La langue française

Satiété

Sommaire

  • Définitions du mot satiété
  • Étymologie de « satiété »
  • Phonétique de « satiété »
  • Citations contenant le mot « satiété »
  • Traductions du mot « satiété »
  • Synonymes de « satiété »
  • Antonymes de « satiété »

Définitions du mot satiété

Trésor de la Langue Française informatisé

SATIÉTÉ, subst. fém.

A. − État d'une personne dont la faim est entièrement satisfaite, qui est rassasiée jusqu'au dégoût. Synon. réplétion.Boire, manger jusqu'à satiété. Le genièvre m'écœure (...). Mon écœurement ressemble à celui de la satiété, d'une horrible satiété. L'odeur suffit. J'ai l'impression que ma langue se gonfle dans ma bouche, comme une éponge (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1196).Les cuisiniers (...) mettent à leurs préparations un art qui fait accepter quatre et cinq plats de suite, sans qu'aucun paraisse moins bon que le précédent, et sans que la satiété tue l'appétit (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 174).
B. − P. anal. ou au fig.
1. État d'une personne dont les désirs, les aspirations, les passions sont comblés. Ce visage d'enfant sur lequel le temps n'avait pas mordu portait le signe d'une malédiction: comme s'il n'était rien de si triste que d'être comblé de plaisirs, comme si la satiété ressemblait à une maladie (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 187).La mort ne vient pas du manque et de la pauvreté, mais de la plénitude et de la satiété (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 292).
2. État de lassitude ou de dégoût qui suit l'assouvissement d'un désir, d'une passion. Je puis dire que mon existence ne fut qu'un long désir. J'aime désirer; du désir j'aime les joies et les souffrances. Désirer avec force, c'est presque posséder. Que dis-je? C'est posséder sans dégoût et sans satiété (France, Pt Pierre, 1918, p. 273).Le jeu est activité de luxe et qui suppose des loisirs. Qui a faim ne joue pas. En second lieu (...), il reste à la merci de l'ennui, de la satiété ou d'un simple changement d'humeur (Jeux et sports, 1967, p. x).
− Dans le domaine des sens.Votre adversaire vous tend le plus sournois de ses pièges. Il cherche à vous persuader que vous n'arriverez à rien, tant que vous ne vous livrerez pas aux plus répugnantes des débauches. Il tâche de vous convaincre que c'est la satiété et le dégoût seuls de ces actes qui vous ramèneront à Dieu (Huysmans,En route, t. 1, 1895, p. 135).La jeunesse se passe à aimer des êtres qu'on ne peut posséder que mal (par timidité), et l'âge mûr à posséder des êtres qu'on ne peut aimer que mal (par satiété) (Montherl., Pitié femmes, 1936, p. 1159).
[P. méton. du suj.] Pourquoi nous achetons avec un vrai transport Tant de meubles rocaille, Et pourquoi dans le lit, lorsque l'amour s'endort, La satiété bâille? (Banville, Cariat., 1842, p. 174).
En partic. Inappétence sexuelle. Je vis Hadrienne; je me persuadai (...) qu'elle me plaisait et je me forçai à l'aimer. Sa longue résistance amassa en moi une somme de désirs que sa possession mit environ une année à épuiser. La lassitude vint d'abord, puis la satiété, puis le dégoût (Du Camp, Mém. suic., 1853, p. 96).Au soir du mariage, la femme était vêtue de l'habit d'un homme, et chaque fois, ensuite, elle devait être saisie à la dérobée, par une violence furtive, tant le législateur redoutait la mollesse et la satiété (Barrès, Voy. Sparte, 1906, p. 198).
3. État d'indifférence proche du dégoût ou de l'aversion. Synon. saturation.Satiété du monde. Ce n'était plus l'ennui vague, la satiété somnolente qui attristait parfois les anciennes réunions; c'était maintenant de la férocité dans la lutte, un besoin de détruire (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 362):
Il est, dans la vie, des âges où s'opère, au fond de l'organisme, un sourd travail de transformation; alors, le corps et l'âme sont plus livrés aux atteintes du dehors; l'esprit se sent affaibli, une tristesse vague le mine, une satiété des choses, un détachement de ce qu'on fait, une incapacité de voir encore ce qu'on pourra faire d'autre. Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1340.
4. Loc. adv. À satiété
a) Jusqu'à satisfaction totale, sans restriction. Avoir d'une chose à satiété. Mais les femmes caressées à satiété n'ont besoin de rien, ne désirent rien, ne regrettent rien. Elles rêvent, tranquilles et souriantes (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Caresses, 1883, p. 624).
Boire à satiété. (Ds Rob. 1985). Synon. boire tout son soûl*, jusqu'à plus soif*.
b) En surabondance, à l'excès, jusqu'au dégoût. Manger à satiété. Plutôt que de reproduire jusqu'à satiété les mêmes œuvres maîtresses (...), il faut souhaiter que les éditeurs s'intéressent à des œuvres moins connues (Civilis. écr., 1939, p. 26-15).Chez Poncelet, un des procédés systématiques de démonstration, employé à satiété, consiste à ramener par projection les propriétés des coniques à celles du cercle (Bourbaki, Hist. math., 1960, p. 138).
c) Répéter (ou verbe du même paradigme) à satiété. Répéter inlassablement, sans cesse, jusqu'à lasser. Il demande des capitaux pour les pauvres travailleurs, comme si la misère des travailleurs ne venait pas de la concurrence des capitaux entre eux, aussi bien que de l'opposition factice du travail et du capital (...); comme si enfin, redisons-le sans cesse, redisons-le jusqu'à satiété, il s'agissait d'autre chose désormais que d'une synthèse de tous les principes émis par la civilisation (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 256).Droit politique égal implique nécessairement un égal droit social. On a répété à satiété: « Il n'y a plus de classes; depuis 1789, tous les Français sont égaux devant la loi » (L'Opinion nationale, 17 févr. 1864ds Doc. hist. contemp., p. 23).
Prononc. et Orth.: [sasjete]. Ac. 1694, 1718: satieté; dep. 1740: satiété. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiies. « état moral de dégoût pour une chose » (Psautier d'Oxford, 105, 15 ds T.-L.); 1827 à satiété (Stendhal, Corresp., Lettre à A. de Mareste, éd. H. Martineau et V. del Litto, t. 2, p. 129, éd. de la Pléiade); 1834 répéter à satiété (Balzac, E. Grandet, p. 302); 2. ca 1530 manger jusqu'à satiété « état de quelqu'un complètement rassasié » (Lefèvre d'Étaples, Bible, éd. H. Kunze, p. 81). Empr. au lat.satietas « rassasiement, satiété, dégoût, ennui », « quantité suffisante ». Fréq. abs. littér.: 269. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 408, b) 420; xxes.: a) 332, b) 370.

