La langue française

Chétif

Sommaire

  • Définitions du mot chétif
  • Étymologie de « chétif »
  • Phonétique de « chétif »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chétif »
  • Citations contenant le mot « chétif »
  • Traductions du mot « chétif »
  • Synonymes de « chétif »
  • Antonymes de « chétif »

Définitions du mot chétif

Trésor de la Langue Française informatisé

CHÉTIF, IVE, adj.

A.− [En parlant d'une pers.] Qui est faible, fragile; dont l'aspect donne une impression de faiblesse ou de fragilité; en partic., qui dénote une santé médiocre. Aspect chétif, mine chétive; avoir l'air chétif :
1. Nous avions entendu six ou huit acteurs quand a paru sur la scène un garçon maigre et chétif (...). Il me semble que je verrai toujours cette face hâve, ces yeux enfoncés, ces joues blanches. Green, Journal,1950-54, p. 193.
Emploi subst. Des regards tant dédaigneux sur les chétifs, et tant coquets sur les beaux garçons (Brillat-Savarin, Physiol. du goût,1825, p. 122).Le mépris païen du chétif, du faible, de l'inadapté (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 265).
P. méton. Saccard la trouvait charmante, (...), avec sa grâce chétive (Zola, L'Argent,1891, p. 135).
P. métaph. Le tronc de l'olivier, triste, chétif et gris (A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 436).Les seigles chétifs, les avoines maigres (Zola, La Terre,1887, p. 204).
B.− P. ext., vieilli et littér.
1. Qui est de peu d'importance, de peu de valeur.
a) [En parlant d'une pers.] Moi chétif mortel (Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 1, 1803, p. 526):
2. ... si un Pierre a pu renier son maître par trois fois, que ne devons-nous pas craindre, nous chétifs, de notre pusillanimité? Verlaine, Œuvres posthumes,t. 2, Voyage en France par un Français, 1896, p. 84.
b) [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Voilà l'amour réduit à de chétives proportions (Barbey d'Aurevilly, 2ememorandum,1838, p. 279).Ce petit seigneur d'un chétif territoire (Montherlant, Malatesta,1946, I, 4, p. 442):
3. Il [Fernand] obligeait sa mère à se rappeler l'immense douleur de son mari, et comme sa propre peine en parut plus chétive, lorsque mourut ce fils puîné. Mauriac, Génitrix,1923, p. 380.
Peu abondant. Il partagera le chétif morceau de pain qui nous reste (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 647).La chétive clarté de la lampe (Bordeaux, Les Derniers jours du fort de Vaux,1916, p. 52).
2. D'où
a) [En parlant d'une chose] Dont l'aspect évoque la pauvreté, la misère. Grosse tête, coiffée du triste bonnet rouge-bleu, redingote chétive, chétif pantalon (Michelet, Journal,1839, p. 304).Une pauvre petite église luthérienne, coiffée d'un chétif dôme romain, affublée d'un méchant fronton (Hugo, Le Rhin,1842, p. 299).
b) [En parlant d'une pers.] Méprisable, vil. Une chétive créature ose-t-elle s'enorgueillir? (Ac.1835-78) :
4. Inspirez-lui [au peuple] ces chétifs instincts du lucre, vous le rapetissez, vous détruisez son originalité, sans le rendre plus instruit ni plus moral. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 84.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. chétivisme. Type d'infantilisme comportant un retard de croissance global (cf. Méd. Biol. t. 1 1970). Attesté ds Lar. 20e, Lar. encyclop., Quillet 1965.
