'une partie des élémens solides de l'os (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 234).Alors que le foyer est situé immédiatement sous la plèvre, il se produit, à la surface libre de la séreuse épaissie, un bourgeonnement actif et des adhérences solides s'établissent avec les parois costales ou avec le diaphragme (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux, 1896, p. 241).
C. − Qui résiste aux efforts, à l'usure, au temps de par sa nature, sa qualité, sa composition, sa construction. Synon. costaud (pop.), résistant, robuste; anton. fragile (v. ce mot B 1 a).Matériau, mécanisme, voiture solide. [Le] constructeur de ce logis avait mis des barres de fer très solides à toutes les fenêtres. La porte d'entrée était d'une solidité remarquable (Balzac, Splend. et mis., 1847, p. 557).Les échelles, de sept mètres, se succédaient, les unes solides encore, les autres branlantes, craquantes, près de se rompre (Zola, Germinal, 1885, p. 1367).
En partic.
[En parlant d'un meuble, d'un objet construit, d'un monument, d'une construction] Qui est massif, qui tient fortement sur ses bases. Assemblage, maison, meuble solide. En bâtissant un petit mur bien solide du côté de la rivière, nous aurions le meilleur réservoir qu'on puisse souhaiter (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 49).La commode surtout lui était chère; elle la trouvait belle, solide, l'air sérieux (Zola, Assommoir, 1877, p. 465).
[En parlant d'un vêtement, de certains matériaux ou substances] [En parlant d'un vêtement] Qui résiste à l'usure et que l'on peut porter longtemps. Chaussure légère et peu solide d'un homme de cabinet (Destutt de Tr., Comment. Espr. des lois, 1807, p. 82).Constance en robe blanche à volants (...), solides bottines élastiques (Giraudoux, Folle, 1944, ii, p. 105).
[En parlant d'un tissu, de papier] Qui est résistant au frottement, à l'usure. Le chanvre qui fournit une toile rude et solide (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 173):
1. Pour le papier, je ne demande rien d'extraordinaire, simplement quelque chose de très blanc et de solide. Celui de la N.R.F., parfait pour une revue, est trop léger pour un livre, et puis j'aime qu'un papier ait de la fibre. Claudel, Corresp.[avec Gide], 1911, p. 164.
[En parlant d'une couleur] Qui ne s'altère pas. Les ocres (...) ont un assez bon pouvoir couvrant par opacité et sont très solides à la lumière (Coffignier, Coul. et peint., 1924, p. 514).Couleurs durables ou, comme on les appelle, fixes, stables, solides (Ovio, Vision coul., 1932, p. 216).
D. − Au fig.
1. Qui est bien, sérieusement établi, sur quoi l'on peut s'appuyer. Anton. douteux, fragile.Cela ne repose sur rien de solide; un solide appui; base solide. L'unique et solide fondement de la certitude (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 107).On possède donc là un fait précis, solide, irréfutable: en présence d'air commun, il y a toujours génération d'organismes (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 108).Les diverses recherches encore partiellement autonomes avancent toutes en terrain solide et suivent les articulations mêmes de la vie (Mounier, Traité caract., 1946, p. 37).
2. En partic.
a) Qui est, qui a été sérieusement conçu, acquis ou élaboré. Anton. faible, léger.Arguments solides; avoir de solides raisons d'insister; recevoir une solide formation pédagogique; avoir des connaissances solides. De solides études philologiques doivent précéder logiquement les recherches historiques (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p. 32).Il essaya de donner aux enfants une instruction plus solide (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 513).
En partic. Assuré, garanti. Grands ténors de l'industrie du placage, qui se sont acquis une solide réputation (Industr. fr. bois, 1955, p. 31).
[En parlant d'un travail, d'un ouvrage, de documents] Œuvre solide. Les syndicalistes ouvriers, peu nombreux et surchargés de travail, disposent rarement d'une documentation solide (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 167).
b) Dans le domaine des affaires.Qui offre des garanties, du répondant. Affaire, maison, métier solide; de solides revenus; une solide clientèle. Un sous-chef de bureau, continuait la mère (...). Tous les mois, ça vous apporte son argent; c'est solide, il n'y a que ça (Zola, Pot-Bouille, 1882, p. 35).Tout y disait la grande et solide aisance, l'homme qui ne cherche pas à éblouir mais ne regarde pas à la dépense quand il s'agit de quelque chose qui lui plaît (Montherl., Célibataires, 1934, p. 780).
[En parlant de l'argent] C'était l'homme qui n'avait pas cinq cents francs solides dans sa caisse, mais qui vivait sur un pied de deux ou trois cent mille francs par an (Zola, Argent, 1891, p. 51).
c) [En parlant de sentiments, de relations entre pers.] Qui est effectif et durable. Espoir solide et durable; solide affection, amitié, amour; liaison, mariage solide; nourrir une solide rancune contre qqn. Encore mille vœux pour Maria! Qu'elle rencontre dans cette union une sympathie solide et inaltérable! (Flaub., Corresp., 1856, p. 128).D'ailleurs, les photographes ne sont pas unis entre eux par ces liens solides qu'établissent de fortes études faites en commun dans une même école (Prinet, Phot., 1945, p. 109).
E. − [En parlant d'une pers.]
1. [Du point de vue physique] Qui a de la vigueur, de l'endurance. Anton. fragile (v. ce mot B 1 b).
a) Qui a un aspect fort, massif, puissant. Un grand garçon de vingt ans, solide, carré, tout riant, et qui depuis a fait son chemin (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 321).
Fam. [En parlant d'un geste; gén. avant le subst.] Qui est violent, fort. Synon. grand, gros.Le jeune étranger, lorsque j'ai voulu le fouiller, m'a envoyé un solide coup de pied dans le ventre (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 3).Il donne un solide coup de poing à Lekidam qui chancelle (Ghelderode, Pantagleize, 1934, i, 2etabl., p. 55).