Wiktionnaire

Nom commun

satiété \sa.sje.te\ féminin

  1. État d’une personne dont la faim est complètement satisfaite, qui est entièrement rassasiée.
    • Manger jusqu’à satiété, jusqu’à la satiété.
  2. Se dit aussi de la soif satisfaite, principalement avec l’eau, le mot étant alors suivi d’un adjectif qualificatif.
    • Les réponses comportementales étaient en bon accord avec l'évaluation subjective de leur soif et de leur satiété hydrique. — (www.centre-evian.com)
  3. (Figuré)
    • Le roulier lui mit du foin sur le corps, et, pour ne pas s'endormir lui-même, il se prit à siffler à satiété une phrase de chanson lente et monotone ; […]. Cette sifflerie m'impatientait. — (George Sand, « Nanon », chap 15, dans la série des Œuvres complètes, Paris : chez Michel Lévy frères & à la Librairie nouvelle, 1872, p. 189)
    • La satiété des plaisirs, des honneurs.
    • La satiété des richesses.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SATIÉTÉ. (TIÉ se prononce CIÉ.) n. f.
État d'une personne dont la faim est plus que satisfaite, qui est entièrement rassasiée. Manger jusqu'à satiété, jusqu'à la satiété. Il se dit aussi figurément. La satiété des plaisirs, des honneurs. La satiété des richesses. Répéter une chose à satiété.