Prononc. et Orth. : [ʃetif], fém. [-i:v]. Fér. 1768 écrit chetif sans accent aigu sur e et souligne : ,,On ne prononce point dans le masc. l'f final.`` Fér. Crit. t. 1 1787 écrit chétif et répond que l'f se prononce au masc. (et rappelle : ,,Aûtrefois on écrivait chetifve au fém.``). À ce sujet cf. Littré qui indique que ,,les paysans des environs de Paris disent ché-ti et même che-ti``. Cf. aussi Buben 1935, § 37 : ,,L'é fermé l'a emporté dans (...) chétif a. fr. chaitif.`` Attesté ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xes. caitiu « prisonnier » (La Passion, éd. d'Arco S. Avalle, 65) − 1530 ds Gdf.; 2. ca 1100 caitif « malheureux, misérable » (Roland, éd. J. Bédier, 2698); 3. ca 1150 chaitif « de faible constitution » (Couronnement de Louis, 620 ds T.-L.), rare av. le xviies. (Fur. 1690). Du lat. vulg. *cactivus, croisement du lat. class. captivus « prisonnier » et d'un gaul. *cactos, que l'on peut déduire de l'irl. cacht « serviteur », bret. caez (Dottin, p. 98); captivus est utilisé par Sénèque pour désigner quelqu'un de prisonnier d'une passion (TLL s.v., 373, 57), par les auteurs chrét. pour désigner l'homme captif du péché (Blaise), spéc. par St Augustin pour désigner celui qui prisonnier de Satan, ne peut se libérer par ses propres forces parce que la Grâce lui manque, d'où la notion de compassion et le sens de « malheureux » (ibid. et TLL s.v., 69, 76). Fréq. abs. littér. : 819. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 240, b) 1 127; xxes. : a) 1 554, b) 884.
DÉR. 1.
Chétivement, adv.D'une manière chétive, faiblement. Le grenier déjà très chétivement éclairé (F. Fabre, Julien Savignac,1863, p. 54).Il nous restera à peine de quoi vivre, chétivement (Flaubert, Correspondance,1875, p. 191).[ʃetivmɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. 1reattest. xiiies. chativement (Sermons de St Bernard, éd. W. Foerster, fo147, p. 173, 13); de chétif, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 13.
2.
Chétiveté ou chétivité, subst. fém.Caractère de ce qui est chétif. Le peu d'effet de la pompe, et la chétiveté de son produit (P.-A. de Beaumarchais, Correspondance,1799, p. 14).La chétiveté de son petit buste (Champfleury, Les Souffrances du professeur Delteil,1853, p. 74).L'indigence de mes mérites, la chétivité de ma personne (Billy, Introïbo,1939, p. 12). [ʃetivte], [ʃetivite]. Lar. 20e, Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. ainsi que Quillet 1965 admettent les 2 formes. Les dict. ant. à Lar. 20en'enregistrent que chétivité. 1resattest. a) Début xiies. caitiveted « captivité » (Psautier Oxford, 67, 19 ds T.-L. [captivitatem]); b) 1remoitié xiies. « pauvreté, infortune » (Psautier Cambridge, 62, 10 ds ibid. [calamitatem]); c) 1799 (P.-A. de Beaumarchais, loc. cit.); de chétif, chétive, suff. -eté, -ité*. Fréq. abs. littér. Chétivité : 7.
BBG. − Axisa (H.). Les Mots qui muent. Déf. Lang. fr. 1971, no59, p. 21. − Darm. Vie 1932, p. 53, 93, 155. − Gohin 1903, p. 306. − Goug. Mots t. 1, 1962, p. 276. − Haerle (P.). Captivus, cattivo, chétif. Bern, 1955. − Ulrich (J.). Etymologisches. Ipse > isse > ixe; factum > fattum > faptum. Z. rom. Philol. 1897, t. 21, p. 236.