b) Qui est en bonne santé, fort, résistant. Synon. increvable (pop.), robuste, vigoureux.Je m'étonne quelquefois qu'un homme si solide ait des maladies de nerfs (Flaub., Corresp., 1845, p. 45).− Me soigner! à quoi bon?... Est-ce que ce n'en est pas fini, de ma vieille carcasse? Ramond insista, avec son sourire d'homme calme. − Vous êtes plus solide que nous tous (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 141).
c) Locutions
α) (Être) solide comme + subst. Être très robuste. Solide comme un bœuf. C'était un grand gaillard, solide comme un bœuf (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 18).Solide comme un roc. − Tu vas l'achever, lui dis-je. − Il est solide comme un roc (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 266).Fam. Solide comme le Pont-Neuf. Elle est solide comme le Pont-Neuf; elle nous enterrera tous, vous verrez (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 363).
β) (Être) solide sur ses jambes. (Se sentir) d'aplomb, en bonne forme physique. Vous n'êtes pas rétabli; vous vous croyez solide sur vos jambes, vous en avez encore au moins pour quinze jours sans sortir (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 172).Il n'était pas solide sur ses jambes, la tête lui tournait (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 191).
2. En partic. [En parlant d'une partie du corps]
a) Qui a un aspect vigoureux, massif. Avoir une poigne solide. Elle n'était point jolie, elle avait des hanches solides et les bras durs d'un garçon (Zola, Bête hum., 1890, p. 30).Les épaules solides et la large poitrine de Tarrou n'étaient pas ses meilleures armes (Camus, Peste, 1947, p. 1451).
b) Qui est fort et résistant. Il vivait dans la terreur des rhumes; il n'avait pas la poitrine solide (Maupass., Bel-Ami, 1885, p. 238).Former des êtres forts et sains, des hommes et des femmes (...) aux muscles solides (R. Vuillemin, Éduc. phys., 1941, p. 105).
Locutions
Avoir les reins solides. V. rein B 1 a.
Avoir la/une tête solide. Être en bonne santé mentale, avoir les idées claires, nettes, une bonne mémoire, un jugement juste. Vois-tu, ma fille, la tête n'est pas plus solide chez les Rougon que chez les Macquart (...). Je n'ai pas peur pour moi, j'ai la caboche à sa place. Mais j'en connais qui ont un joli coup de marteau (Zola, Conquête Plassans, 1874, p. 1100).Mon ami ne devait pas avoir la tête bien solide pour avoir épousé un pareil gendarme en jupon, une géante (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 50).
3. [Du point de vue mor.]
a) Ferme dans ses opinions, dans ses sentiments, constant dans son attitude. Un bon et solide ami. De vieux et solides républicains, qui ne se plaignaient pas d'aller pieds nus et se montraient fiers en quelque sorte de leurs haillons (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 408).Un adversaire solide, décidé, consciencieux, mais trompé par les réactions inattendues de son vis-à-vis (J. Mercier, Footb., 1966, p. 78).
b) Bien équilibré et résistant. Il s'était assis, brisé par l'émotion qu'il contenait, en homme solide et pondéré, dont les plus grosses souffrances ne devaient pas rompre l'équilibre (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 163).
c) Sérieux dans sa profession, dans l'exécution de sa tâche. Après avoir passé par les mains d'un grossier pédagogue tremblant toujours que l'enfant ne se fît le redresseur de son ignorance, il fut remis aux soins d'un bon et solide professeur (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 392).
Locutions
Être solide au/à son poste. Remplir sa tâche avec constance et endurance. Moi, chaque fois que j'ai réfléchi, j'ai failli y rester... Tenez! Tant que je verrai ce monsieur-là solide à son poste, avec son air de gaillard qui veut tout manger, j'achèterai (Zola, Argent, 1891, p. 320).
SPORTS. Être régulier dans ses performances. Voir L'Auto, 6 juill. 1913 ds Quem. DDL t. 9 et Vélo-Sport, 27 juill. 1919, ds Quem. DDL t. 9
Arg. V. poste2I A 1 b.
Être solide au feu. Offrir une grande résistance à l'ennemi. Les travailleurs étaient solides au feu, calmes et décidés (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 166).
d) Fam. [En parlant d'une pers.; avant le subst.] Synon. sérieux, confirmé.Mais aucune langueur alcoolique n'adoucissait ces solides buveuses (Colette, J. de Carneilhan, 1941, p. 85).
4. Fam. [Avant le subst.] Qui est considérable, intense. Un solide appétit; un solide accent de Marseille. Je vois que vous faisiez mardi gras, dit-il, ça se trouve bien, car j'ai une solide faim (Malot, Sans fam., 1878, p. 14).Langlois s'envoya trois solides lampées de rhum (Giono, Roi sans divertiss., 1947, p. 202).
Loc. Avoir un solide coup de fourchette. Synon. de avoir un joli, un bon coup de fourchette*.C'était le joyeux avocat, bien connu pour son solide coup de fourchette (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 86).
II. − Subst. masc.
A. − SCIENCES
1. PHYS. Corps solide. Conductibilité électrique des solides; dilatation des solides. Solides aimantés (H. Poincaré, Électr. et opt., 1901, p. 404).La chaleur spécifique des solides varie avec la température et tend vers zéro à mesure qu'on se rapproche du zéro absolu (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 236).
Solide amorphe, solide vrai. Le type du solide amorphe est le verre. La grande différence avec les solides vrais est que, quand la température s'élève, il y a passage continu de l'état solide à l'état liquide, alors que le solide vrai subit une fusion franche (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 189).
Physique du solide. Physique de l'état solide, branche de la physique qui étudie la structure et les propriétés des solides. Actuellement la diffraction des électrons est utilisée, concurremment à celle des rayons X, dans les laboratoires de physique du solide (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 287).
Physicien du solide. V. ferrite ex. de Hist. gén. sc.