Littré (1872-1877)

SATIÉTÉ (sa-si-é-té) s. f.
  • 1Réplétion d'aliments qui va jusqu'au dégoût.

    Dégoût pour une chose dont on a beaucoup usé.

  • 2État moral comparé au dégoût physique. Jamais l'âme n'a satiété des voluptés de la vertu, Marivaux, dans DESFONTAINES. La grandeur et la richesse Dans l'âge mûr m'ont flatté ; Les embarras, la tristesse, L'ennui, la satiété Ont averti ma vieillesse Que tout était vanité, Voltaire, Ecclés. précis. Ah, jeune homme ! jeune homme ! s'écria Bélisaire, vous ne connaissez pas la maladie de la satiété, Marmontel, Bélis. VIII. On est tout surpris, un beau soir, de trouver la satiété où l'on cherchait le bonheur, Beaumarchais, Mar. de Figaro, V, 7.

    Jusqu'à satiété, jusqu'à fatiguer, ennuyer. [L'abbé de Saint-Pierre] s'obstinant à estimer les hommes au delà de ce qu'ils s'estimaient eux-mêmes ; ne cessant de rabâcher jusqu'à satiété ce qu'il croyait bon, Voyer Marquis D'Argenson, Mém. p. 94, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Il enveia sazieted es anemes [âmes] d'els, Liber psalm. p. 159.

XVIe s. Nos appetits sont rares en la vieillesse ; une profonde satiété nous saisit aprez le coup, Montaigne, III, 271. L'abondance des viandes se nomme saturité ou satieté, Paré, Introd. 17.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SATIÉTÉ, s. f. (Gramm) dégoût qui suit l’usage immodéré ; on a la satiété des alimens, après avoir trop mangé ; la satiété du plaisir, après s’y être trop livré ; la satiété de l’étude, de la gloire, des affaires ; nous usons tout.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « satiété »

Provenç. saciedad ; ital. sazietà ; du lat. satietatem, de satius, qui est le comparatif complet à côté de satis, assez, comme magius à côté de magis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin satietas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « satiété »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
satiété satiete

Citations contenant le mot « satiété »