Wiktionnaire

Adjectif

chétif

  1. Qui est faible, frêle. — Note d’usage : Se dit des personnes ou des choses qui n’ont pas l’apparence ou les qualités, la force qu’elles devraient avoir.
    • Petit-Pierre paraissait plus avisé que ses frères ; mais autant ceux-ci étaient gros, joufflus et vermeils, autant il avait l’air maigre, chétif et pâlot. — (Charles Deulin, Manneken-Pis)
    • Il me restait une chétive maison, je l'ai vue pillée et détruite. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XV. Le pêcheur, 1748)
    • (Figuré) - Je ne me lassais point d’admirer la bizarre réunion de ces misérables mortels […] que le hasard s’était néanmoins plu à rassembler pour les soumettre à une existence aussi chétive, aussi précaire. — (Voyage de Dumont d’Urville autour du Monde, raconté par lui-même)
    • Une récompense, d’ailleurs me fut réservée dès le lendemain même de mon entrée dans la pension obscure où je devais occuper durant trois ans et demi la situation la plus chétive. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 189.)
    • (Figuré) - Il se vit lui-même si chétif, si pauvre, si humble, si seul au monde qu'un rire d'amertume éclata sur ses lèvres crispées. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Kinkin, vers la quarantaine, était un gaillard de taille moyenne qui dissimulait sous des dehors chétifs et une allure pataude une force herculéenne et une agilité de singe. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je me revois tout chétif, tout mièvre, suivant les cours du catéchisme, où j'arrivais bon premier. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHÉTIF, IVE. adj.
Qui est faible, débile. Il se dit des Personnes ou des Choses qui n'ont pas l'apparence ou les qualités, la force qu'elles devraient avoir. Ces enfants sont d'une complexion chétive. Un fermier qui a des moutons fort chétifs. Faire une chétive récolte. Il leur a fait une chétive réception. Fam., Avoir chétive mine, Avoir une apparence maladive ou misérable.

Littré (1872-1877)

CHÉTIF (ché-tif, ti-v' ; les paysans des environs de Paris disent chéti et même cheti) adj.
  • 1De peu d'importance, de peu de distinction, de peu de force, en parlant des personnes. Un chétif garçon de boutique, Patru, Plaid. 2, dans RICHELET. À l'égard de ces hommes chétifs, La Bruyère, VI. Le monarque lui dit [au cerf] : Chétif hôte des bois, Tu ris ! tu ne suis pas ces gémissantes voix, La Fontaine, Fab. VIII, 14. Il vint des partis d'importance, La belle les trouva trop chétifs de moitié, La Fontaine, ib. VII, 5. Tout chétif et tout misérable qu'il est, il a été détroussé en France, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5. Depuis les plus chétifs jusques aux plus fendants, Régnier, Sat. XII. Un chétif centenier des troupes de Mysie, Corneille, Héracl. I, 2. Qu'entreprends-je, chétif, en ces lieux écartés ? Rotrou, St Gen. III, 2. Éryphile n'est encore digne ni de vous ni du public, ni même de moi, chétif, Voltaire, Lett. vers et prose, 17. Et celui qui chétif aux misères succombe, Sans vouloir autre bien que le bien de la tombe, Malherbe, I, 4. Quand Crésus vit Ésope, il s'étonna qu'une si chétive créature lui eût été un si grand obstacle, La Fontaine, Vie d'Ésope. … La chétive pécore S'enfla si bien qu'elle creva, La Fontaine, Fab. I, 3. Quel ton, quel ascendant ne prennent-ils pas [les riches] sur les savants, quelle majesté n'observent-ils pas à l'égard de ces hommes chétifs que leur mérite n'a ni placés ni enrichis et qui en sont encore à penser et à écrire judicieusement ! La Bruyère, VI.
  • 2En parlant des choses, qui n'a pas force, qualité. Une chétive récolte. Une plante chétive. Une mine chétive. Comme un chien qui fait fête Aux os qu'il voit n'être pas trop chétifs, La Fontaine, Jum. Une flamme pieuse autant comme chétive, Corneille, Pomp. V, I. Et mon bras n'est du sien qu'un chétif instrument Qui ne meut et n'agit que par son mouvement, Rotrou, Bélis. I, 1. Notre vigne n'est point si chétive qu'on le voudrait bien faire croire, Courier, 2e lettre particulière.

    Avoir chétive mine, avoir la mine basse, et aussi avoir l'air malade.

  • 3Misérable, pauvre. Une vie, une chère chétive. Dans quelque urne chétive en ramasser la cendre, Corneille, Pomp. II, 2.

HISTORIQUE

XIe s. [Elle] Trait ses chevels, si se clame caitive, Ch. de Rol. CCLXXIV. Dist l'uns à l'autre : Caitif que deviendrons ? ib. CXC. Que deviendrai, douloureuse caitive ? ib. CXCI. En France douce [elle] ert [sera] menée caitive, ib. CCLXVIII.