2. MÉCAN. Synon. de corps solide (v. supra I A 2).Déformation d'un solide élastique; laboratoire de mécanique des solides. Le problème du mouvement d'un solide dans un fluide domine toute l'aérodynamique et la théorie de l'aviation (Painlevé, Résist. fluides non visqueux, 1930, p. 1):
2. L'étude des déformations de l'écorce terrestre, objet de la tectonique, dépend à la fois des principes et des méthodes des sciences physiques (thermodynamique, mécanique des solides déformables, etc.) et des études de géophysique qui enregistrent les phénomènes de la tectonique actuelle, vivante. Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 508.
Solide d'égale résistance. Solide dont toutes les parties offrent la même résistance à un effort de rupture. Les ponts tournants sont formés de deux poutres en fer ou en acier généralement en forme de solide d'égale résistance, et supportés en leur milieu par un pivot fixe (Bricka, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, pp. 424-425).
3. GÉOM. Figure à trois dimensions, limitée par une surface fermée et qui contient un volume mesurable. Dans le cas d'un solide, l'étude d'un ou de quelques points judicieusement choisis nous permettra de connaître parfaitement le mouvement du mobile (Phys.,Seconde, Paris, Bordas, 1987, p. 135).Solide de révolution. V. révolution I B 1.
B. − Vx. Ce qui est ferme, qui a de la consistance. Pour le matérialisme, il n'y aura qu'une seule substance, qui est la matière, parce qu'il n'y a qu'un seul phénomène fondamental, qui est le solide ou l'étendue (Cousin, Hist. philos. XVIIIes., 2, 1829, p. 523).
Aliments solides. Cela fera plaisir à votre mère de vous voir manger du solide (Sand, Pte Fad., 1849, p. 318).
Terrain solide. Bâtir sur du solide (Ac. 1798-1878). Il faut creuser jusqu'au solide, avant de faire les fondations d'un bâtiment (Ac.1835, 1878).
C. − Au fig. Ce qui est solide. Jamais l'architecture n'a découvert plus de moyens économiques pour singer le vrai, le solide, et n'a déployé plus de ressources, plus de génie dans les dispositions (Balzac, Fausse maîtr., 1841, p. 10).Son goût joignait le solide au délicat (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 207).
Argent. Aller au solide (Ac.). S'attacher au solide. Ne se soucier que du solide (Ac. 1935). Il voulait avoir son argent entre les mains, avant de mourir, et laisser du solide à ses héritiers (Toulet, J. fille verte, 1918, p. 44).
Fam. C'est du solide. C'est consistant, c'est sérieux. − Deux petits verres seulement, mamzelle, on boira vite. N'importe quoi pourvu que ça soit du solide (...). − Fichez-moi la paix, on ne vend que du vin ici, c'est pas pour les soûlots (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 111).Moi, continua Crouïa-Bey ce que je fais c'est du solide, du concret, du réel: les sabres, les épingles à chapeau, les planches à clous (Queneau, Pierrot, 1942, p. 39).
D. − Vieilli. Personne puissante, vigoureuse, forte. − Et qui est-ce qui commande les chouans? − Ah! c'est un solide, et qui n'a pas peur de se démancher le poignet (...) − Mais qui est-il, animal? − Eh! c'est le ci-devant prince, leur dieu, leur idole, quoi! (Feuillet, Bellah, 1850, pp. 168-169).Celui-ci [le major Bouroche] pourtant était un solide, une peau dure et un cœur ferme (Zola, Débâcle, 1892, p. 339).
Prononc. et Orth.: [sɔlid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1314 « dur, consistant » (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 2190); 1546 choses solides « à trois dimensions » (J. Focard, Paraphr. de l'astrol., p. 102 ds Gdf. Compl.); av. 1577 corps solide (R. Belleau, Œuvres, éd. Marty-Laveaux, I, p. 54); 2. 1495 « capable de résister à ce qui tend à l'altérer » (B. de Gordon, Pratiq., I, 2 ds Gdf. Compl.); 1842 coloris solide (Ac. Compl.); 3. 1531 (viande) solide « substantielle » (J. de Vignay, Mir. hist., XX, 100 ds Gdf. Compl.); 4. 1538 « massif, plein » (Est., Dict. latino-gallicum, 664a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 164). B. 1. 1544 solide mémoire (C. Marot, Opuscules, IX, La Complainte d'un pastoureau chrestien ds Œuvres, éd. A. Grenier, t. 1, p. 88, Classiques Garnier); 2. 1580 solide jugement (Montaigne, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, livre I, chap. 26, p. 149); ca 1590 livre solide (Id., ibid., p. 146); 3. av. 1615 esprit solide « stable, sérieux » (Pasquier, Recherches, p. 515 ds IGLF); 1669 homme solide « personne équilibrée, sur qui l'on peut compter » (Retz, Œuvres, éd. A. Feuillet, J. Gourdault, R. Chantelauze, VIII, 333); 4. a) 1846 « d'une personne qui a de la vigueur, de l'endurance » (Balzac, Cous. Bette, p. 158); 1859 fig. avoir les reins solides (Augier, Beau mariage, p. 155); 1874 la tête solide (Zola, Conquête Plassans, p. 1100); b) 1808 solide au poste (Hautel); c) 1843 solide comme un pont (Sue, Myst. Paris, t. 8, p. 214); 1913 solide comme le Pont-Neuf (Péguy, Argent, p. 172); 5. 1857 « important, intense » (Sand, Beaux MM. Bois-Doré, t. 2, p. 142). C. Subst. 1. 1613 géom. (Dounot de Bar-le-Duc, Elemens de la geometrie d'Euclides Megarien, p. 196); 2. 1646 « ce qui est solide » (Maynard, Œuvres, p. 46 ds Brunot t. 3, 1, p. 203); 1725 (un mari) c'est du solide (Dancourt, Trois cousines, p. 496); 3. 1661 « l'argent » (Racine, Lettre, juin ds Littré); 4. 1876 mécan. (Lar. 19e); 1885 solide d'égale résistance (Résal, Ponts métall., t. 1, p. 25). Empr. au lat.solidus « dense, massif, consistant », d'où fig. « ferme, inébranlable, que rien n'entame ». Fréq. abs. littér.: 3 870. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 798, b) 5 945; xxes.: a) 5 760, b) 5 713.
DÉR.
Solidien, -ienne, adj.Relatif à l'état solide, aux corps solides (d'apr. Littré-Robin 1865). Il se développe dans le cœur deux vibrations sonores solidiennes; l'une a son siége dans les valvules auriculo-ventriculaires exclusivement, l'autre dans les valvules sygmoïdes (Ed. Monneret, Traité de pathologie gén., III, 1861, p. 277 ds Quem. DDL t. 8). [sɔlidjε ̃], fém. [-εn]. 1reattest. 1858 (Littré-Robin Add.); de solide, suff. -ien*.
BBG.Quem. DDL t. 27.