  • Il en va ainsi des petits fours ou des dragées au miel : l’indigestion guette la satiété. De Philippe Vandel / Le Dico des paradoxes
  • Tout ce que l'on donne à satiété lasse celui qui le reçoit. De Nafitassou Niang Dialo / Le Fort maudit
  • Mange à satiété, revêts de beaux habits, dépense ton argent et sache bien qu'au bout du compte, Celui qui laisse quelque chose après lui n'est qu'un fou. De Ebn-e Yamin
  • La jalousie ne serait-elle pas un stimulant, une des ruses de la satiété ? De Natalie Clifford Barney / Pensées d'une Amazone
  • Satiété engendre démesure. Solon, Élégies, V, 9 (traduction E. Bergougnan)
  • La pudeur est le parfum de la volupté ; la satiété est l'arôme du dégoût. Et la pudeur accroît la volupté, comme la satiété l'écoeure. De André Suarès / Voici l'homme
  • Le mariage, un petit jeu de satiété. De Henri Duvernois
  • La satiété engendre le dégoût. De Michel de Montaigne / Essais
  • On veut toujours avoir plus qu'on ne possède : mais la disette a perdu bien moins de gens que la satiété. De Théognis de Mégare / Fragments
  • Nos goûts s'émoussent aisément par la satiété, et il faut rendre grâces à Dieu de nous avoir donné les privations nécessaires pour les conserver. De Marquise du Châtelet / Discours sur le bonheur
  • La faim est un nuage d'où il tombe une pluie de science et d'éloquence. La satiété est un autre nuage qui fait pleuvoir une pluie d'ignorance et de grossièreté. De Platon
  • Les protéines sont connues pour soulager la faim et donner un sentiment de satiété. Des recherches ont montré qu'il suffirait "seulement" d'augmenter l'apport en protéines de 15 à 30 % pour perdre du poids. Ceux qui ont participé à l'étude, pour cette seule raison et sans suivre un régime alimentaire strict, ont consommé environ 441 calories de moins par jour. Alors, à l'avenir, choisissez simplement de manger des aliments tels que des œufs, du yaourt grec ou du blanc de poulet. GQ France, Mincir sans régime, 8 conseils pour perdre du poids sans mourir de tristesse | GQ France
  • Sans gras, sans sucre (à part ceux présents dans le chocolat), ce gâteau est riche en protéines grâce à la présence de blancs d'oeufs. Selon le Dr Saldmann, il ne contient que 190 calories, soit en moyenne trois fois moins qu'un gâteau au chocolat classique et procure une sensation de satiété qui dure pas moins de six heures ! Pleinevie.fr, Minceur : la recette du gâteau au chocolat coupe-faim magique - Pleine vie
  • Autre clé de la réussite : passer à table. Le cérémonial qui entoure le repas, de la préparation à la décoration de la table, permet de réveiller d'autres sens, comme la vue, l'odorat et le toucher, et d'arriver plus rapidement a satiété. "La notion de satiété ne passe pas uniquement par l'estomac", détaille Michel Cymes, "on mange aussi des yeux, du nez, mais sans grossir." RTL.fr, Alimentation : maigrir sans régime, est-ce possible ?
  • Les lectures que la liturgie nous propose à méditer en ce XVIIIème dimanche du T.O. nous invitent à contempler la prodigalité et la sollicitude de Dieu envers son peuple. La première lecture, tirée du cinquante-cinquième chapitre du livre d’Isaïe (Is 55,1-3) nous fait retentir l’appel du Seigneur envers son peuple qui vit en terre d’exil depuis 50 ans : « vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! ». À Israël désespéré par la captivité, par la déportation en terre étrangère, loin du confort de Jérusalem, le Seigneur rappelle encore que c’est lui la source de tout réconfort et de toute providence, lui qui fait nourrir à satiété celui qui a faim et dépourvu d’argent. Plus que de la nourriture périssable, le Seigneur offre à Israël la vie. Par la voix de son prophète, il invite le peuple à se tourner vers lui : « Ecoutez le Seigneur et vous vivrez ». L’écoute dans la tradition biblique est la disposition de celui qui se soumet au Seigneur dans la crainte de sa parole, l’abandon à sa grâce, et la pratique de ses commandements et préceptes. A l’instar d’Israël, le Seigneur nous appelle à nous tourner vers lui au-delà de nos vicissitudes pour ne compter que sur la gratuité de son amour. , Méditation du 18ème dimanche ordinaire : « Le Seigneur Jésus nourrit son peuple au désert » - Vatican News
  • A échelle mondiale, deux milliards de personnes sont en surpoids (IMC compris entre 25 et 30) ou en situation d’obésité (IMC égal ou supérieur à 30). En France, 17% de la population adulte serait obèse, d'après les dernières estimations. Les causes derrière cette maladie sont multi-factorielles. Génétique, dérèglements hormonaux, perturbateurs endocriniens, fragilités psychologiques et sociales, sédentarité, pollution ou encore faiblesse des revenus peuvent notamment entrer en ligne de compte. Chez les sujets obèses, les circuits neuronaux qui gouvernent les sensations de faim et de satiété dans le cerveau, maintenant ainsi un équilibre entre apports et dépenses énergétiques, pourraient être également dérégulés, selon certains chercheurs. Aujourd’hui, à l’heure de Journée mondiale de l’obésité, des scientifiques français ont compris les mécanismes derrière la sensation de satiété: il s’agirait d’une cascade de réactions déclenchée par l’élévation du taux de glucose dans le sang. Les résultats de leur étude, menée sur des souris, sont parus dans la revue Cell Reports. www.pourquoidocteur.fr, La sensation de satiété serait déclenchée par un changement de forme de cellules du cerveau après un repas

Traductions du mot « satiété »

Langue Traduction
Anglais satiety
Espagnol saciedad
Italien sazietà
Allemand sättigung
Chinois 饱腹感
Arabe تخمة
Portugais saciedade
Russe сытость
Japonais 満腹
Basque satiety
Corse satietà
Source : Google Translate API

Synonymes de « satiété »

Source : synonymes de satiété sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « satiété »

Partager