XIIe s. Ainsi nos, caitif, comperrons [payerons] Les guerres de ces haus barons, Chrestien de Troyes, dans HOLLAND, p. 266. Come chaitis [captif] mené, Ronc. p. 16. Meurent paien come chaitif dolent, ib. p. 77. À la chaitive [malheureuse] qui au mostier atent, ib. p. 173. Ceste chaitive qui de son dueil morra, ib. p. 174. Vous deüssiez querre leur delivrance [des prisonniers] ; C'est grant pechés, ses [si les] i laissez chaitis, Quesnes, Romancero, p. 100.

XIIIe s. Qui caitif sert caitif loiier en sent, L. Passy, Fragm. d'hist. litt. p. 89. Hé ! las, chetif, où irai ? que ferai ? Anonyme, dans Couci. Et li consaus de l'empereour fu tiex qu'il s'iroit à lui combatre, pour secorre les chaitis et les chaitives que il enmenoit, Villehardouin, CLXIV. Neis [même] Avarice la chetive N'ert pas si à prendre ententive, la Rose, 1439. Moult est chetis et fox naïs Qui croit que ci soit son païs, ib. 5049. Et se ne vous plet, si vous preingne pitié de ceste chietive qui ci gist, que vous attendés que je soie relevée, Joinville, 252. Car qui à chetif seigneur sert, Il en atent chetif loier, les Vers du monde. … Dan Macrobe Vestu d'une chetive robe, Bat. des 7 arts.

XVe s. Le plus petit, maigre et chetif cheval qu'il put trouver, Froissart, I, 1, 23. … Diex ! doux valet, Di-je lors, es-tu si quatis [caché] ? Par ma foi, tu es uns quetis, Quant tous seuls tu es en prison, Froissart, Le dit dou florin. Ainsi ma vie se compasse, Maleureuse, chetive et lasse, En paine et maulx dont trop recueil, Orléans, Rond. Nuz [Dieu] les crea, et puis l'ame leur mist Ou chetif corps, sans faire difference, Deschamps, L'habit ne fait pas l'homme. Vaut-il pas mieux avoir la couleur rouge et vive, Riche de beaux rubis, que si pale et chetive Ainsi qu'un buveur d'eau ? Basselin, II.

XVIe s. Aux cœurs chetifs tu remets l'esperance, Ronsard, 703. De tous les animaux qui marchent sur la terre L'homme est le plus chetif : car il se fait la guerre Luy-mesmes à soy-mesme…, Ronsard, 815. Il [l'homme] n'est pas assez chestif, si par art et par estude il n'augmente sa misere, Montaigne, I, 227.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHÉTIF. - ÉTYM. Ajoutez : Dès le IVe siècle, captivus a eu le sens de chétif : Homines nanos, gibbesos, deformes, captivos ridiculosque, J. Firmicus, Math. VIII, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chétif »

En ancien français chaitif, du latin populaire *cactivus, croisement du latin captivus (« prisonnier ») avec un mot gaulois *cactos (id.) qu’on peut reconstituer d’après le gallois caeth, le breton kaezh et l'irlandais cacht.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. cheti ; Berry, ch'ti, au féminin ch'tite, chaitis ; provenç. captiu, caitiu ; anc. catal. caitiu ; anc. espagn. captivo ; espagn. mod cautivo ; portug. cativo ; ital. cattivo ; du latin captivus, prisonnier (voy. CAPTIF). Chetif, en vieux français, signifie captif, et de là, faible, misérable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chétif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chétif ʃetif

Évolution historique de l’usage du mot « chétif »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chétif »