Wiktionnaire

Adjectif

solide \sɔ.lid\ masculin et féminin identiques

  1. (Physique) Qui a de la consistance.
    • Corps solides.
    • Il se porte mieux, il commence à prendre des aliments solides.
  2. Qui est stable, ferme, résistant au choc des corps et à l’action du temps.
    • Après une minutieuse préparation, tant de la machine que du passager, à 4 heures du matin, je décolle dans les ténèbres, emmenant un solide gaillard Serbe, ex-chef célèbres de comitadjis. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.223)
    • Bâtir sur des fondements solides.
    • Cet édifice est mal construit, il ne sera pas solide.
    • (Militaire) (Figuré) Troupe solide, troupe capable de tenir ferme devant l’ennemi.
  3. (Figuré) Qui est réel, sérieux, durable, ferme, fort.
    • Un espoir solide.
    • Doctrine solide.
    • Ce n’est pas un esprit frivole, c’est un esprit solide.
    • Une amitié solide.
  4. Vigoureux, violent, fort.
    • Quelqu’un d’autre gratifia méchamment Bert de plusieurs solides coups de pied. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
  5. (Géométrie) Qui occupe une portion de l’étendue sous les trois dimensions.
  6. (Géométrie) Analogue tridimensionnel de l'angle plan.
    • Une pyramide sans base est un angle solide.
  7. (Familier) Qui est musclé ou vigoureux.
    • C'était un solide gaillard à larges épaules, à figure rougeaude, et dont l'air niais cachait mal un certain fonds de finesse et de gaieté. — (Jules Verne, Les forceurs de blocus, 1871)
    • Michel, lui, c'est le costaud de la famille, une vraie « marmule ». Et pourtant il n'est pas si solide que ça. Il a des problèmes au cœur. — (Christian Galvez, Les mains vides et les pieds noirs, Editions C. Corlet, 1999, p. 89)