  • Il demande à rencontrer les parents «du petit Chinois». «Je ne sais toujours pas pourquoi il m’a appelé comme ça. Peut-être parce que j’étais plutôt chétif et que mes yeux sont un peu bridés.» A 10 ans, Michel quitte seul son village de Saint-André. Un avion le pose à Avignon. La fédération française y dispose d’un centre de formation. Michel entre en sport-études. Il parle de choc, de dépaysement, même si la préfecture du Vaucluse est souvent baignée de soleil. Le Temps, Michel Molly, corps et âme pour les autres - Le Temps
  • Pendant le match en Afrique, nous avons pris un selfie, Rafa Nadal, Siya Kolisi et moi. En comparaison, j'avais l'air chétif ”. A cause de sa chirurgie au genou, Federer perdra 3180 points sur les 7130 qu'il a actuellement, reviendra avec 3950 points et devrait se situer entre la 7e et la 9e place du classement ATP. Tennis World FR, Roger Federer: "J'avais l'air chétif"
  • Comme expliqué ci-dessus, il s’agit d’un anime (et d’un manga, évidemment) de basket. Sa particularité réside essentiellement dans le personnage principal, Sora. Ce dernier est complexé par sa petite taille. Voilà une spécificité physique bien peu avantageuse pour se lancer dans le basket. Cependant, il souhaite à tout prix accomplir son rêve de devenir un grand joueur, reconnu de tous. Il va alors se mettre en tête de prouver à quiconque que son talent dépasse son physique chétif. Furansu Japon, Ahiru no Sora en VOSTFR : où et comment voir l’anime - Furansu Japon
  • Et pourtant, il faut vivre, et ce n’est pas vivre que de se transformer en être chétif et craintif, voyant dans chaque passant un ennemi, voire un zombie. Le Journal de Montréal, Vers la deuxième vague? | Le Journal de Montréal
  • « Je n'ai jamais eu de complexe physique même s'il y a une trentaine d'années, je me sentais trop chétif pour mon activité de navigateur. Il faut faire avec ce qu'on a, donc on compense. En mer, on anticipe un peu mieux, on fait des manoeuvres un peu moins rapides mais un peu mieux placées. La plupart de ceux qui s'estiment fainéants, ce qui est mon cas, sont efficaces. Il y a trente ans, à l'époque où les bateaux n'étaient pas très fiables et chaviraient, il fallait y aller en roseau. Le chêne a rarement gagné. Moi, je suis très bambou, roseau, souple : pas épais, mais ça résiste. L'Équipe, Loïck Peyron : « Je suis très bambou, pas épais, mais ça résiste » - Voile - L'Équipe
  • « Je laisserai de reste au milieu de toi un peuple affligé et chétif, et ils auront leur confiance au nom de l’Éternel. » Sophonie 3.12 /Crédit photo: Balazschristina/ 123Rf Journal Chrétien, « Ils auront leur confiance au nom de l’Éternel » (Sophonie 3.12) - Verset du jour avec commentaire biblique - Journal Chrétien
  • Un nouveau rapport, publié jeudi par l’Organisation météorologique mondiale, confirme que le coup de foudre absurde a été le plus long jamais enregistré. le précédent le recordman était un 7.74-deuxième flash dans le sud de la France le 30 août 2012, que l’OMM note «chétif» en comparaison mais toujours vraiment flippant longtemps. Laminute.info, laminute.info, toute l'actualité en France et dans le monde
  • Qui s’y frotte s’y pique! Pas question ici du hérisson, adorable mais chétif résident des bois et fonds de jardins, recroquevillé en boule au moindre bruissement. S’ils venaient à se croiser, par un improbable concours de circonstances, gageons d’ailleurs que le chapon n’en ferait qu’une bouchée. N’allez pas le confondre non plus avec son homonyme gallinacé, le coq castré, farci de marrons et rôti au four à chaque réveillon. Le Figaro.fr, Le chapon de Méditerranée par Arnaud Donckele
  • "Je me suis dit 'tiens je vais chercher 'féminin'". Elle filme alors l'écran de son ordinateur, et tape le mot, qui la mène au terme "efféminé", puis à des adjectifs qui se rattachent principalement au physique, et à sa supposée faiblesse. "'Féminin' c'est efféminé, c'est mince, c'est chétif", déplore Angèle. Elle adresse un sourire ironique à la plateforme en la remerciant pour ce moment, avant de citer une dernière fois les qualificatifs aberrants prêtés au terme femme. "Je me sens muse, je me sens nénette, je me sens épouse". , Angèle : la chanteuse atomise un dictionnaire des synonymes en ligne - Terrafemina
  • Cela laisse miroiter qu’un pic ou un creux de la pandémie, c’est selon, aurait pu être atteint. Ce regain se veut toutefois chétif et en manque de consistance parce qu’il ne laisse guère présager du moins pour l’heure, l’esquisse d’un scénario de reprise à GV. Qu’à cela ne tienne ! Les R’batis s’en accommodent et prennent leur mal en patience. Les lendemains sans se vouloir vraiment enchanteurs, prêtent tout de même à l’optimisme et nous chantent de leur refrain un « ça ira mieux demain ». Hespress Français, Rabat donne les premiers signes d’une relance de normalité égarée | Hespress Français
  • Dans la rue, il y a les grands mais aussi Louis, minot chétif qui n'a sûrement pas plus de dix ans mais fume déjà avec panache et déclare qu'il "aime bien frapper les gens", fièrement campé sur ses jambes maigrelettes et bien décidé à adopter la gestuelle de ses aînés. Sa langue claque à chaque fois qu'il crache son "Nada !" (terme vague qui désigne pêle-mêle dégoût, mépris et indifférence générale) et la fureur qui l'emplit semble parfois le déborder, autant que l'intelligence lucide qui se lit dans ses grands yeux sombres. Marianne, "Péril sur la ville" : hymne à la vie depuis Marseille
  • Lorsque le roman démarre, une jeune femme arrive Gare du Nord et saute dans un taxi pour se rendre à Melun où elle a rendez-vous avec un homme. Elle est pressée, elle doit arriver à l’heure, elle doit se soumettre aux désidérata d’Evan, c’est lui qui dicte les règles. Ils se sont rencontrés à Fès via Tinder, ils se sont engagés dans une relation BDSM (pratiques sexuelles contractuelles faisant usage de la contrainte, du bondage, de l’humiliation et de la mise en scène de divers fantasmes sexuels), ils semblent y trouver tous les deux leur plaisir. Et elle a accepté, du moins en apparence, de jouer le rôle de la soumise. Elle, c’est Cactus Solitaire. C’est le pseudonyme qu’elle s’est choisie sur le site de rencontres, mais elle signe ses nouvelles érotiques d’un autre nom, Victoria Akabal ; il s’agit là d’un second pseudonyme, d’un autre masque. Elle puise dans Bataille, Crébillon fils, Bukowski, Apollinaire et ses Onze mille verges ses références littéraires, mais elle ne connaît pas les textes libertaires de la Grèce antique et Evan, qui a travaillé dans la finance mais semble très versé dans la littérature érotique, va l’initier à cela aussi. Il se propose de devenir son « Dolmancé », personnage tout droit sorti de l’univers sadien. Nous sommes dans le Paris post-attentats de 2015 ; la tension est vive, aux embouteillages se superpose bientôt le bouclage du quartier par la police en raison d’une suspicion d’opération terroriste ; rejoindre Melun devient mission impossible. Le chauffeur de taxi d’ailleurs a renoncé ; elle se gare et entraîne sa passagère vers un bistrot. Elle, car le chauffeur est une femme. Mélanie est transsexuelle. Elle a entrepris de devenir la femme qu’elle a toujours eu la conviction intime d’être, de reconstruire une autre version d’elle-même, enfermée qu’elle est dans la prison de son corps masculin. Et Mélanie a envie de parler, elle raconte à la narratrice le long et douloureux parcours qui l’a menée d’un corps chétif et d’un buste désespérément plat jusqu’à celui qu’elle a aujourd’hui. « Le rétroviseur me renvoie le reflet de son eye-liner parfaitement appliqué. Je ne lui trouve rien de masculin. Je fixe ses ongles vernis, ses cheveux tirés vers l’arrière, son rouge à lèvres et sa peau de femme cinquantenaire parsemée de taches de rousseur. Je cherche depuis ma banquette les traces de son corps faux, vrai, façonné, trans. Nos perceptions sont des outrages. » Les chapitres consacrés à la confession de Mélanie sont par moments bouleversants : ils bouleversent nos points de vue. L'Orient-Le Jour, Hyam Yared : la guerre des sexes et du langage - L'Orient-Le Jour