Nom commun

solide \solid\ masculin

  1. État fondamental de la matière quand elle a un volume et une forme propres.
    • Un volume d'eau liquide à l'air libre, refroidi à zéro degré Celsius devient un solide.
    • Les solides ont une faible dilatation et une faible compressibilité.
  2. (Géométrie) Objet à trois dimensions.
    • La mesure des solides.
  3. Avantage matériel.
    • Aller au solide.
    • S’attacher au solide.
    • Ne se soucier que du solide.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOLIDE. adj. des deux genres
. T. didactique. Qui a de la consistance; il est opposé à Liquide et à Gazeux. Corps solides. Substantivement, Un solide. Aliments solides, Les aliments qui ont de la consistance, par opposition aux Aliments liquides. Le médecin lui a interdit toute nourriture solide. Il se porte mieux, il commence à prendre des aliments solides.

SOLIDE signifie aussi Qui est stable, qui a une fermeté capable de résister au choc des corps et à l'action du temps; en ce sens, il est opposé à Fragile. Bâtir sur des fondements solides. Cet édifice est mal construit, il ne sera pas solide. Voilà des meubles très solides. En termes militaires, Troupe solide, Troupe capable de tenir ferme devant l'ennemi. Une infanterie solide.

SOLIDE signifie, au figuré, Qui est réel, sérieux, durable, ferme, fort. Un espoir solide. Doctrine solide. Raison solide. Piété solide. Vertu solide. Ce n'est pas un esprit frivole, c'est un esprit solide. Une amitié solide. Substantivement, il désigne les Avantages matériels. Aller au solide. S'attacher au solide. Ne se soucier que du solide. En termes de Géométrie, il signifie Qui occupe une portion de l'étendue sous les trois dimensions. Substantivement, La mesure des solides.

Littré (1872-1877)

SOLIDE (so-li-d') adj.
  • 1Qui a de la consistance, dont les particules demeurent naturellement dans la même situation, par rapport les unes aux autres ; il est opposé à liquide et à gazeux. Les parties solides du corps animal sont les os, les cartilages, les muscles, les tendons, les vaisseaux, les nerfs, les membranes, les ligaments, etc. La mécanique des corps solides n'étant appuyée que sur des principes métaphysiques et indépendants de l'expérience, D'Alembert, Œuvr. t. XIV, p. 196.

    Terme de géométrie. Angle solide, figure formée par plusieurs plans qui se coupent au même point.

  • 2Aliment solide, par opposition à aliment liquide. Le médecin lui a interdit tous les aliments solides ; il ne prend rien de solide.

    Fig. Ils auraient besoin de lait, et ils exigent de nous une nourriture solide, Massillon, Carême, Élus.

  • 3Qui a une consistance capable de résister au poids, au choc, au temps ; par opposition à fragile et peu durable. Bâtir sur des fondements solides. Cet édifice est beau, mais il n'est pas solide. Voilà des meubles solides. L'édifice n'est pas plus solide que le fondement, Bossuet, Duch. d'Orl.

    En termes d'architecture, il se dit quelquefois pour massif, plein.

    Terrain solide, terrain consistant, sur lequel on peut bâtir en toute sécurité.

    Terme de minéralogie. Roche solide, roche dont les parties sont liées fermement entre elles.

    Terme de zoologie. Antennes solides, celles dont les articles sont soudés de manière à ne présenter aucun intervalle.

  • 4Dans la conversation, on donne souvent à solide le sens de fort. Des bras solides. Un solide gaillard. Un solide coup de poing. Poignet solide. Si je veux définir ces vents glacés tellement solides qu'ils renversent des tours, Cyrano de Bergerac, Contre l'hiver.
  • 5En termes militaires, il se dit d'une troupe capable de tenir ferme devant l'ennemi. C'étaient [les soldats des cohortes] des soldats de vingt-deux à vingt-sept ans, gens robustes, un peu raisonneurs, mais destinés à former une infanterie solide et intrépide, Thiers, Consul. et Emp. XLVII. Notre armée [à Wagram], toujours aussi brave, était cependant moins expérimentée que celle d'Austerlitz ou de Friedland, et trop nombreuse, mêlée d'éléments trop divers, pour être ferme, solide, manoeuvrière autant qu'autrefois, Thiers, ib. XXX.
  • 6Il se dit des couleurs de bon teint. Une couleur solide.

    Terme de peinture. Coloris solide, coloris dont les tons sont nets et vigoureux.