  • En vili, Tomi (Tchi-tomi) signifie « enfant portant une malformation » avec pour caractéristique principale, une tête spécialement énorme et un corps chétif ; un corps rachitique, en plus d’être un attardé. Devant l’étonnement de la maman de Tomi, et à la vue de celui-ci, Marie-Eve se rend compte qu’elle a été victime d’une machination surnaturelle, une arnaque mystique de la part d’un enfant malformé qui avait le don d’ubiquité. afriqueactudaily, Congo-Brazzaville: Parution - Doris Kelanou signe « Les aubes brumeuses » - afriqueactudaily
  • C’est donc une nouvelle fois la rage au ventre qu’il se rendait à la manifestation dont le départ était prévu place de la République. À l’entrée de la station RER, il croisa Frédéric, un blondinet chétif ancien condisciple de lycée, qui arborait un t-shirt «  Black Lives Matter  ». ParisVox, Micmac Black - ParisVox
  • C'est la première rencontre. Les pages du cahier se tournent avec rapidité, tant il y a de notes à prendre. ­Bruxelles. La prison de Forest. La pièce ­mesure moins de 5 mètres carrés. Une table, deux chaises. Un huis clos. Face à lui, un homme chétif. ­Michel ­Fourniret a alors 63 ans. Il est accusé d'avoir enlevé, violé et tué sept adolescentes. Le tueur en série raconte ses ­assassinats avec moult détails à l'expert psychologue. ­Jean-Luc ­Ployé prend des notes et des notes sur son cahier. À un moment, leur échange se tend. Menace, peur, ­silence. ­Michel ­Fourniret reprend le cours de ses propos, marqué par une perpétuelle autosatisfaction. lejdd.fr, Jean-Luc Ployé, le psychologue qui expertise les tueurs en série
  • Petit, écrasé, chétif : voilà comment je me sens au milieu de ces gigantesques monstres – que dis-je ? – ces abominables créatures…Ils sont tous là ; et moi, je suis seul. Je me mets à ramper de plus en plus vite, j’essaie de me diriger vers le tunnel mais plus je me rapproche, plus celui-ci s’éloigne. Vous vous demandez certainement ce que je fais ici ? Comment j’ai atterri ici ? Mais moi-même je ne sais pas, c’est la première fois que je me sens si seul, si loin de ma famille, si chétif…Heureusement, mon ouïe est fort développée et je peux me diriger grâce au bruit de leurs pas sourds qui résonnent sur ces épais et grisâtres pavés. Ces monstres déambulent en ne tenant même pas compte de moi ! Dans ma course, j’essaie d’attraper au passage un bout de pain ; mon estomac crie famine ! J’ai peur, je suis perdu, où sont-ils ? Je suis trop jeune et trop petit pour retrouver le chemin de ma famille. Mon père, un grand gaillard, m’avait pourtant averti de ne pas sortir seul…Lui, il est fort, brave et courageux ; il a su échapper à tous les pièges de ces géants : les grilles, les piques et les cages qu’ils construisent contre nous. Un jour d’hiver, alors qu’il faisait froid dehors, notre père nous a ramené un scalp. Mes frères étaient émerveillés par cette trouvaille volée. Et savez-vous à qui l’avait-t-il volé ? À un de ces êtres infâmes, êtres que nous ne savons même pas nommer car ils ne parlent pas le même langage que nous. Ils sont d’ailleurs si laids ces êtres, avec leurs longs poils sur la tête et leurs yeux globuleux. Depuis qu’il nous avait raconté l’histoire de ce fétiche que nous conservions dans un coin de la pièce ; personne n’osait le toucher.Je reprends mes esprits ; il faut que je retrouve mon chemin. Je dois me montrer aussi fort que mon père, il faut qu’il soit fier de moi quand je rentrerai. Il me semble reconnaître une odeur familière qui me guide et me laisse espérer voir un des miens. Soudain, tout devient noir. J’aperçois des yeux luisants, un frôlement me fait tressaillir, une patte dont les griffes se resserrent sur moi puis me relâchent et me permettent de m’échapper, mais il est déjà trop tard… Le félin me rattrape encore et m’envoie dans les airs. Il est énorme, de couleur rousse ; il semble pourtant vouloir jouer et moi je pense plutôt à m’enfuir. Je dois trouver une échappatoire.Je décide de faire front, je ne me laisserai pas faire, je fonce sur lui et d’un coup de dent lui arrache une touffe de poils auquel reste accrochée sa peau. Il hurle et prend enfin la fuite. Bien que tétanisé, je continue ma route emportant avec moi mon trophée. Je trouve au loin une lueur qui me permet d’imaginer que je suis au bout de cette sombre et sordide galerie.Je suis ébloui par tant de lumière ! Je retrouve alors les pas sourds des monstres auxquels je pensais pouvoir échapper et j’entends de terribles couinements. Je me retrouve nez-à-nez avec Jerry, je lui demande alors mon chemin et m’indique une petite maison au fond de la rue. Ça y est ! J’y suis presque ! Mais mon bonheur ne fut que de courte durée…Des cadavres jonchent le sol ; parmi eux je reconnais un de mes frères, il agonise mais peut encore me parler. Il me raconte ce qu’il s’est passé durant mon absence : les pièges, les coups de sabots… Je suis bouleversé. À quelques pas de là, mon père m’attend, il est seul. Je comprends que je suis le seul rescapé mais il est fier à la vue de mon scalp du chat que j’ai combattu car oui, moi, petit rat des égouts j’ai gagné plusieurs batailles : celle contre les hommes, celle contre le chat et celle d’avoir retrouvé mon père.  SudOuest.fr, Lot-et-Garonne : Prix Plumes noires – Nouvelle 19 : « Double face »
  • «J’étais en chambre avec Yannick Nyanga à Narbonne», se souvient Delon Armitage. Avant d’exposer sa mésaventure. «Ils n’ont pas voulu de moi, car j’étais trop petit. Ce qu’ils m’ont dit m’a presque détruit : j’étais soi-disant trop chétif pour réussir…» (il mesure aujourd’hui 1,90m pour 82 kilos, ndlr).  Il dévoile une autre anecdote. «A un moment donné, il y avait un deux contre un et je n’ai pas fait la passe. L’entraîneur a crié «coffre à ballon». Je l’entends encore cet entraîneur. À partir de là, j’ai compris que c’était fini pour moi l’équipe de France.» Il n’aura donc porté le maillot bleu qu’une seule fois, cette année-là (1999) pour un match amical contre l’Espagne. Sport24, Delon Armitage a été jugé «trop chétif» pour le XV de France - XV de France - Rugby
  • C’est en petit animal, chétif mais robuste, revigoré par un sommeil d’hiver, que Daisy Ridley semble appréhender ce qui devrait être le dernier marathon promotionnel Star Wars de sa vie. Quand nous la rencontrons, début septembre à Londres, l’actrice, cheveux en arrière et yeux charbonneux, vient tout juste de sortir du nid : “Je n’ai pas fait grand-chose ces derniers mois. J’ai beaucoup dormi. C’est bizarre de se retrouver à parler à beaucoup de gens alors que je passe mon temps à ne voir que mes amis et ma famille.” Les Inrockuptibles, Star Wars : Daisy Ridley, les confessions d'une Jedi
  • Et dire qu’il avait été évalué trop petit et chétif pour pratiquer le football américain ! Aujourd’hui, Jérémy Pot se retourne fièrement sur ses débuts, à 14 ans et se félicite d’avoir convaincu ses parents. Ce sport n’était pas pour lui, son année 2019 prouve le contraire ! LA VDN, Football américain - Le fabuleux destin de Jérémy Pot
  • Du massif dogue allemand au chétif chihuahua, le chien a la particularité de regrouper des types de morphologie complètement différents au sein d'une même famille. Certaines races sont plus à l'aise pour courir, d'autres pour sauter, nager ou chercher. Slate.fr, Nous avons transformé l'apparence des chiens, mais pas seulement | Slate.fr

Traductions du mot « chétif »

Langue Traduction
Anglais puny
Espagnol débil
Italien gracile
Allemand schwächlich
Portugais débil
Source : Google Translate API

Synonymes de « chétif »

Source : synonymes de chétif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chétif »

Partager