  • 7 Fig. Réel, effectif, durable, par opposition à frivole, chimérique. La solide vertu dont je fais vanité…, Corneille, Hor. II, 4. Des solides plaisirs je n'ai suivi que l'ombre, La Fontaine, Poés. mêl. LXIX. Quelques secours puissants qu'on promette à ma flamme, Mon plus solide espoir, c'est votre cœur, madame, Molière, F. sav. IV, 8. Je paye mes ouvriers en blé, et je ne trouve rien de solide que de s'amuser et de se détourner de la triste méditation de nos misères, Sévigné, 228. Si vous demeurez sur la frontière, l'amitié solide y trouvera son compte ; et, si vous revenez, l'amitié tendre sera satisfaite, Sévigné, à Bussy, 25 nov. 1655. La solide gloire dont il [Turenne] était plein, sans faste et sans ostentation, Sévigné, 16 août 1675. On dit de solides biens de Mme la Dauphine, Sévigné, 22 mars 1680. Tout ce qui paraît de plus solide [dans le monde] n'est qu'une figure qui passe quand on en veut jouir, qu'une ombre fugitive qui disparaît, Bossuet, Sermons, Oblig. de l'état relig. I. La température toujours uniforme du pays [Égypte] y faisait les esprits solides et constants, Bossuet, Hist. III, 3. Je ne crois pas qu'il y ait rien de solide dans les bruits qui ont couru, Bossuet, Lett. 143. Le solide et l'admirable discours que celui qu'on vient d'entendre ! La Bruyère, XV. Les plus vils métiers ont une fin solide, Fénelon, Dial. 1er sur l'éloq. Des agitations éternelles où il n'entre rien de plus solide que d'en connaître le néant, Massillon, Profess. relig. Sermon 4. Il acheta une grande quantité de livres solides, des livres de morale et de théologie, Lesage, Estev. Gonz. 6. Clément XI, qui occupait alors le saint-siége et qui joignait l'amour des belles-lettres à une solide piété, Mairan, Él. du card. de Polignac.
  • 8Doué de qualités effectives, en parlant des personnes. Vous vous ennuyez des histoires et de tout ce qui n'applique point ; c'est un malheur d'être si solide et d'avoir tant d'esprit, on ne s'en porte pas mieux, Sévigné, à Mme de Grignan, 17 mai 1680. Faites choix d'un censeur solide et salutaire, Boileau, Art poét. IV. Elle aurait souvent voulu qu'on la crût moins solide, pour la laisser se divertir, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 24, dans POUGENS. Malheur à ceux qui cherchent des phrases et de l'esprit, et qui veulent éblouir par des épigrammes, quand il faut être solide ! Voltaire, Lett. la Chalotais, 28 février 1763.
  • 9 S. m. Ce qui a de la consistance. Il faut creuser jusqu'au solide, avant de faire les fondations d'un bâtiment.
  • 10Portion de l'étendue, considérée comme ayant les trois dimensions. La pratique de la géométrie des solides a été obligée de se borner à la mesure des grands corps et des corps réguliers, dont le nombre est bien petit en comparaison de celui des autres corps, Buffon, Ess. arithm. mor. Œuvr. t. X, p. 214. Il est certain qu'un solide qu'on plonge dans une liqueur, et qui est en même temps impénétrable à cette liqueur, occupe la place d'un volume de cette liqueur parfaitement égal au sien, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 263.
  • 11 Fig. Ce qui est réel, durable, effectif. Je vous conte des bagatelles, je laisse le solide à M. le chevalier [de Grignan], Sévigné, 17 déc. 1688. Vanité des vanités, et tout est vanité ; et plus l'orgueil s'imagine avoir donné dans le solide, plus il est vain et trompeur, Bossuet, Concupisc. 17. Voulez-vous faire aimer vos riches fictions, Qu'en savantes leçons votre muse fertile Partout joigne au plaisant le solide et l'utile, Boileau, Art poét. IV. Le grand, le solide de la religion prend la place, dans un bon esprit, de tout le frivole qui l'avait amusé, Massillon, Carême, Mot. de conv.

    Familièrement. Le solide, l'argent, la position. Les louanges toutes pures ne mettent pas un homme à son aise ; il faut y mêler du solide, Molière, Bourg. gent. I, 1. Il faut du solide, et un honnête homme ne doit faire le métier de poëte que quand il a fait un bon fondement pour toute sa vie, Racine, Lettr. juin 1661.

  • 12 Au plur. Les solides, les parties solides du corps animal. Les solides et les liquides.

HISTORIQUE

XIIIe s. La terre, qui est li plus griez [pesant] elemens et de plus soude sustance, Latini, Trésor, p. 112.

XVIe s. Ô Pan, grand dieu, j'ay solide memoire Que…, Marot, I, 312. Je n'ay dressé commerce avecques aulcun livre solide, sinon Plutarque et Seneque, Montaigne, I, 154. Il est malaysé d'y establir aucun solide jugement, Montaigne, I, 158. À quelles marques on cognoist le vray et solide contentement, Montaigne, I, 172.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOLIDE, s. m. en Géométrie, est une portion d’étendue qui a les trois dimensions, c’est-à-dire, longueur, largeur, & profondeur. Voyez Dimension.

Ainsi, comme tous les corps ont les trois dimensions, solide & corps sont souvent employés comme synonymes. Voyez Corps.

Un solide est terminé ou compris par un ou plusieurs plans ou surfaces, comme une surface est terminée par une ou plusieurs lignes. Voyez Surface & Ligne.

Les solides réguliers sont ceux qui sont terminés par des surfaces régulieres & égales.

Sous cette classe sont compris le tétrahedre, l’hexahedre ou cube, l’octahedre, le dodécahedre, & l’icosahedre. Voyez ces mots, & Régulier, &c.

Les solides irréguliers sont tous ceux auxquels on ne peut pas appliquer la définition des solides réguliers. Tels sont le cylindre, le cône, le prisme, la pyramide, le paraléllépipede, &c. Voyez Cylindre, Cône, &c.

La cubature d’un solide est la mesure de l’espace qui est renfermé par ce solide. Voyez Cubature & Solidité.

Un angle solide est composé de trois angles plans, ou davantage, qui se rencontrent en un point. Voyez Angle ; ou autrement, un angle solide comme B, (Planche géom. fig. 30.) est l’inclinaison de plus de deux lignes, AB, BC, BF, qui se rencontrent au même point B, & qui sont dans des plans différens.

Ainsi les angles solides, pour être égaux, doivent être contenus sous un nombre égal de plans égaux, de plans disposés de la même maniere.

La somme de tous les angles plans qui composent un angle solide, est toujours moindre que 360°. autrement ils constitueroient le plan d’un cercle, & non pas un solide. Voyez Angle.

Figures solides semblables, voyez Semblable.

Bastion solide, voyez Bastion.

Lieu solide, voyez Lieu.

Les nombres solides, sont ceux qui naissent de la multiplication d’un nombre plan par un autre nombre quelconque.

Ainsi 18 est un nombre solide, formé du nombre plan 6, multiplié par 3, ou de 9 multiplié par 2. Voyez Nombre. Chambers. (E)

Solide hyperbolique aigu, est un solide formé par la révolution de l’arc AM, fig. 20. sect. con. d’une hyperbole équilatere autour de son asymptote. Par cette révolution, il se forme une espece de fuseau infiniment long, & cependant Torricelli qui lui a donné ce nom, a démontré évidemment qu’il est égal à un solide ou corps fini. (O)

Solide, adj. (Alg.) problème solide est un problème où l’équation monte au troisieme degré ; on l’appelle problème solide, parce que l’inconnue y est élevée à la troisieme puissance, laquelle représente un produit de trois dimensions. Voyez Dimensions. (O)

Solide, adj. en Physique se dit d’un corps dont les petites parties sont unies ensemble, de sorte qu’une force d’un certain degré ne les divise & ne les sépare pas les unes des autres. Voyez Solidité.

On nomme ces corps solides, par opposition à fluides. Voyez Fluide, Fluidité, &c.

Cependant on peut dire dans un autre sens, que tous les corps sont solides, en entendant la solidité de l’impénétrabilité. Les corps solides ou impénétrables qui sont l’objet de la Physique, sont distingués par là des corps simplement étendus, ou considérés avec leurs dimensions, & qui sont l’objet de la Géométrie. Voyez Corps.

Solide, en Anatomie, signifie les parties du corps continues & contenantes, ainsi appellées par opposition aux fluides & aux parties contenues du corps. Voyez Corps, Partie & Fluide.

Les solides sont les os, les cartilages, les ligamens, les membranes, les fibres, les muscles, les tendons, les arteres, les veines, les nerfs, les glandes, les vaisseaux lymphatiques, les veines lactées, &c. Voyez Os, Cartilage, &c.

Nonobstant le grand nombre & l’apparence des parties solides du corps ; nous trouvons par le secours du microscope, des injections, des vesicatoires, des atrophies, &c. que les parties solides sont excessivement petites & peu considérables, en comparaison des fluides. Au contraire, on peut presque démontrer par la considération du progrès & de la génération des vaisseaux, & par la résolution des plus grands vaisseaux dans les plus petits qui les constituent, que toute la masse des solides dans le corps, est composée des fibres, d’un tissu cellulaire & d’une substance gélatineuse qui en sont les élémens communs. Voyez Fibres, Tissu cellulaire & Gélatineux.

En effet, toute la masse des solides aussi-bien que des fluides, si on en excepte seulement un petit germe ou animalcule, procéde d’un fluide bien subtile, qui ne differe point du suc des nerfs, comme l’a fait voir Malpighi dans son traité de ovo incubato. Voyez Œuf.

Le blanc de l’œuf ne nourrit jamais, jusqu’à ce que l’incubation ait détruit son épaisseur naturelle, & qu’il ait passé par un grand nombre de degrés de fluidité avant de devenir assez subtil pour entrer dans les petites vésicules du germe. Les solides d’abord mous & plus tendres, procedent de cette humeur subtile & passent par une infinité de degrés intermédiaires avant que d’arriver à leur plus grande solidité. Voyez Génération.

Par conséquent tous les solides dans nos corps (à moins qu’on ne soit assez minutieux pour en excepter le premier germe) ne different des fluides dont ils ont été formés, que par leur repos, leur cohésion & leur figure ; & une particule fluide deviendra propre à former une partie d’un solide, si-tôt qu’il y aura une force suffisante pour opérer son union avec les autres parties solides. Voyez Nutrition & Accroissement.

Solide, s. m. (Architect.) nom commun & à la consistance d’un terrein sur lequel on fonde, & au massif de maçonnerie de grosse épaisseur, sans vuide au-dedans.

On nomme encore solide, toute colonne ou obélisque fait d’une seule pierre. Et on appelle angle solide, une encoignure dite vulgairement carne. Daviler. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « solide »

Lat. sõlidus, de sõlum, le sol (voy. SOL 2). Solide a été refait sur le latin au XVIe siècle ; la forme ancienne et régulière est soude.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin solidus (sens identique) dont est aussi issu sou en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « solide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
solide sɔlid

Citations contenant le mot « solide »

  • Si la base est solide, la maison est solide. De Anonyme / Yi-King
  • On ne construit du solide que sur le passé. De Thomas Stearns Eliot
  • L'arbre devient solide sous le vent. De Sénèque
  • Un mariage solide est une entreprise bien friable. De Alexandre Jardin / Mademoiselle Liberté
  • La modestie rétrécit le cœur, qui ressemble alors à un petit galet extrêmement solide malgré sa petitesse ; il faut être solide pour pouvoir être sincère. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Nul gouvernement ne peut-être longtemps solide sans une redoutable opposition. De Benjamin Disraeli / Coningsby
  • La pierre la plus solide d'un édifice est la plus basse de la fondation. De Khalil Gibran
  • Les amis sont là comme un rempart solide et infaillible contre les démons de la vie. De Sydney Smith
  • Je me suis fait auprès de ma femme une solide réputation de monogame. De Pierre Desproges
  • Un peu de dissimulation est le seul lien solide entre les hommes. De Karel Capek / La fabrique d'absolu
  • Seule la canne est plus solide que les expériences pour s'appuyer. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Sans apprentissage de la douleur, le bonheur n’est pas solide. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans
  • Le délire est sans conteste plus beau que le doute, mais le doute est plus solide. De Emil Michel Cioran
  • Seul le directeur musical peut construire quelque chose de solide. De Daniel Harding / Le Figaro, 16 juin 2015
  • Grâce à ce rebond, le groupe s'attend à un second semestre solide. En fonction de l'évolution de la situation autour du covid-19, LafargeHolcim anticipe une reprise rapide de la demande, la génération d'un flux de trésorerie libre supérieur à 2 milliards de francs suisses, et un levier d'endettement inférieur à 2x. Capital.fr, LAFARGEHOLCIM anticipe un solide second semestre 2020 - Capital.fr
  • Samedi dernier, l’association "Le Bastidou" a tenu son assemblée générale, sur la terrasse de l’école basse, dans un décor de chantier. Les bénévoles se sont présentés aux élus du conseil municipal, ainsi qu’aux habitants de Peyrusse, à la représentante de la DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale) et d’un partenaire. Ils ont loué tous les mérites d’un tel chantier, encadré par trois charpentiers, Christian Sépulcre, Boris Marquet, Jean Baptiste Joly, qui fut une expérience enrichissante par la construction d’un bel appentis. 2019 fut qualifiée d’année solide, le Bastidou ayant réalisé 1 000 journées-chantiers-bénévoles en construction de murs, réalisation de charpente, restauration de chemin, soit avec des groupes à la journée, soit en trois séjours de deux semaines. Si 2019 fut une année solide, c’est grâce à l’appui de Rempart, de la DRJSCS, du Conseil Régional Occitanie, du Conseil Départemental de l’Aveyron. Si vous passez par Peyrusse-le-Roc, n’hésitez à venir voir la solide charpente réalisée en 2020. Elle complète une étape dans le site médiéval de Peyrusse-le-Roc ! centrepresseaveyron.fr, Au Bastidou : 2019 fut une année solide et 2020 c’est la charpente qui est solide ! - centrepresseaveyron.fr
  • La Suisse tient bon, est solide et unie face à la crise du coronavirus, a souligné la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga dans son allocution à l'occasion de la Fête nationale. Elle remercie la population de sa solidarité. , La Suisse est "solide et unie", selon Simonetta Sommaruga | Journal du Jura

Images d'illustration du mot « solide »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « solide »

Langue Traduction
Anglais solid
Espagnol sólido
Italien solido
Allemand solide
Chinois 固体
Arabe صلب
Portugais sólido
Russe твердый
Japonais 固体
Basque solidoa
Corse solidu
Source : Google Translate API

Synonymes de « solide »

Source : synonymes de solide sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « solide »

Solide

Retour au sommaire ➦

Partager